Nos Partenaires

Auteur Sujet: "La compassion et la baston"  (Lu 5030 fois)

29 novembre 2014 à 01:24:30
Lu 5030 fois

Suzanne


et Bisounoursland

http://www.davidmanise.com/conference-la-compassion-et-la-baston-universite-de-nanterre-le-1912/

Je trouve ce sujet très joli. Çà fait des décennies que j'admire les gens qui savent embellir la vie en mettant de bonne humeur un grincheux avec un mot, une attitude. Moi qui ne sait que mettre de l'huile sur le feu. C'est un super pouvoir dont je rêve.
Un soir, j'attendais un ami sur le quai d'un RER. Il était en retard et je ne me sentais pas en sécurité. Je me suis rapprochée d'un groupe de gens qui écoutaient un musicien. Ça allait mieux. Mais tout à coup, j’entends un cri furieux devant moi de l'autre côté du groupe : "sale blanche". Je lève les yeux : de l'autre côté de la foule qui se fend en deux, un homme immense, une tête de plus que la foule, un bras dressé pour me frapper, se jette sur moi. Il est comme une hache, sa rage a coupé net la foule en deux, laissant un couloir entre lui et moi. Il est tout élan vers moi, un élan destructeur. J'ai essayé de penser, mais à la place, je me vois m'avancer vers lui, tranquillement, tendre un bras pour le prendre par la taille et lui dire "ne t’inquiètes pas". Ça fait plein de lignes à écrire, mais ça c'est passé en un seul instant. Si ça vous semble incroyable, sachez que moi même je ne peux concevoir une telle contradiction, ces deux mouvements l'un vers l'autre, l'éclair du furieux et la tranquilité du bisounours.
J'étais effectivement la seule blanche. La foule était terrifiée et pétrifiée. Et pourquoi, moi j'ai réagis, et surtout pourquoi comme ça ? Et pourquoi ça a marché ? Je n'attend pas de réponse ici, bien sûr. Je pense que c'est l'instinct et l'empathie qui ont joué.
Je me dis aussi que je suis finalement capable de ne pas mettre de l'huile sur le feu, mais je ne sais pas comment être comme ça tous les jours.

et encore un mot sur Bisounours
Une amie se faisait souvent embêter dans le métro. En l'accompagnant, dès la première rame, un clochard rentre et vient l'insulter. Mais heureusement j'ai pu voir qu'elle venait de lui sourire. J'ai discuté de ça avec elle, essayant de comprendre cette aberration. En fait, elle croyait qu'elle éviterait de se faire agresser en se montrant gentille. Et en fait, elle agissait selon un instinct. Celui qui fait que les enfants qui se font taper dessus rigolent...un réflexe pour désamorcer une agression. Un réflexe qui fonctionnait surement avec des singes pourvus d'empathie, mais pas avec des humains cassés. Les adultes laissent souvent les petits subir les assauts des grands, "ils jouent" mais les petits essayent autant qu'ils peuvent de désamorcer en restant dans la rigolade.
Bref, bisounours ça peut être l'enfer, et l'enfer bisounours.

Je ne pense pas que j'aurai autre chose à apporter dans ce forum.
J'ai lu sur le blog des sujets profonds, très très profonds, des sujets graves avec beaucoup d'espoir et ça fait du bien. Merci

29 novembre 2014 à 14:16:56
Réponse #1

cassepied


superbe reflection! je regrette de ne pas arrive a un telle niveau de sagesse
je suis tout le temps sur la défensive et ça m'use

01 décembre 2014 à 14:02:26
Réponse #2

DavidManise


Parfois ça fonctionne :)

Le plus souvent, la compassion va permettre de mieux sentir l'état des gens autour de soi, et de pouvoir ne plus être là, ne pas provoquer, ou savoir sur quel bouton appuyer pour apaiser... 

D'autres fois, la compassion va faire en sorte de laisser une personne partir en gardant la face...  et éviter de grosses représailles derrière... 

D'autres fois encore, la compassion va permettre de savoir qu'il n'y a rien d'autre que de cogner fort et maintenant. 

La compassion, c'est ce qui permet de lire en soi-même la fureur de l'autre, quelque part...  ;)

J'me comprends :)

Le titre est sans doute mal trouvé.  Mais je tâcherai de m'expliquer clairement au moins pendant la conf :D

Des bisous ;)

David
"Grand, gros, lourd, sale, fort et bête" ;)

Stages survie CEETS

01 décembre 2014 à 14:27:37
Réponse #3

azur


Le plus souvent, la compassion va permettre de mieux sentir l'état des gens autour de soi, et de pouvoir ne plus être là, ne pas provoquer, ou savoir sur quel bouton appuyer pour apaiser... 

D'autres fois, la compassion va faire en sorte de laisser une personne partir en gardant la face...  et éviter de grosses représailles derrière... 

D'autres fois encore, la compassion va permettre de savoir qu'il n'y a rien d'autre que de cogner fort et maintenant. 

La compassion, c'est ce qui permet de lire en soi-même la fureur de l'autre, quelque part...  ;)

Peut-être veux-tu parler d'une attitude mêlant sang-froid et un a-priori bienveillant...
Tout le monde savait que c'était impossible... est venu un idiot qui ne le savait pas, et qui l'a fait!

01 décembre 2014 à 18:56:29
Réponse #4

azur


est ce qu'il faut changer de mot ? empathie, sympathie, compassion...ces mots veulent tous dire la même chose : ressentir en soi ce qu'un autre ressent.

Sans vouloir violenter les drosophiles, la langue française est riche de nuances et ces 3 mots ont des sens distincts:
- La compassion, c'est le fait de comprendre la peine de quelqu'un: c'est le fait de mesurer la souffrance de l'autre
- l'empathie, c'est la capacité à éprouver une peine avec quelqu'un: c'est un sentiment beaucoup plus fort car la souffrance est partagée
- la sympathie, c'est un attrait vers quelqu'un: c'est un sentiment plus neutre qui n'implique pas forcément un engagement personnel.

Citer
La bonne réponse c'est celle qui est choisi parmi un panel. Mettre la compassion dans ce panel est une bonne chose.  Et l'empathie est l'outil pour analyser la situation et choisir la réponse la plus adapté. Bref, je distingue compassion et empathie. Je ne sais pas si j'ai raison. Mais les deux sont du domaine de l'instinct, du naturel, du spontané.
A la différence de l'empathie qui suppose de faire sienne la peine de la personne qui souffre, la compassion est plus "raisonnable": la compassion est la conclusion d'une analyse de la situation, et moins d'un élan sentimental

Le terme compassion est effectivement le plus adapté.
« Modifié: 01 décembre 2014 à 19:11:36 par azur »
Tout le monde savait que c'était impossible... est venu un idiot qui ne le savait pas, et qui l'a fait!

01 décembre 2014 à 23:15:35
Réponse #5

sonicflood777


Sans vouloir faire des anglaises aux susdites mouches qui ne nous ont rien fait, puis-je me permettre, Azur, de te contredire?
Selon l'étymologie grecque (pour empathie et sympathie) et latine (pour compassion), il me semble que tu as intervertis les sens de compassion (cum patior, souffrir avec) et empathie (én pathos, intérioriser la souffrance d'autrui, la comprendre).
Me trompe-je?

Mes 2 gaffiot/bailly ^^

sonic.

02 décembre 2014 à 18:39:43
Réponse #6

DavidManise


Non j'ai pas interverti. 

J'ai fait exprès de mettre compassion.  Parce que je crois de moins en moins que les gens sont des entités vraiment séparées.  Je pense qu'on est un seul méta organisme et que la notion d'individu, bien que sacrée et inaliénable, n'est que partiellement fondée sur le réel. 

En fait on est à la fois des individus et une seule entité...  on est les deux.  Et j'ai choisi compassion parce que ça évoque le fait de ne pas distinguer la passion de l'autre et la sienne propre...  justement parce qu'il n'y a pas forcément de différence à faire d'un point de vue opérationnel.

Tu sais j'ai aussi fait de la psycho.  J'ai eu le laïus traditionnel sur la relation d'aide.  L'empathie vs. la sympathie vs. la compassion, j'ai fait le tour du sujet.  Et justement.  L'empathie pourrait aussi être utilisée dans mon modèle, et tout aussi bien hein.  Mais j'ai choisi compassion à dessein.

One people one love man ;) ;#

Après tout le monde a radicalement le droit d'être en désaccord complet.  C'est même très sain de réaffirmer son individualité comme ça ;)

David
"Grand, gros, lourd, sale, fort et bête" ;)

Stages survie CEETS

02 décembre 2014 à 18:54:08
Réponse #7

azur


J'ai fait exprès de mettre compassion.  Parce que je crois de moins en moins que les gens sont des entités vraiment séparées.  Je pense qu'on est un seul méta organisme et que la notion d'individu, bien que sacrée et inaliénable, n'est que partiellement fondée sur le réel.
De toute façon, la nature fait que nous naissons forcément de la rencontre de deux individus, nous sommes donc de facto liés à eux, eux-même liés entre eux par leur descendance commune.
Donc considérer l'être humain par sa seule individualité, voire même mettre l'individualité en priorité a quelque-chose de contre-nature.
Tout le monde savait que c'était impossible... est venu un idiot qui ne le savait pas, et qui l'a fait!

02 décembre 2014 à 19:00:00
Réponse #8

DavidManise


Oui.  Et j'irais plus loin.  On a de plus en plus de preuves du fait que notre écosystème au complet peut très bien être considéré comme un seul super-organisme dont toutes les espèces sont des organes, et tous les individus des cellules...  ca fonctionne globalement pareil, et il existe des modes de communication intra et inter-espèces qui sont du même ordre que les modes de communication entre les cellules du corps (biochimiques notamment).

Bref, c'est fascinant la théorie des systèmes complexes.  Et on est en train de bien remettre en question les logiques binaires traditionnelles, et toute l'ontologie qui va avec.

Ciao ;)

David
"Grand, gros, lourd, sale, fort et bête" ;)

Stages survie CEETS

02 décembre 2014 à 19:05:45
Réponse #9

azur


Un professeur de philo que j'ai bien connu avait décrit ce qu'il appelait la "métaphysique relationnelle": il partait du principe que l'être humain ne se définit pas en tant qu'individu, entité isolée et indépendante, mais par ses relations. Et il en tirait comme corollaire, qu'un homme "s'accomplit" davantage par ses interactions avec les autres que par la réalisation de ses propres désirs.
Tout le monde savait que c'était impossible... est venu un idiot qui ne le savait pas, et qui l'a fait!

02 décembre 2014 à 19:20:58
Réponse #10

camoléon


Citer
il partait du principe que l'être humain ne se définit pas en tant qu'individu, entité isolée et indépendante, mais par ses relations.

"dit moi qui tu connais et je te dirais qui tu es"? Ou quelque chose comme ça? ;)

Un peu HS, mais je relis "l'entraide" de Pierre Kropotkine, ou la coopération comme facteur primordial de l'évolution humaine (ou animale) vs darwinisme social.
Communauté résiliente vs loi du plus fort. ;)
"Pour vivre heureux (et vieux), marchons invisible et silencieux"

"Le courage est le juste milieu entre la peur et l'audace"

"Je marche au pas de Loup"

02 décembre 2014 à 22:25:40
Réponse #11

azur


"dit moi qui tu connais et je te dirais qui tu es"? Ou quelque chose comme ça? ;)
Je dirais plutôt "montre-moi comment tu es avec les autres les autres et je te dirais qui tu es"...
Tout le monde savait que c'était impossible... est venu un idiot qui ne le savait pas, et qui l'a fait!

02 décembre 2014 à 23:27:11
Réponse #12

sonicflood777


Peut-être me suis-je mal exprimée dans mon post, David, mais je ne remettais pas en question le titre même de ce fil, mais la définition que donnait Azur des 2 termes "compassion" et "empathie", quelques posts plus faut. Je ne faisais nullement de la philo mais de l'étymologie ;D

03 décembre 2014 à 14:32:34
Réponse #13

DavidManise


Pas de soucis Sonic ;)

Azur : ton prof de philo aurait pas juste lu un bouquin de théorie des systèmes par hasard ? ;) :P
"Grand, gros, lourd, sale, fort et bête" ;)

Stages survie CEETS

03 décembre 2014 à 19:26:15
Réponse #14

azur


Azur : ton prof de philo aurait pas juste lu un bouquin de théorie des systèmes par hasard ? ;) :P
La "métaphysique relationnelle" était la thèse du doctorat de philosophie qu'il a obtenu à la fin des années 40... donc un peu avant la description de la théorie des systèmes (que tu m'as permis de découvrir)
Tout le monde savait que c'était impossible... est venu un idiot qui ne le savait pas, et qui l'a fait!

04 décembre 2014 à 09:19:46
Réponse #15

DavidManise


Un précurseur alors...  génial :)

Il a écrit des trucs, ce monsieur ?  Ca m'intéresserait de lire comment il en est venu à faire la génèse de ça, dans le contexte...

Ciao ;)

David
"Grand, gros, lourd, sale, fort et bête" ;)

Stages survie CEETS

04 décembre 2014 à 20:02:09
Réponse #16

azur


David, pourrais-tu éclairer ce type de choix par quelques exemples ?
Hé bien, quand tu constates qu'en face de toi, tu as quelqu'un qui est déterminé, qui se montre insensible, et qui devient un danger, il y a deux alternatives:
- soit tu laisses faire... avec le risque d'en prendre plein la gueule ou pire, que ce soit d'autres qui ramassent;
- soit tu cognes pour faire baisser le niveau de menace.

Être pacifiste ne doit pas être confondu avec de l'angélisme: et quand la force n'est plus à ceux qui l'assument avec un minimum de raison, ce sont les barbares qui s'en emparent.
Tout le monde savait que c'était impossible... est venu un idiot qui ne le savait pas, et qui l'a fait!

10 décembre 2014 à 04:18:44
Réponse #17

Spip


Je suis en train de potasser "Loin de moi. Etude sur l'identité de Clement Rosset". D'après ce que je lis, ça irait dans la même veine (du message 12), mais à la sauce Rossetienne que j'adore, très agréable à lire.

28 décembre 2014 à 17:04:45
Réponse #18

Boris


Bonjour,
pouurait on avoir des infos sur la conference? Ou bien tous , les participants se sont ils bas tonné com-passionement jusqua ce que mort s ensuive?
Merci! Et bonnes fetes,
« Modifié: 30 décembre 2014 à 22:07:22 par Boris »

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité