Nos Partenaires

Auteur Sujet: [récit] Ascencion de Chamechaude (Chartreuse)  (Lu 1572 fois)

29 novembre 2014 à 00:25:13
Lu 1572 fois

Cocoeau


Bonjour !
Il y a quelques mois, je m'étais blessée (voir ce fil). J'ai repris peu à peu le vélo, la marche en plaine, puis la marche en pente, puis la marche en collines... Sans jamais dépasser le seuil de douleur. Et puis, de nouveau en forme, j'ai repris la rando en montagne. Et comme ça se passait bien, j'ai décidé de me lancer un (petit) défi : aller en haut du plus haut sommet du Massif de Chartreuse, Chamechaude, qui culmine à 2082m. Ce n'est pas le mont Blanc mais la montée est rude. Et une fois en haut le panorama vaut le coup !
J'ai fait cette sortie le week-end dernier (22-23 novembre).

Pas de temps défini pour grimper ni pour descendre, pas d'objectif autre que de voir le mont Blanc dans le lointain une fois en haut ! Je suis partie accompagnée de mon chéri qui était prêt à suivre mon rythme tranquille.

Nous sommes partis du samedi matin au dimanche midi, avec dans nos sacs de la nourriture pour 3 repas de 2 personnes (samedi midi, samedi soir, dimanche matin) ; nos duvets, nos matelas, une poche à eau, un appareil photo, une lampe et des bougies pour le soir (en cabane non gardée), une petite trousse de secours, et nos papiers. Chargés du minimum donc, pour ne pas se fatiguer.

Samedi, partis du col de Porte à 9h, nous avons grimpé avec enthousiasme, et plus vite que ce que j'imaginais, malgré la météo peu favorable : après la neige, nous arrivons au milieu d'un redoux qui a tout fait fondre. Le sol est boueux glissant en bas et à peine plus haut couvert d'une neige molle, lourde et collante, une vraie soupe ! Nous faisons quelques glissades à certains endroits, sans gravité. Et nous n'avons pas froid grâce à un beau soleil !
A 11h45, nous arrivons au sommet, nickel pour un pique-nique en haut lieu...

C'est alors que se produit L'instant con à ne pas reproduire :
Pour pique-niquer le derrière au sec, je sors de mon sac la couverture de survie. Coup de vent. La couverture s'envole, passe les falaises et s'en va. Loin.
Ce n'est pas tant pour la valeur de la couverture, qui a du coûter 2€, que je me sens stupide... C'est que nous n'en avions pas d'autre !
Heureusement nous n'en avons pas eu besoin.

Nous mangeons donc. Les choucas nous voleraient volontiers nos sandwiches. Nous acceptons de partager quelques miettes !



En bas, la trouée enneigée dans la forêt que l'on aperçoit, c'est notre point de départ, le Col de Porte. Devant nous, plus de 700m de dénivelé. Derrière nous, un grand trou ! Les falaises de Chamechaude vues d'en haut sont vertigineuses. Et au loin, nous voyons le Mont Blanc : objectif atteint.

Mon mollet ne se plaint pas de la montée, je me sens en forme. Le dos va bien aussi, grâce au sac allégé. Cependant je ne suis pas mécontente de me débarrasser du poids des sandwiches : la montagne, ça creuse !

Nous attaquons la descente par le même chemin, mais nous dévions au niveau de la Cabane (privée) et de la Source du Bachasson (1610m) pour contourner la montagne en direction du Habert de Chamechaude, une cabane non gardée. En route, nous remplissons notre poche à eau à la source de Pré-Boiteux (1630m). Moi, je ne boîte toujours pas !
Après une courte pause à la source, nous continuons vers le Habert de Chamechaude (1570m), une grande cabane non gardée. Elle est très fréquentée, et nous cherchons plus d'isolement : nous descendons vers une cabane méconnue, la cabane de la Velouse.

La Cabane de la Velouse est difficile à trouver : elle ne figure pas sur les cartes IGN, est à l'écart du GR... c'est notre petit défi orientation ! si nous ne trouvons pas, nous gardons la possibilité de dormir au Habert de Chamechaude. Après s'être inquiétés de ne pas trouver, nous croisons des randonneurs munis d'un altimètre (nous n'en avons pas) qui montent vers le Habert : ils nous indiquent que nous sommes à 1400m, la cabane se trouve à 1360. Nous descendons encore, traversons un petit torrent, et miracle : un petit chemin non balisé se détache à droite du GR et monte droit dans la forêt. Après l'avoir suivi un moment, nous débouchons dans une clairière de l'épaisse forêt de pins, ou se dresse la petite cabane.

La cabane est assez mal isolée, mais le poêle chauffe bien. L'endroit est bien équipé : ustensiles de cuisine, grille pour le poêle, scie, outils divers... Aux alentours, il n'y a qu'à se pencher pour trouver du bois mort en abondance, et un bon feu nous permettra de passer une nuit confortable.

Le lendemain, en redescendant au Sappey-en-Chartreuse à pieds, nous verrons un jeune chevreuil, puis une chevrette, et croiserons des chasseurs au comportement très prudent : la chasse était signalée dans tous les recoins !
Sur ce forum ou l'on s'inquiète parfois du comportement des chasseurs, j'ai trouvé utile de rappeler que certains sont très prudents ;)

Le lendemain et les jours qui suivent, mon mollet se porte bien malgré de bonnes courbatures : je pense que je peux me lancer sans hésiter d'autres défis...

Voilà, ce petit retex ne paye pas de mine, mais mon expérience de perte de couverture de survie évitera peut-être à d'autres de sortir la leur à proximité d'un grand trou par temps venté :lol:

Si cela vous inspire réflexion, n'hésitez pas !

29 novembre 2014 à 02:37:45
Réponse #1

Hurgoz


Yo,

...à peine plus haut couvert d'une neige molle, lourde et collante, une vraie soupe ! Nous faisons quelques glissades à certains endroits, sans gravité. Et nous n'avons pas froid grâce à un beau soleil !

Une remarque générale: quand il y a un redoux, surtout sur les premières neige, alors que l'herbe en dessous est juste couchée et fournis un excellent toboggan perso, j'évite de rester trop longtemps dans des zones susceptibles de devenir un couloir pour une coulée. Même s'il n'y a pas beaucoup de neige, accumulée, on peu vite se retrouver avec près de deux mètres de blanche sur le dos.  :glare:

Citer
La couverture s'envole, passe les falaises et s'en va. Loin.

Bondieu! C'était ça la saloperie que j'ai pris sur le coin du museau?!? :lol:

Retex sympa, merci!

Content que tu te sois bien remise.

Tcho

Hugo
"Considérant qu'il est essentiel que les droits de l'homme soient protégés par un régime de droit pour que l'homme ne soit pas contraint, en suprême recours, à la révolte contre la tyrannie et l'oppression." DUDH

29 novembre 2014 à 13:55:12
Réponse #2

Cocoeau


Bondieu! C'était ça la saloperie que j'ai pris sur le coin du museau?!? :lol:

Zut ! on espérait qu'elle tombe sur un randonneur en détresse qui nous aurait béni sur des générations !  ;#

30 novembre 2014 à 19:30:11
Réponse #3

Mac Casimir



Coup de vent. La couverture s'envole, passe les falaises et s'en va. Loin.


Et moi j'ai pris les reflets pour un SOS en morse ;#      ;) on vous a aperçus, de loiiiiin, on était au grand Som au même moment   :love:  !

Merci pour ce retex ^^ et petites questions, niveau accessibilité en hiver tu en pense quoi ? Trop dangereux ? ok avec piolet et crampons ? juste avec des raquettes ?
C'est une balade que je n'ai pas encore fait dans le coin et que j'aimerais faire dans les semaines a venir si la météo me le permet, donc je suis preneur d'un maximum d'infos ^^

Merci d'avance et bonne soirée,

Mac

30 novembre 2014 à 21:55:55
Réponse #4

Tumiza


niveau accessibilité en hiver tu en pense quoi ? Trop dangereux ?
Dangereux chamechaude?? :D

C'est fait toutes les nuits d'hiver par 20 voir 200 Grelou par bonne condition.
 en ski de rando, en raquette, luge... et cela quel que soit les conditions (gaffe quand meme aux risques d'avalanche)

pour la definition de Grelou voir http://www.youtube.com/watch?v=uz1SyrTYU1Y
BAVU ba pris

01 décembre 2014 à 08:03:37
Réponse #5

Magic Manu


Très sympa, le film sur le grelou ! Merci!
Hope for the best, expect the worse...

14 décembre 2014 à 22:57:00
Réponse #6

Cocoeau


niveau accessibilité en hiver tu en pense quoi ? Trop dangereux ? ok avec piolet et crampons ? juste avec des raquettes ?

Au moment ou on y était très peu de neige, sans raquette c'était nickel. En raquette l'hiver ça doit aller, si t'as l'habitude des raquettes !
Par contre il est fortement déconseillé de passer par la Brèche Arnaud quand il y a de la neige.
 Les deux derniers passages rocheux, je m'y sentirais pas hyper à l'aise si le caillou était glissant de neige / givre... surtout le second, glups ! mais après le premier passage rocheux tu as déjà une vue hyper sympa, et tu n'es qu'à quelques petits mètres du vrai sommet. Et si tu as (ou peux louer) le matos, il y a un cable ou tu peux t'assurer sur le second passage rocheux.
Note que c'est un coin fréquenté donc potentiellement déneigé par les passages si tu n'es pas trop matinal ou trop rapide  :D

Si tu fais une nuit là-haut, fais gaffe aux sources peut-être gelées par temps bien froid.

Désolée de répondre si tard !

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité