Nos Partenaires

Auteur Sujet: Autarcie du domicile  (Lu 6916 fois)

19 octobre 2014 à 14:09:41
Lu 6916 fois

lejeune


Bonjour,

Sur tout les site traitant de survie/survivalisme on as 100% de chance de tomber sur les EDC,les BOB les SDC.

Mais je n ai pas trouver de Home kit complet qui pourrais servir en cas de tempête,coupure d'eau,d'électricité,ce genre d'evenemment   ne nécessiteras pas d 'évacuer le domicile.

Que pensez vous de créer ensemble une liste compléte de matériel pour créer un Home kit nous permettant de garder notre confort même en cas de sinistre.


Niveaux catégories j'ai penser a ça premièrement :


-1er secours
-Cuisine
-Hygiène
-Lumière
-Énergie
-Communication
-Sécurité
-Abri
-Outils


Ps:je ne cherche pas a faire un kit pour survivre a l apocalypse mais un kit de confort

19 octobre 2014 à 17:39:40
Réponse #1

gmaz87


Bonjour,
En cherchant un peu tu dois trouver ça dans les différents fils du forum, ça a déjà été abordé, je crois.
Plus rapidement tu as ça:
http://www.croixrouge.ca/que-faisons-nous/urgences-et-catastrophes-au-canada/votre-maison-et-votre-famille/vous-procurer-une-trousse
A+
Gérard
Quand le débutant est conscient de ses besoins, il finit par être plus intelligent que le sage distrait.»
(Lao Tseu)

L'ennui naquit un jour de l'uniformité

12 décembre 2014 à 16:02:53
Réponse #2

Campeur


c'est assez dur de répondre à ce sujet, tant le champ d'investigations est large. en fait tu as toute la démarche survivaliste dans ta question, dans la mesure ou c'est exactement ce que tente de faire les néo-survivalistes/prepers... peu importe comment on les appelle.

l'idée c'est de pouvoir se passer au maximum des réseaux communs (eau, gaz, électricité, transport, alimentation, soins...

Perso, je ne vise pas l'autarcie, mais l'autonomie... je dis bien, je vise  :glare:

- ma maison est en bois pour améliorer l'isolation
- Potager dans lequel je travaille la permaculture et le petit élevage
- matériel pour faire mes propres conserves
- Chauffage au bois et stock
- récupération de l'eau de pluie (6000 l enterré)
- installation pour prévenir les incendies (détecteur - extincteur)
- trousse médicale à la hauteur de mes compétences  :-[
- stock de nourriture (1 mois pour 4), comme beaucoup de gens qui vivent à la cambrousse en fait  :)
- carabine 22 lr et munitions (chasse au petit gibier lapins, pigeons....) - interdit en temps normal et arc de chasse
- un système (portable) de purification de l'eau
- tous les outils de jardinage basiques et pas mal pour le bricolage
- une bibliothèque fournie sur différents sujets relatif à l'autonomie et quand je peux des formations diverses (cuir - permaculture...)
- 2 bidons de gasoil pour les urgences
- pour la sécurité, hormis les outils d'usage (alarme de porte - lacrymogène - matraque...) c'est la connexion au groupe qui peut à mon sens peut l'assurer durablement.

en projet :

- une mare pour attirer les auxiliaires au jardin
- une serre qui doit être dans le cartons chez le fournisseur
- une cuisine d'été (four - barbecue et "plaque chauffantes" alimenté au bois)
- un cave ou une réserve (façon garde manger)
- un système solaire de secours
- un filtre à eau Berkey... si j'ai des sous (http://www.berkeywater.eu/contact---tarifs.html)

en fait, c'est pas un home kit... c'est comme ça que je vois la vie  8)

bonne soirée !
"Posséder les arts de la paix mais non ceux de la guerre, c'est un manque de courage...posséder les arts de la guerre mais non ceux de la paix, c'est un manque de sagesse" Wang Yang Ming (1472 - 1529)

12 décembre 2014 à 17:02:53
Réponse #3

camoléon


Citer
- une cuisine d'été (four - barbecue et "plaque chauffantes" alimenté au bois)

tiens, justement, c'est aussi un de mes projets :up:
Je cherche de la doc.pour construire, aménager, organiser tout ça.

Je vais peut être m'inspirer de la "méthode scout", en utilisant des grosses branches ou des bûches, des planches, des parpaing. Tout ce que je vais pouvoir récupérer en fait!
Le four solaire ne me semble plus aussi intéressant en région parisienne.
"Pour vivre heureux (et vieux), marchons invisible et silencieux"

"Le courage est le juste milieu entre la peur et l'audace"

"Je marche au pas de Loup"

12 décembre 2014 à 19:19:47
Réponse #4

Tompouss


Bien vu Campeur pour la mare, ça peut aussi servir à conserver ses prises de pêche vivantes en cas de pépin, plus qu'à se servir au moment du repas  :)
"Pour celui qui ne sait pas vers quel port il navigue, aucun vent n'est favorable" Sénèque

12 décembre 2014 à 20:19:00
Réponse #5

azur


une cuisine d'été (four - barbecue et "plaque chauffantes" alimenté au bois)
Dans le même esprit, je me suis intéressé aux fours à flammekuche qu'on trouve en Alsace.
Certains sont conçus de façon modulaire et peuvent servir également de four à pain, de barbecue, de fumoir... la conception peut surement être adaptée avec un bâti en pierre.
Du coup, d'un accessoire de "confort", on passe à un objet assez pratique dans une optique d'autonomie (surtout four à pain et fumoir)

http://www.fours-au-feudebois.com/fours-a-bois.htm

Après, il y a aussi la solution de récupérer une vielle cuisinière à bois, on en trouve assez bon marché dans les petites annonces.
Tout le monde savait que c'était impossible... est venu un idiot qui ne le savait pas, et qui l'a fait!

13 décembre 2014 à 14:44:00
Réponse #6

Campeur


(...)
Du coup, d'un accessoire de "confort", on passe à un objet assez pratique dans une optique d'autonomie (surtout four à pain et fumoir)
(...)

je pense que l'idée est la, pas obligatoirement chercher un "au cas ou", mais plutôt ce qui pratique dans un contexte normal, devient essentiel dans un contexte dégradé.

bien vu Tompouss, l'idée du vivier... mais il va falloir que je me mette à la pêche  :)

camoléon, je te tiens au jus, si je dessine quoique ce soit sur le sujet

Bonne journée
"Posséder les arts de la paix mais non ceux de la guerre, c'est un manque de courage...posséder les arts de la guerre mais non ceux de la paix, c'est un manque de sagesse" Wang Yang Ming (1472 - 1529)

13 décembre 2014 à 15:10:01
Réponse #7

Jco


Etant donné qu'en Belgique on enchaine les grèves, je m'intéresse moi aussi à la question ! Je sais que le CEETS propose un module "72 heures", je vais essayer d'y participer la prochaine fois que ca s'organise.

En attendant, je cherche des pistes, avec la particularité qu'on vit en appart !

Bon on a la chance d'avoir une terrasse et un barbecue, mais ca va pas plus loin (difficile de s'approvisionner en bois, de le stocker, etc...).

Pour l'instant ce qu'on fait (deux jeunes sans enfants):
  • Essayer de faire tourner un petit stock de produits d'alimentation de base (mais bon on a pas trop de place)
  • Conserver un pack ou deux de flotte d'avance... (normalement on bois l'eau du robinet)
  • Y'a un bidon de 100 l sur la terrasse pour récupérer l'eau de pluie
  • Je conserve un gros sac de charbon pour le BBQ
  • On a le matos de rando qui peut servir en cas de coupure de gaz (chauffage/cuisson) ou d'électricité (lumière): lanternes, réchaud gaz, sacs de couchage
  • Une pharmacie de base
  • On connait bien tous les voisins de l'immeuble (apéros, etc.)
  • On s'entend bien avec le proprio et on partage un petit compost dans une cour (permet de réduire les déchêts)

Je sais pas si vous avez d'autres idées...




13 décembre 2014 à 15:11:16
Réponse #8

metabaron


Peut etre un groupe electrogène, non? Pour alimenter éclairage et petit materiel...
pour pomper l'eau de ta reserve tu fais comment? Et pour la purifier?
(Accesoirement, le vivier ou la mare peut servir de reservoir d'eau supplémentaire)
Le filtre Berkey, ça à l'air trop beau pour etre vrai, c'est efficace?

13 décembre 2014 à 15:20:37
Réponse #9

Tompouss


Des bonnes batteries à décharge lente ça aide pas mal en cas de rupture de la normalité, avec un système d'éclairage à led ça tient très longtemps avant d'être à sec.

Après j'ai cette solution parce que j'ai trois énormes batteries marine qui me servent pour la pêche en temps normal.
"Pour celui qui ne sait pas vers quel port il navigue, aucun vent n'est favorable" Sénèque

13 décembre 2014 à 16:21:50
Réponse #10

Phil67


Etant donné qu'en Belgique on enchaine les grèves, je m'intéresse moi aussi à la question ! Je sais que le CEETS propose un module "72 heures", je vais essayer d'y participer la prochaine fois que ca s'organise.

En attendant, je cherche des pistes, avec la particularité qu'on vit en appart !
Il faut distinguer les solutions adaptées à une "rupture de la normalité" pendant quelques jours (moins d'1 semaine) et celle visant à une autonomie plus quotidienne. Les secondes seront adaptées dans le 1er cas, mais souvent plus contraignantes (p.ex. appartement) ou chères pour peut-être ne jamais servir (p.ex. groupe électrogène).


Citer
Je sais pas si vous avez d'autres idées...
En partant du cas le plus défavorable en logement collectif (p.ex. coupure de courant sur 72H en hiver type tempête de 1999) :
  • L'eau courante risque de s'épuiser rapidement : pompes HS pour remonter l'eau dans les châteaux d'eau = plus de pression dans les étages. Pour peu qu'il fasse froid : exit l'eau de pluie sur la terrasse. Prévoir du stock en bouteilles pour la boisson et remplir la baignoire pour l'hygiène tant qu'il reste de la pression.
  • Le chauffage va se couper (même au gaz ou au fuel) : pompes HS. Les sacs de couchage et les doudounes seront bien utiles.
  • L'hygiène va devenir un problème sans eau courante : prévoir une bonne dose de Javel pour les toilettes et éventuellement d'autres solutions en dernier recours type grand sac poubelle + litière à chat ou sciure (sujet déjà abordé dans le forum).
  • Pour la nourriture : prévoir au moins une moitié de repas froids (on peut manger froid toute l'année même en hiver) pour ne pas trop se compliquer la vie et économiser les combustibles.
  • Pour l'éclairage : vive les petites lampes à LED moderne et les batteries rechargeable NiHM à faible auto-décharge. Avec 2-3 lampes et un bon jeu de batteries AA ou AAA préchargées on peut tenir très facilement pendant plusieurs jours même en hiver avec des jours courts.
  • Important : prévoir de quoi passer le temps sans TV / radio / web / ordinateur / tablette / smartphone ni moyen d'aller prendre l'air avec une météo pourrie. En (jeune) couple ça n'est pas trop un souci ! (On a d'ailleurs constaté un pic de naissances 9 mois après une grande coupure de courant générale à New-York.) ;#

La problématique en logement collectif est différente de celle d'une maison individuelle. P.ex. le groupe électrogène sera AMHA contre-productif en appartement (encombrant, stockage du carburant, polluant, cher, inutile 99% du temps, même en cas de panne de courant sauf à vouloir sauver le contenu du réfrigérateur et du congélateur) alors qu'il peut être quasi-indispensable dans certains cas en maison individuelle (p.ex. bricolage avec un grand terrain ou en cas de coupure : relevage des eaux de pluie, chaudière et pompe pour maintenir la maison hors-gel...).
Nous avons deux vies, la seconde commence lorsqu'on réalise qu'on en a qu'une.

13 décembre 2014 à 19:18:52
Réponse #11

fredFLT


Bonjour à tous,

Je rejoins tout à fait Phil67.
Sauf catastrophe d’origine naturelle ou humaine nécessitant une évacuation (hypothèse ayant peu de chance de se produire pour la plupart d’entre nous), le domicile reste le meilleur endroit où rester. Les raisons en sont évidentes (connaissance de l’environnement, du voisinage, stockage possible…).
Aussi, ce sujet apparaît très pertinent.
Effectivement, il faut distinguer la situation durable (plusieurs semaines, mois, voir années) qui, à mon avis, a peu de chance d’arriver (en tout cas du jour au lendemain), de la situation transitoire de quelques heures à quelques jours qui peut survenir en tout point du territoire et à tout moment.
J’ai souvent pensé que le plus embêtant (et ce qui a le plus grand risque de survenir) serait la panne électrique (chute d’arbre sur une ligne, rupture d’une ligne sous le poids de la glace, black-out généralisé…évènements qui ont plus de risque de survenir en hiver !).
Notre quotidien étant totalement dépendant de l’électricité et cette dernière tellement disponible à volonté que l’on a tendance à oublier tout ce que nous n’aurions plus si elle est absente :
-Plus d’eau
-Plus de chauffage
-Plus de lumière
-Plus de congélateur et réfrigérateur
-Plus d’essence (car plus de pompes)
-Plus de moyen de faire chauffer sa nourriture
-Plus de sèche-linge
-Plus de moyens de communication (plus de relais pour les portables et les « fixes » qui fonctionnent à partir de box et avec des appareils sans fils utilisant des batteries).
-Plus de source d’information (pas d’internet, de TV, de radio…)
-Plus de moyen de paiement (pour les cartes et les distributeurs)
Et, bien sur, tout cela arrivant de façon totalement IMPREVISIBLE
Evidemment, avoir prévu le coup et anticiper par un stockage préalable de ce qui risque de manquer est la meilleure et la plus évidente des choses.
Mais y a-t-il parmi vous qui se sont retrouvés dans cette situation et qui ont été confrontés à des problèmes inattendus autres que ceux déjà cités ? Si c’est le cas, merci de faire partager votre expérience.
Pour ne citer qu'un évènement récent: Le disjoncteur de mon domicile avait sauté. Je ne pouvais alors plus ouvrir mon portail (électrique) qui est alors bloqué en position fermé ni sonner (sonnette électrique). J'étais bloqué devant ma propre porte!

« Modifié: 13 décembre 2014 à 19:57:27 par fredFLT »

14 décembre 2014 à 05:03:36
Réponse #12

Claude Ponthieu


Le lieu et le type de résidence sont déterminants, ainsi que les habitudes de vie — 2 exemples extrêmes, propriété à la campagne et location dans HLM d’un petit appartement (sans balcon/terrace, sans cave, interdiction d’utiliser le gaz et barbecue, etc.).
Dans le second cas, on comprend vite qu’il y a une totale dépendance au système…, les solutions seront plus complexes à mettre en œuvre.
« Modifié: 14 décembre 2014 à 22:04:18 par Claude Ponthieu »
Nous avons eu une culture riche en expérience et pauvre en information.
Aujourd’hui, nous sommes riches en information, mais au seuil de pauvreté de l’expérience réelle.

14 décembre 2014 à 07:42:55
Réponse #13

azur


Vite conclu, Tchernobyl ! :(
Combien d'accidents nucléaires majeurs depuis l'existence des centrales?
Donc effectivement, hypothèse ayant peu de chance de se produire pour la plupart d’entre nous.
Tout le monde savait que c'était impossible... est venu un idiot qui ne le savait pas, et qui l'a fait!

14 décembre 2014 à 08:36:02
Réponse #14

fredFLT



Vite conclu, Tchernobyl ! :(

Bonjour,
Je voulais juste dire par là qu’il faut prioriser les risques et donc les moyens de parer aux incidents selon l’ordre de fréquence de probabilité de survenue.
Cela ne signifie en rien que le risque de catastrophe type Tchernobyl est nul (mais simplement très faible comparativement à celui d'une coupure d’électricité)
 ;)

14 décembre 2014 à 11:52:51
Réponse #15

Phil67


Cela ne signifie en rien que le risque de catastrophe type Tchernobyl est nul (mais simplement très faible comparativement à celui d'une coupure d’électricité).
Les grosses catastrophes humaines(*) type Tchernobyl, rupture de digue, glissement de terrain massif, tremblement de terre, tsunami... ont plus de conséquences à court et long terme qu'une simple coupure de courant de quelques jours.

Le risque pondéré (probabilité × conséquence) devient du coup plus élevé.

En revanche la préparation contre ce type de catastrophe va à l'encontre d'une recherche d'autarcie ou d'autonomie au quotidien. Il faut être prêt à déguerpir au plus vite en laissant TOUT derrière sur place de façon quasi-définitive sans espérer être un jour indemnisé à la hauteur des pertes.

Dans cette hypothèse il vaut donc mieux être locataire que propriétaire pour limiter les pertes potentielles (donc moins de marge de manœuvre pour les aménagements du quotidien). De plus toutes les heures investies à bricoler et améliorer son quotidien ne seront pas remboursées contrairement à des travaux avec facture (même si on y laisse des plumes), etc...

La logique serait donc de rester locataire en minimisant les biens matériels (comme les étudiants pouvant déménager à l'autre bout de la France en 1 seul trajet de voiture) d'où une plus grande dépendance au quotidien.


(*) humaines : car elles sont quasiment toujours dues indirectement à l'humain par sa technologie ou sa mauvaise gestion et prévention des risques naturels.
Nous avons deux vies, la seconde commence lorsqu'on réalise qu'on en a qu'une.

14 décembre 2014 à 16:00:42
Réponse #16

fredFLT


Les grosses catastrophes humaines(*) type Tchernobyl, rupture de digue, glissement de terrain massif, tremblement de terre, tsunami... ont plus de conséquences à court et long terme qu'une simple coupure de courant de quelques jours.

Le risque pondéré (probabilité × conséquence) devient du coup plus élevé.

En revanche la préparation contre ce type de catastrophe va à l'encontre d'une recherche d'autarcie ou d'autonomie au quotidien. Il faut être prêt à déguerpir au plus vite en laissant TOUT derrière sur place de façon quasi-définitive sans espérer être un jour indemnisé à la hauteur des pertes.


Depuis plusieurs décennies (disons un siècle) combien de catastrophes ont, sur le territoire français, nécessité une évacuation durable de la population ?
Aucune. Il n’y a pas eu de tsunamis, tremblement de terre, accident de centrale…justifiant l’évacuation d’une zone géographique.
Par contre il y a chaque hiver des territoires entiers se retrouvant sans électricité.

14 décembre 2014 à 16:13:53
Réponse #17

Ulf


Citer
Depuis plusieurs décennies (disons un siècle) combien de catastrophes ont, sur le territoire français, nécessité une évacuation durable de la population ?

Aucune. Il n’y a pas eu de tsunamis, tremblement de terre, accident de centrale…justifiant l’évacuation d’une zone géographique.

Aucune ?



http://fr.wikipedia.org/wiki/Exode_de_1940_en_France

Aucune ?



Si certains avaient été mieux informés, je parie qu'ils auraient préféré partir durablement. Mais bon, comme le cancer précoce c'est le remède au financement des retraites...

14 décembre 2014 à 17:18:30
Réponse #18

fredFLT


Il est vrai que j'avais plutôt à l'esprit les catastrophes naturelles.
Encore une fois, l'idée n'est pas de dire que le risque de grande catastrophe avec évacuation massive est nulle mais qu'il est peu élevé.

14 décembre 2014 à 17:59:02
Réponse #19

Djeep


BJR Le risque est peu élevé sauf lorsque tu le prends en pleine figure. Il suffit d'une fois ! HN
Allumez le feu :-)
Donnez un titre honorifique à un clampin et il se sentira l'âme d'un petit chef !

14 décembre 2014 à 19:01:02
Réponse #20

Capucine


Bonsoir,
Je rejoins tout a fait FredFLT. Il y a une dizaine d'années, je me suis retrouvée dans une situation de "survie", a mon domicile, pendant une semaine.
En effet, une grosse chute de neige de plus de 1m, s'est produite dans une soirée, ce qui est totalement inhabituel en Provence,
Les infrastructures spéciales inexistantes et les pouvoirs publics locaux autant dépassés qu'incompétents en la matiere ont fait que le village est resté bloqué sans eau, sans électricité, sans moyens de communication...
Mon mari surpris par la rapidité de la chose n'a pas pu me rejoindre et je suis restée seule avec deux enfants jeunes a devoir me débrouiller !

Je vous donne ve témoignage pour montrer que pas besoin d'apocalypse pour devoir se retrouver en mode de survie !!

14 décembre 2014 à 21:47:42
Réponse #21

Karto


Des tas de scénarios possibles, avec des probabilités variables selon les endroits et les modes de vie de chacun. Certains scénarios vont appeler à partir sous des cieux plus accueillants, d'autres à surmonter une chute temporaire des réseaux en restant à la maison. C'est pas parce qu'on prépare l'un qu'on exclue l'autre.

Alors je trouve décevant de voir la discussion délibérément étouffée avec des rengaines étayées par rien du tout, se plaçant dans des camps artificiels qui n'ont aucune raison de s'opposer.

15 décembre 2014 à 08:39:58
Réponse #22

Draven


Tout a fait d'accord avec Karto, faut pas se bloquer sur une seule hypothèse en fonction de son expérience ou de son ressenti. Ma femme n'a jamais eu de crevaison en voiture, pour autant elle a une roue de secours dans son coffre...  :-[

Après il faut rester rationnel, faire en fonction d'un cahier des charges pour bien se rendre compte de ce qu'il y a de possible a faire, mais aussi d'impossible...

Concrètement, on peux classer les " incidents " qui poseront problèmes en plusieurs catégories :

- Très probable a plus ou moins long terme ( qui arrive régulièrement et ou qui va forcement arriver statistiquement... )
- Probable ( rare mais déjà vu dans votre secteur )
- Peu probable ( mais pas impossible pour autant, apprendre du passé )
- Très peu probable ( attaque de zombie, aliens, etc...  :lol: )

Ensuite faut voir concrètement ce qu'il est possible de faire. Réussir a se passer un minimum d'électricité pour cuisiner et se chauffer par exemple ça peux être une bonne idée. Mais faut rester " logique ".

Par exemple : pour le chauffage, en cas de coupure complète des services publiques et des réseaux, j'ai décider qu'il serait inutile et impossible de chauffer efficacement ma maison entière, en revanche mon poele a bois/foyer fermé peux assurer le chauffage de la pièce a vivre de manière totalement autonome en courant, et donc on peux s'installer dans cette pièce la ( en temps normal il chauffe 90% de la maison, mais va consommer plus de bois, et l'appoint sera fait avec des convecteurs électriques, on peux donc se passer de ça et réduire la conso de bois en se limitant le volume a chauffer ).

Et y'a des risques dont se protéger est irréaliste, en cas d'attaque nucléaire directe sur ma région, je m'attends pas a ce que mes poules, mon potager et mes toilettes sèches me soient d'une quelconque utilité, donc j'ai pas vraiment tenu compte de ces risques la en direct, en revanche j'ai lu un peu sur la manière de se protéger des retombées radioactives en cas d'incident ou d'attaque nucléaire plus loin. Mais c'est pas vraiment la 1ere chose dont je me préoccupe quand j'me réveille le matin ( en revanche, nourrir ma meute et chauffer ma tanière si ! ).
Version humaine de l'Ursus arctos middendorffi
FlickR

15 décembre 2014 à 15:08:08
Réponse #23

Mezig


Je voudrai rebondir sur l'astuce de Tompouss d'utiliser la mare comme vivier à poissons.
Je trouve cela très intelligent mais quelques questions se posent à moi.
Du fait que la densité de vie dans la mare est augmenter, ne risque t'on pas de se retrouver avec une eau plus chargé en pollution animale et donc, plus délicate a traité si l'on compte s'en servir pour parer une carence en eau potable ?

Plus de poissons dans la mare égal moins de bouffe disponible pour eux; comment y remédier sans trop se prendre la tête ?
Les moyens sont la fin.

15 décembre 2014 à 19:04:55
Réponse #24

Tompouss


Tu auras plus de pollution organique et formation de vase à long terme, pour la bouffe dans une marre à proprement parler il va y avoir colonisation par toute une foule d'invertébrés qui serviront de nourriture aux poissons.

Par contre si j'avais le choix je préfèrerai consommer une eau courante qu'une eau stagnante.

Pour la bouffe des poissons on peut complèter par des vers, des éventuels restes alimentaires...
"Pour celui qui ne sait pas vers quel port il navigue, aucun vent n'est favorable" Sénèque

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité