Nos Partenaires

Auteur Sujet: Différence entre finition de lame.  (Lu 4621 fois)

08 septembre 2014 à 16:45:25
Lu 4621 fois

Erete


J'ai chercher sur le forum et je n'est pas trouver la réponse a ma question.

je voudrais savoir s'il y a des différences entres les finitions suivantes:
- Aspect brut de forge
- Aspect de forge martelé
- Brossé
- Satiné
- Miroir
Je parle en terme de résistance à la rouille, entretien ou utilisation pratique en objectant le coté esthétique.

Merci d'avance.

08 septembre 2014 à 20:01:02
Réponse #1

bpc


le pire, c'est les lames enduisent de peinture, le fameux "coating".......

08 septembre 2014 à 21:47:17
Réponse #2

mrfroggy


le poli miroir retarde un peu plus l oxydation.
Bbc: qu est ce que tu as contre le coating? quand il est bien fait, il est suffisamment résistant. Mon Swamprat en est équipé et je suis bien content d ailleurs.
Même si de l eau se glisse sous les plaquettes (rivetées) , il y a moins de risque que de l oxydation se développe.
Et une fois le couteau réellement utilsé , le coating se lisse, et ne gene plus la pénétration dans le bois.
une photo de la lame qui a pas mal subie, puis du manche:


« Modifié: 08 septembre 2014 à 22:45:41 par mrfroggy »
Les Hommes qui sont nés pour jouir véritablement de la vie font ce qui leur plaît, à l’heure où cela leur plaît, et ne perdent pas leur temps à prévoir l’avenir, à se garer de catastrophes imaginaires. (Alfred Capus)

08 septembre 2014 à 22:38:56
Réponse #3

Ghjallone


le poli miroir retarde un peu plus l oxydation.
Jbc: qu est ce que tu as contre le coating? quand il est bien fait, il est suffisamment résistant. Mon Swamprat en est équipé et je suis bien content d ailleurs.
Même si de l eau se glisse sous les plaquettes (rivetées) , il y a moins de risque que de l oxydation se développe.
Et une fois le couteau réellement utilsé , le coating se lisse, et ne gene plus la pénétration dans le bois.
une photo de la lame qui a pas mal subie, puis du manche:
+1
On appelle ce type de finition "Stripped", on voit parfois passer des couteaux de seconde main définis ainsi: des couteaux couverts d'un coating que l'on a retiré.
J'ajouterais que certains coatings comme le "GunKote" utilisé par CRK et le "Cerakote" tiennent remarquablement bien à l'usure et ajoutent à la protection sans rien gêner.

Pour la protection contre l'oxydation, le mieux est un poli miroir, puis une patine forcée (au perchlo, vinaigre...) suivie d'un coup d'huile ou un phosphatage pour les plus bricoleurs d'entre vous. :)
j'ai toujours pardonné a ceux qui m'ont offensé.
mais j'ai la liste.

08 septembre 2014 à 22:47:43
Réponse #4

mrfroggy


On imagine difficilement un soldat ou chasseur , utiliser une arme a feu (oxydable)sans aucune protection sur le métal, alors pourquoi un couteau de terrain(oxydable) devrait faire exception?  ;)
Mais ce n est qu une préférence personnelle , rien n est obligatoire , chacun fait comme il  veut  :)
Les Hommes qui sont nés pour jouir véritablement de la vie font ce qui leur plaît, à l’heure où cela leur plaît, et ne perdent pas leur temps à prévoir l’avenir, à se garer de catastrophes imaginaires. (Alfred Capus)

08 septembre 2014 à 22:58:32
Réponse #5

Ghjallone


C'est tout a fait vrai.
Mais l'un n'empêche pas l'autre: je n'ai jamais vu d'arme qui ne soit bronzée, ou couverte d'une forme de coating quelconque. ;)
j'ai toujours pardonné a ceux qui m'ont offensé.
mais j'ai la liste.

09 septembre 2014 à 10:02:45
Réponse #6

bpc


chacun voit midi à sa porte.

bon, dans le monde quasiment personne ne protège l'acier de ses lames.
si ce n'est avec un corps gras.

même chez nous, pendant des siècles, ont laissaient l'acier des canons poli, comme avant on faisaient de même avec les armures.

on les entretenaient:
pour enlever la rouille on les frotter avec de la brique pilée mélangée avec de l'huile.

en fait, l'acier peut rouiller légèrement.
tant que la rouille ne traverse pas, l'objet reste opérationnel.
si c'est une lame, il suffit juste de passer un coup de pierre sur le fil pour que l'objet fonctionne.

de toute façon, une lame qui sert régulièrement s'oxyde légèrement et il suffit d'un entretien minimal.


c'est évidement des nécessitées commerciale  qui font proposer des revêtements, en piochant dans ce que fait l'industrie pour d'autres branches.

par exemple, ça fait longtemps qu'il y a du coating sur le flanc des marteaux....
avant ça, c'était de la peinture ordinaire ou avec des effets.
auparavant encore, on les huilés.


les techniques de peintures permettent de stocker facilement des aciers non inox, sans avoir parfois à nettoyer l'objet avant de le donner au client.

c'est aussi la raison pour laquelle les couteliers ont bien aimés diffuser l'acier inox au départ.


sinon, j'avais avant hier un ESSE 6 neuf dans les mains:
pouah, je trouve que c'est une horreur c'est peinture sur une jolie lame.
en plus, c'est incroyablement rugueux.

qu'elle idée....
imaginez une lame de sabre japonais peinturlurée !!!!

l'acier est une trop belle matière pour la cacher sous de la peinture.

09 septembre 2014 à 10:12:10
Réponse #7

Erete


Appart la finition miroir qi resiste plus a la rouille, pas de d'autre un infos ?

09 septembre 2014 à 10:39:51
Réponse #8

Ghjallone


Je pense que les gens qui ont conçu les RC avaient autre chose en tête que de faire des jolis couteaux.
j'ai toujours pardonné a ceux qui m'ont offensé.
mais j'ai la liste.

09 septembre 2014 à 10:42:10
Réponse #9

bpc


Je pense que les gens qui ont conçu les RC avaient autre chose en tête que de faire des jolis couteaux.

ah, bon......... et tu crois que les gens qui concevaient des chachkas, des kinjals, des katanas, etc......n'avaient pas les mêmes préoccupations !   :lol:

09 septembre 2014 à 10:49:45
Réponse #10

Ulf


J'ai chercher sur le forum et je n'est pas trouver la réponse a ma question.

je voudrais savoir s'il y a des différences entres les finitions suivantes:
- Aspect brut de forge
- Aspect de forge martelé
- Brossé
- Satiné
- Miroir
Je parle en terme de résistance à la rouille, entretien ou utilisation pratique en objectant le coté esthétique.

Merci d'avance.

Tu peux rajouter une finition dont je ne connais pas le nom. Il s'agit d'une sorte de bronzage industriel qui ressemble à de l'anodisation noire.

On retrouve cela sur le KS8f ou le Bushcraft Black.

Cette finition est lisse (pour la coupe) et apporte une résistance à la corrosion.


09 septembre 2014 à 10:54:12
Réponse #11

Ghjallone


ah, bon......... et tu crois que les gens qui concevaient des chachkas, des kinjals, des katanas, etc......n'avaient pas les mêmes préoccupations !   :lol:

C'est exactement ce que je crois.
Tu peux rajouter une finition dont je ne connais pas le nom. Il s'agit d'une sorte de bronzage industriel qui ressemble à de l'anodisation noire.

On retrouve cela sur le KS8f ou le Bushcraft Black.

Cette finition est lisse (pour la coupe) et apporte une résistance à la corrosion.


C'est un phosphatage. ;)
j'ai toujours pardonné a ceux qui m'ont offensé.
mais j'ai la liste.

09 septembre 2014 à 11:02:37
Réponse #12

bpc


C'est exactement ce que je crois.


Tu as raison, c'est vrai qu'ils ne faisaient pas des couteaux pour faire des tests sur yout... .   :D


pensez que les gens dont les armes principales étaient les armes blanches en savaient quelque chose par rapport à nous...... pour qui ce n'est qu'un accessoire supplémentaire.

09 septembre 2014 à 11:54:54
Réponse #13

lambda


Salut. :)

Le problème de la rouille au final reste peut important, AMHA, si on respecte les 2 conditions suivantes:

- On n'est un utilisateur régulier, journalier de ces couteaux, que ce soit pour dehors, pour sa cuisine, bricoler... rien d'extrême, ca peut-être simplement "ménager"

- On est pas collectioneur de la chose.

De ces 2 considerations il découle que naturellement, on se retrouve au fil du temps, et sans vraiment y penser avec 2 ou 3 couteaux qu'on utilisent vraiment:

- un pliant,
- un petit fixe d'un gabarit de Mora ou équivalent,
- un gros couteau de camp, ou une hache/hachette ou une machette.

(c'est juste un exemple de set comme un autre... vous modulez suivant les cas de chacun... ;) )

A partir de la en fait que la lame soit "coatée" ou pas ne me semble pas vraiment important...

- le pliant est tout le temps dans la poche et utilisé à tout heure de la journée, pour manger, bricoler, essuyé a la serviette ou au pantalon...
- le petit fixe: idem pour de la rando a la journée ou plusieurs jours, ou au moins le soir a la cuisine, donc nettoyage après et séchage... bref vaisselle normale,
- le gros couteau de camp, ou hache/hachette ou machette moins fréquemment, mais du coup, un petit coup de chiffon gras une ou 2 fois par semaine, pas de stockage en étui et roulez jeunesse...

Bref l'idée qui me semble intéressante c'est de minimaliser le nombre de lames vraiment utiles dans nos vies, ce qui conduit à les utiliser régulièrement, et a ne pas faire devenir fastidieux le "petit coup de chiffon gras" nécessaire à leur entretiens, parce que ca se fait finalement sans y penser... En fait à chaque fois qu'on a fini d'utiliser l'un des 3 ou 4 outils mentionnées plus haut...

De ceci, ile en découle qu'au niveau finition lame, pour rester le plus simple possible: un acier non allié, une finition miroir ou mat/satinée sans aucun coating reste tout a fait suffisante et fonctionnelle... avec la création à l'usage et en donnant le temps au temps, d'une patine naturelle qui assure aussi il est vrai une légère protection à l'oxydation... Une sorte de "bronzage" qui se fait à l'usage, le bronzage étant en fait, généralement parlant, une forme d'oxydation contrôlée permettant de "passiver " la surface d'un métal.

Il m'arrive de me retrouver avec plus que ces 3 ou 4 lames nécessaires, parce que comme beaucoup ici, j'aime bien l'outil en lui-même... 99% du temps, des trucs que j'ai forgé ou usiné... Et régulièrement. après plusieurs cycles de "rangements", je constate que beaucoup de ces lames sont piquées de rouille... C'est le signe sans ambiguité pour moi que ces lames ne me sont pas utiles, puisque je ne les sort jamais... Je les bazarde alors simplement, don, troc, ou retour à la reserve d'acier pour devenir autre chose... et au final, ce sont toujours les 3 ou 4 citées plus haut que je retrouve bien entretenues, juste patinées...

Tout ce ci reste très subjectif dans la facon de faire et parfaitement modulable suivant vos habitudes à chacun(qui plus est je suis un simple terrien, pour les gens vivant journalièrement en milieu marin, typiquement, bien que laproblématique soit la meme, la nature des lames/outils choisis sera différente. Pour ceux ayant besoin de lames/outils tranchant dans un contexte plus "martial" aussi... avec parfois la nécessité au contraire d'avoir un coating sur leurs outils...) ...
Mais je trouve que ca simplifie ma vision des choses et ne m'a jamais fait poser la moindre question sur la nécessité d'un coating ou d'une finition quelconque que je ne pourrais pas obtenir et entretenir moi-même pour mes outils.

Idées en vrac...

à+,
Lambda :)
"I want to live in a society where people are intoxicated with the joy of making things." William S. Coperthwaite

09 septembre 2014 à 12:29:07
Réponse #14

Erete


Il est vrai plus on utilise un outil, moins il a le temps de rouiller, mais prenons l'exemple du brut marteler, les parties au fond des petits "cratères" ne pas souvent en contact donc rouillera.
La question ne ce pose pas si on prend un industriel mais pour un artisanale...

09 septembre 2014 à 13:00:32
Réponse #15

Pierrot


Citer
mais prenons l'exemple du brut marteler, les parties au fond des petits "cratères" ne pas souvent en contact donc rouillera.

Pour moi un couteau "brut de forge", c'est un couteau......qui n'est pas fini.  :lol:

Pareil pour le brut martelé, d'ailleurs.

Sans aller au poli miroir, un bon coup de feutre émerisé permet d'avoir une surface lisse, facile d'entretien même pour un acier oxydable et ne demande une débauche de travail supplémentaire.

La référence à Heaulmes, plus que bof......  :down:




09 septembre 2014 à 14:24:31
Réponse #16

lambda


Salut. :)

Pour la finition "Brut de forge", Il faut se rendre compte que normalement, si le travail de forge a ete bien fait, on ne devrait pas avoir de petits "crateres" ou coups de marteau, en tout cas, vraiment très peu...

Brut de forge, ne veut pas forcément dire "pas fini" ou "mal fini" ou "rugueux de surface", c'est juste une lame qui n'a pas subi de travail d'abrasion, si ce n'est sur le tranchant de la lame et l'émouture (quoique pas forcément si le forgeron a bien bossé et bien "descendu" ces émoutures...).

En fait, un bon "brut de forge" fait par un forgeron compétent verra ses surfaces pardoxalement "coatée" de facon homogènre par une couche de calamine provenant de la trempe (bien marquée pour celles faites à l'huile).

à+,
Lambda

PS: AMHA, hein, comme d'ahab quoi...:)
"I want to live in a society where people are intoxicated with the joy of making things." William S. Coperthwaite

09 septembre 2014 à 16:39:37
Réponse #17

Kilbith


Je voudrais savoir s'il y a des différences entres les finitions suivantes:
- Aspect brut de forge
- Aspect de forge martelé
- Brossé
- Satiné
- Miroir
Je parle en terme de résistance à la rouille, entretien ou utilisation pratique en objectant le coté esthétique.

AMHA,

Techniquement la meilleure finition c'est "Miroir" :
- Elle augmente la résistance à l'oxydation (moins de surface exposée à l'oxydation)
- Elle augmente la qualité de coupe (moindre friction donc baisse de la résistance à la pénétration de la lame)
- Elle renforce la durabilité du tranchant (un tranchant poli miroir ne comporte pas de stries qui sont autant d'amorces de rupture)
- C'est la plus hygiénique (moins d’accroche de matière, moins de développement bactérien, plus facile à nettoyer...)
- Elle est un bon indice de la qualité du travail fourni par le coutelier (les autres finitions permettent souvent d'avoir des "caches misères").

Le fait est que rares sont les couteliers qui offrent une finition miroir.
D'une part, elle demande un long temps de travail. Et la tâche est peu intéressante et demande beaucoup de méticulosité donc les couteliers renâclent à le faire. Il faut dire que le client est souvent prêt à payer pour une trempe différentielle, un hamon, un acier sophistiqué, un scrimshaw...mais pas pour des heures passés à polir.

Le poli miroir n'a que deux inconvénients. D'une part, la lame n'est pas "tactique" mais au besoin on peut toujours la revêtir et puis qui a réellement besoin d'être discret avec un couteau? D'autre part, plein de gens hésitent à griffer une lame "miroir" et donc ne l'utilise pas. Ce sont les mêmes personnes qui ont une super cuisine dont ils sont très fier, mais font la cuisine sur un tripatte dans le garage pour ne pas l'user... ;#

Là ou le marketing est très fort, c'est qu'il arrive parfois à nous vendre plus cher des trucs qui coutent moins cher à produire. Par exemple les lames "brut de forge" ou les lames "brut de finition".

Exemple :
Dans les années 80 le graal du couteau tactique c'était le "tanto" de chez Cold Steel, c'était aussi le premier couteau industriel aussi cher. Bonne campagne de marketing dans Cibles et la Passion des Couteaux où on voyait cette lame traverser des capots, des bidons et des gilets. Un must vous dis-je.
Il existait une version "parfaite" le tanto, et une version "finition brute"  le recon tanto qui était positionnée moins cher.
Ces couteaux, bien que fonctionnels, étaient probablement des produits n'ayant pas passé les tests de fin de production (manche mal ajusté, traces sur les lames....) la finition rustique de la lame cachait la misère. Comme c'était moins cher, ce n'était pas du vol.

Le problème c'est que par la suite, on a parfois présenté les versions "coated", cache misère, comme étant une amélioration "taktikeul", donc plus onéreuse :  ;#

C'est un peu comme les Harleys. Le bruit et les vibrations sont surtout le résultat d'une technologie obsolète ancienne : moteur bicylindre non équilibré par construction. Mais ces défaut sont désormais un argument marketing important de la marque. 

:o (je vais devoir émigrer en Patagonie Extérieure après une telle affirmation)
« Modifié: 09 septembre 2014 à 18:55:40 par Kilbith »
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

09 septembre 2014 à 19:07:51
Réponse #18

jeanluc


Pour le "Recon Tanto", c'est ainsi qu'il etait baptisé , c'etait même pour essayer de camoufler une très grosse asymétrie de l'emouture....! enfin ,sur le mien en tous cas ;D

09 septembre 2014 à 19:48:11
Réponse #19

Hurgoz


Yo,

Did, je suis, en gros d'accord avec toi, mais tu oublis un tit truc sur le poli miroir: il est clairement plus chiant à entretenir (N.B: à coeur patient, rien n'est impossible ;) ).

Si on veut qu'une émouture miroir, continue à l'être, il faut passer par la phase polissage après chaque affutage...je vous laisse imaginer le boulot si, par malheur l'oxydation s'installe et qu'il faut tout repolir  ;#

Pour ce qui est TS, personnellement, je ne vois pas trop l'intéret - sauf cas bien particulier (mais pour lesquels, le choix d'une lame inoxe serait la meilleure des idées): déjà, comme tout ce qui subit un frottement, ça s'use...plus ou moins vite, mais ça s'use. Ensuite, ça s'abime (genre un raté à l'affutage) et enfin, et surtout, je ne connais aucun moyen pour refaire à l'original un coating moi même, donc sa ne s'entretien pas  :down:

Après, il y a plein de moyen peu contraignant d'éviter l'oxydation sur une lame....en commençant par une fine couche d'oxydation: la patine ;)

Edit
C'est exactement ce que je crois.
Et tu as bien raison: eux n'avaient pas que l'humidité: ils devaient en plus s'emmerder avec l'oxydation due au sang ;)

Pour moi un couteau "brut de forge", c'est un couteau......qui n'est pas fini.  :lol:

J't'en foutrais du "pas fini" moi!  >:(  ;)

Les bruts de forges, j'en ai quelques uns, et à la condition de les essuyer après usage, j'ai aucuns soucis. Le pire que j'ai eu, se sont des point d'oxydation sur la partie polie et pas sur le brut ;)

Tcho

Hugo
« Modifié: 10 septembre 2014 à 00:16:37 par Hurgoz »
"Considérant qu'il est essentiel que les droits de l'homme soient protégés par un régime de droit pour que l'homme ne soit pas contraint, en suprême recours, à la révolte contre la tyrannie et l'oppression." DUDH

09 septembre 2014 à 21:15:53
Réponse #20

Ulf


Il y a brut de forge et brut de forge.

Je pense par exemple à un coutelier rencontré récemment qui propose des couteaux artisanaux sans aucune finition ni recherche esthétique (mais alors rien de rien). Mais qui, du coup, ne demande vraiment pas cher pour réaliser des outils en acier (y compris des outils agricoles, de boucher etc.). Exemple, un épieu de chasse pour une 50 aine d'euros. Son argument ? Le client ne sait pas tremper/forger, mais facturer du polissage au tarif artisan (35€/h), c'est "dommage" à son avis. Je vous en reparlerai sous peu (au moins vous montrer un add-on "pelle" pour un étui de couteau de camp.).

A l'inverse il y a les industriels/artisans qui jouent la carte du faux rustique. Je n'ai pas d'avis "tranché" à ce sujet. Mais il faut faire la distinction.

 

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité