Nos Partenaires

Auteur Sujet: Achat du condor bushlore  (Lu 8358 fois)

23 août 2014 à 16:58:15
Lu 8358 fois

Erete


bonjour je voudrais avoir des avis sur le condor bushlore. je crois que je n'est pas fais de doublon. :)
http://www.coutellerie-tourangelle.com/ctk23243hc-condor-bushlore-knife-xml-897_177_504-13047.html

23 août 2014 à 17:57:50
Réponse #1

Mad Max


J'ai la version bourgeoise avec les plaquettes en micarta. C'est une barre à mine affûtée. Aucune fioriture. Il ne cherche pas à être sexy mais fiable. Quand tu l'as en main tu te dis qu'il a été conçu par des personnes qui savent que les utilisateurs  peuvent avoir quelquefois leur survie au bout du couteau,
comme la plupart des couteaux Condor d'ailleurs. J'ai été impressionné par la sensation de confiance que peut inspirer un couteau aussi simple que le bushcraft basic par exemple sans parler du Hudson bay.
UNPACT Member
Devenez instantanément et gratuitement plus intelligent en cliquant sur ce lien.

23 août 2014 à 18:49:19
Réponse #2

Hurgoz


Yo,

Ca faisait longtemps....pour la peine, j'vais être gentil! (j'me fais vieux ;# )

Par habitude ici, on ne demande pas si un couteau est bien ou pas bien: on défini un cahier des charges et de là, si on a un doute, on demande l'avis des autres.

Demander l'avis de quelqu'un sans lui donner le contexte d'utilisation n'a aucun intéret. Là Mad Max te dit qu'il est bien, mais je suis à peu près certain que si tu veux faire de la plongée avec en milieu maritime, il ne te dira plus forcément la même chose ;)

Tcho

Hugo
"Considérant qu'il est essentiel que les droits de l'homme soient protégés par un régime de droit pour que l'homme ne soit pas contraint, en suprême recours, à la révolte contre la tyrannie et l'oppression." DUDH

23 août 2014 à 19:23:54
Réponse #3

Mad Max


Ben oui, tiens c'est vrai. Mais sur ce forum on traite bien plus souvent de bushcraft et de survie que de plongée. Tout est relatif et pour l'usage que j'ai d'un couteau, le bushlore est très bien.
Erete, le bushlore rouille, il n'est pas adapté pour les activités sous-marines. (Quoi que, à défaut d'autre chose...) mais si tu comptes t'en servir pour couper, tailler, percer, chasser, cuisiner, barbecuter, bushcrafter, tarzaner, géronimer, davycrocketter, là il est bon.
De mémoire, je ne crois pas qu'il y ait un Condor de plongée dans la gamme.

(Hurgoz, je te vois venir avec tes gros sabots. Tu veux que je te dise "tiens, je t'envoie le mien pour que tu le testes". Franzose gross filout ! )
« Modifié: 23 août 2014 à 19:32:52 par Mad Max »
UNPACT Member
Devenez instantanément et gratuitement plus intelligent en cliquant sur ce lien.

23 août 2014 à 20:10:47
Réponse #4

Axiome


J'ai fait parti de ce qui se sont coltiné le nettoyage des fils de la section outils coupants !
Sache Erete qu'on en a chié à nettoyer les postes comme celui que tu nous fait là !

Mais .... tiens : https://www.youtube.com/watch?v=B0HK577_btE

Voilà ce post ne sauvera pas de vie , mais bon t'as une question et certains te répondent sympa !
Par contre tu vois , en cherchant un peu on trouve , avec cette vidéo 10 seconde pour la trouver et 3 mn d'un gars en directe qui en est content  :closedeyes:

Retiendras tu que tu peux chercher par toi même au départ !?
Car ça , ça te sera surement utile survivre c'est aussi savoir se démerder , je pense !?

Haaa aussi .... lis sur comment affûter un couteau c'est utile quand on a un couteau , indispensable même et du coup t'achètera une pierre à affûter  ;# sans ouvrir un fil sur si la pierre que tu vas acheter est BIEN !  :lol:

Bonne route !  :)

23 août 2014 à 20:17:10
Réponse #5

Erete


Oui excuse moi j'aurai dû préciser mais bon un couteau manche en bois... je ne pense pas qu'il soit idéal pour la mer :).bah oui j'ai fais des recherches avant mais j'avais envie d'avoir d'autre avis... mais bon très bien je ne poserais plus de question.
Merci Mad Max pour ton ressenti, j'ai le bushman mais je cherche un couteau vraiment solide et plus compact.


23 août 2014 à 21:19:53
Réponse #6

Axiome


Oui excuse moi j'aurai dû préciser mais bon un couteau manche en bois... je ne pense pas qu'il soit idéal pour la mer :).bah oui j'ai fais des recherches avant mais j'avais envie d'avoir d'autre avis... mais bon très bien je ne poserais plus de question.
Merci Mad Max pour ton ressenti, j'ai le bushman mais je cherche un couteau vraiment solide et plus compact.

C'est tout le contraire je t'encourage à te poser des questions et en poser !  :blink:

23 août 2014 à 21:28:01
Réponse #7

Pierrot


C'est tout le contraire je t'encourage à te poser des questions et en poser !  :blink:


Eh bé, faut que tu revois ta com, alors.......  :lol:   :lol:   :lol:    :lol:    :lol:

24 août 2014 à 00:23:45
Réponse #8

Hurgoz


Yo,

Ben oui, tiens c'est vrai. Mais sur ce forum on traite bien plus souvent de bushcraft et de survie que de plongée.

Ouais, c'est sûr, mais la force d'un exemple c'est de transmettre clairement le message qu'on veut faire passer...et du coup, tu vois: ça a bien marché ;#

Après, sur le forum on couvre plein de sujet, et il y a notamment des pêcheurs, des mecs qui vivent en bord de mer, etc ;)

Après, Erete, il y a trois façons de faire ici:
  • Ou il y a déjà un sujet d'ouvert et tu y prends des infos. Tu pourras aussi y poser des questions, en énnonçant clairement ton CdC
  • Ou il n'y a pas d'infos sur l'outil, tu ouvres le sujet, et c'est ton job de nous dire exactement ce que tu veux en faire. S'il y a des personnes qui l'ont testés, elles te diront, si elles le souhaitent, si ça joue.
  • Ou, personne ne l'a testé, et rien ne t'empêche de l'essayer toi même et de nous faire un retour. Dis toi que dans 80% des cas, un simple Mora fait très bien l'affaire pour de nombreux usages....donc il y a pas mal de chance pour que pas mal d'autres surins conviennent également

(Hurgoz, je te vois venir avec tes gros sabots. Tu veux que je te dise "tiens, je t'envoie le mien pour que tu le testes". Franzose gross filout ! )

C'est gentil de le proposer...... ;#

Zune bonne soirée

Hugo
« Modifié: 24 août 2014 à 00:30:36 par Hurgoz »
"Considérant qu'il est essentiel que les droits de l'homme soient protégés par un régime de droit pour que l'homme ne soit pas contraint, en suprême recours, à la révolte contre la tyrannie et l'oppression." DUDH

24 août 2014 à 06:01:26
Réponse #9

max65871


Je dis ça comme ça mais je pense que la lame du condor hivernant est plus polyvalente, notamment pour la chasse je pense :) la courbure de la lame doit en faire un bon skinner :) comme ton cdc manque à l'appel, je ne fais que proposer :)
"Et si la liberté consistait à posséder le temps?Et si le bonheur revenait à disposer de solitude, d’espace et de silence – toutes choses dont manqueront les générations futures?Tant qu’il y aura des cabanes au fond des bois, rien ne sera tout à fait perdu."
S. Tesson

24 août 2014 à 15:17:06
Réponse #10

Axiome



Eh bé, faut que tu revois ta com, alors.......  :lol:   :lol:   :lol:    :lol:    :lol:

J'y travaille et fais des efforts en plus .... ça craint hein   ;#
Après d'une région à une autre bref d'un endroit à un autre , on communique pas de la même manière et les quiproquos sont fréquents par écrit !
Chui du nord quand j'ai fait les compagnons une fois j'étais dans l'ouest de la France et j'ai parlé à un chef d'atelier il a cru que je l'engueulais   :blink:  ...  ;#
Perso c'est les tons hautains qui me dérangent le plus  :ninja:  ;# 

24 août 2014 à 16:09:48
Réponse #11

Pierrot


Eh oui c'est difficile de communiquer par forum interposé, d'où mes   :lol:

 

24 août 2014 à 23:19:14
Réponse #12

Axiome


Tiens Erete : https://www.youtube.com/watch?v=-_iFLeOEsb8

Ca devrait t'aider dans ton choix , je pense !?

25 août 2014 à 00:07:58
Réponse #13

Hurgoz


Yo,

Il y a eu une petite maj de la vidéo ici:

https://www.youtube.com/watch?v=0p8a9xwcZzo

Il à huilé le manche et placé sa dragonne cuir.  :love:

Parcontre je ne comprendrais jamais l'intéret qu'on les mecs pour faire une démo de couteau à taper sur tu bois vert..... >:(

Tcho

Hugo
« Modifié: 25 août 2014 à 00:37:45 par Hurgoz »
"Considérant qu'il est essentiel que les droits de l'homme soient protégés par un régime de droit pour que l'homme ne soit pas contraint, en suprême recours, à la révolte contre la tyrannie et l'oppression." DUDH

25 août 2014 à 10:01:43
Réponse #14

Erete


OK je vais le prendre et je vous ferais une review de ce couteau sur du bois sec  ;)

25 août 2014 à 11:50:34
Réponse #15

spica


Erete et Mad Max : fallait pas prendre l'exemple de la plongée que donne Hurgoz au pied de la lettre. C'était juste un exemple extrême pour vous faire passer l'idée qu'il y a plein d'utilisations possibles d'un couteau et que tout le monde n'a pas les mêmes besoins.

Certains qui vivent en bord de mer vont préférer une lame inox pour mieux résister à la corrosion de l'air marin. D'autres sont plus orientés chasse et veulent une lame avec laquelle dépecer du gibier. D'autres aiment bien sculpter des cuillères autour d'un feu de camp et ont besoin d'une lame fine qui coupe bien pour faire dans le détail. Et puis il y en a aussi qui aiment bien monter leur camp entièrement au couteau, quitte à batônner comme un sourd, et qui veulent être sûr que le surin va pas leur rester dans les mains en deux morceaux (ou en un morceau plié en deux). Etc etc.

Certains vont cumuler plusieurs de ces utilisations et préférer un couteau polyvalent pour limiter le nombre d'outils qu'ils emportent, quitte à faire des compromis, d'autres vont emporter plusieurs couteaux avec eux, chacun spécialement adaptés à un usage particulier.

Bref, même quand on parle de survie/bushcraft, il y a tout un éventail d'utilisations possible, et c'est à chacun de définir ses attentes vis-à-vis de ses outils. Voilà pourquoi Hurgoz et Axiome demandent plus de précisions dans le cahier des charges. Un vague “Qu'est-ce que vous pensez de ce couteau ?" c'est un peu trop ouvert comme question...

25 août 2014 à 12:13:03
Réponse #16

Kilbith


bonjour je voudrais avoir des avis sur le condor bushlore. je crois que je n'est pas fais de doublon. :)
http://www.coutellerie-tourangelle.com/ctk23243hc-condor-bushlore-knife-xml-897_177_504-13047.html

Bonjour,

Difficile de répondre pour ce couteau spécifique (de toute façon je n'en ai pas). En revanche, je vais essayer de répondre de façon précise.

Je ne suis pas totalement d'accord avec ceux qui ne répondent pas ou conseillent "d'aller voir ailleurs sur des forums plus spécialisés".

Force est de constater que sur le net on trouve plein de forums "montrant des couteaux", "le CTS XP CPM c'est-ti-mieux que le DOB VanChromoWolfram?" ou discutant de "comment faire un couteau" en discourant sur la supériorité de la nitruration à base de corne de gazelle ou les mérites de la meuleuse au corindon comme méthode pour faire des couteaux "rustiques".   ;#

En fait, si on abandonne ces sujets sur DM, cela va être la calme plat.  ;)

Citer

 
Construction de type plate semelle en acier 1075 au carbone.
Lame de 11,5 cm.

On est en face d'un couteau classique "bushcraft" tel que popularisé par Ray Mears dans ses émissions. Ce n'est pas inintéressant Ray Mears, c'est même souvent très bien. Dans son contexte et pour son utilisation.

Le couteau fait plus d'une paume de large, ce n'est donc pas un "petit couteau". Il fait moins d'un empan ce n'est donc pas un grand couteau. On considère donc, traditionnellement, que c'est un couteau d'usage polyvalent facilement transportable. Examinons différents points.

L'émouture est de type "scandinave".
Intérêts :
- Facile à réaliser par l'artisan qui ne dispose que d'outil simples, par rapport à une émouture remontant jusqu’en haut du couteau.
- Lame solide en torsion du fait de la grande présence de matière au niveau de la lame.
- Angle d'affutage plus simple à respecter (on met la lame à plat sur la pierre et on pousse). Ce n'est valable que si c'est un "vrai scandinave" sans biseau secondaire (ce qui est rare).
- L'angle du tranchant est aigu. La coupe est potentiellement bonne.
Défauts :
- Pour affiler la lame, comme on doit user tout le biseau et retirer beaucoup de matière, c'est long.
- Le passage du biseau au reste de la lame est abrupt. Pour certaines tâches de coupe et selon les matériaux ce n'est pas adapté.
- Il faut un acier dur, sinon le peu de matière sur le tranchant entraine une tendance à se tordre de celui-ci.

Personnellement je trouve que ce type de tranchant est bien adapté pour travailler le bois. Par exemple, pour les frisottis (pour démarrer le feu) c'est pratique car la lame à un profil proche d'un ciseau à bois : on pose la lame à plat sur le bois et en poussant le frisotis vient. Pour le batonnage du petit bois c'est bien aussi : comme la lame fait coin, le bois éclate rapidement.

La pointe est incurvée vers le bas et s'arrête au milieu de l'axe du couteau.
- Elle permet de préparer le gibier (retirer la peau, ouvrir la panse) sans risquer de dégrader la viande ou de percer les tripes. En revanche comme elle n'a pas beaucoup de vente (lame étroite) ce n'est pas un très bon skinner ni très adapté à préparer les peaux.
- Ce type de pointe permet de travailler le bois "de la pointe". Comme elle est presque symétrique on peut même réaliser un trou, comme avec un alésoir (ex : planche à feu). C'est bien pour le bois et le cuir.


La forme du couteau est simple :
- Comme il est symétrique sur son axe longitudinal, il ne se ballade pas quand on le porte suspendu. D'ailleurs de nombreux étuis scandinaves sont suspendus à la ceinture par un simple lien de cuir. C'est pratique.
- Cette symétrie et l'absence de garde facilitent la réalisation de l'étui qui peut être du modèle simple "à friction".
- L'absence de garde et la symétrie rendent l'utilisation du couteau plus délicate. On ne sait pas instantanément ou se trouve la lame par un simple touché. De plus les étuis par friction nécessitent souvent l'usage des deux mains pour sortir le couteau, et la main qui va saisir le corps de l'étui est exposée, par exemple en cas de rupture de l'étui.
- L'absence de garde empêche les coups d'estocs et n'est pas un facteur de sécurité (la main peut glisser vers la lame ou saisir la lame). En revanche elle facilité les travaux de précision (main plus proche de la lame).
- Petit ricasso. On perd un peu de longueur utile de lame et de précision, mais cela renforce la solidité de l'ensemble, facilite l'usinage et l'affutage.
- Absence de décrochage de la lame et/ou de stop goutte. Affutage un peu moins facile et surtout le sang et autres liquides vont directement dégouliner sur les doigts.
- Le coté lisse du couteau évite les points durs pouvant gêner ou blesser la main et laisse une grande liberté dans la prise...au détriment de la sécurité et de la fermeté de la prise.

Le manche.
Il est en bois de forme simple. On a déjà traité de l'avantage et des inconvénients de la forme simple. En ce qui concerne le bois : C'est souvent agréable  au touché. Mais cela dépend aussi du type de bois et du traitement de celui-ci.
- Les manches stabilisés par de la résine sont insensibles à l'humidité mais sont souvent glissant, mêmes secs.
- Les manches non stabilisés peuvent "craquer" ou pourrir en cas d'exposition prolongée à l'eau. Ils peuvent aussi s'imprégner de sang et autres fluides et devenir rapidement infectes.
- Comme le bois a tendance à bouger selon le niveau d'humidité et qu'il aime l'humidité, on peut souvent constater que de l'oxydation se développe entre le manche et la partie cachée de la lame.
- On peut facilement modifier un manche en bois pour l'adapter à sa prise en main.

Le montage :
Ici c'est un plate semelle. C'est de plus en plus courant car c'est la plus facile à usiner en partant d'une barre d'acier standard et en découpant rapidement la forme à l'aide de machine.
- C'est théoriquement plus solide car il y a plus de matière. Après cela dépend surtout du traitement thermique. Une soie ou une plate semelle devrait être trempée moins dur ou plus revenu que la lame. C'est quasiment toujours le cas avec un montage sur soie (pour des raisons techniques), rarement avec un plate' semelle industriel.
- C'est toujours plus lourd.
- C'est souvent moins confortable car la présence de la plate semelle conditionne la forme du manche.
- L'équilibre est "vers l'arrière". Pour contrer cette tendance et alléger le couteau on peut découper des orifices dans la partie cachée sous le manche...au détriment de la solidité et cette méthode facilite l'oxydation cachée. On risque de perdre l'avantage principal d'un montage plate semelle.
- Seulement deux rivets (mais le passage de lanière peut faire office). Si un rivet saute, le manche n'est plus stabilisé. Trois points d'attaches sont préférables pour la solidité du montage (mais pas au point de fragiliser la soie).

L'acier. (seulement maintenant  ;D )
C'est du 1075. Cela veut dire que l’alliage comprend du fer, 0.75% de carbone et probablement du manganèse (il facilite la trempe dans les aciers modernes, les couteliers peuvent prendre leur temps lors de la trempe et en évitant l'eau prendre moins de risque).
- C'est du "kirouille". Pour un fixe ce n'est pas un problème si on est soigneux et si on ne s'en sert pas en milieu marin ou très humide. Il faudra faire attention à utiliser un étui avec du cuir ayant un tannage végétal.
- Le "kirouille" n'est pas un problème pour le pouvoir de coupe si on s'en sert souvent. En revanche si on s'en sert que quelques fois par semaine le tranchant rasoir va s'oxyder et sera donc moins tranchant au moment de l'utilisation qu'n acier plus résistant à l'oxydation.
- Avec 0.75% de carbone, on est pratiquement à l'eutectoïde (terme placé ici pour la frime). C'est donc un compromis optimal entre la solidité et la dureté. On n'aura donc pas de carbures supplémentaires distribués dans une matrice.
C'est moins bien pour la résistance dans le temps du tranchant, mais c'est plus facile à affuter, plus solide et potentiellement le tranchant rasoir sera plus homogène et mieux adapté pour travailler le bois et/ou quand on coupe "par pression".
- Selon la qualité du traitement thermique, on peut avoir de la daube ou un super couteau. Par exemple avec du 1075 on peut avoir une trempe ou un revenu non homogène. La qualité du TT va directement impacter la qualité du grain donc la qualité du tranchant du couteau. Le TT, pour un couteau, c'est le point principal.
L'acier 1075 n'est pas un acier "obsolète", c'est un acier qui aurait fait rêver les anciens, surtout si c'est un acier de qualité issu d'une bonne aciérie (absence d'impuretés de type phosphore, souffre...).
La qualité d'un acier est souvent de nos jours plus fonction de la qualité de sa réalisation que de sa composition. Par exemple, pour les aciers à roulement (genre 52100) l'absence d'inclusions a permis ces 50 dernières années d'augmenter ++++ la longévité du roulement.


Voilà, j'ai certainement oublié plein de choses et on ne manquera de relever mes erreurs et approximations. Ce n'est que le reflet de ma compréhension, les avis diverges. Normalement ce genre de constat se transmet "mano a mano" sur le terrain. Par écrit c'est plus long.

Comme tout outil est un compromis, il n'est pas d'outil parfait. C'est à toi, en fonction de ton cahier des charges, de déterminer si cet outil te convient.

 ;)

(PS : l'avantage de faire des posts longs, c'est que ça opère mécaniquement une sélection naturelle.  ;#)
« Modifié: 25 août 2014 à 22:34:22 par Kilbith »
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

25 août 2014 à 12:41:04
Réponse #17

Ulf


Merci Kilbith ! Tu mets le design DEVANT les matériaux et ça fait plaisir à lire !

Citer
- Pour affiler la lame, comme on doit user tout le biseau et retirer beaucoup de matière, c'est long.

Oui ! Et si tu utilises ton couteau pour faire autre chose que couper, le risque d'un acier dur est de faire une "dent"... Et pour rattraper une pétouille sur un couteau scandi...Il y a tellement de  matière à enlever que c'est presque impossible sans outils mécanisés.

C'est pourquoi, personnellement, si les scandis ont des qualités indéniables de coupe, la fragilité intrinsèque de l'émouture rend les constructions solides (plate semelle etc.) non-pertinentes (la semelle est prévue pour encaisser des mauvais traitements qui dépassent la résistance de l'émouture).

J'utilise au quotidien un scandi, mais plus léger et dédié à la coupe. Exceptionnellement je bâtonne avec mais en connaissance de cause. En cas de pet majeur sur la lame... il y a la possibilité de remplacer l'objet... Pour info, c'est un mora bushcraft orange fluo que je te recommande pour des raisons d'ergonomie, de visibilité, de coupe (et dos carré voir ci dessous). 

Citer
- Le passage du biseau au reste de la lame est abrupt. Pour certaines tâches de coupe et selon les matériaux ce n'est pas adapté.

Tout à fait ! Un scandi a tendance à "éclater" les matériaux souples comme par exemple une pomme ou un beau cèpe  ;).

Que ce soit pour la bouffe ou la cueillette des champignons, un opinel N*7 ou N*8 complètera idéalement les lacunes d'un couteau scandinave. Pour 30g (opinel N*7) en inox + manche orange... Difficile de s'en passer.

Citer
Personnellement je trouve que ce type de tranchant est bien adapté pour travailler le bois. Par exemple, pour les frisottis (pour démarrer le feu) c'est pratique car la lame à un profil proche d'un ciseau à bois : on pose la lame à plat sur le bois et en poussant le frisotis vient. Pour le batonnage du petit bois c'est bien aussi : comme la lame fait coin, le bois éclate rapidement.

Je me permet une petite digression à propos du scandi.

On juge parfois les lames à leur capacité à détacher des copeaux fins comme du papier (dans le but de faire de l'allume feu). C'est une opération qui demande : dextérité, du temps (c'est long !) et un couteau à la fois adapté et bien affuté.

J'ai découvert au hasard de la glande sur youtube de mes recherches que l'on peut produire RAPIDEMENT (comme un bourrin) et en GRANDES QUANTITÉS des "cheveux de bois" qui choppent bien les étincelles. Il vous faut un couteau dont le dos est carré et présente des angles saillants. Il suffit de gratter le bois avec ce dos du couteau.

(en revanche, je ne suis pas fan d'utiliser le dos de mon couteau pour produire des étincelles: risque de coupure -je suis maladroit ;#-  VS le poids négligeable d'un grattoir-sifflet light my fire.)
« Modifié: 25 août 2014 à 12:56:47 par Ulf »

25 août 2014 à 14:30:39
Réponse #18

Erete


Si j'ai bien compris le scandinav, est enfaite fait pour un usage assez restreint de par grand difficulté a reprendre les pétouilles. Pour usage un seul couteau pour tout, le scandinav n'est pas plus adaptée.

25 août 2014 à 14:48:30
Réponse #19

piero



C'est pourquoi, personnellement, si les scandis ont des qualités indéniables de coupe, la fragilité intrinsèque de l'émouture rend les constructions solides (plate semelle etc.) non-pertinentes (la semelle est prévue pour encaisser des mauvais traitements qui dépassent la résistance de l'émouture).


Je ne suis pas tellement d'accord avec ça. Mon Tlim scandi est franchement costaud (angle plus obtu que ton mora?) et je trouve son assemblage plate semelle très pertinent.

Par contre bien d'accord sur les spécificités de coupe et la difficulté d’affûtage.  :)

25 août 2014 à 14:59:45
Réponse #20

Ulf


@Erete et Piero

Il faut en effet tenir compte de l'angle de l'émouture.
Par exemple, sur un leuku Stromeng ou Roselli, l'angle est assez obtu, surement pour encaisser les chocs.

à regarder:
https://www.youtube.com/watch?v=HvYZbrLHCk4


25 août 2014 à 15:35:10
Réponse #21

Kilbith


AI
Je ne suis pas tellement d'accord avec ça. Mon Tlim scandi est franchement costaud (angle plus obtu que ton mora?)

Je n'ai pas de TLIM donc je peux seulement avancer une hypothèse. TLIM exploite sur ses scandis les propriétés de résilience de lame en bainite inférieure.

Habituellement les couteaux (acier carbone faiblement allié) sont fabriqués de la façon suivante (en faisant simple).
On chauffe jusqu'à ce que l'acier se présente sous la forme d'austénite, on trempe à température ambiante (refroidissement très rapide pour atteindre le point Ms qui diffère selon les aciers) pour obtenir la transformation de cette austénite en martensite (forme très dure et cassante de l'acier). On réchauffe pour "adoucir" la martensite afin de rendre le couteau utilisable (pas trop cassant) tout en ayant un tranchant dur.

Les TLIM ne suivent pas tous ce processus. Ils utilisent couramment la "trempe bainitique".
La bainite est une forme d'acier qui est bien plus résistante au choc et à la flexion que la martensite revenue. En revanche elle est moins dure (moins de 55 HrC). Il y a donc "un prix" à cette plus grande résilience : les lames sont "molles" par rapport à la trempe classique.

Le procédé est long et plus complexe que la trempe standard.
Il faut chauffer la lame à température d'austénisation, baisser brutalement sa température (on doit toujours passer le nez perlitique qui ne permet pas d'avoir de l'acier dur) MAIS il faut stabiliser la température au dessus du point Ms (donc rester vers disons 200 à 400°C selon les aciers).
A ce stade, il faut maintenir longtemps la température stable (plusieurs heures). On ne forme donc pas de martensite, on a une forme différente de cristallisation de l'acier : la bainite inférieure (qui est très résistante, relativement dure, mais moins dure que la martensite).

La mise en oeuvre est plus complexe (recours à des bains de sels ou métal chauffés), délicate (normes environnementales) et couteuse (dépense énergétique). La méthode est courante pour les lames de fleuret.

Pour un couteau il faut bien choisir, l'émouture, la nuance d'acier et le TT permettant d'obtenir une lame en bainite offrant une dureté suffisante pour avoir une coupe de qualité.

A noter que pour la durabilité du pouvoir de coupe d'une lame, la dureté (souvent mesurée en Rockwell HRc) n'est qu'un facteur. Si l'acier est trop dur, la lame risque de casser au moindre impact. Si l'acier est trop mou, le tranchant va se tordre dès que l'on force. L'émouture permet dans une certaine mesure d'optimiser ces deux facteurs (il y en a d'autres...) pour avoir une qualité de coupe optimale et la plus longue possible.

J'aime bien l'adage suivant.

Citer
"Dieu a créé le monde en 6 jours, a pris un jour de repos le 7ème, et maintenant qu'il s'était reposé et acquis pas mal d'expérience s'est lancé le 8ème jour dans la fabrication d'un couteau."
« Modifié: 25 août 2014 à 16:01:28 par Kilbith »
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

25 août 2014 à 16:22:47
Réponse #22

Erete


Donc appart certain couteau scandinav avec une trempe bainitique, ULF n'a pas tord ?

25 août 2014 à 21:08:23
Réponse #23

Ulf


Donc appart certain couteau scandinav avec une trempe bainitique, ULF n'a pas tord ?

...

C'est ton premier couteau ? Si oui, prend le, utilise le dehors et à l'usage tu cerneras mieux tes besoins.


25 août 2014 à 22:24:38
Réponse #24

guillaume


J'ai découvert au hasard de la glande sur youtube de mes recherches que l'on peut produire RAPIDEMENT (comme un bourrin) et en GRANDES QUANTITÉS des "cheveux de bois" qui choppent bien les étincelles. Il vous faut un couteau dont le dos est carré et présente des angles saillants. Il suffit de gratter le bois avec ce dos du couteau.

Ou alors un taille crayons ;).

a+

PS : Merci Did pour cette ecellente sélection naturelle ;).

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité