Nos Partenaires

Auteur Sujet: Test couteau artisanal de Tlim  (Lu 4953 fois)

26 mars 2014 à 21:20:34
Lu 4953 fois

piero


Bonjour à tous,
Ca fait déjà quelques mois que je me sers d'un tlim bushcraft lors de mes sorties.
En voici une présentation.

Caractéristiques techniques:
La construction est de type plate semelle, solide et facilement réparable en cas de bris.

La lame mesure 10,5 cm de long pour 3 mm d'épaisseur, c'est du costaud.

L'émouture est de type scandinave avec un léger second biseau.

Le manche est en micarta texturé, collé et riveté, très résistant et imputrescible.

Tlim utilise une technique particulière pour le traitement thermique: la trempe bainitique. C'est une trempe réalisée à une température supérieure à la trempe classique, on obtient alors de la bainite au lieu de la classique martensite. Cette structure de l'acier améliore sa résistance.

Quelques photos de la bête déjà pas mal utilisée:








Et maintenant...

Place aux tests

Le manche:

La forme est confortable et sécuritaire, le creux ou se place l'index devant la lame, est presque aussi efficace qu'une garde, mais n'entrave pas les mouvements. Le micarta texturé n'est pas glissant même avec les mains mouillées.

J'ai réalisé un petit test: le couteau planté dans une grosse bûche, mains mouillées dans l'eau froide, et bien ça ne glisse pas  :)



Dans un sens ...



Et dans l'autre sens, j'ai perdu la photo  :-[  edit: si la voilà:



Le manche permet plusieurs types de prises en main:

La classique prise marteau, c'est la première qui vient quand on prend le couteau.  Idéale pour les frisottis et pour plein d'autres activités.



Prise inverse, pratique pour certaines coups en force (voir plus loin  :) )



Avec le pouce sur la lame, pour plus de contrôle en sculpture, par exemple:



Prise en main type cutter:




Et, bien pratique, le petit noeud à l'arrière du manche, permet de rallonger ce dernier lors de coupes à la volée ( voir plus loin ).





« Modifié: 27 mars 2014 à 08:29:38 par piero »

26 mars 2014 à 22:14:15
Réponse #1

piero


Tests de coupe

Classique, avec le pouce de la main gauche pour le contrôle. Rien à dire ça envoie, l'émouture scandinave, pourtant obtuse à une capacité de coupe impressionnante. Solide et très coupant sur le bois  :)





Coupe en force, inversée. Puissante car les deux bras travaillent, la main droite tire vers la droite et la main gauche vers la gauche. Dangereuse, car la coupe est est rapide et puissante ce qui donne de l'élan à la main armée.





Coupe avec appui. La lame est immobile, en calée contre le pied, le genou, ou même un tronc d'arbre. La main non outillée tire l'objet à couper contre le tranchant. La coupe est sécurisante, puissante, et peu fatigante car elle sollicite des muscles puissant (dorsaux) dans un mouvement simple.





A la volée!



Tchak



Trouvez la différence avec la photo précédente  ;D

Assez efficace à la volée pour sa taille, grâce à la mini dragonne.

Test de la pointe:





Efficace et solide, super important pour plein de petites tâches.
« Modifié: 27 mars 2014 à 08:34:18 par piero »

26 mars 2014 à 22:40:24
Réponse #2

piero


J'en vois qui s'ennuient dans le fond de la salle!
Un peu de bâtonnage:



Trop facile.

Aller un peu de stress latéral:




Ca passe facile!



Par la pointe idem!


26 mars 2014 à 23:02:40
Réponse #3

piero


Quelques trucs un peu plus ludiques, quoi que le bâtonnage c'est pas mal  ;D

Frisottis pour allumer le feu







Y a du bon copeau, ça va faire un bon feu!





Des machins pour suspendre les pommes au-dessus du feu.
Le trou est découpé avec la pointe, c'est en fait un carré.







Les oeillets permettent d'attacher le couteau, pratique par exemple pour cueillir des fruits dans un arbre.







Un peu de cuisine, ail des ours pour parfumer une sauce:
La lame est à l'aise pour les aliments fins ou mous, sinon, l'émouture scandinave est un vrai éclate patate.



« Modifié: 26 mars 2014 à 23:11:45 par piero »

26 mars 2014 à 23:04:34
Réponse #4

piero


Quelqu'un pourrait me dire si toutes les images s'affichent bien?

Merci  :)

26 mars 2014 à 23:32:51
Réponse #5

Kilbith


Quelqu'un pourrait me dire si toutes les images s'affichent bien?

Merci  :)

Pas de pb...

Pourrais-tu nous en dire plus sur la façon dont tu te l'es procuré?
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

26 mars 2014 à 23:53:23
Réponse #6

éclipse


Salut Piero,
J'aime bien ton couteau.
Formes archaïques... essentielles.
Au fait, quelqu'un peut me dire a-quoi-sert une émouture secondaire ?

Pour les photos:
-post 1 : 4 et 5 ne s'affichent pas.
-post 2 : 7 à 10 non plus.

Toutes les autres c'est nickel.
Mais peut être que ça vient de mon (vieux) navigateur.

Merci pour la revue.
On voit que tu aimes bien ta lame ;)
… and all that is now, and all that is gone, and all that's to come… and everything under the sun is in tune. But the sun is eclipsed by the moon.

27 mars 2014 à 00:40:09
Réponse #7

VieuxMora


Bonsoir Piero

Même observations que Eclipse sur les photos manquantes. Sur un Mac:
-Avec le navigateur Safari, elles sont marquées comme un point d'interrogation/ fond bleu.
-Avec Firefox, elles sont absentes et seul un espace de quelques lignes permet de deviner où elles devraient se trouver.

Mes deux pixels.

27 mars 2014 à 08:56:17
Réponse #8

piero


Merci, j'ai modifié les photos, c'est un peu galère vu le débit ici.

Je n'ai pas encore parlé de l'affûtage:

Ce n'est pas la partie la plus facile sur le couteau, l'émouture scandi donne beaucoup de surface à abraser, c'est assez long à l’affûtage. De plus le micro second biseau qu'il y avait au début ne m'a pas rendu la tâche facile. En y passant un peu de temps, on arrive quand même à de bons résultats.

A noter le petit décroché sur la lame qui facilite l’affûtage:



En résumé c'est un très bon couteau de bushcraft, voire de survie, car très solide et raisonnablement polyvalent.

J'ai néanmoins quelques critiques:

Le manche est un peu anguleux à mon goût, le confort pourrait être meilleur.

La lame n'est pas très facile à affûter (il me manque peut être une pierre rapide par exemple gros grain au diamant).

A la livraison, la lame est huilée avec un produit qui sent la locomotive et dont l'odeur suit le couteau pas loin d'un mois, c'est pas très ragoutant.

Et puis les défauts de l'émouture scandi, qui n'est pas la plus adaptée à la cuisine par exemple.


Voilà, j'ai pas voulu faire une revue trop basique, qui apporte peu de signal, alors j'ai essayé de présenter en même temps quelques techniques de coupe, ou de bushcraft, qui sont toujours utiles à rappeler et qui fonctionnent bien sûr avec tous types de lame.


Je me le suis procuré directement à Tlim qui a un site internet. Il est assez long à répondre, il fait pas mal de petites expéditions, de ce que j'ai compris.

Emouture secondaire, second biseau, micro bevel et cie, sont des termes qui signifient, que l'émouture n'est pas plane jusqu'au fil, mais que le tranchant est constitué par un angle un peu plus obtus que l'émouture.


27 mars 2014 à 10:58:05
Réponse #9

snakeye


Le site français du monsieur : http://www.tlimknives.fr/
Et le site en polonais (pas de traduction  :(  http://www.tlim.net/

Ça fait quelque temps que je suis ses productions et ça donne envie ! Dommage que le site français ne soit pas plus fourni, le monsieur est productif  8)

27 mars 2014 à 14:04:37
Réponse #10

Kilbith


Merci pour ta réponse!

Je suis intéressé par les possibilités de la trempe bainitique de puis longtemps et garde un oeil sur Tlim depuis quelques années. Mais j'aime bien "sentir" l'outil avant d'acheter.

Sur le principe ce n'est pas très compliqué. Et le procédé est assez fréquent dans l'industrie. Mais le TT est long et nécessite de mettre en œuvre des bains complexes et assez polluants. Peu d'artisan veulent se prendre la tête.

Deux autres questions :

J’imagine que tu as viré le "biseau secondaire" pour obtenir un "vrai scandi" avant de réaliser tes photos.

1. Tu faits des "frisotis" exceptionnels. Est-ce le résultat d'une grande dextérité, d'un bois très adapté, où du fait de la qualité de coupe/émouture du couteau?

Je cherche à évaluer la "qualité de grain " de l'acier utilisé.

2. La bainite inférieure est théoriquement moins dure que la martensite revenu (mais plus résiliente).

As-tu observé une moins grande durabilité du tranchant sur les matériaux durs et/ou abrasifs?


Evidemment, pour me répondre à ces questions il faut que tu puisses comparer avec un autre couteau que tu aurais utilisé de façon analogue.



"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

27 mars 2014 à 15:13:34
Réponse #11

DIY



 De quel étuis disposes-tu pour ce couteau. Je possède un modèle "C372" et le clips placé beaucoup trop bas rend le port à la ceinture très désagréable, le manche vient fréquemmment en contact avec les côtes.

27 mars 2014 à 17:41:18
Réponse #12

piero


DIY: Je n'ai pas d'étui pour ce couteau. Pour l'instant, je gaine la lame dans du papier roulé très serré, ce n'est pas pratique mais sécurisant. Je voulais en faire un en cuir, mais je pense que le kydex est plus adapté. Le couteau étant parfaitement adapté à une utilisation en eau douce, je préférerais confectionner un étui lui aussi adapté à l'eau.

Kilbith:

 -J'ai bien viré le biseau secondaire avant les photos, en fait j'ai attendu quelques mois et affûtages, pour faire cette revue.

-Pour la trempe bainitique, je n'ai pas poussé le couteau assez loin, pour savoir si c'est vraiment plus résistant, mais c'est largement assez costaud pour moi. Dans mon utilisation, hors tests, je ne choisis, pas de bûches difficiles à bâtonner, car c'est à mon avis peu efficient.

Tlim a fait des tests de casse impressionnants sur Youtube!

-Sur la qualité = pouvoir de coupe, je vais peut être dire une connerie, mais à mon avis la taille du grain de l'acier, sa composition, le traitement thermique, etc on beaucoup moins d'importance que ce que l'on pense. Même de sombres merdes style 440 mou peuvent raser les bras. J'ai fait passer le test du cheveux à des coupes choux chinois, comme à des vieilles lames toutes rouillées.
Par contre sur la tenue de coupe, la solidité, etc je pense que la taille du grain, et tout ce qui fait un bon traitement thermique ont plus d'importance.

-La tenue du tranchant est bonne, il ne plie jamais et à plutôt tendance à se micro-ébrécher quand il rencontre une pierre. A l’affûtage, j'ai toujours cette sensation de dureté élevée. Bien que j'arrive à l'aiguiser avec mes pierres à l'eau, je pense que des pierres diamantées qui ont l'avantage d'être toujours planes seraient un avantage. Sur ce type d'émouture, mes pierres, légèrement creusées nuisent à la finition. J'ai vu des pierres à 5 € sur ebay qui paraissent être les mêmes que celles de lidl, qui elles mêmes sont censées d'après mes lectures tenir le coût plus longtemps que la DC4.

Tout cela est subjectif, je n'ai pas de couteau avec le même type d'émouture.

-Pour les frisottis:
En fait il y a trois facteurs, on pourrait presque parler du triangle du frisottis ;#
Je verrais: la lame, le bois et la technique  :)

    Le couteau joue, l'émouture scandi est pratique pour ce type de travail, car l'angle est facile à tenir, mais j'arrive à de bons résultats avec un simple opinel. Il faut un bon tranchant, rasoir ou à défaut un bon tranchage de papier.

    Le bois: il faut un bois tendre, j'ai de bons résultats avec les résineux comme le sapin ou l'épicéa, les frisottis s'enroulent sur eux mêmes et sont très efficaces pour allumer le feu (photos 1 et 2).
Avec le noisetier, comme on le voit sur les troisième et quatrième photos, les frisottis sont plus épais et plus droits, déjà beaucoup moins efficaces. Dans ma région il est très courant, la plupart du temps je fais avec.
Avec l'accacia, s'est encore pire, très cassant, sec, il fait facilement des échardes qui se détachent.
Le bois ne doit pas être pourri ou attaqué par les vers et doit être le plus sec possible.

    La technique: il faut refendre les morceaux de bois en baguettes assez fines. Pour avoir de jolis copeaux, il ne faut pas les tirer sur une arête mais sur un méplat plus large d'environ 0.5 cm, ce qui n'est possible que sur les bois tendres. Le sens du fil du bois joue, parallèle ou perpendiculaire aux fibres. ll faut avoir un geste très rectiligne, en verrouillant le poignet et le coude et en poussant avec l'épaule.
Pour que les copeaux s'enroulent, il faut travailler avec toute la lame, de la pointe au ricasso ou du ricasso à la pointe. Au moment ou la partie arrondie de la lame passe sous le copeau, il à tendance à se plier.

J'ai encore pas mal de progrès à faire, quand je vois certaines vidéos.  :)



27 mars 2014 à 17:42:41
Réponse #13

piero


J'ai une micro vidéo de frisottis, mais je ne sais pas comment l'insérer, ça pourrait peut être aider  :)

30 mars 2014 à 22:44:00
Réponse #14

TLIM


Bienvenue!
Je vous remercie pour une intéressante et grande description de mon couteau. Bon travail!  :doubleup: Je suis content qu'il vous serve bien.
J'ai remarqué une place pour moi sur le forum dans "Nos artisans". Je vous informerai de mes nouveaux couteaux pour survival, peut-être vous aimerez qqch! :)

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité