Nos Partenaires

Auteur Sujet: Caco, ergo sum, de commodo et incommodo  (Lu 4946 fois)

17 janvier 2014 à 17:39:08
Lu 4946 fois

Claude Ponthieu


Toute parcelle de la nature a son propriétaire, et pour conséquence tout un florilège de lois, de décrets et d’arrêtés.

Ce simple constat pose, a minima, quelques questions pratiques sur les besoins naturels :
– vous est-il acceptable qu’un individu puisse chi*r dans votre jardin, votre champ, votre forêt, etc. ?
– si non ou si oui, pourquoi ?
– existe-t-il une réglementation sur le fait de chi*r dans la nature — sur la propriété de quelqu’un ?

Ainsi, quel droit prime, celui de chi*r ou celui de la propriété ?
« Modifié: 17 janvier 2014 à 17:46:09 par Claude Ponthieu »
Nous avons eu une culture riche en expérience et pauvre en information.
Aujourd’hui, nous sommes riches en information, mais au seuil de pauvreté de l’expérience réelle.

17 janvier 2014 à 17:43:50
Réponse #1

scalouk


Je ne suis pas juriste mais il serait étonnant qu'il y ai une loi spécifique pour ce problème

Mais tu sembles très énervé
Je suis mon histoire, mais mon histoire n'est pas moi.

17 janvier 2014 à 17:52:54
Réponse #2

azur


Citer
– vous est-il acceptable qu’un individu puisse chi*r dans votre jardin, votre champ, votre forêt, etc. ?
– si non ou si oui, pourquoi ?
Oui, s'il prend un minimum de précaution: enterrer ses rejets, etc... Mais dans la campagne d'où je viens, on n'a jamais refusé l'usage d'un lieu d'aisance à un nécessiteux  ::), et si c'est trop loin, on ferait comme lui!
En revanche, le sagouin qui mine le terrain peut s'attendre à se faire torcher à coup de fourche!

Citer
– existe-t-il une réglementation sur le fait de chi*r dans la nature — sur la propriété de quelqu’un ?
En Allemagne, il est strictement interdit d'uriner en dehors des lieux prévus... et quelques amis français aux habitudes plus bucolique pratiquant sur une aire d'autoroute se sont fait rappeler à l'ordre par la polizei avec une amende à la clé (z'ont pas d'humour les teutons!)
Pour la france, je n'ai pas connaissance d'une quelconque loi, mais il doit y avoir des cas particuliers dans certaines zones (réserves, etc)
Tout le monde savait que c'était impossible... est venu un idiot qui ne le savait pas, et qui l'a fait!

17 janvier 2014 à 17:58:55
Réponse #3

Claude Ponthieu


Mais tu sembles très énervé

Est-ce que poser des questions qui peuvent provoquer une gêne, est synonyme d’énervement ? ;)
Nous avons eu une culture riche en expérience et pauvre en information.
Aujourd’hui, nous sommes riches en information, mais au seuil de pauvreté de l’expérience réelle.

17 janvier 2014 à 18:21:08
Réponse #4

scalouk


pas du tout j'ai juste le sentiment (à tort surement) que tu es concerné par le problème HS off
 
Je suis mon histoire, mais mon histoire n'est pas moi.

17 janvier 2014 à 18:34:11
Réponse #5

A.Chamir


C'est probablement naïf mais il (le droit de partager avec la nature) est peut être liée au "type" de propriétaire et à la fréquence de passage hypothétique de personnes. J'entends par là que la réaction n'est pas la même selon qu'il s'agit d'un domaine privé d'un particulier (donc possible violation de propriété privé) ou alors d'une forêt/parc, propriété de l’État.

De même que de le faire sur le "voie publique" (j'entends clairement route, trottoir) sera plus prêté à un act de vandalisme plutôt que de le faire loin des sentiers derrière un buisson dans un trou.

Enfin, je trouve que c'est un peu balau comme interrogation. Il faut se mettre à la place du criminel  ;# et voire si son but était vraiment de nuire ou juste de déféquer sans arrière pensé. Par ce que bon, un cerf qui ch$e dans les bois on le fusille pas. Si c'est à votre porte, cerf ou pas c'est que c'est volontaire...
 
Bref, il faut tempérer et se mettre dans la situation du bonhomme. Et qui sait un jour, petit caca deviendra grand pommier. Ok je sors. Je pensai pas qu'un jour je parlerai de ça ici.

17 janvier 2014 à 18:56:50
Réponse #6

azur


Ok je sors. Je pensai pas qu'un jour je parlerai de ça ici.
Le sujet peut prêter à sourire, mais lorsque nous avons dû déployer un camp pour 2500 hommes au milieu du désert, sans eau, sans électricité, la question des sanitaires s'est avérée cruciale voire prioritaire car, mal négligée, elle peut foutre au tas toute une armée plus rapidement d'une salve d'artillerie!
Tout le monde savait que c'était impossible... est venu un idiot qui ne le savait pas, et qui l'a fait!

17 janvier 2014 à 20:09:04
Réponse #7

gmaz87


Le sujet peut prêter à sourire, mais lorsque nous avons dû déployer un camp pour 2500 hommes au milieu du désert, sans eau, sans électricité, la question des sanitaires s'est avérée cruciale voire prioritaire car, mal négligée, elle peut foutre au tas toute une armée plus rapidement d'une salve d'artillerie!

Ah, les feuillées, fondement d'une armée bien organisée  ;D
Je ne sais pas ce qu'il en est actuellement, mais en des temps plus anciens (le mien...) les manuels à l'usage des cadres milouf en faisaient grand cas, de l'art et de la manière de les creuser, de les entretenir etc...
De ce que tu dis, ça semble toujours une question cruciale. ;)
A+
Gérard
Quand le débutant est conscient de ses besoins, il finit par être plus intelligent que le sage distrait.»
(Lao Tseu)

L'ennui naquit un jour de l'uniformité

17 janvier 2014 à 22:47:10
Réponse #8

musher


Déjà tout petit aux scouts, on t"apprend du bon usage des feuillées. Comme quoi c'est une question sociétale  :)

Plus sérieusement, je pense qu'il est interdit de faire besoin sur une voie publique ou dans la propriété privée style habitation...
Il y a pleins de lois sur le sanitaire et les bonnes moeurs pour verbaliser celui qui aurait l'idée de faire ses besoins en public.
En France ceretains ont été verbaliser pour avoir uriné sur une aire de stationnement sans WC public. Ils étaient face aux voitures : atteinte aux bonnes moeurs.

Après tu fais ça à l'abri et tu enterres le papier (c'est lui qui reste pendant des mois et que le cerf n'utilise pas lui).

En montagne, l'hiver, on va au petit coin avec un briquet pour bruler le papier sinon au printemps, le berger a un champ rose et blanc autour du chalet.
En été dans la pinède, vaut mieux l'enterrer. 

17 janvier 2014 à 23:39:55
Réponse #9

mrfroggy


Ah, les feuillées, fondement d'une armée bien organisée  ;D
Je ne sais pas ce qu'il en est actuellement, mais en des temps plus anciens (le mien...) les manuels à l'usage des cadres milouf en faisaient grand cas, de l'art et de la manière de les creuser, de les entretenir etc...
De ce que tu dis, ça semble toujours une question cruciale. ;)
A+
Gérard
vous pouvez préciser , sil vous plait,en quoi ça peut mettre a mal une armée, pour le risque sanitaire uniquement?
Les Hommes qui sont nés pour jouir véritablement de la vie font ce qui leur plaît, à l’heure où cela leur plaît, et ne perdent pas leur temps à prévoir l’avenir, à se garer de catastrophes imaginaires. (Alfred Capus)

17 janvier 2014 à 23:50:32
Réponse #10

Ulf


vous pouvez préciser , sil vous plait,en quoi ça peut mettre a mal une armée, pour le risque sanitaire uniquement?

http://devsante.org/base-documentaire/sante-publique-prevention/maladies-du-peril-fecal-et-leur-prevention

Attention, c'est une perle (sans jeu de mots).

18 janvier 2014 à 16:21:23
Réponse #11

musher


vous pouvez préciser , sil vous plait,en quoi ça peut mettre a mal une armée, pour le risque sanitaire uniquement?

Oui, tu as de nombreuses batailles perdues ou sièges levés car l'armée est tombée malade à cause d'une mauvaise gestion de cet aspect (dysentrie)

18 janvier 2014 à 16:42:40
Réponse #12

Cheyenne



Propriétaire d'un  bois, je trouve UNE m*rde, je me dis qu'un chasseur ou autre avait une urgence.
Tant que je ne mets pas le pied dedans
Comme en général elle sera dans un endroit discret, les chances seront minimes.
Si mon bois était au bord d'une route et servait couramment  de chiottes publiques, sûr que ça me gonflerait, mais à part les barbelés électrifiés et les mines, je ne vois pas quoi faire.

Quant à prendre une amende pour avoir pissé DANS LA NATURE (pas au vu de tout le monde, ni dans la rue,
et ben je crois que je commencerai par rire au nez de celui qui m'en menacerait en lui rappelant que comme me disaient mes "ancêtres", à la campagne on pisse ou on est.
Après, selon que, comme cité dans un autre post, on se doit d'appliquer la loi avec discernement, si c'est pas le cas, évidemment ça pourrait déraper ... :'( ;# ;#

18 janvier 2014 à 18:26:30
Réponse #13

Axiome


Cet été , mes chiens aboient ( me préviennent qu'il se passe quelque chose ) !
Un gars est la b!te à l'air en train de pisser sur mon portail  :glare: !
Je vais vers lui et lui demande de pisser ailleurs !
Il me réponds : " hhahah non je rince hahaha ! " Le gars est complétement bourré ( maladie et fléau dans ma région donc le gars je le juge pas ) et a laissé sa voiture en plein milieu de la rue , et provoque , " je suis routier , je suis un dur blablablabla ...! " Mais dans ma tête c'est " Et toi tu sais pas qui je suis et je suis comme un os pour toi on va dire " !

- La première chose qui passe par la tête c'est : lui faire regretter d'être nait et c'est violent hein ! Heureusement la " maturité " fait qu'on ne le fait pas ( en gros casser on évite ) on souffle intérieurement en se disant il ne s'est pas qu'il vient d'éviter " une petite mort " !

- La deuxième chose c'est : put**n ça craint je crois j'ai vraiment du mal à me contenir ! ( j'évite les détails )

- En troisième c'est : " Ok , aucune vie n'est en danger , rien de grave , c'est juste l'égo qui fait des siennes ! "
J'ai donc juste attendu qu'il parte en surveillant sa voiture stationnée en plein milieu de la route , afin de prévenir si une autre voiture arriverai afin d'éviter un accident !

L'enseignement pour moi fut : " Quand y a pas de vie en jeu , contrôles toi , lâche la bête que pour sauver ta vie voir une vie ! "  Et j'en ai chié à l'entendre cet enseignement !

Mais j'avoue qu'il m'a fallu du temps pour digérer l'envie de l'émietter !

Chacun son parcours de vie , perso je suis né dans un coupe gorge , je suis conscient de faire parti des poissons qui se sont arrachés du filet et continuent d'avancer " abimés " !

Donc pour en revenir au caca , y a un risque pour le vivant ? Si oui faut agir au mieux !? Et là oui y a des lois  :bienmal:
Le caca et le pipi de l'individu n'est pas dangereux !? Bin à quoi bon faire la guerre et engendrer de la violence !? Y en a pas assez déjà ? ( apparemment c'est que notre égo qui fait le malin  :down: )

Mes 2 crottes , Axiome . :poop:




18 janvier 2014 à 20:33:45
Réponse #14

Claude Ponthieu


Ce qui m’intéresse ici, c’est non le fait du comment chi*r en pleine nature et de son pourquoi ou de ses conséquences, mais s’il existe une réglementation quelconque sur cet acte.
Ainsi, qu’en est-il sur les propriétés gérées par l’ONF, parcs naturels, etc.


pas du tout j'ai juste le sentiment (à tort surement) que tu es concerné par le problème HS off

Nomade cerné par toute une réglementation, d’un point de vue pratique je cherche à comprendre tout ce qu’implique la notion de propriété.
À ce niveau, il semble que nous soyons tous concernés.  ;)

Cet acte, commis avec une certaine gène pour ne par dire honte (sujet quasi tabou), est allègrement perpétré le long des GR, sur des propriétés privées qu’elles soient aux abords des aires de stationnements ou non, …
Est-ce que ces mêmes amoureux de la nature ou autres personnes accepteraient que cela se fassent dans leur propriétés, jardins, etc. ?


Il y a pleins de lois sur le sanitaire et les bonnes moeurs pour verbaliser celui qui aurait l'idée de faire ses besoins en public.
En France ceretains ont été verbaliser pour avoir uriné sur une aire de stationnement sans WC public. Ils étaient face aux voitures : atteinte aux bonnes moeurs.

Si je comprends bien, la verbalisation est liée aux bonnes mœurs et non au fait d’uriner sur une aire de stationnement — propriété publique ou privée.


En Allemagne, il est strictement interdit d'uriner en dehors des lieux prévus...

Peux-tu nous fournir plus de précisions ?
Nous avons eu une culture riche en expérience et pauvre en information.
Aujourd’hui, nous sommes riches en information, mais au seuil de pauvreté de l’expérience réelle.

18 janvier 2014 à 21:36:27
Réponse #15

guillaume


Pour les forêts gérées par l'ONF, de ce que j'en sais, les agents ont autre à faire que de verbaliser un caca.

En revanche quand il s'agit de centaines de cacas suite à un rassemblement, des mesures sont prises pour faire réparer les dégâts (nettoyer).

a+
« Modifié: 19 janvier 2014 à 21:04:23 par guillaume »

18 janvier 2014 à 21:44:48
Réponse #16

Arnaud


Code pénal, Article R635-1

La destruction, la dégradation ou la détérioration volontaires d'un bien appartenant à autrui dont il n'est résulté qu'un dommage léger est punie de l'amende prévue pour les contraventions de la 5e classe. (1500€, récidive 3000€)
« When the last tree is cut, the last fish is caught, and the last river is polluted; when to breathe the air is sickening, you will realize, too late, that wealth is not in bank accounts and that you can’t eat money. »

19 janvier 2014 à 00:03:13
Réponse #17

azur


Peux-tu nous fournir plus de précisions ?
Hé bien, j'ai vu plusieurs fois la polizei verbaliser (avec amende à la clé) des personnes qui avaient uriné dans la nature, que ce soit à l'abri des regards sur une aire d'autoroute ou en forêt.
De plus, les allemands que je côtoyais au boulot étaient choqués de voir les habitudes françaises
Tout le monde savait que c'était impossible... est venu un idiot qui ne le savait pas, et qui l'a fait!

19 janvier 2014 à 10:25:41
Réponse #18

Cheyenne


Pour verbaliser, il faut qu'ils soient là, donc que ce soit près de la civilisation.
Sinon en forêt j'imagine qu'il n'y a pas un flic derrière chaque arbre.

Habitude française (?) non, c'est dans l'ordre naturel des choses.
Mais comment ils font les Teutons quand ils randonnent une journée, ils font un noeud au bout  :o :o :(

Ils sont fous ces Goths !!!  (Obélix)

19 janvier 2014 à 12:16:24
Réponse #19

Claude Ponthieu


En France, Article R632-1 du code pénal.

Hors le cas prévu par l'article R. 635-8, est puni de l'amende prévue pour les contraventions de la 2e classe le fait de déposer, d'abandonner, de jeter ou de déverser, en lieu public ou privé, à l'exception des emplacements désignés à cet effet par l'autorité administrative compétente, des ordures, déchets, déjections, matériaux, liquides insalubres ou tout autre objet de quelque nature qu'il soit, y compris en urinant sur la voie publique, si ces faits ne sont pas accomplis par la personne ayant la jouissance du lieu ou avec son autorisation.

Si le législateur répond catégoriquement sur la voie publique, qu’en est-il de l’espace public, au sens plus large ?
Si une forêt d’État est un lieu public, doit-on en déduire qu’il est interdit de déposer, d'abandonner des déjections, y compris les nôtres ?


Pour les forêts gérées par l'ONF, de ce que j'en sais, les agents on autre à faire que de verbaliser un caca.
Heureusement qu’ils ont autre chose à faire… ;)
Dans d’autres posts, j’ai cru comprendre qu’ils se préoccupaient, pour l’essentiel et à juste titre, de la préservation des biotopes et écosystèmes, d’où par exemple l’interdiction du ramassage, prélèvement, etc., de nombre d’éléments, mêmes morts.
Dans la même lignée d’esprit, certains pays vont plus loin en ayant introduit et imposé la notion de LEAVE NO TRACE et de tout ce que cela implique aux niveaux des déjections humaines et d’animaux de compagnie ou domestiques.

Imaginons le scénario suivant, soit un promeneur lambda au milieu d’un parc national ayant une envie urgente, soucieux de préserver le lieu, en fin de séance il utilise une feuille naturelle, etc.
Cet acte peut-il être considéré comme une dégradation de ce milieu ?

Volontairement mes questions mettent en confrontation deux sujets de domaines différents, un sociétal par la notion de propriété et l’autre naturel.
Nous avons eu une culture riche en expérience et pauvre en information.
Aujourd’hui, nous sommes riches en information, mais au seuil de pauvreté de l’expérience réelle.

19 janvier 2014 à 13:04:58
Réponse #20

Claude Ponthieu


Citer
[…] verbaliser un caca.

La verbalisation est tout à fait secondaire, par contre l’interdiction à effectuer une fonction vitale est loin d’être anodine.
Nous avons eu une culture riche en expérience et pauvre en information.
Aujourd’hui, nous sommes riches en information, mais au seuil de pauvreté de l’expérience réelle.

19 janvier 2014 à 16:05:36
Réponse #21

Cheyenne


Si on continue dans cette logique :
• il faut verbaliser le cerf, le renard, le chien. (encore faut-il l'attraper!)
• en quoi le caca humain (hors papier) serait-il plus préjudiciable à la nature ?

Dans l'absurde, si pas de papier, ou urine, si pas pris sur le fait (pantalon ouvert) je dirais qu'il suffit de nier, nier, nier.
J'imagine qu'on ne fait pas une enquête ADN, etc pour un caca comme pour un crime.

Vraiment le style de loi idiote qui fait haïr l'Autorité !!!

19 janvier 2014 à 18:03:19
Réponse #22

Claude Ponthieu


Citer
Si on continue dans cette logique :
• il faut verbaliser le cerf, le renard, le chien. (encore faut-il l'attraper!)

On ne peut verbaliser que les propriétaires de ces animaux, ce qui est le cas dans certains pays. ;)


Citer
• en quoi le caca humain (hors papier) serait-il plus préjudiciable à la nature ?

Il pourrait, par exemple et suivant une certaine logique, changer la nature du biotope ou de l’écosystème par le dépôt/introduction de graines non mastiquées.
Nous avons eu une culture riche en expérience et pauvre en information.
Aujourd’hui, nous sommes riches en information, mais au seuil de pauvreté de l’expérience réelle.

19 janvier 2014 à 20:19:16
Réponse #23

AC


• en quoi le caca humain (hors papier) serait-il plus préjudiciable à la nature ?

Les déjections humaines contiennent des germes qui sont davantage susceptibles de contaminer les humains que celles des animaux. C'est pour ça qu'on n'arrose pas le potager avec le contenu de la fosse septique.

Y a-t-il réellement un risque de contaminer des ramasseurs de champignons, des enfants qui manipuleraient des déchets mal enterrés, ou des bushcrafteux à la recherche de mousse allume-feu ? Ça je n'en sais rien.
« Modifié: 19 janvier 2014 à 20:33:37 par AC »

19 janvier 2014 à 21:20:17
Réponse #24

guillaume


Si une forêt d’État est un lieu public

Sauf cas particuliers, une forêt d'Etat n'est pas publique. Elle fait partie du domaine privé de l'Etat qui peut néanmoins être ouverte au publique. Comme elle peut être totalement fermée !
Tout comme les forêts communales, elles ne font pas parties du domaine publique mais du domaine privé des communes.

• en quoi le caca humain (hors papier) serait-il plus préjudiciable à la nature ?

En plus de la réponse d'AC, je rajouterais que les déjections humaines, dans certains (GR 20, pistes de ski qui fondent au printemps), posent de réels problèmes de santé publique...

Au passage, le livre "comment chier dans les bois" est la référence en la matière (fécale ;#).

a+

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité