Nos Partenaires

Auteur Sujet: NOLS Paul Petzoldt randonnée "bushcraft" 60-70's  (Lu 1954 fois)

09 novembre 2013 à 11:46:16
Lu 1954 fois

Kilbith


Bonjour,

Je voulais ouvrir ce fil dans la rubrique "vie sauvage" afin de donner deux liens concernant les premiers temps de la célèbre organisation américaine NOLS et Paul Petzoldt un des initiateurs.

On est dans les années 60, le matériel est donc traditionnel, très lourd et encombrant. C'est aussi un matériel Low tech car il doit permettre de vivre longtemps loin de tout et de pratiquer des activités comme le rappel, la pêche, la chasse, faire du feu de bois.

Pas de Goretex, pas de GPS, pas de DVA, pas beaucoup de cartes précises, peu ou pas de lyophilisé, peu de matériaux synthétiques.

On doit pouvoir le porter longtemps, le réparer et il doit protéger d'une météo inconnue avec aucune échappatoire possible (pas de téléphone, pratiquement pas d'hélicoptère) à des jours de marche des voitures.

On est dans le "wilderness" nord américain et l'homme blanc n'est présent que depuis un petit siècle, parfois moins.

La première vidéo de vingt minutes illustre les années 60. Les techniques montrées sont très primitives, cela veut dire qu'on peut les mettre en œuvre avec quasiment aucun matériel moderne. On y retrouve des considérations sur la vie moderne et la perte du contact avec la nature.
ici : http://www.youtube.com/watch?v=lou5Y8OQBMQ

La seconde vidéo de 50 minutes est un peu plus tardive (70's) et plus "technique". On peut constater que le matériel un peu plus moderne est présent (baudrier, coupe vent synthétiques...) mais cela reste très low tech et les randonnes durent 30 jours.
ici : http://www.youtube.com/watch?v=A8zKt8btHYU

Dans une sortie "outdoor" :
Il ne FAUT PAS utiliser les méthodes d'assurage ou de progression montrées sur ces films de nos jours. Elles sont archaïques, dangereuses et elles N'OFFRENT PAS une sécurité suffisante. C'est ce que l'on nous apprenait quand j'étais môme il y a 35 ans, c'est totalement dépassé.

Les films ne sont pas filmés de façon "spontané", les techniques de l'époque ne le permettait pas. Il faut en tenir compte dans l'interprétation.

De même on relève des erreurs.
Par exemple on voit une jeune fille passer une tyrolienne les cheveux longs détachés : un moyen sûr de se faire scalper si les cheveux se prennent dans le câble. Le port du casque est oublié trop souvent, on ne plonge jamais dans une rivière dont on ne voit pas le fond...etc. On voit aussi des techniques illégales (pêche à la main...).

Mais c'est bon de connaitre l'existence de ces techniques "au cas ou" on se retrouve dans une vraie situation de survie. C'est bon aussi de constater que l'on peut faire bien des choses, si nécessaire, avec peu de matériel.

Faites vous plaisir.  :love:


...et n'hésitez pas à commenter!
« Modifié: 09 novembre 2013 à 12:17:43 par Kilbith »
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

06 décembre 2013 à 16:32:30
Réponse #1

guillaume


Salut tout le monde !

Voici ce que j'ai pu noter, en vrac, sur ces deux vidéos :

-Présence de pèlerines (grand surface de protection, plus grande bulle de chaleur). Cela me parle puisque je ne cesse d'explorer ce monde (Djellaba polaire, ensemble pluie, etc.).

-Le poids de la nourriture bien plus élevé (environ 1kg/jour/personne) → utilisation de chevaux, reconditionnement, etc.

-Le chapeau placé sous la corde pour éviter de meurtrir l'épaule lord d'un rappel rudimentaire (ceux qui ont essayé de descendre en rappel avec la méthode du « S » ou avec un simple demi cabestan savent de quoi je parle. Attention, dangereux!!!).
Bien être perpendiculaire à la parois avec ce genre de technique rudimentaire, sinon le système ne fonctionne pas. Alors que de nos jours, on peut se lasser pendouiller...

-De nombreux chapeau à larges bord. Perso j'ai du mal à trouver mieux que mon chapeau en cuir : résiste très bien à l'eau, supportable aussi pas temps chaud. La limite : il peut geler.

-Casser la glace au piolet pour chaque pas (pas de crampon).

-Glissade « contrôlée » sur les fesses...

-Bel exemple de « lentement c'est toujours plus vite que vite » en monté avec des sacs très lourd et le matériel de l'époque.

-Leurs questionnements quant à la nourriture font échos à mes expériences personnelles : marcher ou chercher activement de la nourriture : faut choisir...

-Pleins de bons conseils encore valables (psycho de groupe, etc.).

Merci Did :up:

a+

06 décembre 2013 à 21:23:47
Réponse #2

psydomos


Salut!


Merci pour cette trouvaille! On dirait une animation des photos de ma grand-tante, grande amatrice de montagne depuis la fin des années 50... et source de "trucs" intarissable, en plus d'être une excellente couturière (valait mieux à une époque ou le matériel était au mieux unisexe, surtout pour quelqu'un qui fait 1,55 m) si tu arrivais jusqu'à son cagibi un jour, tu ne voudrais plus en sortir Kilbith ;D

Mais quand même en regardant la première vidéo on se rend compte que le synthétique, le "moderne", est surtout présent pour les items parmi les plus critiques, comme les bâches, les pèlerines/cirés/kway, ou les revêtements de duvets, soit la gestion des 3h.
 Ou encore le fil de pêche qui devient un très précieux acolyte pour la gestion de l'alimentation au long court dans des endroits encore sauvages et à la faune abondante et peu méfiante, l'aluminium pour l'armature des sac ou les gamelles, les sachets pot et tubes de stockage de l'alimentation n'on aussi pas d'équivalents à cette époque en terme de ratio poids/efficience.
Le reste c'est des équipements assez basiques qui, mis à part certains designs spécifiques, existe déjà depuis des lustres et sont utilisés par les gens qui vivent et travaillent dans ce types de biotopes à cette époque.

Parfois, j'ai le sentiments que ce sont ces matériaux, même si à l'époque ils pesaient quand même encore leur poids, qui ont "créer" une petite révolution pour les usagers de la nature et permit l'idée de sortie nature au long court comme loisir. Bien sur il faut aussi prendre en compte le contexte culturel et la relation au monde de l'homme occidental à travers le temps mais quand même.
Avant au final, mis à part les gens assez riche et ingénieux pour avoir des tentes en soie caoutchoutée et ce genre de trucs qu'on rencontre sur les listesd'expé des années 20 par exemple, le matos était tellement lourd et volumineux que la notion de plaisiren randonné long court sans animaux, si ce n'est dans la performance, était une utopie. Sans parler du fait que les niveaux de protection étaient très aléatoire et ne donnaient pas une grande marge de sécurité, reservant ces activités à une élite qui en assumait les conséquences.

A+
"Je sais que je ne sais rien" Socrate
"Le progrès est ce qu'on en fait, confier son dernier souci à des milliers d'inconnus qui n'en n'ont rien à foutre ou permettre de vrais moments de vie démultipliés.."
Patrick, o "cacique" do CEETS

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité