Nos Partenaires

Auteur Sujet: Quelles réelles menaces (d'ampleur nationale) pourrait-on craindre en France?  (Lu 14196 fois)

11 novembre 2013 à 12:14:08
Réponse #25

Moleson


Le projet de pomper 10% de l'épargne est en route. Un premier ballon d'essai en Chypre réussi (il n'y a pas eu de révolte). Le FMI lance l'idée, même les socialistes Allemands sont favorables.


http://www.imf.org/external/pubs/ft/fm/2013/02/pdf/fm1302.pdf

A lire à la page 49.

Moléson

13 novembre 2013 à 15:25:26
Réponse #26

Nirgoule


Le cas de chypre est un peu différent de celui de la France. Les capitaux taxés à Chypre ont été ceux de riches russes attirés par le faible niveau d’imposition. Les capitaux n’étaient pas soumis aux taxes pas plus qu’aux contrôles anti blanchiment et anti terroristes. Ce n’était donc qu’une mesure de rattrapage.
Les russes ne sont pas révoltés, ils sont partis !
"If you are out for more than a day with no access to toilets, you need to be aware of how to defecate, without impacting on the environment."

"Vous les français vous ne doutez jamais de rien."
"Je doute toujours mais je ne désespère jamais." Maigret

22 mai 2016 à 20:00:51
Réponse #27

Troll


Hello,

Plutôt que d'ouvrir un autre sujet, je restaure celui-ci.

Ne sachant si certaines personnes ici sont concernées par les pénuries / rationnement de carburant, en voici la carte en ligne ici.

Bien à vous,

Troll
Semper potest proficio

23 mai 2016 à 09:55:02
Réponse #28

Draven


Pas de soucis par chez nous ( Jura ) pour l'instant, ça va peut être changer avec la raffinerie lyonnaise qui est maintenant bloqué, mais bon... On a pas des gros besoins en carburants.

J'ai juste conseillé a ma femme de faire le plein complet quand elle a remis du gazoil vendredi soir, vu qu'elle a la mauvaise habitude de ne remettre que 30/40€ d'habitude... ( 90€ un plein complet sur notre voiture ). Mais je lui conseil toujours de faire ça :D ( pour une fois elle m'a écouté lol )
Version humaine de l'Ursus arctos middendorffi
FlickR

23 mai 2016 à 10:08:34
Réponse #29

Troll


Hello,

Toujours écouter l'homme ah ah.

J'avoue qu'il serait intéressant d'avoir toujours 2 ou 3 jerricans en cas de...

Bien cordialement,

Troll
Semper potest proficio

23 mai 2016 à 11:41:14
Réponse #30

Jco


J'avoue qu'il serait intéressant d'avoir toujours 2 ou 3 jerricans en cas de...

A prévoir avant, citation d'un article du Monde: "la préfecture du Nord [...] a pris un arrêté « portant interdiction de vendre, d’acheter, de distribuer ou encore de transporter du carburant dans tout récipient transportable » "
http://www.lemonde.fr/politique/article/2016/05/22/carburants-pas-de-risque-de-penurie-assure-alain-vidalies_4924101_823448.html

23 mai 2016 à 11:50:36
Réponse #31

Troll


Hello,

Je suis d'accord que le terme de "pénurie" est peut-être exagéré dans les médias. Néanmoins, il est aussi dans l'intérêt de la communication de ne pas créer de panique.

Cependant, en période "normale", je pense qu'il est bon d'avoir une réserve (l'équivalent d'un plein).

Bien cordialement,

Troll
Semper potest proficio

23 mai 2016 à 12:14:18
Réponse #32

Draven



Cependant, en période "normale", je pense qu'il est bon d'avoir une réserve (l'équivalent d'un plein).


Après les stocks c'est pas génial, les carburants modernes sont bourrés d'additifs et se dégradent de plus en plus vite... Les constructeurs préconisent 3mois maxi pour le stockage ( contenant adapté, a l'abri des UV, etc... ). C'est plutôt court pour du stockage.

En revanche, sur mon véhicule perso ( parce que madame elle en fait qu'a sa tête  ;D ) j'essaye de ne jamais descendre en dessous de la moitié du plein, je refait l'appoint dès que nécessaire. Ça permet d'avoir 300/400km d'autonomie en cas de besoin.
Version humaine de l'Ursus arctos middendorffi
FlickR

23 mai 2016 à 13:25:27
Réponse #33

Merlin-Max


Juste au passage vu que le sujet remonte.
Je discutais avec un OPJ vers chez moi concernant une affaire de mœurs inintéressante, il a dit un truc qui m'a fait tiquer: "Le vernis social s'effrite et va bientôt craquer."
Pour qu'un FDO annonce ça aussi clairement c'est qu'il y a du mal de fait.  :o
L'âme sûre ruse mal. ;)

23 mai 2016 à 13:44:59
Réponse #34

Troll


Hello,

Les carburants modernes sont bourrés d'additifs c'est un fait. Un autre fait est que les moteurs modernes sont aussi de plus en plus fragiles... Je confirme pour le stockage de 3 mois max (conversation avec un ingénieur R&D auto).

Cela dit, tu peux faire "tourner ton stock":

De temps en temps (donc inférieur à 3 mois), tu refais le plein avec le jerrican de stockage. Dans la foulée, tu recharges le jerrican à la station. De cette façon, tu as toujours du stock "frais".

Bien cordialement,

Troll
Semper potest proficio

23 mai 2016 à 15:37:21
Réponse #35

bison solitaire


Pas eu de souci jusqu'à 6 mois (pas essayé au delà) pour du SP98

23 mai 2016 à 16:25:34
Réponse #36

Draven


Pas eu de souci jusqu'à 6 mois (pas essayé au delà) pour du SP98

Ça dépends dans quel genre de moteur tu met le carburant en fait. Tu ne va pas avoir une casse moteur immédiate sur une voiture par exemple, en revanche ça t'encrasse très nettement le circuit d'admission.
Sur un petit moteur ( tronçonneuse, tondeuse, etc... 2 ou 4tps ), ça peux boucher le carburateur en quelques minutes...
Version humaine de l'Ursus arctos middendorffi
FlickR

23 mai 2016 à 16:38:54
Réponse #37

bison solitaire


bah c'est aussi une utilisation très ponctuelle où un bidon de 10 litres est dilué dans ce qui reste avant qu'on soit à sec...

23 mai 2016 à 21:35:07
Réponse #38

Hurgoz


Yo,

J'avoues que c'est une chose que j'ai du mal à comprendre: dès qu'il y a un risque de pénurie, tout le monde prend d'assault les stations et en profite pour faire "un stock"...

Faire son plein: ok, notion de prévoyance, mais un stock veut dire qu'on prend plus que ce que l'on prend d'habitude. Aussi, si tout un chacun fait la même chose, les stations, qui ont l'habitude de fournir 1 plein/usager, doivent en fournir 1.5 (pas exact, mais c'est plus simple pour l'explication). Du coup, sans même qu'il y ai une pénurie, on crée une sur-consommation à laquelle les stations ne sont pas prêtes...génial non?  :lol: :lol: :lol:

Tcho

Hugo
"Considérant qu'il est essentiel que les droits de l'homme soient protégés par un régime de droit pour que l'homme ne soit pas contraint, en suprême recours, à la révolte contre la tyrannie et l'oppression." DUDH

23 mai 2016 à 22:54:54
Réponse #39

kalahire


Les gens sont des individualistes. La politiques du moi d'abord fait rage en Europe. Liberté,égalité individualisme devrait être le slogan en France.
La vie est une aventure

24 mai 2016 à 09:24:25
Réponse #40

bison solitaire


Les gens sont des individualistes. La politiques du moi d'abord fait rage en Europe. Liberté,égalité individualisme devrait être le slogan en France.

...sans doute pas faux, mais un peu facile je trouve...

24 mai 2016 à 09:40:43
Réponse #41

Troll


Hello,

Les gens sont des individualistes. La politiques du moi d'abord fait rage en Europe. Liberté,égalité individualisme devrait être le slogan en France.

+1 avec bison solitaire.

De plus, cela sort un petit peu du cadre initial du fil sur si oui ou non il est intéressant d'avoir ou non un peu de carburant en réserve (réserve faite en période "normale") pour être simplement prévoyant.

J'entendais encore ce matin aux informations une interview d'un monsieur en IdF qui avait dans sa cave toujours 2 jerricans "au cas où". En ce moment, il était bien content de les avoir...

Bien cordialement,

Troll
Semper potest proficio

24 mai 2016 à 09:48:43
Réponse #42

Kilbith


Les gens sont des individualistes. La politiques du moi d'abord fait rage en Europe. Liberté,égalité individualisme devrait être le slogan en France.

La France, avec un score de 45,2% en 2014, est le pays de l'OCDE où les prélèvements obligatoires sont les plus élevés. Nous sommes au dessus de la Suède.

ici : https://fr.wikipedia.org/wiki/Pr%C3%A9l%C3%A8vements_obligatoires

En d'autres termes le pays où la redistribution des revenus (via l'Etat) est la plus importante. Ou bien encore le pays où les contribuables aisés sont les plus lourdement taxés afin de redistribuer aux autres.

ici : http://www.insee.fr/fr/ffc/docs_ffc/FPORSOC13d_VE4_redistribution.pdf

Bref : les faits (têtus) contredisent l'idée selon laquelle les français sont individualistes. Ce qui n'empêche pas que la perception ne soit pas conforme aux faits. D'où, peut être, le problème.

 ;)
« Modifié: 24 mai 2016 à 10:02:44 par Kilbith »
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

24 mai 2016 à 10:10:30
Réponse #43

François


Cette peur de manquer, traduit aussi je crois la dépendance croissante envers les produits de consommation courante. L'évolution récente (40 ans) des mentalités est de considérer normal que tout soit disponible tout le temps et partout. Même quand on n'en a pas réellement besoin ou envie, ni les moyens de se le payer en permanence.
Dépendance en particulier envers les transports motorisés.

[MODE VIEUX CON]
Il n'y a pas si longtemps - 50 ans, ce qui ne parait pas bien loin, à moi - ne pas avoir de voiture, ou ne l'utiliser que pour les "grandes vacances", était la situation normale. On était organisé pour : commerces, écoles, travail, administrations, services, centres de soin, loisirs, pas trop loin. Et on se déplaçait à pieds ou à vélo vraiment beaucoup plus.
[/MODE VIEUX CON]
Espérer le meilleur, prévoir le pire.

24 mai 2016 à 10:14:06
Réponse #44

Kilbith


Cette peur de manquer, traduit aussi je crois la dépendance croissante envers les produits de consommation courante. L'évolution récente (40 ans) des mentalités est de considérer normal que tout soit disponible tout le temps et partout. Même quand on n'en a pas réellement besoin ou envie, ni les moyens de se le payer en permanence.
Dépendance en particulier envers les transports motorisés.

A cela s'ajoute, depuis 10 ans et l'arrivée des smartphones, de considérer comme normal que les bien intangibles (culturels, musicaux, informations, contacts...) soient disponibles partout et en permanence.

On ne mesure pas encore complètement les effets de cette dépendance...Juste une question : combien de numéro de téléphones connaissez vous par coeur?

 ;)
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

24 mai 2016 à 10:23:17
Réponse #45

Pouçot


Il y a une erreur de méthodologie philosophique, là. Les gens ne sont pas individualistes. Ils sont des égoïstes grégaires. Comprendre par là que comme l’avançait Mandeville, nous avons construit une société dans laquelle "les vices privés font la vertu publique".

L'individualisme implique un homme qui pense et agit par lui-même, en et pour soi.
Or, nous sommes tout sauf des êtres pensants capables d'action, de nos jours.

Citer
L’individualisme n’est pas la maladie de notre époque, c’est l’égoïsme, ce self love, cher à Adam Smith, chanté par toute la pensée libérale. L’époque est à la promotion de l’égoïsme, la production d’ego d’autant plus aveugles ou aveuglés qu’ils ne s’aperçoivent pas combien ils peuvent être enrôlés dans des ensembles massifiés. Et c’est bien d’ego qu’il s’agit, puisque les gens se croient égaux alors qu’en réalité ils sont passés sous le contrôle de ce qu’il faut bien appeler le « troupeau ». Celui des consommateurs, en l’occurrence.

https://www.monde-diplomatique.fr/2008/01/DUFOUR/15491



@ Kilbith : Kalahire a raison, étant entendu qu'il se trompe de terminologie.

Tant que nous n'irons pas vers la suppression de la propriété lucrative et surtout une lecture alternative du PIB, en ceci qu'il ne faudrait pas voir dans le financement de la Sécu et du service public une ponction de solidarité sur le profit et le salaire du marché du travail, mais une production, les "prélèvements obligatoires" n'auront aucune portée sociale réelle... Il faut annuler le rapport de force induit par le capitalisme, si l'on veut pouvoir lire dans les "prélèvements obligatoires" l'expression du partage.

Annuler l'idée selon laquelle il n'y aurait de valeur économique que dans le Capital, et donc, arrêter de penser que les services publics sont utiles mais ... dépensent.
Pas de dépense, donc, mais une production de tout ce qui travaille. En ligne de mire, l'a-croissance (que je préfère au terme de décroissance).

Bref.  :)

On ne mesure pas encore complètement les effets de cette dépendance...

Oh si, très bien, même. Il faut aller voir du côté de Charbonneau, de Mumford et d'Ellul, ainsi que d'Anders, penseurs de la technique au sens de la dépossession de l'homme de son humanité par le machinisme. Les productions de Pièces & Main d'oeuvre sont également excellentes.



Et sinon, je rappelle à tout le monde qu'il est interdit de causer politique, ici. Les autres modos ne sont pas aussi monomaniaques que moi et savent très bien se fixer une limite et la respecter, alors merci de revenir à l'objet initial du fil, et de poursuivre les discussions hors-sujet par MP. (Appel du pied, Kilbith  ;# )

24 mai 2016 à 10:26:46
Réponse #46

zangetsu74


Yo,

J'avoues que c'est une chose que j'ai du mal à comprendre: dès qu'il y a un risque de pénurie, tout le monde prend d'assault les stations et en profite pour faire "un stock"...

Faire son plein: ok, notion de prévoyance, mais un stock veut dire qu'on prend plus que ce que l'on prend d'habitude. Aussi, si tout un chacun fait la même chose, les stations, qui ont l'habitude de fournir 1 plein/usager, doivent en fournir 1.5 (pas exact, mais c'est plus simple pour l'explication). Du coup, sans même qu'il y ai une pénurie, on crée une sur-consommation à laquelle les stations ne sont pas prêtes...génial non?  :lol: :lol: :lol:

Tcho

Hugo

C'est ce qu'on appelle l'effet Forrester (ou Bullwhip effect) et en français "AVD" (amplification de la variabilité de la demande), et c'est pour ca que je suis payé depuis 10 ans dans mon taf : faire communiquer les gens d'une chaine globale d'approvisionnement pour éviter d'amplifier ces phénomène de rupture / surstock allant crescendo.

Plus prosaïquement, à l'échelle du topic et d'un point de vue "perso" (par opposition à une boite par exemple), les meilleurs leviers d'action à notre niveau seraient amha :
1 - identifier le moins faussement possible ses besoins "finaux" (conso. brute de carburant). C'est la gestion de la "prévision". Cette prévision peut être affinée / corrigée / revue par rapport à son historique et l'évolution probable des consommations dans le futur proche.
Le but du jeu sera d'êtres capable de s'approvisionner exactement de cette quantité, au moment le plus proche de la conso réelle.
2 - dimensionner un / des stock de sécurité : qui ne peut se faire "correctement" que si le 1 est connu ou pour le moins estimé.
Les stocks sécu ont plusieurs rôles / fonctions / composantes :
- pallier à l'erreur de prévision
- gérer les délais d'appro / taille de lot de commande
- faire face à des situations exceptionnelles telles que celle du moment
3 - adapter/ revoir l'ensemble de ces éléments régulièrement pour :
- s'approvisionner le plus souvent possible selon les contraintes (conservation, distance - temps pour aller à la pompe, ° de pénurie des dites pompes, ...)
- prendre des quantités les adaptées au contexte : fonction de la variabilité du prix, des quantités minimales (et/ou maximales comme en ce moment) d'appro, ...
etc etc.

Pour info, voici l'état de l'art "Supply Chain" concernant les sociétés et les recommandations pour limiter cette AVD :

Citer
" 1. Partager l’information

Le partage de l’information facilite l’intégration de la chaîne d’approvisionnement. Effectivement, les prévisions préparées indépendamment augmentent l’incertitude, et par conséquent elles augmentent les quantités commandées ainsi que le niveau des stocks. Pour neutraliser cet effet, les compagnies peuvent mettre en commun l’information à l’aide entre autre de l’EDI, de l’Internet, du CPFR (Collaborative Planning, Forecasting and Replenishment) et du VMI (Vendor-Managed Inventory).

 
2. Briser les lots de commandes

Les compagnies doivent implanter une stratégie qui permet de réduire la taille des lots tout en optimisant les coûts de transport. Par conséquent, une entreprise peut inciter son client à acheter plusieurs produits en petites quantités afin de réduire les coûts de transport et d’avoir un chargement complet.

 
3. Stabiliser les prix

Établir une stratégie d’uniformisation des prix s’avère un autre moyen de réduire l’AVD. En effet, en diminuant les incitatifs des détaillants de commander en grande quantité, le manufacturier bénéficiera d’une demande plus stable. Plusieurs compagnies telles que Wal Mart, Kraft et P&G ont implanté une stratégie de bas prix quotidien, ce qui a entraîné une augmentation des profits ainsi que des parts de marché.

 
4. Éliminer le rationnement et les manoeuvres stratégiques

Lorsqu’un fournisseur fait face à des pénuries, il devrait baser ses prévisions en fonction des ventes passées et non en fonction des commandes. Ainsi, les clients n’ont aucun avantage à exagérer les commandes. Par ailleurs, les fabricants devraient pénaliser les détaillants qui annulent des commandes. Cette stratégie va donc inciter les détaillants à commander des quantités qui correspondent davantage à leurs besoins.

D’autres méthodes telles que la réduction des délais de livraison ainsi que la saisie au point de commande permettent de réduire l’AVD.

L’objectif visé par ces solutions est de diminuer le niveau d’incertitude de la chaîne d’approvisionnement afin de permettre la synchronisation des activités logistiques entre les entreprises et de réduire les coûts de chaque intervenant de la chaîne."

Bon je m'arrête là sinon je fais un cours magistral SUpply Chain ;-)

Néanmoins à dispo pour toute question / remarque à ce sujet et sinon Google est un bon outil pour trouver des ressources sur le sujet  ;#

EDIT :
Il est important tout de même de noter que l'état de l'art de la Supply Chain encore à l'heure actuelle ne cherche pas à concevoir des systèmes anti-fragiles ou résilients.
C'est même plutôt l'exact opposé en terme de philosophie ;-)
La différence entre la théorie et la pratique ?
En théorie il n'y en a pas, mais en pratique il y en a une.

24 mai 2016 à 10:27:08
Réponse #47

François


A cela s'ajoute, depuis 10 ans et l'arrivée des smartphones, de considérer comme normal que les bien intangibles (culturels, musicaux, informations, contacts...) soient disponibles partout et en permanence.

Sans oublier le commerce en ligne, qui donne accès à un monde de produits compliqués à trouver localement. C'est si pratique qu'on en prend l'habitude.
Espérer le meilleur, prévoir le pire.

24 mai 2016 à 11:17:26
Réponse #48

Kilbith


Et sinon, je rappelle à tout le monde qu'il est interdit de causer politique, ici.
Je n'ai pas émis d'opinion, je renvoyais à des faits étayés par des organismes généralement considérés comme neutre (sauf à remettre en cause le paradigme actuel).

Citer
Les autres modos ne sont pas aussi monomaniaques que moi et savent très bien se fixer une limite et la respecter, alors merci de revenir à l'objet initial du fil, et de poursuivre les discussions hors-sujet par MP. (Appel du pied, Kilbith  ;# )
Naaan. Ce serait contre productif.

Faut juste qu'un jour on prenne le temps de se rencontrer avec trois thermos de café.  ;#

Citer
Sans oublier le commerce en ligne, qui donne accès à un monde de produits compliqués à trouver localement. C'est si pratique qu'on en prend l'habitude.
Le commerce en ligne existait déjà et aux USA il est depuis longtemps un moyen privilégie (du fait d'une économie construite de façon bien plus intégré que la notre et d'une densité de population plus faible.)

En revanche, la rupture c'est l'accès à des biens intangibles sans limite de temps et d'espace. Ça c'est nouveau.

On pense aux biens culturels, mais c'est oublier l'accès à une masse de donnée et parfois d'information.

Cette facilité d'accès vient limiter les efforts de mémorisation et aussi d'organisation de la pensée. En déléguant la fonction mémorielle sur le cloud et en perdant les mécanismes d'organisation de nos pensées, on perd progressivement un truc fondamental (j'appelle ça, par analogie avec les ordinateurs, la "mémoire de travail".)

Si un accident venait à couper cette ressource....on ne perdrait pas seulement des ressources que l'on pourrait remplacer.

Comme les fonctions cognitives associées à la collecte et à l'organisation des données pour en arriver à des informations et à des connaissances est désormais totalement très dépendante de l'accès facilité aux données : la rupture du lien serait probablement dramatique.

Pour prendre un exemple :

Si dans une classe tu poses la question "quelle est la date du règne de Louis XIV"...les étudiants se ruent sur leur portable. C'est intelligent (moindre effort).

Avant les portables, les (bons) étudiants utilisaient un mécanisme de reconstruction des connaissances du type :
-La Révolution c'est 1789 et c'est sous Louis XVI.
-Avant lui, c'était Louis XV
-Une génération c'est trente ans un règne un peu plus...
-Donc en gros Louis XIV c'est 40X2 ans avant soit environ 1710.

Evidemment ils oubliaient souvent la Régence et ne savaient pas toujours que Louis XIV avait eu un long règne...mais la réponse était "acceptable".

De nos jours un étudiant peut tout autant te dire 1850 que 1540 si on empêche l'accès au net.

(grosse tartine)  :-\
« Modifié: 24 mai 2016 à 11:31:15 par Kilbith »
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

24 mai 2016 à 11:37:30
Réponse #49

VieuxMora



 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité