Nos Partenaires

Auteur Sujet: Pointe de flèche en bambou  (Lu 3383 fois)

14 octobre 2013 à 09:47:59
Lu 3383 fois

Claude Ponthieu


Video en anglais sur la fabrication et essai de pointes de flèche en bambou.

Attention en manipulant le tranchant, le bambou taillé coupe facilement comme une lame de rasoir — simple, rustique, demandant peu de travail, mais terriblement efficace.

Conseil rajouter une surliure.
Nous avons eu une culture riche en expérience et pauvre en information.
Aujourd’hui, nous sommes riches en information, mais au seuil de pauvreté de l’expérience réelle.

14 octobre 2013 à 10:47:18
Réponse #1

kovaks


Y'a un truc qui m'épate un peu, c'est que le bambou, ça doit quand même être très léger, ou je me trompe? Or une pointe de flèche, ça pèse quand même son poids (j'ai honte, je ne sais même plus le poids de celles que je tire avec mon recurve Mamba  :-[). Avec une pointe aussi légère, quid du comportement de la flèche?
Par contre, intéressant, j'ignorais que le bambou pouvait couper autant.

14 octobre 2013 à 12:05:04
Réponse #2

Claude Ponthieu


Y'a un truc qui m'épate un peu, c'est que le bambou, ça doit quand même être très léger, ou je me trompe? Or une pointe de flèche, ça pèse quand même son poids (j'ai honte, je ne sais même plus le poids de celles que je tire avec mon recurve Mamba  :-[). Avec une pointe aussi légère, quid du comportement de la flèche?
Par contre, intéressant, j'ignorais que le bambou pouvait couper autant.

Oui c'est léger, mais ça fonctionne ;)

Il y a bien longtemps, mon inexpérience m'a bien piégé, depuis la leçon est toujours présente à mon esprit.
Les armes en bambou sont redoutables, les différentes guerres dans l’Asie du sud-est et Pacifique ont fait voir leur efficacité.
En Asie il est encore, entre autre, très utilisé pour le piégeage.
Nous avons eu une culture riche en expérience et pauvre en information.
Aujourd’hui, nous sommes riches en information, mais au seuil de pauvreté de l’expérience réelle.

14 octobre 2013 à 13:10:34
Réponse #3

inzemix


J'me suis déjà plus d'une fois entaillé un doigt avec du bambou amené a une faible épaisseur, (sans avoir tenté d'affuter) donc, je ne suis pas étonné du pouvoir de pénétration, par contre la question soulevée par kovaks m'interpelle aussi, quid du poids de la pointe ?

14 octobre 2013 à 13:21:45
Réponse #4

Pierrot


Citer
quid du poids de la pointe ?

Ben une pointe en bambou, ça pèse rien, mais une pointe en silex comme certains en utilisent pour chasser, ça ne pèse pas grand chose non plus.

Pour avoir fabriqué des flèches tout bambou, je sais que je ne m'amuserai pas à me mettre en face.

Je ne sais d'ailleurs pas si les chasseurs primitifs qui utilisent encore un arc aujourd'hui, calculent le poids de leurs pointes et le spine de leurs flèches, en revanche ils doivent tuer du gibier s'ils veulent manger.


14 octobre 2013 à 14:02:47
Réponse #5

inzemix


Je me mettrai pas non plus devant une flèche en bambou ;) J'ai une idée assez précise des capacités du bambou :D
La question tu poids allait plus vers le comportement en vol de la flèche et la précision suivant les distances ;)

14 octobre 2013 à 14:49:27
Réponse #6

Claude Ponthieu


Nous avons eu une culture riche en expérience et pauvre en information.
Aujourd’hui, nous sommes riches en information, mais au seuil de pauvreté de l’expérience réelle.

14 octobre 2013 à 17:58:31
Réponse #7

Zecrow


Pointe trop légère, et asymétrie pouvant provoquer une déviation par effet aérodynamique... Je n'ai aucun doute sur le tranchanr du bambou, en ayant déjà fait les frais  ;# , mais les qualités de vol, faut voir.
En ligaturant 2 lames au lieu d'une seule, on pourrait régler le problème de l'asymétrie (si l'expérience montrait que c'est un problème). Et si le fût est aussi en bambou, il semble possible de le lester en insérant quelque chose dans le "tube" à l'avant, pour un meilleur FOC (front of center) / équilibrage.
« Le secret du bonheur ne consiste pas à rechercher toujours plus, mais à développer la capacité d'apprécier avec moins. »
Dan Millman

J'y travaille ! :-)

29 octobre 2013 à 09:31:27
Réponse #8

Claude Ponthieu


Par contre, intéressant, j'ignorais que le bambou pouvait couper autant.

Video sur les couteaux des Bidayuh de Sarawak.
À 5'36" on y voit une utilisation de couteaux en bambou.

Vidéos où Dino Labiste explique la fabrication de couteaux en bambou et démontre leur utilisation.

L'utilisation de couteau en bambou a des avantages certains en cuisine. ;)
Nous avons eu une culture riche en expérience et pauvre en information.
Aujourd’hui, nous sommes riches en information, mais au seuil de pauvreté de l’expérience réelle.

29 octobre 2013 à 12:18:03
Réponse #9

VERDUG0


Le gars de la 1ere video, c'est Keong. (prononcer ki-ong)
C'est un Malais super sympa, passionné de jungle et de lames.

Il a une boutique outdoor sur KL http://www.ogm-shop.com/
Et un site ou il vend des parangs tradi, en allant lui meme denicher les locaux forgerons, des Sarawak de la region de borneo le plus souvent: www.sepuh-crafts.com


02 janvier 2014 à 19:53:05
Réponse #10

max65871


Pointe trop légère, et asymétrie pouvant provoquer une déviation par effet aérodynamique... Je n'ai aucun doute sur le tranchanr du bambou, en ayant déjà fait les frais  ;# , mais les qualités de vol, faut voir.
En ligaturant 2 lames au lieu d'une seule, on pourrait régler le problème de l'asymétrie (si l'expérience montrait que c'est un problème). Et si le fût est aussi en bambou, il semble possible de le lester en insérant quelque chose dans le "tube" à l'avant, pour un meilleur FOC (front of center) / équilibrage.

Je serais plutôt d'avis que la pointe peut causer une légère asymétrie mais ça doit être rattrapable avec un empannage correct. Et puis, la déviation ne doit pas être importante sur 5-15m :)
"Et si la liberté consistait à posséder le temps?Et si le bonheur revenait à disposer de solitude, d’espace et de silence – toutes choses dont manqueront les générations futures?Tant qu’il y aura des cabanes au fond des bois, rien ne sera tout à fait perdu."
S. Tesson

05 janvier 2014 à 18:47:00
Réponse #11

amba83


A voir sur //parc-amazonien.wmaker.tv// "l'art de la fabrication des flèches de chasse", où comment les Wayampi de l'Oyapock fabriquent leurs flèches. Matériel: coton cultivé dans l'abattis et filé, plumes de hocco (sorte de dindon sauvage), hampe de la flèche en "arouman" (roseau local), nombreuses pointes, très différentes suivant le gibier: dent de tapir pour assommer les oiseaux en vue de récupérer les plumes pour fabriquer des parures, trident pour le poisson, petite pointe en bambou pour usage avec du curare (pour le petit gibier, singe, etc), grande pointe en bambou pour le gros gibier.
L'arouman ayant une moëlle tendre, on insère entre la hampe et la pointe en bambou une tige en bois. les jonctions sont serrées par du coton et enduites d'une résine (sur la vidéo, on voit le montage, identique, du talon de la flèche). Pas de problème de vol, le bambou choisi est d'une section suffisante pour permettre de tailler une pointe symétrique. Le tranchant provient de la paroi extérieure sur une face, soigneusement affûtée.
Les flèches de guerre d'autrefois étaient courtes, pour un tir rapide, celles de chasse sont longues, car plus faciles à retrouver. Vu le travail pour fabriquer une flèche, ça se comprend...(En ce qui concerne l'essai que j'ai effectué, en ayant tout le matériel dispo, j'ai mis à peu près 4 heures...)

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité