Nos Partenaires

Auteur Sujet: Nouveau Livre Concernant la Protection Perso  (Lu 7873 fois)

06 août 2013 à 21:41:12
Lu 7873 fois

sharky



Je tiens à signaler la parution d'un livre intitulé "Proposition d'une méthode de formation à la self défense et à la protection personnelle" écrit par Eric Henrion.
Je viens juste de le commander donc pas encore de retour dessus mais connaissant un peu le loustic, j'ai peu de craintes sur la qualité de l'ouvrage.



Un lien pour l'acquérir: http://www.lulu.com/shop/eric-henrion/proposition-dune-methode-de-formation-a-la-self-defense-et-a-la-protection-personnelle/paperback/product-21137855.html

Et l'interview de l'auteur par le serpent à sonnettes: http://fredbouammache.blogspot.fr/2013/08/pedagogie-protection-personnelle-par.html
« Modifié: 09 août 2013 à 11:44:07 par sharky »
''what you learn in the afternoon must work for you that evening in the parking lot" Kelly Mc Cann

"despite what your mamma told you, violence does solve problems." Ryan Job

09 août 2013 à 11:22:14
Réponse #1

Bomby


Merci pour l'info et le lien, Sharky !

Et merci à l'auteur de l'ouvrage et à l'intervieweur (puisqu'il n'est pas improbable que l'un et l'autre passent par ici de temps en temps!).

J'ai commandé le bouquin et essaierai de faire un petit retour si j'ai le temps après l'avoir lu.

Je fais en fait ici un "up" du sujet un peu artificiel et recommencerai sans doute dans quelque temps, puisque la période de publication de l'info sur le livre d'Eric  et sur l'interview (début août) ne rend pas vraiment hommage au travail effectué !

Il paraîtrait a priori dommage qu'une telle info sombre dans les limbes du forum...

Cordialement,

Bomby
« Modifié: 09 août 2013 à 11:51:57 par Bomby »

09 août 2013 à 11:27:40
Réponse #2

sharky


Je le reçois demain, Lulu va très vite. ;D

J'espère pouvoir faire un rapide retour dessus avant d'être coupé du monde civilisé  :)
« Modifié: 09 août 2013 à 11:44:34 par sharky »
''what you learn in the afternoon must work for you that evening in the parking lot" Kelly Mc Cann

"despite what your mamma told you, violence does solve problems." Ryan Job

09 août 2013 à 11:52:55
Réponse #3

Hérisson


Perso le boucain pourrait fortement m'intéresser donc hyper preneur d'un petit retour sur la chose.

Merci d'avance à tous les deux si vous avez le temps et l'envi.

11 août 2013 à 21:36:36
Réponse #4

Oim


Merci pour l'info.
Commandé.....
 :up: im
" The trouble with the world is that the stupid are cocksure and the intelligent are full of doubt. "  GrandMaster B.R.
"tous les survivalistes ne sont pas paranoiaques, mais b*rdel j'ai l'impression que tous les paranoiaques deviennent survivalistes..." Le taulier

18 août 2013 à 21:04:04
Réponse #5

bison solitaire


Pour info, j'ai tenté une commande via ce lien:
http://www.amazon.fr/gp/search?index=blended&keywords=eric%20henrion%20protection%20personelle&tag=lpo_ixdpgocafrfrgl_book-21

Amazon le propose à 19,08 au lieu de 20 euros prix fluctuant, mais ce n'est pas en stock; je suis prévenu et normalement je serais avisé...

Je vous tiens au jus...
« Modifié: 24 août 2013 à 08:35:51 par bison solitaire »

19 août 2013 à 22:17:01
Réponse #6

Oim


Reçu aujourd'hui. (commandé le 11)

Pas lu encore mais il va falloir que je fasse un mail à "chez Lulu" car, après les 108 pages de l'ouvrage, j'ai dans la même reliure 158 pages sur le "management Agile" ... en Italien !

 :blink: im
" The trouble with the world is that the stupid are cocksure and the intelligent are full of doubt. "  GrandMaster B.R.
"tous les survivalistes ne sont pas paranoiaques, mais b*rdel j'ai l'impression que tous les paranoiaques deviennent survivalistes..." Le taulier

26 août 2013 à 19:06:34
Réponse #7

Oim


Donc  j'ai fait un mail à "Lulu", je leur ai envoyé des photos, ils m'en ont envoyé un deuxième gratuit que j'ai reçu aujourd'hui..

A bientôt pour un CR de la lecture, je suis en train de finir le livre ...

 ;) im
" The trouble with the world is that the stupid are cocksure and the intelligent are full of doubt. "  GrandMaster B.R.
"tous les survivalistes ne sont pas paranoiaques, mais b*rdel j'ai l'impression que tous les paranoiaques deviennent survivalistes..." Le taulier

27 août 2013 à 06:28:47
Réponse #8

aliɔs


Donc  j'ai fait un mail à "Lulu", je leur ai envoyé des photos, ils m'en ont envoyé un deuxième gratuit que j'ai reçu aujourd'hui..

A bientôt pour un CR de la lecture, je suis en train de finir le livre ...

 ;) im

J'ai l'impression que c'est un livre pour les instructeurs ?

27 août 2013 à 06:36:47
Réponse #9

Oim


Oui mais pas que...
Pour un non-instructeur cela permet de se poser les bonnes questions quand aux objectifs poursuivis et les méthodes suivies pour les atteindre.
à suivre...

 :closedeyes: im
" The trouble with the world is that the stupid are cocksure and the intelligent are full of doubt. "  GrandMaster B.R.
"tous les survivalistes ne sont pas paranoiaques, mais b*rdel j'ai l'impression que tous les paranoiaques deviennent survivalistes..." Le taulier

30 août 2013 à 12:00:19
Réponse #10

Oim


Citation de: Oim
A bientôt pour un CR de la lecture, je suis en train de finir le livre ...
Donc , chose promise chose due, voici le CR  :

D’abord du factuel :

La forme :
158 pages ; 21 x 29.7 cm ; pas de photos

Ça se présente comme un manuel contenant les éléments nécessaires à la réalisation de 9 séquences de formation à la protection personnelle.
Une séquence de 3 h ( une ½ journée) sur la mise en œuvre des principes essentiels de la protection personnelle.
Et 8 séquences d’une heure et demi , chacune ayant pour but d’acquérir une compétence ( savoir -faire et savoir comportemental) l’ensemble de ces 8 compétences formant un tout  et déroulées selon une progression logique.
La présentation des séquences est précédée d’un avant-propos et suivie  d’annexes (documentations) et d’une bibliographie qui devrait ressembler à des éléments de la bibliothèque de pas mal de participants réguliers de la rubrique « survie urbaine « de ce forum.
La mise en page des séquences est au format paysage afin de faciliter l’utilisation comme support de cours.

Le fond :

Contenu de la séquence de 3h : «  à travers un engagement moteur lourd, mettre en œuvre les principes essentiels de self défense compatibles avec la vie en société »
-   Réaction émotionnelle aux insultes (colère, peur,..)
-   Connaissance de ses propres modes de réaction
-   Motivations valides et non valides d’un engagement physique
-   Vigilance aux autres et à l’environnement ( code couleur, boucle OODA, effet tunnel,..)
-   Entrainement physique à des gestes de défense simples. ( famille de la « grosse droite » :-)
-   Réactions possibles à la menace.( soumission, fuite, combat)
-   Mise en œuvre d’une arme par destination. ( sous stress, saisie préventive, ..)
-   Privilégier une sortie de situation sans engagement physique.( conséquences, risques,..)

Contenu de la suite de 8 séquences de 1h30 :
Chacune des séquences à un objectif pédagogique précis et quasi unique et  plusieurs séquences peuvent être regroupées dans un thème.

Thème : Approche d’un individu inconnu
Séquences :
-   Conscience de l’environnement et vigilance
-   Sensibilisation aux comportements anormaux et  conscience de l’espace personnel proche.
-   Comportement adéquat pour écarter une menace.

Thème : tenue vestimentaire
Séquence :
-   Composition de sa tenue vestimentaire en fonction du lieu et du mode de vie.

Thème : Les représentations de la violence.
Séquences :
-   Evaluation de nos représentations de la violence ; ( bagarre versus combat)
-   Evaluation de nos représentations liées à l’honneur ( fuite versus repli)
-   Evaluation de nos représentations liées à l’arme ( et mise en œuvre d’un outil de défense)

Thème : Assumer ses actes.
Séquence :
-   Conséquences policières et judiciaire d’un engagement physique.

Maintenant du subjectif ( le mien) :

Je n’ai pas regretté mon achat. Bien que je ne sois pas formateur en self-défense.
Ce livre s’adresse en premier à des instructeurs/formateurs car il offre du contenu directement utilisable et de plus il donne quelques outils pédagogiques pour construire d’autre séquences avec d’autre sujet mais en suivant les mêmes principes pédagogiques.

En fait le point fort de cet ouvrage c’est la proposition d’une pédagogie différentes de celle couramment employée pour faciliter l’acquisition durable des principes « élémentaires » de la protection personnelle.
Tout est basé sur une analyse part celui qui apprend de ses émotions à travers les scénarios joués, les séances de brainstorming ou les analyse de cas.
Cela se fait en interaction avec le formateur et les autres apprenants sans mise en avant du formateur comme étant celui qui dispense le savoir .

Pour les « non-instructeurs » il est très intéressant de se poser la question des réels objectifs poursuivis à travers une formation de self-défense.
Si vous êtes dans un club, les compétences physiques, émotionnelles et comportementale enseignées sont-elles réellement celles dont vous avez besoin pour vous prémunir des dangers extérieurs qui vous menacent vous au quotidien.
( sachant que poursuivre d‘autres objectifs est tout à fait respectable mais il faut en être conscient et ne pas se mentir ou perdre son temps)

Je trouve que l’ensemble des compétences à transmettre à travers  le groupe de séquence décrit dans le livre est très pertinent et forme une base nécessaire et solide à toute étude de la protection personnelle.
Le choix de la pédagogie me parait aussi pertinent.
Pour en juger je me base sur mon expérience de formateur ( 7 ans) dans l’industrie ( gestes et posture, sécurité au travail, méthodes d’amélioration continue, ..)
La limite de cette pédagogie étant qu’elle n’est pas adaptée à la formation de masse , ce qui est assumé par l’auteur, mais aussi qu’elle nécessite de consacrer beaucoup de temps à évaluer / corriger l’apprentissage de chaque chaque personne formée.
Sur ce dernier point je trouve l’auteur très optimiste quant au temps à consacrer à chaque séquence même avec des groupe de maximum 12 personnes comme il le conseille.
Moi je doublerai au moins le temps  de chaque séquence.
Mais même avec un cursus total de  8x 4 = 32 H pour l’ensemble au lieu des 13,5 H préconisées je pense qu’on est mieux préparé à être acteur de sa protection personnelle qu’avec  50 X 4 = 200 H qui représente 1 an de pratique 2 fois par semaine de n’importe quel Art Martial ou sport de Combat.

Indépendamment du contenu précis de chaque séquence , ce livre à le mérite de poser les bonnes questions :
Quels sont réellement les objectifs d’un apprentissage de la protection personnelle ?
Quels sont les connaissances nécessaires ?
Quels sont les compétence pratiques a acquérir ?
Quelle est la meilleure manière de les transmettre et que les « élèves » se les approprient durablement ? (comme étant les leurs et non celle émanant d’une autorité morale représenté par l’instructeur.)
Comment valider par des comportements observables que ces compétences ont bien été transmises ?

J’y ai retrouvé une approche qui m’a rappelée un peu le cursus de l’ACDS avec leur découpage en « modules »  Protection perso, TAIMN, FAB,.. mais avec des objectifs plus individualisés compétence par compétence.
J’ai apprécié la modestie de l’auteur qui est tout en suggestion et qui pose bien les limites de la possibilité d’action d’une formation sur les savoir-être des apprenants se limitant à vouloir aider à acquérir des savoir comportementaux sans entrer dans le conditionnement, ni la thérapie.

Voili, voilou, espérant vous avoir interessé... ( ch'ais pas faire court!)

 :up: im


" The trouble with the world is that the stupid are cocksure and the intelligent are full of doubt. "  GrandMaster B.R.
"tous les survivalistes ne sont pas paranoiaques, mais b*rdel j'ai l'impression que tous les paranoiaques deviennent survivalistes..." Le taulier

30 août 2013 à 14:00:40
Réponse #11

bison solitaire


De mon côté,
je viens de le recevoir via amazon. Pour la petite histoire, il y avait eu un petit souci (commande annulé pour défaut de paiement... sauf que j'vois pas comment y'avait un défaut de paiement...): j'ai recommandé le bouquin lundi et je l'ai reçu aujourd'hui.
Pour là tout de suite, je ne peux pas faire de compte rendu aussi détaillé que Oim.
Mais il me semble que la partie "la plus importante" du bouquin est sans doute la fin où les techniques pédagogiques sont quelque peu expliquées (peut être pas assez?).
Par contre je me suis aperçu que l'adresse mail mentionnée dans l'interview ne figurait pas dans le livre, c'est dommage...

A plus tard pour quelque chose de plus construit...

30 août 2013 à 21:08:02
Réponse #12

bison solitaire


Bon alors,
j'ai noté quelques coquilles, mais bon, j'imagine que la relecture n'est pas forcément ce qui est le plus simple et le plus passionnant...
Je pense qu'un petit glossaire aurait eu son utilité (par exemple pour les positions d'attente).
La partie pédagogique est sans doute trop "simpliste" mais en même temps, sur ce types de notions, il aurait pu écrire un livre entier, et ce n'est pas dit que ça aurait invité les lecteurs à s'y intéresser plus.
Là on part d'exemples concrets, dont au moins un est vécu, et ensuite l'auteur explique les "données théoriques". Quelques aspects sont d'ailleurs complétés par l'interview (historique de la méthode pédagogique...)... Du coup il est même cohérent avec ce qu'il préconise: du concret vers l'abstrait.
Les temps indiqués me paraissent aussi "légers"; d'un autre côté, j'imagine que la durée dépend beaucoup du niveau du groupe, de ce qui vient de lui... Et puis c'est vrai que c'est une durée standard.
Perso, j'aime bien le format mais ça peut dérouter: les pages en lecture "classique" précèdent les fiches de séquences en format paysage... du coup c'est pas un livre à lire façon roman... C'est pas vraiment un problème pour moi, c'est un manuel, et moi un manuel, je le maltraite. D'ailleurs, le papier n'est pas glacé, ce qui autorise un bon travail directement sur le livre: écrire, surligner,... A noter que les fiches de séquences sont bien aérées.
J'apprécie le "référentiel de compétence": pas de nouveau à franchement parler, mais un gros effort d'organisation de tout ce qu'on peut trouver sur le net et ailleurs.
Quant à la fiche sur les conséquences policières, je me posais des questions, mais c'est plutôt pas mal: il propose de simuler une audition de police et propose les questions auxquelles on pourrait être confrontées suite à une agression, mais n'indique pas les réponses. J'imagine que c'est un chacun de trouver ses réponses en réfléchissant aux incidences de ces réponses. Et pour un enseignant, c'est là qu'un "expérimenté" pourra apporter une réelle plus-value.
En bref, ce livre peut dérouter ou ouvrir d'autres perspectives: on pourrait avoir l'impression que l'auteur ne va pas au bout des choses, mais en fait, ça semble être choix pour se rendre accessible au plus grand nombre...

31 août 2013 à 10:33:06
Réponse #13

Hérisson


Merki les gens pour votre retour, acheté grâce à ça  :doubleup:

01 septembre 2013 à 09:52:22
Réponse #14

bison solitaire


je vous fait part ici des questions que je compte poser à l'auteur sur l'adresse figurant sur l'interview:
promet.fordef.pro@gmail.com

pourquoi ne pas être allé plus loin dans les explications pédagogiques à la fin du livre? On sent bien qu'il y a tout un monde à explorer...
ce livre aura-t-il une suite?
y'aura-t-il de possible formation à la méthode décrite dans le livre? Et si c'est le cas sous quelle forme? (présentiel, youtube, blog, autre??)
pourquoi n'y a-t-il aucune illustration?

Je ferais certainement un copier-coller des réponses...

02 septembre 2013 à 14:50:18
Réponse #15

bison solitaire


Ben voilà, les réponses (dans l'ordre des réponses les explication pédagogiques, une suite éventuelle, les illustrations, une formation à la méthode)


Bonjour,
on aurait pu effectivement aller bien plus loin dans les explications pédagogiques. Une question restait en suspens: n'aurait-on pas pu "perdre" plus de lecteur en se laissant aller à développer des notions qui passent pour être stratosphériques, y compris pour des publics de formateurs (ex: cycle expérientiel, expérimentation, objectivation, théorisation dans l'action, les différentes taxonomie...) Par ailleurs pour bien comprendre l'intérêt d'une méthode pédagogique, il est parfois nécessaire de comparer le méthodes entre elles, et du coup les tentatives de clarification auraient amené d'autres confusions. Mais c'est vrai qu'en choisissant de s'arrêter là, on peut penser sur les "enseignants" vont vite retourner faire ce qu'ils pensent savoir faire. Et c'est d'ailleurs déjà le cas avec des formations complètes. J'ai donc choisi (peut-être est-ce une mauvaise idée?) de donner le gout de cette méthode en cultivant un peu de frustration
...
Ce livre pourrait effectivement avoir une suite, d'autres projets prennent forme, ainsi que d'autres questions: comment faire le tuilage? va-t-on aller plus loin dans la méthode pédagogique? Comment? (on pourrait établir un tableau synoptique des différentes techniques pédagogiques avec leurs avantages et leurs inconvénients)...
...
Les illustrations manquent sans doute: je n'ai pas voulu employer d'images issues du net, je n'ai ainsi pas eu à me poser les questions quant aux droits d'auteur; je me suis aussi rendu compte, qu'en tant que lecteur, l'image prenait souvent le pas sur le texte. Il y a ainsi quelques bouquins que je n'ai lu que par l'image... Et ça me semblait être un obstacle... Et puis je ne voulais pas enfermer encore l'enseignant dans un support. Le but est de calibrer, de créer la séance... Sur une des séances je parle d'une photo à faire passer de mains en mains: elle peut être prise à l'aide d'un appareil mais on pourrait bien prendre celle d'un magazine si elle correspond à l'objectif qu'on veut faire passer.
...
Maintenant que la question est posée (je ne l'avais pas envisagé avant): effectivement, on pourrait envisager une formation à ce type de méthode pédagogique... L'idéal serait sans doute de commencer par du présentiel puis par du distanciel; et c'est vrai que les possibliités blog/youtube/skype permettent une évolution intéressante... A voir...
...
En espérant avoir apporté des réponses satisfaisantes, merci de ces questions pertinentes.
EH

04 septembre 2013 à 23:20:39
Réponse #16

Bomby


Salut,

à mon tour de faire un petit retour, clairement non exhaustif, sur la lecture de cet ouvrage... Ce qui est d'ailleurs bien plus facile maintenant que Oim a fait un CR très complet et objectif, et que Bison S. a déjà évoqué certains points particuliers.

Effectivement, cet ouvrage (j'hésite à utiliser le terme de "livre") est assez déroutant, notamment par sa forme qui peut donner l'impression d'agglomérer des fiches personnelles de préparation de séances d'entraînement.

Honnêtement, l'apparence n'est donc pas très "sexy". Disons que pour ce qui est de la maquette, je n'aurais sans doute pas fait mieux, mais sans doute pas tellement fait pire non plus.

Au delà de l'apparence, j'ai été parfois aussi un peu dérouté par moment par le contenu : sur certains points, les explications m'ont paru relativement détaillées pour des choses évidentes, quand sur d'autres, je me trouvais au contraire en manque de détails.

En particulier, alors que des exercices applicatifs d'engagement physique sont régulièrement prévus au sein des séquences proposées, j'ai eu parfois un peu de mal à comprendre l'objectif de ces applicatifs et le déroulement précis proposé. J'aurais toutefois tendance à expliquer ceci par une excessive modestie de l'auteur, qui à la fois pour ne pas paraître pontifiant et pour laisser à chacun la possibilité d'adapter à sa sauce, a probablement choisi de ne pas être trop précis ni directif, quitte à prendre le risque de ne pas être parfaitement compris.

Malgré ces petites critiques, je recommande globalement fortement la lecture de cette "proposition de méthode"...

Je trouve d'abord, pour relativiser immédiatement les critiques ci-dessus, que ce format et ce style façon "fiches pédagogiques personnelles" aide à se placer tout de suite du point de vue de l'instructeur, qu'on soit simple pratiquant-apprenant ou qu'on ait éventuellement en vue de tenter d'enseigner quelque chose à quelqu'un. Ce qui oblige à réfléchir de façon très personnelle sur la structuration et le contenu d'une méthode de SD/PP. En bref, le format retenu conduit à mon avis à se poser immédiatement la question : "et moi, qu'aurais-je prévu ici ou par exemple là" ? Ce qui me semble d'ailleurs rejoindre un procédé pédagogique très utilisé par l'auteur.

On est donc tout de suite placé dans une démarche personnalisée d'appropriation critique, qui me semble très intéressante.

Ensuite, autre point majeur à mes yeux, le séquençage global proposé (cf le post de Oim ci-dessus) me semble particulièrement intelligent.

La division du thème "approche d'un individu inconnu" , et aussi celle du thème "les représentations de la violence" en trois séquences complémentaires et distinctes me semblent extrêmement pertinentes.

Citer
Thème : Approche d’un individu inconnu
Séquences :
-   Conscience de l’environnement et vigilance
-   Sensibilisation aux comportements anormaux et  conscience de l’espace personnel proche.
-   Comportement adéquat pour écarter une menace.

Citer
Thème : Les représentations de la violence.
Séquences :
-   Evaluation de nos représentations de la violence ; ( bagarre versus combat)
-   Evaluation de nos représentations liées à l’honneur ( fuite versus repli)
-   Evaluation de nos représentations liées à l’arme ( et mise en œuvre d’un outil de défense)

Dans le même sens, le fait de consacrer un thème/séquence spécifique d'une part au choix de la tenue vestimentaire d'autre part à la gestion des conséquences policières voire judiciaires de l'affrontement physique me paraît également extrêmement bienvenu.

Le tout sous un angle extrêmement pratique et pédagogique, a priori facilement appropriable.

J'ai personnellement lu l'ouvrage en réfléchissant notamment (mais pas seulement) aux transpositions possibles dans la "formation" de mes enfants sur le sujet, et il me semble par exemple que ce découpage pertinent et pratique en séquences complémentaires peut facilement être repris tel quel.

Ne serait-ce que pour ça, cette méthode mériterait déjà d'être lue, chacun étant à mon avis à même de transposer facilement pour tel ou tel objectif ou contexte personnel.

Un autre grand mérite de l'ouvrage est d'ailleurs d'attirer l'attention sur la nécessaire recherche d'une pédagogie pertinente, ce qui honnêtement ne me semble pas être la chose la plus répandue qui soit dans le petit monde des AM/SC et de la SD. A ce titre, l'annexe sur les méthodes pédagogiques me paraît également une bonne idée.

Dans le même ordre d'idées, j'ai également particulièrement apprécié l'insistance répétée de l'auteur sur les nécessaires précautions à prendre vis à vis de participants possiblement traumatisés par des épisodes du passé. Là encore, on est sur des points pourtant importants mais rarement suffisamment pris en compte.

Enfin (et à nouveau sans aucune prétention d'être complet), autre point positif mais peut-être plus anecdotique, il me semble que l'auteur doit être assez calé et/ou féru de synergologie et plus généralement d'analyse du langage non-verbal, et il donne à plusieurs reprises des indications intéressantes dans ce domaine. Je m'étonne d'ailleurs que l'ami Bison S., lui-même féru de la chose, n'ait pas relevé ceci dans ses posts, mais peut-être ces références lui semblaient-elles trop évidentes. Quoi qu'il en soit, ces points intéressants sont là encore évoqués de façon simple et pratique. J'aurais d'ailleurs volontiers apprécié qu'ils soient plus développés.

Au final donc, un document original sur la forme et le fond, très différent de ce qu'on a l'habitude de lire sur le sujet, même s'il reprend des principes bien connus et promus ici, et qui mérite réellement plus qu'un détour. A avoir dans sa bibliothèque, mais clairement plus pour le lire, l'annoter et le mettre en pratique que pour la déco !

Cordialement,

Bomby


05 septembre 2013 à 09:35:43
Réponse #17

bison solitaire


 :D
Effectivement, on a quelques indications sur du non-verbal. L'auteur n'indique pas s'il est affilié à une école ou si c'est juste empirique. C'est vrai que je n'ai pas rebondi dessus. Des fils y sont déjà consacrés, j'ai même relu il n'y a pas longtemps un fil de 2008 initié par Sielwolf évoquant déjà des items pré-agressions; en plus Serge nous fait part souvent de quelques lectures où des éléments de lecture du langage corporelle apparaissent...
...
"J'ai personnellement lu l'ouvrage en réfléchissant notamment (mais pas seulement) aux transpositions possibles dans la "formation" de mes enfants sur le sujet, et il me semble par exemple que ce découpage pertinent et pratique en séquences complémentaires peut facilement être repris tel quel."
Je crois que là, il y aurait un vrai défi: adapter non pas la méthode mais le contenu aux enfants avec cette méthode... dommage qu'il n'y ait pas un smiley en forme de penseur de Rodin...

05 septembre 2013 à 10:18:07
Réponse #18

Bomby


:
"J'ai personnellement lu l'ouvrage en réfléchissant notamment (mais pas seulement) aux transpositions possibles dans la "formation" de mes enfants sur le sujet, et il me semble par exemple que ce découpage pertinent et pratique en séquences complémentaires peut facilement être repris tel quel."
Je crois que là, il y aurait un vrai défi: adapter non pas la méthode mais le contenu aux enfants avec cette méthode... dommage qu'il n'y ait pas un smiley en forme de penseur de Rodin...

Oui, c'est exactement mon idée, et ça me semble ouvrir des perspectives super-intéressantes, notamment parce que le découpage des séquences proposées me semble particulièrement bien adapté notamment à un public d'enfants (un peu moins évidemment la partie sur les suites policières et judiciaires, mais a fortiori en revanche et par exemple la séquence sur la tenue vestimentaire).

Cordialement,

Bomby

PS :  A propos du fil de 2008 de Sielfwolf que tu évoques sur le non-verbal, Bison S., te rappellerais-tu du lien vers le fil ?

05 septembre 2013 à 10:32:50
Réponse #19

bison solitaire



05 septembre 2013 à 11:39:59
Réponse #20

Bomby



05 septembre 2013 à 14:20:09
Réponse #21

Bomby


je vous fait part ici des questions que je compte poser à l'auteur sur l'adresse figurant sur l'interview:
promet.fordef.pro@gmail.com

(...)

Je ferais certainement un copier-coller des réponses...

J'ai fait à peu près la même chose que Bison S. en contactant ainsi l'auteur, Eric Henrion, pour lui faire part de mes remarques au cas où il souhaiterait y réagir...

Ce qu'il a fait, et je copie donc de même ci-dessous la réponse reçue :

Citer
Effectivement, cet ouvrage (j'hésite à utiliser le terme de "livre") est assez déroutant, notamment par sa forme qui peut donner l'impression d'agglomérer des fiches personnelles de préparation de séances d'entraînement.

Oui, on est à la limite de la fiche de cours, donc quelque chose d'assez personnel. Parce qu'au delà des modèles basiques qu'on peut trouver, une fiche de cours avec la stratégie pédagogique est très personnelle et aussi assez calculée et pour autant il faut pouvoir adapter en temps réel et ne pas s'enfermer dedans.

Honnêtement, l'apparence n'est donc pas très "sexy". Disons que pour ce qui est de la maquette, je n'aurais sans doute pas fait mieux, mais sans doute pas tellement fait pire non plus.

pas très sexy...   c'est l'un des problèmes de ma vie... Je ne sais pas me vendre, un peu trop entier, un peu trop honnête, pas trop de fioritures, entrainant parfois un manque de crédibilité auprès de ma hiérarchie qui se rend compte de son "erreur" quelques mois voire quelques années plus tard (vécu). On est entouré de gens qui jouent sérieusement à faire semblant d'être sérieux. Mais ça n'enlève rien à ce constat, c'est vrai que c'est pas beau... Et je mentirais si je disais que je ne chercherais pas à faire mieux pour le prochain.

Au delà de l'apparence, j'ai été parfois aussi un peu dérouté par moment par le contenu : sur certains points, les explications m'ont paru relativement détaillées pour des choses évidentes, quand sur d'autres, je me trouvais au contraire en manque de détails.
En particulier, alors que des exercices applicatifs d'engagement physique sont régulièrement prévus au sein des séquences proposées, j'ai eu parfois un peu de mal à comprendre l'objectif de ces applicatifs et le déroulement précis proposé. J'aurais toutefois tendance à expliquer ceci par une excessive modestie de l'auteur, qui à la fois pour ne pas paraître pontifiant et pour laisser à chacun la possibilité d'adapter à sa sauce, a probablement choisi de ne pas être trop précis ni directif, quitte à prendre le risque de ne pas être parfaitement compris.


Comme dit au premier paragraphe, je ne voulais pas non plus que celui qui allait dispenser une séance s'enferme dans un autre "dogme". Cela étant si vous aviez un ou deux exemples plus précis, je vous répondrais avec plaisir.

Et d'une façon globale, j'ai voulu rendre accessible certains aspects de la pédagogie à tout un chacun: si des petits groupes veulent se constituer pour "monter" leur progression tant mieux!! (avec cette réserve concernant la sécurité et l'intégrité physique... tout ce qu'on fait on le paye).

Cordialement,

Bomby
« Modifié: 05 septembre 2013 à 15:31:13 par Bomby »

16 juin 2015 à 20:41:51
Réponse #22

bison solitaire


J'ose faire remonter ce fil parce que:

http://observatoire-martial.fr/2015/05/revue-de-proposition-dune-methode-de-formation-a-la-self-defense-et-a-la-protection-personnelle/

et notamment:
"Et justement, c’est justement cette pédagogie de la protection personnelle (en tous cas telle que présentée dans ce livre) qu’il est intéressant de discuter. Deux points me paraissent problématique dans ce type de pédagogie, bien que je ne vois pas de solutions simples à mettre en oeuvre. Tout d’abord, le groupe. Pour que ce type d’exercices soit profitable, il est nécessaire d’avoir une certaine capacité à jouer la comédie. Typiquement, un exercice où l’on se fait insulter, la personne qui insulte doit être suffisamment convaincant. Or, à moins d’avoir des acteurs, il est probable que les gens ne deviennent convaincant qu’avec le temps. D’où le premier problème, les gens risquent d’être habitués à cette situation théatrale et à leurs partenaires quand ils auront enfin quelqu’un de convaincant en face d’eux. Du coup, est-ce que le drill est toujours utile? Deuxième problème, même si le drill est bien pratiqué, combien de fois peut-il être utilisé pour que ça reste un drill utile et plus une pièce de théâtre? En effet, l’émotionnel et la gestion de l’émotionnel semblent primordiaux dans ce type d’entrainement. Moins la charge émotionnnelle est là, moins la réponse sous stress sera intéressante. Du coup, comment inculquer cette réponse sous stress?"

Je me demande même si on ne pourrait pas en faire un autre sujet de discussion… Je crois qu'il y en avait un où on parlait pédago…
Je laisse ce passage à votre discrétion, sachant que de mon côté, il y est question de la problématique des simulations (et non jeux de rôle ou mises en situations), problématique que je rencontre "dans mon travail" (ou que je rencontrais mais dont je parle encore beaucoup)…Bref qualité des acteurs et plastrons, et prise en compte de l'émotionnel (le jouer, le ressentir, le prendre en compte et l'évacuer dans une certaine mesure). 'Tain les mecs se posent quand même de vachement bonnes questions!!

17 juin 2015 à 10:12:39
Réponse #23

Bomby


J'ose faire remonter ce fil parce que:

http://observatoire-martial.fr/2015/05/revue-de-proposition-dune-methode-de-formation-a-la-self-defense-et-a-la-protection-personnelle/

et notamment:
"Et justement, c’est justement cette pédagogie de la protection personnelle (en tous cas telle que présentée dans ce livre) qu’il est intéressant de discuter. Deux points me paraissent problématique dans ce type de pédagogie, bien que je ne vois pas de solutions simples à mettre en oeuvre. Tout d’abord, le groupe. Pour que ce type d’exercices soit profitable, il est nécessaire d’avoir une certaine capacité à jouer la comédie. Typiquement, un exercice où l’on se fait insulter, la personne qui insulte doit être suffisamment convaincant. Or, à moins d’avoir des acteurs, il est probable que les gens ne deviennent convaincant qu’avec le temps. D’où le premier problème, les gens risquent d’être habitués à cette situation théatrale et à leurs partenaires quand ils auront enfin quelqu’un de convaincant en face d’eux. Du coup, est-ce que le drill est toujours utile? Deuxième problème, même si le drill est bien pratiqué, combien de fois peut-il être utilisé pour que ça reste un drill utile et plus une pièce de théâtre? En effet, l’émotionnel et la gestion de l’émotionnel semblent primordiaux dans ce type d’entrainement. Moins la charge émotionnnelle est là, moins la réponse sous stress sera intéressante. Du coup, comment inculquer cette réponse sous stress?"

Je me demande même si on ne pourrait pas en faire un autre sujet de discussion… Je crois qu'il y en avait un où on parlait pédago…
Je laisse ce passage à votre discrétion, sachant que de mon côté, il y est question de la problématique des simulations (et non jeux de rôle ou mises en situations), problématique que je rencontre "dans mon travail" (ou que je rencontrais mais dont je parle encore beaucoup)…Bref qualité des acteurs et plastrons, et prise en compte de l'émotionnel (le jouer, le ressentir, le prendre en compte et l'évacuer dans une certaine mesure). 'Tain les mecs se posent quand même de vachement bonnes questions!!

Merci de la remontée du sujet. Très bonnes questions/objections en effet. On touche là un des points délicats et essentiels du travail en scenario, l'implication, le réalisme et la gestion des aspects émotionnels dans ce travail.

Pour mémoire, la question du travail en scenario a déjà plus spécifiquement été évoquée ici : http://www.davidmanise.com/forum/index.php/topic,39186.0.html, ou encore là : http://www.davidmanise.com/forum/index.php/topic,49440.0.html.

Pour ceux qui sont par ailleurs membres du forum Kwoon, ça a également été discuté de façon intéressante ici : http://www.kwoon.org/viewtopic.php?f=11&t=3510&hilit=travail+en+scenario.

Un peu plus loin dans son analyse, l'auteur de cette revue de la méthode d'Eric Henrion écrit encore ceci :

Citer
Des questions qu’il serait intéressant de traiter, et des avis de selfeux seraient très certainement intéressant. Néanmoins, ce livre, encore une fois, offre une très belle pédagogie, bien construite et mérite donc d’être lu par les instructeurs ou les pratiquants s’intéressant à la self-défense. D’autant que c’est le seul mauel détaillé en français.

Il reste donc selon moi à sortir un ouvrage entre Protegor et le livre de l’ACDS et ce livre d’Eric Henrion, qui proposerait à la fois une méthode d’enseignement et un contenu théorique suffisament riche et adapté à la méthode pour pouvoir guider les néophytes.

De mon point de vue, le livre francophone qu'appelle de ses vœux l'auteur des lignes ci-dessus existe déjà, au moins pour le contenu théorique suffisamment riche souhaité, et c'est "Neurocombat", de Christophe Jacquemart, excellent ouvrage déjà plusieurs fois évoqué ici.

Ceci étant, les recommandations de Rory Miller sur le travail en scenario  (évoquées dans le tout premier lien cité ci-dessus) sont en elles-mêmes très pertinentes.

Je recopie ici à toutes fins utiles le petit résumé qui en avait été fait au passage dans la discussion précitée sur kwoon :


Citer
Oui, plein de remarques de Rory Miller qui semblent très pertinentes sur les erreurs à ne pas commettre et les points d'attention pour le travail en scénario.

J'essaie de résumer de façon approximative :

1. Chaque travail en scenario doit avoir un but précis.
2. Les meilleurs buts de travail sont taillés sur mesure pour "l'étudiant".
3. Il est nécessaire d'avoir de bons acteurs (au sens de comédiens) à disposition.
4. Les acteurs du scénario doivent eux-mêmes être subtilement attentifs à ce que dégage "l'étudiant".
5. Malgré la répétition des scénarios et l'ennui qui peut en naître, il faut éviter de vouloir les enrichir ou les faire varier à tout prix, sous peine de les voir devenir totalement irréalistes.
6. Le debriefing requiert une compétence toute particulière, et il convient dans cet exercice de laisser essentiellement la parole à l'étudiant, et de veiller pour l'instructeur à ne pas se mettre en valeur.
7. Ne pas enchaîner trop de scénarios, faute de quoi ça devient un jeu et on perd le bénéfice de la mise en situation sous stress.
Enfin, pour le debriefing, garder en tête que le fait de savoir qu'on est en simulation peut faire différer les choix comportementaux de ceux qu'on ferait dans la vraie vie.

Cordialement,

Bomby

17 juin 2015 à 14:16:27
Réponse #24

bison solitaire


Je rebondis sur les points de Miller:
1. Chaque travail en scenario doit avoir un but précis.
OUI!! et ce serait que ce soit expliquer aux participants avant ou après ou même les deux

2. Les meilleurs buts de travail sont taillés sur mesure pour "l'étudiant".
Hé oui aussi: spécificité de l'objectif et individualisation de la démarche

3. Il est nécessaire d'avoir de bons acteurs (au sens de comédiens) à disposition.
En tous cas des gens qui croient à ce qu'ils font sur le moment. Ce n'est sans doute la peine de forcer à quelqu'un à jouer un rôle non plus. Perso, le mari violent, j'ai jamais voulu le jouer.

4. Les acteurs du scénario doivent eux-mêmes être subtilement attentifs à ce que dégage "l'étudiant".
Oui. Et ça rejoint l'importance du débriefing… Je vais sans doute poster ce soir, si j'y pense le ressenti d'une participante à une micro-simulation ACDS...

5. Malgré la répétition des scénarios et l'ennui qui peut en naître, il faut éviter de vouloir les enrichir ou les faire varier à tout prix, sous peine de les voir devenir totalement irréalistes.
Absolument. Quand c'est trop compliqué, on n'y croit pas, on se perd… de l'énergie pour pas grand chose

6. Le debriefing requiert une compétence toute particulière, et il convient dans cet exercice de laisser essentiellement la parole à l'étudiant, et de veiller pour l'instructeur à ne pas se mettre en valeur.
Oh oui!! D'abord parole à l'acteur, puis plastrons, puis observateurs s'il y en a… Formateur à la fin s'il a quelque chose à apporter.

7. Ne pas enchaîner trop de scénarios, faute de quoi ça devient un jeu et on perd le bénéfice de la mise en situation sous stress.
Et oui aussi. Avec cette réserve, la mise en situation c'est la vraie vie, c'est pour ça que c'est difficile de garantir la sécurité. Et je terme stress doit être pris dans son sens relatif. Si trop de stress, risque de refus d'obstacle avec conséquences justement dans la vraie vie : possible inhibition lors d'une action à mener.

Enfin, pour le debriefing, garder en tête que le fait de savoir qu'on est en simulation peut faire différer les choix comportementaux de ceux qu'on ferait dans la vraie vie.
Oui et non. En fait, c'est de cette façon dont un participant aura tendance à se défendre "oui dans la vraie vie j'aurais pas fait ça", "ben pourquoi t'as pas fait comme dans la vraie vie, tu pouvais là?" "ben euh…"
Généralement, dans ce que j'ai pu connaitre, si les choix variaient c'était plutôt en fonction de la crainte de mal faire eu égard aux aspects légaux/déontologiques...

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité