Nos Partenaires

Auteur Sujet: Usage de la scie  (Lu 6865 fois)

11 août 2014 à 20:37:59
Réponse #25

VERDUG0


Verdugo, merci d'avoir sorti une de mes phrase de 2013 de son contexte :)
Ouais tres mauvais timing, mais je donnais mon point de vue sur un sujet qu'on voit assez souvent : "medecin et rien d'autre".
Je comprends pas pourquoi ca vient de personnes bien placées pour parler d'autonomie sur sa propre sécurité (vous etes credibles a mes yeux, mais cette position me semble pas en accord avec tout le reste).

Concernant le soin des autres: je vois souvent ca:
- financieres (en france, ou ailleurs, j'ai plein de gens qui ne peuvent pas consulter un medecin - oui je connais la cmu / cmu-c)
- hierarchique (le chef decrete que c'est rien)
- personnalité: j'en connais pour qui c'est urgences direct, pour des trucs carrement overkill. et d'autres l'inverse, aucun soin et on garde une grosse plaie bien crade.
EDIT: la deuxieme partie du texte, c'est un constat, pas une excuse pour ne pas appeler les secours.
J'ai juste pu identifier des traits communs a des gens qui n'appelent pas les secours.
« Modifié: 11 août 2014 à 21:32:39 par VERDUG0 »

11 août 2014 à 20:39:30
Réponse #26

Copper Jack


Oui lambda, on est d'accord. Mais avant de gérer l'urgence, il faut la constater, càd savoir faire la part entre une blessure que l'on sait gérer, une blessure que l'on ne sait pas gérer, et une blessure dont on ne sait pas si on sait la gérer on non. Et n'appeler les secours que dans les deux derniers cas.

Ce qui me dérange dans le message de guillaume, c'est le côté systématique de la chose. On peut et doit appliquer son sens critique, appuyé par nos connaissances/compétences réelles, à notre situation pour savoir si oui ou non l'appel aux secours est souhaitable.
Par exemple il y a une heure je me suis planté 1mm d'une aiguille dans le gras du pouce. Ça s'appelle une blessure, on ne peut le nier, mais des comme ça je m'en fais trois par jour, et c'est trèèès largement dans mes cordes de les gérer sans mobiliser des ressources médicales qui pourrait être réellement utile à quelqu'un d'autre.

Alors blessure->112 je dis non.
Blessure que l'on ne sait pas gérer ou dont on ignore si on sait la gérer->112 je dis oui.
Bien sûr, quand des services médicaux compétents, réactifs, et désintéressés ne sont pas à disposition, les choses se compliquent, comme le souligne VERDUG0.
« Modifié: 11 août 2014 à 21:26:30 par Copper Jack »

11 août 2014 à 21:06:31
Réponse #27

guillaume


(vous etes credibles a mes yeux, mais cette position me semble pas en accord avec tout le reste).

Parce qu'on est sur un forum publique de plus de 4000 membres lu par plus d'une centaine de personnes par jour.
De plus, il n'y a rien de pire que d'arriver sur une victime, "aidée" par le quidam moyen qui vient d'agraver la situation parce qu'il l'a lu sur internet voire même pire parce qu'il est en train de chercher la solution sur internet...

L'enfer est pavé de bonnes intentions...

A+

11 août 2014 à 21:08:13
Réponse #28

guillaume


Alors blessure->115 112 je dis non.
Blessure que l'on ne sait pas gérer ou dont on ignore si on sait la gérer->115 112 je dis oui.
Bien sûr, quand des services médicaux compétents, réactifs, et désintéressés ne sont pas à disposition, les choses se compliquent, comme le souligne VERDUG0.

Attention ! Urgences européennes : 112. Samu social en France : 115.

11 août 2014 à 21:25:36
Réponse #29

Copper Jack


Bien sûr Guillaume, j'ai condensé 15 et 112... J'édite.

21 août 2014 à 08:11:52
Réponse #30

Nävis


Pour la sécurité, il faut souvent tenir compte des forces musculaires en présence.
Quand on utilise ce genre d'outil, la main gauche tient la branche et la droite la scie (pour les droitiers, comme sur l'image). Les muscles du bras droit sont plus forts pour conserver la scie proche de la main gauche - geste en force et crispation - que pour scier. Donc dès que ça dérape, le scie se jette sur la main gauche offerte.
J'ai appris à utiliser ce genre de scie en croisant les mains. La main gauche maintient la branche à la hauteur de la hanche droite, tandis que la main droite passe dessous et scie ... à gauche de la main qui tiens la branche. Quand ça dérape, pas de muscles en force pour pousser la scie sur la main. Ce qui n'empêche pas de porter des gants.

21 août 2014 à 09:21:30
Réponse #31

Robintrepide


Question peut-être idiote mais qui me turlupine sur ce sujet :

Dans quelle situation peut-on dérapé avec force suffisante pour atteindre la deuxième main ?

Pour moi les seuls moments ou la scie dérape serait au moment de réaliser le premier trait de scie = mouvement au ralenti jusqu'à avoir un trait suffisant pour guider la lame.

Mon grand-père menuisier me disait sans cesse lorsque j'étais gamins (et encore maintenant d'ailleurs  :love: ) : "laisse les outils travailler", "laisse la scie travailler", "laisse la machine travailler" ... ;#

Par la il faut entendre que mettre de la force sur une scie n'est pas forcément nécessaire et est même fatiguant. Pour une scie c'est le mouvement qui va faire beaucoup plus que la pression.

Ce n'est que mon avis ! (Il n'y a la aucune critique de ce qui a été dit)
Juste un regard supplémentaire sur la chose.  ::)

21 août 2014 à 11:42:08
Réponse #32

musher


Pour moi les seuls moments ou la scie dérape serait au moment de réaliser le premier trait de scie = mouvement au ralenti jusqu'à avoir un trait suffisant pour guider la lame.

Pour une scie c'est le mouvement qui va faire beaucoup plus que la pression.

Ca me rassure car effectivement, on m'a toujours appris à scier sans forcer.

Au début, petit coup de scie souple pour faire l'encoche pour que la scie saute plus.

Ensuite on fait des mouvements plus amples sans jamais forcer. On scie en tirant la scie, jamais en appuyant.
De toute façon avec des égoines, des passe-partout et même certaine scies pliants, si on force, c'est la lame qui se gondole et on scie pas plus.

Sans forcer, au cas où la scie saute et se pose sur la main qui tient la branche, elle va glisser dessus et avec des gants en cuir, on est protégé.

21 août 2014 à 13:18:43
Réponse #33

Robintrepide


Exact ! Ben ça me rassure aussi, en lisant ce post je me demandais si j'étais le seul a scier comme ça !  ::)

21 août 2014 à 13:45:04
Réponse #34

Ghjallone


Ca dépend de la scie et du contexte...
Je scie parfois en forçant, et ca coupe plus vite. Parfois ça bourre les dents de la scie, et il faut ralentir.
C'est une affaire d'expérience.

D'ailleurs on m'a appris a coller mon pouce contre la lame de la scie, pour la guider au départ de la coupe et a l'éloigner ensuite, j'imagine que la aussi, l'expérience prime. :)
j'ai toujours pardonné a ceux qui m'ont offensé.
mais j'ai la liste.

22 août 2014 à 10:39:23
Réponse #35

Claude Ponthieu


Personnellement, avec des enfants (valable aussi pour des adultes), pour la sécurité je favorise la technique suivante :
  • Mettre des gants de protection.
  • Prende un bâton fourchu (genre lance-pierre avec un manche d’environ 30 cm de long) qui servira de cale et guide de sciage — si la scie dérape la fourche sera le martyr. ;)
  • Terminer comme l’a précisé Nävis en croisant les mains pour retenir le morceau scié.

Pendant longtemps, ma scie pliante était une Bahco, mais franchement il y a mieux, les scies  pliantes japonaises comme la Tajima G-GK210 (lame 210 mm) — tranchant largement supérieur, véritable lame de rasoir. De plus elle s’utilise en tirant vers soi, donc plus précise dans le maniement et la coupe.
La différence est plus que notable sur le sciage de branche verte de résineux.
Quant au prix, jusqu’à -30 % moins cher que mon ancienne scie !
Nous avons eu une culture riche en expérience et pauvre en information.
Aujourd’hui, nous sommes riches en information, mais au seuil de pauvreté de l’expérience réelle.

22 août 2014 à 10:46:20
Réponse #36

Claude Ponthieu


On scie en tirant la scie,[…]

Tout dépend du sens/direction des dents de la scie.


"laisse la scie travailler", "laisse la machine travailler" ...

+1 — souvent l’utilisation en force de l’outillage est incompatible avec la précision ou la qualité du résultat à obtenir.
« Modifié: 22 août 2014 à 10:55:32 par Claude Ponthieu »
Nous avons eu une culture riche en expérience et pauvre en information.
Aujourd’hui, nous sommes riches en information, mais au seuil de pauvreté de l’expérience réelle.

22 août 2014 à 18:57:47
Réponse #37

Axiome


Un " détail " quelque soit le sens des dents , je suis pour privilégier de toujours tirer sur le premier coup , avec le pousse comme guide !
Une explication ( plus doué en direct je tente par écrit ) :
- Mettez le pouce comme guide , le manche le plus proche possible du pouce , pourquoi !? Parce qu'à cet endroit la lame est moins flexible donc moins de risque d'un " saut " de lame sur le pouce voir la main , j'ai vu des gars se couper le tendon du doigt ou du pouce oui certains sans forcer juste mauvaise attaque et la flexibilité de la lame a réagit ! Mais nous parlons bien là de toutes sorte de scie dans un format égoïne !

La scie à bûche peut avoir des dents d'accroche dans les 2 sens et est maintenue des 2 côtés : très peu de chance quelle saute sur une entame avec écorce , peu de chance quelle saute sur une section ronde  ( d'où sont nom " à bûches " ) , plus de chance quelle saute sur une entame sur arrête dans ce cas privilégier une entame avec le bout de la scie ou milieu selon le panel qu'on a obtenu par le rythme  :closedeyes: !

Ensuite avec plus d’expérience de l'outil naturellement vous entamerai de manières différentes les matériaux que vous coupez , le panel s'agrandira naturellement !
Après oui ça c'est propre à chacun mais ne pas confondre expérience et panel qui s'ouvre et trop de confiance qui fait la perte de vigilance , c'est souvent la charnière critique dans les ouvrages où on utilises des outils de coupe qui coupent !

Me fait penser de rappeler qu'un outil qui ne coupe pas est un danger potentiel , prenez un rythme , c'est souvent une question de rythme et certains sont mieux sevrés du temps que d'autre ça hein.... , bref prendre le rythme d'entretenir ses outils de coupes ( l'outil une ramification pas inintéressante selon ce que l'on en fait ) !

Si vous débutez déjà apprenez " ça " puis faites des testes : couper en tronçonnant ( perpendiculaire au sens du fil du bois ) , coupez en délignant ( dans le sens du fil ) et SENTEZ la différence ensuite interrogez-vous et pratiquez , vous trouverez par vous même votre force à mettre pour que l'outil oeuvre mais surtout vous trouverez comment oeuvrer en faisant qu'un avec l'outil ! Ce genre de " savoir faire " est un choix avant tout , vous pouvez ne pas le faire et pourtant ne jamais vous blesser avec une scie !

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité