Nos Partenaires

Auteur Sujet: Usage de la scie  (Lu 6866 fois)

24 juillet 2013 à 14:52:49
Lu 6866 fois

Lemuel




J'ai trouvé cette photo sur le site de randall.
La photo s'appelle usage safe de la scie.
Pour moi cette un contrexemple : les fibres ne sont pas étirées dans le bon sens.
L'intérêt ne serait-il pas d'inverser les positions du genoux et de la main ?
La le mec doit tout le temps la coincer… Ou alors y a un truc que j'ai pas compris

Je suis tellement surpris de trouver ça sur un site d'école sérieuse que j'ai pas ce qu'il faut pour tester sous la main que j'en profite pour partager et qu'on discute un peu méthode de scie

Pour les curieux c'est ici : http://jungletraining.com/forums/showthread.php?25543-Survival-Class-Photos-West-Coast-5
Don't watch the tool, the work it can do
Watch the man that's behind, yeah !


http://natureandforcefield.tumblr.com

24 juillet 2013 à 15:04:17
Réponse #1

Ghjallone


Effectivement...
Mais je n'ai pas l'impression qu'il pousse avec le genou gauche, je suis plutot étonné qu'il cale sa branche de la main gauche plutot qu'en posant le pied ou le genou droit dessus. C'est la première fois que je vois utiliser une scie en croisant les bras.
Si je devais scier cette branche, je me mettrais de l'autre coté, en appuyant avec le pied et la main gauche pour bloquer le tout. Pas besoin de tirer su la branche pour éviter de coincer la scie, elle est assez longue pour que son poids fasse le boulot.

Cette image, ca ne serait pas un exemple de ce qu'il ne faut pas faire?C'est peut être vraiment un contre exemple, une illustration de ce qu'il ne faut pas faire.
j'ai toujours pardonné a ceux qui m'ont offensé.
mais j'ai la liste.

24 juillet 2013 à 16:19:10
Réponse #2

Kilbith


C'est la première fois que je vois utiliser une scie en croisant les bras.
C'est assez courant : l'idée c'est de ne pas avoir les doigts blessés si la scie "saute" (la lame si elle saute est bloquée "par le haut" grâce au cubitus, au pire elle touche le tranchant de la main pas les doigts). Pas toujours pratique, on le fait plutôt avec les scies à cadre à grosse dent, au moins au moment de l'attaque.

Sur la photo, c'est donc le système le plus safe. Je ne crois pas que le genou pousse sur la branche (?). Normalement le poids de la branche permet d'étirer les fibres du bois pour faciliter la coupe et éviter de bloquer la scie et ce n'est pas la peine de poser le pieds dessus (au contraire il faut soulager en fin de coupe pour avoir une coupe nette).
« Modifié: 24 juillet 2013 à 16:30:13 par Kilbith »
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

24 juillet 2013 à 16:49:09
Réponse #3

moss


au contraire il faut soulager en fin de coupe pour avoir une coupe nette

il faut surtout faire une prédécoupe sous la branche pour que le poids de la branche ne la déchire pas...

par contre je ne suis pas du tout convaincu par le fait de croiser les bras, ça ne me parait pas naturel du tout...
« Nous sommes dans la m*rde, mais ce n'est pas une raison pour la remuer.  »
Marcel Bigeard

« La fin de l’espoir est le commencement de la mort.  »
Charles de Gaulle

24 juillet 2013 à 17:19:38
Réponse #4

Frapa


Je vois la scie à main comme l'un des outils les moins dangereux, par contre je me méfie des "retours ou rebonds" de bois coupés, surtout quand je coupe des morceaux lourds.

Et enfin bonne position ou pas ... il met pas de gants, même si je fais souvent pareil je vais pas me photographier les mains nues pour montrer l'exemple.
"La guerre qui développe les forces du corps, retrempe en même temps l'âme, mais souvent aussi elle l'endurcit.
Nous lui devons une grande partie de nos vertus et quelques uns de nos vices"
P.Paoli 18ème siècle

24 juillet 2013 à 17:23:11
Réponse #5

guillaume


Dans l'immédiat, le poids de la branche doit effectivement suffire à la couper et je ne crois pas non plus qu'il pousse avec le genou.

En revanche, c'est pour moi totalement contre-intuitif de positionner mes mains ainsi, ne serait parce que j'aime bien améliorer le rendement de mes coupes et que du coup j'aurais appuyé sur la branche (sans compter que ça atténue les vibrations)...

a+

24 juillet 2013 à 17:38:49
Réponse #6

Kilbith


Je vois la scie à main comme l'un des outils les moins dangereux
Tafdak en usage normal et sous nos latitudes.

Mais en conditions engagées et/ou sous des climats pourris une plaie même légère à un doigt est handicapante et peut surtout très vite s'infecter gravement*. D'autant plus qu'une lame de scie est souvent sale (on peut difficilement la nettoyer) et que la plaie est bénigne mais déchiqueté.

Les gants c'est toujours une bonne idée et une bonne protection avec une scie et/ou pour éviter les petites plaies qui s'infectent quand on n'a pas le loisir de se laver constamment les mains . Ce n'est pas pour rien que l'Armée, notoirement avare en équipement de confort, fournissait une paire de gant fin en cuir même aux soldats appelés.

*pour mémoire : http://fr.wikipedia.org/wiki/Panaris
« Modifié: 24 juillet 2013 à 17:53:50 par Kilbith »
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

24 juillet 2013 à 18:34:33
Réponse #7

bpc


c'est pas plutôt histoire de dire:

" bon, je vous fait racker bien cher votre stage, mais regardez les bonnes combines que je vous donne !!!"   :lol:

EDIT:

en plus au niveau bio-mécanique ça ne le fait pas.

ça m'est arrivé d'essayer de couper comme on le voit sur l'image, parce que j'étais mal placé, j'avais pas la place, je savais pas ou mettre les pieds, j'avais la flemme de me déplacer, etc....

bon, ben, c'est tellement malcommode, que rapidement, on préfére faire ce qu'il faut pour changer de position plutôt que de continuer à faire l'idiot.....
« Modifié: 24 juillet 2013 à 18:48:18 par bpc »

24 juillet 2013 à 20:12:30
Réponse #8

Achille


Il m'est arrivé quelques fois de scier de la sorte mais c'est uniquement parce que je n'avais pas d'autre choix. C'est totalement contre-productif et la position casse bien le dos. En plus, on risque de ne pas scier dans l'axe et de tordre sa lame.

25 juillet 2013 à 08:23:56
Réponse #9

Clemstout


Je confirme. Lorsque j'ai scié de la sorte c'était parce que le contexte ne permettait pas de trouver meilleure position.
Conclusion personnelle: En plus de ce qu'à dit Achille, je dirais moins d'amplitude et nettement moins de force à la coupe en tirant dans cette position.

Bref, si je peux m'en passer, j'évite et je pense qu'un bon positionnement par rapport au tronc ainsi qu'un usage correct d'une scie peut s'avérer tout aussi sécurisé...
Développe en toi l'indépendance à tout moment, avec bienveillance, simplicité et modestie.--Marc-Aurèle--

28 août 2013 à 22:19:15
Réponse #10

mag


Il me semble qu'une genoux au sol et un genoux à l'avant ,positionné dans le sens de la coupe ,serait moins fatiguant ,et moins dangereux . Mais c 'est juste une supposition basée sur ce que je fait en temps normal,sans avoir eu aucun avis là dessus car je scie comme je peux ,et personne m'a appris.Plus d'appuie serait une bonne chose contre les rebonds non?

29 août 2013 à 10:55:05
Réponse #11

piero


La scie ripe en général en début de coupe quand on essaye d'engager la lame. Pour réaliser cette étape au combien critique, ;# les menuisiers utilisent l'extrémité de la scie, qu'ils calent contre l'ongle et la première articulation du pouce. Ainsi la scie est calée contre l'articulation et si elle ripe elle ne mord pas sur l'ongle. Une fois l'extrémité de la scie bien calée, il faut bander tous ses muscles afin de faire un va et vient très sec et rapide, c'est pas très évident à expliquer, de cette manière on créé la première encoche qui va permettre ensuite de scier pour de bon.

C'est ce qu'un ancien prof de menuiserie m'a expliqué. Cette technique est pas mal pour les coupes de précision et quand on a du mal à engager la scie (les scies à pousser, de menuisier traditionnel sont un peu plus difficiles à engager que les scies jap).


Maintenant en ce qui concerne les scies d'élagage comme sur la photo, après un peu de pratique on arrive à scier dans toutes les positions, main droite et main gauche sans se couper. En éloignant la main de la scie par exemple ;#

Sur le lien c'est sympa mais les couteaux dont le coating est à peine amoché j'ai peine à croire qu'ils aient plus d'une journée d'utilisation! :)

29 août 2013 à 14:09:27
Réponse #12

Ghjallone


J'ai perdu pas mal de bouts de pouce avec une scie qui ripe...
Abus de caféine, tout ca...  ;#
j'ai toujours pardonné a ceux qui m'ont offensé.
mais j'ai la liste.

29 août 2013 à 19:15:21
Réponse #13

Pierr


C'est effectivement une position des mains généralement préconisée pour éviter la blessure si la lame "saute", mais j'ajouterais deux précisions:
1/ la main gauche semble un peu exagérément déportée
2/ une fois la lame bien engagée dans le bois (ne dépassant pas en hauteur de la fente), la main revient par-dessus la fente - position plus confortable

08 septembre 2013 à 11:59:00
Réponse #14

goubzinov


J'ai perdu pas mal de bouts de pouce avec une scie qui ripe...
Abus de caféine, tout ca...  ;#


HEUREUSEMENT que tu n'as jamais travaillé à la toupie ou à la déguau.... parce que la scie à main me parait vraiment sûre d'utilsation....

Mince, je vais me retrouver sur ta liste....

08 septembre 2013 à 12:38:38
Réponse #15

Ulf


On parle bien de scie à main.

Certes une blessure de scie, c'est de la peau déchirée et potentiellement un panaris. Mais je ne vois pas comment une blessure de scie pliante peut nécessiter un passage aux urgences. Faut vraiment se louper !

Par contre une blessure de couteau occasionnée par des travaux en force, d'accord c'est net mais c'est aussi profond. Un nerf ou un tendon sectionné, c'est la m*rde pour le restant de votre vie. (on parle trop souvent de section de veines/artères conduisant à des hémorragies, normal c'est mortel. Mais en fréquence, je parie que les sections de nerfs/tendons sont plus fréquents.)

Pour moi, il n'y a pas à réfléchir entre utiliser une scie ou un couteau de camp: la scie pliante est le moyen le plus sur de réaliser des coupes transversales. Enfoncement de portes ouvertes, fait.

PS hors sujet: en cas de grosse coupure, évaluez immédiatement la gravité en:
- touchant l'extrémité du membre/doigt. Si pas de sensation, nerf sectionné.
- bougeant l'extrémité du membre. Si impossible, tendon sectionné.
Dans les deux cas, nécessite une intervention de microchirurgie. Comme il n'y a pas des centres partout et que le temps joue contre vous, ces informations vous permettent de vous rendre directement aux urgences compétentes et une fois sur place d'informer le personnel sur la gravité de la blessure afin d'être pris en charge dans les meilleurs délais.
On ne récupère pas toute sa force, sa précision et son amplitude de mouvement sur ce genre de blessure de m*rde + vous aurez une sensibilité au froid sur le doigt blessé (circulation sanguine peut être).

08 septembre 2013 à 18:11:10
Réponse #16

promeneur4d


...

PS hors sujet: en cas de grosse coupure, évaluez immédiatement la gravité en:
- touchant l'extrémité du membre/doigt. Si pas de sensation, nerf sectionné.
...

si fourmillement,
Si 86% de la population d'un pays veut pas d'OGM dans les champs et qu'ils sont plantés quand même, peut on parler de démocratie?

09 septembre 2013 à 13:26:06
Réponse #17

guillaume



PS hors sujet: en cas de grosse coupure, évaluez immédiatement la gravité en:
- touchant l'extrémité du membre/doigt. Si pas de sensation, nerf sectionné.
- bougeant l'extrémité du membre. Si impossible, tendon sectionné.
Dans les deux cas, nécessite une intervention de microchirurgie. Comme il n'y a pas des centres partout et que le temps joue contre vous, ces informations vous permettent de vous rendre directement aux urgences compétentes et une fois sur place d'informer le personnel sur la gravité de la blessure afin d'être pris en charge dans les meilleurs délais.
On ne récupère pas toute sa force, sa précision et son amplitude de mouvement sur ce genre de blessure de m*rde + vous aurez une sensibilité au froid sur le doigt blessé (circulation sanguine peut être).


En : appelant le 15 (ou le 112). Nous ne sommes pas médecin.

a+

09 septembre 2013 à 13:37:40
Réponse #18

Ghjallone



HEUREUSEMENT que tu n'as jamais travaillé à la toupie ou à la déguau.... parce que la scie à main me parait vraiment sûre d'utilsation....

Mince, je vais me retrouver sur ta liste....
Une scie peut paraitre beaucoup de choses, mais ce qui est sûr c'est que quand on veut aller vite on peut se blesser avec n'importe quel outil.
Tiens à défaut de dégauchisseuse, il y a 3 mois j'ai réussi a me couper avec une scie à métaux...  ;# Je savais même pas que c'était possible... Je découpais de l'alu, je suis passé à travers la pièce plus vite que prévu, ma main gauche était en dessous.
Donc: sûr ou pas sûr, prudence.
j'ai toujours pardonné a ceux qui m'ont offensé.
mais j'ai la liste.

11 août 2014 à 12:07:11
Réponse #19

cosmikvratch


Certes une blessure de scie, c'est de la peau déchirée et potentiellement un panaris. Mais je ne vois pas comment une blessure de scie pliante peut nécessiter un passage aux urgences. Faut vraiment se louper !


Alors petite recette de la blessure avec scie:


ingrédients:

- une scie d'élagage de ce genre là:

- une branche courbée
- un enfant d'une dizaine d'années pas très dégourdi (moi il y a 25 ans :'()
- notez qu'un cerveau n'est pas nécessaire pour cette opération
- pour un résultat profond aux séquelles durables, il est préférable de ne pas porter de gants
- placez vous au centre d'une forêt, si possible un dimanche après-midi, sans personne majeure ni véhicule disponible

temps de préparation: quelques secondes

posez les deux extrémités de la branche courbée sur le sol,et attaquez le sommet, en empoignant la branche en contrebas.
Appuyez fortement  afin d'avoir des difficultés à retenir un geste qui dérape, et commencez le va-et-vient


conséquence:
- plaie de l'index profonde
- entaille osseuse
- 7 points de suture
- atteinte du nerf (perte de sensibilité jamais totalement récupérée)
- tendon intact (ouf!)

moralité:
 quand on veut on peut!  :doubleup:

plus sérieusement:
-gants conseillés
-pression douce lors de l'entame
-main à distance
« Modifié: 11 août 2014 à 12:18:59 par cosmikvratch »
Life's a bitch (and then you die)

11 août 2014 à 13:57:08
Réponse #20

VERDUG0


En : appelant le 15 (ou le 112). Nous ne sommes pas médecin.

a+
Pas d'accord du tout.
Quand tu as froid, tu appelles les secours ou tu te couvres un peu plus?

La Ulf parle du cas ou on a un doute: simple coupure qui saigne, ou c'est un peu serieux?
Dans le doute, c'est soit "ca va aller" ou "on verra comment ca evolue", soit medecin.

appeler des pros, c'est bien, avoir les connaissances pour se debrouiller seul c'est bien aussi.

Experience perso: je me suis ouvert un doigt dans une zone crade, sur de la visserie rouillée et humide.
Beaucoup de sang, et quand meme profond (par exemple, je ne me suis jamais coupé aussi profond avec un couteau).
J'ai traité sur place parceque je savais que j'avais touché ni nerf ni tendon.

J'aurai pas pu le determiner, j'aurai été voir un dispensaire (celui avec des gamins sous perfs sur le trottoire en boue) j'aurai pas guérit plus vite, et toujours plus de risque de se chopper quelquechose.


11 août 2014 à 16:33:02
Réponse #21

lambda


En : appelant le 15 (ou le 112). Nous ne sommes pas médecin.

a+


Pas d'accord du tout.
Quand tu as froid, tu appelles les secours ou tu te couvres un peu plus?

La Ulf parle du cas ou on a un doute: simple coupure qui saigne, ou c'est un peu serieux?
Dans le doute, c'est soit "ca va aller" ou "on verra comment ca evolue", soit medecin.

appeler des pros, c'est bien, avoir les connaissances pour se debrouiller seul c'est bien aussi.

Experience perso: je me suis ouvert un doigt dans une zone crade, sur de la visserie rouillée et humide.
Beaucoup de sang, et quand meme profond (par exemple, je ne me suis jamais coupé aussi profond avec un couteau).
J'ai traité sur place parceque je savais que j'avais touché ni nerf ni tendon.

J'aurai pas pu le determiner, j'aurai été voir un dispensaire (celui avec des gamins sous perfs sur le trottoire en boue) j'aurai pas guérit plus vite, et toujours plus de risque de se chopper quelquechose.



Sans minorer ton expérience ou tes capacités, loin de là... Je crois bien que Guillaume voulait en fait exposer l'idée suivante:

- On est pas tous médecin/chirurgien ici, à devoir ou être capable de pratiquer sur le terrain et d'autant plus sur soi-même... On est pas non plus systématiquement accompagné d'un medecin/chrurgien lors de nos virées ou travaux de coupe sur le terrain...

- On est par contre, ici dans cette communauté, au moins un peu plus au fait des premiers gestes de secourisme de base permettant de juguler des coupures plus ou moins profondes, voir "limiter la casse" en cas d'hémorragie, en attendant les secours ou en nous permettant de les rejoindre...
- à partir de là, les premiers secours enseignent quelques techniques de base permettant de "stabiliser la situation" en attendant les secours et l'application d'actes médicaux en suite logique... : a savoir typiquement (pas moyens forcément exhaustif, mais je fermerai ma gueule sur le reste, n'étant pas suffisament "compétent" pour dire des conneries...  :D...) l'application de points de compression/ de pansements compressifs.

A partir de là et de ce niveau moyen de connaissances du grand public (enfin ca serait l'idéal...  :huh: ), faire de l'auto-diagnostique et une auto-"thérapie/acte médical(e)" reste un peu quand même aléatoire, et plutôt source de problème additionnel qu'autre chose: se planter de tout au tout, sous-estimer la gravité de la coupure, ou la sur-estimer au contraire et induire les secours en erreurs (quoique j'imagine moins grave dans ce cas là, si ce n'est mettre en oeuvre plus de ressource que nécessaires, par les dits secours...).

En plus simple:

Se poser la question et tenter de savoir si on va devoir faire de la micro-chirurgie, que tel ou tel nerfs voir muscles sont touchés, ... juste après que le pépin arrive, n'est peut-être pas ce qu'il y a de plus "efficace"...

Dans l'instant, avec le stress que cela engendre naturellement, stabiliser efficacement la blessure en limitant le saignement/hémorragie, voir la stoppant, éviter l'effet chimpanzé, immobiliser proprement ce qui doit -etre immobiliser, se protéger/protéger l'autre tout en appelent les secours en leurs donnant les bons renseignenements pertinents qui leur permettront d'arriver vite et d'agir efficacement... Ca sera déjà un beau "minimum syndical" si on procède ainsi correctement sans se gauffrer....

Après je parle de principe, maintenant au cas par cas, dont le tien j'imagine, les principes c'est pas mal de les fouler au pieds peut-être parfois, même nécessairement... mais pour tenter de toucher le maximum de public ici, statistiquement sillonnant plutôt nos beaux pays d'europe, ou globalement les services de secours sont quand même relativement accessibles et organisés, c'est peut-être pas mal de mettre en avant cette facon de voir, somme toute plus limitée, mais pas trop déconnante pour "chez nous"...

Un truc comme ça, je sais pas si je suis bien clair...

à+,
Lambda



"I want to live in a society where people are intoxicated with the joy of making things." William S. Coperthwaite

11 août 2014 à 16:56:39
Réponse #22

Copper Jack


Donc : en cas de blessure en métropole, SI en mobilisant mes compétences paramédicales concrètes j'ai un doute sur la gravité de la dite blessure, 15 ou 112, conseil d'une médecin et le cas échéant hospitalisation.
J'ai bon ?

11 août 2014 à 17:25:19
Réponse #23

lambda


...en fait Copper Jack, l'idée c'est qu'une fois les secours nous ayant pris en charge, on a en théorie pas à se soucier de la partie diagnostique et hospitalisation si nécessaire... puisque des médecins prennent le relais ici...

Bon ca reste schématique, on est bien d'accord, dans la réalité, on a a s'en soucier, garder l'esprit critique, poser des questions aux toubibs et requestionner si nécessaires...

Mais l'idée ici, c'est de pouvoir gérer l'urgence de facon la moins "délétère" possible et déléguer quelques part le reste à des gens qui par leur formations sont nécessairement plus compétents et efficaces que nous autres, clampins moyens, pour nous réparer en "trifouillant sous le capot"...

En forcant le trait a l'extrême tragi-burlesque... ca serait super cool de pouvoir soi-même s'extraire, avec une spork, un éclat métallique, ou une balle tout pr!s du coeur soi-même, ou réparer un coup de hache ou de tronco dans le genoux ou la fémorale, coudre tout sur place au lacet à chaussure, et repartir en clopinant vers les secours histoire de les rassurer e leur disant comment finir le boulot...

Mais globalement, je sais pas faire... enfin juste moi, hein, je sais pas pour vous... :) par contre faire un point de compression sur une grosse coupure potentiellement problématique, le maintenir en appelant les secours, et me mettre "au vert" le plus confortablement possible en attendant la cavalerie arrive, ca reste du plus probablement réalisable pour moi...

Encore une fois, ca reste me semble t'il, une facon de faire appartenant au spectre des possibilités raisonnables et applicables pour tout un chacun, qui semble marcher pas trop mal de par chez nous...

à+,
Lambda
"I want to live in a society where people are intoxicated with the joy of making things." William S. Coperthwaite

11 août 2014 à 18:50:33
Réponse #24

guillaume


Verdugo, merci d'avoir sorti une de mes phrase de 2013 de son contexte :).

Si tu es assez comptétent pour évaluer la gravité d'une blessure d'un simple coup d'oeil ou quelques "tatonnements", sous stress (bah oui, tu viens de te couper profondement, ne l'oublions pas), je n'ai absolument rien contre, surtout que j'imagine très bien que tu es capable de vivre toute ta vie avec le souvenir de tes erreurs.

Mais je t'en conjure, ne fais pas ça sur une tierce personne. Appelles les secours stp :'(. En attendant, rien ne t'empêche de stabiliser la victime.

a+

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité