Nos Partenaires

Auteur Sujet: the big wooden spoon carving contest EDITION 2013  (Lu 24843 fois)

12 août 2013 à 14:26:39
Réponse #50

loic35


Je viens de percer la mienne  :down:

Je vais voir si j'ai le temps dans refaire une .

12 août 2013 à 16:03:52
Réponse #51

loic35


J'en ai deja fait pas mal mais c'est la premiere qui perce , j'suis deg' .

Comme ont dit : "le mieux est l'ennemis du bien "

13 août 2013 à 19:42:43
Réponse #52

Jérôme A


:up:
Allez il ne reste plus qu'un mois pour faire vos cuillères, je me suis entraîné un peu, je met quelques cuillères dans le fil des cuillères.
;)

Grr ! Ohh !  bah ! c'est bon j'ai l'temps  !  >:(

expression préféré de mon ainée  ;#

J'avais dans l'idée de partir du tronc d'un chéne 3x centenaire mais après réflexion je vais faire ça dans du ... jesaispasquoiencore, espèce très commune par chez moi .  :D

Faut s'bouger ... Faut s'bouger ... Faut s'bouger ... 
http://www.youtube.com/watch?v=eO-1bfSQqAU

 
Si vous vous sentez impuissant...
Aidez quelqu'un .

14 août 2013 à 22:26:19
Réponse #53

Auto


Je veux bien m'inscrire, j'ai été récupéré des bûches de boulot bouleau aujourd'hui, me ferait bien une cuillère ou deux demain ;)
« Modifié: 14 août 2013 à 22:44:32 par Auto »

15 août 2013 à 08:28:53
Réponse #54

corbak


Auto tu es inscrit  :up:

Allez au bouleau les gars  :sgt:

 ;)

15 août 2013 à 12:07:35
Réponse #55

Pierrot


Citer
Ben si t'arrives à faire deux cuillères par jour, respect!

Il faut relativiser, une cuillère "juste pour manger" ça se fait en 15 minutes, mais  il ne s'agit pas des oeuvres d'art présentées ici qui demandent beaucoup plus de temps.   ;)

15 août 2013 à 13:33:47
Réponse #56

mrfroggy


:up:

Elle m'a l'air tout à fait fonctionnel, pour le choix du bois, est ce que le laurier n'est pas un peu dur ?
Pour ma part je me suis fais la main sur du peuplier, le bouleau, le tilleul et d'autres bois tendres sont plus simple et abordable pour une première cuillère. Contacter un élagueur, bûcheron pour avoir des morceaux de bois vert.

Allez il ne reste plus qu'un mois pour faire vos cuillères, je me suis entraîné un peu, je met quelques cuillères dans le fil des cuillères.

http://www.davidmanise.com/forum/index.php/topic,13321.msg495371.html#msg495371

;)
Ben plutot mou au contraire :)
Mais par contre, il a tendance a se "delaminer" ( sais pas si me terme est bien aproprié?)
C est comme ça que ma cuillere a perdu un bout .
Les Hommes qui sont nés pour jouir véritablement de la vie font ce qui leur plaît, à l’heure où cela leur plaît, et ne perdent pas leur temps à prévoir l’avenir, à se garer de catastrophes imaginaires. (Alfred Capus)

15 août 2013 à 21:39:31
Réponse #57

Auto


Ben si t'arrives à faire deux cuillères par jour, respect! Au rythme où j'avance je suis pas près d'avoir toute la ménagère...  ;#
Je viens de finir la première là, il lui reste un peu de ponçage, mais vraiment c'est pas long: 20-30 min. Après c'est vraiment une question d'habitude.
Bon je poste les photos maintenant ou j'attends demain d'avoir finit le ponçage?

15 août 2013 à 22:51:29
Réponse #58

Unregistred


salut

ma toute première, comment dire ma marge de progression est importante  :-[

realisée au couteau croche, hachette, et couteau de camp dans un morceau de bouleau

finition au melange cire d'abeille/huile de tournesol

@+ ;)
"ils ne savaient pas que c'était impossible, alors ils l'ont fait" : Mark Twain

mieux vaut être en retard dans cette vie qu'en avance dans la suivante

"La vie est une maladie mortelle sexuellement transmissible"

Plus dangereux que le bruit des bottes, le silence des pantoufles....

15 août 2013 à 22:53:56
Réponse #59

corbak


 :love:  :doubleup:

allez un déluge de cuillères s'il vous plaît  ;#


15 août 2013 à 23:34:25
Réponse #60

Auto


Bon j'ai finit le ponçage, ça donne ceci:
Dans les outils utilisés, j'ai fabriquer le cadre de la scie, le manche de la hachette (une vielle Peugeot) et le manche du couteau. Il y a que la gouge qui n'a pas ma marque ;)
J'ai utilisé du bouleau, car c'est un bois agréable à sculpter, et a ce qui apparaît, légèrement antibactérien, ce qui peut être intéressant pour une cuillère.
J'ai débité les buches à la scie,
Refendu, dégrossi, et fait les contours à la hachette
Le bol fait à la gouge (sans frappes, juste en poussant, une gouge bien aiguisée fait un travaille remarquable! )
Et améliorer un peu le tout au couteau.
Après un coup de papier ponce, ça fait une cuillère très légère, et assez sobre. Moi qui d'habitude fait des trucs assez grossiers et mastoc, je suis plutôt content de celle-la qui est plus "subtile"  ;D













J’essaierai d'en refaire une demain!

16 août 2013 à 21:53:31
Réponse #61

corbak


 :yeah:

J'aime quand y a de la bricole d'outils !!!!!

19 août 2013 à 12:11:35
Réponse #62

Auto


Celle-là est faite uniquement avec mon couteau, de A à Z (bon, j'ai utilisé un crayon à papier pour dessiner la forme quand même  ;) )

Fente du morceau par batonnage
On creuse le bol
On fait les contour grossier de la cuillère
On affine par petite retouche
On grattelle avec le tranchant de la lame pour donner une finition proche de celle du ponçage









19 août 2013 à 12:23:54
Réponse #63

corbak


Salut,

Tailler une cuillère n'est pas un geste anodin, comme toutes activités elle demande de maîtriser pas mal de domaines de compétences. Maîtriser les outils, couteaux, hache... Savoir les entretenir et les affûter, choisir les outils qui vous correspondent. Déjà ça ce n'est pas quelque chose d'immédiat, il faut du temps, il faut de la persévérance. Certain on une facilité, qui va les porter un temps, mais les résultat sérieux s'acquière par la pratique. Développer ces compétences, c'est développer des compétences qui vous servirons pour travailler le bois en général. Si vous savez tailler une cuillère vous saurez faire un kit de feu par friction, un figure 4, des accessoires pour la cuisine "primitive"...

Le choix des bois demande aussi un certain savoir, connaître les arbres qui sont utilisé pour le travail du bois vert, les caractéristiques de ces bois (densité, propriété...), les implantations... Un arbre est différents d'un autre et ne pousse pas aux même endroits, aux même altitudes... au fur et à mesure que l'on découvre les différentes essences, les ballades en forêt deviennent différentes (non je ne vois pas des cuillères, des bols et des manches de couteaux dans chaque arbre... ::)). Connaître les arbres comme connaître les plantes, ouvre un tas de possibilités nouvelles.

Taillé une cuillère n'est pas un geste anodin, c'est aussi créer une rupture dans un système de consommation de masse. C'est devenir un peu plus autonome et responsable, c'est redonner de la valeur au chose dont on se sert quotidiennement.

" Mentalement, je me suis retrouvé à intégrer mentalement non plus uniquement ma survie et les 30cm de couverts qui me protégeaient bêtement, mais bien l’ensemble de la géométrie du truc.  En gros, 4 mecs (mettez ce que vous voulez à la place) qui nous obligeaient à baisser la tête et à ne pas bouger "  ;)

Personnellement je trouve que c'est assez universel comme propos, et ça peu servir dans pas mal de domaine. Avec la suite logique...

"Ça a été un déclic.  D’une sorte de stupeur effrayée, je suis passé à une sorte de rage froide et inflexible.  J’ai décidé que j’allais tous me les faire."

 ;#

http://www.davidmanise.com/les-5-qui-prennent-soin-du-monde/
 
« Modifié: 19 août 2013 à 12:29:17 par corbak »

19 août 2013 à 12:32:01
Réponse #64

corbak



19 août 2013 à 20:51:40
Réponse #65

Loriot


Alors voila la cuillère (je remarque avec effroi que j'ai perdu les photos de la petite toute fine en mélèze  >:(  )
En bois de mélèze des montagnes. outils utilisé en photos avec. mais principalement le petit couteau de sculpture et le tout petit gouge.
A oui le bois provient du bucher du chalet...

edit: Youpi j'ai retrouvé les photos du début de la petite cuillère, reste plus qu'a prendre terminée :)
« Modifié: 19 août 2013 à 21:16:24 par Loriot »
Quand le sage désigne la lune, l'idiot regarde le c..

19 août 2013 à 21:02:42
Réponse #66

Loriot


Et la pince à cornichons! Ou a ce que on veut... ;D Elle est fonctionelle hein! Idéale pour attraper les cornichons ou les olives au fond du bocal. ;)

Bon là j'ai pas été joueur et j'ai choisi plus tendre que le bois des cuillères que j'ai fait durant les vacances. C'est donc du sapin, du sapin de montagne mais du sapin quand même. (les cernes sont quand même assez serré) L'axe est en mélèze lui.

que dire d'autre, photos!

Édit: on distingue sur la deuxième photo un bout de pince. C'est l'original (en plastique) qui m'a servi de modèle. Bin oui moi j'ai pas forcément idée de prendre une pince... Je vide ou je pique dedans... :D elle pourrait aussi servir pour prendre la choucroute dans la toupine. Les saucisses dans l'eau chaude... Mais elle rentre difficilement dans l'écoulement du lavabo pour récupérer le bouchon du dentifrice! ;D
« Modifié: 20 août 2013 à 13:48:47 par Loriot »
Quand le sage désigne la lune, l'idiot regarde le c..

19 août 2013 à 21:41:53
Réponse #67

corbak


la pince à cornichon, c'est exellentissime  :doubleup:

20 août 2013 à 06:39:24
Réponse #68

Loriot


Merci! :) mais je me rends compte que les photos se sont écrasée... Je vais remédier a ça...
Quand le sage désigne la lune, l'idiot regarde le c..

20 août 2013 à 16:47:26
Réponse #69

Bombadil


Très belles contributions. Il me tarde que les votes soient ouverts. D'ailleurs c'est quand est-ce prévu pour?

Sinon, le titre du concours aurait pu être interprété autrement...
   ;#

OK. Je sors.

20 août 2013 à 20:13:44
Réponse #70

Loriot


A vrai dire j'y ai pensé... C'est bien précisé pas d'outils électrique... Mais ma tronçonneuse est a essence :D
Quand le sage désigne la lune, l'idiot regarde le c..

29 août 2013 à 21:39:40
Réponse #71

psydomos




Atakanirenera, le dernier fils du grand pajé Atakanirena enfin arrivé dans la maloca de son oncle maternel  Atakaniräura après 6 jours de pirogue depuis le village ou il était née, à quelques riachos de là, contemplai les quelques objets en sa possession qui l'avait accompagné pour cette nouvelle vie. 
Son bol finement ciselé aux motifs de l'histoire de l'ancêtre du clan, offert par son frère se prêtait toujours à lui apporter rêveries et réconfort à l'heure du repas.
Le petit pot de terre ramené lors de son voyage qui avait fait de lui un Pajé accompli, dans le lointain pays des montagnes, au sein duquel il gardait précieusement un peu du précieux sel qui lui ferais défaut au milieu de ses terres nouvelles.
La pierre des âmes que son père lui avait donné avant son départ, incrustée de fines volutes figées dans sa transparence, marque de son puissant auxiliaire qui l'accompagnerais pour affronter les dangers de la Mère Forêt, du monde des Hommes et l'assisterais pour négocier avec les esprits les guérisons de ses nouveaux patients.
Quelques piments donnés par sa mère pour sa future épouse, qu'il planterai dans son jardin pour relever les ragoûts de tapir d'une saveur pleine de nostalgie.
Son collier de chasseurs à la pointe acérée, patiemment sculptée a partir de l'os du jaguar qu'il avait vaincu un jour au bord de l'igarapé du yagé et qui était devenu le premier de ses acolytes spirituels dans les batailles avec les forces qui gouvernaient le monde.

Mais, là où son regard puis ses doigts s’arrêtèrent, ce fut sur sa cuillère, faite avec toute la patience et l'amour qui la caractérisait par sa douce sœur de lait Akana, fille de son frère aîné Atakanarira, le vaillant guerrier qui avait rejoint les ancêtres depuis de nombreuses lunes. Elle était si légère, sculptée dans un bois porté par les eaux jusqu'à la plage de l'aldeia de son père, quelle paraissait irréelle dans sa main, la finesse et l'harmonie de ses courbes lui rappelait la beauté fragile d'Akana dont il était si orgueilleux quand les guerriers du clan de la colline venait rendre visite à la maloca pour l'admirer et la quémander auprès de l'ancien.  Le rouge urucum et le noir jenipapo soulignaient les délicates échancrures qui terminant son manche, symbole de la peau du serpent ibiboca, l'ancêtre du clan de leurs mères respectives.
Dans cette nouvelle vie qui commencerait lors de la prochaine lune et de son union avec la resplendissante Akaniru, la fille de son oncle Atakaniräura, cette simple cuillère serait raviver au fils des jours heureux, l'éternelle souvenir de l'endroit où il était née et devenu le sage apprenti chaman qu'il était.


Voici donc ma cuillère, faite durant mon trop bref et récent séjour au long du fleuve Amazone. L'objectif de cette création était de produire une cuillère avec les seuls outils dont je m'étais équipé pour ce voyage qui se voulait paisible (j'étais avec madame), sans gros engagements et en mode léger pour rendre l'itinérance plus agréable (pas de machettes, scies, haches, percerettes, gouges et autres jolis jouets manuels, même pas la leatherman c'est dire! D'ailleurs j'ai regretté de l'avoir laissée à la maison plus d'une fois) et les ressources naturelles rencontrées durant mon périple.
Les outils furent :
- un pliant pacific salt de chez Spydie (bientôt un retex....quand j'aurais le temps)
-un carré de papier de verre tout matériaux en 200 et un autre de carrossier en 800, à la base destinés à l'entretien de mon couteau.
- un bretelle de cuir terminé par une vis a bois et en partie recouverte de pâte verte à polir
- Et puis c'est tout!!!

La teinture a été faite a partir de noix de palme locale pour l'huile, donnant un joli reflet couleur cuivré au bois et faisant ressortir ces veines. Les couleurs sont obtenues à partir de graines d'urucum pilées(aussi appelé coral)pour le rouge. D'une pâte de jus du fruit de jenipapo légèrement fermenté, additionnée avec de la poudre de charbon de bois que l'on applique pendant quelques heures puis on nettoie et la couleur noire reste. C'est, pour la petite histoire, la teinture utilisée par de nombreuses tribus du Brésil pour les peintures corporelles, qui durent entre 3 et 7 jours a peu près. Je me souviendrais toujours de la tronche des gens dans la gare centrale des bus de Fortaleza, la première fois que je suis rentré d'un rituel dans une aldeia avec la moitié des mollets peint en noir et les avant bras recouvert par des motifs géométriques de peau de serpent,mes fringues toutes crade comme pas permis et avec la bonne odeur du gars qui a mariné dedans pendant 5h de car sans clim', chapeau de brousse décoloré sur le crane et sac de bidasse sur le dos  :lol: la vie, la vrai!

Tout d'abord, j'ai ramassé un bois de bois flotté bien sec (enfin sec comme en Amazonie à la fin de la saison des pluies hein!) sur la plage d'une jolie cascade prés de la commune de Presidente Figuiero ( :love:), au milieu d'un tas laissé là par les récentes crues, (attention au serpent qui adore les tas de bois pour se faire sa maison, toujours taper un bon coup dessus avec son bâton et attendre un peu pour voir si ça bouge dedans!). j'ai choisi ce bois car je ne voulais pas couper une plante vivante pour ça et puis parce que ne connaissant pas encore bien la flore locale j'évitais un bois toxique en prenant une branche ayant été déja bien lavé par le ruisseau qui l'a ramené là. De plus pas de problème de séchage et de fente dans ces conditions:
 ;)

 
le bout de bois choisi, il convient d'en tirer la section désirée. Pour ce faire, après un rapide écorçage pour vérifier d’éventuelles zones pourries ou attaquées par les xylophages, j'ai procédé a un batonnage léger afin de sectionner rapidement la branche au moyen d'encoche en V relativement étroite sur le pourtour de la section voulue:
ATTENTION! COMME IL EST DIT PLUS HAUT DANS CE POST L'USAGE D'OUTILS COUPANTS EST DANGEREUX ET REQUIERT DES PRÉCAUTIONS COMME DES GANTS ET UNE TENUE ADAPTÉ. LES PHOTOS PRÉSENTE DANS MON POST NE MONTRE EN AUCUN CAS UN EXEMPLE A SUIVRE ET SONT LA EN TANT QU'ILLUSTRATION DE MON PROPOS ET NON COMME EXEMPLE MÉTHODOLOGIQUE. UN ACCIDENT GRAVE EST VITE ARRIVÉ NE JOUER PAS AVEC LA SECURITE! EN GROS FAITES CE QUE JE DIT PAS CE QUE JE FAIT...



Rapidement je dégage le pourtour pour couper l'autre partie:



Le morceau désiré obtenu, je le fend en deux dans sa longueur d'un batonnage léger pour obtenir deux moitié égale qui serviront de base de travail ( bien penser à déverrouiller la lame et garder le manche légèrement fléchi pour ne pas abîmer le dispositif de blocage, attention c'est dangereux et une bonne maîtrise de l'outil est indispensable pour faire cela!)



Une fois les deux moitiés obtenues, je passe par une petite étape aiguisage avant travail (un homme est aussi affûté que son couteau comme on dit) a l'aide mes papiers de verre enroulés autour de chacune des deux moitié ainsi obtenues, finition sur la bretelle de cuir, au préalable accroché à l'aide de la vis dans une souche au bord de l'eau. J'en profite pour faire ça les pieds dans l'eau, au bord d'une autre petite cascade entretenue par les locaux:


Maintenant, ça coupe fort! Je dégage la forme de la future partie creuse en dirigeant ma lame avec le pouce de la main gauche pour bien contrôler mon geste et en faisant des copeaux pour y aller progressivement. cela forme un deux encoche en forme de triangle rectangle de chaque coté:



Puis, rebatônnage léger pour dégager rapidement la matière autour du futur manche de la cuillère:



De retour à la civilisation, il fait nuit, j'improvise un établi, pour pas tout salir, à l'aide mon étui à carte et donne sa forme au manche, quatre faces en losange, tout en gardant un bout au final pour faciliter et sécuriserla prise lors de certaines positions de coupe:



C'est l'heure de commencer à creuser la cuillère proprement dite, je commence par un mode simple contour intérieur puis en faisant des petites rainures incurvées je dégage le centre. C'est l'étape la plus longue et il faut y aller tout doux avec ce bois assez tendre:


Le lendemain on continu:


Je poursuis la mise en forme une fois rentré au bercail et enlève la partie haute devenue inutile:


Passe à la partie inférieur de la cuillère pour dégrossir par petite touches:


Enfin la sculpture du manche et un premier polissage au papier de verre pour regarder ou il vas encore falloir donner des coups de lame:


Dernière retouche, polissage final en gardant quelques traces de couteau pour mettre en valeur le travail manuel sans que ça face trop synthétique, passage de l'huile de palme, peinture (j'ai oublié de faire des photos durant cette étape, dommage) et la cuillère est terminée!


Quelques autres vues pour les détails:
Dessous:


La partie arrière du manche:


détail des courbes "enivrantes" ::) de la partie avant:


Et du travail de relative finesse des bords:



Et voila! Nous somme loin du travail d'un Mrod ou d'un Corbak mais, j'espère que cette histoire de cuillère vous aura plus et fait un peu voyager. Moi, j'ai pris beaucoup de plaisir a m'essayer a ce petit jeu en tout cas et c'est surement le plus important.

A+!
"Je sais que je ne sais rien" Socrate
"Le progrès est ce qu'on en fait, confier son dernier souci à des milliers d'inconnus qui n'en n'ont rien à foutre ou permettre de vrais moments de vie démultipliés.."
Patrick, o "cacique" do CEETS

29 août 2013 à 21:57:46
Réponse #72

mrfroggy


excellent ! et c est vrai que le plaisir se transmet a la lecture de ton texte  :)
Les Hommes qui sont nés pour jouir véritablement de la vie font ce qui leur plaît, à l’heure où cela leur plaît, et ne perdent pas leur temps à prévoir l’avenir, à se garer de catastrophes imaginaires. (Alfred Capus)

29 août 2013 à 22:41:41
Réponse #73

loic35


Bon je déclare forfait par abandon, le mienne a percer et vraiment pas le temps d'en refaire .   :(     >:(      Désolé les gars .

30 août 2013 à 11:16:43
Réponse #74

Mrod


Hop hop hop !
On se décourage pas !
On abandonne pas!

Moi aussi je galère, j'ai toujours pas terminé ma cuillère et je sais même pas si je vais pouvoir la finir à temps. De plus j'ai perdu mes pierres à aiguiser la semaine dernière donc impossible de garder mon mora en état, je vais devoir terminer avec les moyens du bord.
Sans compter la pression du fait de remettre mon titre en jeu. Mais vous ne détrônerai pas le Champion si facilement bande de moules ! Je m'accrocherai tel un morpion à un poil de c*u!lle !

Nico
"faut JAMAIS décramponner ! Et s'accrocher à la vie comme un morpion sur un poil de cul !  Parce qu'il y a toujours un espoir, même mince" Anke *Master survivor*

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité