Nos Partenaires

Auteur Sujet: Andilly ou trois jours et demi sous la pluie et dans la boue  (Lu 3764 fois)

20 mai 2013 à 23:36:56
Lu 3764 fois

Hurgoz


Yo,

Bon, l'idée première serait d'avoir vos idées pour améliorer les notres, ou, si le montage d'un camp fixe vous tenterait, de vous en apporter quelques unes autres.

Posons les choses: mon club d'escrime ancienne participe tous les ans au festival médiéval "les grandes médiévales d'Andilly" qui se déroulent en foret dans un vallons. Nous montons donc notre camp, composé d'une tente deux mats d'environ 8x3m pour le couchage, d'une tente tipi de 3m de diamètre environ pour l'intendance et quelques couchages, d'un hauvent de 8x6m pour miam, d'une tonelle de 3x3m pour les présentations d'arme, et ce pour deux WE.

Etant dans des champs (mais nous le faisons pour tous les terrains) nous bachons systématiquement les sols avant de monter les tentes de couchage pour nous isoler de l'humidité, et assurons l'isolation thermique par de la paille qui nous est fournie (principalement dispersée sur le tour des tentes et aussi un peu à même le sol), des lits de camp ou des matelas, au bon vouloir de chacun.

Hors, cette année, comme vous l'aurez peut être remarqué, les champs ont eu le temps de largement s'hydrater avant, et pendant le WE...nous savions donc que nous allions devoir faire face à pas mal d'humidité. (N.B.: le terrain sur lequel nous étions installé fait une 50ène de mètre de long et une trentaine le large, légerment en pente sur toute la largeur; nos tentes ont été installée dans la longueur pour facilité le passage du public).

1. Gestion de l'humidité durant la journée

L'humidité, au niveau de chacun était gérée par son propre matériel (capes en laine, capelines, peaux,....).
Au niveau du camps, nous avions creusé des tranchés douves de 20x20cm (qu'au court du WE nous aurons due approfondir) pour drainer l'eau et éviter qu'elle ne passe sur les baches. Un feu a été aussi creusé sur une 10ène de cm et également drainé pour nous permettre de nous réchauffer et de cuisiner un peu grâce à une potence. Le soir, sous le hauvent un brasero était mis en marche. Et, le hauvent nous permettais de ne pas nous faire arroser à chaque averse (sous lequel nous aurions peut être due creuser aussi des douves car il c'est transformé en piscine de boue).
Pour éviter que la tente ne soit complètement embourbée, un seuil anti-boue a été mis en place, et, de là, nul ne pouvait pénétrer sur la paille sans avoir retiré ces bottes sur le seuil, ou les avoir emballé dans deux petits sacs poubelle.

2. Gestion de l'humidité durant la nuit

Pour ce faire, la encore plusieurs choses: nous avions un poële à pétrole que nous allumions environs deux ou trois heures avant d'aller nous couché et éteignons à ce moment là pour "chasser" l'humidité. Chacun devais emballer ces affaire mouillées pour éviter qu'elles "n'infecte" la tente ainsi que les chaussures. Après chacun était libre de prendre ce qu'il voulait à son propre niveau pour le couchage: lit de camp, matelas, peaux, sacs de couchage de plus ou moins bonne qualité, sac à viande....bref, chacun faisait son beurre à sa manière.

Et tout ceci nous aura permis de passer un WE plutôt pas mal en définitive, plein de challenge, mais vaillament relevé par les forces en présence (et, il faut dire, que comme nous nous attendions un peu à sa, on était stuffé :P )

Voilà: si vous savez des questions, remarques, et autres, je suis tout ouïe

Hugo
"Prenez soin de la méthode avec laquelle vous vous mettez des choses dans le crâne."

21 mai 2013 à 07:52:11
Réponse #1

guillaume


Malheureusement sur des terrains sensibles au tassement, y'a pas grand chose pour éviter la boue si ce n'est jamais resté longtemps/à plusieurs au même endroit.
Pas top pour un camp fixe ^-^. J'ai souvenir comme d'un stage à Azay le Rideau Radeau où dès que l'on marchait un peu, on tassait le sol et l'eau ne pouvait plus s'infiltrer.
On aurait dit une souille à sanglier autour du feu de camp lol.

Une idée du coup pour éviter ce problème : mettre des caillebotis. Puisque c'est en tassant le sol que l'on transforme le tout en champ de boue, autant l'éviter... Il faudra les déplacer de temps en temps.

a+

PS : Pourquoi avez-vous enterré le feu ? Je l'aurais surélevé plutôt.

21 mai 2013 à 08:45:48
Réponse #2

Pouçot


Chouette anecdote, Hurgoz, ce genre de moments reste longtemps dans les mémoires !
J'ai vécu la même chose, mi Mars, pendant une loooooonnnnnngue semaine; sous une pluie constante, au camp des Garrigues, à la fin de mes classes...
Quoi que nous fassions, ou que nous puissions mettre les pieds, nous charrions des tonnes de boue.
Le moment le plus drôle, c'était lorsqu'il fallait extirper les petits camarades de leurs tentes F1, la nuit; pour qu'ils puissent prendre leur tour de garde. Bonhommes de glaise, la boue nous baise !  ;D
Pour la majorité, ils dormaient tout habillés dans leurs sacs de couchage, rangeos inclues, tellement la boue s'était infiltrée ... partout.

Un peu de signal, quand même.
Nous étions à côté de verdure (7/8 mètres) et j'avais pris le parti de creuser des rigoles autour de ma tente, qui conduisaient dans un trou fait à l'entrée de la forêt au préalable.
Je n'ai certes pas échappé à la boue, comme tout le monde; mais j'avais au moins l'avantage de ne pas avoir l'impression d'évoluer dans une mare.
A voir si cette solution s'avérerait pérenne pour tout un groupe, parce que je précise qu'il me fallait déplacer la boue charriée un peu plus loin quotidiennement...

21 mai 2013 à 09:33:08
Réponse #3

Hurgoz


Yo,

PS : Pourquoi avez-vous enterré le feu ? Je l'aurais surélevé plutôt.

Sa aurait été l'idéal, mais plusieurs choses rendait cette solution difficilement applicable:
  • Le coin s'appel la "foret des moulins", et s'il y a pas mal de bois, nous n'avons pas sur place de quoi pierrer pour sur-élever
  • Les organisateurs nous demandent de ne pas trop détruire les champs dans lesquels nous "logeons". Nous creusons donc pour remettre les mottes de terre en place après les médiévales. Avec un feu sur-élevé, la terre extraite aurait été cuite, non? Et l'herbe à l'intérieur aussi...
  • Le bois sur place est amoureusement conservé pour alimenter avant tout les feux
  • notre feu est juste à côté du hauvent pour que nous puissions profiter un peu de la chaleur. Hors, nous avons de temps à autre la visite de bourrasques de vent; avec un feu sur élevé nous prenons le risque d'être "arrosé" de braises (ou alors il faudrait monter des paroies au feu  ^-^).
  • Les crochets de suspension que nous accrochons à la potence pour suspendre grilles et chaudrons pour le miam ne peuvent pas être remonté suffisament pour un feu sur élevé  :'(

Mais l'idée, pour le problème de l'eau reste la meilleur. Le WE prochain, je pense prendre des cailloux pour pierre le fond du trou....sa fera un feu sr-élevé enterré  :doubleup:

Un peu de signal, quand même.
Nous étions à côté de verdure (7/8 mètres) et j'avais pris le parti de creuser des rigoles autour de ma tente, qui conduisaient dans un trou fait à l'entrée de la forêt au préalable.
Je n'ai certes pas échappé à la boue, comme tout le monde; mais j'avais au moins l'avantage de ne pas avoir l'impression d'évoluer dans une mare.
A voir si cette solution s'avérerait pérenne pour tout un groupe, parce que je précise qu'il me fallait déplacer la boue charriée un peu plus loin quotidiennement...

C'est ce que nous avons fait: le terrain ressemble un peu à Verdun  ;# (avec les mottes de terres amoureusement conservées pour reboucher après ;) )

Edit:

Pour vous donner une première idée du camp, voici une photo prise depuis l'autre bout du terrain. Pour nous situer, nous sommes, en dehors du cadre, au fond à droite (je rajouterais d'autres photos quand de bonnes âmes les publierons ;) ):

« Modifié: 21 mai 2013 à 09:45:34 par Hurgoz »
"Prenez soin de la méthode avec laquelle vous vous mettez des choses dans le crâne."

21 mai 2013 à 10:42:09
Réponse #4

Loriot


Je pensais aux copeaux de bois mais ça va être facile a enlever... Donc pas terrible.

Tu peux utiliser des nattes de géotextile pour les allée de circulations. Certe, l'eau va remonter à travers mais la boue va rester dessous. Tu en trouve en différentes largeur et tu peux les utiliser les années suivantes. C'est pas forcément très beau c'est vrai...
« Modifié: 21 mai 2013 à 12:17:58 par Loriot »
Quand le sage désigne la lune, l'idiot regarde le c..

28 mai 2013 à 00:53:29
Réponse #5

Hurgoz


Yo,

Je pensais aux copeaux de bois mais ça va être facile a enlever... Donc pas terrible.

En effet: les copeaux de bois, sur ce terrain représenteraient une semaine de travail à deux pour tous nettoyer, les orga ne sont donc pas fan. En revanche, ils sont allez nous chercher une quinzaine de palettes. Nous avons démonté les planches du dessous pour garder celles du dessus avec leur cube de bois pour faire un plancher sous le hauvent. Les planches récupérée ont également servie de plancher dans certains endroits peu utilisés ou pour faire des passages solides pour les visiteurs à travers notre belle boue ;) Certes, aux bout d'un WE de pluie/grêle/neige, elles étaient toutes devenues glissantes mais sa permettait au moins de gardr les pieds en dehors de la boue  :doubleup:

Le feu enterré et sur-élevé à également tourné du tonnerre puisque nous l'avons allumé Vendredi soir et il c'est éteint dimanche soir.

A ce propos, il m'est arrivé une petite mésaventure: étant arrivé Vendredi en début d'après midi, après avoir bricolé quelque trucs dans le camp, je me suis mis à fendre du bois pour allumer le dis feu. J'avais pour ce faire mon Junglas (encore merci Calou  :love: ) un baton pour batonner et une grosse belle buche de chêne bieeeen sec et très dur. J'y suis allez de bon coeur (lisez "comme un bourrin"  ;# ) mais au bout d'une demie heure de batonnage intensif, voit y pas que la main qui batonnait c'est faite très douloureuse, impossible de serrer quoi que se soit. Le truc m'aura duré tout le WE malgrés de nombreux massages, et un ami, pédiatre (mais je suis un grand enfant alors....  ;) ) m'a dit, après avoir vérifié que tous les mouvements étaient normaux que j'ai due m'écraser la masse musculaire de la main :'( Est ce déjà arrivé à quelqu'un? Des solutions pour éviter ce genre de problème? (je pensais port de gants et taper moins fort...) Parce que, ce coup là, je dois dire, que sa ne m'était encore jamais arrivé....cela dit, généralement je batonne plus petit et moins dur, alors....

Tcho

Hurgoz
"Prenez soin de la méthode avec laquelle vous vous mettez des choses dans le crâne."

28 mai 2013 à 01:50:23
Réponse #6

VERDUG0


Ca m'a deja fait ca en travaillant en force un exercice auquel je suis pas habitue.
Patte ankylosee, et plus de patate pendant une journee.

29 mai 2013 à 21:22:27
Réponse #7

Hurgoz


Ben là c'était plutôt comme une crampe qui réapparaissait dès que je faisait mine de forcer ne serait ce rien qu'un peu.... >:(
Mais bon, après 5 jours, ben ça va mieux ^^
"Prenez soin de la méthode avec laquelle vous vous mettez des choses dans le crâne."

17 juin 2019 à 00:31:28
Réponse #8

Hurgoz


Yo,

J'ai eu fait la boue, la neige, la canicule.....il manquait la tempête...

https://youtu.be/YZUc7LNVqRs

Quelques trucs qui ont pas mal marché:
- on a bien arrimé tout au sol
- on a tiré une corde au dessus du haut-vent pour éviter que les bourrasques ne le fasse "sauter" et défonce la structure en retombant dessus.
- ranger tout ce qui traine, parce que si ça veut rigoler, tout peut se retrouver par terre et qu'on ai pas le temps de s'en occuper.
- idem dans les tentes de conchage: j'ai une théorie du gros sur le camps: une grosse cantine dans laquelle balancer toute les merdes en pack et basta

J'ai également fait un test, plutôt positif: en med, j'aime bien les vêtements en coton: s'il fait chaud, entre la transpi et les sceaux d'eau, y a moyen de rester frais. Mais du coup, en cas de drache, c'est le contraire. Du coup, j'ai décidé que mouillé pour mouillé, j'allais pas tremper d'autres vêtements sec. J'ai donc laisser la tenue se faire bien tremper et une fois la pluie passée, j'ai ressorti de la cantine ma cape en laine. En l'entourant autour de moi, j'ai créé un cocon de chaleur et comme les températures extérieurs n'étaient pas extrèmement basses (on a du tombe autour des 10°), ben tu coup, ça a plutôt bien auto-séché.

Tcho
"Prenez soin de la méthode avec laquelle vous vous mettez des choses dans le crâne."

19 juin 2019 à 23:05:51
Réponse #9

Loriot


Voui c’est bien tombé samedi soir... je n’ai malheureusement pas pu passer. Mais j’ai profité de l’orage de mon côté... 😉
Quand le sage désigne la lune, l'idiot regarde le c..

20 juin 2019 à 01:04:13
Réponse #10

Hurgoz


Yo :)

In fine, c'était assez intéressant pour un risque réduit. Les deux trucs vraiment dangereux, c'était les trucs qui tombaient (mat de tentes, arbres (1 mort à Taninges quand même)) et les trucs qui volaient.

Hormis ça, le pire, c'était le risque de gueule de bois le lendemain (fallait bien s'imperméabiliser, et l'alcool c'est hydrophobe xD )

Tcho
"Prenez soin de la méthode avec laquelle vous vous mettez des choses dans le crâne."

22 février 2020 à 09:55:50
Réponse #11

JP4060


C'est bien connu, le med, ça donne soif! Et puis il faut bien écluser (lire déguster) tous les hypocras maison.
Usé mais valide

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité