Nos Partenaires

Auteur Sujet: Succédané ou solution naturelle de remplacement pour la Ventoline?  (Lu 24963 fois)

09 avril 2013 à 12:18:58
Réponse #25

Bomby


(...)

Ah, un truc important, pour ceux qui auraient des enfants touchés par cette cochonnerie (ou une autre, d'ailleurs). Ceci pourrait peut-être faire l'objet d'un autre fil mais j'hésite, dont acte.

Quand un môme se fait admettre à l'école, ou en garderie du Mercredi, ou en colo, ou ailleurs, les parents remplissent un questionnaire médical. De ce que j'ai vu... celui-ci ne sert à rien, il n'est pas lu. Nous avions indiqué que notre fils était asthmatique. Le premier jour de la garderie du Mercredi, je vais chercher le môme à 17h. Pas de gosse dans la cour. Je demande à une surveillante, qui m'indique qu'il est à l'intérieur avec d'autres. En fait les autres jouent, et le mien est assis dans son coin, en bout de salle, cyanosé jusqu'au trognon, pâle, les lèvres et le bout des doigts bleus, en pleine crise, la plus carabinée que j'ai jamais vue. Le stress du nouveau milieu+pas mal de poussière. J'ai chopé mon môme dans mes bras et passé en même temps un savon aux surveillantes, en leur expliquant que cette couleur là chez un gosse, c'était tout sauf normal, qu'on leur filait des mômes, pas des schtroumphs! Ensuite décalage vitesse grand V au CHU, urgences pédiatriques, et le pauvre môme est mis direct sous tente à oxygène avec Ventoline sous pression. 15 minutes plus tard, le fiston faisait le con dans la tente, tout sourire, et rose au lieu de bleu.
(...)

Salut Kovaks,

en lisant ton récit, je me suis posé la question de savoir s'il n'eût pas mieux valu que tu appelles le 15 plutôt que d'aller toi-même emmener en urgence ton fiston aux urgences pédiatriques. C'est très facile de s'interroger à froid avec le recul, hein, je ne porte pas de jugement... Mais je pense que tant qu'à faire de relire une histoire de ce type, la question mérite d'être posée...

Notamment parce qu'un particulier ne peut prétendre traverser la circulation, et ses éventuels embouteillages, aussi vite qu'un véhicule de secours... Egalement parce qu'en conduisant on n'est pas apte à prendre en charge qui que ce soit si nécessaire... Peut-être parce qu'une première prise en charge aurait pu être plus rapide (à voir)... Etc...

En l'occurrence et accessoirement, la venue à la crèche d'un véhicule de secours pour récupérer ton fiston aurait d'ailleurs sans doute encore plus "secoué" les responsables de la crèche et accru la prise de conscience manifestement nécessaire, mais ça ce n'est pas vraiment un point déterminant...

Fry, tu as un avis sur l'intérêt d'appeler le 15 plutôt que de se déplacer soi-même aux urgences dans ce genre de cas ?

Cordialement,

Bomby

09 avril 2013 à 14:07:39
Réponse #26

kovaks


Ta remarque est censée, Bomby, mais je reste persuadé que j'ai gagné du temps ce jour-là. J'étais à 15 minutes du CHU en roulant normalement. Temps minimum d'explication au tél, avec le 15, le temps des reports d'appel, du médecin, etc : 5 minutes. J'ai roulé comme un "cinglé raisonnable", on va dire. 8 minutes plus tard, j'étais au CHU, à grand renfort de klaxon et de warning et de salut pour remercier les gens qui percutaient vite (la majorité, curieusement). Disons que dans ce genre de cas, rester la tête froide et attendre est très, très dur. Perso j'en suis incapable, et je reste persuadé d'avoir fait le bon choix. J'ai gardé la tête tiède et j'ai agit. S'il y avait eu souci pendant le transport, certes, j'aurais été très mal.
Si j'avais été à 30 minutes de l'hosto, j'aurais fait le 18, direct. Là, je savais, connaissant très bien ma ville, que ça le ferait en bourrinant un peu (sans mettre la vie des autres en danger, on est d'accord). Il faut aussi compter sur le fait que j'habite dans une "petite" ville de 45000 habitants. A Paris ou Lyon ou Marseille, la donne eut été tout autre, et je pense que dans ce cas-là, l'appel est largement préférable, comme tu le dis.

09 avril 2013 à 14:13:31
Réponse #27

fry


Oui les spray sont étanches si on peut dire, nombreux sont les gens qui gardent un tube dans un coin et ne l'utilisent que le 36 du mois, parfois 1 an après l'avoir acheté. Le tout est 1) de vérifier la péremption, 2) de donner un coup dans le vide pour voir si la ventoline diffuse bien, surtout après une longue période de non utilisation.

Pour le 15: si effectivement le petit était cyanosé, c'est un signe de gravité. Dans ce contexte effectivement il aurait été optimal de prévenir le 15, un SMUR se serait probablement déplacé par précaution, et l'effet electrochoc pour le personnel aurait a coup sûr été garantis !
L'avantage que tu aurais tiré par rapport à ton choix, aurait été - au prix peut-être de quelques minutes d'attente de plus si tu es arrivé si vite -, une plus grande sécurité, puisque tu n'aurais pas eu à te frayer un chemin rapide dans la circulation et n'aurait pas risqué d'accident. La moyenne nationnale d'un SMUR est assez rapide, mais si près du CHU il serait probablement arrivé en moins de 10 minutes.


Après on était pas sur place comme Kovaks, difficile de refaire l'histoire.

09 avril 2013 à 15:50:53
Réponse #28

Aerazur


La meilleure chose à faire est d'apprendre à s'en passer. Ne serait-ce que pour le cœur, car la ventoline est une sal...... . Apprendre à rester dans une crise avec de la ventoline à côté mais sans s'en servir est bien aussi: permet de moin stresser le jour où on en a besoin mais que l'on en n'a pas. Mais très dur psychologiquement car la difficulté à respirer épuise vite et avec la fatigue, le stress monte.
Ah si, un truc que j'ai remarqué, l'usage de la ventoline entraine l'usage de la ventoline. C'est addictif, d'une manière ou d'une autre.

Je confirme. Ancien asthmatique de 6 à 14 ans, je n'ai découvert la ventoline que sur le tard.
A tort ou à raison, comme j'étais gamin, mes parents ont toujours considéré ce truc là comme le dernier recours, privilégiant avant toute chose la relaxation et la respiration. Le fait est que j'en garde un souvenir assez difficile, notre ami a bien décrit le ressenti avec l'image du spaghetti. Le bon coté des choses, c'est que j'ai aussi appris à faire sans (dans mon cas, c'était manifestement possible et peut être n'est ce pas généralisable?).
L'addiction, elle est certaine. Dans la mesure ou depuis des minutes (ou des heures) tu as un mal fou a respirer, tu mobilises une concentration folle à rester calme. Et le cerveau lui ne demande qu' à s'emballer! Et là, d'un coup: pschiiit, tu respires. Ceci en 10 secondes. Je peux témoigner que la tentation est sacrément forte!

Ceci pour dissuader de la prise de ventoline en préventif (riez pas, j'en ai vu pas mal le faire)....

09 avril 2013 à 19:12:14
Réponse #29

aliɔs


- malade depuis l'âge de 3-4 ans, je n'ai "découvert" la ventoline que vers 10 ans ! Bien sûr, j'ai maudit les médecins qui ne m'en avaient pas prescrit et j'ai béni celui qui l'a fait. Mais ce qu'il faut retenir, c'est qu'on peut survivre à une crise SANS ventoline, mais cette crise pourra durer jusqu'à 36 heures  :'(

Bronchites et crises d'asthme apparues vers le même age que toi. Je n'ai découvert la ventoline que vers l'age de 22 ans lors d'un EFR à Lariboisiere...
L'allergologue m'avait fait respirer un mélange d'air et d'allergènes (poussière de maison) ce qui avait déclenché une crise.
Sainte ventoline l'avait fait disparaitre en un instant.

Attention, à coté des crises d'asthme parfaitement visibles il y un asthme "sournois" au long cours qui n'est visible que lors d'un test d’expiration forcé. Traitement de fond de plusieurs années par symbicort dans mon cas.
les séquelles de l'asthme cela peut être aussi des petites bronches "sclérosées" à 50 % de manière irréversible et une capacité vitale normale.

Je me demande aussi si des piqures d'abeilles dans l'enfance peuvent entrainer une crise d'asthme violente à l'age adulte en cas de nouvelles piqures par guêpes ou frelon asiatique ?

09 avril 2013 à 19:32:19
Réponse #30

fry


Je me demande aussi si des piqures d'abeilles dans l'enfance peuvent entrainer une crise d'asthme violente à l'age adulte en cas de nouvelles piqures par guêpes ou frelon asiatique ?

Le fait d'avoir été piqué dans l'enfance peut ne rien entraîner si tu n'es pas allergique. Si tu l'es, oui à ce moment une piqure d'hyménoptère ( abeille, guêpe, frelon ) peut déclencher une réaction allergique, et l'un des signes de l'anaphylaxie est le bronchospasme ( effets similaires à une crise d'asthme traditionnelle avec sifflements et difficultés respiratoires ). Ce sont des symptômes possibles mais non obligatoires, qui s'associent souvent au reste ( oedème à l'endroit de la piqure, possiblement oedème de quincke, démangeaisons, éruption urticarienne, et au pire chute de la tension et troubles de la conscience qui sont des signes de particulière gravité ). Les gens sujets à de telles crises ne doivent pas partir en randonnée sans un kit auto-injectable d'adrénaline ( ANAPEN ) et leurs médicaments pour l'allergie.

09 avril 2013 à 19:48:50
Réponse #31

aliɔs


Le fait d'avoir été piqué dans l'enfance peut ne rien entraîner si tu n'es pas allergique. Si tu l'es, oui à ce moment une piqure d'hyménoptère ( abeille, guêpe, frelon ) peut déclencher une réaction allergique, et l'un des signes de l'anaphylaxie est le bronchospasme ( effets similaires à une crise d'asthme traditionnelle avec sifflements et difficultés respiratoires ). Ce sont des symptômes possibles mais non obligatoires, qui s'associent souvent au reste ( oedème à l'endroit de la piqure, possiblement oedème de quincke, démangeaisons, éruption urticarienne, et au pire chute de la tension et troubles de la conscience qui sont des signes de particulière gravité ). Les gens sujets à de telles crises ne doivent pas partir en randonnée sans un kit auto-injectable d'adrénaline ( ANAPEN ) et leurs médicaments pour l'allergie.

Un asthmatique a un terrain allergique.
Dans ce cas, est ce utile de savoir si on est sensibilisé au venin d'abeille afin de prendre des précautions ?
C'est une question que je n'ai jamais posé à l'allergologue que je voyais.

09 avril 2013 à 20:48:30
Réponse #32

fry


Un asthmatique n'a pas forcément un terrain allergique. Il y a des asthmes atopiques, et des asthmes non atopiques.

Par ailleurs, même quand c'est le cas, quelqu'un d'allergique n'est pas allergique à tout. On peut très bien gonfler comme une baudruche quand on mange des cacahuètes et ne rien faire du tout lorsqu'on est piqué par une guêpe, et inversement.
Le fait d'avoir une allergie à quelque chose ou simplement d'être asthmatique, n'est pas une indication a s'équiper pour une réaction anaphylactique à une piqure d'abeille si on a jamais eu de soucis auparavant avec les dites bestiolles.

L'atopie ( ou des pathologie comme l'asthme ) ne sont pas des facteurs connus augmentant les chances d'être allergiques au venin d'hyménoptère, qui atteignent autant les atopiques que les non atopiques. En somme, le risque de developper une réaction allergique à une de ces piqure est équivalent à une personne lambda de la population générale.

09 avril 2013 à 21:46:24
Réponse #33

aliɔs



06 juin 2016 à 08:50:39
Réponse #34

kikou92


Salut

Voici une publication sur les performances de la caféine en tant que broncho-dilatateur :

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmedhealth/PMH0010864/#!po=4.16667

J'imagine que les autres boissons cafeinées fonctionnent aussi.

A+

Alexis

06 juin 2016 à 09:59:17
Réponse #35

Troll


Hello,

Intéressante étude !  ;)

Il est précisé qu'elle est faite sur 7 échantillon de 75 personnes, soit 525 au total. Je ne fais pas partie du monde médical du tout, mais est-ce qu'un échantillon de cette taille est suffisant ? J'avoue que je pose cette question sans me rendre du tout compte :-\.

6 essais impliquant 55 personnes ont montré que des doses faibles (5 mg/kg) améliorent légèrement pendant 2h les capacités respiratoires des personnes souffrant d'asthme.

C'est une bonne chose de voir que des alternatives naturelles existent pour des "petites affections"

Autre méthode naturelle: les vapeurs d'huile essentielle d'eucalyptus ! ;)

Bien à vous,

Troll

Semper potest proficio

06 juin 2016 à 10:06:45
Réponse #36

bpc



 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité