Nos Partenaires

Auteur Sujet: Succédané ou solution naturelle de remplacement pour la Ventoline?  (Lu 31341 fois)

08 avril 2013 à 12:04:24
Lu 31341 fois

kovaks


Mon fils de 8 ans est asthmatique, parfois de façon assez sévère suite à un effort ou un milieu poussiéreux (chemin sec après le passage d'un véhicule ou autre). Il a reçu un traitement de fond qui a bien atténué les choses (Sérétide en inhalation) et a en permanence avec lui un spray de Ventoline, a l'efficacité redoutable en cas de crise.
Souci, ces sprays n'ont pas de "compteur", comme ceux de Sérétide, ce qui fait qu'on ne sait jamais vraiment où on en est. A la maison, j'ai en permanence un spray de secours, et j'en ai mis dans le fond de sac. Mais je cherche à savoir s'il existe une solution qui permette de calmer assez rapidement une crise d'asthme, j'avais dans l'idée des huiles essentielles, appliquées sur le torse, histoire de dilater les bronches comme le fait (je crois) la ventoline. Une bouteille d'HE, on voit son niveau, ça ne fuit pas de façon insidieuse, etc.
Tout retour d'expé sur ce sujet m'intéresse.
Merci.

08 avril 2013 à 13:06:59
Réponse #1

DavidManise


Ben...  pas très original mais il existe des brochodilatateurs autres que des sprays qui peuvent servir de backup aussi...  action plus lente, mais quand même bien réelle (ephedrine, etc.).  T'as aussi, tout bêtement, le café qui peut faire le boulot, surtout sur un gamin, faute de mieux, surtout sur un estomac vide (absorption plus rapide).

Sinon, les fishermen's friend, ça dégage pas mal aussi mais faut qu'il tolère le goût qui est le chaînon manquant entre la brûlure d'azote liquide et une saveur ;#

Ciao ;)

David
"Grand, gros, lourd, sale, fort et bête" ;)

Stages survie CEETS

08 avril 2013 à 13:08:34
Réponse #2

mrfroggy


Et le truc de respirer dans un sac ? ça a une utilité ?
Les Hommes qui sont nés pour jouir véritablement de la vie font ce qui leur plaît, à l’heure où cela leur plaît, et ne perdent pas leur temps à prévoir l’avenir, à se garer de catastrophes imaginaires. (Alfred Capus)

08 avril 2013 à 13:57:54
Réponse #3

soyot


Et le truc de respirer dans un sac ? ça a une utilité ?
Oui ... mettre un terme définitif aux souffrances de l'asthmatique.

Blague à part, pour essayer d'expliquer à ceux qui ont la chance de ne pas être asthmatiques : il faut imaginer qu'on doit respirer à l'aide d'un spaghetti qu'on aurait perforé avec une fine aiguille (un macaroni serait un luxe). Il s'agit de fournir un effort considérable et épuisant pour remplir péniblement sa cage thoracique.

L'asthmatique manque d'oxygène et je ne pense pas qu'il soit sage de l'en priver.
Il me semble que l'usage d'un sac en plastique est recommandé à des gens en état d'hyperventilation de type spasmophilie (je ne suis pas médecin et tout cela est à confirmer par un homme / une femme de l'art).

Je suivrai ce fil avec intérêt car si le temps anticyclonique s'installe au printemps, les asthmatiques et autres allergiques ne sont pas à la fête. Et ce serait un confort certain d'avoir en permanence à portée de main un remède efficace.

D'autre part un médecin m'avait dit il y a quelques années qu'il ne fallait pas abuser de la ventoline car il y avait risque de "cristallisation des bronches" (sic).
Un autre médecin m'a dit que ce type de produit avait aussi pour effet d'accélérer le rythme cardiaque.

@ suivre

08 avril 2013 à 14:13:51
Réponse #4

mrfroggy


J affirme rien  :) , mais j ai vu un gamin le faire dans une grande surface alors qu il avait du mal a respirer , j ai pensé qu il était asthmatique, a tort alors..
desolé ..
Les Hommes qui sont nés pour jouir véritablement de la vie font ce qui leur plaît, à l’heure où cela leur plaît, et ne perdent pas leur temps à prévoir l’avenir, à se garer de catastrophes imaginaires. (Alfred Capus)

08 avril 2013 à 15:00:29
Réponse #5

Bomby


Mon fils de 8 ans est asthmatique, parfois de façon assez sévère suite à un effort ou un milieu poussiéreux (chemin sec après le passage d'un véhicule ou autre). Il a reçu un traitement de fond qui a bien atténué les choses (Sérétide en inhalation) et a en permanence avec lui un spray de Ventoline, a l'efficacité redoutable en cas de crise.
Souci, ces sprays n'ont pas de "compteur", comme ceux de Sérétide, ce qui fait qu'on ne sait jamais vraiment où on en est. A la maison, j'ai en permanence un spray de secours, et j'en ai mis dans le fond de sac. Mais je cherche à savoir s'il existe une solution qui permette de calmer assez rapidement une crise d'asthme, j'avais dans l'idée des huiles essentielles, appliquées sur le torse, histoire de dilater les bronches comme le fait (je crois) la ventoline. Une bouteille d'HE, on voit son niveau, ça ne fuit pas de façon insidieuse, etc.
Tout retour d'expé sur ce sujet m'intéresse.
Merci.

Salut Kovaks,

je me permets de renvoyer vers ce fil, non indexé à ce jour, mais consacré, déjà, aux éventuelles alternatives à la ventoline pour traiter une crise d'Asthme, et dans lequel pas mal de choses intéressantes ont pu être dites et même discutées : http://www.davidmanise.com/forum/index.php/topic,52748.0.html.

Il ne semble pas qu'il y ait de réelle alternative aux bronchodilatateurs à action rapide, encore  moins si l'on en cherche une rapide et facile à mettre en œuvre...

Cependant, comme le rappelait Fry dans cet autre fil :

Citer
(...) Le premier traitement de la crise d'asthme n'est pas la ventoline, c'est avant toute chose l'éviction du facteur déclenchant ( éloigner l'allergène si c'est possible, s'éloigner d'une exposition éventuelle aux irritants etc... ) car il est un peu dommage de traiter les symptômes si la cause est toujours là, et effective. Après ces mesures de bon sens il est évidement temps de passer rapidement au pshit magique comme le veulent les protocoles thérapeutiques connus de tous.  (...)
.

C'est apparemment bête à dire, et pas forcément si simple que ça à faire en pratique, mais c'est un premier réflexe pratique que l'on peut malgré tout parfois oublier...

Et sinon, à toutes fins utiles, mais en sachant que chaque prescription est particulière et que ce qui va à l'un ne va pas forcément à l'autre, on m'a prescrit depuis quelques mois du Symbicort, à prendre par inhalation quand on commence à être gêné ou en préventif, et qui a un compteur de doses... Avant j'avais sur moi en permanence de la ventoline, plus un traitement de fond régulier, maintenant je n'ai plus que ça. Si j'ai bien compris c'est censé remplacer les deux et ça fonctionne... En tout cas pour moi...

Cordialement,

Bomby

08 avril 2013 à 15:58:38
Réponse #6

gargle


la ventoline a clairement un effet sur le rythme cardiaque.
ancien asthmatique, je faisais des tests de souffle sans et avec, et il faut un bon 1/4 d'heure pour redescendre et se calmer (on parle super vite et on saute partout ...)

en remplacement, le sérétide seul me suffit, avec une gestion du souffle - profonde inspiration + expiration (attention, le bruit a l'expiration peux faire peur aux autres, généralement, je me "cache" .... (bruit pas loin du sifflement d'agonie d'une hyène :D)

Un copain motivé (pas eu le courage ....) a fait de la courses a pied en coupé, pour augmenter son souffle, et il a réussi a se sortir de l'asthme comme ca.
moi, j'ai eu de la change que ca "presque" disparaisse à la puberté.


A défaut de ventoline, quand j’étais en crise, je passait la tête dans le congélateur : l'air très froid me faisais du bien
Contrairement a ce que j'ai entendu, respirer de l'air chaud et humide, .... j'aimais pas DU TOUT ...
En crise, je me tenais très droit et je marchais (en rond, dans une pièce, ou mieux dehors - air frais)
si j'avais des conifères sous la main, je récupérais une branche et respirais l'odeur. ça marchait mieux avec les pignes de pin fraiches.
en cas de contact avec de la poussière, j'utilisais des masques anti-poussière ou alors je me lavais le visage et les bras a l'eau froide
Pour la ventoline, en le secouant, on peux deviner la quantité qu'il reste avec le mouvement dedans. si ça bouge quasi pas --> vide
Bien penser à pulvériser la ventoline lors de l'inspiration, et bloquer la respiration 10s, pour que ça se pose dans les bronches


et bon courage au petiot, c'est vraiment pas drole la sensation de crise ... :/
(genre on respire a travers un tout petit tuyau, avec un adulte assis sur la cage thoracique ...)

08 avril 2013 à 16:52:50
Réponse #7

Raolux


D'après ma propre expérience (je suis asmathique depuis des lustres) et d'après ce que j'en ai lu :
- pas de réel alternative aux bronchodilateurs à effet rapide (mais j'ai aussi entendu parler du café trés fort).
- la crise d'asthme se matérialise aussi par des spasme ; parmi les anti-spasmodique, on peut citer le thc (cannabis) mais comme son inhalation se fait 99% des fois via de la fumée... maintenant si tu peux mettre la main sur de l'huile de thc, je pense que ça marchera.
- LA C'EST UNIQUEMENT MA PROPRE EXPERIENCE QUI PARLE : apprendre à bien respirer ! Instinctivement, lorsqu'on est en détresse respiratoire, le reflexe est de chercher à inspirer toujours plus. C'est une erreur ! Il faut focaliser son attention sur l'expiration. Une bonne expiration permettra de vider les poumons de l'air vicié ; son remplissage par du bon air sera alors nettement plus aisé.

08 avril 2013 à 17:10:21
Réponse #8

gargle


HE de THC, faut oser sur un gamin de 8 ans ... :o
perso, je préfère encore la ventoline ...

+1 avec l'expiration profonde, l'air qui sort sera forcément remplacé par de l'air frais (il y a juste les bruits étranges lors de l'expiration .....)

08 avril 2013 à 17:30:33
Réponse #9

Raolux


HE de THC, faut oser sur un gamin de 8 ans ... :o
perso, je préfère encore la ventoline ...

+1 avec l'expiration profonde, l'air qui sort sera forcément remplacé par de l'air frais (il y a juste les bruits étranges lors de l'expiration .....)
Oui, je sais, pour le thc, c'est border line, mais c'est une succédané qui existe...

Concernant la focalisation sur l'expiration, elle doit rester mesurée ; ne pas "forcer" le malade à faire des longues expi (ça risque d'augmenter son angoisse et donc la crise) , mais plutôt l'inciter à bien expirer dès qu'il le peut.

08 avril 2013 à 18:22:13
Réponse #10

Bomby


D'après ma propre expérience (je suis asmathique depuis des lustres) et d'après ce que j'en ai lu :
- pas de réel alternative aux bronchodilateurs à effet rapide (mais j'ai aussi entendu parler du café trés fort).
- la crise d'asthme se matérialise aussi par des spasme ; parmi les anti-spasmodique, on peut citer le thc (cannabis) mais comme son inhalation se fait 99% des fois via de la fumée... maintenant si tu peux mettre la main sur de l'huile de thc, je pense que ça marchera.
(...)

Là, on retrouve entre autres choses la différence, certes un peu induite par la question de départ,  entre principes actifs et médicaments.

Je ne suis pas pharmacologue ni pharmacien, mais il me semble avoir compris qu'un médicament c'est un ou plusieurs principes actifs préparés, dosés et conditionnés pour un usage thérapeutique spécial, délivré avec une posologie, des indications, des contre-indications, etc... Un principe actif, c'est un principe actif et c'est tout, à chacun ensuite de se débrouiller pour connaître propriétés, toxicité, dosage, indication, contre-indications, etc...

C'est pour ça qu'on a inventé les médicaments, qu'on a prévu pour eux un régime spécifique de mise sur le marché et de distribution, et qu'il n'est pas si simple de les remplacer par des produits divers qu'on se procurerait soi-même, même si on rêve tous de trouver l'universelle panacée au fond de son jardin pour la boire en tisane...

Le THC, c'est un (p*tain de) principe actif, avec une dose active apparemment très variable d'une personne à l'autre et selon le mode de consommation ou d'administration.

C'est évidemment plutôt "touchy" de suggérer d'en administrer pour un tel usage, quand bien même certaines propriétés du produit paraîtraient ici intéressantes...

Sans même parler de la disponibilité pratique et légale du produit, qui me semble a priori nettement inférieure à celle de la Ventoline...

Je pense que la question initiale est plus celle de la recherche d'un expédient facilement disponible, facile à utiliser, et qui s'il ne fait pas de bien au moins ne risque pas de nuire...

Pas sûr que ça existe, mais avec un tel "cahier des charges", je pense qu'on peut probablement exclure le THC, non ?

Cordialement,

Bomby

EDIT : au fait, je déplace le fil dans "Premiers Secours et Santé", qui finalement est plus approprié...
« Modifié: 08 avril 2013 à 18:29:37 par Bomby »

08 avril 2013 à 18:45:25
Réponse #11

aliɔs


D'après ma propre expérience (je suis asmathique depuis des lustres) et d'après ce que j'en ai lu :
- pas de réel alternative aux bronchodilateurs à effet rapide.

Idem pour moi.
Je ne connais aucune alternative "naturelle" pour traiter une crise d'asthme.
Personnellement, l'aérosol de ventoline a toujours été périmé avant qu'il soit entièrement vide.



08 avril 2013 à 18:51:06
Réponse #12

fry


Clairement Kovaks, si on est dans une situation où le tube de ventoline est vide et que tu cherches un moyen de juguler efficacement une crise d'asthme, la solution est tristement simple et limitative: un autre tube de ventoline.

La crise d'asthme est un phénomène immédiat qui a besoin d'une réponse immédiate, un rôle que la plupart des molécules ne peuvent assumer en dehors des béta2-mimétiques ( la ventoline ).
L'effet tachycardisant des béta2 est une réalité mais reste très minime par voie inhalée. Lorsqu'en pleine crise tu es tachycarde, le responsable est moins la ventoline prise à l'instant, que la résultante de ton corps lutant contre l'hypo-oxygénation entraînée par un spasme des muscles lisses bronchiques et l'angoisse / les efforts respiratoire qui vont avec. La molécule est bien plus tachycardisante en intra-veineux, mais on l'administre très rarement sous cette forme, dans les asthme aigu graves, et la supériorité de cette voie est non démontrée.

A aucun moment tu ne dois mettre dans ta tête la balance " prendre ma ventoline / être pris de tachycardie ", c'est un effet auquel il ne faut même pas penser, c'est la ventoline et oublions le reste.

Le cas du symbicort: il combine deux médicaments, un B2-mimétique longue durée ( qui agira immédiatement ) et un corticoïdes ( a long délai d'action donc qui agira bien plus tard ). Le symbicort est utilisé chez les personnes dont l'asthme est bien connu dans sa chronicité et chez qui on sait que le dosage de Béta2 sera suffisant pour juguler la crise, ce n'est pas un médicament de première intention chez un autre quidam.
Dans une crise aigüe, un asthmatique lambda doit prendre de la ventoline, tous les médicaments parfois prescris en annexe notamment les corticoïdes ( solupred, celestene chez les petits ), mettront 1h30 à plusieurs heures à atteindre une concentration plasmatique efficace, et à peine mieux par voie inhalée, c'est véritablement la ventoline qui remplira à elle seule l'action immédiate sur la crise aigüe.

Il ne faut pas minimiser l'efficacité de la ventoline ( = des béta2 ), qui souvent a elle seule sort de la plupart des situations ( y compris dans les pires situations comme les asthmes aigus graves ). C'est simple à transporter, la prise est aussi très simple en auto-médication, il ne faut jamais l'oublier lorsqu'on est susceptible d'en avoir besoin, et en avoir une de secours au fond du sac est en effet la meilleure solution.

Le cas du sac en papier: respirer dans un sac en papier est le traitement de l'attaque de panique / la crise de spasmophilie. Dans ces moments de grande panique où les victimes se mettent à hyperventiler ( sans aucun spasme bronchique ni pathologie pulmonaire sous-jacente ), l'accélération de la fréquence respiratoire les mènent à chasser trop de CO2 et se retrouver en hypocapnie ( manque de CO2 dissout dans le sang à l'état physiologique ). C'est cette hypocapnie qui est responsable de tous les signes de la crise ( tétanies, fourmillements, oppression thoracique ) et permet son entretien dans un cercle vicieux. Pour briser le cercle, respirer dans un sac permet de ré-ihnaler son CO2, tout en conseillant à la victime de se calmer et de ralentir sa respiration.

Ce n'est pas du tout le traitement de la crise d'asthme bien sûr, le problème n'est pas le même, et une personne en pleine crise d'asthme aura effectivement besoin d'être placée assise ou semi-assise et de respirer le bon air pur au maximum... avant l'indispensable et rapide prise de ventoline, et après avoir écarté si possible / si identifié l'agent responsable ( allergène, irritant ).
« Modifié: 08 avril 2013 à 19:19:48 par fry »

08 avril 2013 à 19:10:51
Réponse #13

Anke


Fry +1 !
La ventoline est un médicament de l'urgence.
Supprimer le facteur en amont est un geste de prévention ( ne pas se mettre en situation qui pue) en terme d'anticipiation.
Les spray de ventoline sont( me semble-t-il) pré-dosé ( bouffée par bouffée). Que ce principe actif soit tachycaridsant ? Bon, ben il est tachycardisant et alors ? Le but c'est d'arriver à respirer en dilatant des bronches par lesquelles y'a plus rien qui passe... On est dans une situation où on a pas trop le temps de papoter des dernières nouvelles du JT de 20 h...

Quand au THC... Ben voyons un mars et 100 balles aussi ? Un mois de fixation dans la substance grise du cerveau avec risques secondaires de schizophrénie irréversible ( oui, même avec un seul "pet", allez voir les études danoises, c'est à la fois édifiant et terrifiant !).
Alors quand les bronches sont "fermées", que la patient( ou le gamin en l'occurence) commence à devenir tout bleu et perdre conscience ( ben oui, le cerveau, ça fonctionne à l'oxygène et au glucose, c'est le sang qui transporte l'O2, et l'O2 on le trouve où ? Ben dans le poumon... et par où ça passe ? Par les bronches ...bravo, note sympathique concurrent revient en deuxième semaine !), les huiles essentielles et autres, mes genoux ! Faut "ouvrir" pour que ça passe...
Donc Ventoline, point barre...
Dans un contexte d'urgence hein !
« Modifié: 08 avril 2013 à 19:21:08 par Anke »

08 avril 2013 à 21:00:08
Réponse #14

inzemix


Ancien asthmatique, et ex-consommateur de substances illicites contenant du THC, je vais faire mon retour dessus.
L'époque ou j'ai beaucoup fumé c'est a peu près l'époque ou l'asthme commençait a me laisser tranquille (Aujourd’hui, je me rappelle même plus de quand date la dernière crise).
Donc, a cette époque ou je fumais trop, j'ai eu un soir une crise d'asthme (je rappelle pas les signes, tous les gens faisant de l'asthme connaissent) j'ai roulé un joint, tiré 2-3 lattes, et le résultat est que la crise s'est arrêtée au bout de 5 minutes. Je dis pas que c'est que le THC qui a fait son oeuvre, ou un des additifs broncho-dilatateurs contenu dans le tabac que je mettais dans mes joints a l'époque, mais le résultat est la, la crise s'est arrêtée (un peu moins vite qu'après une bouffée de ventoline, mais comme j'étais en rémission a l'époque, j'avais plus de ventoline). Je pense aussi que l'effet "relaxant" a aidé, mais je peux dire que POUR MOI, CETTE FOIS LA, ca a fonctionné (j'avais déjà lu des études montrant l'effet broncho-dilatateur du THC a cette époque). Alors, effet placebo, tabac plein d'additif, THC, je sais pas, mais ca a fonctionné.

08 avril 2013 à 22:20:55
Réponse #15

kovaks


Okay.
@DM : Le fisherman, c'est pas con, mais en état de manque d'air, je crains que le loupiot ne soit pas heureux de faire ce genre d'expérience culinaire assez surprenante. ;#
@Bomby, merci pour le fil, lu avec attention.
@Fry, merci pour l'explication; je ne me suis jamais posé de souci concernant la tachychardie induite par la ventoline, vu que le minot est déjà en tachychardie quand la crise est sévère, ce qui est logique. Je retiens donc qu'hormis la Vento, point de salut. J'ose espérer qu'à sa puberté, cette saloperie passera. Le seul point positif est qu'il a des putains de carrés de chocolat en lieu et place des abdos, les filles adoreront...
Un truc impressionnant, et je pense que tous les asthmatiques le connaissent, c'est que mon fiston a appris/compris *seul* la respiration "qui va bien". Il a une technique assez étrange, regard assez fixe (introspection type yoga je pense, où il se concentre sur l'endroit qui ne va pas, à savoir son diaphragme. Disons que c'est ce que j'ai traduis de son explication), corps très droit, doigts tendus, paumes ouvertes. Je ne lui ai jamais montré ce genre de truc, pratiquant pourtant beaucoup l'apnée et la détente associée. Un asthmatique sévère doit trouver, j'imagine, à force de tâtonnements, comment il est le mieux.
Le THC, bon, merci mais je vais éviter. 8 ans, et je fais en sorte de lui expliquer pourquoi éviter les paradis artificiels, donc bon. Mais bon à savoir quand même en situation "hard". Même si j'imagine mal le môme tirer une latte tant celà me semble inconsciemment aller à l'encontre de sa soif d'air.
Je retiens donc qu'hormis la Vento, point de salut. J'ose espérer qu'à sa puberté, cette saloperie passera. Le seul point positif est qu'il a des putains de carrés de chocolat en lieu et place des abdos, les filles adoreront...

Merci à tous pour les différentes réponses.

08 avril 2013 à 22:29:58
Réponse #16

Maximil


La meilleure chose à faire est d'apprendre à s'en passer. Ne serait-ce que pour le cœur, car la ventoline est une sal...... . Apprendre à rester dans une crise avec de la ventoline à côté mais sans s'en servir est bien aussi: permet de moin stresser le jour où on en a besoin mais que l'on en n'a pas. Mais très dur psychologiquement car la difficulté à respirer épuise vite et avec la fatigue, le stress monte.
Ah si, un truc que j'ai remarqué, l'usage de la ventoline entraine l'usage de la ventoline. C'est addictif, d'une manière ou d'une autre.
Fabrication maison de stylo-plume , roller , bouchons de bouteilles , kubotan , koppo-stick etc... http://maximil.chez-alice.fr/index.htm
Photographies de Maximil
Patines de chaussures de Maximil

09 avril 2013 à 06:45:53
Réponse #17

Ulf


1 je ne suis pas pharmacien
2 les plantes citées sont mortelles


Datura officinale
Les feuilles de la datura étaient utilisées jusqu'en 1990 pour des préparations en pharmacie sous forme de poudre à inhaler. Action sédative, broncho dilatateur.

Jusquiame noire
Autre plante à effet anti asthmatique (et sédatif), dont les feuilles on été utilisées jusqu'en 1990.


09 avril 2013 à 07:03:58
Réponse #18

inzemix


Je ne connais pas la jusquiame noire, mais j'ai fait pas mal de recherches sur la datura (j'en ai trouvé des pieds dans mon jardin, et ayant un p'tit bout, je me suis posé des questions sur la toxicité des plantes présentes dans mon jardin), et c'est super dangereux, les alcaloïdes présents dans la plante sont très dangereux, et le problème d'un dosage thérapeutique c'est que la concentration d'un plant a l'autre de ces alcaloïdes peut être très différente, fonction du lieu ou la plante a poussé, des souches génétiques, etc.
Comme avec la plupart des plantes pouvant servir de remède, donc beaucoup de prudence avec la datura !

09 avril 2013 à 08:49:56
Réponse #19

gargle


+1 avec l'effet addictif

j'avais aussi des copains qui prenait de la ventoline avant le sport (surtout les courses), histoire d’être au top ... :down: :down:
ha, la période ado ...

Pour ma part, je prenais la ventoline que en dernier recours, j'essayais d'abord le froid, les conifères, ..... et si rien ne marchait --> ventoline.
à l'heure actuelle (34 ans), je n'ai même plus de ventoline sur moi (pas bien, je sais ...) mais je n'ai pas fait de crise non plus depuis au moins 3 ans (et ça n'a même pas nécessité la ventoline)
J'espère pour lui que ça passera a la puberté, par contre, il va hériter du pote à l'asthme : l’eczéma ... (mais rien à voir en terme de gène)
Et il risque de faire des allergies. (les filles aiment moins les yeux gonflés, mais les tablettes de chocolat permettent de compenser ;) )

Si des questions particulières, tu peux me MP.

09 avril 2013 à 09:21:36
Réponse #20

Raolux


Le THC, bon, merci mais je vais éviter. 8 ans, et je fais en sorte de lui expliquer pourquoi éviter les paradis artificiels, donc bon. Mais bon à savoir quand même en situation "hard". Même si j'imagine mal le môme tirer une latte tant celà me semble inconsciemment aller à l'encontre de sa soif d'air.
J'ai cité ce succédané pour mémoire en insistant sur le fait que l'idéal serait une administration sans passer par la fumée (hypothèse rare, donc).
Je retiens donc qu'hormis la Vento, point de salut. J'ose espérer qu'à sa puberté, cette saloperie passera.
Encore une fois si je me base sur ma propre expérience d'asthmatique :
- malade depuis l'âge de 3-4 ans, je n'ai "découvert" la ventoline que vers 10 ans ! Bien sûr, j'ai maudit les médecins qui ne m'en avaient pas prescrit et j'ai béni celui qui l'a fait. Mais ce qu'il faut retenir, c'est qu'on peut survivre à une crise SANS ventoline, mais cette crise pourra durer jusqu'à 36 heures  :'(
- Après avoir découvert cette ventoline, je ne m'en séparais plus et, force est de constater, que j'avais tendance à l'utiliser de plus en plus souvent. Ce n'est que vers 18 ans qu'un médecin m'a prescrit un EFR (examen fonctionnel respiratoire se déroulant à l'hôpital) ce qui a permis de déboucher sur un traitement de fond réellement efficace ; lors de cet EFR, le médecin m'a dit que mes poumons avaient une capacité corespondant à 30% de ce qu'ils auraient dû avoir ... :down:. Il m'a dit d'essayer ce nouveau traitement et de revenir "dans 2 mois" pour faire le point. Deux mois après, cette capacité était passée à ... 80%  :doubleup: Depuis, le temps est passé, je ne me ballade plus avec la Ventoline et j'ai diminué fortement les doses du traitement de fond.

KOVAKS assure toi que ton fiston bénéficie du traitement de fond qui lui convient bien.

09 avril 2013 à 10:24:46
Réponse #21

kovaks


Ce n'est que vers 18 ans qu'un médecin m'a prescrit un EFR (examen fonctionnel respiratoire se déroulant à l'hôpital) ce qui a permis de déboucher sur un traitement de fond réellement efficace ; lors de cet EFR, le médecin m'a dit que mes poumons avaient une capacité corespondant à 30% de ce qu'ils auraient dû avoir ... :down:. Il m'a dit d'essayer ce nouveau traitement et de revenir "dans 2 mois" pour faire le point. Deux mois après, cette capacité était passée à ... 80% 

Je retiens l'idée de l'EFR. Le traitement de fond au Sérétide a grandement amélioré les choses, mon fils a nettement moins de crises. Mais elles sont toujours assez intenses.

Ah, un truc important, pour ceux qui auraient des enfants touchés par cette cochonnerie (ou une autre, d'ailleurs). Ceci pourrait peut-être faire l'objet d'un autre fil mais j'hésite, dont acte.

Quand un môme se fait admettre à l'école, ou en garderie du Mercredi, ou en colo, ou ailleurs, les parents remplissent un questionnaire médical. De ce que j'ai vu... celui-ci ne sert à rien, il n'est pas lu. Nous avions indiqué que notre fils était asthmatique. Le premier jour de la garderie du Mercredi, je vais chercher le môme à 17h. Pas de gosse dans la cour. Je demande à une surveillante, qui m'indique qu'il est à l'intérieur avec d'autres. En fait les autres jouent, et le mien est assis dans son coin, en bout de salle, cyanosé jusqu'au trognon, pâle, les lèvres et le bout des doigts bleus, en pleine crise, la plus carabinée que j'ai jamais vue. Le stress du nouveau milieu+pas mal de poussière. J'ai chopé mon môme dans mes bras et passé en même temps un savon aux surveillantes, en leur expliquant que cette couleur là chez un gosse, c'était tout sauf normal, qu'on leur filait des mômes, pas des schtroumphs! Ensuite décalage vitesse grand V au CHU, urgences pédiatriques, et le pauvre môme est mis direct sous tente à oxygène avec Ventoline sous pression. 15 minutes plus tard, le fiston faisait le con dans la tente, tout sourire, et rose au lieu de bleu.
Le lendemain, j'ai été hurler en mairie et à la direction du centre. Aucun membre du personnel ne savait que le môme était asthmatique. Aucun membre du personnel ne s'en était soucié. Aucun ne lui avait prêté assistance, ou n'avait eu l'idée de m'appeler. Aucun n'était formé aux premiers secours. Multiplication de conneries qui aurait pu être dramatique. Coup de chance, c'était des dames, sinon j'aurais bien secoué quelques tronches. >:( Donc, si votre enfant a une pathologie, n'hésitez pas, sans tomber dans la trouille irraisonnée, à prévenir de visu le personnel. Les dossiers... C'est dans des tiroirs.

09 avril 2013 à 10:51:18
Réponse #22

Raolux


Ah, un truc important, pour ceux qui auraient des enfants touchés par cette cochonnerie (ou une autre, d'ailleurs).
Pour relativiser un peu (et aussi, peut-être parceque je n'ai pas le choix), j'aime me dire que, comme rien n'est tout blanc ou tout noir, cette maladie m'a aussi apporté des choses positives  :blink:
Indépendament des idées de vieilles dames que j'ai pû entendre selon lesquelles les asthmatiques vivaient + vieux que la moyenne, il me semble que pas mal de "maîtres" d'art martiaux étaient reconnus asthmatiques (de mémoire, Yp Man ou encore Wang Xiang Zhaï). Personnellement je sais que les nombreuses heures passées à chercher désespérément de l'oxygène m'ont permis de faire de vraies introspections, de cogiter sur pas mal de choses de la vie, de maudir l'éventuel Dieu, pour, ensuite, lui pardonner...
Mais c'est vrai que, quand on est un môme, on a peut-être mieux à faire que de gérer ces considérations métaphysiques imposées.

09 avril 2013 à 11:01:50
Réponse #23

fry


Il y a des confusions dans ce que vous dites, attention à ne pas confondre les thèmes et les objectifs.

On peut sortir d'une crise sans ventoline, c'est certain ( fut une époque le médicament n'existait pas ). Mais à contrario on peut mourir d'une crise, alors que quelques simples inhalations de ventoline auraient jugulé le problème ( pour rappel, a peu près 100% des crises d'asthmes aigu graves mortelles en France - un peu plus de 1000 par an - étaient évitables ).

En effet on peut prendre de la ventoline pendant des lustres, et ne pas sortir de son asthme tant qu'on a pas un traitement de fond ou des mesures appropriées, mais qu'on s'entende bien là dessus, ce n'est pas son but. La ventoline est un médicament qui doit être vu comme un outil quotidien vous protégeant des crises, ce n'est pas le traitement de l'asthme en lui-même.

La ventoline améliore considérablement le confort de vie d'un asthmatique ( je repense au récit de Kovaks et de son fils tout bleu au fond d'une cours ), et pour les adeptes des très grosses crises, c'est un médicament simple qui peut sauver la vie ( alors là dans le thème survie du forum, on peut tout à fait dire que c'est un outil de survie en cas de sortie loin des grandes villes ).

La ventoline n'est en revanche pas une molécule pharmacologiquement addictogène ( comme peut l'être le tramadol, les opioïdes / morphiniques ou d'autres molécules ), mais c'est son efficacité immédiate et très significative qui peut inscrire chez la personne un " besoin " psychologique de la ventoline miracle, sans qu'une réelle dépendance physique n'existe.

C'est aussi un médicament très sûr, surtout par voie inhalée ou le passage systémique ( concentration dans le sang ) est réel et significatif mais très faible en comparaison des passages intra-veineux. Les seuls gros soucis pour la santé concernant la ventoline se sont retrouvés dans de rares cas publiés ( notamment un " case report " de toxicomane avec une pathologie cardiaque très lourde et des troubles du rythme, ayant utilisé de la ventoline n'importe comment et sans arrêt à des doses inutilement élevées, un cas rarissime ), et chez des sujets atteints de très lourdes co-morbidités notamment cardiaques. En dehors de ça ( et en dehors des gens naturellement intolerants à cette molécule ), c'est un excellent médicament très sûr, et qui n'est de toute façon pas fait pour être votre traitement de fond, c'est simplement un traitement d'appoint des crises.

Ne diabolisez pas ce qui peut vous aider aussi simplement et efficacement. Si on devait jeter toute la médecine à la poubelle et tous ses nombreux médicaments à l'utilité discutable et de moins en moins remboursés, la ventoline devrait être un des rares rescapés.

Kovaks: ton histoire fait froid dans le dos, je ne sais pas moi-même comment j'aurais réagis ni jusqu'où je serais allé ( menaces de poursuites ou autres ), quand on garde des petits sous sa responsabilité on peut s'attendre à un minimum de compétences et de qualifications du personnel dans le domaine des premiers secours, c'est une histoire qui j'espère leur servira d'électrochoc.

09 avril 2013 à 12:02:52
Réponse #24

kovaks


Kovaks: ton histoire fait froid dans le dos, je ne sais pas moi-même comment j'aurais réagis ni jusqu'où je serais allé ( menaces de poursuites ou autres ), quand on garde des petits sous sa responsabilité on peut s'attendre à un minimum de compétences et de qualifications du personnel dans le domaine des premiers secours, c'est une histoire qui j'espère leur servira d'électrochoc.
Je n'ai pas "porté le pet" plus loin que deux gueulantes épiques ;# en mairie et à la direction du centre d'accueil. Je n'ai même pas fait de courrier. Je crois que j'ai vraiment eu très peur ce jour-là, et que de toute façon je ne suis pas un procédurier dans l'âme. J'ai préféré "éduquer" endémonatnt verbalement les personnes responsables, j'espère avoir réussi, même si je n'en suis pas certain. J'ai aussi prévenu quelques parents que je connaissais. J'avais prévenu d'autres de faire gaffe, de ne pas croire aux papiers. Mon môme était vivant, c'était tout ce qui importait. S'il en avait été autrement, j'aurais là aussi réglé le problème autrement. Bref.

Petite question, Fry, le spray de Ventoine est-il "étanche", risque-t-il de perdre son contenu avec le temps (temps < 2 ans, je vérifie quand même de temps à autres)? Merci.

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité