Nos Partenaires

Auteur Sujet: Adapter son entraînement de SD à son éthique personnelle...  (Lu 2068 fois)

22 mars 2013 à 14:55:11
Lu 2068 fois

Bomby


Salut,

en reparcourant récemment un fil déjà un peu ancien mais plutôt intéressant, j'ai été frappé par un point, soulevé par Serge à travers une citation, mais qui n'avait alors été développé ni repris par personne dans la discussion : http://www.davidmanise.com/forum/index.php/topic,39582.msg352118.html#msg352118 (et notamment pas par moi !).

Ce point, tiré par Serge d'un article de Rory Miller que l'on peut trouver ici : http://chirontraining.blogspot.fr/2010/10/few-tired-notes.html, est celui de la nécessité d'adapter ses pratiques d'entraînement, ses drills, à ses convictions profondes et à sa personnalité profonde, à son éthique personnelle :
Citer
Ethics is integral to combat.  If you train without regard for your personal internal beliefs, you will freeze.
.

A défaut, le risque est très élevé d'être pétrifié au moment de devoir passer à l'action, ce qui peut se comprendre a priori assez facilement s'il s'agit d'une contradiction profonde entre l'action que l'entraînement devrait nous pousser à mettre en œuvre et le ressort profond qui nous anime pour cette action a priori difficile.

De mémoire, on a déjà évoqué de façon récurrente sur ce forum la nécessité pour la SP de se "personnaliser" une boite à outils limitée. Mais sauf erreur, cette question a toujours été abordée plutôt, d'une part, sur le plan de l'adaptation aux capacités physiques personnelles, d'autre part à propos d'une nécessaire évaluation contextuelle des risques auquel chacun peut être confronté.

Par ailleurs, a également été évoquée de façon récurrente la nécessité de s'entraîner à "lâcher la bête", à mobiliser des ressorts importants d'agressivité réactionnelle, en quelque sorte, tout en conservant cependant un certain discernement sur ce qu'on fait, au moins sur les instants critiques d'engagement et de désengagement ("switch on", "swith off"), le tout étant d'ailleurs généralement jugé comme particulièrement difficile.

Mais ici, Rory Miller met à mon avis au jour un point de complexité complémentaire en lien me semble-t-il avec les précédents: celui de faire concorder ce qu'on va "driller" avec notre personnalité  profonde, compte tenu notamment de notre caractère et de nos convictions, des principes moraux qui nous animent.

Pour caricaturer, si je ne drille que des réponses à risque de létalité très élevé face à tous mes scénarios d'agression alors que je suis très attaché au fait de préserver la vie, je me place probablement à l'avance dans une situation de contradiction qui risque d'être bloquante. Et ceci sans doute même si, par rapport à tel ou tel scenario d'agression ou à tel ou tel contexte de menace, une réponse à risque létal élevé peut être  rationnellement justifiée.

La réflexion que j'en retire est qu'au-delà des aspects techniques, contextuels, voire même juridiques de la personnalisation d'une boîte à outils de SD,  il me paraît important dans une perspective réaliste d'être relativement au clair à l'avance sur les "règles d'engagement" que l'on s'autorise au plan moral (ou éthique, si on préfère ce dernier terme) et de revisiter en conséquence avec cet éclairage ladite boite à outils...

Merci à l'avance des réflexions et éclairages que vous ajouterez !

Cordialement,

Bomby

EDIT : j'ai édité le titre pour passe de "adapter son entraînement de SD à ses convictions profondes..." à "adapter son entraînement de SD à son éthique personnelle"... A la réflexion, c'est une traduction moins littérale mais sans doute plus proche de l'esprit du propos initial de Rory Miller sur lequel ce fil est basé...
« Modifié: 22 mars 2013 à 17:37:43 par Bomby »

22 mars 2013 à 16:57:41
Réponse #1

Tonton Mike


Salut,

malheureusement sur un sujet comme celui-ci, seules les personnes ayant été personnellement impliquées dans des situations "à risques" (à prendre avec des pincettes, l'évaluation du risque étant propre à chacun) pourront apporter un signal plus ou moins concret. Sans l'avoir vécu, ça risque de spéculer beaucoup...

En ce qui me concerne, j'ai axé mon (très) modeste apprentissage sur mon caractère, je suis donc dans les lignes  :up:

Me connaissant, je ne suis pas partisan de la violence, je l'évite autant que possible, parce-que j'estime ne pas avoir les compétences pour engager un combat. Mais je suis extrêmement protecteur et impulsif quand on touche à "mes précieux"...
Du coup, si je suis seul, je cherche à me désengager d'une situation fâcheuse, soit en figeant la situation, soit en cherchant la fuite. Je ne considère pas ça comme étant lâche, juste intelligent, mais libre à vous de vous faire votre idée de la chose. J'ai donc bossé sur des dégagements sur clé ou sur prise, et chercher à mettre le BG hors d'état de nuire le temps que je prenne la poudre d'escampette.

Parallèlement, quand je suis accompagné de madame, famille, ami(e)s, je sais que j'ai tendance à "partir vite" si nécessaire. Du coup de ce coté là, c'est plus l'aspect dégagement d'une personne qui subit une prise, protection d'une personne au sol et si nécessaire, mise hors d'état de nuire du BG, mais pour une durée un peu plus longue...

Comme Bomby et les autres l'ont bien souligné, se connaitre in situ ça aide à faire les bons choix et à définir ses priorités, jusque-là ça m'a plutôt bien réussi.

Cordialement
 
« Modifié: 22 mars 2013 à 17:35:22 par Bomby »
"L'Homme est un animal brutal, violent et doué d'une raison. Mais l'Homme est un animal idiot qui fuit sa nature véritable plutôt que de l'accepter et de la réglementer."

22 mars 2013 à 18:50:56
Réponse #2

Rouri


@ Tonton Mike :)

Citer
Du coup, si je suis seul, je cherche à me désengager d'une situation fâcheuse, soit en figeant la situation, soit en cherchant la fuite. Je ne considère pas ça comme étant lâche, juste intelligent, mais libre à vous de vous faire votre idée de la chose

Peux-tu, STP, expliquer :  « soit en figeant la situation »

Que veux-tu dire par figer la situation?

Merci!

22 mars 2013 à 18:55:42
Réponse #3

bison solitaire


Le titre du fil pourrait être un objectif de formation, il manque peut-être toutefois un "critère de réalisation"...
L'éthique personnelle c'est bien, mais est-ce que ça suffit à adapter son entrainement?
Est-ce que notre éthique est adaptée à la société dans laquelle on évolue? (insécurité, climat ou sentiment, réalité; ou encore lois...)
Avoir une éthique personnelle "dure", est-ce utile si on perd notre boulot suite à une gestion de gérer un conflit conforme à notre éthique mais pas à celle de notre société...
"adapter son entrainement de SD à son éthique personnelle en tenant compte des critères légaux" (par exemple)
...

22 mars 2013 à 20:37:56
Réponse #4

Tonton Mike


@ Tonton Mike :)

Peux-tu, STP, expliquer :  « soit en figeant la situation »

Que veux-tu dire par figer la situation?

Merci!

Par le dialogue ou justement l'absence de dialogue + grand sourire niais, j'essaie de faire en sorte que la situation n'empire pas. Ça arrive souvent à la sortie des bars, de gens un peu trop imbibés qui veulent se prouver quelque-chose... Sans fuir, juste bien garder les yeux ouverts et un coup d'oeil sur l'environnement autour, attendre que le BG décide de retourner boire ou de rentrer chez lui.

you got it?  ;)
"L'Homme est un animal brutal, violent et doué d'une raison. Mais l'Homme est un animal idiot qui fuit sa nature véritable plutôt que de l'accepter et de la réglementer."

22 mars 2013 à 23:19:23
Réponse #5

Oim


C'est un beau sujet....

Je pense que la réponse est simple : il faut être une bonne personne et comme ça si quelqu'un veut nous nuire c'est que c'est une mauvaise personne et donc on est fondé à le détruire.

Je blague un peu mais c'est le fond de ma pensée.

Je développe un peu :
- Avant tout s'assurer que l'on n'est pas par ses paroles ou ses actes à l'origine du problème.
- Ensuite faire les efforts nécessaires pour calmer le jeu et pas se laisser emporter par son tempérament ou l'humeur du moment.
- Ensuite énoncer clairement les limites que l'on acceptera pas de voir franchies.
- Offrir, si possible, des alternatives.

Si malgré tout ça les limites sont franchies, alors avoir des "règles d'engagement" claires, établies à l'avance et indépendantes des particularités de chaque situation.(ça peut être le contact physique, la pénétration dans une zone de sécurité personnelle, etc..)

Et après il faut les outils adaptés.
C'est là qu'il est intéressant de réfléchir aux outils que l'on travaille en effet.
Car il peut être judicieux d'avoir autre chose que l'entrée en force qui ne finit que quand l'autre est à terre et qu'on l'écrase d'un coup de pied.
C'est pas forcément les techniques développées pour le parachutage derrière les lignes ennemies qui sont les plus adaptées à une longue vie dans une société telle que la notre ( notez que j'ai pas dit "en paix")

Si on le choix qu'entre "tout" et "rien", tout étant l'action hyper violente de survie parfois nécessaire et rien étant ne pas agir, on risque souvent de choisir tout quand cela ne sera pas justifiable et rien quand il faudrait absolument réagir à temps.

Donc, pour moi, un éthique personnelle c'est m'assurer que je ne cherche pas les problèmes et que je fais tout pour les éviter.
La SD adaptée à mon éthique c'est celle qui privilégie l'évitement mais qui laisse parler mon corps avec le minimum d'interférence de mon cerveau si mon corps à l'intuition qu'il est danger.
Là intervient l'entrainement Car l'entrainement et les expériences  apprendront  au corps les limites du passage du risque au danger et laisser parler le corps c'est lâcher les gestes répétés à l'entrainement.
C'est gestes doivent avoir pour but de nous protéger et de faire cesser la/les menace(s) pas de tuer ou détruire.
Tuer ou détruire ne peut qu'être une conséquence malheureuse des actions nécessités pour se protéger.
Si c'est un but alors on peut l'atteindre tout en manquant l'objectif de se protéger.

Comme on peut aussi se rater et finir du mauvais coté de l'histoire et ce dans tous les cas.

Donc avoir une attitude pacifiste et éteindre la raison dès que le corps se sent menacé car il se défendra mieux tout seul qu'avec les ordres d'un esprit que cet esprit se prenne pour Gandhi ou pour un commando/tueur/animal dangereux/etc..

Mon humble règle de conduite perso ...et au plaisir de vous lire sur ce sujet que je trouve fort intéressant.

 :huh: im
" The trouble with the world is that the stupid are cocksure and the intelligent are full of doubt. "  GrandMaster B.R.
"tous les survivalistes ne sont pas paranoiaques, mais b*rdel j'ai l'impression que tous les paranoiaques deviennent survivalistes..." Le taulier

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité