Nos Partenaires

Auteur Sujet: Fabriquer un arc simple en bois  (Lu 38532 fois)

14 mars 2013 à 17:59:50
Lu 38532 fois

Zecrow


En attendant un tutoriel en images dans des conditions "survie"  8) (patience !), voici ma traduction d'un article de Tim Baker, l'un des auteurs des livres Traditional Bowyer's Bible (TBB pour les intimes). Cet article est à mon avis le meilleur condensé d'informations pratiques qu'il m'ait été donné de lire pour réussir un arc simple. Thank you Tim !

Le texte original est paru sur le forum Paleoplanet puis sur le forum Tradgang http://tradgang.com/cgi-bin/ultimatebb.cgi?ubb=get_topic;f=2;t=000043. Une version proche existe dans le TBB volume 4. J'ai traduit plusieurs articles de Tim (avec son accord et celui de l'éditeur des TBB Jim Hamm) au profit du forum Webarcherie.
 

 
VOTRE PREMIER ARC EN BOIS
par Tim BAKER


Ce qui suit est la description de la réalisation d’un arc de 40-50lb, facile et rapide à équilibrer. Il est durable, précis et rapide et coûte environ six dollars à fabriquer.

La longueur de cet arc sera celle qui sépare les extrémités de vos doigts lorsque vous écartez les bras. Sa forme de profil est celle d'un arc de type longbow anglais. La poignée est travaillante, rendant cet arc facile à dessiner et à réaliser. Il stocke plus d'énergie que des arcs plus courts, s’arme sans « barrer » et s’avère plus stable et précis que la plupart des autres arcs. Il semble disposer de plus d’atouts que les autres designs. Ces instructions permettent l’utilisation d’un chevron de bois dur du commerce. Avec un tel matériau, il est possible de lire ceci le matin et de tirer avec votre arc l’après-midi du même jour. Pas probable, mais possible.

Si vous n'avez pas accès à une telle pièce de bois, faites ceci : coupez un arbre de bois dur bien droit, refendez-le en billettes de quatre pouces de largeur, écorcez-les sans endommager la surface du bois. Avec une scie ou une hache, réduisez la billette à la longueur de votre envergure plus quelques pouces. Réduisez la largeur à deux pouces de bout en bout, 1" d’épaisseur à la poignée, 3/4" à mi-branches et 5/8"aux poupées. Entreposez-la horizontalement dans la pièce la plus chaude et la plus sèche de votre maison, et attendez un mois. Permettez à l'air de circuler librement tout autour.

La sélection d'un chevron : utilisez n'importe quel bois dur de densité moyenne à élevée : frêne, érable dur, hickory, noyer pécan, mûrier, chêne rouge ou blanc, bouleau jaune ou blanc, noyer noir, etc. Choisissez une planche dont la face montre des lignes de cernes de croissance presque parfaitement droites, sans méandres, sans îles et sans noeuds. Ne prêtez aucune attention à l’orientation des lignes de cernes sur le côté de la planche ; elles peuvent induire en erreur ; il n’est pas nécessaire qu’elles soient droites. Cependant sur les rares planches parfaites, les lignes de cernes sont droites à la fois sur les côtés et le dos. Vu du bout, les cernes peuvent être à plat ou inclinés. Les débutants devraient éviter les planches ayant des cernes verticaux. Vous devrez probablement examiner 50 planches ou davantage avant de trouver une pièce de bois au fil suffisamment droit.

Outils : une hachette et une râpe sont tout ce qui est absolument nécessaire.
Mais un wastringue et des râpes à grain gros et moyen rendent le travail plus rapide et facile. Un rabot est utile si on l’utilise avec soin. Une scie à ruban épargne environ deux heures de travail d'ébauche.

Dessin de l’arc vu de face : avec un crayon bien taillé et une règle, tracez l'arc avec une largeur de 1"3/8 de mi-branche à mi-branche. A partir de là, tracez en biseau rectiligne jusqu’à des poupées de largeur 1/2". Réduisez le chevron à ces dimensions. Restez en dehors du tracé. Créez des arêtes droites, carrées. Adoucissez le léger angle créé à mi-branches à l’endroit ou la largeur commence à se réduire en direction des pointes.

Dessin de l’arc vu de profil : les six pouces au centre de l’arc auront une épaisseur constante de 3/4". En allant vers les pointes, réduisez l’épaisseur à 5/8" (sur une longueur de 2") puis à 9/16" à mi-branches, et enfin 1/2" aux poupées.

Réduisez l’ébauche à ces dimensions. Ne déviez pas du tracé. Rendez les variations d'épaisseur régulières et progressives. Enlevez le bois d'un côté du ventre à la fois, avec l'outil à un angle léger, ce qui fait que quand les deux côtés sont taillés une légère « couronne » aura été créée tout le long du centre du ventre. Enlevez alors cette couronne. Il est important de réduire l'épaisseur du ventre de cette façon. Autrement vous risquez à un certain point de descendre au-dessous de la ligne sur le côté opposé et de ruiner l’arc. Cette méthode permet aussi d’atténuer n'importe quelles erreurs de réduction d’épaisseur. Et c'est aussi plus facile que d'essayer d'enlever le bois sur largeur entière.

Alors que vous enlevez du bois en suivant les traits de crayon, observez fréquemment les branches sur leur longueur selon un angle rasant pour vous assurer que votre travail est régulier et uniforme, sans creux ni bosses ni ondulations. C'EST L’UN DES ASPECTS LES PLUS IMPORTANTS EN FACTURE D’ARC - si la réduction d'épaisseur est régulière et progressive, il est difficile de casser un arc.
Rétrécissez la largeur du ventre au niveau de la poignée juste assez pour diminuer l’angle que fera la flèche. Faites-le des deux côtés de la poignée. Arrondissez toutes les arêtes au niveau de la poignée.

Equilibrage : taillez des encoches pour la corde avec une lime queue-de-rat ou assimilé, et encordez l’arc avec une corde légèrement lâche. Placez au centre de la poignée l’extrémité d’une barre d’équilibrage (un tasseau de 30" de longueur et de section 1" x 3" environ – et placer la corde dans l’une des encoches taillées dans cette barre, afin de courber l’arc d’environ 5". Posez l’ensemble contre un mur et reculez afin d’observer la courbure de votre nouvel arc.

La forme que vous recherchez ne devrait pas être un arc de cercle, mais plutôt la silhouette d'une antenne parabolique – avec une poignée qui fléchit seulement légèrement, et chaque portion de branche de plus en plus courbée depuis la poignée jusqu’au milieu de branche. Équilibrage elliptique. Les derniers 10", grosso modo, devraient être un peu rigides, avec moins de courbure qu’en milieu de branche.

Il serait bon de tracer cette forme sur papier afin de pouvoir s’y référer pendant l’équilibrage.

Si votre arc ne prend pas cette forme, ou si les branches ne se courbent pas de manière symétrique, faites des marques de crayon sur le ventre à l’endroit où les branches sont trop rigides. Enlevez du bois au niveau de ces secteurs rigides, d'abord sur un côté du ventre, puis sur l'autre, et enfin enlevez la légère couronne créée. Faites-le avec des gestes amples, ne créant aucun creux, ni bosses ni ondulations ; observer fréquemment l’uniformité de votre travail, comme précédemment. C'EST L’UN DES ASPECTS LES PLUS IMPORTANTS EN FACTURE D’ARC.

Quand finalement la courbe vous convient, bander l’arc à environ cinq pouces avec une corde de longueur appropriée, et inspectez-la à nouveau. Marquez chaque partie rigide et réduisez-la comme ci-dessus. Quand la courbure vous satisfait, armez à l'arc à la moitié du poids prévu, poids estimé par vos soins ou mesuré. Placez l’arc sur la barre d’équilibrage à cette allonge, puis marquez chaque partie rigide et enlevez du bois comme ci-dessus. Revérifiez l’équilibrage, marquez à nouveau, enlevez du bois, etc. jusqu'à ce que la courbure parfaite soit atteinte.
(Note du traducteur : à chaque fois qu’on a retiré du bois et avant de vérifier les courbures, ne pas oublier de faire travailler l’arc une vingtaine de fois à l’allonge atteinte, afin « d’apprendre » au bois à travailler).

Armez à présent l'arc au poids final prévu. Si ce poids est atteint à - par exemple - douze pouces d’allonge, enlevez des épaisseurs moyennes de bois sur toute la longueur de l’arc. Faites-le en suivant la méthode décrite ci-dessus, vérifiez que la courbure soit correcte avec la barre d’équilibrage. Corrigez là où c’est nécessaire.

Armez de nouveau au poids final, maintenant peut-être à quinze pouces d’allonge. A partir de ce point, n’enlevez à chaque fois que des copeaux aussi minces que du papier journal. Armez au poids maximum après que chaque contrôle de courbure, plaçant la corde dans des encoches toujours plus éloignées sur le bâton d’équilibrage, à mesure que l’allonge augmente. Mais seulement pendant quelques secondes à chaque fois. Une fois arrivé à moins de cinq pouces de la pleine allonge, le temps d'inspection devrait se limiter à seulement une seconde ou deux.

Cette méthode d’armement au poids maximum après chaque contrôle d’équilibrage – la méthode d’équilibrage de Jim Hamm – vous assure de ne pas vous retrouver avec un arc de poids inférieur à celui prévu, la cause d'échec la plus commune chez les débutants.

Continuez ce processus jusqu'à environ un pouce de l’allonge finale. Lissez toutes les surfaces à votre goût, arrondissez légèrement les arêtes et vous y êtes. L’arc se trouvera directement au poids prévu.

En utilisant de l’hickory, du noyer de pécan ou de l'érable dur, 50lbs est un poids sûr. Le chêne rouge, le frêne ou l'orme seront sûrs à 45lbs. Avec du bouleau ou du cerisier noir, limitez-vous à 40lbs. Avec l’amélioration de vos compétences en équilibrage, ces poids pourront être majorés de plusieurs livres.

Quand l’équilibrage est presque terminé et si les bouts sont droits - faisant passer la corde bien au centre de la poignée – réduisez la largeur des dix derniers pouces de branche pour atteindre 3/8" aux poupées. Cela amortit les secousses (handshock) et augmente la vitesse de sortie de flèche. Si la corde est légèrement décentrée, rétrécissez les extrémités de branches seulement du côté concerné. Cela contribuera à recentrer la corde.
(Note du traducteur : la corde peut aussi être décentrée si l’épaisseur du ventre n’a pas été réduite de manière uniforme, la branche pivotant alors du côté faible).

Encochez la flèche juste au-dessus du centre de l’arc. La flèche volera plus précisément avec l’une ou l'autre des branches choisie comme branche supérieure, mais cela peut changer au cours de la vie du arc.


Edit, les unités impériales  :down:
1 lb (livre) = 454 g = 0,454 kg
1" (pouce) = 25,4 mm
Donc approximativement :
40-50 lbs = 18 à 23 kg
1"3/8 = 35 mm
5/8'' = 16 mm
3/4'' = 19 mm
1/2'' = 12,5 mm
9/16" = 14 mm

Ci-dessous en fichier PDF, l'article de Baker + la synthèse de la méthode pour appliquer ça à un arbuste coupé en forêt :
« Modifié: 21 mai 2013 à 18:22:43 par Zecrow »
« Le secret du bonheur ne consiste pas à rechercher toujours plus, mais à développer la capacité d'apprécier avec moins. »
Dan Millman

J'y travaille ! :-)

14 mars 2013 à 20:14:31
Réponse #1

mrfroggy


 :) fort sympathique, j attends avec impatience le tuto , merci a toi..
Tu n as pas une petite photo d un de tes arcs fait de ctte maniere ?
" La plupart des gens ne réalisent pas ce qu'ils ont, car ils sont préoccupés par ce qu'ils n'ont pas. "

14 mars 2013 à 21:08:10
Réponse #2

Hurgoz


Bon, désolé de ce que je vais dire mais: mais, d'une tu es forcé de nous faire un retex avec un arc fait selon cette méthode mais en plus tu vas devoir pondre un tuto en image  ;#
"Considérant qu'il est essentiel que les droits de l'homme soient protégés par un régime de droit pour que l'homme ne soit pas contraint, en suprême recours, à la révolte contre la tyrannie et l'oppression." DUDH

14 mars 2013 à 21:15:56
Réponse #3

piero


Merci  :up:
C'est super intéressant, mais c'est vrai que sans image, c'est dur à passer!
Exemple:

"Choisissez une planche dont la face montre des lignes de cernes de croissance presque parfaitement droites, sans méandres, sans îles et sans noeuds. Ne prêtez aucune attention à l’orientation des lignes de cernes sur le côté de la planche ; elles peuvent induire en erreur ; il n’est pas nécessaire qu’elles soient droites. Cependant sur les rares planches parfaites, les lignes de cernes sont droites à la fois sur les côtés et le dos. Vu du bout, les cernes peuvent être à plat ou inclinés."   ^-^ :-\ :'(

J'ai du la relire 5 fois avant de comprendre  ;#

14 mars 2013 à 21:21:51
Réponse #4

mrfroggy


au moins toi tu as compris  ;# moi pas tout en fait  :-[
" La plupart des gens ne réalisent pas ce qu'ils ont, car ils sont préoccupés par ce qu'ils n'ont pas. "

14 mars 2013 à 21:41:25
Réponse #5

piero


En gros sur la face de la planche tu dois voire un fil bien droit et parallèle aux bords.

Le côté de la planche on laisse tomber, même si pour les meilleures planches, le fil est droit aussi.

Reste les deux bouts sur lesquelles le dessin du fil peut être parallèle aux faces ou incliné.

Mais c'est clair que sans illustrations c'est pas évident!

Et puis y a encore cette phrase : "Les débutants devraient éviter les planches ayant des cernes verticaux"  ^-^

14 mars 2013 à 23:01:03
Réponse #6

Lolo94


C'est un beau texte bien dense. Mais l'info de départ c'est de  partir d'une planche (chevron ou autre dénomination) "parfaite". Une sur cinquante... Il faut ce qu'il faut, c'est certain, mais c'est pas les conditions qu'on trouve dans un contexte primitif. En tout cas ça souligne l'importance à accorder au choix initial du bois.


Une question: comment on mesure la tension d'un arc?

14 mars 2013 à 23:08:22
Réponse #7

Hurgoz


Euh....juste une info rapide comme sa: pour celles et ceux qui voudraient tenter l'expérience avec du bois d'If: ce bois est tout à fait toxique. Pensez donc à protéger vos mimines, et surtout vos poumons  ;)
"Considérant qu'il est essentiel que les droits de l'homme soient protégés par un régime de droit pour que l'homme ne soit pas contraint, en suprême recours, à la révolte contre la tyrannie et l'oppression." DUDH

15 mars 2013 à 00:04:01
Réponse #8

DIY



 Ha ! les joies du système de mesures anglo-saxon.

 Comme le précise Hurgoz le bois est toxique, les feuilles également une livre est la dose létale pour un cheval.
 Cependant l'arille peut être consommée sans danger à la condition de ne pas entamer l'ovule (le noyeau).

 Les bonnes billettes d'if sont rares et il serait dommage de gaspiller un tel bois pour faire un arc de débutant.
 Le frêne est plus commun pour débuter la facture.

15 mars 2013 à 00:28:05
Réponse #9

Mishkin


Salut,

Une question: comment on mesure la tension d'un arc?


source

Il faut faire un repere sur la fleche (demander à un tiers ou enfiler un carton sur la fleche) lorsqu'on est à l'allonge puis installer l'arc comme sur le dessin.
tirer jusqu'au repere et lire le peson.

à+

Mishkin

15 mars 2013 à 00:52:45
Réponse #10

Lolo94


Merci.

Si je comprends bien, en lieu de peson, ça revient au même de mettre un poids de 40 livres (ou le poids qu'on vise ) sur le corde? Et pour suivre les instructions du texte on affine l'arc jusqu'à obtenir l'allongement correct pour ce poids?

15 mars 2013 à 05:32:02
Réponse #11

Zecrow


Merci pour vos réactions très sympa  :doubleup:

Baker a été l'apôtre des arcs faits à partir d'une planche (plus accessible aux citadins), mais il va de soi que ce texte s'applique à du bois coupé dans la forêt (voir ci-dessus "Si vous n'avez pas accès à une telle pièce de bois, faites ceci : coupez un arbre de bois dur bien droit, refendez-le en billettes de quatre pouces de largeur, écorcez-les sans endommager la surface du bois. Avec une scie ou une hache, réduisez la billette à la longueur de votre envergure plus quelques pouces.")
En fait le plus intéressant dans un cadre "nature" sera la fabrication d'un arc à partir d'un arbuste ou d'une branche. On peut faire un arc d'une bonne cinquantaine de livres avec une tige de cornouiller de moins de 3,5 cm de diamètre. J'y reviendrai !

Bon, on va essayer d'éclaircir certaines choses au niveau du choix d'une planche. En résumé :
- il faut des lignes les plus droites possibles sur le dos de l'arc (la partie tournée vers la cible), quel que soit le débit de la planche ;
- une planche débitée sur dosse (= cernes horizontaux à la coupe) peut laisser apparaître des ondulations de lignes sur le dos sans problème ;
- une planche débitée sur quartier (= cernes verticaux à la coupe) doit avoir des lignes sur le dos qui semblent tracées à la règle ; à éviter selon Baker sauf si on peut visualiser les fibres sur les côtés ;
- les lignes du dos doivent être de plus en plus droites au fur et à mesure que le débit passe de "sur dosse" à "sur quartier" (= des cernes horizontaux aux cernes verticaux à la coupe).
« Le secret du bonheur ne consiste pas à rechercher toujours plus, mais à développer la capacité d'apprécier avec moins. »
Dan Millman

J'y travaille ! :-)

15 mars 2013 à 05:48:26
Réponse #12

Zecrow


Ha ! les joies du système de mesures anglo-saxon.
Oui  ;D et c'est tradi dans le domaine des arcs, même par chez nous.
J'ai édité le premier post (conversions à la fin).
« Modifié: 15 mars 2013 à 06:37:58 par Zecrow »
« Le secret du bonheur ne consiste pas à rechercher toujours plus, mais à développer la capacité d'apprécier avec moins. »
Dan Millman

J'y travaille ! :-)

15 mars 2013 à 05:53:21
Réponse #13

Zecrow


Bon, désolé de ce que je vais dire mais: mais, d'une tu es forcé de nous faire un retex avec un arc fait selon cette méthode mais en plus tu vas devoir pondre un tuto en image  ;#

Mais que suis-je venu faire dans cette galère ?  >:(
 :lol:
« Le secret du bonheur ne consiste pas à rechercher toujours plus, mais à développer la capacité d'apprécier avec moins. »
Dan Millman

J'y travaille ! :-)

15 mars 2013 à 06:03:19
Réponse #14

Zecrow


  Comme le précise Hurgoz le bois est toxique, les feuilles également une livre est la dose létale pour un cheval.
 Cependant l'arille peut être consommée sans danger à la condition de ne pas entamer l'ovule (le noyeau).

 Les bonnes billettes d'if sont rares et il serait dommage de gaspiller un tel bois pour faire un arc de débutant.
 Le frêne est plus commun pour débuter la facture.

Les oiseaux mangent les arilles et rejettent leur noyau toxiques par leur fientes (noyau non digeste, heureusement), assurant ainsi la dissémination de l'espèce if.
En travaillant le bois, c'est surtout la sciure qu'il faut éviter d'inhaler. Je ne connais pas d'allergies de contact avec l'if mais on ne sait jamais. Certains font des cuillers en if  :love:
Oui, l'if n'est pas un bon choix pour le débutant, d'autant qu'il faut généralement réduite l'épaisseur d'aubier ce qui n'est pas aisé. On peut aussi virer tout l'aubier (blanc crême) pour garder seulement le duramen (rose-orangé).
Il vaut mieux partir sur des essences où le dos de l'arc sera la surface directement sous l'écorce : frêne (très bon et pousse souvent bien droit), noisetier (bof, souvent très léger), cornouiller (assez difficile à trouver sans défauts), aubépine (idem)...
Par principe, plus le bois est dense, meilleur il est.
« Le secret du bonheur ne consiste pas à rechercher toujours plus, mais à développer la capacité d'apprécier avec moins. »
Dan Millman

J'y travaille ! :-)

15 mars 2013 à 06:04:58
Réponse #15

Zecrow


Arc en cornouiller de 55 lbs, 33 mm de diamètre à la poignée il me semble.
« Le secret du bonheur ne consiste pas à rechercher toujours plus, mais à développer la capacité d'apprécier avec moins. »
Dan Millman

J'y travaille ! :-)

15 mars 2013 à 06:30:15
Réponse #16

Zecrow


Si je comprends bien, en lieu de peson, ça revient au même de mettre un poids de 40 livres (ou le poids qu'on vise ) sur le corde? Et pour suivre les instructions du texte on affine l'arc jusqu'à obtenir l'allongement correct pour ce poids?
Oui, un poids peut très bien faire l'affaire.
L'équilibrage se fait en réduisant l'épaisseur doucement, en grattant du bois aux endroits où l'arc est trop rigide. C'est la partie la plus délicate.
Règles absolues :
- Bois bien sec (un bois humide est peu résistant en compression et va rester tordu).
- Ne pas encorder l'arc avant d'avoir parfaitement égalisé les courbures... Le premier encordage, c'est brutal pour les fibres du bois.
- Chi va piano va sano... Ne pas vouloir trop retirer d'un coup, la force d'un arc est une fonction du CUBE de l'épaisseur (puissance 3) = si on divise l'épaisseur par 2, on divise la force de flexion par 8.
« Le secret du bonheur ne consiste pas à rechercher toujours plus, mais à développer la capacité d'apprécier avec moins. »
Dan Millman

J'y travaille ! :-)

15 mars 2013 à 06:35:52
Réponse #17

Zecrow


permettez un leger HS :
Je constate que l'index comporte de nombreux fils sur les arcs mais trés peu sur les fleches, si ce n'est quelques liens et posts épars, il y a pourtant grosse matière.
Je considère, et je ne suis pas le seul, que la fleche est l'element le plus important de l'ensemble arc-fleche-archer.
Certes l'arc doit etre le plus équilibré, constant, réglé au mieux possible mais il n'est finalement qu'un stock d'énergie qui se transfère au projectile, lui-meme uniquement vecteur d'une charge utile destinée à frapper l'objectif.
Le meilleur arc du monde accouché par le plus fameux des facteurs ne donnera que des mauvais résultats avec une fleche inadaptée ou mal construite ou endommagée.
.....
Mishkin
+ 1  :up:
La flèche est hyper importante. Je fais mes flèches mais j'utilise des éléments du commerce pour les plumes naturelles, les pointes métal, la colle... Une bonne flèche en conditions "survie" c'est évidemment faisable mais je n'ai que de la théorie à ce propos et zéro pratique.  :-[
« Le secret du bonheur ne consiste pas à rechercher toujours plus, mais à développer la capacité d'apprécier avec moins. »
Dan Millman

J'y travaille ! :-)

15 mars 2013 à 11:18:39
Réponse #18

Ishi


Je vais faire un peu de pub (en espérant que David ne m'en tienne pas rigueur) mais il existe une petite maison qui édite d'excellent bouquin sur l'archerie et aussi sur la coutellerie (il me semble qu'une minorité du forum est passionnée par la coutellerie  :lol:).
Il s'agit d'Emotion primitive.
Sur cette page , vous pouvez retrouver toutes les bouquins traitant de tir à l'arc.
En particulier: Arcs 1 et Arcs 2 Fabrication des arcs primitifs
J'ai une grosse préférence pour arcs 2 qui doit venir du fait que Benoit et Claude (2 des auteurs) sont de très bon amis qui je le précise ne touche aucun droits d'auteur pour ce livre.
Vous pouvez trouver en première partie la fabrication des flêches en bambou.
Emotion primitive mérite vraiment que des passionnés comme nous lui porte plus d'intèrets.
Quand à ce post, un grand merci à Zecrow pour son boulot.
Steph


La terre n'appartient pas à l'homme, l'homme appartient à la terre.

15 mars 2013 à 18:26:46
Réponse #19

modl


Salut.
Tim Baker est effectivement le "pape" de l'arc-en-planche. Et on peut trouver Arc1 en téléchargement gratuit. J'ai toujours pas trouvé le temps d'acheter Arc2, ni 3 et 4 d'ailleurs... à ma grande honte.
Le frène est un bon bois pour débuter, mais on peut aussi prendre du noisetier (qu'il suffit de le faire sécher) pour se faire la main avec un plane, instrument que dans mon cas, je n'utilise pas tous les jours. Je rame d'ailleurs toujours à chaque fois que je veux l'affuter... Ca se trouve en vide-grenier.
Je suis en train d'en faire un pour ma fille, pour les manches préhisto, et à ma grande surprise, il m'est plus difficile de faire un arc faible (faut que je descende à 16 livres...) qu'un puissant !!!
Pour les flèches, entièrement d'accord : c'est le plus important, c'est long à faire et facile à perdre/casser/tordre.
Je déconseille très fortement l'utilisation de tourillon du commerce en hêtre, bois qui peut éclater à la décoche et abimer votre petite mimine qui tient l'arc... Je me procure maintenant le matériel en archerie (fut, plume). Ca a un coût, certes, mais toujours moins qu'une opération de la main. Et comme je suis droitier directeur oeil gauche, je tire en gaucher. Si la flèche me rentre dans la paluche, c'est ma main "principale" qui morfle.
Je taille par ailleurs directement les encoches dans le bois, avec un renfort (en padouk pour les dernières, c'est joli comme tout).
Quand on n'a pas de peson, ni de poids, on peut utiliser le baton à équilibrer en appuyant le pied du baton sur une balance de ménage (genre pése-personne). Ca donne une indication de la puissance.
Sinon, on se rapproche d'un club qui a un peson dans son stock.
Pour tout renseignement sur l'arc, je conseille Webarcherie.com, qui est la référence francophone. Pour le taille encoche renforcée, trouvez les post de PatriceB, un gars très bien.
Heureux les fêlés, ils laissent passer la lumière...

15 mars 2013 à 18:56:54
Réponse #20

Zecrow


.........
Quand on n'a pas de peson, ni de poids, on peut utiliser le baton à équilibrer en appuyant le pied du baton sur une balance de ménage (genre pése-personne). Ca donne une indication de la puissance.
Sinon, on se rapproche d'un club qui a un peson dans son stock.
Pour tout renseignement sur l'arc, je conseille Webarcherie.com, qui est la référence francophone. Pour le taille encoche renforcée, trouvez les post de PatriceB, un gars très bien.
Salut Modl, c'est Corbeau de webarcherie  ;) mais le nom était pris ici...
Pour les TBB, c'est de la bonne littérature en anglais accessible, et ça se trouve à pas cher sur le net.
Attention quand même aux bâtons à équilibrer (en gsos une barre avec des "crans" dans lesquels on coince la corde de plus en plus loin, armant l'arc de plus en plus au cours de l'équilibrage) : pour moi, c'est à réserver au début de l'équilibrage (faible allonge) car un arc en bois apprécie modérément de rester armer pendant de longue minutes à forte allonge.
+1 au sujet de webarcherie, super forum  :doubleup:
« Le secret du bonheur ne consiste pas à rechercher toujours plus, mais à développer la capacité d'apprécier avec moins. »
Dan Millman

J'y travaille ! :-)

15 mars 2013 à 22:50:53
Réponse #21

DIY



 En condition de survie on pourrait utiliser les pousses d'artémise ou de vergerette du canada sans grandes difficultés.
On arrive facilement à en trouver de près d'un mètre et presque droite, c'est ce dont je me sert le plus souvent pour
faire du feu à la main. Elle se redressent facilement à la main après les avoir chauffer au dessus de braises. Pour les
flêches la plus grande difficulté sera de les réaliser en adéquation avec la puissance del'arc, pour un droitier, trop rigides
elles auront tendance à partir vers la gauche, trop souples elles iront vers la droite.

Pour la rectitude des flêches, ce n'est pas un problème si l'encoche et la pointe sont dans le même axe (voir la photo page
282 du volume un de la tbb, je n'ai pas de scaner pour la produire dans le fil et ne sais pas si j'en aurais le droit).

15 mars 2013 à 23:59:05
Réponse #22

modl


Ok je pense que tu sais, mais tous les longbows monoxyle traditionnels en If sont fabriqués en gardant l'aubier -il y a peut être une raison...
En littérature en dehors d'Emotions primitives (volume 1 et 2), tu trouveras un bouquin de Jean Marie Coche (Dans les pas du Facteur d'arcs), un bouquin écrit fort bien par une anglaise et traduit en Français (sur les arcs droits...) chez France Archerie...
Maintenant je ne risquerai pas une billette d'If, compte tenu particulièrement de la difficulté à en trouver de bonne, sur un monoxyle sans Aubier, mais tu dois avoir quelques années d'archerie et de facture d'arcs pour amener cette certitude...
Si on garde l'aubier en plus du duramen sur un arc en if, c'est qu'il a la composition naturelle d'un lamellé-collé : l'aubier résiste mieux à la traction, le duramen à la pression. Du coup, tu as un arc dont le bois naturel encaisse au mieux les contraintes possibles d'un arc.
Allez voir les réalisations de Corbeau (pas le même qu'ici, coucou Corbeau) sur Webarcherie, vous verrez, on peut faire des trucs sympas avec un bout de bois :D
Heureux les fêlés, ils laissent passer la lumière...

16 mars 2013 à 01:26:28
Réponse #23

Mishkin


Bonsoir,

Afin de laisser Zecrow nous parler de facture d'arc tranquille, j'ai ouvert un nouveau fil sur les fleches
http://www.davidmanise.com/forum/index.php/topic,62396.0.html

à+

Mishkin

16 mars 2013 à 05:21:04
Réponse #24

Zecrow


Oups, je suis démasqué  ;)

Si on garde l'aubier en plus du duramen sur un arc en if, c'est qu'il a la composition naturelle d'un lamellé-collé : l'aubier résiste mieux à la traction, le duramen à la pression. Du coup, tu as un arc dont le bois naturel encaisse au mieux les contraintes possibles d'un arc.
Ce n'est pas faux... A mon avis l'aubier n'est pas forcément plus "résistant" en traction, mais il serait plus "élastique" que le duramen, lequel est plus résistant en compression. De ce fait, une plus grande partie de la flexion se fait par allongement du dos, ce qui soulage le ventre  :ohmy:
Mais selon Tim Baker qui a réalisé des essais de rupture sur l'if américain (très proche du notre), il n'y a pas de grosse différence au final.
Si les arcs sont faits avec de l'aubier en dos, c'est surtout le poids de la tradition anglaise, et puis c'est beau...  :love:
Je pense que l'origine de cette tradition, c'est la fabrication en série de warbows au moyen-âge : tu fais plus d'arcs si tu utilises une partie de l'aubier... Parfois, quand l'aubier est mince, on peut le laisser tel quel sans réduire l'épaisseur et c'est parfait, quitte à se retrouver avec plus d'aubier que de duramen en bout de branche.
Mais les vestiges d'arcs en if néolithiques n'avaient pas d'aubier a priori, et ces gars-là faisaient des arcs pour manger.  :doubleup:
« Le secret du bonheur ne consiste pas à rechercher toujours plus, mais à développer la capacité d'apprécier avec moins. »
Dan Millman

J'y travaille ! :-)

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité