Nos Partenaires

Auteur Sujet: S'entraîner au froid est ce une connerie ???  (Lu 12406 fois)

08 janvier 2013 à 13:36:43
Réponse #25

Kilbith


Holy shit ! Ca devient intellectuelle  ;#.
  :lol:

Je n'avais jamais entendu parle de ca auparavant, je vais me renseigner ca m'interesse ce genre de chose temoignant de l'extreme adaptibilite de l'homme a toutes les situations

ici (en normand d'outre manche) : http://link.springer.com/content/pdf/10.1007%2Fs00421-003-0818-2
« Modifié: 08 janvier 2013 à 13:45:05 par Kilbith »
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

08 janvier 2013 à 13:53:39
Réponse #26

Lélie


Aleksi, c'est des questions intéressantes (tout comme les réponses, merci Kilbith !!) :)

Juste un détail, en plus de l'acclimatation au froid, pense à l'acclimatation de ta peau au froid. Perso, même si je supportais très bien d'être sans gants pour travailler dehors avec les chevaux, faire de la maréchalerie, réparer des clôtures, etc. Ma peau était pas mal plus fragile (due à cette exposition au froid) et une "blessure" qui en temps normal aurait était une simple éraflure me faisait finalement des coupures, vu que ma peau était plus fragile. Du coup ça met aussi plus de temps à cicatriser, et m'emm*rdait à longueur de journée. Du coup je mettais des gants minces, genre en cuir, pas pour la chaleur mais pour éviter ça  ;)
Où est tu pour t'occuper de chevaux ET de rennes ? Je suis curieuse ...  ;D
"Scratch any cynic and you will find a disappointed idealist" George Carlin

08 janvier 2013 à 14:33:30
Réponse #27

Aleksi


Merci Kilbith, je vais etudier ce doc !

@Lelie : Ma peau ne semble pas trop fragilise, en revanche je peux confirmer que la cicatrisation c'est un peu l'enfer, de plus les coupures sont particulierement douloureuses quand il fait froid.
Pour repondre a ta question, je suis a Karasjok (un peu a l'exterieur meme). J'aide volontairement un entraineur de chevaux de courses (trot attele sur les rivieres gelees et pistes de motoneiges paumees au milieu de nul part :love:) et je me suis fais des amis eleveurs de rennes, donc ponctuellement je file un coup de main pour la separation des troupeaux car c'est beaucoup de boulot, c'est souvent 24h dans les montagnes sans dormir...

09 janvier 2013 à 00:42:12
Réponse #28

Lélie


Ah ben, drôle de coïncidence, le trot attelé c'était mon domaine aussi :)
Dans un cadre pareil, ça doit être le top, par contre les orteils doivent geler facilement !
Si tu as des photos ... je suis preneuse  ;D
"Scratch any cynic and you will find a disappointed idealist" George Carlin

09 janvier 2013 à 11:58:49
Réponse #29

Aleksi


Salut Lelie,

J'ai quelques photos, mais elles sont pas top. Je t'avoue que je suis plus concentre a driver qu'a faire des images du truc, a part dans ma tete bien sur, et mon petit carnet de notes, ma maniere preferee d'immortaliser des evenements, parce que sur les petites pistes de foret franchement ca depote, alors je sert bien les fesses, d'autant plus que je n'avais jamais eu d'experiences avec les chevaux auparavant et que le deuxieme jours je me suis retrouve seul sur le sulky sur des pistes un peu bancales  ;D. Cependant, je peux t'en envoyer une ou deux, extraites de videos.

Maintenant, pour faire semblant qu'on est dans le coeur du sujet  ;) : Pour le froid aux pieds, non pas tant que ca, deja on entraine pas les chevaux en dessous de -26 degres. Ensuite j'utilise a l'interieur de bottes ce chaussant isolant qu'on voit beaucoup dans le coin, en laine non tricote, mais "agglomeree" (je sais pas comment expliquer ca  :-\) qu'ils mettent generalement dans leurs chaussures en peau de rennes, en plus de l'herbe seche. Avec en dessous de ca, des chaussettes woolpower 400: donc les pieds, aucun probleme !

Les mains en revanche, c'est une autre histoire...
« Modifié: 09 janvier 2013 à 12:08:54 par Aleksi »

24 janvier 2013 à 22:19:27
Réponse #30

dan11


lu

il y a aussi peut être la piste de l'alimentation à étudier...

est ce que le taux par exemple de cholesterol ou même le diabète (souvent en lien avec l'alimentation), vont jouer un rôle (ou pas) dans la circulation sanguine et donc favoriser  l'apparition des gelures (ou pas) ???

Par exemple en très très haute montagne, on conseille au grimpeur d'être en super forme du point de vue santé (cholestérol) afin que le sang transporte au mieux l'oxygène aux muscles. (=> mouvements)
Je suis pas médecin mais il me semble que c'est parce que l'oxygène n'arrive pas aux extrémités (ou pas assez bien) que les risques d'engelures (trombose et autres) augmentent du coup...
juste une piste

De même, d'un point de vue anatomique, nous sommes des "animaux" dits tropicaux et peu voir pas adaptés à la vie au pôles,
ou haut dans l'hémisphère nord/sud
et de ce fait, cette non adaptation (par rapport à des animaux équipés (poils, plumes) fait que nous avons un désavantage certains.

De même, nous ne pouvons pas forcément suivre la même alimentation qu'eux, (du fait de nos aptitudes digestives), je pense aux animaux
qui peuvent avaler des tonnes de viandes, ce qui leur permet de tenir au froid (calories) (on rejoint l'alimentation)

Alors certes des populations humaines se sont adaptées à ces modes de vies " dit froid " mais quelles sont les conséquences à long terme
sur eux, ?? vivent ils aussi longtemps que des populations situées nettement plus au sud ???

Juste une autre réflexion
 ;)
You can fool one people one time
You cannot fool all of the people all of the time

25 janvier 2013 à 12:48:57
Réponse #31

Aleksi


lu

il y a aussi peut être la piste de l'alimentation à étudier...

est ce que le taux par exemple de cholesterol ou même le diabète (souvent en lien avec l'alimentation), vont jouer un rôle (ou pas) dans la circulation sanguine et donc favoriser  l'apparition des gelures (ou pas) ???

Par exemple en très très haute montagne, on conseille au grimpeur d'être en super forme du point de vue santé (cholestérol) afin que le sang transporte au mieux l'oxygène aux muscles. (=> mouvements)
Je suis pas médecin mais il me semble que c'est parce que l'oxygène n'arrive pas aux extrémités (ou pas assez bien) que les risques d'engelures (trombose et autres) augmentent du coup...
juste une piste

C'est plus qu'une piste, c'est completement vrai  ;). Un de mes ami qui mange vraiment, vraiment n'importe quoi et n'importe comment, et qui vie en Laponie a tous les jours les doigts qui gelent, meme lorsqu'on s'expose pas forcement tres longtemps !  :blink:
Il a une tres mauvaise circulation sanguine et un mauvais coeur.

25 janvier 2013 à 12:53:49
Réponse #32

Aleksi


Alors certes des populations humaines se sont adaptées à ces modes de vies " dit froid " mais quelles sont les conséquences à long terme
sur eux, ?? vivent ils aussi longtemps que des populations situées nettement plus au sud ???

Juste une autre réflexion
 ;)

L'adaptation ne se fait pas uniquement au niveau du mode de vie. L'adaptation, c'est aussi et surtout physiologique ! Mais la on parle en milliers d'annees  ;)

24 février 2013 à 00:36:06
Réponse #33

Koala


Salut Gros Calou, pis aux autres aussi.

Il y a un petit moment que j'ai vu ce post, et il me trotte en tête depuis quelques jours.
Je précise que je n'habite pas autour du cercle polaire, mais en France, tout bêtement, dans le Morvan. Les températures n'ont rien d'extra ordinairement bas(ses?).
Je viens de rentrer de l'atelier, il y avait -4°C, la ferraille n'est pas chaude. Je rentre à la casba, il y a 6°C avec le poêle qui ronfle. Demain matin, il y aura 1°C dans le meilleur des cas au sortir de la couette.
Pas de plainte là dedans, ça me convient, et fais ce que je peux pour améliorer, doucement. Et mon régime alimentaire n'est pas étudié en conséquence parce que la bouffe équilibrée est chère.

Ce qui m'interpelle, c'est cette question d'entraînement au froid. A moins d'envisager une expé dans des contrées difficiles, je ne vois pas.

Le froid, tu te le prends dans la gueule, quand tu y es confronté et que tu ne peux faire autrement; et là, tu "gères" (je déteste ce mot) comme tu peux. Tu vis avec en faisant le dos rond. Ce n'est pas parce que tu baisses ton thermostat de 3°C que ça ira mieux quand la situation deviendra foireuse.
Tu as la possibilité d'être au chaud, profites (ça ne veut pas dire 25°C en tee shirt, hein).

Bon, je n'attaque personne, hein. C'est juste mon avis.








24 février 2013 à 09:43:39
Réponse #34

bpc


je me rappelle que jean-louis étienne prennait des bains d'eau glacée avant sa premiére expédition en solitaire au pôle nord.

des mesures prises sur son corps ont montrées qu'au retour l'aparition des premiers signes de lutte contre le froid( frissons) n'apparaissaient qu'à partir d'un abaissement de la température de son corps à 35°, je crois.

il faudrait vérifier, car je n'ai pas revu le livre depuis sa parution.



26 janvier 2020 à 07:53:42
Réponse #35

Dams 25


Sincèrement je pense que l'humain arrive a encaisser beaucoup de choses,surtout les écarts de température,il est très fréquent que je me prenne des delta de 40° voir plus et je ne suis pas plus Malade qu'un mec qui prend pas d'écart.mais  parcontre je pense que parfois le corps en a marre du froid.je vie dans  région de France où il fait pas chaud,je suis pas le premier a mettre mon manteau et a la bases je ne me considère pas comme frileux,j'aime bien m'habituer au froid  mais moi a l'inverse de vous j'ai l'impression que plus la saison avance moin je toléré d'avoir froid,quelqu'un a une explication a ça ? Ou voit les choses de la même manière que moi?

26 janvier 2020 à 11:26:39
Réponse #36

jeannot 26


salut à toutes et à tous,non s'entrainer au froid n'est pas une connerie!
comme cité plus haut l'exemple de Jean louis Etienne prenant des bains glacés pour "s'endurcir/s'habituer au températures polaire,je reprendrai aussi l'exemple d'Eric Tabarly qui,lorsque qu'il s'est engagé dans la marine nationale était chétif et craignait beaucoup le froid,il a mit en oeuvre pour y remédier une méthode d'aguerrissement des plus originale:a choisit un lit dans la chambrée juste en dessous de la fenetre et a bataillé avec ses camarades pour garder la fenetre ouverte meme l'hiver,de sorte qu'après une ou deux crèves,il ne craignait plus rien ,son corps s'était habitué,ce qui lui a permis le restant de sa vie d'affronter des climats des des plus rigoureux!
L'etre humain originel possède une grande facuté d'adaption,chose qui malheureusement disparer de plus en plus aujourd'hui à l'heure de l'homobobotus2.0 et pour finir,comme disait un adjudant lors de mes classes"tout est dans la tete,si on veut on peut"!!
Bon dimanche à toutes et tous,s.

27 janvier 2020 à 11:01:01
Réponse #37

oajfh


Dans mon cas, je ressens une bonne différence par rapport à avant mon passage au CEETS il y a un peu plus d'un an (qui m'a motivé à améliorer ça après avoir eu un peu froid aux miches en démontant un abri alors qu'il faisait ~-5°C).

Je vivais déjà (dans une grande ville en Rhône-Alpes) avec peu de chauffage et mettais moins la grosse doudoune dès que la température chute (beaucoup de monde enfile l'artillerie lourde dès la 1ère baisse de température et ne les enlève jamais même si cette baisse n'est que passagère).

J'ai commencé à porter moins de vêtements, et j'ai gardé l'habitude des douches froides une fois l'été passé (et je suis sorti brièvement pour la 1ère fois en T-shirt alors qu'il faisait ~0 juste après une douche froide).

En conséquence, aujourd'hui je suis en T-shirt et claquettes en permanence en ville. Ca reste très supportable jusqu'à 0°C (et mes mains s'engourdissent plus tard et de façon moins désagréable, ce qui était mon objectif initial). J'ai toujours écharpe et bonnet sur moi, mais je ne m'en sers que peu.

Pareil, l'hiver dernier j'ai sorti la couette aussi tard que possible, et maintenant dans mon appart' non chauffé où il fait genre 12°C l'hiver, je dors quasi-nu sous 3 draps fins, donc j'ai plus besoin de la couette.

Le froid n'est plus quelque chose à diaboliser, ou contre lequel se défendre instantanément, mais plutôt une information dans le temps dont il faut tenir compte, et qu'on oublie au bout de 5 minutes s'il n'y a pas de danger (par contre, quand ton corps te dit vraiment, "j'ai froid", vaut mieux réagir rapidement). Je ressens le froid, mais je n'ai plus froid, la plupart du temps.

Je me les suis pelées une fois ou deux (une fois en avril dans la campagne alors qu'il y avait un vent vraiment violent et qu'il faisait humide, par exemple, là j'ai mis bonnet écharpe et polaire). Par contre, dans d'autres situations (montagne), j'ai senti que mon corps mettait la dose à des points que je n'aurais pas imaginés possibles il y a un an. On sent aussi le gros dégagement de chaleur et le gain de confort dans la minute quand on enfile une écharpe, c'est très agréable. Et l'impact de cheveux ébouriffés et de la pilosité faciale, aussi.

Après, c'est pas rester toute la journée peu vêtu, et ce sont des environnements plutôt secs. Mais j'ai un gabarit pas très 'naturellement adapté' au froid (un tout petit peu plus de 1m80, un peu moins de 65kg, fin, long cou, peu de graisse et de muscles), et pourtant la différence est nette par rapport aux gens non accoutumés. (Je dis ça dans le but de ne pas se laisser décourager par sa stature, je pense que tout le monde a de la marge).

Merci au CEETS, au passage. C'est agréable d'être confortable en T-shirt à (relatives) basses températures, d'économiser niveau chauffage et eau chaude, et de se sentir bien par rapport au froid et à la façon dont le corps le ressent, et c'est en partie grâce à lui, dans mon cas.
« Modifié: 27 janvier 2020 à 15:07:15 par oajfh »

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité