Nos Partenaires

Auteur Sujet: S'entraîner au froid est ce une connerie ???  (Lu 10557 fois)

27 novembre 2012 à 20:47:54
Lu 10557 fois

Gros Calou


Voilà de nature je ne suis pas frileux, ceux qui me connaisse bien sont habituellement surpris de me voir en chemisette en pleine hiver et ou situation ou eux grelottes à souhait. En ce moment je prends comme je prend en été des douches froides, j'ai baissé la température ambiante de mon logement (en faisant attention à mon gamin bien sur). Je repousse les limites afin de savoir où je peux aller. Est-ce une connerie, ou le corp est capable de gérer et rectifier en conséquence. Mon alimentation est saine et je fais attention à mon poid, pour en perdre. Je nourris mon gamin en conséquence.
Moi sincèrement je pense que c'est une connerie, car mon non apport de calories, va me ratrapper et me botter les miches.

Vos avis  ;)

27 novembre 2012 à 20:57:33
Réponse #1

VERDUG0


Surveilles les demangeaisons: urtiquaire du froid.

Si une partie de ton corps te semble sourde, en perte de sensation, il n'y a plus assez de sang.
No big deal tant qu'on va pas jusqu'a l'engelure.

Sauf quand c'est regulier: l'afflut de sang trop faible fait que les bacteries qui penetrent par la peau ne sont plus assez combattues, et ca peut s'infecter. Dans ce cas faut chauffer.

Evite de laisser le froid penetrer par convections, genre pieds nus sur le carrelage froid, c'est mauvais pour l'ossature/articulations. Par la j'entends que tu sens VRAIMENT que t'as froid aux ieps...


27 novembre 2012 à 21:11:35
Réponse #2

Gros Calou


Merci pour ton retour, mais c'est plutôt soft, je fais ça au niveau logement et contact avec l'extérieur, je sors de chez moi, j'entre dans ma voiture et fini dans le parking du taf. Ce que je veux est d'éviter la sur consommation, porter un sweat à 18° ¨me semble plus sain qu'être à poil à 25°.
Pour me donner le pas et bien je vais au taf en chemisette à aujourd'hui 5 à 10 ° et sans sensation , frissons de froid. Maintenant je ne veux pas être malade, juste vivre dans mon environnement.  ;)

Tout ce que tu me décris, je l'ai vécu en montagne et je sais, non je suis un branleur, la montagne est plus forte que quiconque  ;)

27 novembre 2012 à 21:22:52
Réponse #3

xackurush


D'expérience perso ça ne m'a pas posé de problème.
L'hiver dernier j'ai vécu pratiquement sans chauffage dans mon appartement (qui était une vraie passoire thermique et chauffage électrique pourri) avec une moyenne de 14°C (entre 11 et 16°C environ) et je n'ai pas eu de souci, il suffit de mettre un bon pull  ;#.
Faut faire gaffe à l'humidité dans l'appartement, un petit coup de chauffage de temps en temps pour limiter ce problème.
Pour les trajets vélo-boulot je suis en t-shirt jusqu'à 5°C environ, il suffit d'appuyer sur les pédales et ça réchauffe pas mal sans être en sueur (mais trajet court 20min-30min) ;#
Par temps plus froid faut faire gaffe à ne pas se geler les doigts comme dit VERDUG0.
Après ça dépend des gens, mais je ne suis pas plus malade qu'avant. Tout dépend des personnes, mais je préfère avoir un peu froid que trop chaud la plupart du temps.
Mais surement que l'avis d'un médecin ou quelqu'un de qualifié dans ce domaine sera plus sérieux que ma petite expérience.
« Modifié: 27 novembre 2012 à 21:29:17 par xackurush »

27 novembre 2012 à 21:27:19
Réponse #4

VERDUG0


J'ai donné ces signes decris plus haut a vivre NON stop en short/Tshirt, sans chauffage ni eau chaude. "Chez moi" donc.

Penses a avoir un bonnet ( ou polaire etc ) en back up si tu es peu couvert.

___________________________________________________________

Attention, je dis bien que par 5/10°, on peut ressentir une surdité dans les extremités, et que ca peut mener a une infection, je parle de climat parisien aujourd'hui par exemple.
En general, ca survient quand le cops est épuisé ( etre dans le "froid" plusieurs jours/nuits de suite )

27 novembre 2012 à 22:25:23
Réponse #5

azur


Si tu fais ça pour "repousser les limites" et tester ton organisme... oui, je pense comme toi que c'est un peu de la connerie: à force d'aller chercher les limites, on fini par les trouver!
En revanche, si tu fais ça prudemment pour aguerrir ton corps, ça évoque pour moi le cas d'un camarade d'école, fils d'agriculteur, qui passait beaucoup de temps dehors: en été, il était sec comme une arbalète, et en hiver, il prenait une petite couche de graisse sur tout le corps... bref, lorsqu'on place un corps de façon progressive dans certaines conditions, le corps est capable d'adapter son métabolisme (moyennant une santé et une alimentation correcte)
Bref, tout dépend de l'esprit de la chose.
Tout le monde savait que c'était impossible... est venu un idiot qui ne le savait pas, et qui l'a fait!

28 novembre 2012 à 09:02:54
Réponse #6

Nathan-Brithless


et s'entrainer" à ne pas avoir froid"...ce ne serait pas une option?
(bon, je dis ça, moi, hein, ..juste en passant quoi!)
L'eau se referme derriere le poisson qui avance

28 novembre 2012 à 09:11:33
Réponse #7

Arthurus


« Un voyage se passe de motifs. Il ne tarde pas à prouver qu'il se suffit à lui-même. On croit qu'on va faire un voyage, mais bientôt c'est le voyage qui vous fait, ou vous défait. » In: L'usage du monde. Nicolas Bouvier

28 novembre 2012 à 09:36:11
Réponse #8

Lemuel


Moi je vois pas très bien à quoi ça sert. Sauf cas particulier bien sur. Genre préparation à un voyage ou autre  :-[
Le jour ou tu arrêtera ton corps s'habituera au changement et ce sera perdu. Le jour ou il fera froid ton corps s'habituera aussi. Et pour les économies d'énergie suffit de pas trop chauffer et d'avoir son petit peignoir à la Hugues heffner...
Don't watch the tool, the work it can do
Watch the man that's behind, yeah !


http://natureandforcefield.tumblr.com

28 novembre 2012 à 09:42:52
Réponse #9

akiou


Selon ce bon Friedrich, " ce qui ne te tue pas, te rends plus fort", tant que t'exabuses pas, c'est bon. j'ai fait plusieurs fois l'essais e tempé basses dans un appart, parfois malgré moi quand j'étais trop fauchman pour remplir la cuve a mazout, jusqu'a 12° tu geres, en dessous tu commences a ne plus penser qu'a ça. 5° là t'es limite, ça devient difficile de compenser. Qund tu vois ton môme de 1 an, prendre ses repas e combine de ski et en bonnet, bah tu trouves des soluces. tout ce qui était combustible dans la maison est passé dans la cheminée, le napoléon 3, c'est fou ce que ça chauffe bien ;#

28 novembre 2012 à 11:32:38
Réponse #10

raphael


est ce que cela ne fait pas partie du développement de la rusticité en général ?

Je m'explique : baisser progressivement la température du chauffage de chez soi, sortir en portant moins de couches de vêtement c'est être moins dépendant du confort moderne et de la fragilité associée.

A part la résistance au froid, il y a aussi marcher pieds nus, ne pas porter des gants quand on bouge des bûches ou des haltères pour avoir de la corne et être moins sensibles aux ampoules.

Mais tout ceci avec bon escient et parcimonie, rustique oui ; croulant non  ;#
Se connaitre et s'accepter


28 novembre 2012 à 14:11:40
Réponse #11

Lemuel


est ce que cela ne fait pas partie du développement de la rusticité en général ?

Je m'explique : baisser progressivement la température du chauffage de chez soi, sortir en portant moins de couches de vêtement c'est être moins dépendant du confort moderne et de la fragilité associée.

A part la résistance au froid, il y a aussi marcher pieds nus, ne pas porter des gants quand on bouge des bûches ou des haltères pour avoir de la corne et être moins sensibles aux ampoules.

Mais tout ceci avec bon escient et parcimonie, rustique oui ; croulant non  ;#


Ouais… C'est une question de dosage. Faire en sorte de ne pas être complètement ramolli c'est une chose. Faire des économies d'énergie, super. Tester une fois ou deux ses capacités d'adaptation, pourquoi pas. Se préparer à un évènement particulier (voyage…), why not. Passer sa vie dans l'inconfort au cas où les conditions d'existence devaient brutalement se modifier, si brutalement que le corps n'aurait pas le temps de s'adapter, ca rentre dans la catégorie "chacun fait ce qu'il veut".  :)
A titre personnel pour avoir expérimenté un changement climatique brutal plusieurs fois, par le truchement du voyage en avion (waooooo !) je trouve que le jeu n'en vaut pas la chandelle.
Don't watch the tool, the work it can do
Watch the man that's behind, yeah !


http://natureandforcefield.tumblr.com

28 novembre 2012 à 14:21:00
Réponse #12

Pouçot


Lemuel a tout dit.  :closedeyes:

J'ajouterais simplement que pour ma part, l'acclimatation au froid, autant subie que choisie, ne se trouve pas "annulée" du fait de ma sédentarisation.

J'ai passé quelques hivers à la rude, à me peler les miches, et le résultat est qu'évidemment, j'ai une énorme tolérance au froid; seulement, je pense avoir légèrement morflé au niveau contractures musculaires et autres troubles musculo-squelettiques...
J'imagine que ces derniers proviennent de la contraction des muscles liée au processus de tentative de réchauffement du corps. Si un doc' passant par là pouvait infirmer ou confirmer l’hypothèse, d'ailleurs  :)

28 novembre 2012 à 14:29:02
Réponse #13

Karto


J'ajouterais simplement que pour ma part, l'acclimatation au froid, autant subie que choisie, ne se trouve pas "annulée" du fait de ma sédentarisation.

Attends encore un peu, en plus, t'es pas si sédentarisé que ça. J'ai eu des périodes dans ma vie où à force de bosser dans le vent et la pluie, en société je me retrouvais souvent le seul mec en t-shirt quand les autres avaient déjà sorti la doudoune. Puis la nature a repris ses droits... Le corps s'adapte et se désadapte en permanence. Rien n'est jamais gagné.



J'imagine que ces derniers proviennent de la contraction des muscles liée au processus de tentative de réchauffement du corps.

Tu serais pas en train de te chopper des rhumatismes, toi ? Quoi qu'il en soit, tu ferais bien de voir un vrai doc, pas d'en causer sur le forum. On sait comment ça finit ces histoires... et si ça se trouve c'est un MAM.


Pour le reste, Calou, tant que tombes pas malade et que ça reste plus un jeu qu'une contrainte, y'a pas de mal à se faire du mal ;)

28 novembre 2012 à 15:19:32
Réponse #14

philippe12


Bonjour  a toutes et a tous


faire ca a au pif peut etre ..une connerie, et ca c'est pas tout a fait lié a la cocuhe de graisse ::)



pour ma part je l'ai appris ..allez une petite pub pour le yoga  ;#
http://wilfrid.delnord.free.fr/tibet.html
wilfrid est prof a lyon,  il est passer sur FR2 la semaine dernière,  a  peu pres au milieu du film "" Les pouvoirs extraordinaires du corps humain""

http://www.france2.fr/videos/72780414

c'est donner a tout un chacun avec un minimum de persévérance et de pratique


le maitre
http://www.mauricedaubard.com/lestages.htm

Rex:
ca ne m'evite pas d’avoir les mains qui commencent a geler a -20 sans gant.. je n'ai pas fini les cours :down:

amicalement
la joie est dans vos valeurs, ..contenez vous , soyez contents et conscients .. c'est cela la joie

16 décembre 2012 à 18:05:01
Réponse #15

Aleksi


Ouais… C'est une question de dosage. Faire en sorte de ne pas être complètement ramolli c'est une chose. Faire des économies d'énergie, super. Tester une fois ou deux ses capacités d'adaptation, pourquoi pas. Se préparer à un évènement particulier (voyage…), why not. Passer sa vie dans l'inconfort au cas où les conditions d'existence devaient brutalement se modifier, si brutalement que le corps n'aurait pas le temps de s'adapter, ca rentre dans la catégorie "chacun fait ce qu'il veut".  :)
A titre personnel pour avoir expérimenté un changement climatique brutal plusieurs fois, par le truchement du voyage en avion (waooooo !) je trouve que le jeu n'en vaut pas la chandelle.

Entièrement d'accord avec ça. Je ne me considère pas comme ultra resistant au froid, tout au plus mes amis me disent "pas frileux" ce qui ne veut pas dire grand chose.
Après avoir eu quelques semaines un peu hardos avec des températures entre -15 et -32 degrès, sur la route et en forêt avec "ma b!te et mon couteau", une vague de" chaleur" vient d'arriver pour quelques jours. Je me surprend maintenant à sortir en petit pull par -7 degrès (pas rester des heures assis à papoter avec le voisin évidemment...)

PS : Je suis un poil au sud du cap nord d'ou je reviens, à Karasjok, l'endroit le plus froid de Scandinavie en gros.  :love:

16 décembre 2012 à 18:11:08
Réponse #16

Kilbith


Entièrement d'accord avec ça. Je ne me considère pas comme ultra resistant au froid, tout au plus mes amis me disent "pas frileux" ce qui ne veut pas dire grand chose.
Après avoir eu quelques semaines un peu hardos avec des températures entre -15 et -32 degrès, sur la route et en forêt avec "ma b!te et mon couteau", une vague de" chaleur" vient d'arriver pour quelques jours. Je me surprend maintenant à sortir en petit pull par -7 degrès (pas rester des heures assis à papoter avec le voisin évidemment...)

PS : Je suis un poil au sud du cap nord d'ou je reviens, à Karasjok, l'endroit le plus froid de Scandinavie en gros.  :love:

Le problème avec les méthodes faisant exclusivement recours aux capacités physiques pointues, c'est qu'elles présupposent que le corps fonctionne parfaitement. En cas de maladie même bénigne, d'indigestion, de gastro, de déshydratation, de rhume, de grippe, de traumatisme...il faut se préparer à une GROSSE dégradation des capacités habituelles. On ne peut donc pas compter sur un moyen physique de façon certaine.

Exemple : j'entends parfois dire, "pas besoin d'un Kway pour une sortie en montagne l'été, en cas d'orage non prévu je redescend en courant vers la vallée il me faut 30 minutes pour descendre 1200m". C'est possible, mais avec une VO2max >65. Ceci dit la VO2max de l'espace sera peu utile à la suite d'une grosse entorse....Souvent le type avec une VO2max courante aura tout simplement une raincut dans le sac.

Cela ne veut pas dire que le matos peut remplacer la condition physique, la jeunesse, le moral....ce sont juste des moyens complémentaires dans mon esprit. La chance (ou la Providence) en sont d'autres...  ;)
« Modifié: 16 décembre 2012 à 20:13:29 par Kilbith »
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

16 décembre 2012 à 19:52:14
Réponse #17

Loriot


Bon mais la, Le vo2 Max dans le salon ou la cuisine...
Il peux mettre un pull en plus rallumer le chauffage, etc.

Je pense que une acclimatation au froid est bénéfique. Sur plusieurs points:
Une température de +15 degrés a l'intérieur en hiver, c'est un luxe , une débauche d'énergie, ça rend mou. En vivant, travaillant dans des espaces surchaufé on attrapent un tas de maladies. (Espace clos, températures élevée)

Par contre comme système pour une bonne acclimatation au froid, le sauna suivi d'un bain d'eau froide est, je trouve, très efficace.

Quand le sage désigne la lune, l'idiot regarde le c..

16 décembre 2012 à 20:04:29
Réponse #18

Maximil


Le froid, c'est bien. Ca fait maigrir, ca fait se renforcer notre système immunitaire de façon indirecte.
A noter qu'il y a un mauvais côté à cela...

On crève de chaud dès que l'on rentre dans des bureaux surchauffés, genre à 22°C et plus !! Et là, on ne peut pas grand chose...
Fabrication maison de stylo-plume , roller , bouchons de bouteilles , kubotan , koppo-stick etc... http://maximil.chez-alice.fr/index.htm
Photographies de Maximil
Patines de chaussures de Maximil

16 décembre 2012 à 20:11:12
Réponse #19

Aleksi


Le froid, c'est bien. Ca fait maigrir, ca fait se renforcer notre système immunitaire de façon indirecte.
A noter qu'il y a un mauvais côté à cela...

On crève de chaud dès que l'on rentre dans des bureaux surchauffés, genre à 22°C et plus !! Et là, on ne peut pas grand chose...

Ou on transpire et on n'arrive pas a pioncer quand on est accompagné au lit tellement on crève de chaud...

17 décembre 2012 à 07:34:32
Réponse #20

Maximil


Tout est question d'habitude ;) Avoir chaud au lit, c'est bien aussi  ;D
Fabrication maison de stylo-plume , roller , bouchons de bouteilles , kubotan , koppo-stick etc... http://maximil.chez-alice.fr/index.htm
Photographies de Maximil
Patines de chaussures de Maximil

08 janvier 2013 à 11:29:49
Réponse #21

Aleksi


salut a tous !

Petite question concernant l'acclimatation au froid ; est-ce que le fait de s'exposer, raisonnablement, au froid assez mordant de maniere ponctuelle permet de favoriser la vaso-constriction pour les jours a venir ? Plus precisement, car la question est mal pose :
J'aide en ce moment des eleveurs de chevaux et eleveurs de rennes par temperatures entre -10 et -35 (en gros). Du coups ces temps-ci, je passe rarement une journee entiere dehors. J'alterne sans arret la chaleur de l'ecurie ou du lavvu, et le froid mordant. Souvent pour travailler, je n'utilise donc pas de gants car je sais que peu de temps apres je serais au chaud. Je pousse jusqu'a l'onglee acceptable (presque tous les matins lorsqu'on entraine les chevaux dans les collines) puis apres en general, ca roule, mes mains restent "rouges" toute la journee, signe d'un afflu sanguin.
Ma question est : cela est-il une bonne forme d'accoutumance, et cela stimule t-il la vaso-constriction ? J'ai l'impression que oui et que mes mains tiennent mieux le froid qu'il y'a quelques semaines, mais en meme temps il m'est difficile de comparer car il y'a quelques semaines je passais mes journees et nuit dehors.
Donc, qu'en pensez-vous ? J'avais entendu dire (par Kim Hafez il me semble) que par exemple tremper les pieds dans l'eau glacee est tres bon pour la vaso-constriction, alors... Je me pose la question car dans environ 2 semaines je serait expose h24 et 7/7 au froid pour une duree que j'ignore (plusieurs semaines probablement) et je ne voudrais pas etre totalement debile en me sensibilisant plus que raison, croyant faire un truc bien...

 

08 janvier 2013 à 11:43:55
Réponse #22

Kilbith


Ma question est : cela est-il une bonne forme d'accoutumance, et cela stimule t-il la vaso-constriction ? J'ai l'impression que oui et que mes mains tiennent mieux le froid qu'il y'a quelques semaines, mais en meme temps il m'est difficile de comparer car il y'a quelques semaines je passais mes journees et nuit dehors.

Question super difficile.  :closedeyes:

C'est clair que l'homme a des moyens à sa disposition pour "résister au froid". Et que dans une certaine mesure des mécanismes adaptatifs peuvent être développés à partir de notre capital génétique.

Au passage : "Résister au froid" ne veut pas dire obligatoirement "perdre moins de chaleur".
Par exemple, ton objectif est-il d'augmenter la vaso constriction périphérique (donc diminuer ta dextérité mais limiter les pertes de chaleur, (à la limite augmenter le risque de gelure) ou bien d'augmenter la vaso dilatation périphérique (donc plus de perte de chaleur mais plus grande dextérité et moindre risque de gelures aux extrémités... mais plus grand risque d'hypothermie...)

Pour mémoire :

- Masse musculaire qui augmente notre métabolisme de base.
- Masse adipeuse qui augmente notre isolation du noyau central (isole effectivement mais pas obligatoirement abaisse la sensation de froid d'ailleurs)...et notre dépense énergétique en déplacement (ce qui "réchauffe" mais nous épuise plus vite...).

- Graisse brune qui intervient dans la thermogenèse. C'est un point mis en lumière assez récemment dans la littérature. Nous ne sommes pas égaux sur ce point (génétique, ethnie, âge, genre...et peut être habituation).

- "Reflexe du chasseur", décrit initialement chez les Inuit : par grand froid la circulation est restreinte dans les mains mais périodiquement des "rushs sanguins" permettent d'améliorer la dextérité.

Sinon les mécanismes d'habituations (que tu évoques) jouent un effet ++ :

- D'une part on s'adapte à la sensation de froid. Donc il nous semble que l'on ait moins froid. Partiellement parce que s’habitue à la douleur et l'information perd de son intensité (un peu comme à la guerre civile en Syrie : ça tue toujours autant mais ce n'est plus un scoop).

- D'autre part parce qu'on améliore ses routines (noyau central sur protégé, port d'un chapeau, pieds au chaud, port systématique de sous gants, réchauffage systématique des mains dans les poches, évitement du métal...). 

C'est un peu comme les moustiques en Laponie : on se fait piquer surtout les premiers jours et les premières sont les plus douloureuses. Rapidement on adopte les routines et on s’habitue.

S'habituer à des conditions rudes, sans s'exposer (pour mémoire un membre gelé reste durablement plus vulnérable), me semble donc une bonne pratique. De toute façon cela ne fait pas de mal.

Mes deux balles.  :)
« Modifié: 08 janvier 2013 à 12:06:36 par Kilbith »
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

08 janvier 2013 à 12:12:29
Réponse #23

Aleksi


- "Reflexe du chasseur", décrit initialement chez les Inuit : par grand froid la circulation est restreinte dans les mains mais périodiquement des "rushs sanguins" permettent d'améliorer la dextérité.
Je n'avais jamais entendu parle de ca auparavant, je vais me renseigner ca m'interesse ce genre de chose temoignant de l'extreme adaptibilite de l'homme a toutes les situations (petit hors sujet :  dans le genre, ce qui m'avait etonne lorsque je debutais en apnee, c'est le phenomene dit "bloodshift", qui pour moi reste quelque chose d'extraordinaire...)

Sinon les mécanismes d'habituations (que tu évoques) jouent un effet ++ :
- D'une part on s'adapte à la sensation de froid. Donc il nous semble que l'on ait moins chaud. Partiellement parce que s’habitue à la douleur (un peu comme à la guerre civile en Syrie : ça tue toujours autant mais ce n'est plus un scoop).
- D'autre part parce qu'on améliore ses routines (noyau central sur protégé, port d'un chapeau, pieds au chaud, port systématique de sous gants, réchauffage systématique des mains dans les poches, évitement du métal...). 

C'est un peu comme les moustiques en Laponie : on se fait piquer surtout les premiers jours et les premières sont les plus douloureuses. Rapidement on adopte les routines et on s’habitue.

S'habituer à des conditions rudes, sans s'exposer (pour mémoire un membre gelé reste durablement plus vulnérable) me semble donc une bonne pratique.

Mes deux balles.  :)

Pour le premier phenomene, a savoir on s'habitue au froid : c'est entierement vrai. Je le resens de deux manieres differentes : la premiere, c'est tout simplement que j'ai moins froid...  ::). Je veux dire quand on a des temperatures douce autour de -5 degres, on est tous en pull, c'est "l'ete". Alors que -5 degres d'un coup en ete, on serait tous en doudoune ! La deuxieme maniere de resentir cette habitude, c'est que lorsque ca commence a piquer severe aux mains, j'arrive tres bien a ignorer cela et continuer ce que je fais sans focaliser, y compris lorsque je reviens au chaud et que la douleur ce fait donc vive. J'arrive a l'oublier, voir pire a la trouver presque agreable parfois !!  (pourtant je suis pas du genre fouet, slip en cuir et compagnie. Ou alors je ne le sais pas encore :blink:). Alors que je me souviens de la premiere onglee de la saison, je sautais carrement sur place en me tenant l'extremite des doigts. Je ne pouvais rien faire d'autre, ni penser serieusement a autre chose qu'a cette douleur.
Pour ce qui est des routines, c'est clair et net. Entre autres, j'ai fais l'experience du metal, je ne referai plus jamais l'erreur, tout simplement.

Je suis content que ta reflection aille dans le sens de la mienne alors.  Evidemment, je parle d'exposition non prolonge avec possibilite de se rechauffer. Dans le cas contraire engelures et gelures, comme tu le dis, sont des plaies que l'on traine a vie...

08 janvier 2013 à 12:20:49
Réponse #24

Aleksi


Au passage : "Résister au froid" ne veut pas dire obligatoirement "perdre moins de chaleur".
Par exemple, ton objectif est-il d'augmenter la vaso constriction périphérique (donc diminuer ta dextérité mais limiter les pertes de chaleur, (à la limite augmenter le risque de gelure) ou bien d'augmenter la vaso dilatation périphérique (donc plus de perte de chaleur mais plus grande dextérité et moindre risque de gelures aux extrémités... mais plus grand risque d'hypothermie...)

Holy shit ! Ca devient intellectuelle  ;#.
Mais j'arrive a suivre, alors : Effectivement vu comme ca, ma demarche irait plutot dans le sens de retarder le risque d'engelure, quitte a sacrifier un peu de chaleur corporelle. Donc en fait je parle bien de vaso-dilatation, ou si je puis m'exprimer ainsi, attenuer un tant soit peu la vaso-constriction a l'aide de ce genre d'expositions, courtes mais intenses (au dela de 20 minutes, je vais chercher mes gants)... Un petit verre de vodka au petit dej ? (humour, evidemment)

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité