Nos Partenaires

Auteur Sujet: Autoconstruction bois écoénergétique pour débutant = a-frame, bois cordé, etc.  (Lu 14202 fois)

30 juin 2012 à 00:06:15
Réponse #25

Lélie


Bon, monsieur est rentré de déplacement hier, verdict : "Ah ben le bois cordé, c'est ingénieux, pratique et tout ... par contre, j'trouve ça moche quand même !" = y'a encore du boulot  ;D  ( ... :wife: ...)

@ agronome :

- après, on peut envisager les systèmes (production de chauffage, d'eau chaude sanitaire) ;
- tout à la fin, la cerise sur le gâteau, on voit comment intégrer les énergies renouvelables dans le projet.
Pas d'accord du tout, Navïs a très bien résumé ma pensée, ça limite trop la démarche,
Concevoir la maison* AVANT de se préoccuper des énergie, c'est une démarche limitée. Procéder ainsi, c'est se priver dès le départ de solutions envisageables dans la "construction bioclimatique". Certains choix architecturaux vont être incompatibles avec certaines des solutions intéressantes. Et si on arrive à les intégrer, ce sera peut-être de façon moins efficace et plus chère.

Pour la paille, j'aurais été intéressée en France, vu le prix du bois, mais ici je t'avoue que je vais laisser aller mon penchant pour le bois : avec les possibilités qu'il y a, je ne vais pas m'en priver  ;)
L'article de Futura sciences est sympa  :up:

@ Athlon :
Sympa  :) Est-ce que tu aurais des photos de ta maison à différentes étapes de construction ? Niveau budget tu peux nous donner une idée du coût par rapport à la taille de ta maison, ce que tu as fait toi même / fait faire ? C'est important pour nous d'avoir un chantier propre : le ciment et le placo, pas moyen  :)

@ Rouri :
Où sont les chalets que tu as vu ? Dans des régions à quel climat ?

@ Navïs :
Un commentaire pour les maisons en forme de A.
Le plus efficient en matière d'isolation, c'est de minimiser l'enveloppe du bâti par rapport au volume. Un cube.
Le A, c'est pas idéal comme forme.
Finalement, est ce que la forme ronde ne serait pas la plus intéressante pour minimiser la surface de l'enveloppe par rapport au volume ? C'est ce qui semble le plus compact.

Si on choisit une méthode de construction qui le permet, je penche vers une forme plus ou moins arrondie au sud, et rectangulaire au nord. Genre ça (le Nord est en bas sur mon plan  ;)) :



Idéalement avec une mezzanine qui ne couvre que la moitié nord (partie au dessus des chambres) pour garder du volume dans les pièces à vivre, et surtout de grandes baies vitrées qui permettent d'emmagasiner la chaleur.
« Modifié: 30 juin 2012 à 14:12:44 par Lélie »
Le bonheur est un voyage, pas une destination ...

30 juin 2012 à 09:33:24
Réponse #26

jacqueline


Ce topic m'a branchée sur les maisons en paille.  La technique la plus simple  ( murs porteurs)  semble très adaptée pour  un abri dans le cadre de la survie. Moins cher, moins laborieux et plus rapide que de relever, réparer une ruine.

Possibilité de mettre des bottes de paille sous le plancher ( flottant), et sous le toit : les six faces  bien isolées. Un sas pour l'entrée avec deux portes ( ça existait dans les anciennes maisons, pour protéger du froid ).

 Toujours dans le cadre survie on peut faire un lit, un canapé, divers mobiliers. ( çà me rappelle des souvenirs d'enfance quand on jouait dans la paille du grand père, et cette odeur particulière de la paille )

 Sur pilotis, ça reste démontable  lorsque le mode survie n'est plus  d'actualité, aussi il n'est pas nécessaire d'être propriétaire du terrain, ça peut être un prêt, voire un emprunt si le terrain est abandonné.

30 juin 2012 à 12:14:06
Réponse #27

Rouri


@ Lélie,

Les chalets de type de bois cordés se situent au Québec.

Ils étaient situé dans le centre de ce dernier. Les températures moyennes varient, en été, entre 5 °C et 25 °C et en hiver, entre -10 °C et -25 °C. Mais, en période de chaleurs et froids intenses, les températures peuvent atteindre des points de 35 °C en été et de −40 °C durant l'hiver, si l'on tient compte du facteur humidex et du refroidissement éolien.

30 juin 2012 à 14:28:11
Réponse #28

Lélie


@ Rouri : parfaitement ce que j'espérais  :up: Merci !

Concernant la paille, je sais que certains ont réussi de beaux projets avec, mais j'accroche pas spécialement  :-\ Je pense que je serais parano pour l'étanchéité et le risque de moisissure.
J'ai de la pratique dans le stockage / la conservation de la paille : j'ai eu des chevaux, travaillé en centre équestre et écuries diverses, puis le stockage de la paille / foin ça a toujours été un point sur lequel il faut être hyper soigneux. Puis une fois que la moisissure prend, ben c'est la m*rde :huh:

@ Jacqueline : je ne suis pas très au fait de ce qui se fait en paille, mais par exemple, j'imagine pas ça réalisable :
Possibilité de mettre des bottes de paille sous le plancher ( flottant), et sous le toit : les six faces  bien isolées. Un sas pour l'entrée avec deux portes ( ça existait dans les anciennes maisons, pour protéger du froid ).
 Toujours dans le cadre survie on peut faire un lit, un canapé, divers mobiliers. ( çà me rappelle des souvenirs d'enfance quand on jouait dans la paille du grand père, et cette odeur particulière de la paille )
 Sur pilotis, ça reste démontable  lorsque le mode survie n'est plus  d'actualité, aussi il n'est pas nécessaire d'être propriétaire du terrain, ça peut être un prêt, voire un emprunt si le terrain est abandonné.
= Sous un plancher flottant, si tu renverses de l'eau : ça passe au travers, ça mouille ta paille, ça moisit.
= Un lit avec de la paille, à l'intérieur d'un bâtiment (moins ventilé que dehors), il va moisir si le taux d'humidité est un peu élevé.
= "Démontable" et "étanchéité" risque d'être 2 critères assez difficile à mettre ensemble.

Autre détails, les granges et greniers à foins n'étaient jamais des bâtiments étanches pour que ça puisse continuer à respirer sécher. Parait qu'il y a avait un risque d'explosion en plus quand certaines moisissures se développaient ! Donc pour moi la paille c'est soit hyper sec et pris entre 2 murs étanches, soit à donner à manger aux animaux  ;D

Le bonheur est un voyage, pas une destination ...

30 juin 2012 à 17:52:20
Réponse #29

gmaz87


Bonjour,
Sur la construction bois/paille, il existe au Québec une asso qui a développé une technique qui depuis a fait pas mal d'émules, peut être les connais tu?
A tout hasard, voici leur site et plus d'info sur leur écovillage: http://www.greb.ca/GREB/Accueil.html
a+
Gérard

ps: il existe aussi un bouquin sur cette technique, bien fait, clair, je l'ai prêté à un pote, faut que je le récupère  :glare:
Quand le débutant est conscient de ses besoins, il finit par être plus intelligent que le sage distrait.»
(Lao Tseu)

L'ennui naquit un jour de l'uniformité

01 juillet 2012 à 12:51:14
Réponse #30

piero


Il y a aussi la cellulose projetée, comme isolant écolo: c'est réalisé à partir de papier recyclé broyé, et c'est projeté légèrement humide, entre l'ossature de la maison (sur les côtés), l'agepan ou pare pluie +OSB (côté extérieur), et le pare vapeur + plaquo à l'intérieur!
En plus d'être écolo c'est non irritant je crois!
L'agepan c'est du deux en un ça remplace l'osb que l'on met pour le contreventement (un cadre en bois peut se plier, avec une planche au milieu c'est impossible, c'est à ça que sert l'osb), et le pare pluie contre l'humidité.
Pour le powerpoint j'ai besoin d'un mail!

01 juillet 2012 à 13:34:26
Réponse #31

jbc


Il y a aussi la cellulose projetée, comme isolant écolo: c'est réalisé à partir de papier recyclé broyé, et c'est projeté légèrement humide, entre l'ossature de la maison (sur les côtés), l'agepan ou pare pluie +OSB (côté extérieur), et le pare vapeur + plaquo à l'intérieur!
En plus d'être écolo c'est non irritant je crois!
L'agepan c'est du deux en un ça remplace l'osb que l'on met pour le contreventement (un cadre en bois peut se plier, avec une planche au milieu c'est impossible, c'est à ça que sert l'osb), et le pare pluie contre l'humidité.
Pour le powerpoint j'ai besoin d'un mail!
la cellulose n'est pas soi ecolo que ça c'est entre autre traité aux sel de bore qui est dangereux si inhaler en grande quantité

01 juillet 2012 à 20:23:55
Réponse #32

piero


Oui, il y a des traitements utilisés pour augmenter la résistance au feu, dont le sel de bore, conformément à des normes, donc à priori pas dangereux. Ou pas encore reconnus comme tel, mais c'est toujours mieux que de la laine de verre dont on sait quelle est néfaste.
D'ailleurs le sel de bore n'est pas toxique, mais nocif si avalé ou inhalé en grande quantité donc peu de risques quand même!
De plus, il est largement utilisé dans le traitement du bois donc sans sels de bore, c'est béton!
Le vrai nom de l'isolant c'est ouate de cellulose.
Je disais que c'est écolo car fait à partir de 85 % de papier recyclé, et il me semble que ce papier est non recyclable par ailleurs, donc ça évite du déchet, etc
Je pense que c'est quand même mieux que pas mal d'autres isolants, et d'ailleurs il est choisi dans beaucoup de projets d'éco construction.
Par contre l'ossature bois, si elle est réalisée par une entreprise, et non par soi, n'est pas une solution économique, et coûte bien plus cher qu'une maison de construction classique à perfs énergétiques égales.

02 juillet 2012 à 09:41:43
Réponse #33

Agronome


@ agronome :
Pas d'accord du tout, Navïs a très bien résumé ma pensée, ça limite trop la démarche, 

 :) Je reformule ma pensée, car c'est vrai que j'ai pas été clair.

1) On peut bien sûr dès le départ maximiser l'intégration des énergies renouvelables au projet. Exemples : prévoir un pan de toit incliné au sud pour y mettre des panneaux, prévoir comme ouvertures 60% au sud / 15 % ouest et est / 10 % nord (on cherche à éviter la surchauffe), prévoir un "puits canadien" pour la ventilation, bien placer la cheminée du poêle, etc. De plus, selon l'utilisation qui sera faite du bâtiment, on peut essayer d'avoir de l'inertie ou non, etc. (L'inertie est utile pour les bâtiments à occupation quasi-permanente, moins pour ceux à fortes périodes d'inoccupation. Maison de retraite versus écoles.).

2) Mais dans la démarche je promeut le fait d'investir d'abord dans une isolation très épaisse, une bonne étanchéité à l'air et une bonne ventilation, avant d'investir dans les énergies renouvelables.
À mon sens, il vaut mieux n'avoir besoin que de 4 kW de puissance de chauffage, quitte à ce que le besoin soit comblé avec des énergies fossiles (mazout, gaz naturel de ville), que d'avoir investi dans les énergies renouvelables mais d'avoir toujours besoin de 24 kW de puissance de chauffe parce qu'il n'y aurait pas eu assez d'argent investi dans l'isolation.

A+ !

02 juillet 2012 à 12:29:19
Réponse #34

piero


+1 pour Agronome!
Faire de l'énergie, comme toute consommation, pollue (recyclage des photovoltaïques, transport et transormation du bois, etc). Baisser la consommation c'est la solution la plus écologique et la plus logique qu'on puisse trouver pour polluer moins je pense!

02 juillet 2012 à 12:56:34
Réponse #35

raphael


mon experience : j'ai fait construire une maison avec en tête une orientation bio climatique
c'est a dire grande ouverture au sud avec véranda, maison compacte avec etage, excellente isolation (R proche de 5 pour les murs), pas de mur avec pont thermique, chauffage avec poêle (léger appoint électrique dans SdB et chambres étages) ......

Apres un an, le bilan est très positif : moins de trois stères de bois pour le chauffage

Par contre, le point a surveiller c'est la chaleur l'été, il faut prévoir des pare soleils. Car le moindre rayon de soleil fait monter la température.
Se connaitre et s'accepter


02 juillet 2012 à 14:21:59
Réponse #36

Lélie


Oui, c'est pas mal plus clair comme ça  :D
Effectivement on ne peut que être d'accord  ;)

:) Je reformule ma pensée, car c'est vrai que j'ai pas été clair.

1) On peut bien sûr dès le départ maximiser l'intégration des énergies renouvelables au projet. Exemples : prévoir un pan de toit incliné au sud pour y mettre des panneaux, prévoir comme ouvertures 60% au sud / 15 % ouest et est / 10 % nord (on cherche à éviter la surchauffe), prévoir un "puits canadien" pour la ventilation, bien placer la cheminée du poêle, etc. De plus, selon l'utilisation qui sera faite du bâtiment, on peut essayer d'avoir de l'inertie ou non, etc. (L'inertie est utile pour les bâtiments à occupation quasi-permanente, moins pour ceux à fortes périodes d'inoccupation. Maison de retraite versus écoles.).

2) Mais dans la démarche je promeut le fait d'investir d'abord dans une isolation très épaisse, une bonne étanchéité à l'air et une bonne ventilation, avant d'investir dans les énergies renouvelables.
À mon sens, il vaut mieux n'avoir besoin que de 4 kW de puissance de chauffage, quitte à ce que le besoin soit comblé avec des énergies fossiles (mazout, gaz naturel de ville), que d'avoir investi dans les énergies renouvelables mais d'avoir toujours besoin de 24 kW de puissance de chauffe parce qu'il n'y aurait pas eu assez d'argent investi dans l'isolation.

A+ !
Le bonheur est un voyage, pas une destination ...

12 juillet 2012 à 03:33:12
Réponse #37

Lélie


L'idée suit son chemin tranquillement  ;)
On n'est pas pressés, vu que la question primordiale "où" n'a pas encore été résolue, mais on y travaille  ;D
Le bonheur est un voyage, pas une destination ...

05 septembre 2012 à 14:53:32
Réponse #38

Agronome


Lélie,

Un article portant sur un projet d'autoconstruction intéressant : faible coût (40.000eur pour 110m²), matériaux plus ou moins sains, faible consommation énergétique, etc :

Ce n'est pas en bois, mais ça vaut le coup d'oeil.

Bonne lecture !

06 septembre 2012 à 11:22:57
Réponse #39

Agronome


Quelques remarques après lecture attentive de l'article et des commentaires :

- Le cas présent est un cas spécifique : construire pour ne plus avoir de loyer à payer, faire baisser les factures mensuelles (énergie, eau, etc.), se responsabiliser et monter en compétence en construisant soi-même, etc. L'objectif n'est pas de construire le plus écolo possible, de faire dans l'habitat groupé, etc. Les critiques du type "c'est bien mais le photovoltaïque c'est dur à recycler" ne sont pas utiles : l'objectif du projet est davantage d'autonomie et pas "on fait tout en biodégradable".
- Le monomur de 30 cm c'est pas mal au niveau énergétique (k~0,39), mais pas suffisant pour la réglementation wallonne (Belgique) par exemple. À partir de 2014 (c'est-à-dire demain), 30 cm de monomur ne sera pas suffisant, il faudra augmenter l'épaisseur ou ajouter au minimum 5 cm d'isolation en polyuréthane (pour avoir un k~0,21).
- Pour le toit, le panneau sandwich est pas mal, ça correspond à du ~16cm de laine minérale. On pourrait aller vers le ~25cm.
- Pour l'eau, ils récupèrent un maximum, traiteront les eaux usées via un bassin phyto (épuration sur site), vont essayer de trouver une source dans les parages.
- Eau chaude sanitaire obtenue via le gaz (j'imagine propane)...le solaire thermique et une pompe à chaleur, c'est pas mal, mais il y a des contraintes (budget, conso électrique, etc.)
- Grosse grosse grosse grosse interrogation vis-à-vis de la ventilation de ce bâtiment. Il y a, je pense, une erreur de compréhension de ce qu'est la ventilation nécessaire de la part des auteurs du projet. Pour moi, il faut ventiler activement (en ouvrant les fenêtres ou en utilisant une VMC), le mur ne laissant passer que ~5% de l'eau qu'on produit. Et je ne parle que de l'eau, pas du reste des trucs à virer (odeurs, particules, colles, etc.).
- Les murs en paille sont mentionnés dans les commentaires. L'humidité est un problème majeur pour ce genre de mur. Pour un projet privilégiant la rusticité/résilience/etc., c'est peut-être à proscrire.
- Petite correction dans l'article, ce ne devrait pas être 4300W/h mais 4300Wh/jour.

A+

06 septembre 2012 à 11:40:23
Réponse #40

VieuxMora


Bonjour

Le lien sur les briques monomur montrent qu'il existe aussi une 2ème épaisseur de 37cm pour une isolation renforcée.
Ok avec toi sur la ventilation, différente de la rétention d'humidité dans l'épaisseur du mur.

08 septembre 2012 à 10:14:57
Réponse #41

Fabarm


Bonjour,
il y'a un bouquin pas mal de construction ecolo: l'auto-ecoconstruction de P.G. Belin .
L'avantage de celui là c'est que les tarif sont chiffrés.
Par contre pour le A-frame, du moment que l'isolation se fait serieusement il n'y a pas de raison d'y voir une perte chaleur.
Moi aussi, je suis convaincu que la laine de bois apporte un plus..... 

09 septembre 2012 à 13:12:51
Réponse #42

fredFLT


Bonjour à tous,

Perso, si j'envisageais de construire ma maison en auto construction, j'irai comme bénévole sur un chantier de ce type afin de me faire une idée :
-   Des règles légales à respecter
-   De ce qui est réalisable en pratique (plus que sur le papier)
-   Du temps que cela demande
-   Du coût réel
-   Des techniques de construction
-   Des aides humaines, matérielles et éventuellement financières possibles
-   Du résultat…etc…

Cela permet de donner un coup de main en échange d’une expérience que l’on ne trouve dans aucun livre ou aucun site internet

09 septembre 2012 à 19:14:46
Réponse #43

jbc


le je descend dans le lot  pour une une auto constructionn en ossature bois. 180m2 de plein pied si tu est dans le coin et que tu veut voir le deroulement !
Bonjour à tous,

Perso, si j'envisageais de construire ma maison en auto construction, j'irai comme bénévole sur un chantier de ce type afin de me faire une idée :
-   Des règles légales à respecter
-   De ce qui est réalisable en pratique (plus que sur le papier)
-   Du temps que cela demande
-   Du coût réel
-   Des techniques de construction
-   Des aides humaines, matérielles et éventuellement financières possibles
-   Du résultat…etc…

Cela permet de donner un coup de main en échange d’une expérience que l’on ne trouve dans aucun livre ou aucun site internet


11 novembre 2012 à 18:57:07
Réponse #44

Mutof


La première étape, dans toutes constructions, est de connaitre les règles d'urbanisme en vigueur dans votre localité. Celles-ci traitent, le plus souvent, uniquement de l'apparence extérieure de votre maison. Ceci aura un impact sur les plans et votre choix de techniques Ex, si la commune (je suis Belge) exige des parements en pierre de pays, la technique terre-paille peut perdre de son intérêt. Par contre, le bois cordé pourrait être accepté car "ressemblant" à la pierre (cas vécu).

Après, se poser sérieusement, la question de l'auto-construction : inventaire des savoir-faire, des moyens humains, du temps disponible,... Perso (et ce n'est que pour moi), je suis plutôt favorable à faire construire un gros oeuvre fermé (fondation, raccordements/évacuations, ossature, toit, fenêtres?) et finaliser soi-même (isolation, élec, plomberie, chauffage, parements ext et int,etc...)

Petite remarque sur le bois cordé en général : les bois apparents créeront des ponts thermiques (moins isolants que l'isolant intégré dans le bois cordé). La terre-paille est plus efficiente.

Il vaut mieux investir ses sous dans une bonne isolation que dans de la fine mécanique de chauffage. Je rejoins les avis à ce sujet.

Il vaut mieux favoriser les matériaux naturels pour l'isolation car ils permettent, outre une bonne isolation, au bâtiment de respirer et d'éviter l'effet thermo. Je rejoins les avis à ce sujet.

N'oubliez pas qu'il existe maintenant des films frein-vapeur et pare-pluie qui permettent de protéger vos isolants de l'extérieur (pluie) et de l'intérieur (vapeur/condensation). Donc, l'idée de la maison sur pilotis avec un plancher isoler en paille est jouable moyennant la mise en place minutieuse de ce type de films.

Pour les maisons en bois massif : je confirme l'effet tassement (donc prévoir du jeu au départ pour éviter les problèmes d'huisserie) ainsi que, à l'heure actuelle, du doublement des cloison en interne pour l'isolation.


13 mai 2014 à 23:35:19
Réponse #45

Hérisson


Bonjour à tous,

Je déterre ce sujet des plus intéressant car j'aurais une petite question.. C'est de super projet que vous avez commencez/continuez/finit, auriez vous des lectures à me conseiller.
Je m'y intéresse mais je trouve très dur de trouver de bon livres pour apprendre et ne pas faire fausses routes.

Souvent il faut des bases solides et moi je n'y connais absolument rien  ;# C'est pourquoi si vous avez une idée de celui qui vous à aidé.... Si je trouve vous ferrait signe.

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité