Nos Partenaires

Auteur Sujet: Épissure et raccord sur corde en gaine tressée  (Lu 7173 fois)

21 mars 2012 à 02:48:09
Lu 7173 fois

Claude Ponthieu


1ère partie (pdf illustré)

Combien d’entre nous aimerions avoir des cordes sans nœud ou avec raccord discret, faire une épissure facilement et sans un matériel coûteux, etc.
Et évidemment que toutes ces interventions/transformations soient solides, fiables et aisées de manipulation.

Au fur et à mesure, toutes ces techniques vont être présentées de manière progressive. Elles sont facilement reproductibles par de jeunes enfants avertis de l’utilisation d’un objet tranchant.

Ces techniques ne sont possibles que sur des cordes synthétiques en gaine tressée (nylon, polyester, …). Pour les démonstrations, elles seront faites avec de la Top line 125550 Ultimate (Dyneema de 1,2 mm de diamètre, résistance 250 kg).

Toutes les techniques seront exécutées uniquement avec deux instruments — un couteau et un fil de fer (récupération d’une attache plastifiée pour emballage et dénudée) d’environ 30 cm.
Une fois le fil de fer dénudé, il doit être plié en deux en faisant attention de garder un « œil », genre chas d’aiguille.
Par commodité j’appellerai cet instrument « l’aiguille ».

Base 1Passer l’extrémité d‘une corde au travers du centre d’une section d’une corde
  • Introduire le chas de l’aiguille en premier en faisant attention à être bien au centre de part et d’autre, et surtout à ne passer à travers aucune fibre des fils de la tresse.

  • Passer l’extrémité de la corde dans le chas de l’aiguille et plier cette extrémité parallèlement à cette corde — cela évitera que cela bloque contre le passage.

  • Tirer l’aiguille et passer la corde.


Base 2Passer une corde à l’intérieur d’une autre corde
  • Au milieu de la section d’une corde, introduire en premier le chas de l’aiguille en le glissant à l’intérieur du tube de la gaine tressée et en faisant très attention de ne passer à travers aucune fibre des fils de la tresse.

  • En poussant doucement le devant de la tresse, la faire coulisser vers le chas de l’aiguille — ne pas pousser l’aiguille, elle risquerait plus facilement de sortir de sa trajectoire ou d’accrocher des fibres des fils, ou pire de passer au travers des fils de la corde !

  • Après une quinzaine de centimètres minimum, faire ressortir le chas de l’aiguille au milieu de la section de la corde.

  • Avec les mêmes précautions et procédure qu’en base 1, faire passer une corde à l’intérieur de la gaine.


Base 3Blocage et glissement d’une corde à l’intérieur d’une autre corde
  • Pour bloquer ou stopper le glissement de la corde à l’intérieur de l’autre corde, étendre/étirer au maximum la gaine de la corde extérieure sur la corde interne, cela produit un effet de friction tout du long qui bloque la corde à l’intérieure de l’autre. Tirer sur la corde extérieure du côté gauche et sur la corde intérieure côté droit pour tester le blocage, il faut un minimum une longueur de 15 cm de friction intérieure.

  • Pour faire glisser une corde à l’intérieur de l’autre corde, suivant le sens du glissement pousser légèrement la corde externe à une sortie de la corde interne et tirer cette dernière en même temps et du même côté, ceci relâche totalement la friction intérieure.

  • Alterner plusieurs fois le blocage et le glissement pour bien comprendre le phénomène.


Pour une bonne maîtrise et pour aller plus en avant, ces trois bases doivent être répétées plusieurs fois pour obtenir des finitions impeccables.

Pour les moins habiles, il est possible d’utiliser une corde de plus grosse section, genre Para Cord de 3 mm (en enlevant les brins intérieurs), ainsi qu’un fil de fer de plus grosse section, mais comme dit le dicton « Qui peut le plus, peut le moins ». ;)
« Modifié: 21 mars 2012 à 14:49:50 par Claude Ponthieu »
Nous avons eu une culture riche en expérience et pauvre en information.
Aujourd’hui, nous sommes riches en information, mais au seuil de pauvreté de l’expérience réelle.

21 mars 2012 à 19:45:55
Réponse #1

BerIndy


Génial ce système.

Ca me fait penser à un truc que j'ai vu ily a plusieurs années au salon Outdoor de Friedrichhaffen.
Un gars lançait un produit qui utilisait plus ou moins la même astuce. Après avoir fait une boucle autour d'un arbre le bout de sa corde venait passer à travers les torons (?) de la corde écartés, et un fois qu'on serrait ça permettait de se pendre après (testé perso), ou bien sûr de pendre son hamac ou autre sans aucun noeud.
Je n'avais pas de liquide sur moi et le lendemain je n'ai pas pu y retourner (clients à voir et salon immense) j'ai bien regretté car je n'ai jamais entendu reparler de ce truc.
Est-ce que ça dit qq chose à l'un d'entre vous?

B

21 mars 2012 à 21:35:34
Réponse #2

Claude Ponthieu


Ca me fait penser à un truc que j'ai vu ily a plusieurs années au salon Outdoor de Friedrichhaffen.
Un gars lançait un produit qui utilisait plus ou moins la même astuce. Après avoir fait une boucle autour d'un arbre le bout de sa corde venait passer à travers les torons (?) de la corde écartés, et un fois qu'on serrait ça permettait de se pendre après (testé perso), ou bien sûr de pendre son hamac ou autre sans aucun noeud.
Je n'avais pas de liquide sur moi et le lendemain je n'ai pas pu y retourner (clients à voir et salon immense) j'ai bien regretté car je n'ai jamais entendu reparler de ce truc.
Est-ce que ça dit qq chose à l'un d'entre vous?

2e partie bientôt en ligne, il y aura le principe de base de cette technique… ;)

Le pdf de la 1ère partie a été amélioré au niveau orthographique.
Nous avons eu une culture riche en expérience et pauvre en information.
Aujourd’hui, nous sommes riches en information, mais au seuil de pauvreté de l’expérience réelle.

22 mars 2012 à 00:12:51
Réponse #3

Dox


 :love: Merci Claude pour cette méthode quasi chirugicale,
ça fait un moment que je me penche sur la question, pas tjs simple de trouver des fiches détaillées.
glané et stocké ça :
http://www.samsonrope.com/splicing-instructions.cfm
moultes pdf qui se laissent regarder itou.

22 mars 2012 à 02:43:23
Réponse #4

Claude Ponthieu


2e partie (pdf illustré)

Les 3 bases étant maîtrisées, nous allons aborder différents types de raccord. ;)
Par commodité visuelle, une des cordes a été colorée à l’aide d’un marqueur surligneur.

Raccord 1Raccord simple entre deux cordes
Ce raccord sert à prolonger une corde, bien fait il est résistant, mais sans sécurité absolue.

Il se fait simplement en utilisant 2 fois la technique de la base 2.
  • À une dizaine de centimètres de la corde foncée, introduire la corde claire sur une dizaine de centimètres aussi.

  • Maintenant, introduire l’extrémité de la corde foncée dans la corde claire, au niveau de l’entrée de la corde claire dans la corde foncée.

  • Votre raccord est fait, tester en tirant sur les extrémités de chaque corde !

Ce simple raccord convient très bien pour faire des anneaux.



Raccord 2Boucle fixe ou réglable (épissure en œillet)
Une boucle se fait en utilisant une fois la technique de la base 2.
  • Pour un œillet de 2 cm de long, introduire l’extrémité de la corde à 14 cm à l’intérieur de la tresse de cette corde et ressortir l’aiguille après 15 cm.
    Bien ajuster votre œillet et normalement l’extrémité de la corde est à l’intérieur de la tresse.
    C’est une boucle (œillet) fixe.

  • Pour une boucle (œillet) de longueur réglable, par exemple entre 2 et 18 cm, prendre une longueur de 10 cm pour tirer le coulissant + 15 cm pour le coulissant dans le bloquant + 2 fois 18 cm de la boucle maximale + 15 cm de bloquant et en bout de ce système la longueur de corde désirée (un minimum de 10 cm) : pour cette exemple prendre 1 m.
    Introduire l’extrémité de la corde à 61 cm (10 +15 + 2 fois 18) à l’intérieur de la tresse de cette corde et ressortir l’aiguille après 15 cm en faisant dépasser l’extrémité de la corde de 10 cm.

  • Jouer sur les principes de la base 3 pour moduler la longueur de la boucle.



Raccord 3Blocage d’une boucle
Cette technique est la plus complexe à réaliser.

Bloquer ou stopper le glissement éventuel d’une boucle, se fait en utilisant trois fois la technique de la base 1.
  • À la hauteur du blocage côté courant, passer le courant sur lui-même et tirer.

  • À la hauteur du blocage côté dormant, passer le courant et tirer jusqu’à dépasser son blocage.

  • Maintenant passer la boucle dans le blocage du courant.

  • Bloquer la boucle en la tenant et en tirant sur le dormant.

  • Bloquer la boucle en la tenant et en tirant sur le dormant.

  • Pour une plus belle finition, introduire le courant dans la tresse du dormant (technique base 2).

     
À ce stade il ne reste plus qu’à peaufiner par des trucs et astuces… :D
« Modifié: 22 mars 2012 à 02:48:49 par Claude Ponthieu »
Nous avons eu une culture riche en expérience et pauvre en information.
Aujourd’hui, nous sommes riches en information, mais au seuil de pauvreté de l’expérience réelle.

22 mars 2012 à 02:53:52
Réponse #5

Claude Ponthieu


Nous avons eu une culture riche en expérience et pauvre en information.
Aujourd’hui, nous sommes riches en information, mais au seuil de pauvreté de l’expérience réelle.

22 mars 2012 à 16:45:04
Réponse #6

Claude Ponthieu


3e partie (pdf illustré)

Les 3 bases et les 3 raccords étant intégrés, nous allons pouvoir apporter quelques subtilités et finesses : astuces.

Astuce 1Finition en queue de rat
Une finition en forme de queue de rat se fait à l’extrémité d’une corde qui reste à l’intérieure de la tresse de la corde extérieure : une extrémité à angle droit est peu esthétique, voir gênante.

  • Tant que l’extrémité de la corde sort de la tresse, séparer les torons de son extrémité sur la longueur désirée de la queue de rat.
La Top line 125550 Ultimate a 12 torons, pour notre exemple les défaire sur 10 mm.

  • À 10 mm couper 3 torons, à 7 mm 3 autres torons, à 4 mm encore 3 autres torons, les 3 derniers restent non coupés — la queue de rat est terminée.

  • Tendre la gaine de la corde extérieure au maximum et admirer la finition.

Cette simple astuce convient très bien pour une courroie, une boucle fixe (épissure en œillet) ou pour un raccord de 2 cordes, etc.



Astuce 2Bloquer une boucle réglable (épissure en œillet)
Si la corde courante est trop tirée, la boucle disparaît dans la gaine !
La solution, passer une perle dans la boucle.

AttentionLe passage et les bords de la perle doivent être parfaitement lisses.



Astuce 3Arrêter une corde
  • Pour arrêter proprement l’extrémité d’une corde, c’est très simple.
Faire une boucle et tirer sur la corde courante jusqu’à disparition totale de la boucle dans la tresse !

  • Pour bloquer ou stopper le glissement éventuel de cette extrémité dans la gaine de coulissement, doubler la corde de l’extrémité avant de faire cet arrêt.



     
Une fois tout ceci bien intégré et en faisant varier la section des cordes, il est facile d’imaginer toutes les applications possibles et ce dans plusieurs domaines.  ;)
Nous avons eu une culture riche en expérience et pauvre en information.
Aujourd’hui, nous sommes riches en information, mais au seuil de pauvreté de l’expérience réelle.

22 mars 2012 à 16:51:22
Réponse #7

Claude Ponthieu


Nous avons eu une culture riche en expérience et pauvre en information.
Aujourd’hui, nous sommes riches en information, mais au seuil de pauvreté de l’expérience réelle.

22 mars 2012 à 20:30:34
Réponse #8

jbc



22 mars 2012 à 23:31:09
Réponse #9

binoclard


Merci pour ces superbes explications.  :up:

Un exemple d'utilisation concrète de tous ces sympathiques bricolages pour les hamackistes: les "whoopie slings", suspensions de hamacs incroyablement pratiques à régler. Super facile et gratifiant à faire. Ça fait juste un peu bizarre la première fois qu'on s'installe, en se disant qu'on tient suspendu à une petite ficelle de 2.5mm… mais c'est fou le volume et poids en moins par rapport à une corde standard, et la rapidité d'installation.

Si jamais, il y a des centaines de posts sur les whoopies sur hammockforums.net

(HS: par contre, vraiment prévoir des straps / tree huggers / sangles, parce qu'une cordelette aussi fine fait vraiment des dégâts aux arbres /HS)

23 mars 2012 à 09:54:10
Réponse #10

Claude Ponthieu


Un exemple d'utilisation concrète de tous ces sympathiques bricolages pour les hamackistes: les "whoopie slings", suspensions de hamacs incroyablement pratiques à régler. Super facile et gratifiant à faire.

Les Whoopie slings c’est simplement le raccord 2, suivant les goûts à sécuriser avec l’astuce 2 et l’astuce 3 (voir la dernière photo de l’astuce 3). :D


Ça fait juste un peu bizarre la première fois qu'on s'installe, en se disant qu'on tient suspendu à une petite ficelle de 2.5mm…

Suivant mon humeur, les miens font 1,2 mm (250 kg) ou maximum 1,9 mm (550 kg).


(HS: par contre, vraiment prévoir des straps / tree huggers / sangles, parce qu'une cordelette aussi fine fait vraiment des dégâts aux arbres /HS)

Dangerne jamais mettre directement un Whoopie sling sur un arbre.
L’astuce est de le glisser dans une chambre à air de vélo qui le protégera de l’abrasion et ne laissera aucune marque sur l’arbre. ;)

Récupérer une vieille chambre à air chez D4 ou un réparateur local…

Sur la photo, une sangle plate (nylon gaine creuse avec les mêmes techniques d’assemblage) dans une chambre à air de vélo.

« Modifié: 23 mars 2012 à 10:57:11 par Claude Ponthieu »
Nous avons eu une culture riche en expérience et pauvre en information.
Aujourd’hui, nous sommes riches en information, mais au seuil de pauvreté de l’expérience réelle.

23 mars 2012 à 10:17:50
Réponse #11

Claude Ponthieu


Whoopie sling (photo 1)

Sécurité (photo 2)
Nous avons eu une culture riche en expérience et pauvre en information.
Aujourd’hui, nous sommes riches en information, mais au seuil de pauvreté de l’expérience réelle.

02 juin 2016 à 20:30:21
Réponse #12

f.legrand


Bonjour,
il me semble que les fichiers ne sont plus chargeables....

04 juin 2016 à 18:02:32
Réponse #13

Claude Ponthieu


Bonjour,
il me semble que les fichiers ne sont plus chargeables....

Le Forum a subi des attaques qui ont apparement corrompu les fichiers.  >:(

Si je les retrouve, ils seront remis à nouveau. ;)
Nous avons eu une culture riche en expérience et pauvre en information.
Aujourd’hui, nous sommes riches en information, mais au seuil de pauvreté de l’expérience réelle.

04 juin 2016 à 20:25:52
Réponse #14

Persil



04 juin 2016 à 20:52:01
Réponse #15

Troll


Hello,

En attendant la re-découverte de Claude, est-ce que cela serait une alternative ?

Ceci dit, étant intéressé par le matelotage, je suis aussi preneur  ;#  :up:

Bien à toi,

Troll
Semper potest proficio

05 juin 2016 à 11:47:24
Réponse #16

Claude Ponthieu


Bonjour,

ci-joint les 3 PDF manquants. ;)

claude
Nous avons eu une culture riche en expérience et pauvre en information.
Aujourd’hui, nous sommes riches en information, mais au seuil de pauvreté de l’expérience réelle.

05 juin 2016 à 12:22:38
Réponse #17

Troll


Hello,

Merci  :doubleup:!!

Bien cordialement,

Troll
Semper potest proficio

08 juin 2016 à 22:23:17
Réponse #18

f.legrand


Merci pour les pdf et la réponse super rapide  !!

09 juin 2016 à 13:55:48
Réponse #19

Puk


Merci beaucoup pour la technique et les doc qui vont bien !
Au plaisir de te lire

Puk
"La chute n'est pas un échec. L'échec c'est de rester là où on est tombé"

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité