Nos Partenaires

Auteur Sujet: [photos] Petite nuit de fin d'hiver...  (Lu 1057 fois)

31 mars 2006 à 02:49:23
Lu 1057 fois

Ancien forum



Posté par Acidkloridric

Bonjour à tous !

Etant nouveau sur le forum, je pense que le mieux pour faire connaissance est de me lancer dans une série de photos exhibitionistes  (non, n'ayez pas peur, je dis juste ça pour augmenter les stats du forum  ;) ).

Plus sérieusement, début mars je suis allé passer ma première nuit en forêt de l'année, évènement bien entendu couvert par une horde de photo-reporters composée de moi-même et de ma mégalomanie occasionelle  :P
Bref, même si à la base je n'avais pas trop prévu de montrer ces photos, je me suis dit que finalement, autant faire partager ces courts moments...

Je ne suis pas fan des grandes sorties organisées depuis 3 moins avec du matériel high-tech, mais je pars le plus souvent sur un coup de tête avec le minimum de matos que je juge nécessaire; je fais ça le plus souvent à la belle saison, ne recherchant pas la difficulté mais plutôt le calme et la solitude.


Je suis parti de chez moi vers 15h, par beau temps, avec ce matériel de base :

couteau suisse, opinel, alumettes "tout-terrain", briquet (d'une part pour avoir un 2ème moyen de faire du feu, d'autre part pour empêcher ma soeur de fumer pendant une soirée, c'est toujours ça de gagné sur sa santé  ;D ), ficelle de cuisine, lampe de poche, 1 "couverture de survie" version supermarché, tablettes de purification d'eau, 1 paquet de mouchoirs en papier, 1 bougie, 1 boîte de conserve propre avec le bord élimé et une cuillère (pour la popotte), mon portable chargé et un livre : "Paradoxe perdu" de Fredric Brown (SF)
+ trousse de secours : lingettes de désinfectant et d'arnica, pansement compressif, gaze, bande, divers pansements, aspivenin
+ nourriture : 1 ration de petites pâtes, 1orange, 1 bouillon cube, sel, sucre, 2 sachets de thé, 3l. d'eau
+ sac de couchage, T-chirt et chausettes de rechange

Le tout emballé dans des sachets plastique, 1 sac poubelle et du papier journal, et tenant dans un vulgaire sac à dos, reliquat de mes années de lycée...


Temps de préparation : moins d'une heure. Le temps de laisser un ptit mot avec mon plan de route approximatif et me voilà parti dans les collines provençales !  8-)



Après quelques heures de marche, je fais une petite halte devant une grotte bien sympathique; j'y ai déjà passé quelques nuits agréables, mais la civilisation s'en est beaucoup trop rapprochée, l'heure n'est pas encore trop avancée et ça n'est pas là que j'ai initialement choisi de dormir. Dommage...


Mon projet initial était de suivre cette petite rivière qui s'enfonce dans des massifs que je croyais inhabités pour y camper non loin... pression immobilière dans le sud oblige, pas moyen de trouver un endroit assez isolé, tant pis, c'est à regret que je m'en éloigne pour aller crapahuter dans les "hauteurs"


18h : Un léger frisson me rapelle un détail : ces petits écarts m'ont un peu fait oublier l'heure, la nuit va bientôt tomber et je n'ai toujours pas d'endroit où camper ! Heureusement, j'aperçois non loin de petites terrasses calcaires qui forment une petite trouée dans la forêt à flanc de colline; c'est là que je pose mon sac, ouf !



Une petite brise souffle, il va donc me falloir faire un feu et un petit abri (il aurait été plus aisé de s'abriter en forêt, mais à ce moment-là hors de question de faire un feu ! ). Pressé par le temps, je décide d'expérimenter la couverture de survie comme coupe-vent, mes précédents essais pour utiliser ce machin m'avaient plutôt déçus, mais je tente le coup  :-/ . J'opte pour une hutte de branchages: par chance le coin abonde en bois mort.


Le but principal de la manoeuvre étant de faire un abri coupe-vent; malgré la situation relativement abritée du coin je sens que cela va être la principale difficulté de la nuit. La couverture est placée à l'endroit le plus exposé, en me calant le plus près possible d'un petit buisson qui me fournit un premier abri naturel. Je la fixe à la charpente en nouant les coins avec de la ficelle (en ayant pris soin d'enlever l'écorce à ces endroits et en ayant coupé toutes les petites branches qui dépassent), ainsi qu'au sol avec des pierres, avec quelques morceaux de mousse intercalés. De cette façon je limite au maximum les risques de déchirure et en la tendant au mieux j'arrive à ne pas avoir ce bruit agaçant de papier alu froissé au moindre souffle. Je recouvre la partie restante d'une couverture végétale de mousse et d'herbe. Par manque de temps elle n'est pas très épaisse et ne résistera pas à un orage ou à un vent violent, mais pour l'instant l'effet me convient.


La nuit est déjà presque entièrement tombée, heureusement au fur et à mesure de la construction de la cabane j'avais prévu un petit stock de bois; je peux donc alumer un feu après avoir nettoyé la zone. Je n'ose pas trop le rapprocher de mon abri (vu le nombre d'incendies dans la région, les précautions à ce niveau ne sont jamais superflues) et j'espère que l'effet réflecteur de ma couverture se fera ressentir...

Attention...


Tadam !  :D


Au menu de ce soir : potage de pâtes aux herbes de provence ! (c'est ce truc qui glougloute dans la boîte de conserve... ), je me suis pas embêté pour le système de cuisson : la boîte en vrac dans le foyer, j'ai trouvé une chouette fourche en bois pour la retirer sans (presque) en renverser !  ::) . L'estomac calé et réchauffé, j'amménage une couche sommaire : lit de mousse assez fin (ça n'abonde pas dans le coin et j'ai presque tout utilisé celle environnante pour la toiture), recouvert du sac poubelle fendu en deux, en enfin sac de couchage.


Après une petite excursion nocturne sur le sommet de la colline pour repérer le chemin de demain matin, je redescent raviver mon feu, lire un peu, et finit par me coucher vers 22h après avoir changé de T-shirt et de chausettes. Mon sac me sert d'oreiller et ma veste fait office de "demi-sursac". Tant pis pour le feu, il n'est pas assez près pour me réchauffer efficacement, je me suis contenté de rapprocher quelques grosses pierres chaudes de ma couche et me suis servi du reste pour recouvrir le foyer.

La nuit s'est relativement bien passée, malgrès un réveil vers 2-3 h, après avoir ranimé le feu je me suis réchauffé (il paraît que la température a tourné autour de 3-4° cette nuit), ai changé les pierres de chauffe près de moi et j'ai pu me rendormir jusqu'au réveil du matin :

4h45 : Le chant d'un coq résonne dans le lointain, je me sens d'attaque pour repartir ! Mais tout d'abord, petit-déjeuner : orange + thé parfumé aux écorces de la même orange, + sucre.

Je m'en prépare d'ailleurs une petite bouteille de 50cl pour la route et commence à ranger mes affaires.

Je ne prend pas la peine de démonter entièrement la hutte, et me contente de reprendre tout ce qui est non-périssable comme les sacs plastique ou la couverture de survie (à ce propos : petit moment de fierté où j'ai presque réussi à la remettre dans son emballage !

Oui bon, c'est pas encore ça en effet... )

Et c'est le moment des derniers adieux.


Je reprend ma route aux premières lueurs de l'aube accompagné par le chant des oiseaux...


Et ne tarde pas à retrouver la civilisation sur mon chemin...


Finalement, je rentre chez moi vers 11h, revitalisé par cette petite escapade !  :D


Et voilà la vie en nature à ma façon, peut-être pas très "orthodoxe" au niveau du matos et de la préparation, mais j'aime bien cet esprit un peu foutraque des trucs faits à la dernière minute...  ::)
Comme vous pouvez sûrement le voir, même si je suis loin d'en être à mon coup d'essai, j'ai encore beaucoup de choses à apprendre, mais pour ça je ne me fait pas de soucis, je suis au bon endroit il me semble  ;)

Merci d'avoir suivi cette très modeste excursion, vos commentaires, conseils et autres sont bien sûr les bienvenus  [smiley=thumbsup.gif]

31 mars 2006 à 06:14:28
Réponse #1

Ancien forum



Posté par survivalfred

Ben voilà une petite sortie comme on les aime ici, je crois que t'as pigé le principe des reportages "maison"  ;)

Merci pour les photos.

Perso, j'aurais pris un peu plus de précaution du point de vue feu, surtout pour l'extinction et le départ sans laisser de trace sur le site ...

@ +

Fred

31 mars 2006 à 08:46:31
Réponse #2

Ancien forum



Posté par huskbarthai

top sympa la virée...  :)
(meme remarque concernant la remise en état des lieux du bivouac...)

31 mars 2006 à 09:21:05
Réponse #3

Ancien forum



Posté par DavidManise

Salut !

Excellente la petite virée :)  Il s'en dégage une impression de spontanéité et de légèreté que j'aime bien...  surtout dans la mesure où les priorités restent bien gérées.  On sent l'expérience qui se cache derrière ce départ apparemment "à l'arrache" ;)

Si je puis me permettre, deux petits trucs :

1) on perd énormément de chaleur par convection (vent, courants d'air).  Tu as bien fait de te faire un coupe vente.  Ceci dit, on perd aussi énormément de chaleur par conduction (contact).  A priori, si j'ai bien vu, tu n'avais pas de mousse isolant, matelas de sol, etc.  Tu aurais franchement avantage à t'isoler du sol, soit ne trimballant au moins un demi mousse, un bout de pare-soleil (les trucs qui font tout le pare-brise qui empêchent de crever de chaud dans les voitures l'été), etc, soit en prenant le temps de te faire un lit de brancheages ou d'épines, de feuilles sèches, etc.  Selon la nature du sol et sa température, on peut perdre ÉNORMÉMENT de chaleur par contact.  Les tissus synthétiques, et les couvertures de survie ne sont pas de bons isolants en conduction.  

2) un truc qui marche d'enfer pour les nuits froides, c'est la bouillotte.  Si t'as confiance en l'étanchéité de ta bouteille de flotte, tu fais chauffer de l'eau jusqu'à ce qu'elle soit juste un poil trop chaude pour y mettre le doigt, puis tu en remplis ta gourde/bouteille.  Tu glisses le tout dans une chaussette en laine (pour que ça diffuse plus longtemps et pour éviter de te brûler) et tu places ça sur un endroit de ton corps où la circulation sanguine passe près de la peau (aine, aisselles, cou), ou carrément sur la cage throacique, plutôt du côté du coeur.  C'est hallucinant de sentir la chaleur que ça dégage, surtout quand c'est bien enfermé dans le duvet.  Je suis passé souvent de l'enfer glacé au paradis tropical dans des duvets un peu limite grâce à ce petit truc.  Évidemment, GAFFE AUX DÉGÂTS D'EAU !!!

Ciao ;)

David

31 mars 2006 à 09:38:01
Réponse #4

Ancien forum



Posté par EH

Salut HCl

Très sympa tes photos. Bien dans l'esprit du forum en plus
Très beaux paysages de surcroit  :)
Quand à ton coté exhibitionistes, c'est plutôt faire partager une passion, c'est différent. Enfin moi, je le vois comme ça (vu que j'ai pas apperçu grand chose de torride à part ton feu).   ;D ;D

J'adore  ;)

31 mars 2006 à 11:41:27
Réponse #5

Ancien forum



Posté par Acidkloridric

Merci pour vos remarques et conseils, une tite bafouille pour répondre à 2 points :

- l'isolement thermique du sol : ça c'est ze grave erreur en effet, d'hab j'aime bien même en été me faire un petit nid douillet, mais là un peu par manque de temps, un peu par manque de visibilité pour rechercher des végétaux adéquats, beaucoup par flemmardise, j'ai voulu faire le dur lol et je me suis contenté de quelques mousses étalées (vu la quantité, l'efficacité a dûe être proche du néant)... Effectivement je m'en suis mordu les doigts ([size=9]j'le f'rais plus m'sieur ![/size]  :-[ ) même si au final j'ai quand même pu passer une bonne nuit...

- La remise en état des lieux au départ : effectivement je me suis pas foulé, mais j'ai oublié de préciser que j'avais prévu de remplir une bouteille vide à la rivière qui m'a servie pour me laver les mains et pour éteindre le feu à la fin... Ca ne se voit pas trop, mais les cendres ont été dispersées, les pierres écartées, le tout copieusement arrosé d'eau ( ainsi que d'un besoin pressant matinal  ::) ... Sans y voir de complexe freudien infantile ou chais pas quoi, c'est vachement efficace ;) )

voili voilou !

31 mars 2006 à 14:37:29
Réponse #6

Ancien forum



Posté par Looping

Belle virée. :D Un bivouac improvisé en provence, les choses simples de la vie nous procure un vrai bonheur.

 Chanceux! A cette date il faisait encore -15° la nuit dans l'est...  Et moi qui ai été Aixois de passage...   8-)  Lambesc.    Les calantes et ses coins sympa pour bivouaquer. Le Luberon et le Verdon un peu plus au nord... :'(

Sinon pour éviter le bruit de l'alu des couvertures de survie, une petite bache, ou plus léger une feuille de polyanne transparente (aussi moins encombrant) et si la météo se gate c'est + gros et permet de réaliser un vrai abri (ou TARP)

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité