Nos Partenaires

Auteur Sujet: Bien coopérer en survie (le groupe en général)  (Lu 5355 fois)

28 mars 2006 à 11:28:00
Lu 5355 fois

Ancien forum



Posté par EH

Suite à l'excellent pavé dans la mare de Lame_Duke, et à la suggestion de David, j'essaye de m'y coller.
Pour mémoire http://www.davidmanise.com/cgi-bin/yabb2/YaBB.pl?num=1143380535
Je ne suis pas familier de ce genre de sujet alors, pitié pour l'auteur. ;)
Je le lance, je n'apporte pas beaucoup plus. Libre à chacun de compléter ce qu'il veut.

Et oui, comment survivre en groupe (ou survivre au groupe).
La plupart de membres qui on bien voulu répondre ont eu une réaction similaire.
A savoir, ce sont tous des individualistes dès qu'ils se trouves en situation de survie ou simplement dans la nature. Je ne vais pas aborder ce thème là bien qu'il serait très intéressant.

D'abord quelle est l'intérêt d'être en groupe ?
Qui y inclure (si on a le choix).
Comment y trouver sa place.
Gérer les individus et les aspirations de chacun.
Comment bien répartir les tâches ou les rôles.
Et finalement comment faire pour bien coopérer en survie

Pour ma part, je n'ai pas vraiment d'expérience poussées dans ce domaine. Je vais donc me liver à quelques réflexions. A vous de vous exprimer (et oui, c'est un forum) .  :D

L'intérêt d'être dans un groupe.
Et bien c'est de ne pas être seul. ;D
L'homme est un animal sociable ne l'oublions pas. Sans personne sur une longue durée, nous risquons de perdre pied avec la réalité. :D
C'est aussi pouvoir compter sur l'aide et les compétences du groupe.
C'est partager les tâches au quotidien ainsi que le matériel.
C'est enfin pouvoir s'appuyer sur quelqu'un en cas de blessure ou même de baisse de moral.
Enfin dans le meilleur des cas  ....Car c'est aussi vivre avec des gens que l'on peut très bien ne pas supporter longtemps. D'avoir à subir les humeurs ou les sarcasmes des autres, les décisions arbitraires, un rythme incompatible avec son tempérament ou sa condition physique, etc .... :(

Qui y inclure ?.
Voilà une question très délicate.
Personne ne peut prétendre connaître quelqu'un d'autre dans une situation de stress.
La vie de tout les jour donne peu d'indication sur les capacités d'un individu à vivre en groupe et  en situation de survie pendant un certain temps. ::)
Le choix logique, pour autant qu'il y en ait un, serait de prendre des personnes complémentaire dans des domaines aussi divers que la médecine, la survie, la chasse, etc .... oui mais ne serait-ce pas là creuser un fossé. Accorder des qualifications plus que des individus n'est-ce pas déjà  une erreur ?
Mais choisir des gens pour leur caractère plus que les compétences aussi ?.  :-?

Comment y trouver sa place ?.
Pouvons nous supporter la vie en commun avec d'autres personnes ?.
Les rapports humains sont complexes. Rapport de dominé, dominant, neutre tout est possible selon les personnes et les caractères. Accepter d'obéir, de donner des ordres ou d'être un électron libre ?.
Des clivages risquent de voir le jour avec comme résultat de marginaliser quelqu'un ou même soi-même.
Choisir de créer un petit noyau dur indépendant ou bien rester ensemble ? :-/

Gérer les individus et les aspirations de chacun.
Sommes nous capable de faire passer le bien-être du groupe avant son égo ?. Sommes nous capable de supporter l'ignoble tire au flanc qui ne participe pas à aucune activité.
Bref, est-on capable de prendre sur soi tout ces petits trucs déplaisant auquel nous seront immanquablement soumis. Et les autres seront-ils capable de nous supporter aussi ?.
Avons nous la carrure d'endosser les responsabilités qui incombent à un chef ?. >:(
Bref, savons nous jouer à la nounou ou bien avons nous besoin d'être materné.

Comment bien répartir les tâches et les rôles.
Là je cale. :P Certains ici ont beaucoup d'expérience dans ce domaine (scout, secouriste, militaire etc ...).  :)
A vous de témoigner ...

Comment faire pour bien coopérer en survie ?.
Nous y voilà. Je n'ai pas de réponse toute faite tant il me semble que cela tient énormément au caractère de chacun. Nous seront certainement mieux accepté si nous prenons une part active, même modeste, aux taches quotidiennes. Notre confiance en soi doit être suffisamment forte pour pouvoir prendre de la distance et se donner le temps de la réflexion afin de soupeser sagement nos actions, nos réflexions et surtout de bien les faire accepter par le groupe.
Je pense aussi qu'il est important de rester à l'écoute de tout le monde sans exception. Marginaliser quelqu'un serait le mettre en péril et peut-être aussi le groupe en entier.

J'ai certainement laissé de coté énormément de chose....
 
Voilà, Le débat est lancé. A vos claviers.
Certes, c'est très (trop ?) vaste. La question principale risque d'être diluée dans les nombreuses interrogations et réponses mais cela me semblait être un tout.
Certains sujets ont déjà du être abordé dans différent post, je laisse aux modo le soin de faire le tri . (les pauvres  ;D )

Eric  :D



28 mars 2006 à 13:02:25
Réponse #1

Ancien forum



Posté par James

oui et non, reponse laconique qui resume tres bien ce que j'en pense tout en couvrant le sujet parfaitement et en detail  ;D

28 mars 2006 à 15:22:08
Réponse #2

Ancien forum



Posté par riketz

Y'avait un autre topic super intéressant un peu sur ce thème où il était question de savoir s'il fallait un "chef" ou pas et les risques que ca pouvait avoir. Avec plein d'astuces comme le jeu de cartes ou le cassoulet à cuisson trèèès lente...  Mais ca s'était plus pour l'isolation dun groupe il me semble.

Citer
D'abord quelle est l'intérêt d'être en groupe ?
Ben... on est pas seul deja...  :D Donc si il y a des bléssé et aucun moyen de contacyer des secours, on peut faire un groupe pour chercher du secours ou pour "reconnaitre" le terrain pour savoir quel chemin serait le moins dangereux. Ca peut aussi permettre de répartir les charges suivant les faiblesses qui peuvent arriver (accidents, blessures, mais aussi psychologiques) Et puis, la répartition des taches qui permet de se mettre en sécurité plus rapidement.
Citer
Qui y inclure (si on a le choix).

Là, le mieux est d'ètre avec des gens avec qui on part en rando ou autre, parce qu'en général se sont des amis ou plus si affinités... Et donc il y aura évidemment une meilleur entente qu'avec des inconnus, ce qui peut arriver dans une autre situation de survie. En taout cas, je prèfère partir en rando avec des amis, mèmes peu expérimenté, qu'avec des "pros" qui sont trop solitaire et préfèrerais faire leuyr (sur)vie tout seul.
Citer
Comment y trouver sa place.
On ravalant son ego et sa fierté et acceptant de faire des compromis et de respecter un certain ordre et une certaine hiérarchie du moment qu'elle est mise en place de manière "démocratique".
Citer
Gérer les individus et les aspirations de chacun.

Idem, et puis si y'a quelqu'un qui rale, j'essauyerai de faire un conseil en rond pour que chacun puisse dire ce qu'il pense et que les idées conviennent à tout le monde. Mais évidemment, les fortes tètes seront dur à gérer, mais plutot que de leur raler dessu à notre tour, autant leur demander de "faire leurs preuves" ce qui calme souvent la plupart.
Citer
Comment bien répartir les tâches ou les rôles.

Ben encore une fois, idem, essayer d'animer les bonnes volontés. L'air de rien il y en a souvent chez chacun, du moment que l'on "impose" rien.
Citer
Et finalement comment faire pour bien coopérer en survie

Là, je sait pas, un concours de blague pour décontracter l'ambiance, peut-ètre...

Bon, voila mes réponses, je suit prèt à recevoir les corrections des anciens! :D



30 mars 2006 à 01:40:22
Réponse #3

Ancien forum



Posté par kartoffel

James se la joue grand seigneur, mais il a été beaucoup expansif par le passé. Faut dire que Howling_Mike avait placé la barre très haut, et que les chefs, James il adore ça, ça l'intéresse beaucoup.
Voilà le fuseau : Leadership de groupe en situation de survie

N'empêche, vu l'application d'EH à bien poser le sujet, je regrette qu'il n'y aie pas plus de réponse de la part de ceux qui ont une réelle expérience des situations critiques en groupe.

30 mars 2006 à 08:47:06
Réponse #4

Ancien forum



Posté par EH

Ouais, je suis un peu déçu moi aussi. ça viendra plus tard je suppose ....  :-/
J'aurai du faire plus concis  ::)

 ;)

30 mars 2006 à 21:18:02
Réponse #5

Ancien forum



Posté par DavidManise

Salut :)

Bon je me lance...

Je trouve que tu as déjà très bien répondu à tes propres questions (c'est sans doute pour ça qu'il y a peu de réponses), donc je vais digresser un peu tout en restant dans le sujet général...

Je pense qu'une situation de survie est, par définition, le truc inattendu...  et donc à moins d'être en rando avec des potes, on s'y retrouve avec des personnes qu'on n'a pas nécessairement choisi.  Et même si c'est des bons potes, je peux vous affirmer que les gens changent très vite sous stress, et que les gentillesses de facade et les masques de politesse tombent très vite...

Donc on se retrouve, en gros, avec un groupe de gens hypersensible, peu intelligents à cause du stress, qui veulent arrêter d'avoir peur et de souffrir par tous les moyens ou presque.  Et il faut dire la vérité...  on risque d'être dans le même état aussi ;)

Donc...  je pense que la première chose à faire si on veut pouvoir coopérer, c'est de se calmer et de calmer tout le monde autant que possible.  Et ça, ben ça se fait en restant calme (au moins en apparence) et en posant des gestes qui rassurent, comme allumer un feu, etc.

Une fois que le niveau de stress descend un peu, on peut espérer parler et réunir les esprits autour d'un plan de match collectif...  et pas avant.

Ciao ;)

David

31 mars 2006 à 00:23:26
Réponse #6

Ancien forum



Posté par Tycho70

A lire ton post David, on sent déjà quelques peu que tu a envie de prendre les choses en main.

Loin de moi l'idée de faire un reproche, mais j'imagine que définir un plan collectif pour la suite, ça serai venu difficilement à l'esprit de  personnes qui n'ont jamais réfléchie à la situation de survie (ajouté à "l'effet chimpanzé").
En tout cas, si un groupe tombai en situation de survie avec toi, tu deviendrai instinctivement un meneur, ou plutôt un guide en proposant des actions à suivre.
Bref, c'est ce qui ressort de ton post au dessus : tu as envie de leur faire prendre la bonne voie :) (et ne pas suivre betement leur feeling).
C'est plutôt normal d'ailleurs car la différence avec des randonneurs lambda c'est que tu as déjà réfléchi au problème de la survie en groupe, et de plus tu sais en théorie (et en pratique aussi si je me souviens bien ;)) les actions a mener pour éviter les pièges.

Donc en fait (ça va peut être travestir l'idée de départ ?) si je comprend bien on essaye de savoir comment coopérer avec un groupe de personnes, disons moyens, alors que nous faisons parti nous même de ce groupe.

Désolé EH si je fais pas avancer beaucoup le sujet...   :-[ j'essaye déjà un peu de définir la problématique.

Alors je confirme l'idée selon laquelle ce sont : les personnes expérimentés (qui s'adaptent donc) et / ou les personnes qui ont déjà des expériences de "meneur" et / ou les personnes qui ont appris comment agir dans ces cas là, qui prendront les rennes du groupe. D'ailleurs à ce titre c'est sans doute mieux de la jouer sauce "démocratie" :
Ca marche toujours mieux de dire : Hey le groupe, ça vous dirai un ptit feu pour se réchauffer ? plutôt que "On fait un feu ! Dédé t'es de corvée de bois !"  ;D
Bon c'est du 2ème degré mais vous voyez l'idée.

Voilà, j'ai l'impression d'avoir élargit le débat et d'êttre parti dans tous les sens !  :-/  En tout cas je n'ai pas véritablement d'expérience de situation où j'ai vraiment été dans la mouise, encore moins avec un groupe (parce que "united, we are strong"  après tout). ;)

31 mars 2006 à 08:50:09
Réponse #7

Ancien forum



Posté par DavidManise

Citation de: Tycho70 link=1143538080/0#6 date=1143757406
A lire ton post David, on sent déjà quelques peu que tu a envie de prendre les choses en main.

Non.  Pas du tout.

Je n'ai pas "envie de" prendre les choses en main.  C'est plutôt les gens qui ont envie de me donner les choses en main, c'est différent.

D'expérience, je sais qu'on a souvent tendance à me donner de facto le chapeau de "leader".  Enfin ça dépend avec qui je suis, bien sûr.  Mais sans faire gaffe, juste en étant moi-même et sans agresser personne volontairement, je me retrouve quasi toujours avec des gens qui viennent me voir et qui me demandent "bon et là qu'est-ce qu'on fait ?"...

Ça se fait sans que je pense même à revendiquer un statut de chef.  Et en fait je m'en fous.  Si quelqu'un d'autre veut être le/jouer au chef, ça ne me frustre pas le moins du monde (sauf s'il met la sécurité du groupe en péril...  auquel cas je fais la révolution...  mais un bon chef qui prend des décisions pas trop mauvaises de mon point de vue, pas de problème : je me repose sur lui et je coopère...).  

En cas de désaccord profond avec le chef, et où je sens la sécurité du groupe ou ma sécurité menacée, j'argumente...  sans pour autant revendiquer la place de calife à la place du calife.  J'expose mon opinion calmement et clairement, avec lui/elle en apparté (pas devant tout le groupe pour ne pas l'aggresser encore plus).  S'il/elle l'entend et qu'on en tient compte, parfait.  Si on m'envoie promener parce qu'on a peur pour sa place de chef, je pèse simplement la moins mauvaise des deux options suivantes :

- fermer ma gueule et rester avec le groupe ;
- fermer ma gueule et quitter le groupe.

Dans tous les cas, je ferme ma gueule.  L'ouvrir ne fait que de rajouter du bruit de fond dans un truc déjà assez compliqué.

Ciao !

David

31 mars 2006 à 09:23:23
Réponse #8

Ancien forum



Posté par EH

Citation de: Tycho70 link=1143538080/0#6 date=1143757406
Désolé EH si je fais pas avancer beaucoup le sujet...   :-[ j'essaye déjà un peu de définir la problématique.
Tu as tord Tycho, en t'exprimant, tu contribues à faire avancer le schmilblili, le shmilbli,(p***n, j'y arrive pas :-[)  bref le débat.

Pour reprendre un peu tes propos sur David, je pense honêtement qu'il ne chercherait pas à s'imposer comme chef. Bon, je ne le connais pas encore mais il n'a pas le profil du mec qui se met en avant à tout bout de champ.
Il doit pouvoir l'être sans difficulté car il en a certainement les capacités intellectuelles, humaines et aussi techniques (la dernière n'étant pas pas primordial à mon avis) qui pourait faire de lui un bon chef.
Ce serait surtout de voir les gens rester cloués sur place qui l'inciterai à prendre les rênes. Je le crois volontier sur parole.

Toujours le bon vieux débat sur le chef. Comme si tout ne tenait qu'à ça ....  ::)
Je vois d'ici la scène : pendant que Tycho fait campagne pour le second tour de l'élection du chef auprès des survivants en état d'hypothermie, David, lui, allume un feu ....  ;D ;D ;D

 ;)

31 mars 2006 à 09:32:54
Réponse #9

Ancien forum



Posté par humpfrey

C'est clair que vivre en groupe, c'est parfois pas facile... Il y a 2 ans, quand j'étais parti dans le Sud pendant 15 jours, tout s'est relativement bien passer, jusqu'au moment du chargement de la voiture pour le départ ou il y a eut un clash entre 2 potes ...
Vivre en groupe, c'est vraiment pas simple car il suffit qu'un seul membre ne ravale pas son égo et sa fierté pour foutre une ambiance de m****...

31 mars 2006 à 10:18:42
Réponse #10

Ancien forum



Posté par DavidManise

Citation de: EH link=1143538080/0#8 date=1143789803
Pour reprendre un peu tes propos sur David, je pense honêtement qu'il ne chercherai pas à s'imposer comme chef. Bon, je ne le connais pas encore mais il n'a pas le profil du mec qui se met en avant à tout bout de champ.

Euh...  je suis flatté, mais franchement moi je m'énerve tellement je passe mon temps à me mettre en avant  :-[

Mais bon on va arrêter de parler de moi, sinon je vais tout bonnement me donner raison.

Citer
Il doit pouvoir l'être sans difficulté car il en a certainement les capacités intellectuelles, humaines et aussi techniques (la dernière n'étant pas pas primordial à mon avis) qui pourait faire de lui un bon chef.

Je suis encore plus flatté...  

ego --> EGO

... mais je ne sais pas si je mérite tous ces compliments  :-X

([size=8]Psst !  Merci !  je t'envoie ton chèque comme convenu [/size] ;))

Citer
Ce serait surtout de voir les gens rester cloués sur place qui l'inciterai à prendre les rênes. Je le crois volontier sur parole.

Je dois sûrement prendre les rennes (du père noël, par derrière et sans vaseline... ::) -- non les rênes voyons !), à un moment donné, mais je ne m'en rends pas vraiment compte.

Citer
Toujours le bon vieux débat sur Le chef. Comme si tout ne tenait qu'à ça ....  ::)
Je vois d'ici la scène : pendant que Tycho fait campagne pour le second tour de l'élection du chef auprès des survivants en état d'hypothermie, David, lui, allume un feu ....  ;D ;D ;D

Ouarf...  je pense que tu noircis Tycho, là...  Il a une bonne expérience de chef scout et à mon avis il sait être un bon chef, et non pas faire campagne pour le devenir...

Je pense que si Tycho parlait de ma volonté de prendre les choses en main, c'était pour souligner l'importance d'un certain leadership dans le groupe, et du même coup souligner une contradiction flagrante chez moi : je ne crois pas en l'autorité et j'aime qu'on décentralise au maximum les prises de décision, mais dans les faits je prends souvent involontairement le rôle de leader.

Et là je sais pas quoi répondre...  à part que peut-être que Tycho a raison, et que le leadership est utile...  ou alors que, même si je prends ce rôle, les chefs sont inutiles et donc moi aussi...  

Je sais pas.  J'ai du mal à tirer des conclusions générales...  

Ce qui est sûr c'est que les gens qui donnent des ordres, ça me gonfle à la vitesse de l'éclair.  J'ai un pote, comme ça, qui a le don de m'exaspérer.  Exemple, je suis en canot avec lui, y'a deux personnes : lui et moi.  On débarque chacun de notre canot le soir et il te dis d'un ton impératif : "bon toi t'allumes le feu, moi je vais monter ma tente".

Dans les faits, même si j'avais déjà pris la machette pour aller couper du bois mort avant qu'il dise ça, juste le fait qu'il me donne un ordre me donne envie d'aller faire autre chose.  À la limite, ça me prive du plaisir que j'aurais normalement eu à couper du bois mort pour allumer un beau petit feu sans fumée...  Mais bon je ferme ma gueule, ou alors je le charrie gentiment en lui répondant des trucs du style "Non.  TOI tu montes ta tente, et MOI je vais allumer un feu" ;D

Et là il s'excuse et il se marre...  

Et tant que tout va bien, il continue sans arrêt à dire "on fait ci on fait ça, on va là, toi tu fais ça, etc.".  Puis dès qu'il commence à stresser et que ça commence à devenir dangereux, subitement il passe au mode interrogatif et il me demande ce qu'on doit faire.

Bref...  c'est juste pour illustrer que le chef n'est pas toujours celui qui donne les ordres, mais plutôt celui vers qui on se tourne pour demander un conseil sur la marche à suivre pour s'en sortir indemne.  C'est facile d'être capitaine quand le ciel est bleu que la mer est calme ;)

Ciao ;)

David

31 mars 2006 à 10:36:53
Réponse #11

Ancien forum



Posté par EH

David, il y a déjà un sujet sur les chefs, je ne vais pas en rajouter.
Je ne mets surtout pas en cause l'aptitude de Tycho comme chef.  ;)

Je ne te connais pas encore, ni Tycho d'ailleurs. Je ne dis que ce que je ressens au travers des divers messages que j'ai lu.Tu le sais comme moi, que l'on arrive à lire entre les lignes avec un peu d'attention ....

Tant pis pour ton ego, moi, j'attends Die pour constater de visu.  ;)

[size=9](euh? David, je préfère par virement. ça le fait aussi ?) ;D[/size]


31 mars 2006 à 13:14:52
Réponse #12

Ancien forum



Posté par Tycho70

Comme dit David, ce n'est pas simple de tirer des conclusions définitives. Je ne sais même pas d'ailleurs si on peut généraliser tellement chaque personne ou situation est différente.

Ceci dit pour ajouter un peu de relativisme au débat j'ajouterai ceci :

Même si on est un gars qui a de la bouteille, gros survivor qu'a tout vu tout fait avec une âme de leader et tout (pas moi quoi :)) on ne peut pas faire l'économie de conseils extérieurs.  Déjà à mon niveau, lorsqu'il y a des décisions importantes à prendre, je ressent le besoin d'avoir des avis différent du mien par des personnes que j'estime autant sinon mieux qualifiées que moi sur tel ou tel point. C'est important de se sentir soutenu, et d'avoir la confirmation qu'on prend des décisions raisonnables.

D'ailleurs, je vous assure qu'il n'y a rien de rassurant lorsque tout le monde dit oui à tout ce que vous dites sans broncher... vous avez l'impression que personne n'ose se prononcer et donc que tout repose sur vos épaules...
Certes celui qui mène, c'est celui-là même, qui prendra la décision finale (qui est souvent un compromi entre les différents points de vues) mais c'est beaucoup plus saint de débattre.

Voilà, donc ma conlusion actuelle(vous etes autorisés à me contredire  ;D) : même si on a été "élue" (implicitement ou explicitement) par le groupe, mieux vaut coopérer avec les autres et chercher à avoir des avis différent du votre. Plusieurs points de vues sur une question sont beaucoup plus enrichissants qu'un seul point de vue, même si au final c'est le meneur qui aura la lourde responsabiliter de trancher et ce sera le 1er à se faire blâmer si ça foire.. c'est le revert de la médaille !

31 mars 2006 à 13:18:30
Réponse #13

Ancien forum



Posté par DavidManise

Putaing :D

Je pensais pas que je dirais ça un jour, mais là j'ai pas le choix : tafdak avec toi, Tycho :)

David

31 mars 2006 à 13:23:24
Réponse #14

Ancien forum



Posté par Tycho70

[Rire gentil sans méchanceté aucune] :  ;D lol !

Voilà un exemple de coopération réussi ! Allez pour immortaliser ce moment David, je t'apporterai une bonne bouteille de pommeau bien de chez nous le jour où on se rencontrera !  :)

31 mars 2006 à 13:47:25
Réponse #15

Ancien forum



Posté par EH

Bon alors,on peut passer à la suite maintemant que vous avez trouvé un terrain d'entente ?. ;D
C'est ça la magie du forum.  :'(

31 mars 2006 à 16:02:13
Réponse #16

Ancien forum



Posté par Paintedhorse

Allez, j'y vais de mon p'tit grain de sel,

Avant tout, pas facile de disserter en forum sur cette question.

Je dirai, d'abord, quel type de survie? De la mise en situation ou du réel? De la survie ou de la rando ultra légère? Combien de temps? Où, dans quel environnement? Quel est l'origine de la situation? Le groupe existait il ou s'est il formé suite à la situation?
En situation de survie réelle, le plus important se sera de se reprendre et dans ce cas là, les autres ils sont sur la planète Mars.
Si vous avez la chances de vous reprendre, avant de donner son avis, je dirais qu'il faut agir car si il y survie, il y a blessés, état de choc, donc il faut les aider, la coopération viendra. (Et j'imagine que vos proches direct sont intacts).

Quel est l'origine? Accident, coulée de boue, innodations, guerre? Partant de là des secours vont ils arriver ou faut il deguerpir?
Dans la pluspart des cas les secours arrivent rapidement. Je crois également que 95% des gens suivront  le premier qui prendra les décisions car ils ne veulent pas en prendre . Ils veulent bien critiquer mais décider c'est autre chose.
Je crois que le problème de la coopération en situation réelle va survenir quand les secours vont tarder et qu'il va falloir trouver de la nourriture ou du matériel médical. Un problème va se poser si il y a des armes.
Ici je pense à la Nouvelle Orléans,  d'aucuns pour protéger leur bien tirait sur des pillards. Mais, était ce tous des pillards?

Certains disent: "Si ça ne va pas, je me casse."
Oui, mais pour où? Est ce possible? Sera t on considéré comme survivant ou comme ennemis?

J'ai pas fini, mais pour me clarifier les idées j'en reste là pour aujourd'hui.

A+

31 mars 2006 à 21:37:30
Réponse #17

Ancien forum



Posté par Corin

Je n'avais rien écrit sur ce sujet du leadership essentiel à la survie... Je devais être distrait ;D
Si l'on prend les mêmes précautions verbales que Tycho et David: "chaque situation est différente"... et si j'abonde dans le sens de la conclusion "actuelle" de Tycho (trop compliqué le bazar pour insérer des citations :D), si j'abonde dans son sens donc, c'est qu'il me semble qu'un des éléments essentiels pour éviter de partir en live est de proposer rapidement de se concerter et d'en désigner un qui aurait les qualités pour assumer les fonctions de leader et à qui il reviendra de superviser la réalisation des tâches liées à la survie (la définition de ces tâches pouvant se discuter en groupe).
Cela dit (j'apporte pas grand chose en confirmant les propos de Tycho, validés par David. Ouf! ;)), je confirme ce que dit David sur l'intérêt de poser un acte symbolique qui change les idées. Pour moi, ce sera de faire du café. J'en ai toujours à cet usage dans mon kit de survie (des batonnets de lyophilisé).
En conclusion, les premiers moments clés de la survie en groupe seraient selon moi:
- éviter le suraccident (se mettre ou mettre les autres à l'écart d'un danger immédiat) et vérifier sommairement l'état de santé des membres du groupe.
- poser un acte qui rassure (allumer un feu, faire du café...).
- se concerter en demandant à chacun son analyse de la situation et les actions qui selon lui doivent être menées (on réfléchit mieux à plusieurs).
- en désigner un pour vérifier la coordination des tâches.

Qu'en pensez-vous?

A+

01 avril 2006 à 21:07:22
Réponse #18

Ancien forum



Posté par DavidManise

Citation de: Corin link=1143538080/15#17 date=1143833850
J- en désigner un pour vérifier la coordination des tâches.

Moui.

Possible qu'on tombe direct sur le bon, surtout si ce sont des potes ou des gens qui ont l'habitude de bourlinguer ensemble, mais je pense que les "leaders" des divers domaines de compétence qu'auront à rencontrer le groupe émergeront de toute façon d'eux-mêmes...  même si ça doit créer des conflits avec le leader désigné officiellement.

Je pense que le rôle de leader est toujours plus ou moins temporaire, et qu'il change souvent en fonction des problèmes.  Par exemple, celui qui sait vraiment bien lire une carte et utiliser une boussole deviendra leader, ne serait-ce que quelques secondes, quand il s'agira d'orientation.  De même, celui qui s'y connait vachement bien en plantes comestibles deviendra leader quand il sera question de cueillette, etc.  

J'ai souvent peur -- en devenant moi-même leader ou en voyant un leader quelconque être désigné -- que ça empêche les spécialistes de s'exprimer.  Je pense qu'un groupe très hétérogène, mais qui sait laisser chaque spécialiste faire son job est de LOIN plus fort qu'un groupe où tout le monde est pas mauvais dans tout, et très fort pour écraser son voisin ou monter dans la hiérarchie...  

Après, qu'il y ait besoin d'un "sur-chef", ou d'un "chef des chefs" ou n'importe, c'est une autre question, mais j'ai tendance à placer ce chef là au même niveau que les autres, mais ne le voyant comme responsable de préserver la capacité de chacun des spécialistes de s'exprimer librement.  Toutes les décisions graves, à mon avis, doivent être prises démocratiquement, autant que possible.

Enfin chai pas.  Je réfléchis tout haut, là...  mais c'est intéressant de voir comment on peut imaginer des structures "politiques", sur quoi on peut les baser et tout, dans un petit groupe comme ça.  

Ciao :)

David

01 avril 2006 à 23:03:42
Réponse #19

Ancien forum



Posté par Maximil

Ca va peut être surprendre, mais je suis pour la dictature intelligente. Un chef reconnu pour ses qualités, qui prend conseil en cas de doute, mais qui applique les principes fermement une fois décidés afin de ne pas passer trois heures à  savoir si on doit bien prendre le chemin de gauche parcequ'un couillon dans le groupe est persuadé à tort qu'il faut prendre à droite.
Un rôle de chef quoi ! ;D

01 avril 2006 à 23:20:59
Réponse #20

Ancien forum



Posté par Corin

Le problème qui se pose le plus souvent en matière de leadership, c'est lorsqu'aucun membre du groupe ne se détache des autres ou lorsque plusieurs ont les qualités pour occuper la fonction de leader.
Réussir à en désigner un pour "diriger" le groupe (ou au moins pour coordonner ses actions) devient alors délicat :-?.
Savoir proposer aux autres membres du groupe de se réunir, de discuter puis d'en désigner un pour jouer ce rôle est, semble-t-il, l'un des actes les plus essentiels de la survie en groupe.
En fait, pour le faire, il faut mettre en jeu le rôle de leader que l'on se voit peut-être déjà assumer. Il faut pas mal de force de caractère. Un mental de leader... en somme ;).

A+

02 avril 2006 à 19:15:58
Réponse #21

Ancien forum



Posté par EH

Avec des gens qui se connaissent, qui ont bourlingué ensemble ok.
Mais dans le cadre d'un petit groupe de parfait inconnus ?. Je suppose que dans un premier temps l'un des membres du groupe risque de prendre la tête de façon presque "autoritaire" parce qu'il est déjà chef d'entreprise, entraîneur, policier, bref quelqu'un qui à l'habitude de mener des personnes dans un contexte différent. Là je vois le 1er clash. Il n'aura pas à faire à, ni ses employé,ni ses subalternes ,etc ....
Donc, à moins d'avoir l'âme du leader et les compétences, il ne fera pas long feu. Dans une situation de survie, je pense que ce rôle échoira à terme à celui qui aura les compétences pour trouver de quoi nourrir les autres. Pourquoi ?. C'est simple, il n'aura pas le sentiment de dépendre des autres, il sera autonome. Il aura donc le rôle de la mère nourricière avec ses prérogatives. D'où un ascendant certain sur les autres. Evidement, si plusieurs personnes partagent ce "don", cela remet ma théorie en question pour un temps (il y en aura un qui sera forcement plus faible que l'autre sur la durée ou sur la quantité de nourriture apportée).:-?


Voilà ma réflection du moment ... Le débat reste ouvert  ;)

02 avril 2006 à 20:27:47
Réponse #22

Ancien forum



Posté par DavidManise

Ce qu'on dit implicitement, là, c'est que pour bien coopérer en survie il faut un chef, sous une forme ou sous une autre ?

David

02 avril 2006 à 20:32:18
Réponse #23

Ancien forum



Posté par Pierrot

Ce que vous avez oublié aussi, c'est que les 3/4 des gens veulent un chef pour ne pas avoir à prendre de responsabilités; et seront tout content de vous propulser à ce "poste" quitte à vous lyncher le lendemain.

02 avril 2006 à 20:58:59
Réponse #24

Ancien forum



Posté par EH

Ma réponse irai plutôt dans le sens de Pierre. C'est du à notre éducation ou notre société, nous avons toujours besoin de quelqu'un qui soit le leader
Nous vivons dans une société policée et je pense que nous avons une tendance naturelle à reproduire le même système.
Donc oui, il doit y avoir un chef (surtout si il n'y a que des gaulois, j'imagine la pagaille  ;D)

Le jour ou tout le monde arrivera à voir son prochain comme son égal, je pense que la notion de chef pourra disparaitre mais y'a encore de la marge ...  ::)

D'ailleurs je vais me coucher, j'ai le neurone qui flanche ce soir (p*tain de VTT :D)

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité