Nos Partenaires

Auteur Sujet: Bien coopérer en survie (le groupe en général)  (Lu 5343 fois)

03 avril 2006 à 11:46:45
Réponse #25

Ancien forum



Posté par Paintedhorse

En parlant de chef par ses connaissances et qualités,

Encore faut il l'admettre!

J'illustre.

J'imagine que dans un groupe, des personnes telle que David ou Tycho n'auront pas trops de mal à s'imposer,
Mais prenons un groupe de gens qui ne connaissent de la survie que les jeux ou les séries débiles que notre petit écran leur offre. Combien accepteront  les informations de notre Guillaume alors qu'il en connait probablement dix fois plus qu'eux?

Un autre problème qui se pose aussi est ce que j'appelerai le côté "Saint Bernard" de la pluspart des utilisateurs de ce forum.
Même si on a pas la science infuse, on peut voir qu'un groupe risque fort de se planter et bien qu'on voudrait les envoyer au diable,
Il y a une petite voix qui nous dit "les laisse pas tomber"

A+

03 avril 2006 à 13:00:15
Réponse #26

Ancien forum



Posté par DavidManise

Citation de: Paintedhorse link=1143538080/15#25 date=1144057605
Combien accepteront  les informations de notre Guillaume alors qu'il en connait probablement dix fois plus qu'eux?

Excellente remarque, PaintedHorse.  

Citer
Un autre problème qui se pose aussi est ce que j'appelerai le côté "Saint Bernard" de la pluspart des utilisateurs de ce forum.
Même si on a pas la science infuse, on peut voir qu'un groupe risque fort de se planter et bien qu'on voudrait les envoyer au diable,
Il y a une petite voix qui nous dit "les laisse pas tomber"

Je plaide coupable.  Mais bon...  au fonc, c'est pas tellement une vilaine chose, si ?  

Perso j'essaie de favoriser la vie, et donc tant que le groupe ne met pas ma survie en péril je pense que ça peut être bien de mettre des chances de son côté (du côté du groupe).  Ceci dit...  si le groupe nuit réellement à mes chances de survie, là mon attitude change radicalement.

Ciao ;)

David

03 avril 2006 à 15:30:23
Réponse #27

Ancien forum



Posté par Paintedhorse

Je plaide coupable.  Mais bon...  au fonc, c'est pas tellement une vilaine chose, si ?  


C'est une EXCELLENTE chose, dommage qu'on soit si peu nombreux.

Un autre aspect dans la gestion du groupe si il est destiné à durer plusieurs jours: empêcher certaines discussions et certains sujets.
Les deux plus importants (auquels tous le mondes pensent): la politique et la religion. Pour avis, ils sont strictement interdit sur les bases scientifiques polaires.
Mais certains sujets en apparence anodins peuvent dégénérer dans certaines situations.
Exemple: Un simple jeu, mais, dans le groupe, il y a soit un mauvais perdant qui va en vouloir à tous soit un mauvais gagnant qui va rappeler en permanence aux autres qu'ils ont perdus. Explosif dans le genre gaz d'ambience.

Tiens, un petit exercice pour ceux qui disent qu'ils s'en vont si ça ne va plus:

Vous êtes avec vos proches dans un groupe en situation de survie, l'un d'eux est blessé et la trousse de secours dont il a impérativement besoin est parmis le groupe que vous ne pouvez plus sentir, Quid? Comment vous agissez?
Idem, pas de blessés, mais une seule réserve d'eau en zône aride, Quid?

Je n'ai pas de réponses toutes faites, aussi est ce avec le plus grand intérêt que je lirai vos arguments

A+

03 avril 2006 à 16:27:41
Réponse #28

Ancien forum



Posté par Maximil

Déjà, ton scénario n'est pas possible car je n'aurais pas laissé la trousse de secours aux mains d'un groupe que je ne peux pas sentir.  ;D
 
Ensuite, si j'ai besoin de cette trousse de secours pour une question de vie ou de mort, je l'aurais. Si le groupe n'est pas suffisament intelligent pour coopérer après discussion (sur un entraide possible), je repars sur une base: "tout ceux qui ne sont pas avec moi sont contre moi". Et donc vu que nous sommes dans une situation de survie... il faudra prendre les décisions qui s'imposent.

Pour la réserve d'eau, s'il n'y a pas moyen d'aller ailleurs, cela va être le même problème, donc la même situation. A la seule différence près, que s'il n'y a pas assez d'eau pour les deux groupes, il faudra necessairement que l'un des deux groupes bouge... ou meurt tout simplement. Donc dans ce cas, j'évalue la capacité de bouger (plutôt que de rester).

Voilà, certains vont peut être me trouver un poil bourrin sur ce coup là, mais il faut savoir si on est en situation de survie ou non. En survie pour moi c'est soi entraide, soit ignorance soit conflit. Et cas de mort, l'ignorance ne fonctionne plus.

04 avril 2006 à 08:32:41
Réponse #29

Ancien forum



Posté par DavidManise

Citation de: Maximil link=1143538080/15#28 date=1144074461
Voilà, certains vont peut être me trouver un poil bourrin sur ce coup là, mais il faut savoir si on est en situation de survie ou non.

Bah moi c'est un peu pareil.

Dans la mesure où je cherche à favoriser la vie, si j'ai à choisir entre deux vies je vais "prélever" celle qui a tendance à prendre des vies et à les mettre en péril.  Ça légitime qu'on bute un meurtrier qui s'apprête à tuer quelqu'un.  En admettant qu'on n'aie pas d'autre choix que de buter le meurtrier, c'est lui que je choisis de tuer plutôt que de le laisser prendre la vie d'une personne innocente.  Sinon au bout du compte je me retrouve avec une vie en moins, et la vie qui reste en est une qui peut en prendre d'autres...

Je sais pas si je réussis à expliquer ce que je veux dire...

Enfin bon.  Quoi qu'il en soit, c'est jamais aussi blanc et aussi noir, et dans les faits je me débrouille pour faire le moins de dommages possible, peu importe la situation.  

Ciao ;)

David

04 avril 2006 à 08:50:10
Réponse #30

Ancien forum



Posté par Pierrot

Là on touche du doigt le problème, à savoir qu'en réelle situation de survie, les notions de respect et d'altruisme vont êtres sèrieusement mise à mal quand il va s'agir de sauver sa peau.
Comme il a été dit plus haut, le vernis va craquer.
Le fait pour un groupe de posséder un item que l'autre n'a pas va lui conférer une supériorité certaines.
Il suffira alors que dans ce groupe se trouve une ou deux " grandes gueules " , au sens péjoratif du terme, pour que les conditions deviennent infernales.
Il est impressionnant de voir à quel point le fait de détenir un "pouvoir" si minime soit-il peut changer certaines personnes, et souvent pas en bien.
Je crois aussi comme vous que dans une "vraie" situation de survie qui va durer, un gars ayant des velléités d'homicide devra être éliminé, bien que ceci soit contraire à notre éducation.
Sinon, ce sera vite chacun pour sa peau...... et cela risque de se solder par la mort de tout le monde.

04 avril 2006 à 09:46:52
Réponse #31

Ancien forum



Posté par EH

Avec un groupe de crève la faim, le moindre bout de nourriture doit se disputer férocement.
Malheur à ceux qui seront trop faibles pour pouvoir se defendre, je crains que nos vieux atavismes feront surface très  vite. Les comportement les plus primaires riquent de faire leur apparition très vite, je suis d'accord.
Mais de là à tuer quelqu'un sur des présomptions d'un risque d'homocide est un peu limite quand même.
Il y a, des fois, loin de la coupe aux lèvres.
Quelqu'un peu bien craquer momentanément avant qu'on puisse le raisonner.
C'est la que ce trouve toute la subtilité de la vie en groupe. Savoir déceler les faiblesses des uns pour éviter une crise latente.

04 avril 2006 à 10:03:11
Réponse #32

Ancien forum



Posté par Pierrot

Citation de: DavidManise link=1143538080/15#29 date=1144132361

Dans la mesure où je cherche à favoriser la vie, si j'ai à choisir entre deux vies je vais "prélever" celle qui a tendance à prendre des vies et à les mettre en péril.  Ça légitime qu'on bute un meurtrier qui s'apprête à tuer quelqu'un.  En admettant qu'on n'aie pas d'autre choix que de buter le meurtrier, c'est lui que je choisis de tuer plutôt que de le laisser prendre la vie d'une personne innocente.  Sinon au bout du compte je me retrouve avec une vie en moins, et la vie qui reste en est une qui peut en prendre d'autres...

Je ne crois pas qu'il y ait des assassins en puissance sur ce forum.
Je suis parti sur l'hypothèse de David qui parlait de passage à l'acte, il est bien évident qu'il faut attendre le point de non retour dans un contexte aussi grave et sèrieux.
Mais c'est aussi hélas une situation qu'il faut avoir en tête, lorsque le cerveau reptilien prend le dessus, la meilleure éducation devient lettre morte.

Comme tu le dis, savoir déceler les faiblesses et recadrer le groupe quand il le faut permettra de maintenir une bonne cohésion, mais pour cela il faut une bonne dose de psychologie.


04 avril 2006 à 11:03:26
Réponse #33

Ancien forum



Posté par EH

Oui surtout que notre jugement risque d'être altéré par la fatique, le stress, la faim, le c*n d'en face qui ne veut pas partager sa racine, etc ...
Bref, tout est possible y compris une grosse erreur de jugement.
Dans une situation extrème au sein d'un groupe, je ne suis même pas sur de pouvoir me fier à moi-même tant la perception des choses doit être faussé. D'ou l'intérêt de pouvoir souder un groupe dès le début et de maintenir coûte que coûte la cohésion. La moindre petite animosité qui ne serait pas traité dans l'instant pourrait risquer de prendre des proportions insoupçonnées.
Le dialogue : arme ultime de la survie en groupe ?  :-?

Je rajoute un cours de psychologie élémentaire en situation de survie dans mon kit à moi.  :D

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité