Nos Partenaires

Auteur Sujet: Stage au CIGS  (Lu 8699 fois)

28 juin 2006 à 09:02:57
Réponse #25

Ancien forum



Posté par Diesel

Citation de: Thomas-des-bois link=1150542498/15#23 date=1151442460
Ceux qui ont une vision hostile de la nature sont ceux qui sont mal préparés à mon avis, car c'est la peur qui crée ce stress et ce "rejet en bloc" de la nature. Celui qui est prêt n'a rien a craindre, et ne tente donc pas de "resister" a la nature, il coule avec elle.
100% d'accord avec toi. Et avec Guillaume avec lequel je suis sur la même longueur d'onde à priori.  ;)

Citer
Tu dis également : "A soumettre son corps à des extrèmes, il n'y a pas grand chose à gagner."
Là encore je ne suis pas du tout d'accord. La discipline que je pratique consiste ni plus ni moins à savoir s'adapter aux difficultés que l'ont peut rencontrer. Je suis donc bien placé pour dire que l'entrainement est primordial (quelle que soit la discipline d'ailleurs).
Je te parle de limite physique et toi tu enchaines sur de l'entraiment. Apprendre à contruire un abri ou des techniques de survie ne sont pas traumatisants pour le corps. Se geler, se déshydrater, avoir faim volontairement si. C'est dans ce sens que je le dis. :)
Puisqu'on dit la même chose donc on doit être d'accord quelque part, non ?  ;)

Citer
D'ailleurs tu vas un peu dans mon sens puisque quelques lignes plus bas, je peux lire "Avoir vécu des épreuves rend plus supportable une situation, donne plus de confiance. C'est donc un atout à ne pas négliger."
Je parlai de l'approche psychologique. On est bien sur le même point de vue.
Avoir vécu ou s'être entrainé permet d'avoir une longueur d'avance ou les connaissances à même de se simplifier la vie,c'est certain. Mais en aucun cas ce n'est un gage de survie malheureusement.
Il faut savoir rester humble devant les épreuves. (humble mais confiant en soi ;))



28 juin 2006 à 15:24:34
Réponse #26

Ancien forum



Posté par Thomas-des-bois

A nouveau, j'espère que mon insistance avec tout ca n'est pas perçu par vous comme une aggression ou quoi que ce soit. J'essaie juste d'expliquer mes points de vue en prenant en compte les votres.

Guillaume tu as dit :"On parle d'acclimatation là  Clin d'oeil.
On peut s'acclimater sans tomber dans les extremes: on est pas obligé de se dire un jour "je vais allé me mettre tout nu dans la neige pour m'entrainer" pour s'acclimater, on peut simplement prendre des douches froides, courrir au petit jour...
De plus quand on s'entraine de façon extreme, on le fait pas souvent régulièrement, et ça, ça ne sert à rien."

En quoi se mettre tout nu dans la neige serait extrême ? Ca le serait pour quelqu'un qui ne possède aucune préparation. Mais pour quelqu'un qui a commencé, comme tu le dis, par prendre des douches froides, par s'entrainer dehors en plein hiver torse nu (je pratique moi même ces choses là, je sais donc de quoi je parle), se mettre nu dans la neige ne serait que la continuité normale de cette préparation.

Je le répète, un entrainement extrême serait un entrainement inadapté. Comme je l'ai dit dans mon précédent message, la preparation doit etre progressive. Si on respecte cela, on peut elever le corps et l'esprit humain à des niveaux incroyables (voir la photo).
Je parle ici de la resistance au froid, mais on peut tout travailler de manière progressive et donc pas extrême: resistance au chaud, a la faim, a la soif, a la peur, a la douleur, au stress, etc (la liste s'allonge a l'infini).

Par ailleurs, l'acclimatation et l'entraînement sont deux choses bien différentes. Le corps et l'esprit on une faculté d'adaptation qui fonctionne automatiquement, mais qui rest très limitée et surtout, qui s'étend sur une certaine durée, par opposition a la situation de survie qui se joue dans l'immédiat (d'où l'importance d'une préparation préalable).  

Je pense que nous pouvons tous nous mettre d'accord sur le fait que plus on se prépare physiquement et mentalement, plus on sera performant dans une situation de survie.


Diesel, tu as dit :"Apprendre à contruire un abri ou des techniques de survie ne sont pas traumatisants pour le corps. Se geler, se déshydrater, avoir faim volontairement si."
Je ne peux que te renvoyer vers ce que j'ai dit plus haut

A nouveau, si je parle de cela, c'est que c'est un domaine que je connais bien, et je ne cherche en aucun cas a entrer en conflit avec qui que ce soit de ce sympathique forum.

28 juin 2006 à 17:18:31
Réponse #27

Ancien forum



Posté par French Kiss

// Mode bruit ON:
se faire sponsoriser par une marque de sous-vetements masculins pour ce genre d'exploit, ca fait rever ;D
Mode bruit OFF //

Ce genre de preparation se heurte quand meme a mon instinct de preservation, je vois pas l'interet de s'infliger des souffrances superflues pour des situations qui ont une chance infimes, voire inexistante, de se produire.  S'habituer au froid ou au chaud jusqu'a un certain point, je le concois, mais sans chercher a forcer son corps c'est mieux. Par ailleurs, certaines experiences d'acclimatation se revelent etre des erreurs colosales, comme celle consistant a reduire sa ration quotidienne d'eau pour mieux supporter son absence en milieu aride... c'est de la c*nnerie en barre, et dangereuse avec ca...

Bon apres, chacun prend son plaisir ou il peut  :D

28 juin 2006 à 20:40:29
Réponse #28

Ancien forum



Posté par guillaume

100%, en plus tu trouves des exemples concrets que je n'avais pas  :)

Citation de: Thomas-des-bois link=1150542498/15#26 date=1151501074
Je pense que nous pouvons tous nous mettre d'accord sur le fait que plus on se prépare physiquement et mentalement, plus on sera performant dans une situation de survie.
Oui mais, cf plus bas *

Citation de: Thomas-des-bois link=1150542498/15#26 date=1151501074
Diesel, tu as dit :"Apprendre à contruire un abri ou des techniques de survie ne sont pas traumatisants pour le corps. Se geler, se déshydrater, avoir faim volontairement si."
Je ne peux que te renvoyer vers ce que j'ai dit plus haut
* là tu t'expose, enfin t'expose ton corps à d'éventuelles séquelles, maladies.
Après si tu veux te mettre en danger volontairement, libre à toi; tu es jeune (je crois) donc ton corps suporte les mauvais traitements pour l'instant mais pour combien de temps? Ton corps te le rendra par le suite, crois moi.
De plus, tu vas un peu à l'encontre des conseilles du forum qui sont de ne jamais se mettre en situation de survie/danger volontairement.

a+

[edit]Je ne veux pas te paraitre méchant, loin de là, je te met en garde c'est tout  ;)[/edit]

29 juin 2006 à 00:16:57
Réponse #29

Ancien forum



Posté par Thomas-des-bois

Ne t'inquiète pas pour moi, je sais parfaitement ce que je fais, et je n'ai jamais autant été en forme que maintenant, et c'est grace a mon entrainement.

Comme je l'ai dejà dit, le risque existe lorsque on saute les étapes. Si la préparation est progressive, le corps ne peut que se renforcer, et sans sequelles. J'ai des tas d'exemples de personnes qui incarnent exactement cet esprit (cf notamment la "Methode Naturelle" de Georges Hebert).

Je n'invente rien, toutes ces théories ont déjà été pensées, étudiées, expérimentées, vérifiées bien avant moi.

Je ne me met d'ailleurs pas en situation de survie volontairement, puisqu'à nouveau, c'est un entrainement progressif, réfléchi et assidu que je pratique et non des efforts bourrins, irréfléchis et extrêmes.
Au risque de me répéter, c'est mon domaine, et je sais ce que je dis.

French kiss, tu dis : "je vois pas l'interet de s'infliger des souffrances superflues pour des situations qui ont une chance infimes, voire inexistante, de se produire."
Si l'on s'appelle monsieur Tout-le-monde, que l'on travaille a la caisse d'épargne et qu'en juillet on part au club med avec les enfants, c'est en effet peut etre superflu (pas inutile). Si en revanche, on est un Mike Horn, qu'on s'amuse a faire le tour du monde dans tous les sens en mode warrior, alors ce n'est peut etre pas si superflu... Pour ma part, si je devais me situer, je me rapprocherai plutot du 2e exemple.

Voilà, je serais heureux de continuer cet amical petit débat, mais je pars demain dans le sud pour un mois, et ce sera difficile pour moi de me connecter. Je ne pourrais que répondre à mon retour je pense.



29 juin 2006 à 17:08:54
Réponse #30

Ancien forum



Posté par DavidManise

Salut :)

Moi je suis assez d'accord avec Thomas.  Je pense que le tout est d'y aller progressivement...  Et pis chacun est libre de traiter son corps comme il le souhaite, tant qu'il ne se détruit pas la santé ;)

Ciao ;)

David

29 juin 2006 à 17:52:29
Réponse #31

Ancien forum



Posté par Maximil

La notion d'extrême est une notion personnelle et subjective.
(sauf quand quelqu'un est extrêmement con, on parle alors souvent d'une notion objective !  ;Dlol)

29 juin 2006 à 18:20:12
Réponse #32

Ancien forum



Posté par verousse

Salut!  J'men viens mettre mon grin de sel....

Je crois que l'important dans tout ça, c'est la préparation, et le respect de ses limites.  Si on a des buts précis d'expériences plus ou moins "extrêmes, et que l'on ressent le besoin de s'y préparer, effectivement, un programme d'entraînement sur mesure pourrait aider.  

Encore une fois, un peu comme vous dites tous, faut y aller progresivement, en dépassant les limites psychologiques du "confortable" mais tout en étant conscient et respectueux de ses limites physiques véritables du moment.  

Personellement, je ne suis pas une casse-cou au point d'aller me mettre en situation périlleuse juste pour m'endurcir, mais je sais quand même par expérience que peu importe ce que l'on vit, on réagi toujours en fonction de nos expériences passées.  Une situation difficile, où l'on dépasse certaines limites de peur et où on accoît raisonnablement notre endurance peut à mon avis aider grandement au niveau physique, mais encore pluspeut-être au niveau psychologique.

En véritable situation de survie, il serait si facile pour quelqu'un de pas préparé de paniquer, d'être paralysé par la peur, sans compter le stress accentué par les conditions physiques difficiles.  Alors si on croit que l'on a des chances de se retrouver dans ce genre de situation dans un avenir plus ou moins rapproché, avoir vécu des expériences comme parle Thomas-des-Bois peut très bien, à mon avis, faciliter l'adaptation ainsi que la maîtrise émotionnelle en situation de crise.


C'est mon point de vue!



30 juin 2006 à 09:00:51
Réponse #33

Ancien forum



Posté par CAMP

TAFDAK avec toi Verousse :)

C'est un peu la philosophie de B.O.S.S. :

A bit of risk, a lot of exposure.  ;) Pierre

30 juin 2006 à 10:37:05
Réponse #34

Ancien forum



Posté par Diesel

Je ne pense pas que grand monde viendra vous contredire sur ces sages paroles.
Une partique régulière est bien plus constructive qu'un stage brutal en millieu "hostile".
Hop, un peu de digression sur tout ça
Néanmoins, se retrouver démuni face à une situation inhabituelle permet aussi de prendre concience de son impréparation, de ses lacunes et de ses faiblesses physiques et psychologiques.
Ce n'est pas le type de pratique que je recommanderai mais ça peut servir.
Certain(e)s d'entre nous ont vécu une ou plusieurs experiences qui leur à permis de s'interresser à la survie par ce biais.
Parfois une grande claque dans les dents est salutaire pour la suite ...

30 juin 2006 à 11:04:58
Réponse #35

Ancien forum



Posté par kartoffel

Ah, Diesel, depuis le début de ce fil je persiste à me dire que ta vision poétique de la nature, que je partage par ailleurs, tourne à l'extrémisme jusqu'à te faire refuser que quand ça va mal, ça va mal :) J'ai vu suffisamment de mecs qui avaient une "pratique régulière" et qui se sont fait avoir une fois ou l'autre par manque de préparation aux conditions plus ou moins inhabituelles.

Je pense qu'une mise en situation "hostile" un peu sécurisée a du bon aussi, et que si ce n'est pas elle qui saura faire apprécier un séjour normal dans la nature, elle permettra par contre de tester ses limites (tout en sachant qu'avec un minimum de sécurité on réagit quand même très différemment de quand il n'y a pas de sécurité du tout) et repérer ses points faibles.

30 juin 2006 à 11:44:30
Réponse #36

Ancien forum



Posté par Diesel

Disons que je ne perçoit pas la nature comme hostile même après quelques coups durs. ;D
Je pense qu'il faut se plier à certaines règles assez simples.
Ce que j'ai vécu d'assez dur, je l'ai pris comme une leçon à retenir, un leçon d'humilité face à quelque chose qui nous dépasse et dont il convient de se méfier mais pas de craindre.

Quand, je regarde une petite fleur, je regarde si il n'y a pas une guèpe tapis au fond avant d'y mettre mon nez.
Pour résumer ma vision des choses : Ce n'ai pas la nature qui agresse, c'est toi qui n'y est pas préparé (ou mal préparé) et souvent pas assez concient des risques encourus. Comme toi Mathias .

Je ne veux pas passer pour un doux rêveur qui se ballade les mains dans les poches en espérant passer à travers  les gouttes. Juste quelqu'un qui se sent bien dans la nature car il a appris (parfois à son détriment) que c'est lui, l'étranger, qui doit respecter les lois tacites du lieu ou il se trouve. Tout en assurant ses arrières car on maitrise rarement les coup du sort.

Je ne cherche pas le rapport de force, j'ai appris à faire le dos rond. Mais j'ai eu quelques épreuves moi aussi.
Il y a eu des momment très limite, certainement mes meilleurs souvenirs car, je m'en suis sorti. De vraies leçons pour moi. C'est très jubilatoire quelque part ...peut être trop même. :-/
J'ai appris à faire du feu quand j'ai froid, à me mettre a l'ombre quand il fait chaud, à contourner plutôt que de franchir, à me protéger de l'eau quand il pleut et à renoncer quand c'est au dessus de mes capacités. ;)
Mais tu as raison, je reste un eternelle optimiste .... avec mes travers  donc. ;)

20 juillet 2006 à 15:13:45
Réponse #37

Ancien forum



Posté par le chasseur

beh moi jai un copain qui est venu est je lui est demandé comment on faisait les collet il me la dit mais il ma dit que sa marchait avec du fil de peche est ce que c'est vrai.

car a coté de chez moi jai un pré avec plein de lapin et le collet je les mit sous un grillage ou cetait creusait par un lapin par contre jai mit qun fil et de la carotte pour lattirer

20 juillet 2006 à 15:14:30
Réponse #38

Ancien forum



Posté par le chasseur

et c'est quoi le fil de laiton

20 juillet 2006 à 15:32:22
Réponse #39

Ancien forum



Posté par guillaume

Citation de: le chasseur link=1150542498/30#37 date=1153401225
par contre jai mit qun fil et de la carotte pour lattirer
;D
Là ils vont peut-être sentir le piège non?
a+
PS: évite les fautes tout les deux mots et le langage sms stp.

20 juillet 2006 à 15:43:56
Réponse #40

Ancien forum



Posté par Vrorsh

Et le laiton du "fil en laiton", c'est un métal >> Le laiton  ;D

Par contre la carotte, j y crois pas trop. L'idée c'est que la bestiole passe rapidement dans le collet. Si elle s'arrête pour casser une graine, je doute que ça soit aussi efficace.   ::)


Tention, je suis pas ton père mais le piégegage c'est interdit en France sauf autorisation spéciale.

Et n'oublie pas : "Tout ce que tu tues, tu le manges" ...

20 juillet 2006 à 15:55:37
Réponse #41

Ancien forum



Posté par Diesel

Il y a déjà un sujet sur le piégeage
http://www.davidmanise.com/cgi-bin/yabb2/YaBB.pl?num=1116516571

Continuez plutôt sur ce fil  ;)

29 juillet 2006 à 01:07:55
Réponse #42

Ancien forum



Posté par ZERNE  

sinon si tu veut apprendre à te débrouiller dans la jungle je te file la position dans village isollé de madagascare qui à pour c'elle comptacte avec la civilisation un bateau qui passe tout le 36 du moi et de parler le français avec eu en faite tu apprendrer à vivre à pécher les crabe dans la mangrove uttiliser les plante médicinal(madagascare et le plus gros exportateur de plante médicinal au monde) tu apprendrer à construire des pirrauge le meilleur moyen de locomontion qui existe à chasser à recceuir les fruit et à pécher à construire ta case à des branche de bananiée sécher tout voi tu parts toujours sur les formation millitére avec sa ces une méthode "douce" pour apprendre à vivre et à survivre en jungle

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité