Nos Partenaires

Auteur Sujet: ORTOVOX MERINO 280 + TOFANA + ALAGNA . MERINO HIGH TECH SYSTEM www.ortovox.fr  (Lu 8665 fois)

18 février 2012 à 18:17:38
Lu 8665 fois

sandrine booth


ORTOVOX MERINO HIGH TECH SYSTEM
ORTOVOX HARDSHELL JACKET ALAGNA + SOFTSHELL JACKET TOFANA + MERINO 280


http://www.ortovox.fr/hardshell + http://www.ortovox.fr/softshell + http://www.ortovox.fr/merino-280


LA TESTEUSE

Femme, 39 ans, 1m63, 48 kg. Je suis photographe naturaliste, et j'ai eu l'occasion de tester l'ensemble Ortovox Merino High Tech System dans le cadre de mon activité de photographe, mais c'est surtout lors d'activités plus sportives que j'ai porté ces vêtements, et notamment en randonnée en montagne, ski de rando nordique, ski de fond et course à pied. Je vis sur le plateau du Vercors, terrain de jeux idéal pour tester ce genre de vêtements techniques, car on peut y pratiquer des activités variées et y rencontrer des conditions climatiques rudes, avec des températures froides et des vents violents.


LES TESTS

Le testing de cet ensemble s'est déroulé sur une période d'un an. J'ai porté la veste hardshell Alagna en toute saison, sa légèreté la rendant intéressante même en été, et sa robustesse et sa résistance au vent permettant une utilisation hivernale optimale. La veste softshell Tofana et le T-shirt Merino 280 manches longues ont été utilisés uniquement par temps froid (de 5° à -20° C), car ils deviennent vite trop chauds par temps doux.

J'ai testé les trois produits ensemble et séparément, selon les activités pratiquées :


1/ En randonnée en montagne :
j'ai utilisé l'ensemble Ortovox lors de randonnées hivernales plutôt sportives, avec des dénivelés assez importants (entre 800 et 1200 m de dénivelé). Lors de ces randonnées, j'ai pu voir comment l'ensemble s'adaptait à l'effort et à la montée en température du corps, dans des températures froides. Selon les températures, j'avais mis en première couche soit un T-shirt manche longue en Merino 240, soit un T-shirt manches courtes en merino 150, plus léger.


2/ En Trek de 4 jours sur les Hauts-Plateaux du Vercors :  
Toujours en hiver, avec des périodes d'activité physique, mais aussi des moments plus calmes où il faut maintenir le corps au chaud : ce genre de sortie permet de tester la capacité des tissus à réguler la température du corps, mais aussi le confort du vêtement porté plusieurs jours d'affilée et la capacité à évacuer les odeurs corporelles. Je n'ai pas rencontré de températures extrêmes lors de ce trek (pas en-dessous de -8° C), mais les parties en crêtes m'ont exposée à des vents forts qui m'ont permis d'évaluer la résistance au vent de l'ensemble.


3/ En ski de randonnée nordique :  
Avec des moments d'efforts où le corps monte en température, et des moments moins physiques (plat, descente) où l'on accélère en se retrouvant exposé au vent et durant lesquels on peut avoir vite froid. J'ai fait un certain nombre de ces sorties (½ journée ou une journée) sous la neige, ce qui m'a permis de voir comment la veste hardshell Alagna y résistait.


4/ En ski de fond :
L'effort est intense et régulier, mes séances durent environ 1h30. Les températures peuvent être assez basses (jusqu'à -15° C), mais varient la plupart du temps entre 0 et -5° C. Le corps monte vite en température, mais reste exposé au froid et au vent. J'ai porté la veste softshell Tofana pour la plupart de ces séances, car elle a un bon côté coupe-vent tout en restant très respirante. Par temps vraiment froid, j'ai porté le T-shirt Merino 280 à manches longues, en deuxième couche par dessus un T-shirt en mérino fin. Je n'ai pas porté la hardshell qui n'évacue pas suffisamment la transpiration pour ce genre d'effort.


5/ En course à pied :  
Des séances d'une heure environ, par tous temps, et essentiellement durant l'hiver 2010-2011, qui ne fut pas très riche en neige vers chez moi ; j'ai porté la softshell Tofana, pour les mêmes raisons qu'en ski de fond. Il m'est arrivé d'essuyer quelques averses, et j'ai donc pu voir comment le tissu se comportait sous la pluie.


En trail lors d'un hiver sans neige. La température tourne autour de zéro. La veste Tofana, souple et légère, se fait vite oublier et combinée avec le T-shirt en merino 280, elle permet de garder le corps bien au chaud.


6/ En sorties photo :  
L'ensemble s'est avéré utile pour des marches d'approche où l'on a un temps limité pour atteindre le lieu de prise de vue (souvent un sommet) et où il faut fournir un effort bref mais physique. On a ensuite un moment assez long d'immobilité où l'on se retrouve exposé à des vents parfois violents et des températures bien en dessous de 0 et où le corps se refroidit. J'ai apprécié dans ces moments le très bon effet coupe-vent des deux vestes, mais il m'a fallu aussi parfois intercaler une couche supplémentaire (polaire épaisse) pour maintenir mon corps au chaud.


Coucher de soleil sur les plateaux du Vercors Sud, en janvier 2012. Le temps est relativement doux, aux alentours de 0° C, et un vent qui reste raisonnable. Je reste environ une heure immobile, avec sur le dos le T-shirt en Merino 280 et la veste softshell Tofana, sans ressentir le besoin de me couvrir davantage.



I- Le T-shirt en Merino 280
http://www.ortovox.fr/merino-280/merino-280-long-sleeve-zipper-woman-3




Toujours porté en 2ème couche, soit par-dessus un T-shirt manches longues Merino 240 (par températures négatives et/ou effort réparti sur plusieurs heures, comme la randonnée hivernale ou le ski de rando), soit par-dessus un T-shirt manches courtes en Merino 150, plus léger (pour les efforts par temps très froid plus soutenus et brefs comme le ski de fond ou la course à pied).

Les capacités thermiques de ce T-shirt sont excellentes. Quelles que soient les températures rencontrées je n'ai jamais eu froid. Je suis convertie depuis plusieurs années aux qualités de la laine qui maintient une température confortable malgré les variations de températures, et je n'ai pas été déçue.

La laine mérino est optimale aussi au niveau de l'humidité : elle n'évite pas la transpiration, mais en évacue une partie, et surtout elle absorbe tout ce qui n'a pas été évacué. Résultat : on a toujours une sensation de confort, et jamais l'impression d'être humide. C'est très utile pendant l'effort, mais aussi après car la descente en température du corps après l'activité se fait de manière beaucoup plus progressive que dans des vêtements synthétiques qui laissent le corps humide et provoquent un refroidissement brutal.
Au niveau des odeurs corporelles, la laine est là encore incomparable : j'ai pu porter le T-shirt sans problème pour plusieurs sorties d'affilée, sans avoir de soucis d'odeurs de transpiration.

La coupe est excellente : le tissu est souple et extensible, le T-shirt est bien près du corps sans être trop serré, ce qui permet de maintenir la chaleur de manière optimale. Les manches sont assez longues et serrées ce qui permet de protéger la naissance des mains sans gêner le port de gants. Le col monte haut et protège parfaitement le cou. La fermeture à glissière au niveau du cou permet de réguler un peu la montée en chaleur du corps pendant l'effort. Enfin le T-shirt descend bien sur les hanches et les fesses, ce qui permet là encore de mieux garder la chaleur. La laine mérino est douce et agréable à porter, elle n'est absolument pas irritante, même pour des personnes à la peau sensible comme moi.



II- La veste softshell Tofana
http://www.ortovox.fr/softshell/s-shell-mi-jacket-tofana-3





Portée en couche intermédiaire ou en dernière couche, selon la météo et l'activité pratiquée.

La matière de cette veste est très étonnante : la surface extérieure du tissu est une fibre synthétique à l'aspect à la fois souple et solide, dense et très élastique. La surface intérieure est en laine mérino.




Selon Ortovox : « Nous avons tissé la fine fleur de la fibre mérino directement avec le Soft-shell de Schöller - la parfaite symbiose de la nature et de la high-tech. »
Un vêtement très technique donc, mais avec tous les avantages de la laine : régulation de la chaleur corporelle, absorption de l'humidité, pas d'odeurs. L'effet coupe-vent est très bon, et pendant l'effort je l'ai portée en dernière couche, excepté par vents très forts et températures vraiment basses (-20° C) où j'ai préféré mettre la hardshell par-dessus.

En ski de randonnée nordique, c'est une merveille : la température du corps à l'effort est parfaitement régulée, je n'ai jamais ni trop chaud ni trop froid, et l'élasticité du tissu permet des mouvements amples des bras sans qu'on ressente jamais aucune gène. Elle est aussi très légère, on l'oublie dès qu'on l'enfile. Une véritable seconde peau qui m'accompagne désormais pour chaque sortie.
Le tissu, sans être étanche, résiste tout de même bien à la neige et aussi un peu à l'eau, et je peux courir une heure sous la pluie sans avoir jamais la sensation d'être mouillée.


En ski de rando sur les crêtes du Vercors Sud. -10° C cette journée-là, des vents forts et un brouillard que les timides apparitions du soleil ne réussiront pas à dissiper.


La coupe est bonne, pas assez près du corps à mon goût, mais j'ai testé une taille M alors que je fais normalement du S... Les petits plus : le lien de serrage en bas de la veste qui permet d'être bien protégé par vent fort, les poches plaquées devant, discrètes et utiles. Les coudes pré-formés qui épousent les mouvements des bras. Le col, doublé et chaud, mais qui mériterait à mon avis d'être un peu plus montant. Pour un bon nombre de mes sorties, et notamment par grand vent, j'ai dû rajouter un faux col en polaire autour du cou.

Au niveau de la résistance et de l'entretien, la veste est exceptionnelle : la forte élasticité du tissu lui permet de ne pas se déchirer en cas d'accroc, et elle résiste incroyablement bien à la saleté : un léger frottement à l'eau suffit la plupart du temps à ôter une tâche. Elle sèche par ailleurs très vite. Je l'ai lavée 3 fois en un an (40°, essorage doux, pas de sèche-linge), plus pour la forme que par réelle nécessité.


En randonnée sous la neige en Haute-Savoie. Après 2h30 de montée sous les flocons, la veste Tofana n'a pas perdu son étanchéité.



III- La veste hardshell Alagna
http://www.ortovox.fr/hardshell/l-mi-jacket-alagna-3






Portée en dernière couche, par tous temps et notamment par vents forts, pluie, neige importante.
Au niveau de sa conception, cette veste, tout comme la softshell Tofana, combine les qualités d'un vêtement très technique avec les classiques avantages de la laine :

Selon Ortovox : « Nous combinons le confortable Mérino avec la membrane à grand rendement Toray Dermizax EV. Temps extrême à l'extérieur - climat parfait à l'intérieur. La membrane est étanche à l'eau (26 000 mm H2O), extrêmement respirante (20.000 g/m²/ 24h) et permet une liberté de mouvement étonnante (élasticité de 200 %). »

La veste se présente d'emblée comme un vêtement conçu pour la montagne :

  • Fermeture éclair double utile lors du port de ceintures
  • Deux poches à l'avant, très hautes et coupées de manière à ne pas être recouvertes par le baudrier ou la sangle du sac à dos
  • Manches pré-façonnées pour le confort des mouvements
  • Bandes velcro au niveau des poignets pour une étanchéité maximale au vent et à la pluie
  • Capuche tempête, pouvant être utilisée avec un casque et ajustable d'une seule main
  • Liens de serrage en bas et en haut de la veste
  • Col très montant permettant de protéger tout le bas du visage par mauvais temps



Petite séance photo sous la neige.

Une conception très bien pensée donc pour un vêtement de très grande qualité.
Le tissu est à la fois incroyablement léger et bien résistant. Il a une bonne élasticité (pas autant que la softshell tout de même), ce qui rend la veste très confortable et agréable à porter.

Jusqu'à présent j'utilisais une veste en Gore-Tex d'une marque connue, et j'en étais plutôt satisfaite, mais le testing de la veste Alagna d'Ortovox m'a fait reléguer ma vieille Gore-Tex au placard.

La veste Alagna résiste très bien aux vents, même très forts : le tissu performant, allié à la conception soignée, empêche le moindre brin d'air de passer. Très utile lors des randos sur les crêtes ventées du Vercors.




Sous la neige, il n'y a pas le moindre souci, même après des heures de randonnée sous de gros flocons, j'étais toujours parfaitement au sec sous ma veste. Quant à la pluie, je n'ai pas eu de problème non plus : il m'est pourtant arrivé d'essuyer de très grosses averses lors de randos au printemps, et de prendre de beaux orages en été, l'eau ne s'est jamais infiltrée. Et même après plus d'un an d'utilisation, ses performances ne se sont pas amoindries.



Les capacités thermiques de la veste sont correctes, mais elle ne suffit pas à maintenir le corps au chaud si elle n'est pas associée aux autres couches. En revanche, son effet coupe-vent constitue un plus indéniable - et indispensable - lors de sorties par températures très froides : je l'ai beaucoup portée cet hiver, pendant la « vague de froid » qui a tellement fait fureur dans les médias, et elle m'a permis de ne pas avoir froid, même lorsque les températures en montagnes sont descendues sous les -20° C !



IV- Les trois combinés

C'est en ski de randonnée nordique et en rando hivernale que j'ai pu vraiment apprécier la combinaison de ces trois vêtements complémentaires : le Ortovox Layer System.

Lors d'efforts réguliers par temps froid, leur confort est inégalable : j'ai suffisamment chaud sans avoir jamais l'impression d'étouffer, je ne me sens jamais engoncée dans ces vêtements, j'ai au contraire une belle sensation de liberté de mouvement et de légèreté.

Même lorsque j'ai transpiré, je n'ai jamais l'impression de froid ni les frissons qui accompagnent la transpiration dans les vêtements synthétiques.

Lors des pauses, par vent très fort, ou en descente, la hardshell Alagna me permet de garder cette sensation de chaleur. Et l'ensemble a parfaitement tenu le coup dans les températures très froides que j'ai rencontrées ces dernières semaines.

J'étais assez surprise (et mon entourage aussi) d'avoir la sensation d'être assez peu vêtue, tout en ayant une grande impression de confort thermique. J'ai toujours la doudoune dans le sac à dos, au cas où, mais je n'ai pas eu à l'utiliser lors de mes sorties en ski ou en rando avec cet ensemble.



CONCLUSION

En conclusion, on a avec cet ensemble des vêtements très techniques, parfaitement bien pensés et à la conception soignée, avec des matières saines et naturelles qui leur
apportent un confort incomparable. Ils révèleront leurs performances et leur fiabilité pour une utilisation sportive en montagne, mais restent très polyvalents et leur look sobre leur permet d'être portés en bien d'autres terrains et circonstances.


_________________________________________
Toutes les photos © Sandrine Booth www.prises2vues.fr



« Modifié: 22 février 2012 à 17:16:53 par Mathieu »

22 février 2012 à 18:22:36
Réponse #1

** Mathieu **


Salut,

Je signale au passage les références de la version Homme du 3-Layer System de Ortovox :




Et également la charte des tailles :

http://www.ortovox.fr/xfiles_a6/1294073807_124.pdf



_____________________________

Perso j'utilise les Mérino Competition associés à une Merino 320 Jacket + une hardshell Gore-Tex.
Et si il fait vraiment froid ou pour du statique, je rajoute une doudoune entre le merino 320 et la hardshell et là c'est le top, jamais froid...  :doubleup:


Ortovox Merino Competition Long Sleeve Zipper Men
http://www.ortovox.fr/competition/merino-competition-long-sleeve-zipper-men-3




Ortovox Merino 320 Jacket
http://www.ortovox.fr/merino-320/merino-320-jacket-men-3




Les coupes sont super bien ajustées et vraiment pensées pour les sports de montagne.

Comparé à Woolpower, les coupes sont plus sportives. Perso je préfère et ça convient mieux pour des activités où l'on bouge beaucoup, par exemple pour le snowboard, et aussi pour tout ce qui est typé "grimpe".

À signaler également que les Base-Layer Ortovox sont à 80% en Merino sur la gamme Competition contre 60% pour les Woolpower.
« Modifié: 22 février 2012 à 18:30:06 par Mathieu »

10 mars 2012 à 11:06:21
Réponse #2

guillaume


Merci Sandrine pour cet excellent CR  :up:.

Deux petites questions :
-  Sur la hardsheel il y a donc une doublure en mérinos si je comprends bien? Du coup en été, sous un orage par exemple, ce n'est pas trop chaud?
- Les marquages "Ortovox" sur certains vêtements semble être relativement épais (plastique en relief?), pas de problème de décollement?

Merci par avance,

Guillaume

"82,3% des gens ont plus de chances d'être convaincus lorsqu'il existe un pourcentage dans la phrase."

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité