Nos Partenaires

Auteur Sujet: Psychologie et survie  (Lu 18494 fois)

23 août 2005 à 16:52:15
Réponse #75

Ancien forum



Posté par James

Citation de: bison_solitaire  link=1124307743/75#77 date=1124808542
flatter l'égo pour que le gars reprenne de l'assurance et du détournement d'attention pour ne pas qu'il se focalise sur le danger réel, ou qu'il pense être réel...


et en profiter pour lui taxer de son chocolat, on m'a toujours dit que tout a un prix en ce monde!  ;D

23 août 2005 à 16:54:40
Réponse #76

Ancien forum



Posté par bison_solitaire

viiiii ;D ;D

23 août 2005 à 17:15:40
Réponse #77

Ancien forum



Posté par Falcon

Salut :)
Kartoffel : l'expérience sur les rats je pense que c'est tiré de "L'encyclopédie du Savoir Relatif et Absolu" de Bernard Werber, ton pote a pu aussi le lire ailleurs, qui est un recueil de dizaines d'anecdotes véridiques sur des  sujets très variés.
Vais essayer de le retrouver ce soir si j'y pense. C'est comme tu l'expliquais : on (pas moi!) fait une expérience avec 5 rats, on note ce qu'il s'est passé en renouvelant l'expérience 3 fois et on isole les dominants, les dominés et les passifs ainsi identifiés. On recommence la même expérience avec 5 dominés, 5 dominants et 5 passifs et le résultats est toujours le même!!
Comme quoi quelque soit le type d'individu ou de rats, il semblerait que les réactions soient presque toujours presque "pré-écrites" ou "pré-définies" je ne sais pas comment dire..
En tout cas sujet très intéressant, j'ai tout lu d'un coup (j'ai du retard) et j'en ai chopé mal aux yeux(!)

23 août 2005 à 18:42:10
Réponse #78

Ancien forum



Posté par evenk

Quelques jours ont passe et j'ai pris un gros retard sur le groupe de montagnards que vous etes! Il me faudra du temps pour lire les posts attentivement....

Mais deja au sujet de la phrase de Kartoffel:

"...un groupe qui panique, c'est suicidaire."

Ca me rappelle ce qu'a repondu un expert en survie en pleine  nature a qui on disait qu'en tout etat de cause il valait mieux etre a plusieurs dans une situation de survie que seul.

Il a repondu que rien n'etait moins sur, et qu'au contraire il valait parfois mieux etre seul. Deja au niveau prise de decision, on ne perd pas de temps a ecouter tous les avis et decider d'un seul...

Ca me fait penser aussi (pardon si quelqu'un l'a deja dit) a la notion de "leader" (ici, utilisation deliberee de l'anglais  :D :D) et de "leadership" (idem!).

Je n'ai pas votre experience de situation tres serieuses ou pire avec un groupe mais j'ai entendu dire que dans un groupe il fallait toujours un chef reconnu de tous.

Les experts qui disent ca ne le font pas par gout des chefs et de l'obeissance mais parce que c'est le seul systeme qui fasse fonctionner un groupe en expe et surtout en situation de survie.

Et le role du "leader" n'est pas uniquement de prendre les decisions et de les faire executer mais il y a de multiples facettes a ce role.

Par exemple "le moral des troupes": s'assurer que ni le groupe ni un individu ne deprime ni ne tombe dans le desarroi, l'indecision, une spirale descendante vers la crise de panique...

Il doit aussi savoir ecouter et etre influence quand il le faut.

Pour moi Shackleton qui est revenu avec tout son groupe d'une expe en Antarctique qui avait tourne ou desastre est l'exemple meme du "leader".

Quand les choses ont tourne tres mal (ce qui s'est produit des le debut)  lui-meme etait pratiquement convaincu qu'ils n'avaient que tres peu de chance d'en sortir ou meme aucune. Mais il ne l'a jamais montre et au contraire organisait des activites en permanence et meme des matchs de foot pour creer un climat positif et donner l'impression d'une maitrise de la situation.

Il n'a jamais change d'attitude au cours de multiples episodes plus terribles les uns que les autres. Il y croyait quand meme dans une partie de lui-meme et les hommes y ont cru et ont cru en lui.

Les troupeaux d'animaux on toujours un "leader". Il faut aussi signaler que ce chef de file est mis au defi tres souvent par les personnalites les plus fortes/remarquables  dans son troupeau et que c'est a lui de reaffirmer son role face a eux. Donc c'est assez "democratique". Mais ces rivalites n'ont pas lieu dans les moments de danger. La le troupeau suit le guide.

La matriarche d'un troupeau d'elephantes (pas d'adultes males dans les troupeaux d'elephants) va aussi elle-meme au devant du danger si ca peut faciliter la fuite de  son troupeau. Elle confronte alors l'adversaire directement et seule.

Donc ca montre aussi que la prise de risques personnels pour la survie du groupe peut faire partie de ce role. C'est le courage.




23 août 2005 à 20:26:09
Réponse #79

Ancien forum



Posté par James

Tout depend de la situation de survie, court terme, peut etre, on peut peu etre faire mieux tout seul, quoi que dans le cas d'un blesse ou malade, ce soit encore a voir. Mais il faut garder a l'esprit que la meilleure preparation se fait en groupe, Et que pour vivre en autarcie complete, c'est plus facile a plusieurs.

Comme d'hab, le probleme des scenari, c'est qu'ils sont par nature reducteurs.

23 août 2005 à 23:16:17
Réponse #80

Ancien forum



Posté par DavidManise

Citation de: kartoffel  link=1124307743/60#74 date=1124807621
Cette expérience fonctionne, quels que soient les rats. Prenez par exemple cinq rats qui auront fait leurs preuves comme rat "autonome et courageux", eh bien vous verrez les proportions précédentes se rétablir.


C'est hallucinant, on dirait que tu parles de politique, là ;D

Ciao ;)

David

23 août 2005 à 23:37:27
Réponse #81

Ancien forum



Posté par James

en politique, c'est plutot des hamsters, car c'est sur ils ont des poches....
hem.

23 août 2005 à 23:39:49
Réponse #82

Ancien forum



Posté par DavidManise

Concernant la survie en groupe Vs. à plusieurs...  Je pense que si l'humanité s'est constituée en sociétés, c'est bien pour une raison ;)  La coopération, ça paye.  Plus que la compétition.  Faut juste bien choisir avec qui on coopère, c'est tout.

L'ennui, c'est qu'en survie on est confrontés à tous les mêmes problèmes que dans la vie de tous les jours : conflits, rivalités, envies, divergences d'opinions, individus "asociaux", parasites, mauvais chefs, etc.  C'est juste plus concentré...

C'est intéressant de voir comment les gens agissent en survie de groupe.  On voit leur personnalité profonde ressortir...  On voit les cheffaillons, les trop bons trop cons, les profiteurs, les charmeurs, les clowns (mes préférés ;)), les taciturnes, les solitaires...  et les connards indécrottables, aussi ;)

Avant de décider de vivre et de faire des enfants avec ma douce, je l'ai emmenée trois jours sur "ma" rivière, au Québec.  Un peu de stress, un peu de fatigue, un peu de danger, quelques ours...  Et là je l'ai vue sous son vrai jour : courageuse, pleine de bonne volonté, prête à affronter le danger (mais pas c*nne non plus), prête à bosser pour se sortir des rapides au lieu de rester là à hurler la pagaie en l'air...  capable aussi de comprendre elle-même rapidement ce qu'il faut faire, ce qu'il ne faut pas faire...  et toujours prête à coopérer pour que ça marche bien, sans pour autant toujours la fermer et être une potiche.  Après ces trois jours je savais que je pouvais compter sur elle :)  Et elle aussi.  

C'était super.  Ça reste un de mes meilleurs souvenirs avec elle.  Je ne pensais pas qu'elle "passerait le test".  Mais plus c'était dur, plus elle en chiait et plus son meilleur côté ressortait...  alors que dans la vie de tous les jours elle est parfois lamentablement chiante (comme moi d'ailleurs ;)).

Bref, je sais que derrière la croûte de chianterie y'a des merveilles, et qu'elles sont là en réserve pour les moments difficiles.  Je préfère ça de loin à une couche d'or avec de la m*rde en dessous ;)

Bon je m'éloigne encore du sujet.  Désolé...

Ciao ;)

David

24 août 2005 à 05:04:23
Réponse #83

Ancien forum



Posté par oli_v_ier

Passionnant tout ça !
Notamment la relation entre: perception de notre environnement et conscience, qu'évoquait David le 19/08 peu avant 5h (!) et les questions qu'il posaient sur la nature et l'origine de la conscience.

A ce sujet, Julian Jaynes a développé une théorie originale et critiquée mais que j'ai trouvée très intéressante: "L'Origine de la Conscience dans l'Effondrement de l'Esprit Bicaméral" (en Anglais : "The Origin of Consciousness in the Breakdown of the Bicameral Mind" ).

Un extrait à propos du sujet de cette discussion:

"Avec un esprit conscient homme peut introspecter; il peut discuter avec lui-même; il peut devenir son propre dieu, voix, et un preneur de décisions. Mais avant l'invention de la conscience, l'esprit fonctionnait bicaméralement: l'hémisphère droit (le poétique, le cerveau-divin) hallucinait des directives sonores pour l'hémisphère gauche (l'analytique, le cerveau-humain), surtout dans des situations exceptionnelles ou stressantes. Pratiquement, le cerveau de l'homme d'aujourd'hui est physiologiquement identique au vieux cerveau bicaméral; mais avec sa découverte ou plus précisément son invention de la conscience, il peut maintenant choisir d'intégrer les fonctions des hémisphères gauches et droites."

Quelques (rares) liens en Français dessus:

http://www.radio-canada.ca/radio/bibliotheque/details.asp?numero=58329

http://sannyasa.free.fr/castaneda.htm#bica

et en plus développé (mais il faut filtrer tous les blablas de la secte Néo-Tech):
http://www.neo-tech.com/french-zonpower/chapitre28.html

Le site sur Jaynes (en Anglais): http://www.julianjaynes.org/


24 août 2005 à 09:12:30
Réponse #84

Ancien forum



Posté par kartoffel

Et encore que d'idées nouvelles !
Je crois qu'une belle journée d'écriture s'annonce à nouveau (n'est-ce-pas JM...)  ;D

Evenk aborde le sujet du "leadership" (c'est vrai qu'on n'a pas de mot pour ça en français non-plus ;  le "menage d'hommes" ?)

Le leadership est une question vaste, dont on peut disserter pendant des heures et des jours et des semaines si on veut, sans en voir le bout, et qu'on ne peut pas réduire à un post.
Ce que tu définis comme modèle de leader, c'est Vercingetorix, c'est celui qui "mène la charge". Alors, je n'ai pas une expérience monstrueuse en la matière, mais peut-être est-il opportun d'évoquer quelques cours que j'ai eu sur le sujet appliqué au monde des entreprises. Ce leader là "à l'ancienne" est celui qui est adapté lorsque l'entreprise est sur un marché difficile et que l'équipe du mec est peu compétente. Autrement dit, pour nous, c'est bien parce que une situation de survie c'est "un marché difficile", et ça va si on se retrouve pris au piège avec des gens qu'on n'a pas forcément choisis et qui n'auront pas forcément spontanément les réactions adaptées si on ne leur explique pas quoi faire.

Dans le cas d'une bande de collègues aguerris, on verrait plutôt émerger le "team-building" ou carrément l'extrême opposée au leader à l'ancienne, à savoit le "light management". Dans ce dernier concept, le seul rôle du leader est de créer un environnement propice pour que chacun puisse jouer son rôle dans les meilleures conditions. Il doit en quelque sorte créer une "bulle" où pourront évoluer les coéquipiers et donner le meilleur d'eux même. Appliqué à la survie, j'imagine que son rôle sera donc de mettre de l'huile dans les relations, mais là je m'avance en terrain miné.


Par ailleurs, au delà des nombreux styles de leadership, une question est primordiale, à savoir : qui devient le leader ?
Le plus apte ?
NON !
Dans une entreprise comme dans un groupe qui se retrouve en difficulté avec ou sans hiérarchie préétablie, le leader sera celui qui a le plus de relations. Celui qui se montre le plus.
Dans le cas d'une bande de copains aguerris, les "survivants" auront sûrement assez de jugement critique pour discriminer un type qui s'agite dans le vent. Mais si vous vous retrouvez pour une raison X avec des gens que vous ne connaissez pas dans une situation délicate, le plus bruyant risque d'être celui que chacun reconnaitra comme le chef. Et là, moi, je me méfierais ! Quitter le groupe est loin d'être toujours opportun, parce que seul on peut être plus difficile à retrouver par les secours, mais c'est sûr que si le groupe se met à suivre un mec charismatique mais creux dans sa stratégie, c'est le moment de faire preuve d'esprit critique !

Enfin, pour la petite histoire, les cours disent qu'un leader a trois "quotients " (les cours étaient en anglais, bon...) : IQ, EQ, VQ.

IQ (le QI) mais pas trop. Faut pas être un gros débile parce que ça se voit, mais il est statistiquement démontré que les QI importants ne deviennent jamais chef.

EQ (emotionnel) : comprendre les gens, savoir les rassurer et les faire se sentir bien. Beaucoup ont évoqué ce thème dans ce fuseau.

VQ (vitalité) : dégager une impression de patate inépuisable. Les meilleurs exemples de gens qui ont IQ50 EQ50 mais VQ200 sont les stars du rock. Le public est en transe, veut toucher les chanteurs tellement ils rayonnent la vitalité... Ca c'est Tycho qui en avait parlé y'a pas mal de temps dans le fuseau "Survie douce/bourrine".

Vala. Je voulais donc juste rappeller que le leadership n'est pas une question simple. J'ai eu une semaine complète de cours que là dessus qui m'ont permis d'y réfléchir avec des idées plus larges que ce qu'on a tout seul, et croyez moi il y en a beaucoup !


A+

Mathias

24 août 2005 à 15:04:52
Réponse #85

Ancien forum



Posté par kartoffel

S'il se trouve ici quelques intellectuels qui puissent être intéressés par une bibliographie digne de ce nom sur le "leadership", j'ai une tripotée de références... chez ma môman. Je fais un déménagement partiel ce WE, donc en début de semaine prochaine je tâcherai d'avoir apporté la liste.

25 août 2005 à 14:09:15
Réponse #86

Ancien forum



Posté par James

On a toujours l'air tres con quand on s'appercoit que le sujet a ete raisonablement bien traite ailleurs.

Ayons donc l'air tres con:

http://www.equipped.com/21-76/ch2.pdf

in english, sorry pour les autres.

;D

25 août 2005 à 16:40:46
Réponse #87

Ancien forum



Posté par Falcon

Un extrait du bouquin B. Werber sur une situation de survie un peu particulière et sur la reflexion que l'on peut s'en faire après, quant au comportemement du bonhomme...(paix à son âme!)

La pensée humaine peut tout.

"Dans les années cinquante, un porte-conteneurs anglais, transportant des bouteilles de vin de Madère en provenance du Portugal, vient débarquer sa cargaison dans un port écossais. Un marin s'introduit dans la chambre froide pour vérifier que tout a été bien livré. Ignorant sa présence, un autre marin referme de l'extérieur. Le prisonnier frappe de toutes ses forces contre les cloisons mais personne ne l'entend et le navire repart pour le Portugal.
L'homme découvre suffisamment de nourriture mais il sait qu'il ne pourra survivre longtemps dans ce lieu frigorifique. Il trouve pourtant l'énergie de saisir un morceau de métal et de graver sur les parois, heure après heure, jour après jour, le récit de son calvaire.Avec une précision scientifique, il raconte son agonie. Comment le froid l'engourdit, gelant son nez, ses doigts et ses orteils. Il décrit comment la morsure de l'air se fait brûlure intolérable.
Lorsque le bateau jette l'ancre à Lisbonne, le capitaine qui ouvre le conteneur découvre le marin mort. On lit son histoire gravée sur les murs. Le plus stupéfiant n'est pas là. Le capitaine relève la température du conteneur. Le thermomètre indique 19°C. Puisque le lieu ne contenait plus de marchandises, le système de réfrigération n'avait pas été activé durant le trajet  du retour. L'homme était mort uniquement parce qu'il "croyait" avoir froid. Il avait été victime de sa seule imagination."

Surprenant, non?




25 août 2005 à 16:52:02
Réponse #88

Ancien forum



Posté par kartoffel

Enorme.

25 août 2005 à 17:48:30
Réponse #89

Ancien forum



Posté par evenk

"créer un environnement propice pour que chacun puisse jouer son rôle dans les meilleures conditions."

Un des roles du "leader" cite du message de Kartoffel. C'est evidemment primordial: l'equipe. Un bon leader parvient a creer et animer une equipe qui fonctionne bien. En expe, l'equipe c'est tout le groupe.

Il y a le cas aussi cite ou les gens ne se sont pas choisis entre eux. Avec parfois en plus un chef impose. Ca c'est une situation particuliere. la mayonnaise peut prendre ou non. Je m'imagine que le danger est un sacre catalyseur. Heureusement.

Dans le cas de Shackleton, il avait choisi son equipe soigneusement. Certains parmi eux l'avaient choisi, aussi. Mais evidemment comment chacun va reagir par la suite est peu previsible.

Moi je prends souvent mes sources chez les animaux. En ce qui concerne le chef de troupeau, c'est toujours l'individu qui est tout a la fois:

-experimente (age)
-intelligent
-fort physiquement
-courageux

La preuve de la force physique est qu'il n'est pas detrone par ses rivaux dans le groupe qui remettent sa position en question sans relache par des jeux/combats

Si le troupeau est decime, c'est l'individu qui est en meilleure position qui prend le role.

Ainsi on a vu un troupeau d'elephants reduit a 2 individus: un jeune blesse et un bebe indemne. Le bebe a conduit le blesse en lieu sur. Il etait en meilleure position pour le faire.

Cet instinct hierarchique est si fort chez les animaux de troupeau que meme ce petit bebe elephant a endosse le role de matriarche  alors qu'en temps normal  il serait  en bas de la hierarchie, sous haute surveillance et protection par sa mere et les autres femelles.

C'est le scenario qui est determinant comme disait JM.


Pour moi l'experience est ce qui est le plus important pour un chef de groupe.

25 août 2005 à 21:29:31
Réponse #90

Ancien forum



Posté par bison_solitaire

l'expérience, oui, mais celle du commandement, ou des tâches spécifiques à accomplir? Et comment faire la différence entre le vieux chef sage mais complètement dépassé et un jeune beaucoup plus au fait, et tout à fait apte à prendre la relève. Le leadership n'est un domaine simple que dans un cas pratique où le groupe est confronté à des difficultés: généralement un leader émerge (cette d'ailleurs l'une des "études" lors des recrutements pour les groupes d'intervention: imposer une grande difficulté au groupe et voir qui émerge, qui accepte d'autorité, qui la refuse...). Dans la théorie on peut tout passer en revue: pyramide de Mazelov, les rituels animaux de Lorenz, ennéagramme, et même Rousseau et son bon sauvage... toutes ces théories peuvent apporter des éléments lors d'un débriefing, donc a posteriori, mais s'en servir comme d'une base rigide, c'est pas ce qu'il y de mieux

26 août 2005 à 18:01:22
Réponse #91

Ancien forum



Posté par evenk

Citation de: bison_solitaire  link=1124307743/90#93 date=1124998171
l'expérience, oui, mais celle du commandement, ou des tâches spécifiques à accomplir?


Cette question m'est venue aussi apres avoir envoye le message.

C'est l'experience des taches a accomplir qui compte le plus pour moi.

Je pensais moins a l'experience du commandement. C'est apres coup que j'ai pense que l'expereince en ce qui concerne un chef/guide peut etre aussi celle du commandement lui-meme.

Mais dans la hierarchie des priorites c'est la quantite d'experience des taches a accomplir qui est la premiere pour moi dans la confiance que j'aurais dans un chef/guide de groupe. Au moins ses decisions, ses reflexes, son jugement sur une situation au vu de son experience, de la duree/quantite  et la diversite de cette experience sont fiables.

Au fait j'aime bien ton nom et l'avatar!

26 août 2005 à 19:07:38
Réponse #92

Ancien forum



Posté par evenk

Citation de: bison_solitaire  link=1124307743/90#93 date=1124998171
Et comment faire la différence entre le vieux chef sage mais complètement dépassé et un jeune beaucoup plus au fait, et tout à fait apte à prendre la relève.


Dans quel cas un "vieux chef sage" peut-il etre "depasse"?

Je ne vois que 2 possibilites:

1)-il a perdu les forces physiques suffisantes. ses facultes diminuent.

2)-le groupe utilise des technologies nouvelles ou recentes.

Dans ces 2 cas, un leader plus jeune est plus fiable.

Car meme si, dans le cas 2),  le chef plus age a acquis ces nouvelles techniques, il les aura apprises sur le tard. ce n'est pas le meme apprentissage que par un jeune.

Et l'individu age risque de garder tres ancres ses anciens reflexes lies aux methodes et technologies qui ne sont plus utilisees. Donc en cas d'urgence les anciens reflexes lies aux anciennes methodes risquent de reprendre le dessus.

Un point quand meme en faveur du "vieux chef": les nouvelles technologies et methodes reposent sur des instruments qui peuvent se deteriorer ou se perdre au cours d'une expedition. Le groupe doit alors avoir recours aux methodes plus anciennes.

Dans tous les autres cas que 1) et 2), la duree de l'experience (sa quantite et diversite au fil du temps) est primordiale et la garantie que le chef ne sera pas "depasse par les evenements".

Chez les animaux les tout jeunes ne sont jamais leaders. Ils n'ont pas eu le temps de se former a la vie.

Les individus d'age plus mur le restent jusqu'a la perte de leurs facultes et forces. Ils sont alors remplaces par des individus plus jeunes qu'eux, qui ont l'age qu'il avait au moment ou il sont devenus chefs.

Bien sur si le troupeau est decime ou si le groupe reste tout petit (conditions de vie difficiles), c'est les survivants qui se debrouillent. Dans ce cas il se peut qu'un tres jeune conduise le petit groupe.  La nature s'adapte toujours.






26 août 2005 à 19:12:13
Réponse #93

Ancien forum



Posté par evenk

Citation de: bison_solitaire  link=1124307743/90#93 date=1124998171
Le leadership n'est un domaine simple que dans un cas pratique où le groupe est confronté à des difficultés: généralement un leader émerge (cette d'ailleurs l'une des "études" lors des recrutements pour les groupes d'intervention: imposer une grande difficulté au groupe et voir qui émerge, qui accepte d'autorité, qui la refuse...).



Tres interessant!

26 août 2005 à 19:52:42
Réponse #94

Ancien forum



Posté par bison_solitaire

c'est sûr que l'ideal est de disposer d'un chef charismatique ET compétent; cela dit un incompétent en terme de tâches peut très bien s'entourer, savoir fixer les prorités, en un mot disposer des gens selon leurs compétences propres. Ca rejoint un peu la pédégogie; c'est parce que Untel est champion du monde qu'il sera un bon prof; en revanche le prof anonyme pourra être très bon pédagogue et former son élève jusqu'à l'objectif choisi.

P.S.: pour l'avatar, ben merci le net et le pseudo... béh j'ai expliqué ça dans la présentation, je crois ;)

26 août 2005 à 20:05:25
Réponse #95

Ancien forum



Posté par James

Citation de: evenk  link=1124307743/90#95 date=1125076058

Dans quel cas un "vieux chef sage" peut-il etre "depasse"?

Je ne vois que 2 possibilites:

1)-il a perdu les forces physiques suffisantes. ses facultes diminuent.

2)-le groupe utilise des technologies nouvelles ou recentes.




1: Il a peur parce qu'il vient de rencontrer un situation qu'il n'a jamais recontre avant.
2: Ses connaissances l'empechent de regarder les situations avec un oeil neuf et inventif.
3: il ne lui reste plus assez de neurones pour reagir assez rapidement ou a propos.
4: Sa parkinson l'empeche de s'exprimer correctemnt
5: Ses sens emousses par l'age ne lui pemettent plus de prendre les bonnes decisions. "du feu mais non, je ne sens pas de fumee"
5 Hein ? tu sais mon petit je suis un peu sourd avec l'age.

;D

L'experience est une arme a double tranchant. Trop peut nuire autant que pas assez, il suffit de regarder dans les sports dangereux.

Un sage (Bouddha) a une fois dit "le bon chemin est la voie du millieux". je pense qu'il avait raison....

26 août 2005 à 20:09:44
Réponse #96

Ancien forum



Posté par bison_solitaire

Et parfois, parfois, l'expérience est le chemin vers un certain sectarisme... Faut toujours garder son esprit de gamin (curieux de tout), pour ne pas s'enfermer dans ses certitudes.
Souvent on aime l'expérience de certains petits vieux par "gérontocratie congénitale"; or ce n'est pas parce que quelqu'un est vieux et qu'il dit avoir de l'expérience qu'il en a.

26 août 2005 à 21:48:17
Réponse #97

Ancien forum



Posté par Pierrot

L'histoire du marin et de la chambre froide me paraît un petit peu " grosse " pas à vous ?

27 août 2005 à 17:34:59
Réponse #98

Ancien forum



Posté par evenk

Citation de: bison_solitaire  link=1124307743/90#99 date=1125079784
Et parfois, parfois, l'expérience est le chemin vers un certain sectarisme...


Pas d'accord! L'experience au contraire t'a mis en presence de tant et tant de situations contradictoires, surprenantes, inedites, que tu ne peut que devenir quelqu'un qui se garde des jugements hatifs, qui est pret a l'invraissemblable, qui s'adapte, etc...

Le gens sectiares sont toujours des gens qui ne sont sont pas encore frottes a la vie suffisamment. Soit qu'ils sont tres jeunes, soit qu'ils sont privillegies, des enfants gates qui s'ignorent. Ils batissent des theories qui ne tiendraient pas la route s'ils les experimentaient tant soit peu...



27 août 2005 à 17:42:33
Réponse #99

Ancien forum



Posté par evenk

Citation de: bison_solitaire  link=1124307743/90#99 date=1125079784
Faut toujours garder son esprit de gamin


Tout-a-fait d'accord!

Mais l'emerveillement face a la nouveaute, cette tendance a  "repartir comme en 40" a chaque coup, comme si c'etait la premiere fois,  la fraicheur du regard sur la vie, ne se modifie pas avec l'experience. Ca doit etre un trait de caractere.

A ne pas oublier: experience= diversite des experiences
et non  repetition de la meme chose



 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité