Nos Partenaires

Auteur Sujet: Psychologie et survie  (Lu 18493 fois)

19 août 2005 à 16:11:57
Réponse #25

Ancien forum



Posté par bison_solitaire

Vi, vi
"l'art sublime et ultime de toucher les points vitaux" de Henry Plée et Fujita Saiko, édition Budostore.

Et aussi
"l'art ultime et sublime de toucher des points de vies", même auteurs et éditeur. C'est un peu un manuel de premier secours mais avec un petit plus asiatique qu'on ne retrouve plus ailleurs (cette histoire de volonté à faire passer par les mains, maintien du "ventre", éventuellement "cri", l'attente d'une fraction se seconde dans certaines manipulations pour recréer l'amorçage d'une pompe, se caler sur sa propre respiration, d'où encore une fois prendre du recul, rester cool..., des choses que je n'ai pas trouvé dans les enseignements actuels.)

Y'a des détracteurs, n'en demeure pas moins que c'est très intéressant (de toutes façons faut jamais tout prendre pour argent comptant)

Et pour Sun Tzu et Musashi, vi, vi j'ai aussi, plusieurs interprétations d'ailleurs. Faut quand même que je dise que j'ai une petite centaine de bouquins sur les arts martiaux de 1871 à nos jours, tant en ce qui concerne les arts de combats, que la spiritualité et... enfin bref toutes les portes que ça ouvre.

19 août 2005 à 16:35:45
Réponse #26

Ancien forum



Posté par James

Citation de: kartoffel  link=1124307743/15#27 date=1124460453

Ca veut dire quoi, "fluent" ?  ;)

Bientôt il faudra obligatoirement avoir passé le TOEIC pour participer au forum.

En attendant, même si on digresse un peu, la psychologie est certainement un facteur prépondérant, en survie comme ailleurs, dans la balance entre le succès et l'échec. Et les débats que voilà sont fort délectables, on en redemande.



AH ptain DE FRANGLAIS.... si je ne passais pas la moitie de ma vie a parler le rostbeef, je parlerais bien au moins une des deux langues...


On en redonnera un petit peu plus tard, faut pas abuser non plus, l'exces de psychologie fait mal a la tete ;-)



merci pour les refs...

19 août 2005 à 17:42:09
Réponse #27

Ancien forum



Posté par James

Pour en revenir a la General semantique, c'est pas mal, on va s'en faire un petit tour, d'accord?

On part  du principe que le cerveau fonitonne a plusieurs niveaux.

1 verbal  , ca veut dire les concepts les mots et leur manipulation, le language la pensee.

2 non verbal, les sens, l'instinct..


Le langage forme l'esprit, pas de langage, pas de pensee et inversement. Mais le langage a des regle et des defauts qu'il imprime sur la pensee.

Une affimation ne peut etre vraie ou fausse que si elle est directement verifiable par les sens. Une affirmation basee sur un processus de pensee/deduction (inference) n'est ni juste ni faux, il a a la limite des probabilites de pencher d'un cote ou d'un autre.  Si on est dans la maison, et je dis "il pleut sur la maison",  c'est verifiable, vrai ou faux (enfin presque, aux diffences entre mon appareil de mesure et le votre). Si j'en deduit qu'il pleut sur le quartier, je pipote, enfin, j'infere, ca n'a aucune valeur.

Le mec qui passe un feu au rouge en se disant qu'il n'y a personne a oublie que son affirmation n'a aucune valeur, elle n'est pas basee sur un fait verifiable,, et il se prend un camion, c'est l'attitude "ca na'arrive qu'aux autres", attitude qui n'a aucun rapport avec la realite, n'est pas verifiable, car ce n'est qu'une tournure de l'esprit. Le tout est de le savoir...

(ou comment detruire tout ce que l'on a dit en 2 secondes)

Mais c'est bon a se rapeller quand on discute politique ou religion, (ou psy , hem...) il n'y a ni vrai ni faux, juste inferences et deductions...

Dans le langage, il y a les mots pour decrire les objets, representation du reel, et les concepts, qui n'ont pas de valeur reelle.  
Le langage cartographie le monde reel, mais n'est pas le monde reel.  Tout mot pour toute personne apporte de son vecu. Le couteau pour moi c'est un super outil, mais Bill qui s'et fait 10 points de suture dans le temps  ne voit pas les choses de la meme maniere, et quand il entendra couteau, il aura un petit pincement dans les tripes...

C''est genant, ca veut dire que quand on parle avec quelqu'un, seul un procecuss de feed-back peut nous amener a etre sur que le contenu du message est bien passe...

tagadaa,  je vais compliquer plus tard, mais avalez deja ca....

19 août 2005 à 17:56:41
Réponse #28

Ancien forum



Posté par evenk

Super interessant de vous lire tous!

Dans ces cas-la j'imprime les posts et les relis sur papier tranquillement.

Evidemment je vais sans doute en partie dire ce qui l'a deja ete...le stress on m'a toujours dit que sa definition etait "no flight no fight"
(la langue anglaise se prete vraiment bien a ces raccourcis! :D!).

C'est-a-dire la situation tout-a-fait anti-naturelle dans laquelle on ne peut ni se battre ni prendre la fuite. Il ya bien un  3e moyen de defense a part la fuite ou la lutte, qui est la paralysie sur place ("freeze") qui peut-etre sert a se camoufler par l'immobilite(a l'epoque ou nous etions parfois attaques par des animaux ou en cas de guerre)

(Cette paralysie est constatee dans les catastrophes, ou certains individus sont petrifies sur place et ne prennent aucune decision).

Je dis que le stress est anti-naturel, c'est un peu exagere car ces situations peuvent se presenter dans la nature. Nous ou des animaux peuvent les rencontrer.

Mes ces animaux peuvent aussi en mourir (experiences en labo avec des petits mammiferes enfermes dans un espace trop petit pour les contenir tous. Certains individus alors en persecutent/harcelent d'autres jusqu'a ce que finalement ils deperissent et meurent sur place).

Ce qui prouve que l'evolution n'a pas prevu de defense contre le stress.

Est-ce parce que quand une proie est dans cette situation, il n'y a plus d'issues?

Comme quelqu'un l'a dit ici , le mot stress est trop utilise aujourd'hui pour decrire autre chose que le stress. Beaucoup d'autres choses.

Ce n'est pas la peur. La peur pourrait etre decrite comme le demarrage d'un etat de mobilisation intense des moyens (adrenalyne mentionnee dans cette conversation). Elle n'est pas en elle-meme malsaine si elle reste tres occasionnelle. Au contraire, comme vous l'avez dit, elle est tres utile.

Tant a dire sur ce sujet...

Moi j'aime bien les explications qui trouvent leurs "preuves" dans ces ages anciens et pas si anciens ou nous vivions dans la nature, avant l'agriculture (99% de la duree de notre presencesur terre en tant qu'espece!). Parce que c'est la que l'evolution a opere et qu'on a acquis nos reflexes et vecus profonds. Dans ces conditions d'existence-la. J'enfonce des portes ouvertes mais c'est bon de le rappeler.

Les situations de "no flight no fight" (ni combat ni fuite))me semblent beaucoup plus frequentes, voire quotidiennes dans notre vie actuelle dans les villes qu'elles ne devaient l'etre quand nous etions dans la nature.

La vie professionnelle moderne par exemple offre quantite de ces situations: on ne peut pas se defendre ou repliquer ouvertement et on ne peut pas non plus claquer la porte (perdre son boulot). Le syndicalisme n'est plus ce qu'il etait. Les combats ne sont plus collectifs. On est seul.

Je n'ai pa parle de situations actuelles de plein nature ou on peut connaitre le stress. Mais le post devient trop long...ce sera une prochaine fois...

A propos de raconter ce qui vous est arrive: j'ai entendu dire que les gens traumatises par quelque chose et qui en parlaient a quelqu'un dans les 72 heures qui ont suivi ce traumatisme, s'en sortent beaucoup plus vite apres, pendant la periode post-traumatique.

David, l'histoire de cet accident dans la jungle est tres impresionnante. Bien sur qu'on peut parler aux arbres et a tous les etres vivants!...Et qu'eux nous parlent!




19 août 2005 à 19:29:22
Réponse #29

Ancien forum



Posté par survivalfred

Salut, me revoilà dans le treat ...

Fab,
Citer
Petit truc tout con : lorsque tu sais que tu vas écrire une grosse tartine, fait le dans ton éditeur de texte ou traitement de texte favori. Une fois que c'est bien ficelé, un simple copier/coller dans la fenetre de message du Forum, Aperçu et Envoyer et voila. Plus de soucis ...

Merci c'est vrai que C tout con mais j'y avais pas pensé, je l'applique à cet instant !  ;)

C'est du haut vol ... comme quoi la nature ça pousse à l'introspection et à l'approfondissement des sciences humaines!!

J'vais essayer de prendre les idées au vol et d'y glisser mon petit grain de sel ...

Le Stress : j'aurais du m'exprimer en terme d'agression, en effet, je définirais le stress comme le résultat d'une agression (ou même l'agression elle-même)contre notre équilibre (homéostasie) les réponses alors sont adaptées à cette agression, bonne gestion du stress et retour à un état d'équilibre ou non adaptées d'où agravation du déséquilibre ... dans cet ordre d'idée,, rien n'empêche de parler de stress physique aussi pour un individu soumis au froid par exemple !

James, je crois que la lecture des books de Carl Rogers devrait te plaire, c'est un psychologues, philosophe humaniste en gros si je dois résumé d'après une de ces citation voilà la définition :
PSYCHOLOGIE HUMANISTE :
La conception humaniste de la personne suppose que cette dernière a une capacité d'autodétermination, c'est-à-dire une tendance qui la pousse à se développer selon les fins qu'elle a définies ainsi qu'une capacité à se réajuster au regard de son vécu. Cette conception axée sur l'épanouissement personnel réintroduit la notion de conscience individuelle dans l'étude du comportement occulté par le behaviorisme et par la perspective freudienne (déterminisme du milieu et déterminisme du subconscient). Dès lors, le caractère unique de la personne est reconnu.  

Liberté, engagement et implication de l'individu socialement inscrit sont les trois concepts autour desquels la théorie rogérienne de l'éducation s'est élaborée. Reconnaissant la liberté de l'être humain, Rogers affirme que l'individu doit s'engager même si cela semble paradoxal : il doit prendre la responsabilité de son existence afin d'assurer sa croissance personnelle laquelle l'habilite à exercer un pouvoir au plan social. Il reconnaît à la personne la capacité de prendre en charge sa formation, formation vue dans une perspective de développement global. Aussi dit-il que le seul être formé est celui qui a appris comment apprendre, comment s'investir (effort continu) dans une démarche où il a conscience des capacités diverses de l'être humain.

Bon suite au prochain post ...

Fred


19 août 2005 à 19:35:01
Réponse #30

Ancien forum



Posté par James

Encore... Ca me plait ;-)
Vraiment un thread qui me plait ;-)

19 août 2005 à 20:12:16
Réponse #31

Ancien forum



Posté par survivalfred

Re-salut,

Pour alléger un peu le sujet et le débats, j'vais passer un peu à la pratique pouvant nous être utile en milieu difficile, allez on commence par la gestion de L’ATTAQUE DE PANIQUE (Panic attack)

L’attaque de panique constitue un trouble anxieux caractérisé par une crise aiguë d’angoisse.(jusque là,ok, j'vous apprend rien)

Si l’anxiété est un phénomène émotionnel normal de l’existence, la crise d’angoisse s’inscrit plus sûrement dans le pathologique, tant par son caractère brutal, son intensité ou ses conséquences et le danger potentiel en milieu "sauvage", il suffit d'imaginer une crise de panique sur une via-ferata ou simplement sur un sentier bien raide au bord d'une causse. Les mêmes conséquences désastreuses peuvent également se présenter lorsqu'un accident survient dans un groupe, la crise de panique peut alors rapidement aggraver l'incident.


LA CRISE D’ANGOISSE OU ATTAQUE DE PANIQUE :

Elle est définie classiquement par la survenue brutale d’un état de malaise intense perturbant les fonctions intellectuelles et physiques de l'individu soumis à une peur irraisonnée.

Au cours d’une attaque de panique on peut observer des signes psychiques mais aussi des signes physiques.

LES MANIFESTATIONS PSYCHIQUES :

Le sujet est en proie à un sentiment de danger indéfinissable centré sur une impression d’anéantissement physique (peur de mourir, d’étouffer ou de s’évanouir) ou psychique (peur de devenir fou, crainte d’une catastrophe imminente).

Il existe une impression de perte des limites du Moi pouvant constituer un véritable syndrome de dépersonnalisation/déréalisation et amenant donc à des actes impulsifs, irréfléchis, dangereux. Le comportement pendant une attaque de panique est assez variable d’un sujet à l’autre et d’un moment à l’autre chez un même sujet : inhibition voire sidération, agitation désordonnée mais aussi cris et pleurs peuvent alterner.


LES MANIFESTATIONS PHYSIQUES :

Des signes somatiques sont constamment présents au cours d’une crise d’angoisse et peuvent masquer complètement le tableau psychique au point d’évoquer une urgence médico-chirurgicale. La victime réclame d’ailleurs souvent une aide médicale. Notons surtout : palpitations, tachycardie, HTA, nausées, vomissements, douleurs abdominales, sensations d’étouffement, sueurs, tremblements, vertiges,

L’aspect général du sujet et son comportement témoigne de cet état d’angoisse aigu : le visage est pâle, les traits sont tirés, les mains sont crispées, le patient est tantôt prostré, paralysé par la peur, tantôt agité.


Conduite à tenir :  


CONDUITE A TENIR FACE A UNE CRISE AIGUE D’ANGOISSE :


Rassurer le sujet, notamment par rapport à l’absence de risque vital ou de la bonne gestion de celui-ci, et en lui expliquant la nature de son trouble. Faire respirer la victime profondément et lentement (éviter l'hyperoxygénation).
Une technique qui marche pas trop mal est de calquer sa respiration sur celle de la vicime et petit à petit tout en parlant, avec un contact visuel proche (les yeux dans les yeux), de ralentir soi-même son rythme respiratoire, le sujet par "mimétisme" va diminuer son rythme respiratoire également.

Isoler le sujet du groupe afin que la panique ne se communique pas au groupe. (Un risque majeure en situation difficile/de survie voire même en situation éprouvante), le rôle de leader est prépondérant.

Attitude calme mais ferme et directive permpermettant au sujet d'être rassurer par la position de leader de l'intervenant, donner des directives claires, précises par rapport à la suite des événements.

Parfois une attitude "musclée" est nécessaire afin de protéger l'individu et le groupes des actes impulsifs de la personne en crise de panique, immobilisation et maintient pendant le paroxysme de la crise. (certains utilisent aussi une bonne paire de claques, quoique c'est peu thérapeutique et vous risquez un retour immédiat).

Debriefing après la crise permettant une verbalisation de l’angoisse.

Je ne m'étenderai pas ici sur le traitement médicamenteux de la crise, mais il est certain qu'un petit anxiolytique comme le Tranxène, le Valium ou le Xanax peut être une aide précieuse. Ces médicaments ne sont pas en vente libre, ne s'utilisent pas à la légère et leur prise ne permet plus au sujet de réaliser des actions précises, comportant un certain risque ou de conduire un véhicule, la marche et l'élocution peuvent être également perturbés. Donc à ne pas utiliser en haut quand on sait qu'il y a encore 2 névés et 3 heures de sentier avant la vallée ...

James t'as surement une huile de perlinpinpin (heuu, pardon de milpertuis ou un truc comme ça) qui doit fonctionner du tonerre ...

Mais y'a un truc que j'ai déjà testé, c'est un peu de l'effet Placebo mais ça marche (ça doit marcher encore mieux pour David)... t'es avec un groupe et un de tes compagnons (ou "élèves") commence à paniquer ou a s'angoisser: tu prends ton air très scientifico-botanico-homme des bois et tu cherches une plante que tu sais inoffensive (moi j'le fais avec du plantain ou des rosettes de pâquerettes) tu la cueilles presque religieusement, tu la donne d'un air sérieux à la personne, tu lui fais mâcher en lui disant que c'est une plante qui va l'aider à retrouver son calme, qui va l'apaiser, lui redonner de l'énergie ... bref un beau petit laïus motivant ... et hop effet garanti.

Si ça vous branche on pourrait voir ce que vous avez déjà rencontrer comme situation "Psy" en "survie et voir comment on pourrait les résourdre ??

@ +
FRED

19 août 2005 à 21:48:48
Réponse #32

Ancien forum



Posté par James

Interressant.

D'un point de vue pragmatique, et n'ayant rien de l'ame d'un saint, et a fortiori d'un saint bernard, je suis intimement persuade que le meilleur moyen d'arreter la crise d'angoisse c'est de montrer au boulet (mot synonyme de sujet, dans ce cas) que ca peut vraiment etre pire.
Pour moi, le traitement de la crise de panique incontrollee du dit boulet peut tres bien se resumer par l'administration d'huile essentielle de paire de tartes ou meme  l'HE de coup de boule, suivant les cas, voire la toute aussi efficace pomade a coup de gueule, ou la pillule d'ignorance, selon les ages, et les sexes.
L'ellocution peut etre legerement perturbee, mais c'est en vente libre. :-)

Plus serieusement, lavande officinale et petit grain bigarradier sont des calmants.

En rajouter permet souvent rapidement d'arriver au point de rupture, et apres ca va bien mieux.Il y a des moments dans la vie ou il vaut mieux peter ce qui doit peter tout de suite, ca evite d'etre pris au depourvu quand on ne s'y attend pas, ou quand il ne faut pas que ca pete.

Si en situation de survie tu dois batir, vaut mieux le faire sur des fondations propres et neuves.

Y a des moments ou on a pas le temps (ou l'envie) de dealer avec ce genre de misere, et dans ces cas la faut choisir, entre rester concentre sur le probleme a resoudre, ou ecouter le bruit allentour et aider. Des moment ou il faut choisir ou et dans quel but on va investir son energie.

Franchement, des gens a problemes, j'en ai rencontre et aide, et je trouve qu'il faut savoir s'arreter avant de se faire embarquer dans leur delire, SURTOUT dans une situation difficile.

A partir du moment ou ca met le reste d'un groupe en danger, ma reaction risque d'etre extremement vive, quoi que calculee.

L'effet placebo, c'est pile poil, ca marche tres bien pour des tas de cas et ca marche presque sur soi meme en effort de persuasion.

Sinon, ben, la panique est un defaut reprime par l'evolution darwinienne en milieu notablement adverse, sauf si elle permet de courrir plus vite que le danger....

Certains animaux survivent par la panique, un cheval qui a peur se met a galoper quoi qu'il arrive, car c'est un animal proie, et a travers l'evolution, sa meilleure strategie de survie a toujours ete la course. Un lion accule se retourne et attaque, le tout pour le tout.

Peut etre certains humains ont-ils une telle reaction d'animal-proie, sang chaud et fuite, et d'autre une reaction de predateur, sang froid et calcul, apres tout, l'evolution humaine a suivi plusieurs directions simultannees. Peut etre le top de la reaction de survie est d'adopter la reponse instinctive appropriee au probleme.

Moi je suis je le sais du type sang froid, mais je peux tres bien imaginer des situations ou etre du type jambes a mon cou seraient plus appropriees. Puis-je avoir ce type de reponse, et ne l'ais-je encore jamais eu parce que je ne me suis jamais encore retouve dans une situation qui le justifiait??? On peut se poser des questions...

19 août 2005 à 21:50:10
Réponse #33

Ancien forum



Posté par James




cool pour les situations "psy" au prochain post ;-)

19 août 2005 à 21:51:18
Réponse #34

Ancien forum



Posté par DavidManise

J'ai souvent rencontré des "situations psy" en survie ou en rando, ou en canot...  et en général c'était moi-même qui piquais ma crise et j'étais tout seul :)

Mais bon... jamais eu de crise de panique comme tu décris.  Mais j'ai souvent senti l'adrénaline qui montait, montait, montait, jusqu'au point où on sent que les pensées sont confuses et qu'on commence à déraper un peu.  Puis ça passe...

Je sais pas si j'aime cette sensation là ou pas.  Mais une chose est sûre, c'est que l'adrénaline c'est une drogue à accoutumance.  Une drogue dure.  Quand j'ai eu fini de bosser comme videur dans les bars (je faisais ça pour arrondir/compléter mes fins de mois quand j'étais aux études), j'ai eu une crise de manque sévère, au point de commencer l'escalade sur glace, le paintball, et...  les combats extrêmes ::)

Mais revenons à nos moutons : Mes crises "psy", c'était surtout dans un état de fatigue avancé, et après quelques jours passés tout seul.  À force de rester seul, y'a parfois des vieux démons qui ressortent...  On meuble son quotidien avec des délires plutôt que de ne pas le meubler du tout.  Bref, on devient un peu taré...  Momentanément en tout cas.  Dès qu'on retrouve le contact de nos semblables, il n'y a plus de place pour ces délires là...  (ou alors je suis vraiment dingue et personne n'a osé me le dire ;)).

Dans le même style : Je me rappelle m'être fait de bons gros films bien gore avec les ours, au Québec.  J'étais encore gamin, et je faisais mes premières expériences de nuits sous la tente dans la forêt (pas très loin de la maison de mes parents, mais dans la forêt quand-même).  Une fois sous la tente, dans mon duvet, le moindre bruit dans les fourrés lançait mon coeur à fond.  Y'a une nuit, j'ai bien dû me voir mourrir des milliers de fois, tantôt dévoré, tantôt déchiqueté, tantôt les deux...  dans l'ordre et dans le désordre.  Des fois l'ours commençait par un bras, ou par la tête (scénario idéal), ou par le dos...  Évidemment il me bouffait vivant...

Peur irrationnelle.  Les ours noirs québécois ne bouffent pas les gens.  Ce sont des omnivores craintifs qui n'attaquent qu'en TOUT dernier recours.  Néanmoins, j'avais la trouille...  au point de 'dormir' avec mon couteau dans la main.  Au point de n'ouvrir que 2-3 cm de la porte de la tente pour pisser en exposant le strict minimum...  ::)

Quel soulagement quand au plus noir de la nuit j'ai senti que le jour se rapprochait enfin...  et quand la luminosité a enfin commencer à s'accentuer assez pour que les oiseaux commencent à chanter, je me suis endormi...  j'étais É-PUI-SÉ.  

Il a fallu quelques nuits blanches comme ça pour que je réussisse à me calmer enfin, puis à dormir sous la tente aussi bien que dans mon lit...  Personne ne me forçait, mais j'y retournais régulièrement.  Pour vaincre ma peur.

Mon père, ce vieux sage, m'expliquait alors que quand l'imagination et la raison sont en conflit, c'est toujours l'imagination qui gagne.  C'est plus puissant.  C'est plus profond.  C'est plus animal, l'imagination...  La raison ne fait pas le poids.  Le jour où j'ai enfin compris ça, je me suis mis à imaginer que les ours étaient mes copains, et qu'ils veillaient sur moi plutôt que de chercher à me bouffer.  C'était tout aussi irrationnel que le scénario "gore", mais au moins c'était un délire rassurant, et ça a marché.

Maintenant, évidemment, je prends simplement quelques précautions (pas de bouffe ni de trucs qui attirent les ours près du campement, campement loin des aires préférées des touristes, etc.), et je dors comme un bébé (je pleure une heure, je dors une heure, je pleure une heure, je dors une heure ;)).  

Mais bon...  on s'éloigne de la gestion du stress, et on entre dans la prévention du stress (et le soin des phobies).

Le pire, c'est de se découvrir une phobie alors qu'on est loin de tout et qu'il va falloir y faire face pour s'en sortir...  Du style t'es en montagne, et d'un coup tu es au milieu d'une crête et tu te rends compte que t'es acrophobe.  T'avais déjà été en hauteur sans problème, mais là les centaines de mètres de vide, c'est trop, et tu bloques...  Ça aurait été mieux d'y penser avant ;)  Maintenant va falloir faire demi-tour, ou alors continuer...  mais si tu restes là, ça va pas régler ton problème.

Autre exemple à deux balles : t'as peur du noir et tu te retrouves en bivouac, sans lampe de poche etc.  Ben va falloir attendre le soleil...  et ça va être long.

Bref, comme dit James, "connais toi toi-même" ;)

Ciao ;)

David

19 août 2005 à 22:01:52
Réponse #35

Ancien forum



Posté par James

Alors la, David, ce genre de peurs enfantines me rapellent quelqu'un....

Moi je suis sujet au vertige, mais uniquement quand je suis statique au dessus d'une corniche. Des que je bouge, marche ou courre, tout va bien.
Bon c'est tres lie a mon sens de l'equilibre, qui est tres developpe en dynamique et beaucoup moins efficace en statique (quoi que pas pire que la pluspart des gens) J'aime pas, m'enfin, ca se controle aussi, ca m'empeche pas de grimper en haut des arbres, et de me faire des sommets ;-)

19 août 2005 à 22:06:26
Réponse #36

Ancien forum



Posté par DavidManise

Citation de: James  link=1124307743/30#35 date=1124480928
Un lion accule se retourne et attaque, le tout pour le tout.


Ouais mais bon...  un lion il n'attaquera pas (sauf pour se nourrir) avant d'être acculé.  Il fuira jusqu'au moment où il sera acculé.  Les écureuils fonctionnent exactement de la même manière.  Le seul animal sauvage qui m'aie jamais mordu, c'est un écureuil...  <rire>

Et les êtres humains aussi, fonctionnent comme ça.  Seulement, certains êtres humains sont en mesure de court-circuiter toute l'étape "fuite" en se disant "celui-là il va me coller aux basques jusqu'à ce que je tape dessus de toute manière, donc économisons nos forces et tapons tout de suite"...  ou quelque chose dans le genre ;)

La seule exception à ça, c'est la défense des petits et la défense de la bouffe.  D'ailleurs quiconque a déja essayé de piquer dans mon assiette connait bien ce principe ;)

Je pense que la plupart des mammifères vont éviter la confrontation dangereuse instinctivement, au moins jusqu'à ce qu'elle soit absolument inévitable.  C'est logique : pourquoi risquer de prendre un mauvais coup alors qu'il existe d'autres solutions ?  

D'ailleurs, parlant de cheval et de lion, regarde mon avatar de près ;)

Ciao ;)

David

19 août 2005 à 22:13:08
Réponse #37

Ancien forum



Posté par James

Citation de: DavidManise  link=1124307743/30#39 date=1124481986
D'ailleurs, parlant de cheval et de lion, regarde mon avatar de près ;)

Ben quoi, l'a pas peur to cheval, c'est evident, il a compris qu'il est plus gros que le chat  ;D
Par contre, tu lui accroche des petards au cul et tu alumes, tu va voir si il ne court pas...

19 août 2005 à 22:29:44
Réponse #38

Ancien forum



Posté par DavidManise

Sadique ;) ;D

Ciao :)

David

20 août 2005 à 10:03:30
Réponse #39

Ancien forum



Posté par James

Je respecte les chevaux, il nous obeissent, mais ils sont plus grands et forts que moi et ils le savent.  8)

20 août 2005 à 14:46:03
Réponse #40

Ancien forum



Posté par DavidManise

Les chevaux détectent très rapidement les prédateurs ;)

David

20 août 2005 à 17:36:49
Réponse #41

Ancien forum



Posté par evenk

Mon message est hors sujet, pardon  :-[, mais c'est juste un point de vocabulaire (traduction de l'anglais) et ma panique  :D, crise de panique en voyant ma langue maternelle fondre plus vite que les glaciers par le rechauffement climatique!!! :o

Citaton du message de Survivalfred:
"L’ATTAQUE DE PANIQUE (Panic attack)"

Juste une question de traduction: "le mot "attaque de panique" est une traduction directe de l'anglais "panicK attack", une expression tres courante actuellement en Angleterre mais qui sans doute vient des USA.

Certainement que sa  traduction en "attaque de panique" est maintenant la norme en France  puisque Survivalfred l'utilise.

Mais c'est un anglicisme (le mot "attack" est comme le mot "attaque" mais ca ne veut pas dire que leur sens et leur usage soit le meme dans les 2 langues et dans tous les cas).


Le  francais dirait plutot  "crise de panique"

De meme "heart attack" est "crise cardiaque".

La transformation tres rapide du francais a l'heure actuelle est assez inquietante. Je m'en apercois par la connaissance que j'ai de l'anglais. On s'en rend compte tout-de-suite...

Les Normands ont laisse des traces de francais et de latin dans l'anglais: resultat, des mots identiques ou presque identiques dans les 2 langues mais qui AUJOURD'HUI n'ont plus le meme sens ou les memes regles d'usage des 2 cotes de la Manche ou des 2 cotes de l'Atlantique...

Malheureusement on entend et lit tous les jours des Francais qui les confondent et souvent parmi les gens tres instruits (influence des medias, de toutes sortes de traductions a la va-vite, notamment de series televisees americaines, influence des scientifiques et medecins francais par la litterature scientifique anglosaxonne, etc).

JUSTE UNE PARENTHESE EN PASSANT qui ne doit pas nous distraire de cette conversation super  interessante! Pardon Survivafred, rien a voir avec le contenu de ton message! C'est juste que...

...le raz de maree anglosaxon me donne souvent des crises de panique!  :o >:( ??? :-/ :'( :D

20 août 2005 à 17:45:30
Réponse #42

Ancien forum



Posté par evenk

A propos de l'avatar de David: il me fait penser a une photo que j'ai vue d'un elephant qui tient dans sa trompe un leopard par la queue et s'apprete a le faire tournoyer et le lancer en l'air comme une fronde...le leopard n'en menait pas large...oui, dans la nature les rapports de force sont souvent question de taille.


20 août 2005 à 19:13:55
Réponse #43

Ancien forum



Posté par mister_chatoyant

Citation de: survivalfred  link=1124307743/0#12 date=1124397821
Je faisais un très chouette et LONG post sur vos réflexions et sur la pratique de la gestion des état de crise de panique en situation difficile et, boum un bug lorsque j'ai demandé un aperçu et zou, plus rien, j'ai plus le courage de recommencer ce soir ...
j'reverai ça demain ... mais continuez sans moi, vos réflexions tout autant phylosophiques et métaphysiques que psychologiques, c'est une approche vraiment multiangles, ça me plaît ...

@ demain

Fred


ta fait comme moi 1/2 fois sauf tu na pas appuié sur "aperçu" mes sur le bonton "recommencer"

ce qui a TOUT effacer !

david, à l'occasion, tu peux si possible enlevé ce bonton qui ne sert à rien et qui est source d'énervement ?
merci



20 août 2005 à 20:42:27
Réponse #44

Ancien forum



Posté par survivalfred

M-C,

Citer
ta fait comme moi 1/2 fois sauf tu na pas appuié sur "aperçu" mes sur le bonton "recommencer" ce qui a TOUT effacer !


Et non, même pas ... j'ai juste appuyé du pouce sur le deuxième bouton gauche de ma souris qui est paramètré pour faire un Back lorsque je suis dans l'explorateur Web ... on veut du perfectionné et puis voilà ... on plante  ;)

Fred

20 août 2005 à 20:56:25
Réponse #45

Ancien forum



Posté par James

T'as cas choisir un browser de qualite, IE te nique copieusement quand tu fais ca, mais Firefox ne perd rien de ce que tu as tape..... VIVE FIREFOX.


20 août 2005 à 21:06:04
Réponse #46

Ancien forum



Posté par Pierrot

attention, nous glissons insidieusement vers la psychologie de la survie informatique........ :o

20 août 2005 à 21:17:38
Réponse #47

Ancien forum



Posté par James

C'est vrai reprennons nous ! La c'est le week-end, et le week-end je ne philosophe pas, c'est interdit par ma religion (glandouilleur, c'est ma religion).
On reprend lundi. ::)

20 août 2005 à 21:50:11
Réponse #48

Ancien forum



Posté par DavidManise

Evenk,

Même si ton post est un peu hors sujet dans le fil de discussion, je trouve que tu fais bien de souligner tout ça (la dérive du français vers le franglais).  Étant moi-même québécois, et voyant combien nous, les québécois, sommes cernés de toute part par les anglophones, et combien notre vocabulaire (et notre syntazxe) s'anglicise...  je ne puis qu'être sensible à ce problème.

Les langues évoluent sans cesse, mais bon si ça pouvait évoluer dans plein de sens différents, et pas juste vers l'anglais ça serait bien, je trouve ;)

Fin de la parenthèse aussi ;D

Ciao !

David

20 août 2005 à 21:56:59
Réponse #49

Ancien forum



Posté par James

Citation de: DavidManise  link=1124307743/45#51 date=1124567411
Evenk,

Même si ton post est un peu hors sujet dans le fil de discussion, je trouve que tu fais bien de souligner tout ça (la dérive du français vers le franglais).  Étant moi-même québécois, et voyant combien nous, les québécois, sommes cernés de toute part par les anglophones, et combien notre vocabulaire (et notre syntazxe) s'anglicise...  je ne puis qu'être sensible à ce problème.

Les langues évoluent sans cesse, mais bon si ça pouvait évoluer dans plein de sens différents, et pas juste vers l'anglais ça serait bien, je trouve ;)

Fin de la parenthèse aussi ;D

Ciao !

David



Ouais faut quand meme remarquer que ce n'est qu'un raisonablement juste retour des choses. L'anglais contient quand meme pas mal de mots qui viennent du francais, merci william/guillaume le conquerant.. c'est net. L'americain utilise moins ce vaste vocabulaire qui vient du francais, mais l'anglais oui, et il le comprend, en plus..

retour a la psy de la survie...

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité