Nos Partenaires

Auteur Sujet: CR sortie hivernale et astuces d'hiver (était : Mec qui n'a pas assez bu)  (Lu 13123 fois)

05 février 2012 à 20:26:54
Lu 13123 fois

Karto


Salut.

Tout juste de retour de week-end, avec un petit jour et demi de ballade avec un pote.
N'était pas sa nounou, je n'ai pas regardé comment mon collègue buvait au cours de la promenade et du bivouac.
Résultat, un peu avant de reprendre la route du retour, je vous laisse juger par vous-même la couleur de sa miction... (photo volée sous couvert d'un puéril "si t'es pas assez rapide y'aura une photo de toi en train de pisser...")

Je comprends mieux pourquoi il se fatiguait un peu vite, alors qu'on marchait lentement, à l'économie.

Edité : pas de sol terreux visible sur la photo. Seulement les fluides du mec dans la neige.
« Modifié: 08 février 2012 à 16:48:32 par guillaume »

05 février 2012 à 20:53:34
Réponse #1

Mishkin


how ! pas glop !
je sais plus qui je sais plus où ,disait que chez certains milis le chef pistait l'état d'hydratation des mecs en les faisant pisser alignés dans la neige .

05 février 2012 à 21:12:23
Réponse #2

antoine du 33


puta!n  tu m étonne qu'il était claqué et il avait pas mal au reins?
« Modifié: 05 février 2012 à 23:16:42 par antoine du 33 »
Les cons ça ose tout, c'est même à ça qu'on les reconnaît

05 février 2012 à 21:36:56
Réponse #3

azur


how ! pas glop !
je sais plus qui je sais plus où ,disait que chez certains milis le chef pistait l'état d'hydratation des mecs en les faisant pisser alignés dans la neige .
Pas impossible... les militaires usent de moyens pas forcément fin mais pragmatiques pour éviter les désagréments (revue de pieds, etc...)
Tout le monde savait que c'était impossible... est venu un idiot qui ne le savait pas, et qui l'a fait!

05 février 2012 à 21:43:58
Réponse #4

Karto


je sais plus qui je sais plus où ,disait que chez certains milis le chef pistait l'état d'hydratation des mecs en les faisant pisser alignés dans la neige .

Oui, j'ai aussi entendu ça de première main de la part d'un voisin chasseur alpin.

Mais là le pote c'est un mec que je croyais expérimenté, pas quelqu'un à qui j'allais dire "montre ton pipi".

puta!n  tu m étonne qu il était claqué etil t pas mal au reins?
Décidément Antoine faut vraiment que tu fasses réparer ton clavier.


Bref, petit piqûre de rappel pour les ballades familiales et autres virées entre copains dans le froid sec qui ne donne pas soif.

05 février 2012 à 21:59:14
Réponse #5

DavidManise


On sous-estime souvent le pouvoir déshydratant de l'air vraiment froid.  L'air froid, vraiment froid, est super sec.  On se déshydrate souvent de 200ml à l'heure juste en respirant (vu que l'air est saturé d'humidité quand on expire)...  En plus on n'a pas l'impression de transpirer du tout...  et de boire de l'eau glacée quand on a déjà un peu froid, c'est pas motivant.  Et on a ce genre de résultat à l'arrivée...

David
"Grand, gros, lourd, sale, fort et bête" ;)

Stages survie CEETS

05 février 2012 à 22:01:05
Réponse #6

DavidManise


Mais là le pote c'est un mec que je croyais expérimenté, pas quelqu'un à qui j'allais dire "montre ton pipi".

La preuve que même les mecs expérimentés font des erreurs, et donc qu'il faut toujours se checker entre nous.  C'est un principe de travail que je découvre et qui doit être mis en place systématiquement.

Dans les FS, tout le monde check le matos de l'autre.  Même le chef on check son barda.  Un subalterne passe tout en revue.  Y'a une logique à ça : personne n'est parfait.  Personne n'est infaillible.  

Ciao ;)

David
"Grand, gros, lourd, sale, fort et bête" ;)

Stages survie CEETS

05 février 2012 à 22:03:55
Réponse #7

Karto


On sous-estime souvent le pouvoir déshydratant de l'air vraiment froid.  L'air froid, vraiment froid, est super sec.  On se déshydrate souvent de 200ml à l'heure juste en respirant (vu que l'air est saturé d'humidité quand on expire)...  En plus on n'a pas l'impression de transpirer du tout...  et de boire de l'eau glacée quand on a déjà un peu froid, c'est pas motivant.  Et on a ce genre de résultat à l'arrivée...

David


Bon allez. Je me suis bien marré.

C'est pour ça que j'ai présenté le sujet comme ça. C'est utile. Piqûre de signal qu'on ne devrait jamais ignorer.


Mais la vérité, je vous la dois aussi : c'est une blague.
Le mec qui touche sa b!te sur internet, c'est Guillaume. On ne l'appelle pas Durex-Man pour rien.
Je secouais quelques gouttes de café noir de ma bouilloire avant de la ranger, et là on s'est dit qu'en versant un peu de café de ma tasse au milieu on pourrait faire ce coup.

N'empêche, on a fait sortir un peu de signal au manitou  ;) ;#
« Modifié: 05 février 2012 à 22:28:27 par Karto »

05 février 2012 à 22:07:46
Réponse #8

DavidManise


Je trouvais ça un peu gros que Guillaume se soit laissé aller à se déshydrater autant, aussi ;#

Mais comme tu le nommais pas, genre pour pas qu'il se tape la honte, je me suis dit qu'autant c'était vrai...  ::)

David
"Grand, gros, lourd, sale, fort et bête" ;)

Stages survie CEETS

05 février 2012 à 22:14:43
Réponse #9

Moleson


......

Dans les FS, tout le monde check le matos de l'autre.  Même le chef on check son barda.  Un subalterne passe tout en revue.  Y'a une logique à ça : personne n'est parfait.  Personne n'est infaillible.  

Ciao ;)

David

Tiens c'est marrant, dans un autre topic je discutais du fait de faire une contrôle mat dans des conditions ou un défaut peut engendrer un gros problème.

Moléson

05 février 2012 à 22:17:27
Réponse #10

Karto


Pour revenir à du concret :

et de boire de l'eau glacée quand on a déjà un peu froid, c'est pas motivant.

Yep. Et là il faisait bien froid, avec beaucoup de vent sur le plus gros du parcours. Tous les effets gelaient très vite. Les gourdes et sa poche à eau gelaient vite aussi.

D'où l'intérêt des thermos pleins de boisson bouillante et pas trop diurétique. Le bénéfice du double effet kiss-cool. Aucun effort à faire pour avoir de l'eau liquide -> on boit, pas de flemme tueuse à vaincre, et pas de mal au bide avec l'eau trop froide.

Joie du thermos au réveil du bivouac aussi, dont le contenu est encore brûlant après une nuit dehors dans le sac-à-dos. Pas besoin de démarrer le réchaud comme première action de la journée, même si j'avais la cartouche dans mon sac-de-couchage, et mes gants en cuir aussi (en hiver mon sac-de-couchage ressemble à une quincaillerie).


(en parlant de réchaud j'ai constaté un truc : même avec la cartouche chaude -vieille cartouche presque vide où ne reste que du butane-, par moins 20°C le réchaud proprement dit est tellement froid que le gaz se re-liquéfie avant le gicleur, amenant du crachottement et une chauffe peu efficace ; avant je n'expliquais pas le bruit bizarre des réchauds à gaz dans le grand froid, mais aujourd'hui j'ai pu voir ça à la lumière et observer le jet de liquide brumisé)


C'est un principe de travail que je découvre et qui doit être mis en place systématiquement.

Un axe à développer... pour le faire bien, va falloir savoir quoi checker, comment checker, quand checker... toussa toussa. Pas que le matos. Un beau sujet utile à explorer ça.
« Modifié: 05 février 2012 à 22:41:23 par Karto »

05 février 2012 à 22:48:33
Réponse #11

Kilbith


(en parlant de réchaud j'ai constaté un truc : même avec la cartouche chaude -vieille cartouche presque vide où ne reste que du butane-, par moins 20°C le réchaud proprement dit est tellement froid que le gaz se re-liquéfie avant le gicleur, amenant du crachottement et une chauffe peu efficace ; avant je n'expliquais pas le bruit bizarre des réchauds à gaz dans le grand froid, mais aujourd'hui j'ai pu voir ça à la lumière et observer le jet de liquide brumisé)

Quel réchaud? un modèle avec réchauffeur ou un modèle "colonne" simple?

Sinon le Jetboil Hélios est certifié jusqu'à -23°C je crois, cela semble être la température limite pour des raisons que je ne m'explique pas vraiment. http://www.jetboil.com/files/Helios%20Tech%20Brief.pdf


Sur la déshydratation :
Nos compagnes y sont particulièrement sensibles. Quand il fait -20°C la commodité et les convenances les poussent à s'hydrater peu pour éviter de se dévêtir et/ou de se relever la nuit (encore plus vrai dans les zones sans forêt). Le "contrôle" est encore plus délicat que pour les copains en raison des "normes sociales" en vigueur dans nos sociétés (imagines que tu ais fais la même blague en ayant une fille pour complice)

Il ne faut négliger les problèmes de confort et de convenance, la constipation touche les deux genres...

Sur le froid :
Si vous n'aviez pas de raquettes : Pas eu trop froid aux pieds ton compagnon en l'absence de guêtre ?
« Modifié: 05 février 2012 à 23:03:29 par Kilbith »
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

05 février 2012 à 23:10:39
Réponse #12

Karto


Salut Did' !

Quel réchaud? un modèle avec réchauffeur ou un modèle "colonne" simple?

Sinon le Jetboil Hélios est certifié jusqu'à -23°C je crois, cela semble être la température limite pour des raisons que je ne m'explique pas vraiment.

A colonne, bien-sûr. Ce problème n'a pas de raison d'être avec une réchauffe avant le gicleur.
C'était mon ami le Primus Express.

Pour -23°C, simple conjecture en l'air : le matériau des joints ?


Sur la déshydratation :
Nos compagnes y sont particulièrement sensibles...Il ne faut négliger les problèmes de confort et de convenance, la constipation touche les deux genres...

Oui. Un peu de harcèlement bienveillant jusqu'à obtenir une attitude responsable, et même quelques bonnes tranches de rigolade. Mon ex avait pris le pli de l'utilisation d'une "nalgene pipi" à l'intérieur de la tente en hiver.



Sur le froid :
Si vous n'aviez pas de raquettes : Pas eu trop froid aux pieds ton compagnon en l'absence de guêtre ?

La photo ci-dessus, on l'a faite en bas, près de ma bagnole, juste avant de repartir. D'où l'équipement allégé.
Pendant la ballade sur les crêtes avec la soufflerie grandeur nature (90 km/h dans la vallée du Rhône juste à côté de là) on était vraiment en mode grand-froid, avec pour moi t-shirt technique + P&P + gilet en duvet + Gorka... gants + surmouffles etc...

Pas de raquettes. La neige était complètement soufflée par le vent sur les crêtes (collines escarpées, entre 800 et 1100 mètres, longé les lignes de crête), pas besoin de raquettes. On s'est enfoncés un peu en forêt mais on avait bel et bien des guêtres, et les passages vraiment profonds étaient assez brefs pour ne pas être gênants (quelques dizaines de mètres çà et là).
J'ai eu une petite "fuite" en fin de journée (on a marché jusqu'à 21h00) sur une de mes guêtres pas parfaitement bien mise, mais pas froid au pied et chaussure sèche le lendemain matin (intérieur Sympatex). Même souci pour Guillaume, avec des problèmes le lendemain à cause de l'intérieur cuir, grolle gelée en profondeur, bouillotte nécessaire avant d'avoir une chance de l'enfiler malgré le papier journal qu'il avait mis dedans le soir.

Mes pompes étaient sèches après une nuit de bivouac à la belle-étoile par un bon -20°C, les siennes étaient encore mouillées après trois heures près du poêle chez mon père, à qui nous avons rendu visite. A lire par tous les gros partisans invétérés de l'intérieur cuir ;) (je ne m'adresse pas à toi, Did)





(PS : SVP ne jugez pas la taille énorme du sac de Guillaume... il faisait un genre d'expérience secrète ;))
« Modifié: 06 février 2012 à 11:45:02 par Karto »

05 février 2012 à 23:20:58
Réponse #13

Kilbith


Pour les "lecteurs" :

Ma question sur les guêtres sans raquette s'expliquait par le fait que lorsqu'on marche dans la neige, elle se dépose sur les pieds et se met à fondre dessus ce qui fait glagla. De plus (mais là il faut qu'il fasse autour de 0°c) la neige fondu imbibe le cuir en profondeur. Il y a aussi le problème des lacets gelés (on peut bien sûr les traiter au nikwax).  Les guêtres minimisent ces problèmes...en raquette comme on est isolé de la neige, c'est moins critique.

Sinon Mathias, il faut préciser que du dois avoir des chaussures Altberg (? : je le déduis du sympatex). Donc avec un super super cuir sans coutures très hydrofuge et la chaussure super bien construite. Il est rusé notre modo : il fait dans le relativement cheap là ou ce n'est pas crucial et il ne mégote pas sur ce qui est fondamental. ;)

J'ai toujours trouvé que c'était très important que le cuir reste relativement sec si on veut que la membrane puisse fonctionner. Et il faut évidemment choisir la chaussure avec le moins de coutures possible.

Comme tu le soulignes, je n'ai rien contre les chaussures avec doublure en hiver, au moins pour quelques jours. Après, pour de long séjours, je pense que le mieux c'est une chaussure simple (pas de gros rembourrage) avec plein de chaussettes de laine pour isoler que l'on peut faire sécher et changer régulièrement. Ou les coques, ou les mickey boots, ou les sorels avec deux doublures (peut être les mukluks mais je n'ai pas essayé)....bref pas simple.

 ;)
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

05 février 2012 à 23:36:13
Réponse #14

Karto


Kilbith, 100% d'ac avec tout.
Précisions sur les choix :

- terrain facile mais escarpé et beaucoup de passages en taillis méditerranéen serré, et poudreuse vierge très légère parfaitement sèche. Les raquettes auraient été ultra chiantes (on les a laissées dans la voiture en jaugeant les conditions depuis le parking ; bon jugement). J'ai de bonnes raquettes mais je déteste les utiliser. C'est bon quand on ne peut justifier ni des skis ni des crampons, et c'est gros quand ça reste sur le sac...

- d'ac pour les pompes sur de nombreux jours... mais je n'ai pas de Sorels, et encore une fois sur un terrain escarpé et très irrégulier (chaque pas demande de trouver un appui sur les obstacles complexes et invisibles sous la poudreuse très légère -- Guillaume s'est gamellé un demi-milliard de fois mais je ne vous l'ai pas dit) les "grosses" de rando sont idéales. Je suis chaussé avec bonheur de Alt-Berg Mallerstang, oui. Les meilleures pompes "tout-terrain traditionnelles" que j'ai eues jusqu'ici, le jour lointain où elles seront vraiment foutues je commanderai exactement les mêmes au UK si d'ici là ils ne sont pas distribués en France.

05 février 2012 à 23:40:37
Réponse #15

jeanjacques


Même souci pour Guillaume, avec des problèmes le lendemain à cause de l'intérieur cuir, grolle gelée en profondeur, bouillotte nécessaire avant d'avoir une chance de l'enfiler malgré le papier journal qu'il avait mis dedans le soir.

Salut,
Pourquoi ne pas avoir mis les chaussures dans le sac de couchage (elles mêmes dans un sac étanche ou dans un sac en toile selon l'effet désiré) ?

Edit: concernant les Alt-berg, ont elles un becquet à l'arrière ? Ce n'est pas tres clair sur le site. Car il est tout de même dommage pour des chaussure de ce type de ce priver de crampons semi-auto.
Adhérent Unpact.

05 février 2012 à 23:43:36
Réponse #16

Karto


Salut,
Pourquoi ne pas avoir mis les chaussures dans le sac de couchage (elles mêmes dans un sac étanche ou dans un sac en toile selon l'effet désiré) ?

Salut.
J'ai laissé tomber cette technique il y a des années, après avoir essayé plusieurs fois avec toute la bonne foi dont je suis capable.
D'abord parce qu'avec mon mètre 87 je remplis largement la longueur de la plupart des sacs de couchage taille-adulte (et l'excède souvent... Rab et tout ça, trop petit pour moi), et que les chaussures me gênent vraiment pendant la nuit et me font comprimer l'isolant. Aussi parce que ça reste froid. C'est gros, massif, froid, et il faudrait mettre une bouillotte avec dans le sac poubelle.

Bref je conserve cette technique sous le coude pour un hypothétique cas "extrême" qui ne s'est jamais présenté.

Pour Guillaume spécifiquement, je le laisserai répondre. Là il est en escale à Paris.

05 février 2012 à 23:51:28
Réponse #17

Karto


Edit: concernant les Alt-berg, ont elles un becquet à l'arrière ? Ce n'est pas tres clair sur le site. Car il est tout de même dommage pour des chaussure de ce type de ce priver de crampons semi-auto.

Oui, il y a un becquet.
J'ai remplacé le lien rigide de mes G12 par un lien souple et ça marche nickel ensemble, même si le MUL que tu es va me jeter en disant que des crampons de marche 10 pointes en alliage léger seraient plus optimaux pour cet usage ;) (réponse : le budget et la simplicité de l'inventaire multi-usage  ;D)

05 février 2012 à 23:53:33
Réponse #18

VieuxMora


Ma contribution: Pour empêcher mes chaussures de geler dans ces circonstances, je les utilise comme oreiller, une de chaque coté de la tête, semelles tournées vers l'extérieur. 

06 février 2012 à 00:02:08
Réponse #19

jeanjacques


même si le MUL que tu es va me jeter en disant que des crampons de marche 10 pointes en alliage léger seraient plus optimaux pour cet usage ;)

Je n'ai jamais utilisé de 10 pointes, les air tech light sont vraiment léger et cela reste des 12. Sinon, en effet, si je n'avais qu'une paire à acheter ca serait des 12 acier. Etre mul ne signifie pas extrémiste hein, adapter le matos à l'utilisateur reste le principal, avoir des dogmes dirigés seulement vers l'économie de poids en oubliant le reste serait assez ridicule.

Et sinon niveau taille du sac de couchage, je pense que ce n'est pas tellement vers de plus grande longueur qu'il faut cherché. J'ai plusieurs fois eu les pompes gelées dans le fond du SDC. Donc maintenant c'est toujours sur les cotés, en accoudoir (mais niveau confort, je te l'accorde, on repassera).
Adhérent Unpact.

06 février 2012 à 00:04:07
Réponse #20

Karto


JDonc maintenant c'est toujours sur les cotés, en accoudoir (mais niveau confort, je te l'accorde, on repassera).

Tu peux m'expliquer un peu mieux ce que tu veux dire par "en accoudoir" STP ?
Je suis partant pour ré-essayer en changeant un peu la recette, juste pour voir si j'aime toujours pas ;)

(même longueur d'ondes pour la MULitude intelligente  :up:)

06 février 2012 à 00:06:16
Réponse #21

Karto


Ma contribution: Pour empêcher mes chaussures de geler dans ces circonstances, je les utilise comme oreiller, une de chaque coté de la tête, semelles tournées vers l'extérieur. 

Donc ça prélève la chaleur à ta tête ?

06 février 2012 à 00:13:46
Réponse #22

jeanjacques


Pour éviter la redondance je stock les chaussures (bien nettoyées) dans les sacs étanches de mes autres affaires, en les retournant (pas les chaussures hein le sac ;D). Et ensuite collé le long du corps: soit j'ai peu d'autonomie et les deux chaussures vont du même coté avec le sac de nourriture et la/les bouteilles de gaz (mis dans les chaussures si il n'y a vraiment pas de place), sinon repartie des deux cotés, avec les coudes dessus et les bras croisés sur la poitrine.

Donc ca c'est la position de base que tu espères pouvoir tenir toute la nuit. Dans la réalité, tu te tournes, c'est le bordel, et tu finis normalement assis sur le sac de nourriture avec une chaussure entre les jambes. Mais le matin au moins t'enfille tes pompes en premier :D
Adhérent Unpact.

06 février 2012 à 00:32:17
Réponse #23

VieuxMora


Donc ça prélève la chaleur à ta tête ?
Très peu, elles ne sont pas complètement gelées quand je les enlève, je pose un habit dessus et avec un gros bonnet en laine sur la tête, par conduction, cela suffit pour les maintenir hors gel pour le lendemain matin.

06 février 2012 à 16:55:10
Réponse #24

guillaume


On a hésité à mimer un bonne diarrhée un moment mais au final, le coup du pipi était plus pédagogique ;#. En plus, il y a un petit fond de vérité, vous allez voir...

Je suis arrivé chez Karto avec un début de crève et une bonne fatigue de ces derniers jours [...]. De plus mon sac était préparé pour un stage en mode "grand froid", pas optimisé du tout (beaucoup de redondance et mal équilibré sur le haut), surement un bon 15 kg.
Comme on parait en mode "cool", j'ai eu la flemme de refaire mon sac. Or la flemme tue (copyright Woodrunner), du moins ici elle m'a bien fatigué...
Enfin, n'ayant pas l'habitude de la montagne en hiver comme Karto, mes pas n'étaient pas sûr du tout.

Ces facteurs ont fait que je m'épuisais pour progresser alors que Karto était, lui, en mode économe (enfoiré ;#).

De plus, mon corps consommant plus d'eau que d'habitude (là je bois litron sur litron à cause de la fièvre), je me suis un peu déshydraté. Ho rien de bien méchant au début : urine pas totalement claire, ce qui ne m'inquiète pas plus que ça d'habitude. Puis à un moment j'ai commencé à avoir des crampes. Et là j'ai dis "Karto, faut que je m'hydrate". On a finit les thermos en plein vent mais c'était trop tard. Et malgré le fait que je buvais à chaque arrêt ensuite, le mal était fait et les crampes ne m'ont quittées qu'au milieu de la nuit. Pas glop quand on n'a déjà pas le pas sûr :lol:.

Bref, j'ai merdé : j'ai pris la très mauvaise habitude de considéré une urine légèrement foncé comme étant une légère déshydratation anodine. Dorénavant, c'est redevenu un vrai signal d'alarme.


Au passage je voudrais souligné l'énorme maîtrise qu'a Karto en orientation : de nuit, sur un GR marqué en traits-tirés par endroit et dont la trace n'avait pas été faite, on a du paumer le chemin 3 ou 4 fois. Un point avec le GPS et l'alti pour confirmé la position, un très bonne lecture du terrain et un peu d'exploration on fait qu'on est toujours retombé sur le bon sentier. Et non désolé Karto mais y'a pas vraiment de place pour la chance là-dedans :up:.



a+

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité