Nos Partenaires

Auteur Sujet: L'évaluation des distances en milieu naturel : kançékon'arrive ?  (Lu 17441 fois)

21 janvier 2012 à 18:46:22
Lu 17441 fois

Le Barbu'




Bon les gars, y a pas que les EDC dans la vie ;) ,la preuve avec cet discuss' que je souhaiterais orienté vers les distances : concrètement, en milieu rural  / naturel, comment savoir a quel distance se situe cet clairière, se sentier, cet maison ? sans avoir recours au télémètre laser si possible  :-\ .


Vos trucs et astuces sont la bienvenue
On peut toujours se consoler en se disant qu'on ne saura même pas nous mêmes qu'on est mort.


La vie est une comédie italienne : tu pleure tu ris, tu ris tu pleurs...

21 janvier 2012 à 18:49:36
Réponse #1

soldmac


Tu parles d'estimer une distance sur le terrain? Sans carte, ni télémètre, ni autre?

21 janvier 2012 à 18:57:27
Réponse #2

Le Barbu'


Exactement, tu te balade et tu souhaiterais sans instrument de mesure évaluer une distance.
On peut toujours se consoler en se disant qu'on ne saura même pas nous mêmes qu'on est mort.


La vie est une comédie italienne : tu pleure tu ris, tu ris tu pleurs...

21 janvier 2012 à 19:04:02
Réponse #3

azur


L'armée utilise des astuces avec la largeur des doigts et des mains, en s'appuyant sur la formule du millième (mesure d'angle)
1 millième, c'est l'angle que fait 1m à 1km
en évaluant l'angle que fait un doigt ou un poing en ayant le bras tendu et en ayant une idée de la taille d'un objet (arbre, porte, fenêtre, mur, maison...), on peut en déduire approximativement la distance. Pour ça, il faut étalonner au préalable avec des point particuliers connus (terrains de foot, de tennis, etc...)

Tu trouveras des infos utiles ici: http://www.cesat.terre.defense.gouv.fr/IMG/pdf/TTA150_titre_9.pdf

Je sais aussi que, selon qu'on évalue "court" si:
- on a le soleil de face
- on regarde vers le haut
on évalue "long" si:
- on a le soleil dans le dos
- on regarde vers le bas
Tout le monde savait que c'était impossible... est venu un idiot qui ne le savait pas, et qui l'a fait!

21 janvier 2012 à 19:06:29
Réponse #4

Baden Powel


En général le mieux c'est de s'étalonner (une piscine olympique, un immeuble...)
apres ca reste aproximatif
toujours prêt ;)

21 janvier 2012 à 20:52:00
Réponse #5

haflinger


Une méthode utilisée est aussi celle de moyens auxiliaires . Par exemple, la distance entre 2 poteaux téléphoniques est de 50 m etc.. Ca permet d'avoir une idée de la distance.
Au niveau des erreurs d'estimations, en gros, quand tu vois "bien" (terrain plat, de jour, pour évaluer la distance à un grand objet qui se détache de son arrière plan), tu as toujours tendance a sous-estimer les distances, et, à l'inverse, quand tu vois "mal" (de nuit, des petits objets, en terrain vallonné), tu risques de surestimer la distance.
Tu peux aussi évaluer approximativement la distance en fonction du bruit :
- conversation : perceptible à 50m
- Véhicule à roue : 400 m
"Seigneur, donne moi la patience... Parce que si tu me donnes la force, je lui éclate sa gue*le !"

21 janvier 2012 à 22:34:33
Réponse #6

Mishkin


En général le mieux c'est de s'étalonner (une piscine olympique, un immeuble...)
apres ca reste aproximatif

Au boulot ,je fait marcher et actualise régulierement à ma "banque de données" sur les distances ,j'utilise des barres de tuyaux qui font 3 metres ,on me dit il faut passer de tel point vers tel point ,je m'amuse toujours à estimer le nombres de barres nécessaires en comptant à coups de 3metres .J'utilise un hydrocureur de 30 metres ,j'essaie toujours de savoir quelle distance je vais atteindre ou de combien sont espacés 2 regards pour savoir si l'hydrocureur sera utilisable.Je me sert d'un décametre de 60metres : avant de mesurer une grande distance et de le dérouler ,j'essaie d'estimer où tombent les 60 metres et combien de fois 6O metres rentrent dans la distance à mesurer et savoir combien de piquets je dois emporter .
Je valide toujours mes estimations par un coup de décametre ou d'odometre ,des fois j'ai des surprises ,des fois je suis content ,c'est pas tout à fait au point.
Concretement ça me sert à estimer les distances pour le tir à l'arc ,je sais que mon tir est tendu jusqu'à une distance de 15 metres sur terrain plat (5 barres ,une moitié d'hydrocureur) et qu'aprés je dois faire des corrections (qui font appel à une autre banque de données) ou qu'une cible est trop loin pour tirer.
Dans un autre registre ce soir en rentrant des bois à la nuit tombante ,ne reconnaissant plus tel accacia ou tel chene qui me servent habituellement de reperes j'ai été surpris d'arriver à un autre repere trés remarquable plus vite que ce que je pensais

21 janvier 2012 à 23:22:30
Réponse #7

Baden Powel


Concretement ça me sert à estimer les distances pour le tir à l'arc ,je sais que mon tir est tendu jusqu'à une distance de 15 metres sur terrain plat (5 barres ,une moitié d'hydrocureur) et qu'aprés je dois faire des corrections (qui font appel à une autre banque de données) ou qu'une cible est trop loin pour tirer.


Exactement pareil mais faisant du 3D rarement et tirant avec scope sur poulie, j'ai souvent affaire a du 45-50M ce me semble
(piscine olympique=50m)
toujours prêt ;)

22 janvier 2012 à 02:19:00
Réponse #8

AC


Personne n'a cité la triangulation ? (CF le paragraphe sur Thalès qui mesurait la distance d'un bateau de cette façon)

Par exemple, pour estimer la largeur d'un fleuve, je choisis un point de repère en face de moi sur l'autre rive, puis j'avance perpendiculairement jusqu'à ce que son azimuth ait tourné de 45°. Si j'ai parcouru 50m, alors la largeur du fleuve est aussi 50m. C'est facile avec une boussole; sinon on peut toujours mesurer les angles avec le bras tendu comme suggéré par azur, par rapport à un point à l'horizon.

C'est d'autant moins précis que l'objet considéré est loin par rapport à la distance qu'on est prêt à parcourir pour faire la mesure.


(l'image vient d'un manuel militaire US, je n'ai pas trouvé l'équivalent français en accès libre !)


22 janvier 2012 à 11:48:31
Réponse #9

jonasvoile


salut pas tellement de méthode, si ce n'est l'entrainement, y compris au boulot (certes en mm) et surtout se faire des repères local (particulièrement pour savoir connaitre la profondeur d'eau en mer et savoir ou passer), pour plus de précision il faut un minimum de matos.

par contre attention (a rapprocher du fil sur le naufrage du concordia), quand vous êtes sur un bateau (y compris en planche ...) la distance a parcourir a la nage et toujours plus importante a parcourir que l'impression que l'on à. donc soit on embarque sur un canots de survie, ou sur en voile sportive, kayak, planche, on reste sur sa coque, qui sera toujours plus visible et flottante qu'une personne seule.

@ + jonas

23 janvier 2012 à 09:35:13
Réponse #10

Lynx


La méthode rapportée par azur n'est ni plus ni moins que l'utilisation du bon vieux théorème de Thalès.
En connaissant la longueur entre ton oeil et ton objet d'évaluation, la mesure de cet objet d'évaluation (régle de boussole par ex) et l'estimation de la dimension de l'objet observé (mesure sur carte/connaissance préalable de l'objet) tu en déduit la distance.

exemple
longueur oeil-plis du pouce = 0,7m,  objet visé: falaise H=40m lu sur la carte, mesurée 3 cm sur place distance oeil-falaise= (40x0,7)/0,03=933m


Poussière aux pieds vaut mieux que poussière aux fesses. Proverbe Peul

23 janvier 2012 à 09:57:16
Réponse #11

colt


bonjour,

effectivement avec thales ca marche pas trop mal.
je me suis étalonné dans le temps : un homme vu d'une regle au bout de mon bras fait environ 1cm

donc à
200m => 5mm
400m => 2,5mm
800m => ~ 1mm
ca marche plutot bien, enfin ca donne l'ordre de grandeur

s'il n'y a pas d'hommes , je prendre qq chose d'équivalent genre : porte , fenetre, voiture etc .


effectivement , s'il n'y a rien "d'humain", il faut la méthode "téodolite", et un peu de trigo

voila

my 2 cts

colt

23 janvier 2012 à 11:39:27
Réponse #12

Jibouille


C'est pas lowtech, mais si tu as un smartphone, il y une app qui peut aider : http://hrtapps.com/theodolite/

Perso je m'en sers pour le boulot (ajouter les coordonnées GPS en surimpression sur une photo) mais il est plus généralement conçu pour tirer parti du gyroscope pour mesurer des angles, avec un cadre et un rapporteur, en temps réel :
"Use the app's A-B survey calculator to compute distance between locations or differences in angles between observations.
Use the A-B calculator to triangulate the location of a far off point observed in the viewfinder (and then mark that point on the map).
Use the A-B calculator to compute the height of landmarks in the view, or the distance to landmarks in the view."

Cette appli tourne sur iPhone, mais il doit y avoir l'équivalent sur d'autres plateformes.
Gratuit dans la version de base, version payante à 4 euros qui permet d'enregistrer les photos avec les infos en surimpression.

24 janvier 2012 à 06:01:14
Réponse #13

François


Ce qu"on fait plus ou moins instinctivement, et qui marche bien, c'est de comparer à des distances connues, que l'on voit souvent, à toutes heures et par tous les temps. C'est encore plus efficace si on le fait consciemment. Si on a besoin d'avoir des valeurs chiffrées, il faut aller mesurer les distances qui nous servent de base :D
Espérer le meilleur, prévoir le pire.

24 janvier 2012 à 09:38:09
Réponse #14

aurochs


Bonjour,

Il faut utiliser la méthode Napoléon (il était artilleur !!!) qui est un dérivé de Thalès.

Aurochs

24 janvier 2012 à 10:36:30
Réponse #15

Karto


Il faut utiliser la méthode Napoléon (il était artilleur !!!) qui est un dérivé de Thalès.

Tu peux expliquer ?

24 janvier 2012 à 10:54:13
Réponse #16

Loriot


Pour ma part, en terrain plus ou moins dégagé, je vais imaginé le temps pour allé jusqu'au bosquet suivant, puis le fond de la petite vallée plus loin. Assez efficace mais nécessite un peu d'expérience. Je ne connais donc pas la distance mais le temps qu'il me faut pour la parcourir. Ça permet de répondre a la question de c'est quand qu'on arrive. La distance en mètres réel c'est bien mais souvent n'a rien a voir avec le temps réel pour le parcourir.
Quand le sage désigne la lune, l'idiot regarde le c..

26 mars 2020 à 13:36:29
Réponse #17

Karto


Un truc vraiment amusant que j'ai découvert récemment...
L'écartement des yeux est environ un dixième de la longueur de mon bras tendu, de l'épaule au bout des doigts.

Pratiquement :
Si je ferme un oeil et que je me pointe un objet dans le lointain avec l'index puis que, sans bouger le bras, je ferme l'oeil ouvert et j'ouvre l'oeil fermé, je vais avoir l'impression que mon index s'est déplacé sur le paysage. Si j'arrive à estimer de quelle distance mon index s'est déplacé, alors je peux multipler cette valeur par dix, et ça me donne la distance entre l'objet et moi.

Ca fait pas télémètre, mais pour des estimations grossièrs ça marche étonamment bien, pour peu qu'on connaisse un peu la taille des choses.
J'ai estimé une maison à 800 mètres comme ça, puis vérifié sur la carte : elle était à 700.

Exemple simple : avec un seul oeil ouvert je me montre le coin d'une maison avec mon index. Ensuite si je change d'oeil, mon index atterrit sur l'autre coin de la maison (situation pédagogique, faut commencer simple). La maison a 4 fenêtres dans sa largeur, elle doit faire environ 15 mètres, donc mon index s'est "déplacé" de 15 mètres -> je suis à environ 150 mètres de la maison.




Après sur le fond du problème je m'aligne avec Loriot : les distances souvent on s'en fout. C'est le temps, la vraie mesure des choses.

12 décembre 2020 à 14:58:46
Réponse #18

Trailokiavijaya


Salut

Je joins une image que j'utilisais parfois quand j'étais à l'armée, ça pouvait dépanner ou conforter certains choix quand je prenais des distances dans la lunette de ma J8.

Sinon, sans faire de pub, ce site propose des outils pour calculer rapidement la distance, avec bien évidemment la formule du millième, Thalès, etc...

https://store.wndsn.com/

Pas encore acheté, ni testé.



Trail'

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité