Nos Partenaires

Auteur Sujet: Conduite sur route enneigé / verglacée  (Lu 15578 fois)

02 décembre 2011 à 10:21:12
Réponse #25

Sylvain74


On a la même expérience...

Mais un poil plus de précision de ton côté  :up:  :-[



En fait le problème ce n'est pas la montée, a moins d'être abruti et de rouler comme un c*n : soit on monte, soit on s'arrête. Le problème c'est la descente : là, on ne s'arrête pas, ou dans un mur.


Yep, tout doux sur les freins ! Et vive la 1ere vitesse. On n'est pas pressés... Et les chaines à la descente c'est pas du luxe !

Ma caisse étant à tendance sous-vireuse (kangoo), j'ai souvent la main sur le frein à main. Mais là encore, c'est vraiment par toutes petites touches qu'il faut l'utiliser, si ça part, et y'a rien de miraculeux... Trop fort et hop, le cul dans le talus ou, pire, dans le fossé ! Bref, à tester, en en se disant bien que le plat du parking de Mammouth c'est bien, la descente c'est autre chose  ;) !

D'ailleurs je me pose la question de savoir si je vais pas changer mes disques, doivent être voilés et le freinage n'est pas homogène, ça vibre un peu... En été c'est désagréable, en hiver ça peut être dangereux.

Sylvain.


02 décembre 2011 à 10:55:56
Réponse #26

Camaro


Utiliser le frein-moteur en descente, d'accord, mais quand on a une automatique (donc sans frein moteur), comment fait-on ?
Il est possible de descendre de vitesse manuellement, mais ce n'est pas tres pratique quand on est deja occupe avec son volant et qu'on a ses yeux vers la route. D'autant plus que le "downgrade" manuel, on ne l'utilise quasi jamais en temps normal. Faut-il donc s'y entrainer (comme pour tout le reste) ou y a-t-il une autre solution ?

Autre question, sur la neige vaut-il mieux passer au mode 4x4 ou rester en 2 roues motrices ?

J'ai un 4x4 modele US avec boite automatique que je viens d'acquerir et je n'ai pas encore pu le tester sur la neige.
Ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort ... mais parfois ca fait vachement mal.

02 décembre 2011 à 10:58:58
Réponse #27

Bison


Bonjour,

Mon petit grain de sel ... (d'ailleurs, le sel, ce ne serait pas une idée si farfelue ...)

Citation de: Sylvain74
Et vive la 1ere vitesse. On n'est pas pressés...

Oui et non, pour la première ...
Parce que le frein moteur est vraiment fort, donc, rien qu'en "relevant le pied", on risque de glisser ... et si un donne un coup d'accélérateur pas bien dosé, ça patine plus facilement ...
Evidemment, si la prudence impose de rouler vraiment doucement ... mais il faut avoir conscience là qu'il s'agit dêtre encore plus d'être délicat avec l'accélérateur et de ne pas hésiter à débrayer quand la voiture "s'échappe".

Après, j'ai un "truc" qui n'a pas encore été vraiment cité :  faut s'entraîner!
Faut aller aux limites et les dépasser pour voir vraiment ce qui peut se passer.
Pour voir vraiment ce qui est le plus efficace comme réaction.
Aussi pour ne pas être trop pétrifié quand cela arrive accidentellement.

Je ne suis pas joueur, hein ... je connais un grand parking qui est désert à certaines heures, quelques tronçons de route bien dégagés et très peu fréquentés. Alors, parce que je suis "jouette", à chaque occasion, je teste à l'accélération, au freinage, au survirage, au sous virage ...

Ce n'est pas une alternative au perfectionnement en auto-école, mais plutôt un complément.
Ne fût-ce que pour entretenir les réflexes ...
Un enfant qu'a pas une paire de bottes, une canne à pêche et un lance-pierre, c'est pas un vrai. (A. Gavalda)

02 décembre 2011 à 11:03:10
Réponse #28

Kilbith


Utiliser le frein-moteur en descente, d'accord, mais quand on a une automatique (donc sans frein moteur), comment fait-on ?
Il est possible de descendre de vitesse manuellement, mais ce n'est pas tres pratique quand on est deja occupe avec son volant et qu'on a ses yeux vers la route. D'autant plus que le "downgrade" manuel, on ne l'utilise quasi jamais en temps normal. Faut-il donc s'y entrainer (comme pour tout le reste) ou y a-t-il une autre solution ?

Sur les anciennes automatiques, le plus souvent des voitures américaines importées (ex : par les milis US en Gelbique), les boites archaïques n'avaient quasiment pas de down grade. Il faut dire que les caractéristiques de leur moteur essence de grosse cylindrée et de faible puissance unitaire limitait l'intérêt de boites sophistiquées. De plus la tenue de route de propulsion, les amortisseurs de charrette marocaine et les ralentisseurs qui servaient de frein dissuadaient de prendre des risques sur route sinueuse ou enneigée. En revanche, sur les boites modernes qui équipent des véhicules US à carrosserie autoportante et à traction, pour ce que j'ai testé :  elles sont présentes, effectives et utiles.

Sur les automatiques européennes (je ne connais que celles des gros et puissants véhicules allemands) les boites automatiques sont des merveilles qui disposent souvent d'un programme winter mais qui de toute façon disposent aussi d'un programme "manuelle as like". Le problème c'est plutôt le poids, le couple incroyable, le sentiment d'isolement/confort et de toute puissance que confère ce type de véhicule avec en plus les pneus hyper larges à profil routier.
« Modifié: 02 décembre 2011 à 11:09:50 par kilbith »
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

02 décembre 2011 à 11:13:21
Réponse #29

gargle


Pour suivre dans l'idée de Bison, il ne faut pas utiliser la première vitesse, mais plutôt la deuxième, surtout pour démarrer.

Ça permet d’éviter le "trop de traction" au départ qui pourrait supprimer l'adhérence.

En démarrant en seconde, on est beaucoup plus souple sur l'embrayage ;) et le moteur a beaucoup moins de couple et, normalement, cela ne permet pas de faire patiner les roues.

02 décembre 2011 à 11:15:52
Réponse #30

Sylvain74


Bonjour,

Mon petit grain de sel ... (d'ailleurs, le sel, ce ne serait pas une idée si farfelue ...)

Oui et non, pour la première ...
Parce que le frein moteur est vraiment fort, donc, rien qu'en "relevant le pied", on risque de glisser ... et si un donne un coup d'accélérateur pas bien dosé, ça patine plus facilement ...

Je persiste... D'expérience, en grosse descente (dans les 15% quand même...) comme on en trouve en montagne, la 1ere est réellement adaptée. Reste à effectivement savoir doser le relevé du pied gauche.
Je me tape régulièrement de longues portions de route de montagne en frein moteur.

A+,

Sylvain.

02 décembre 2011 à 11:42:21
Réponse #31

Mani


Mani : t'es en train de prouver que l'angle d'ouverture de ta gueule est directement proportionnel à l'ignorance que t'as sur le sujet.  En plus tu nous prends le chou avec le bitume dans un fil sur la conduite en conditions neige. 

Tais-toi.  Lis.  Apprends.

Merci d'avance.

David

Euh je me suis fourvoyer en disant que je ne conseiller pas de se servir du debrayage en mode route seche, je n'aurai pas du dire ca j'aurai du dire que les quelque fois ou j'ai tester ca n'as pas marcher pour moi c plus juste comme ca, je ne voulais pas creer de polemique sur le bitume ou autre libre a vous de penser que l'adhérence et le comportement est le meme sur neige, glace et bitume...

Mani

02 décembre 2011 à 11:46:12
Réponse #32

Kilbith


Pour suivre dans l'idée de Bison, il ne faut pas utiliser la première vitesse, mais plutôt la deuxième, surtout pour démarrer.

Ça permet d’éviter le "trop de traction" au départ qui pourrait supprimer l'adhérence.

En démarrant en seconde, on est beaucoup plus souple sur l'embrayage ;) et le moteur a beaucoup moins de couple et, normalement, cela ne permet pas de faire patiner les roues.


Tu as parfaitement raison en plaine (modulo que l'embrayage n'apprécie pas toujours)...mais Sylvain parlait dans un contexte montagne : le problème c'est que tu as besoin du couple pour démarrer dans une pente alors que l'adhérence ne permet pas toujours de passer ce couple.

 :)

"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

02 décembre 2011 à 12:04:31
Réponse #33

DavidManise


j'aurai du dire que les quelque fois ou j'ai tester ca n'as pas marcher pour moi

Non, là, pour le coup, t'aurais juste dû RIEN DIRE DU TOUT.

T'avais aucune info utile ou fiable dans ce sujet, t'étais hors sujet dans ce fil, t'as juste fait du bruit, tu m'as obligé à intervenir, et là tu en rajoutes une couche.

L'être humain met 2 ans de sa vie pour apprendre à parler, et tout le reste à apprendre à se taire ;)

Rien contre toi perso.  Juste là, maintenant, tout de suite, tais toi.

Ciao ;)

David
"Grand, gros, lourd, sale, fort et bête" ;)

Stages survie CEETS

02 décembre 2011 à 15:00:13
Réponse #34

Karto


Utiliser le frein-moteur en descente, d'accord, mais quand on a une automatique (donc sans frein moteur), comment fait-on ?

Je ne suis pas sûr de comprendre.
En Ecosse j'avais une vieille Astra avec une boîte auto à l'ancienne (commande hydraulique et convertisseur de couple, qui bouffe ses 12 litres au 100...). En reculant le levier de vitesses je pouvais imposer un rapport maxi, ce qui revenait à rétrograder. Et comme avec un convertisseur de couple les changements de vitesses ne font pas d'à-coups, c'était un plaisir à conduire sur la neige et en montagne cette bagnole.
Quand elle commençait à chasser je foutais un coup de bras de chimpanzée dans le levier, la butée était la position "N", moins rapide qu'un coup d'embrayage mais c'est ce qu'il y avait de mieux.
Enfin il y avait un mode "neige" qui l'empêchait d'engager la première. Encore une fois, le démarrage en seconde et avec le convertisseur hydraulique, c'était un "no-brainer" sur la neige.

Les boîtes robotisées modernes sont moins sympa quand on a besoin de doigté, mais de toutes façons c'est pas de ça qu'on parle apparemment ;)

Il est possible de descendre de vitesse manuellement, mais ce n'est pas tres pratique quand on est deja occupe avec son volant et qu'on a ses yeux vers la route. D'autant plus que le "downgrade" manuel, on ne l'utilise quasi jamais en temps normal. Faut-il donc s'y entrainer (comme pour tout le reste) ou y a-t-il une autre solution ?


En montagne sans rétrograder tu prends un aller-simple pour les freins bleus et voilés... Je pense que la réponse est oui : rétrograder doit être un réflexe à prendre de toutes façons, ça devrait être aussi naturel que le ralentisseur sur les camions.

02 décembre 2011 à 17:17:30
Réponse #35

Camaro


OK, je vais donc m'entraîner à rétrograder, même quand la situation ne l'exige pas (pas de montagnes en Gelbique et pas encore de neige).
Merci pour les infos
Ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort ... mais parfois ca fait vachement mal.

02 décembre 2011 à 19:29:28
Réponse #36

Outdoorsman


Je confirme qu'en montagne, en descente le frein moteur de 1ère est très efficace, surtout avec un diesel. On se met en 1ère, et on ne touche plus aux pédales, la voiture prend rapidement un rythme de croisière très rassurant. Si la pente s'accentue, il suffit d'effleurer la pédale de frein.

En montée, il faut essayer de garder une vitesse la plus constante possible et s'il ne faut pas rouler trop vite, il ne faut pas rouler trop doucement non plus, sinon il faut relancer la voiture et c'est souvent là qu'on perd l'adhérence.

Dans le même ordre d'idée il vaut mieux sur un régime moteur assez bas : on a plus de couple et les accélérations produisent moins d'à couts.

Enfin, je voudrais insister ici sur l'importance des pneus neige. Donner des conseils de conduite, dire qu'il faut s'entrainer sur des parking c'est bien mais la meilleure prévention c'est quand même d'être bien équipé. Bien équipé, c'est 4 pneus, pas 2.
Oui, je sais c'est cher. Mais la bagnole, on y est tout le temps et c'est un investissement relativement durable.
A défaut, et pour ceux qui n'ont de la neige qu'occasionnellement, les chaines sont un bon compromis.
"On a beau donner à manger au loup, toujours il regarde du coté de la forêt. " Ivan Tourgueniev
"Là où il y a une volonté, il y a un chemin" Edward Whimper
"Dégaine toi du rêve anxieux des bien-assis" Léo Ferré

02 décembre 2011 à 22:36:02
Réponse #37

costa


Salut.

En parlant des pneus neige, j'ai une petite question.
Les températures actuelles sont assez douces dans ma région en journée en ce moment. Donc, je n'ai pas encore monté mes pneus hiver.
Je lis un peu partout qu'on peut les monter à partir de 7 degrés et moins. Actuellement, on a des matins à 3 degrés, et on peut avoir des journées à allant jusqu'à 8-10degrés. Si on roule avec au dessus de 7 degrés, est-ce qu'on risque de les abimer ou de les bouffer plus vite?

A+


02 décembre 2011 à 22:44:51
Réponse #38

Maximil


oui un peu. La gomme sera plus tendre avec des températures plus hautes. M'enfin c'est pas 30° non plus hein.
Fabrication maison de stylo-plume , roller , bouchons de bouteilles , kubotan , koppo-stick etc... http://maximil.chez-alice.fr/index.htm
Photographies de Maximil
Patines de chaussures de Maximil

03 décembre 2011 à 08:37:12
Réponse #39

Bison


Citation de: outdoorsman
Enfin, je voudrais insister ici sur l'importance des pneus neige. Donner des conseils de conduite, dire qu'il faut s'entrainer sur des parking c'est bien mais la meilleure prévention c'est quand même d'être bien équipé. Bien équipé, c'est 4 pneus, pas 2.

Évidemment que l'équipement est important.
Évidemment que les pneus "neige" font une grosse différence.
Mais c'est une démarche facile (pour celui qui a les moyens) :  sortir son portefeuille et voilà.

Si on ne va pas jusqu'à explorer les limites, découvrir que sur du verglas, ben, comment dire?  ;D

Question :  Différence entre des pneus "neige" et des pneus "hiver"?
Parce que ici basse Belgique, on a l'hiver pendant 4 mois, et la neige pendant 4 jours (j'exagère à peine).

Perso, j'ai donc des pneus "hiver" de novembre à fin mars.
Et des pneus "tout temps" le reste de l'année.

Remarques de mon garagiste (rien de scientifique, juste cela ...) :
 - les pneus "hiver" verraient leur propriétés d'adhérence se dégrader au bout de deux ou trois saisons, même si les rainures sont encore profondes ("vieillissement" de la gomme).
 - pas d'objection majeure à les utiliser en été, sauf que l'on va les user rapidement, surtout évidemment en conduite "sportive".
Un enfant qu'a pas une paire de bottes, une canne à pêche et un lance-pierre, c'est pas un vrai. (A. Gavalda)

03 décembre 2011 à 08:38:32
Réponse #40

Bison


PS dans le même ordre d'idée :  pneus à clous en cas de verglas ... mais nombreuses restrictions règlementaires et pratiques.
Un enfant qu'a pas une paire de bottes, une canne à pêche et un lance-pierre, c'est pas un vrai. (A. Gavalda)

03 décembre 2011 à 09:13:47
Réponse #41

Outdoorsman


Il y a 2 différences entre un pneu hiver et un pneu été :

1/ la composition de la gomme : la gomme d'un pneu hiver a une forte teneur en silice ce qui évite que le pneu durcisse au froid, perde son élasticité et donc son adhérence (mettez une gomme à crayon de papier au frigo, vous verrez vite de quoi je parle).
Voilà pourquoi ces pneus sont efficaces par basses températures, même s'il n'y a pas de neige.
On appelle aussi ces pneus "thermogomme" en référence à cette propriété.

2/ les dessins des pneus : là c'est spécifiquement pour la neige et le verglas. Le crantage est plus marqué, étudié pour évacuer la neige, c'est à dire éviter qu'elle ne remplisse les sculptures (cela marche aussi pour l'eau, le risque d'aquaplanning est fortement réduit avec des pneus hiver). De plus, sur maintenant presque tous les modèles, on trouve des lamelles : ce sont les stries les plus fines qui s'ouvrent sous la pression du pneu et se referment lorsqu'elles sont en contact avec la route, d'où un effet grip. Ce sont ces lamelles qui assurent (ou plutôt améliore) l'adhérence sur le verglas.
Notons qu'avec leur sculpture profonde, ces pneus sont aussi efficaces sur la boue.

Utiliser ces pneus toute l'année présente 4 inconvénients :

1/ le pneu étant plus sculpté, on consomme plus de carburant
2/ la gomme étant plus tendre, elle aura tendance à s'user plus vite
3/ par très forte chaleur et/ou grande vitesse la gomme des pneus hiver aura tendance à fondre plus rapidement, ce qui peut entrainer une perte d'adhérence.
4/ vu qu'ils sont plus sculptés, il y a moins de surface de gomme en contact avec le sol, d'où une adhérence moindre (surtout en conduite sportive > c'est pas pour rien que les pneus de F1 sont entièrement lisses !)

Enfin, il faut savoir que les gommes des pneus hiver ont tendances à "sécher" et durcir au bout de quelques années (de mon expérience je dirais 5-6 ans), comme une gomme à papier trop vieille. Ainsi, même s'il n'est apparemment pas usé du point de vue de la sculpture, votre pneu perdra beaucoup de son efficacité après 5-6 ans.
Conséquence :
- ça sert à rien de retarder le moment où vous allez chausser ces pneus en pensant les économiser
- il faut bien les stocker pendant l'été : à l'abri de la lumière, dans un endroit sec et ventilé

PS dans le même ordre d'idée :  pneus à clous en cas de verglas ... mais nombreuses restrictions règlementaires et pratiques.

Les clous sont super efficaces sur verglas et sur neige (si le pneu est un bon pneu neige) mais super inefficace sur le bitume (l'acier c'est pas super adhérent sur le bitume). Ils sont donc à mon avis à réserver à ceux qui roulent quasi exclusivement sur la neige tout l'hiver (habitants de pays nordiques, stations, ...)
"On a beau donner à manger au loup, toujours il regarde du coté de la forêt. " Ivan Tourgueniev
"Là où il y a une volonté, il y a un chemin" Edward Whimper
"Dégaine toi du rêve anxieux des bien-assis" Léo Ferré

03 décembre 2011 à 09:17:58
Réponse #42

costa



03 décembre 2011 à 09:24:13
Réponse #43

Outdoorsman


Évidemment que l'équipement est important.
Évidemment que les pneus "neige" font une grosse différence.
Mais c'est une démarche facile (pour celui qui a les moyens) :  sortir son portefeuille et voilà.

Là je comprends pas ta remarque, surtout sur ce forum  :blink:

Alors acheter un sac de couchage pour bivouaquer c'est une démarche facile, acheter des vêtements chauds pour l'hiver c'est une démarche facile, une scie pour couper du bois, ....

Rouler sur la neige avec des pneus été, c'est se mettre en mode dégradé, et prendre des risques et au quotidien puisqu'on utilise sa bagnole pratiquement tous, tous les jours.
Après chacun mesure le degré de risque qu'il est prêt à prendre en fonction du nombre de jour où il va rencontrer de la neige. Mais ce fil de discussion est consacré à la conduite sur route enneigée/verglacée et là je maintiens que la meilleure des préventions c'est d'avoir des pneus hiver

"On a beau donner à manger au loup, toujours il regarde du coté de la forêt. " Ivan Tourgueniev
"Là où il y a une volonté, il y a un chemin" Edward Whimper
"Dégaine toi du rêve anxieux des bien-assis" Léo Ferré

03 décembre 2011 à 09:34:22
Réponse #44

Bison


Citation de: outdoorsman
Là je comprends pas ta remarque, surtout sur ce forum

C'est que sur ce forum, justement, on s'attache à répéter que l'équipement sans la compétence à l'utiliser, c'est une fausse sécurité.

Acheter le bon équipement, c'est la partie "facile" de la démarche (pour celui qui en a les moyens).

La partie "difficile", s'est de s'instruire, de s'entraîner, de découvrir les capacités réelles et les limites de l'équipement ... bref d'apprendre à l'utiliser au mieux. Là, c'est plus difficile.

Un train de pneus neige ... c'est plus cher qu'un stage de perfectionnement à la conduite.
Tu mettrais la priorité où?

Un enfant qu'a pas une paire de bottes, une canne à pêche et un lance-pierre, c'est pas un vrai. (A. Gavalda)

03 décembre 2011 à 09:46:29
Réponse #45

sharky



Un train de pneus neige ... c'est plus cher qu'un stage de perfectionnement à la conduite.
Tu mettrais la priorité où?


La priorité, c'est éviter la connerie.
Si tu roules comme un con avec des pneus neige, bah tu te planteras comme un con tout pareil.

Quand çà neige chez moi, il y a toute suite 15 cm sur la route et avant je restais chez moi. Depuis que j'ai mes 4 pneus neige et sans stage spécifique mais un peu de jugeotte, je ne suis plus bloqué et je roule normalement malgré les 6/7 collines à passer pour le trajet domicile/boulot.
''what you learn in the afternoon must work for you that evening in the parking lot" Kelly Mc Cann

"despite what your mamma told you, violence does solve problems." Ryan Job

03 décembre 2011 à 10:24:28
Réponse #46

Outdoorsman


Un train de pneus neige ... c'est plus cher qu'un stage de perfectionnement à la conduite.
Tu mettrais la priorité où?

Sans hésiter dans des pneus neige. Avec quelques bons conseils (qui ont été largement dispensés plus haut, notamment par Kilbith) et un peu de bon sens ça suffit largement.

J'habite en montagne, avec 12 km de route enneigée 3-4 mois par an. Si j'avais pas de pneus hiver, il me faudrait plutôt une tente et un duvet qu'un stage de conduite car j'arriverais pas souvent chez moi.

Les pneus neige sont vraiment très très efficaces. J'ai jamais chainé pour arriver chez moi bien qu'il y ait parfois 20 cm de neige sur la route qui est très pentue. 100% des habitants de mon village ont 4 pneus neige, ici la question ne se pose même pas.

Maintenant j'entends que le problème se pose différemment pour ceux qui rencontrent la neige que très occasionnellement.
"On a beau donner à manger au loup, toujours il regarde du coté de la forêt. " Ivan Tourgueniev
"Là où il y a une volonté, il y a un chemin" Edward Whimper
"Dégaine toi du rêve anxieux des bien-assis" Léo Ferré

03 décembre 2011 à 10:43:11
Réponse #47

François


A signaler, pour éviter une malheureuse confusion, qu'il existe aussi des pneus M+S (mud and snow) à gomme dure. Destinés à un usage mixte route-chemin-chantier, ils sont acceptables sur neige fraiche, mais très mauvais sur neige dure.
Leur raison d'être c'est la polyvalence et la durabilité. Autant dire qu'il ne faut pas en attendre des performances exceptionnelles sur route, encore moins sur route mouillée.
« Modifié: 03 décembre 2011 à 12:50:32 par François »
Espérer le meilleur, prévoir le pire.

03 décembre 2011 à 12:06:22
Réponse #48

Sylvain74


Sans hésiter dans des pneus neige. Avec quelques bons conseils (qui ont été largement dispensés plus haut, notamment par Kilbith) et un peu de bon sens ça suffit largement.

J'habite en montagne, avec 12 km de route enneigée 3-4 mois par an. Si j'avais pas de pneus hiver, il me faudrait plutôt une tente et un duvet qu'un stage de conduite car j'arriverais pas souvent chez moi.

Les pneus neige sont vraiment très très efficaces. J'ai jamais chainé pour arriver chez moi bien qu'il y ait parfois 20 cm de neige sur la route qui est très pentue. 100% des habitants de mon village ont 4 pneus neige, ici la question ne se pose même pas.

Maintenant j'entends que le problème se pose différemment pour ceux qui rencontrent la neige que très occasionnellement.

+1, sans hésiter, en étant dans le même cas que Outdoorsman.

Les pneu d'été deviennent de vrais patinettes sur la moindre pellicule de neige. C'est pourquoi perso les pneus d'hiver c'est dès mi novembre, jusque mi avril, et un train me dure 2 saisons d'hiver. Point barre. Si ils ne sont pas complètement morts je les finis sur le printemps-été, et là c'est vrai qu'ils s'usent à vue d'oeil avec la chaleur...

Après c'est certain que c'est un budget, mais bon, un carton seul dans la nuit en montagne sur une route peu fréquentée ça a un certain coût aussi...

Sylvain.





03 décembre 2011 à 13:57:38
Réponse #49

Kilbith


J'habite en montagne, avec 12 km de route enneigée 3-4 mois par an. Si j'avais pas de pneus hiver, il me faudrait plutôt une tente et un duvet qu'un stage de conduite car j'arriverais pas souvent chez moi.

Je peux confirmer que Outdoorsman a sa maison "haut perchée".  ;D

Comme il doit faire ce trajet quotidiennement, il a une grosse expérience de la conduite sur route de montagne sinueuse et pentue, par tout les temps avec des voitures "standard".

 :)

Citer
C'est pourquoi perso les pneus d'hiver c'est dès mi novembre, jusque mi avril, et un train me dure 2 saisons d'hiver. Point barre. Si ils ne sont pas complètement morts je les finis sur le printemps-été, et là c'est vrai qu'ils s'usent à vue d'oeil avec la chaleur...

Attention quand même quand à l’utilisation de pneus pour l'hiver ou XM+S en été.
.

 Sur mon AX 4X4 j'avais des pneus XM+S  de marque (Dunlop ou Michelin). Et bien au printemps je suis descendu "tout droit" vers Grenade. C'était génail sur les petites routes espagnoles.

En revanche, arrivée en andalousie je me suis fait d'énorme frayeur : Il faisait très beau, chaud (genre 30°C) et avec le soleil l'asphalte de certaines routes de montagne andalouse était extrêmement glissant. La voiture faisait des "dérobades" du train avant dans les virages en descente et c'était réellement flippant. Par la suite je me méfiais énormément.
« Modifié: 03 décembre 2011 à 14:04:48 par kilbith »
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité