Nos Partenaires

Auteur Sujet: Conduite sur route enneigé / verglacée  (Lu 17514 fois)

02 décembre 2011 à 07:12:08
Lu 17514 fois

jeanjacques


Salut,

Apres 600km et quelque sur route blanche ce weekend, je pensais compiler un peu ce que j'ai compris de ce type de conduite mais David en a déjà fait un bon résumé:
Posté par DavidManise
[highlight]La base, sur la neige : rouler doucement, et je jamais rien brusquer.[/highlight]
Freiner doucement et longtemps à l'avance.  Ne jamais freiner en tournant.  Freiner bien avant le virage.  L'idée, c'est que la neige ayant une adhérence très minime, elle peut "coller" jusqu'à un tout petit nombre de G d'accélération...  après ça glisse, patine, chasse du cul, sous-vire, part en vrille...  Donc si on a une côte à monter, accélérer doucement mais longtemps à l'avance.  Si on veut s'arrêter, freiner très doucement et longtemps à l'avance, ou mieux, simplement lâcher doucement l'accélérateur...  Parfois, juste de rétrograder et de relâcher l'embrayage brusquement suffit à bloquer les roues et entamer un dérapage.

JAMAIS RIEN DE BRUSQUE, même les clignements de paupière et les rotations du bouton de la radio ;) -- et même en cas d'urgence.  Le freinage d'urgence, sur la neige, c'est bien souvent dévier sa trajectoire et choisir de se prendre le fossé plutôt qu'un piéton ou un camion...  Freiner fort et vite, on oublie.  Ça n'existe plus.

C'est très utile de connaître le comportement de sa voiture sur chaussée très glissante.  Savoir si elle sous-vire ou sur-vire, connaître ses limites...  et acquérir les bons réflexes.  Le top c'est d'aller dans un endroit tout plat et spécialement conçu pour ça (un grand parking le dimanche ?  ;D) et de faire le con un peu avec le frein à main, ou en s'amusant juste à rouler et tourner trop vite, faire un tête à queue ou deux, etc.  On acquiert vite les bons réflexes (contre-braquer, ou relâcher le frein), et on perd vite les mauvais (tout bloquer et fermer les yeux ;)).
Sur ce fil: http://www.davidmanise.com/forum/index.php?topic=5849.5;

Etant donné qu'il n'existe pas de sujet spécifique à ce thème, ca serait l'occasion de compiler des informations utiles.
Par exemple, y a t'il des astuces pour éviter que les essuies glaces ne gèlent ? Car je me suis retrouvé à plusieurs reprise avec des blocs de glace qui ne balayait plus grand chose...
Pour ce qui est de la vitesse, c'est certain que c'est mieux doucement, sauf qu'ici tout le monde roule à 100, quelque soit l'état de la route ;#


Adhérent Unpact.

02 décembre 2011 à 08:20:44
Réponse #1

Kilbith


Citer
ar exemple, y a t'il des astuces pour éviter que les essuies glaces ne gèlent ? Car je me suis retrouvé à plusieurs reprise avec des blocs de glace qui ne balayait plus grand chose...


Bonjour,

Pour les essuies glaces, pur rappel :
- la nuit mettre un carton dessous ou les décoller du pare prise.
- mettre de l'antigel adapté dans le lave glace.
- évidemment mettre le dégivrage en route.

Dans la catégorie matériel adapté :
- Certaines Ford (par exemple) avaient des micro fils de résistance dans le pare brise pour accélérer le dégivrage. En revanche cela occasionne parfois des reflets dans le pare brise, il faut le savoir.
- les voitures nordiques ont souvent l'option suivante : les buses de lave glace sont chauffantes. Cela peut peut être s'adapter en seconde monte?
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

02 décembre 2011 à 08:57:07
Réponse #2

DavidManise


+1 : lave-glace antigel -25...  ça règle le problème.  Là tu devais avoir du lave-glace d'été, encore...

Sinon petit truc quand on a une roue qui patine : mettre le tapis qu'on a sous les pieds sous la roue.  Si possible avec les cailloux et le gravier qu'on trimballe toujours dessus quand on n'est pas un maniaco-dépressif du nettoyage des bagnoles ;)

Graviers sous le tapis, tapis devant la roue, et on sort bien souvent même sur la glace...  ne pas accélérer trop fort hein.  Sinon le tapis gicle...

Juste un petit truc comme ça ;)

Sinon au vu de ta photo, avec des pneus neige ça passe à l'aise... ;)

David
"Grand, gros, lourd, sale, fort et bête" ;)

Stages survie CEETS

02 décembre 2011 à 09:04:05
Réponse #3

Mani


Salut,

Pour compléter juste un tout petit peu les propos de David, quand une voiture glisse ou dérape l' important est déjà de ne pas s'affoler et surtout de garder les roues tournées vers la direction ou on veut aller. Ce n est pas facil au premier abord vu que la voiture avance a ce moment la en crabe ( donc pas dans le sens de marche normal et qu on ne voit pas les roues). C'est une question d'habitude en fait il faut s'entraîner cela vient assez vite en fait. Testé plusieurs fois sur la neige et sur la glace et même sur du bitume bien gras ( du gasoil plein la route  :o )!!

Mani

02 décembre 2011 à 09:10:17
Réponse #4

Karto


Sympa l'astuce du tapis et des gravillons et des miettes de biscuits... j'aurai l'air moins con qu'avec des branches la prochaine fois.

Le petit truc en plus qui aide bien et que je n'ai pas encore lu, en cas de perte d'adhérence, à cumuler avec l'orientation des roues : débrayer.

Toute l'idée c'est de ne pas avoir de glissement entre la roue et le sol, quitte à coopérer avec le destin le temps de récupérer un peu d'adhérence...

Et puis en montagne y'a pas de secret : les chaînes c'est magique.

02 décembre 2011 à 09:16:47
Réponse #5

jeanjacques


Bien vu le tapis :)
Pour le lave-glace, c'est également à quoi je pensais, haa les voitures de location...
Concernant les pneus neige, la différence est hallucinante, en France je n'aurais jamais roulé à cette allure. Je commence à comprendre pourquoi c'est un investissement important ;)
Adhérent Unpact.

02 décembre 2011 à 09:17:33
Réponse #6

Mani


C'est clair que glisser c est a éviter le plus possible. Je n ai jamais tester le coup de l embrayage sur ka neige ou la glace par contre je le déconseille fortement sur route sèche!! Mais sur la neige oui c est logique en fait les roues ralentisse et se font entraîner par le sol jusqu a récupérer de l adhérence.

Mani

02 décembre 2011 à 09:24:56
Réponse #7

Kilbith


Sympa l'astuce du tapis et des gravillons et des miettes de biscuits... j'aurai l'air moins con qu'avec des branches la prochaine fois.

Oui, c'est vraiment le truc de base. Pour cette raison il peut être intéressant de placer aussi UN tapis de sol au place arrière : le modèle qui chevauche le tunnel central. Comme ça on dispose d'une surface roulante plus grande.

Sinon il reste la consigne standard :
- Modérer sa vitesse. Parce que sans adhérence on se retrouve dans la situation des "mobiles sur coussin d'air" des TP de physique de première terminale. Même avec la super bagnole et tout et tout.

L'objectif c'est de préserver sa motricité et d'éviter de la perdre :
-Toujours rouler dans une vitesse supérieure à celle que l'on aurait choisie.
- Avoir un oeuf sous le pieds.
- Avoir une seconde paire de chaussure fine quand on porte de grosses chaussures afin de respecter la règle ci-dessus. En plus si les pédales sont proches (typiquement une twingo 1) une semelle large risque d'accrocher la pédale de frein par inadvertance.
- Un 4x4 améliore la motricité en monté, or la motricité n'est PAS (ou peu) un problème en descente. Or c'est un véhicule haut, lourd...

Sur le chainage :
- S’exercer en début de saison sur son parking. 80% des gens lisent le mode d'emploi pour la première fois en "montant à la station" sur l'aire de chainage. Or aller vite, c'est assurer sa sécurité.
- Mettre les chaines plutôt tôt que (trop) tard.
- Prévoir des gants (de ménage par exemple) pour mettre les chaines sinon toucher le métal par -10°C, particulièrement au démontage quand c'est humide, est une bonne occasion de connaitre l'onglée ou la gelure.
- Un bout de mousse évite de se pourrir, surtout quand il faut s'allonger sous la voiture pour décrocher cette p**ain de chaine qui s'est prise dans les conduites de frein.
- Si on se souvient qu'on monte parfois les chaines de nuit, c'est bien de prévoir une loupiotte.
- La pose du triangle et le port du gilet est toujours une bonne idée : les routes hivernales sont étroites du fait de la neige, la visibilité est faible et le freinage aléatoire

Aide à la conduite :
- L'ABS n'est pas votre ami en cas de freinage sur la neige. Surtout les anciennes générations.
- ESP, ABS, TCS etc...peuvent être utile mais ne changent pas les lois de la physique. Ces dispositifs optimisent l'adhérence. quand il n'y en a plus : ils ne servent plus à rien. Ils ne doivent donc pas inciter à rouler plus vite!
- idem pour les pneus neiges.

Si vous stationnez :
- Ayez le réservoir plein, surtout sur les diesels.
- Ne vous mettez pas dans un virage, encore moins à l'extérieur.
- Ne vous mettez pas sous un toit : la neige qui tombe cela pèse lourd.
- Pensez au passage éventuel d'un chasse neige. Même s'il ne fait que repousser la neige contre votre voiture, c'est la cata.
- Laisser la neige poudreuse dessus. Cela isole la voiture. Sinon en la balayant prématurément, elle va fondre (soleil) et s'insinuer dans les joints de porte et les bloquer. Dans ce cas prendre une bouteille d'eau tiède pour dégeler les portes et entrer : pas toujours facile. Si vous balayez la neige : faites le consciencieusement.
- Versifiez qu'il ne s'est pas formé un bouchon de glace dans votre pot d'échappement.


Miscellanous :
-Certaines voitures ont des rétroviseurs dégivrants. C'est bien. Si on n'en a pas on peut essayer de passer une tranche de pomme de terre dessus (au moins vous aurez tenté quelque chose).
-Mettre du silicone sur ses joints de porte peut être utile. Pour les voitures ayant un blocage interne du rabattage des sièges arrière, pensez à débloquer les sièges arrières pour pouvoir entre par le coffre.
- Garer sa voiture "prête à partir". si vous devez faire des manoeuvres et que la neige est tombée entre temps ou que la neige est devenu de la galce : cela va être galère. Pensez donc à chainer, à être dans le sens de la pente, à être en direction de la sortie...etc


ETC...




« Modifié: 02 décembre 2011 à 10:45:47 par kilbith »
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

02 décembre 2011 à 09:27:53
Réponse #8

Karto


Je n ai jamais tester le coup de l embrayage sur ka neige ou la glace par contre je le déconseille fortement sur route sèche!!

Pourquoi ? Quelle différence ?

Une fois qu'on a perdu l'adhérence, peu importe la surface, la mécanique reste la même.
La priorité #1 est de supprimer le glissement sous chaque roue, i.e. accorder leur vitesse et orientation avec le sol.

Pour accorder la vitesse des roues avec le sol, le truc le plus radical c'est toujours de débrayer, point. Tu les laisses prendre leur vitesse naturelle. T'as déjà vu une brouette patiner ?

Pour l'orientation, au départ, il faut tourner les roues pour qu'elles aillent dans le sens de la direction de déplacement. Par exemple si la voiture sur-vire ça consiste alors à contre-braquer.  Le truc qu'on entend dans les cours de conduite sans adhérence, c'est "regarde où tu veux aller et laisse le volant suivre". C'est plus dur à expliquer mécaniquement, parce que ça fait intervenir la psychologie du bonhomme, mais en tout cas c'est fondé sur l'expérience et ça marche pas mal tant qu'on fonctionne avec de bonnes marges de sécurité.


Maintenant y'a deux trucs qu'on prend pas en compte là :

- l'ESP. Sur une bagnole moderne, c'est beaucoup plus difficile de raisonner par intuition, et le freinage différentiel électronique rattrappe les conneries du bonhomme sans parfois qu'il s'en doute.

- la vitesse. C'est le premier truc que dit David en haut là. Littéralement quelques km/h de plus ou de moins font différence entre un dérapage facile à rattraper et un tête-à-queue qui ne laisse aucune chance.
« Modifié: 02 décembre 2011 à 09:33:24 par Karto »

02 décembre 2011 à 09:36:27
Réponse #9

Mani


Le problème sur le bitume c que tu glisse pas autant que sur la neige donc en fait il te faut toujours garder une traction ou une propulsion ( plus difficile a contrôler pour moi) pour justement rattraper la voiture. Sans motricité rattrapiez une voiture sur du bitume je vois pas trop comment faire.  J ai tester par mégarde le coup d' embrayage sur bitume ça fait un drôle d' effet quand la voiture tanque sur le bitume.
La perte d' adhérence sur neige vient du fait que les roues tournent un poil trop vite par rapport a la surface, aussi du fait d' une poussée latérale ( crabe ), sur bitume ( hors Aqua planning) c est les poussées latérales il déstabilise la voiture d' ou l intérêt de garder une certaine accélération ( traction ) pour la récupérer ou tu attend que se soit terminer ( pas forcément le bon choix...)

Mani

02 décembre 2011 à 09:39:02
Réponse #10

Karto


Le problème sur le bitume c que tu glisse pas autant que sur la neige donc en fait il te faut toujours garder une traction ou une propulsion ( plus difficile a contrôler pour moi) pour justement rattraper la voiture.

Désolé, mais c'est une idée reçue.

Je peux pas dire plus que ce que j'ai déjà dit pour essayer de te convaincre, sauf à rentrer dans des détails abscons de la mécanique pneu/route, mais je peux pas laisser dire sur le forum qu'on rattrappe un dérapage en foutant des grands coups d'accélérateur ou de frein.

A ce niveau là le mieux c'est d'aller faire des stages de conduite sans adhérence avec des formateurs pro. Où l'on voit les idées reçues se faire démolir à grands coups de vrais-faux accidents avec les obstacles en mousse ;)

02 décembre 2011 à 09:42:24
Réponse #11

Kilbith


Le problème sur le bitume c que tu glisse pas autant que sur la neige donc en fait il te faut toujours garder une traction ou une propulsion ( plus difficile a contrôler pour moi) pour justement rattraper la voiture. Sans motricité rattrapiez une voiture sur du bitume je vois pas trop comment faire.  J ai tester par mégarde le coup d' embrayage sur bitume ça fait un drôle d' effet quand la voiture tanque sur le bitume.
La perte d' adhérence sur neige vient du fait que les roues tournent un poil trop vite par rapport a la surface, aussi du fait d' une poussée latérale ( crabe ), sur bitume ( hors Aqua planning) c est les poussées latérales il déstabilise la voiture d' ou l intérêt de garder une certaine accélération ( traction ) pour la récupérer ou tu attend que se soit terminer ( pas forcément le bon choix...)

Mani

La règle de Karto s'applique pour une voiture normale. C'est la solution la moins pire. Certain parlent de "contre braquage" et autre "coup de frein à main"...mais à moins d'être un cador du monte carlo, et encore, il faut oublier.

Normalement, avec une traction, la voiture va se remettre en ligne (possiblement avant de percuter un obstacle) et quand elle va retrouver progressivement son adhérence (ce qui dépend de sa vitesse et de ses pneus)...repartir droit. Avec une propulsion sans électronique, normalement tu es déjà une toupie.

Si ta voiture a un  contrôle de traction performant (TCS) ou un ESP, elle va agir sur le moteur et les freins pour limiter le couple et cet effet déstabilisant. Un ESP pourra même agir de façon différente sur les freins, ce que tu ne peux pas faire normalement. Mais, encore une fois, cela ne change pas les règles de la physique : si tu es sans adhérences tu es comme le mobile sur coussin d'air...point barre.

[EDIT] grillé par Karto...
« Modifié: 02 décembre 2011 à 09:47:35 par kilbith »
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

02 décembre 2011 à 09:43:41
Réponse #12

VieuxMora


Dans le cas particulier de la conduite avec chaines, se méfier des routes en dévers.
Le train de roues non chaînées a tendance à suivre la pente.
Il m'est arrivé avec un vw transporter (chaîné à l'arrière) et qui avait parfaitement monté, de devoir accélerer en descente dans une pente à 15% pour rester sur la route jusqu'à trouver une zone plus plate.
Etonnant, n'est-ce pas ?

J'ai du acheter une deuxième paire de chaînes que j'ai montées à l'avant chaque fois que je reprenais cette petite route, pour garder ma crédibilité auprès de ma famille... ;#

02 décembre 2011 à 09:47:49
Réponse #13

Mani


Euh je n'ai jamais parler de grands coups d'accelerateur ou de frein, j'ai beau me relire je ne trouve pas... ET je ne pense qu'on puisse comparer c'est deux surface : neige et bitume... Pour moi ca n'a rien a voir, le bitume si on l'utilise sur les route c'est justement qu'il offre une certaine adherence sinon ca ferait un baille qu'on aurai opter pour une autre matière... La neige ca glisse, ca remplis les strilles des pneus, ca bouge, le bitume ca glisse beaucoup moin, ca ne modifie pas la geometrie des pneux et ca ne bouge pas...

Si tu fait un stage et que le formateur te maintient que la technique de conduite sur neige et glace est la meme que sur route il faut se poser des question.  :)

Mani

02 décembre 2011 à 09:50:06
Réponse #14

Kilbith


Dans le cas particulier de la conduite avec chaines, se méfier des routes en dévers.
Le train de roues non chaînées a tendance à suivre la pente.
Il m'est arrivé avec un vw transporter (chaîné à l'arrière) et qui avait parfaitement monté, de devoir accélerer en descente dans une pente à 15% pour rester sur la route jusqu'à trouver une zone plus plate.
Etonnant, n'est-ce pas ?

J'ai du acheter une deuxième paire de chaînes que j'ai montées à l'avant chaque fois que je reprenais cette petite route, pour garder ma crédibilité auprès de ma famille... ;#

Sur la neige, l'équilibre de la voiture est important. Une petite voiture avec un grand empattement et pas de porte à faux avant arrière est avantagée.

Si tu as tout le poids à l'arrière comme une camionnette chargée (ou pire une propulsion) c'est la catastrophe. Les personnes qui ont essayé de conduire une VW coccinelle , ou une 3.20 des années 80's sur la neige ou sur un revêtement glissant vous le diront (donc je le dis)

Idéalement il faudrait chainer les deux trains avec des chaines de qualité (pas les modèles simples à échelles).
A noter que l'interférence Chaînes+dispositifs d'aide à la conduite (ABS, TCS, ESP) donne parfois des résultats "bizarres"!  :o
« Modifié: 02 décembre 2011 à 09:55:19 par kilbith »
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

02 décembre 2011 à 09:50:24
Réponse #15

VieuxMora


@ Mani,

Le bitume après une première pluie sur poussière, ou couvert de feuilles mortes à l'automne peut devenir presque aussi glissant qu'une neige tassée.

02 décembre 2011 à 09:52:41
Réponse #16

Mani


Je parlais en conditions normales VieuxMora, c'est clair qu'on peur rendre le bitume aussi glissant que du verre mais un autre probleme se pose alors c'est que tout le sol ne sera pas glissant donc perte d'adhérence a certains moments et reprise de l'adhérence a d'autre et ca je crois que c'est le pire quand on a pas l'habitude de gerer ce genre de situations.

Mani

02 décembre 2011 à 09:52:47
Réponse #17

Karto


Tant qu'il est propre, le bitume a un coefficient de friction énormément plus grand que la neige, et donc il retardera le glissement au maximum. C'est pour ça qu'on s'en sert. Mais une fois qu'on glisse, c'est la même chose. Dans un cas tu glisses sur une mince couche de neige fondue, dans l'autre cas tu glisses sur une mince couche de pneu fondu, dans les deux cas les solutions sont les mêmes.

Si on était toi et moi là tout de suite face à face, je te proposerais de faire un tour en twingo en se trouvant un coin qui va bien et essayer l'une et l'autre méthode pour se convaincre, mais sur un forum je peux pas faire plus.

A part marteler la première règle, le truc le plus essentiel : aller doucement. Avoir PLEIN de marge.

Ciao :)

02 décembre 2011 à 09:53:00
Réponse #18

run974


Citer
A ce niveau là le mieux c'est d'aller faire des stages de conduite sans adhérence avec des formateurs pro

Un des premiers trucs qu'on t'apprend lors de ces stages est d'embrayer pour ne pas caler et garder la maitrise du véhicule: aussi de toujours regarder dans la direction ou on veut aller (et pas la ou la voiture t'emmène...).

Que ce soit neige, verglas, aquaplaning ou autre (terre, flaque d'huile), le résultat est le même, tu glisses... Il n'y a pas  besoin de neige pour s'envoyer dans le décors.

02 décembre 2011 à 09:54:27
Réponse #19

Karto


Un des premiers trucs qu'on t'apprend lors de ces stages est d'embrayer pour ne pas caler, et toujours regarder dans la direction ou on veut aller (et pas la ou la voiture t'emmène...).

Caler je m'en fiche. M'envoyer dans le décor, non. M'envoyer dans le décor en fauchant un gamin au passage, encore moins.

J'ai fait deux stages avec deux organismes différents dans deux pays différents, et dans les deux cas c'était : si t'es en train de glisser -> débraye. Ca marche pour moi. Ca se tient en terme de logique. Je vais pas continuer à faire chier mon monde avec du clavier-jutsu...


PS : je parle bien de stages de sécurité là. Pas de stages de rallye ! Le but n'est pas le même.

02 décembre 2011 à 09:54:32
Réponse #20

Sylvain74


Salut,

Ma petite expérience d'habitant d'un village de Montagne (je crèche à 1100 m d'altitude).
Beaucoup de bonnes choses de dites plus haute (douceur, anticipation etc...)

Pour les chaînes c'est clair que c'est LE gros plus pour être serein. Kilibith a bien insisté sur le "kit" chaines : perso je trimbale mes chaines avec une vieille veste à capuche, une frontale, des gants Mapa lourds, et une pelle à neige pour dégager la zone autour des roues. Et surtout... je sais chaîner et déchaîner en moins de 2 minutes, l'entraînement ça rend plus serein et efficace. Et en corollaire je n'hésite donc pas à chaîner pour rouler en sécurité (c'est raide en maudit par chez moi).

Combien de fois j'ai vu passer des mecs excités de l'accélo à côté de moi en train de chaîner, pour les rattraper quelques minutes après en travers de la route, avec 100 mètres de jolis dessins de pneus qui patinent dans la neige en zig-zag... "Besoin d'un coup de main ?"  ::)

Sinon pour passer une section courte et raide, je n'hésite pas à faire demi tour et rouler en marche arrière. L'adhérence est vraiment meilleure, le centre de gravité étant plus en avant sur la plupart des véhicules. Dès que ça redeviens moins raide, marche avant ! A réserver à de courtes sections, de nuit (on voit les autres arriver avec leurs phares) et en zone peu fréquentée.

A+,

Sylvain.


02 décembre 2011 à 09:59:39
Réponse #21

Mani


C'est pas pour faire de la polémique mais si on reprend l'explication de Karto ca marche dans les deux sens le coefficient de friction du bitume etant plus elever tu ne ne controlera pas la voiture de la meme maniere que sur une surface glissante. Et si c'etait le cas je ne voit pas pourquoi on ferai des stage de conduite neige et glace si il suffit de le faire sur du bitume pour apprendre... ce n'est que mon humble avis...

Mani

Edit: pour encore accentuer la difference entre la neige et le bitume la distance de freinage sur neige est 4 fois plus longue que celle sur bitume...

02 décembre 2011 à 10:01:27
Réponse #22

Kilbith


Sinon pour passer une section courte et raide, je n'hésite pas à faire demi tour et rouler en marche arrière. L'adhérence est vraiment meilleure, le centre de gravité étant plus en avant sur la plupart des véhicules. Dès que ça redeviens moins raide, marche avant ! A réserver à de courtes sections, de nuit (on voit les autres arriver avec leurs phares) et en zone peu fréquentée.

On a la même expérience...

Pour ce truc "de la dernière chance" et à faire, par exemple, pour monter cent mètres vers son chalet sur un chemin privé et non déneigé (à réserver exclusivement aux tractions ayant le moteur à l'avant) : l'idée c'est que le moteur (très lourd) appuie sur les roues qui tractent.

Habituellement, comme en montée on a un transfert de charge (avant arrière) : sur une traction les roues avant ont tendance à se relever, donc à moins tracter. On a même ce phénomène en été avec les voitures puissantes et mal suspendues (j'ai souvenir d'une Alfa 164 qui avançait en crabe sous les fortes accélérations en montée, même par temps sec avec un bitume chaud).

Sur une propulsion, en roulant en marche arrière, le transfert se fait naturellement vers l'arrière et en plus le moteur "appuie" sur les roues : on améliore la traction (et au passage : si on est arrêté, on peut redescendre sans manœuvrer).

Dans le même ordre d'idée, sur les anciennes propulsions on mettait un sac de 50 kg dans le coffre en complément des pneus spécifiques (clous...) quasi obligatoires. Un petit avantage des vieilles propulsions sur les tractions c'est qu'elles avaient, par construction, un couple constant et équivalent droite et gauche (pas de renvoi d'arbre dans la transmission, pas de joints homocinétique). Mais c'est du passé.


En fait le problème ce n'est pas la montée, a moins d'être abruti et de rouler comme un c*n : soit on monte, soit on s'arrête. Le problème c'est la descente : là, on ne s'arrête pas, ou on s'arrête dans un mur ou dans un gamin.
« Modifié: 02 décembre 2011 à 10:27:11 par kilbith »
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

02 décembre 2011 à 10:02:45
Réponse #23

run974


Autant pour moi, je voulais dire en fait débrayer...( pied au plancher avec l'embrayage).

Si tu cales, ben tu ne peux pas remettre les gaz si besoin, et surtout tu ne peux pas dégager ton véhicule rapidement si t'es pas au bon endroit sur la chaussée...
« Modifié: 02 décembre 2011 à 10:48:29 par run974 »

02 décembre 2011 à 10:08:36
Réponse #24

DavidManise


Mani : t'es en train de prouver que l'angle d'ouverture de ta gueule est directement proportionnel à l'ignorance que t'as sur le sujet.  En plus tu nous prends le chou avec le bitume dans un fil sur la conduite en conditions neige. 

Tais-toi.  Lis.  Apprends.

Merci d'avance.

David
"Grand, gros, lourd, sale, fort et bête" ;)

Stages survie CEETS

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité