Nos Partenaires

Auteur Sujet: The Role of Positive Contagion in Performance and Perception  (Lu 1747 fois)

23 novembre 2011 à 00:51:33
Lu 1747 fois

** Serge **


Avec la prolifération cyclique de sujets  concernant l'équipement, m'est revenu en tête cet article :

http://www.guardian.co.uk/science/neurophilosophy/2011/oct/24/psychology-neuroscience

A professional athlete's equipment is positively contagious

The belief that one is using a professional golfer's putter can improve golfing performance


    

              
Tiger Woods lines up a putt in 2008. New research suggests some of the Tiger magic rubs off on his putter. Photograph: Scott A. Miller/Getty Images

In the 2002 film Like Mike, a teenage orphan by the name of Calvin Cambridge finds an old pair of basketball shoes with the faded initials "M.J." written on the inside, and convinces himself that they once belonged to Michael Jordan. He soon finds out that the shoes are contagious, imparting those who wear them with extraordinary prowess on the basketball court, and then goes on to enjoy a successful career as a professional player.

The superstitious belief that using a professional's equipment will improve one's own performance is very popular among amateur athletes. This particular belief may be more than just a superstition, however. According to a new study in the open access journal PLoS ONE, amateur golfers who believed they were using a professional golfer's putter not only sunk more putts than others, but also perceived the hole to be bigger.

The law of contagion is a form of magical thinking that was first described more than a hundred years ago by James George Frazier. "Things which have once been in contact with each other continue to act on each other at a distance after the physical contact has been severed," he wrote in his classic 1890 book The Golden Bough: A Study in Magic and Religion. "[The magician] infers that whatever he does to a material object will affect equally the person with whom the object was once in contact, whether it formed part of his body or not."

The law thus describes the belief that brief contact with an object can lead to the permanent transfer of certain properties to another object. In the case of sporting equipment, contagion is believed to have positive effects, but it can have negative ones, too. For example, one study published in 1986 showed that drinks which had come into brief contact with a sterilized dead cockroach, and clean clothes believed to have been previously worn by an unpopular person, were both rated as being undesirable.

For the new study, Charles Lee and his colleagues at the University of Virginia's Perception Lab recruited 41 undergraduates, all of whom indicated having previous golf experience and enthusiasm for the sport. The participants were randomly split into two groups and the researchers told those in one group that they had obtained a putter once used by the professional golfer Ben Curtis.

All of the participants were then shown a putting matt. They were first asked to estimate the size of the golf hole on the matt, using the elliptical tool in Microsoft Paint, and then used the same putter to take 10 putts on the matt. Those who believed they were using the professional golfer's putter consistently perceived the golf hole to be larger than those in the other group. Furthermore, the belief improved their performance – they also sank more putts than the others.

Several years ago, psychologist Jessica Witt of Purdue University and her colleagues reported that sporting performance affects the perception of goal size. Participants were asked to perform field goals on a practice American football field and then to estimate the size of the goal. Those who scored three or more goals perceived the goal to be bigger than those who scored two or less, suggesting that some kind of feedback mechanism modulates perception according to performance.

The new study extends this earlier work, and shows that the relationship between action and perception is more complex than previously thought. It shows that changes in the apparent size of the golf hole can occur before any putting has taken place. Thus, feedback on one's performance is apparently not necessary for such perceptual changes, and it may be the case that the observed increases in the apparent size of the golf hole led to improved performance.

The authors provide several explanations for how positive contagion influenced putting performance. The belief of some participants that they were using Curtis's putter may have encouraged them to use positive mental imagery associated with his past successes. Another possibility is what is referred to as priming: believing the putter was once used by a professional could have led the participants to entertain the concept of "skill".

Finally, the results could be explained by object valuation, which can have a powerful placebo effect. For example, the price of medication impacts on its efficacy, with more expensive medications being more efficacious than cheaper ones. By the same token, expensive wines are perceived to taste better than cheaper ones. Thus, the belief that one is using a professional's putter could enhance one's own perceived putting capabilities in a similar way. Although such effects are difficult to measure experimentally, this new study lays the groundwork for further research into the possible scientific basis of other superstitious beliefs.


Reference: Lee, C., et al. (2011). Putting Like a Pro: The Role of Positive Contagion in Golf Performance and Perception. PLoS ONE, doi: 10.1371/journal.pone.0026016


Monday 24 October 2011 - © -  http://www.guardian.co.uk
http://scienceblogs.com/neurophilosophy/
http://scienceblogs.com/neurophilosophy/about.php
"The quality of your life is a direct reflection of the quality of your communication with yourself and others." - Anthony Robbins
http://jahozafat.com/0029585851/MP3S/Movies/Pulp_Fiction/dicks.mp3
"Communications without intelligence is noise; Intelligence without communications is irrelevant." ~ Gen. Alfred. M. Gray, USMC

23 novembre 2011 à 15:06:18
Réponse #1

Bomby


Merci Serge.

L'article est évidemment intéressant, mais je ne trouve pas que le lien avec la question de l'équipement souvent évoqué dans cette rubrique (survie en milieu urbain) soit très évident et surtout il me semble que l'expérience principalement visée pourrait souffrir d'un biais important...

L'article cité évoque donc en substance le fait que la conviction que l'on aurait (à tort ou à raison) d'avoir le matériel ayant appartenu à un sportif connu et performant nous rendrait nous-mêmes plus performants, en nous donnant au passage la perception d'une plus grande facilité de l'exercice envisagé.

Les pistes d'explication avancées sont l'impact positif qu'aurait une imagination positivement stimulée (notamment par le biais d'une visualisation mentale positive) ou une sorte de puissant effet placebo - dont je ne suis d'ailleurs pas convaincu qu'il faille le distinguer réellement de la première hypothèse...

Il semble souvent admis que la visualisation mentale positive produit des effets bénéfiques sur la performance.

Globalement, il me semble cependant qu'au delà de l'impact que pourrait peut-être avoir la visualisation positive sur la coordination psychomotrice, l'on reste dans une démarche de Méthode Coué, ce qui n'est pas forcément péjoratif, mais induit des limites importantes (http://fr.wikipedia.org/wiki/M%C3%A9thode_Cou%C3%A9).

Une critique apparemment souvent adressée à la Méthode Coué est par exemple qu'elle ne marche que sur les personnes ayant déjà un état d'esprit optimiste et positif, alors qu'elle aurait plutôt tendance à enfoncer ceux qui manqueraient de confiance en eux-mêmes et rumineraient de noires pensées, probablement en mettant en évidence le décalage entre l'objectif affiché et le défaut de conviction intérieure qu'ils y parviendront...

Bref, ceci renforcerait la confiance de ceux qui ont déjà confiance en eux, mais accentuerait le déficit de confiance des autres.

Ici, un biais majeur de l'expérience réalisée sur les golfeurs pourrait être le recrutement systématique de golfeurs expérimentés et "enthousiastes pour ce sport", donc déjà dans un état d'esprit positif qui ne demande qu'à être boosté par un quelconque placebo...

Le parallèle avec l'équipement "de survie urbain" n'est à mes yeux pas si évident à faire, car s'il s'agit par exemple de s'équiper d'une bombe lacrymogène ou d'une matraque télescopique, le fait qu'elle ait précédemment appartenu à une sommité de la protection personnelle comme par exemple Lee Morrisson ou Rich Dimitri a d'une part peu de chances de se produire, encore moins d'être mis en évidence, et encore moins de faciliter une visualisation particulière dans le maniement de l'objet...

Néanmoins, si on part par exemple de l'idée (effet placebo évoqué dans l'article à propos des médicaments ou du vin) que je m'achète un équipement cher et que la valeur de l'objet acquis est censée me donner plus de confiance en moi, et si on reprend la critique évoquée plus haut envers la Méthode Coué, on a me semble-t-il une forte probabilité de retrouver la situation suivante:
- si j'ai déjà suffisamment confiance en moi, ma confiance va se trouver accrue;
-sinon, c'est au contraire presque mon manque de confiance qui va se trouver accru, face notamment à l'impossibilité de me juger crédible dans l'utilisation du précieux objet...

D'autres idées sur le sujet ?

Cordialement,

Bomby

23 novembre 2011 à 15:24:32
Réponse #2

** Serge **


Ma réflexion ( non exprimée ) portait sans doute plutôt vers la translation de cette étude en neuro-sciences sur l'objet prôné et/ou vanté par un instructeur reconnu et respecté.

X porte tel objet, telle arme ( de tel type ), de telle manière.
Donc, si je porte le même objet, la même arme ( de ce type ), de telle manière, ..... j'accentue mes chances de succès au cas où la bise fut venue.

Je crois que l'on peut retrouver le même mécanisme psychique, chez certains.
"The quality of your life is a direct reflection of the quality of your communication with yourself and others." - Anthony Robbins
http://jahozafat.com/0029585851/MP3S/Movies/Pulp_Fiction/dicks.mp3
"Communications without intelligence is noise; Intelligence without communications is irrelevant." ~ Gen. Alfred. M. Gray, USMC

23 novembre 2011 à 15:35:01
Réponse #3

Bomby


Ma réflexion ( non exprimée ) portait sans doute plutôt vers la translation de cette étude en neuro-sciences sur l'objet prôné et/ou vanté par un instructeur reconnu et respecté.

X porte tel objet, telle arme ( de tel type ), de telle manière.
Donc, si je porte le même objet, la même arme ( de ce type ), de telle manière, ..... j'accentue mes chances de succès au cas où la bise fut venue.

Je crois que l'on peut retrouver le même mécanisme psychique, chez certains.

Oui, certainement, mais l'impact positif de ce mécanisme se vérifie-t-il ?

Et l'identification à l'instructeur reconnu et respecté à travers l'arme portée (qu'il s'agisse de la dernière télésco en plastique de C. Joussot ou du Glock je ne sais pas combien de tel ou tel instructeur de tir de défense nord-américain), à travers la représentation imaginaire idéalisée qu'elle induit, ne risque-t-elle pas d'avoir un impact sur un discernement amoindri quant à l'utilisation de l'arme en situation ?

Ce que je trouve au passage intéressant c'est notamment d'essayer de distinguer, dans ce genre de mécanismes psychiques, ce qui peut être réellement positif des impacts négatifs ou potentiellement négatifs...

Cordialement,

Bomby

23 novembre 2011 à 15:45:05
Réponse #4

** Serge **


Oui, certainement, mais l'impact positif de ce mécanisme se vérifie-t-il ?

Il faudrait une étude scientifiquement menée sur le sujet.
J'aurais tendance à penser que, chez certains, l'effet positif jouera sur un aspect de (ré)confort. Sur une présomption de mieux prévaloir en cas de problème.

Cela se vérifiera-t'il in situ ( when the shit hits the fan ) ?

Probablement, non. Dans la majorité des cas.
On retombera alors dans ceci :

Citer
“Under the stress of a lethal encounter, you won’t rise to the occasion, but default to your level of training.”

Ken Hackathorn
"The quality of your life is a direct reflection of the quality of your communication with yourself and others." - Anthony Robbins
http://jahozafat.com/0029585851/MP3S/Movies/Pulp_Fiction/dicks.mp3
"Communications without intelligence is noise; Intelligence without communications is irrelevant." ~ Gen. Alfred. M. Gray, USMC

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité