Nos Partenaires

Auteur Sujet: « Mon objectif est de faire du couteau utilitaire»  (Lu 8652 fois)

20 novembre 2011 à 21:34:04
Lu 8652 fois

aliɔs


Pour info :


Mais le cœur de métier de notre « Davy Croquet », c'est la coutellerie. « Mon objectif est de faire du couteau utilitaire. J'essaie de me concentrer sur un couteau sobre, léger et très coupant. Toutes les étapes de forge, normalisation, trempe et revenu sont mises en pratique avec rigueur. » Devant la forge, il explique : « Après d'innombrables tests de lames, j'ai pu orienter mon choix vers mon acier de prédilection, le DNH7. Cet acier, si on sait le travailler, est suffisamment dur pour garder le fil du couteau droit après un usage intensif, et suffisamment souple pour qu'il ne soit pas cassant, ce qui évite de le réaffûter souvent. »


http://www.sudouest.fr/2011/11/17/les-outils-du-solitaire-555376-3333.php

http://will-harppeur.fr/

20 novembre 2011 à 21:39:19
Réponse #1

pierreB


C'est marrant que tu sortes ça... je suis en contact mail avec lui depuis 2-3 jours et je risque de lui rendre un p'tite visite demain ou après demain ;D

20 novembre 2011 à 21:46:43
Réponse #2

oliv0808


je ne connaissais pas du tout ce site, il est   :up: :up:
"si tu veux des garanties, faut acheter un grille pain" DM

21 novembre 2011 à 00:35:06
Réponse #3

Ghjallone


dnh7, c'est un autre nom de l'XC75, pour info :)
j'ai toujours pardonné a ceux qui m'ont offensé.
mais j'ai la liste.

21 novembre 2011 à 08:05:34
Réponse #4

jeanluc


J'ai vu son stand et ses creations à Nontron ,cet été ,c'est très plaisant ce qu'il fait ,effectivement style old-West ,trappeur ,on peut baptiser çà comme on veut ,très eloigné de ce que fait Tony,ou bien de ce que fait Pao ,ou de ce que faisait Woodoo, tout cela mis en valeur par des "cuirs",vêtement ou harnachements  de cheval bien sur old-fashened
Si le ramage se rapporte au plumage ,çà respire le robuste ! :)

21 novembre 2011 à 09:17:47
Réponse #5

Luffy


J'hallucine !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!  :o  :o  :o Il juste à côté de chez moi, à quelques kilomètres et je n'en avais jamais entendu parlé  >:( . Merci à Sud-Ouest pour l'article et aliøs pour l'info sur le forum! Je ne sais pas depuis combien de temps il est installé (j'ai grandi dans le village juste à côté), il n'est pas inscrit non plus sur la "carte de France" des couteliers.  :-\

Faut que j'aille visiter son atelier et voir un peu ce qu'il fait  ;#
« Modifié: 21 novembre 2011 à 23:32:26 par Luffy »
"S'éloigner de tout rapproche un peu de l'essentiel." Loïck Peyron

22 novembre 2011 à 02:40:21
Réponse #6

pierreB


Bon, je vous prépare un petit topo sur le bonhomme; je suis passé le voir aujourd'hui et ce n'était que du bonheur :doubleup:

22 novembre 2011 à 12:37:07
Réponse #7

pierreB


Alors voilà, aujourd'hui, je me suis offert un petit périple en terre américaine dans une enclave landaise... au far west landais, en quelque sorte!
Et je peux vous garantir que j'en ai pris plein les mirettes avec à la clé une rencontre en or, une rencontre avec le passionné parmi les passionnés: Will Harppeur.

Ça faisait un petit moment que j'étais en quête d'un couteau de camp... un vrai, un que l'on a pas peur de malmener ou même d'utiliser tout simplement.
Il y a peu et par pur hasard, j'ai découvert le travail de Greg au travers du forum et je me suis m'y en tête de lui rendre une petite visite (il n'habite qu'à quelques kilomètres de chez moi).

Après de rapides échanges par mail, le jour "J" est arrivé et c'était hier.

Sur ses indications, je suis arrivé à bon port (Lesgor City) après avoir traversé les colines de l'arrière pays landais et suivi un vague chemin dont on ne se dit pas qu'il nous mènera quelque part... et pourtant, me voici à l'ile sauvage:



Notez que l'atelier est construit autour d'un arbre ;)



Sur ce "Will Harpeur" fait son apparition grand sourire au lèvre... l'acceuil dans l'atelier est chaleureux et l'homme vous met de suite à l'aise (un vrai plus pour moi qui aurait tendance à être réservé  :oops: )




Après, difficile d'enchainer tant le personnage est intéressant; que dis-je: passionnant!

De suite, il embraye sur son travail, sur ce qu'il aime tout en te faisant le tour du propriétaire.
Son atelier, enfin sa cabane, est hors du temps, on a l'impression de faire un bond dans le passé à une époque où les trappeurs et autres coureurs des bois étaient monnaie courante! Comme si le temps s'était arrêté... pour preuve la machine qu'il utilise pour coudre le cuir: 80 ans, pas une ride et une puissance qui semble inégalée pour la belle.

Passé l'atelier cuir, en faisant le tour, on trouve le four de trempe, le bain d'huile puis la forge et les enclumes avec un espace de travail au mur duquel sont accrochés les gabarits des lames: l'essentiel du travail des lames se fait à la forge (il n'utilise que peu le backstand et préfère finir ses lames manuellement à la pierre, sans doute trouvant le travail plus valorisant/valorisé).
Le tour se finit enfin par la section "manche" avec quelques exemplaires sûrement en attente d'être travaillés...
Au fond de l'atelier se trouve l'espace détente avec canapés, table basse, insert et bibliothèque (des livres sur les cabanes suspendues :coeur:).










Ses passions: la chasse à l'arc et tout ce qui s'y rapporte: les cabanes (il a bati sa maison et son atelier en bois avec ses 2 petite menottes... maison soit dit en passant tout aussi intemporelle que son atelier: un charme fou, un charme d'antan!), les vestes de chasse en cuir, les couteaux, les canoes, les tentes et que sais-je... Ah si: les Etats-Unis évidemment!


Passons à ce qui va ou non vous intéresser: les couteaux.

A mon arrivée, mon oeil n'avait pas manqué de remarquer que le personnage avait en main un immense et superbe sac en cuir qui devait contenir sa production coutelière: je ne m'étais pas trompé...
Je n'ai pas fait de photo d'ensemble... il y en a un peu plus haut dans le post.
Celà fait maintenant plusieurs années que "Will" forge ses couteaux, d'abord pour lui puis pour son entourage.
Ses couteaux, il les a voulu adaptés à ses activités de prédilection: la chasse et "l'outdoor", en gardant à l'esprit comme principal critère: la fiabilité.
"T'imagines, tu pars 3 semaines et si en plus tu dois te retrouver avec un surin pété ou plein de dents, c'est la m*rde et ça n'est même pas envisageable!"


Toutes ses lames sont en xc75 forgées, traitées "maison" et finies à la main (quasi pas voir pas de backstand) afin d'obtenir l'outil adéquate à ses yeux.
Sa marque de fabrique: le ricasso en dent de scie et les "impacts" sur la lame, on l'aime ou on ne l'aime pas mais elle ne laisse pas indifférent je pense.
Will n'affute ses couteaux qu'une fois; c'est à se demander s'il sait ce qu'est une pierre à affuter... "tu fais trois passages sur le fusil et c'est réglé; regarde comme ça rase". Effectivement, pour raser, ça rase sévère!
Allez hop, on va dehors faire quelques tests... 11ha de terrain, y'a de quoi s'amuser!
Première victime: un arbuste de 8cm de diamètre environ dépiauter en 3-4 coups de lames soit même pas 10 sec de taf  :shock: Il enchaine en le découpant en rondin d'une vingtaine de centimètre.
Plus timoré  :oops: , je dépiaute quelques branches sans difficulté... L'équilibre du couteau en main est bluffant: le poids de l'ensemble relativement léger y est sûrement pour quelques chose.
Il reprend la main: "Regarde comme ça coupe... ça s'est un bon test!" Le voilà qui s'attaque à des branchettes vertes de 2mm ultra souples qui ne demandent qu'à fuir l'impact du tranchant (tu soufflais dessus, elles bougeaient...): de biais, ça coupe... normal, à angle droit: ça coupe aussi!
Dernière victime, un tronc d'accacia sec de chez sec devant son atelier (on le voit sur l'une des photos plus haut) avec passage en mode "surhomme" pour en foutre plein la tronche au surin.
Examen du fil: pas le moindre pet... et ça rasouille encore!
Les tests de Will sont des tests grandeurs natures, des tests réalistes auquel ses couteaux pourront être un jour confrontés.

Mine de rien, derrière ces manches qui semblent très "simples" d'aspect, il y a un énorme travail de préparation et de finition. Les matériaux peuvent être le bois de cerf mais l'homme semble particulièrement affectionner l'olivier et surtout le buis vieillis. Les veinages du bois sont magnifiques, d'une rare finesse et surtout, ils offrent des reflets "miel" de toute beauté  :coeur:
Tout est étudié pour obtenir une ergonomie, une prise en main à tomber: le galbe du manche tombe parfaitement en main, tant au niveau de la paume qu'au niveau de l'endroit où les doigts se referment, on n'a pas l'impression des serrer un couteau dans la main; impression renforcée par le contact chatoyant du bois.

Trop délaissés selon lui par certains couteliers, il apporte un grand soin et tout son savoir faire à la confection de ses étuis de couteaux.
Ils sont réalisés en collet de boeuf poissé à chaud et patiné. Ce poissage leur confère une rigidité/dureté assez incroyable... on dirait du plastoc  :shock:
A celà, il ajoute une lame de bois au fond de l'étui par sécurité (éviter que le couteau ne coupe les coutures de l'étui en cas de rentrée un peu "violente").
Même le passant de ceinture a été réfléchi: tant au niveau de son positionnement que de sa forme afin d'obtenir l'angulation souhaitée à la ceinture et une répartition optimale de la masse.


Will est un autodidacte touche à tout qui réalise des couteaux conçus et taillés pour l'aventure comme il le dit et que l'on a envie d'utiliser!
Quand je dis touche à tout, ça ne veut pas dire qu'il fait un peu de tout moyennement... ça veut dire que quand il se lance dans un truc, il y va à fond et se donne les moyens de bien le faire!

Sa production est à son image: vraiment atypique par les temps qui courrent ;)



Bon, je ne suis pas reparti les mains vides quand même: je me suis vilement emparé d'un Yellow Colorado:

-31cm en tout
-19cm de lame pour 17,5cm de tranchant, 4mm d'épaisseur, 4,5cm de large
-12cm de manche
-1cm d'épaisseur pour l'étui (l'intérêt d'avoir un cuir très rigide: pas besoin de moulage en bois et donc moins d'épaisseur)
-poids du couteau: 375gr sur la Teraillon de la cuisine, poids de l'étui: 150gr.


Allez, j'attaque les hostilités avec quelques photos faites à l'arrache à 7h00 du mat avec éclairage à la frontale.

Bien en place dans son étui:




Vues d'ensemble côté pile de la lame et de l'étui:






La prise en main:




Le galbe du manche:




Côté face de la lame:



J'ai fendu mon petit bois pour la cheminée ce matin: il a bien fait le taf.


Bon j'ai fait ça un petit peu à la va-vite tant il y en aurait à raconter sur le personnage... l'heure et demi passée chez lui m'a semblé si courte...

Merci Will Harppeur thup

22 novembre 2011 à 21:18:30
Réponse #8

oliv0808


"si tu veux des garanties, faut acheter un grille pain" DM

23 novembre 2011 à 22:45:30
Réponse #9

kareang


travail magnifique, qui me fait bien envie, c'est sobre, on sent le truc solide et efficace   :love:

mais qu'en est il des prix ??

23 novembre 2011 à 23:12:05
Réponse #10

Leif



24 novembre 2011 à 15:29:36
Réponse #11

pierreB


De rien, pour le "reportage", ce fût un réel plaisir pour moi ;)

En ce qui concerne le prix, pour donner un ordre d'idée à quelques € près, il se situe au niveau des autres artisans français type Duffort, Moing pour ne citer que ces 2 là (ce sont ces 2 là qui me viennent à l'esprit)... autrement dit, ça vaut son prix et c'est pas "donné"  ;)

Dans l'esprit du bonhomme: pas de fioritures... c'est à dire que ça vaut le prix d'un Duffort (là, je parle de lui, parce que j'en ai..) mais ça n'en aura pas le guillochage ni le repoussage du cuir; pour ce prix là, vous aurez une lame un peu plus "conséquente" et un étui en cuir vraiment bien branlé: fin, qui reste bien plaqué, qui ne gêne pas (on peut l'incliner pour qu'il ne vienne pas buter contre la cuisse où le bas des côtes lorsque l'on se mobilise ou se penche) et bien robuste (du plastoc, je vous dis...).


24 novembre 2011 à 18:23:59
Réponse #12

oliv0808


De rien, pour le "reportage", ce fût un réel plaisir pour moi ;)

oui, ça on l'imagine très bien   ::) 8)
"si tu veux des garanties, faut acheter un grille pain" DM

28 novembre 2011 à 12:27:42
Réponse #13

pierreB


Bon, ce n'est pas tout de baver devant un couteau, il faut voir un peu ce qu'il a dans le ventre ;)

Je m'en suis servi depuis 1 semaine, conditions climatiques obligent, pour faire mon bois pour la cheminée... et ce matin, je me suis dit pourquoi ne pas prendre quelques photos ("à l'arrache" comme ils disent les jeun's).

Le couteau:


Les "outils", couteau et bûche de chêne:


La victime, mon zoli tas de bois:



Vous l'aurez deviné, il s'agit donc de mon bois de chauffage: entre 2 et 3 ans de séchage. Il n'a pas été protégé de la pluie, ni de la neige, ni du gel pendant 2 hivers... juste mis sous abris au début de l'été pour cet année: il est bien bien sec et "très compact"; c'est à dire que même avec une hachette, dont je sais bien que ce n'est pas forcément son rôle, il n'est pas toujours évident de le fendre et l'on peut s'en voir.


Allez, on commence facile par une bûche de chêne dont les fibres sont bien alignées (pas de noeud):

Trop facile: 3 coups de bûche et l'affaire est dans le sac!


On va tester un truc moins évident avec une bûche de chêne un peu plus torturée:


On tapote 2 coups pour rentrer la lame:


4 coups de plus, un peu plus appuyés:


Et le dernier:



Dans ma petite réserve y'a aussi du hêtre... 4 petits coups:


Ecore quelques uns:


Après, j'ai arrêté, le morceau de hêtre a cassé.


Je vous épargne le fendage du peuplier qui me sert à faire du petit bois pour l'allumage du feu: trop facile (gare au doigts quand même!).


Pour finir, on vérifie qu'il n'y a pas eu tromperie sur la marchandise: le fil est intact visuellement et:




En voilà un peu plus pour alimenter le fil de Greg que je salue au passage si il passe par ici.

01 décembre 2011 à 19:43:28
Réponse #14

Jettero


Un reportage sur France 3 aquitaine lui était consacré aux environ de 19h
Je n'ai malheureusement pu voir que la fin >:(
On trouvera peut être un podcast de disponible dans le  jours à venir.

01 décembre 2011 à 19:53:35
Réponse #15

pierreB


Un reportage sur France 3 aquitaine lui était consacré aux environ de 19h
Je n'ai malheureusement pu voir que la fin >:(
On trouvera peut être un podcast de disponible dans le  jours à venir.

Ah m*rde.... il m'en avait parlé et j'avais oublié de le préciser! Heureusement, podcast est là ;)

01 décembre 2011 à 20:31:26
Réponse #16

aliɔs


« Modifié: 01 décembre 2011 à 20:36:36 par aliøs »

05 décembre 2011 à 11:36:45
Réponse #17

pierreB


Comme promis, vu que j'suis pas allé à la messe  :-[ , la suite de mes aventures dominicales...

Pour commencer, je me suis attaqué à ça:



L'arbre (ne me demandez pas ce que c'est, je n'en ai pas la moindre idée...) a été abattu par EDF il y a presque 2 ans; autant dire, il a eu le temps de sécher!

C'était la première fois que je débitais un tronc au couteau... jusque là je me contentais de ma scie pliante.

Voici l'évolution du taf qui m'a pris 5-6 minutes au total:








En fin de travail, il rase encore ma petite guibole: (je sais, y'en a certains qui n'appelleraient pas ça "raser" et lui passeraient volontier un ch'tit coup de pierre... je sais également que ce n'est pas un rasoir ;) )




J'oubliais: le matos et le mec...







On ne rigole pas hein!

La denière tof permet de bien se rendre compte de la position de l'étui: de la sorte, il ne provoque aucune gêne dans la mobilisation; on peut s'accroupir, marcher, courir, sans inconfort... en particulier, le manche ne rentre pas en contact avec nos chères et tendres petites cotes flottantes.


J'avais un peu de temps (et puis, il le fallait), du coup, je me suis attaqué au petit bois avec sa petite copine: j'avais bien aimé l'expérience de la précédente fois... (en attendant une Roselli pour Nono)



Une bûche de peuplier bien sec, une scie pour la couper en deux, un couteau et quelques minutes de taf:









Y'a une image "piège", saurez vous la retrouver?!?


Pendant que j'y étais, j'ai fait quelques photos des différentes prises en main possible; en tous les cas, de celles que j'ai pu tester en coupant le tronc et le petit bois  ;)







Wouala.

La suite plus tard...

05 décembre 2011 à 13:05:35
Réponse #18

Magic Manu


Hope for the best, expect the worse...

05 décembre 2011 à 13:11:15
Réponse #19

Patrick


Ces couteaux ont l'air efficaces et roots à souhait.

Mais, deux choses me gênent (bien sur depuis mon hamac seulement et donc avec plein de subjectivité) :
  • le manche avec la même épaisseur du début à la fin et sans angle permettant de reculer la prise avec une sécurité suffisante
  • les trous du brut de forge qui fait effectivement roots mais qui sont aussi des nids à résidus

Un petit côté Winkler, si je ne m'abuse. Non, pas Winkler après vérification un autre de la BKS dont j'ai oublié le nom.

05 décembre 2011 à 13:51:08
Réponse #20

pierreB


Oui, me suis coupé  :-[

J'ai une vilaine tendance à être maladroit... j'ai posé le couteau sur une bûche posée elle même sur le billot et il a glissé et m'a chatouillé la paume de la main gauche ::)

Concernant le manche, il est plus fin en son centre et se ré évase vers le cul quand on le yeute de dessus.
Et puis l'espèce de lanyard se cale bien entre les doigts (faudrait quand même que je me renseigne sur son mode de fixation... pas avoir de surprise ^-^)

05 décembre 2011 à 16:04:28
Réponse #21

moss


Ces couteaux ont l'air efficaces et roots à souhait.

Mais, deux choses me gênent (bien sur depuis mon hamac seulement et donc avec plein de subjectivité) :
  • le manche avec la même épaisseur du début à la fin et sans angle permettant de reculer la prise avec une sécurité suffisante
  • les trous du brut de forge qui fait effectivement roots mais qui sont aussi des nids à résidus

Un petit côté Winkler, si je ne m'abuse. Non, pas Winkler après vérification un autre de la BKS dont j'ai oublié le nom.

quelle forme donnerait la meilleure prise en main ? centre du manche plus épais ?
« Nous sommes dans la m*rde, mais ce n'est pas une raison pour la remuer.  »
Marcel Bigeard

« La fin de l’espoir est le commencement de la mort.  »
Charles de Gaulle

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité