Nos Partenaires

Auteur Sujet: Véhicule BJJ - Video  (Lu 6717 fois)

11 octobre 2011 à 16:07:29
Réponse #25

n.iko


Citation de: Eric Lem
C'est bizare cette manie de travailler contre des menaces au couteau dans cette configuration...  huh

On travaillait pas mal ce type de menaces dans mon groupe de KM.
Proportionnellement, probablement un peu trop.
Les explications données étaient l'optique d'une menace armée amenant à une mise au sol ou une agression à la plage. -  ;# -
"The truth of the matter is that you always know the right thing to do. The hard part is doing it." Norman Schwarzkopf

" Awareness is a full-time job." Michael Janich

"For a righteous man falleth seven times, and riseth up again" (Prov. 24:16)

11 octobre 2011 à 16:08:17
Réponse #26

Moleson


Pour revenir à la vidéo de départ, et selon ma modeste expérience, le travail dans une voiture avec menace d'une arme est intéressant, mais on se heurte assez vite à des difficultés pratiques de mise en situation "réaliste"...

D'abord, quand on voit ici ce que font les protagonistes (on notera notamment ici le retrait des appuis-têtes), et sans forcément être un fou de bagnole, on préfèrera généralement que ce type d'exercices se fasse plutôt dans la voiture d'un autre que dans la sienne... Même sans aller d'ailleurs jusqu'à ce niveau d'engagement (avec protections et impacts en conséquence), on peut déjà faire quelques dégâts dans l'habitacle...

Ensuite, la question de la ceinture de sécurité est un paramètre majeur, à prendre en compte... On part généralement du postulat que le conducteur "victime" est attaché, mais pas le passager "agresseur" et armé... En outre, ici le travail se fait à partir d'une position relativement statique, voiture à l'arrêt...

Or, voiture à l'arrêt, le fait pour le conducteur d'avoir sa ceinture attachée est un réel désavantage (on le voit d'ailleurs à mon sens clairement sur la vidéo).

A l'inverse, si la voiture est en déplacement, c'est un avantage net, dont il peut être possible de tirer parti... Mais ça, ça me semble vraiment difficile à travailler à l'entraînement avec un niveau de sécurité raisonnable... Pour ne pas dire pratiquement impossible pour des civils...

Enfin, on peut toujours compliquer à loisir le scenario de départ, avec par exemple le schéma de jeunes enfants attachés à l'arrière de l'habitacle, ou celui de passants à proximité (dès qu'on commence à essayer de désarmer l'agresseur ou simplement d'éloigner le canon de l'arme et que celle-ci est manipulée dans tous les sens, il faut quand même penser aux possibles balles perdues) etc...

Tout ça pour dire que ce type d'exercice quand j'ai eu l'occasion d'en faire m'a paru vraiment intéressant mais que le travail en véhicule me semble quand même généralement difficile à scénariser correctement...

Cordialement,

Bomby

Ca dépend quand même fortement à qui s'adresse la vidéo.
La probabilité que le citoyen lambda se trouve confronté avec un BG assit sur la place du passager, les deux armés de pistolets est proche de zéro.
Je ne laisse pas rentrer n'importe qui dans ma voiture. ;D
Et d'ailleurs la seule fois ou j'ai vécu un scénario semblable, c'est menacé avec un pistolet par la fenêtre ouverte par un taré, qui me disait qu'il allait me descendre, autant dire que les options offensives se sont réduite à zéro.


Par contre l'extraction violente à un feu rouge du conducteur est un scénario qui vaut le coup d'entrainer.
D'autre part dans ces distances de mauvaise haleine et de plus en milieux très clos, le couteau est de loin l'outil le plus dévastateur. C'est pas pour rien que Southnarc à sorti son propre couteau le pikal. Si l'on fait entrer dans la danse un porteur de couteau, il transforme le porteur de pistolet dans le contexte d'une voiture en steak sanguinolant.

Mais j'adore ce que fait Southnarc, ça reste incontournable.

Moléson

11 octobre 2011 à 16:54:47
Réponse #27

Bomby


Ca dépend quand même fortement à qui s'adresse la vidéo.
La probabilité que le citoyen lambda se trouve confronté avec un BG assit sur la place du passager, les deux armés de pistolets est proche de zéro.
Je ne laisse pas rentrer n'importe qui dans ma voiture. ;D
Et d'ailleurs la seule fois ou j'ai vécu un scénario semblable, c'est menacé avec un pistolet par la fenêtre ouverte par un taré, qui me disait qu'il allait me descendre, autant dire que les options offensives se sont réduite à zéro.


Par contre l'extraction violente à un feu rouge du conducteur est un scénario qui vaut le coup d'entrainer.
D'autre part dans ces distances de mauvaise haleine et de plus en milieux très clos, le couteau est de loin l'outil le plus dévastateur. C'est pas pour rien que Southnarc à sorti son propre couteau le pikal. Si l'on fait entrer dans la danse un porteur de couteau, il transforme le porteur de pistolet dans le contexte d'une voiture en steak sanguinolant.

Mais j'adore ce que fait Southnarc, ça reste incontournable.

Moléson

Oui, je suis bien d'accord avec toi, Moléson...

Reste quand même la difficulté, bien réelle à mon avis (je n'ai peut être pas été assez clair là-dessus), de "driller" différents scenarii en tenant compte des mouvements, ou des mouvements possibles, du véhicule...

Et au passage, malgré toutes les réserves que j'ai pu donner l'impression d'émettre et même si pour un simple citoyen ça correspond en effet à mon avis à une hypothèse hautement improbable, je trouve qu'un travail comme celui présenté par la vidéo ayant suscité le post est à faire au moins une fois, même à l'arrêt et avec un départ "statique" mais en mode non coopératif...

Ne serait-ce que parce que ça fait rapidement tomber quelques illusions et que donc, on comprend assez vite, encore une fois, que s'appuyer sur telle ou telle technique "miracle" ne mène pas très loin, ou alors au cimetière... En revanche, et une fois de plus, on mesure l'intérêt de travailler la prévention, l'évitement, la désescalade, le dialogue, la surprise, l'utilisation de l'environnement, etc, bref l'intérêt de développer une appréhension tactique beaucoup plus large que, comme trop souvent proposé, quelque chose comme "1, je saisis l'arme, 2, je la retourne vers lui, 3, je frappe à la tête"...

Cordialement,

Bomby

EDIT : vous allez dire que je choisis mon exemple, c'est vrai, mais je ne résiste pas au plaisir de cette mise en perspective...

Ici, la vidéo proposée par Serge : http://vimeo.com/29446189

Là, la première trouvée en googlisant "self défense voiture" : http://www.wat.tv/video/defense-sur-agression-en-voiture-irk7_2gk3h_.html

...
« Modifié: 11 octobre 2011 à 17:08:07 par Bomby »

12 octobre 2011 à 00:15:55
Réponse #28

** Serge **


D'autre part dans ces distances de mauvaise haleine et de plus en milieux très clos, le couteau est de loin l'outil le plus dévastateur. C'est pas pour rien que Southnarc à sorti son propre couteau le pikal. Si l'on fait entrer dans la danse un porteur de couteau, il transforme le porteur de pistolet dans le contexte d'une voiture en steak sanguinolant.

C'est d'ailleurs l'expérience vécue par un des protagonistes du cours :

Citer
Both of my "car fights" ended up with me winning due to clinch pick access. The first one I was able to immediately get above him and use my weight to help hold him down. Second worked the same way but ended up taking longer.

The second one I threw his gun out the window as we were still grappling, then drew my gun and threw it out the window. After a second or two of positioning I accessed the CP style blade and it was over.

I had no concept at all of BJJ during ECQC, and really was just going on instinct, adrenaline (due to extreme claustrophobia from the FIST helmets) to end the fight early, and the concepts SN had presented prior to that EVO. The CP was amazing in the car. Even in that tight little space you can always get a hand to your centerline.

CP = Clinch Pick

http://www.shivworks.com/clinchpick.asp
"The quality of your life is a direct reflection of the quality of your communication with yourself and others." - Anthony Robbins
http://jahozafat.com/0029585851/MP3S/Movies/Pulp_Fiction/dicks.mp3
"Communications without intelligence is noise; Intelligence without communications is irrelevant." ~ Gen. Alfred. M. Gray, USMC

12 octobre 2011 à 09:28:10
Réponse #29

Patrick


Je crois qu'il est difficile d'intégrer émotionnellement réellement qu'à partir du moment où un défenseur se jette sur un opposant armé, il s'agira d'un combat à mort sans possibilité de retour en arrière et qui confinera à la boucherie chevaline en milieu confiné.

Facile de l'écrire, difficile de faire.

Difficilissime aussi d'estimer sous stress si l'opposant se contentera du carjacking ou appuiera sur la détente pour empêchee d'être reconnu ou sous l'effet d'une substance.

12 octobre 2011 à 09:46:14
Réponse #30

DavidManise


Question con mais...  dans le scénario ici, où deux personnes sont dans la voiture à l'arrêt.  N'est-il pas envisageable de juste sortir du véhicule pour ensuite passer derrière et dégainer ?  

Ca me semble risqué, mais moins risqué que de commencer à chercher à désarmer un mec en milieu confiné comme ça.

Par ailleurs, je trouve qu'il y a une énorme focalisation sur l'arme, et sur le fait de chercher à désarmer l'agresseur, pour ensuite dégainer son arme et tirer.  Un peu comme dans le délire "si tous tes outils sont des marteaux, tu verras tous les problèmes comme des clous".  

Pour avoir un peu travaillé ce scénario avec un pote et un airsoft, j'en suis venu aux conclusions suivantes, qui sont valables pour MOI, mais pas nécessairement assez pour en faire une règle, hein, on est d'accord  :

1) 8 fois sur 10 quand j'ai gueulé, percuté l'arme et percuté le mec, j'ai pu créer un flottement suffisant pour sortir du véhicule en plongeant au sol et en roulant vers la roue arrière sans me prendre de balle dans des parties trop vitales (une fois ou deux sur les pieds et le bas des jambes, une seule fois dans le flanc parce que mon futal s'est coincé dans le levier du frein à main) ;

2) 8 fois sur 10 aussi, quand j'ai fait le canard, supplié, puis explosé en percutant l'arme, puis en percutant au visage, puis en sautant dessus pour le défoncer avec les coudes, j'ai eu l'avantage total.  Et pourtant il avait un casque de hockey avec grille et tout...

Bref, je pense qu'il ne faut pas non plus oublier que le gars est lui aussi en milieu clos, et que de se retrouver avec un fou furieux qui cherche visiblement à lui bouffer le coeur produit chez l'agresseur le même effet que sur nous : il se sent pris au piège dans un mixeur...  

Je pense que de chercher à utiliser une arme à tout prix dans un milieu confiné est une erreur.  Pour déployer une arme, il faut de la distance et du temps, ce qu'on n'a pas, par définition, dans ce contexte.  

Moralité, pour moi la MOINS MAUVAISE solution, c'est pas de désarmer le mec, c'est de dé-mecquer l'arme ;#

Ceci dit, c'est facile à l'entraînement, sans trop de stress et avec un airsoft...  et non, j'ai jamais eu à le faire en vrai avec une vraie arme et un vrai méchant dans un véhicule.  Donc à prendre avec le recul nécessaire, svp.

David
"Grand, gros, lourd, sale, fort et bête" ;)

Stages survie CEETS

12 octobre 2011 à 10:43:16
Réponse #31

Bomby


(...)
Pour avoir un peu travaillé ce scénario avec un pote et un airsoft, j'en suis venu aux conclusions suivantes, qui sont valables pour MOI, mais pas nécessairement assez pour en faire une règle, hein, on est d'accord  :

1) 8 fois sur 10 quand j'ai gueulé, percuté l'arme et percuté le mec, j'ai pu créer un flottement suffisant pour sortir du véhicule en plongeant au sol et en roulant vers la roue arrière sans me prendre de balle dans des parties trop vitales (une fois ou deux sur les pieds et le bas des jambes, une seule fois dans le flanc parce que mon futal s'est coincé dans le levier du frein à main) ;

2) 8 fois sur 10 aussi, quand j'ai fait le canard, supplié, puis explosé en percutant l'arme, puis en percutant au visage, puis en sautant dessus pour le défoncer avec les coudes, j'ai eu l'avantage total.  Et pourtant il avait un casque de hockey avec grille et tout...

(...)

Moralité, pour moi la MOINS MAUVAISE solution, c'est pas de désarmer le mec, c'est de dé-mecquer l'arme ;#
(...)

David

Euh, David, tu as certainement raison de rester prudent sur les conclusions que tu en tires... Je ne sais pas quel est le gabarit de ton pote avec lequel tu as fait ce drill, mais vu ce que je perçois de ton gabarit, ça doit quand même beaucoup aider sur un tel scenario... Personnellement, j'ai testé à peu près ça avec un plastron nettement plus "musclor" que moi et je n'ai pas eu tout à fait les mêmes statistiques (ce qui, en soi, ne prouve d'ailleurs rien, hein...) En milieu confiné, sans appui sur les jambes, sans élan et donc sans beaucoup de possibilité de lancer tout le corps à l'assaut, ça me semble quand même plus compliqué de compenser les différences de gabarit...

Quant à sortir du véhicule après avoir créé un flottement, encore faut-il me semble-t-il avoir résolu le problème de la ceinture de sécurité avant d'attaquer pour créer le flottement... Autrement, il me semble qu'on s'expose considérablement...

Sinon, pour ce qui est de "démecquer" l'arme plutôt que de désarmer le mec, on en revient finalement encore une fois à un principe assez général et de bon sens, me semble-t-il...

Mais, encore une fois, faire un "drill" comme celui montré ici en vidéo n'est pas forcément une mauvaise chose pour s'en convaincre...

Autre point, je relève que tu évoques le fait de "gueuler"... Je crois que c'est important pour faire basculer la surprise et l'appréhension et qu'on l'oublie trop souvent...  Je me souviens notamment d'un entraînement où l'on devait mordre l'agresseur en criant (pas besoin d'ailleurs de mordre vraiment à l'entraînement, il suffit de poser les dents sur la cible) : la différence avec ou sans le cri "bestial" accompagnant la morsure était vraiment saisissante...

Cordialement,

Bomby

12 octobre 2011 à 11:40:07
Réponse #32

Patrick


Je ne sais pas trop en fait si ce drill est très pertinent car proche d ela réalité du péquin qui essaye de sauver sa peau de façon quasi réflexe mais très éloigné de ce qu'il faudrait faire pour un utilisateur avertit.

Je m'explique avec deux partenaires qui savent ce qui va se passer c'est clinch intra voiture only avec pouillage tel que démontré jusqu'à ce qu'un des deux touche un organe avec un des tirs. Au passage, il m'a semblé noter que les billes d'airsoft dans la rate et le rein ne font pas grand mal à notr défenseur qui lutte pendant trois minutes avant de fumer le méchant. Dans la vraie vie, ça affaiblit un poil même si ça peu aussi motiver à ne pas crever.

Dans une action réelle, il me semble que nous allons d'abord créer un climat de soumision apparente pour traquiliser le BG sur son pouvoir et favoriser la survenance d'une erreur de vigilance que nous allons alors exploiter en déviant l'arme de la dead line et percuter ou impacter avec un stylo, tournevis ou autre gorge et yeux du mec jusqu'à ce qu'il ne soit plus en état de nuire. Donc beaucoup de judo verbal et de tactique pour espérer passer ensuite des actions décisives.

12 octobre 2011 à 11:44:30
Réponse #33

Moleson


Je ne sais pas trop en fait si ce drill est très pertinent car proche d ela réalité du péquin qui essaye de sauver sa peau de façon quasi réflexe mais très éloigné de ce qu'il faudrait faire pour un utilisateur avertit.

Je m'explique avec deux partenaires qui savent ce qui va se passer c'est clinch intra voiture only avec pouillage tel que démontré jusqu'à ce qu'un des deux touche un organe avec un des tirs. Au passage, il m'a semblé noter que les billes d'airsoft dans la rate et le rein ne font pas grand mal à notr défenseur qui lutte pendant trois minutes avant de fumer le méchant. Dans la vraie vie, ça affaiblit un poil même si ça peu aussi motiver à ne pas crever.

Dans une action réelle, il me semble que nous allons d'abord créer un climat de soumision apparente pour traquiliser le BG sur son pouvoir et favoriser la survenance d'une erreur de vigilance que nous allons alors exploiter en déviant l'arme de la dead line et percuter ou impacter avec un stylo, tournevis ou autre gorge et yeux du mec jusqu'à ce qu'il ne soit plus en état de nuire. Donc beaucoup de judo verbal et de tactique pour espérer passer ensuite des actions décisives.
Là j'ai exemple réel qui ne se passe pas dans un véhicule mais dans la distance de mauvaise haleine et qui contient absolument tous les problèmes et possibilités de partir en c*u!lle lorsque deux armes à feu sont impliqués. Une très bonne base d'analyse:

http://www.ar15.com/forums/t_1_5/988015_My_CCW_Shooting_AAR__Now_with_Moar_Graphic_Pics_on_pg_29_and_30.html&page=1

Moléson

12 octobre 2011 à 11:53:50
Réponse #34

DavidManise


En milieu confiné, sans appui sur les jambes, sans élan et donc sans beaucoup de possibilité de lancer tout le corps à l'assaut, ça me semble quand même plus compliqué de compenser les différences de gabarit...

J'étais plus fort que mon partenaire, mais la tendance est restée la même quand on a inversé les rôles.  Le point critique étant de ne pas focaliser sur l'arme, mais bien sur les percussions et les hurlements.  Faire mal et faire peur.  Saturer le cerveau d'infos.

C'est un mec, il peut pas subir, analyser, morfler, se dire qu'est-ce que je fous là, et viser en même temps...

Autrement dit, force contre force, tu as entièrement raison.  Mais force contre oeil, ça change la donne ;)

Concrètement, plus la différence de force est grande, moins tu veux passer de temps à lutter avec ton gars, et plus vite tu veux passer de la lutte au combat au sol.  Ca veut dire percussions, percussions, percussions, avec tous les outils dont tu disposes sur les zones les plus sensibles possible.  Yeux, gorge, oreilles.  

Le shredder est aussi un excellent outil dans ce contexte, si tu arrives à caler la tête du blaireau dans le coin entre la portière et le siège pour l'empêcher de reculer alors que tu maintiens l'arme dans une direction safe autant que possible.

Evidemment, d'avoir plus de force dans la partie haute du corps va aider, mais pas tant que ça si tu ne peux pas utiliser ton poids pour appuyer et déstabiliser l'autre.  C'est la capacité à créer des impacts à courte distance qui change tout, et ça c'est surtout de la technique.  

Citer
Quant à sortir du véhicule après avoir créé un flottement, encore faut-il me semble-t-il avoir résolu le problème de la ceinture de sécurité avant d'attaquer pour créer le flottement... Autrement, il me semble qu'on s'expose considérablement...

Tafdak.

Citer
Autre point, je relève que tu évoques le fait de "gueuler"... Je crois que c'est important pour faire basculer la surprise et l'appréhension et qu'on l'oublie trop souvent...  Je me souviens notamment d'un entraînement où l'on devait mordre l'agresseur en criant (pas besoin d'ailleurs de mordre vraiment à l'entraînement, il suffit de poser les dents sur la cible) : la différence avec ou sans le cri "bestial" accompagnant la morsure était vraiment saisissante...

Oui.  Ca me rappelle une fois dans une boîte où je bossais.  Un mec que je venais de malmener un peu et dont le manque de motivation luttait avec la pression sociale venait vers moi le poing en l'air.  Quand il est arrivé tout près, je me suis juste avancé rapidement vers lui en hurlant.  Ca l'a stoppé net.

Tout le monde s'est marré, bien sûr ;#

Mais ça fonctionne.  C'est câblé en dur en nous.  Faut vraiment beaucoup de travail de désensibilisation pour ne plus être sensibles aux hurlements/grognements sauvages d'un mec qui est en train de nous arracher un oeil et de nous mordre le bras en même temps, d'autant plus dans un milieu clos d'où on ne peut pas s'extraire...

Ciao ;)

David
"Grand, gros, lourd, sale, fort et bête" ;)

Stages survie CEETS

12 octobre 2011 à 12:06:03
Réponse #35

** Serge **


Au passage, il m'a semblé noter que les billes d'airsoft dans la rate et le rein ne font pas grand mal à notr défenseur qui lutte pendant trois minutes avant de fumer le méchant. Dans la vraie vie, ça affaiblit un poil même si ça peu aussi motiver à ne pas crever.

Un des principes fondamentaux, en entrainement, sera de ne jamais suivre la courbe logique induite par d'hypothétiques dégâts causés par un adversaire et, donc,  de se faire acteur d'une possible souffrance, ou de dommages subis.

Non pour s'écarter de toute vraisemblance, de toute réalité, mais bien pour imprimer ( to ingrain ) des ancrages et un mindset.

Forward drive, never give up, fight 'til the fight is done.

L'entrainement ne singe pas une réalité, mais reste un outil pour modeler quelqu'un et son esprit.

Je souligne encore une fois que, souvent, les acteurs de ces films sont hors du commun civil. Ce sont des agents des forces l'ordre, souvent spécialisés : FBI, SWAT team, DEA, ATF, etc ...

Leur vie professionnelle les a formatés de manière à lutter énergiquement pour garantir la rétention de l'arme de service, et pour mettre fin à l'attaque, par tous les moyens.
Donc, de manière massive, l'ECQC Evo doit s' engager à leur faire désapprendre afin qu'ils réapprennent, au mieux.

Le port du casque FIST ( comme l'entrainement au Bulletman ) a tendance à orienter l'exercice. C'est malheureusement le travers incontournable induit par le port de protections sortant de l'ordinaire.

Ce(s) document(s) n'est ( ne sont ) pas placé( s ) ici pour poser un type précis d'entrainement comme étant une référence unique dans le domaine, mais bien et simplement pour permettre de visualiser, pratiquement, ce qu'il peut se passer dans un espace excessivement réduit afin d'imaginer tout ce qui peut mal ( de notre point de vue de victime ) se dérouler.

C'est un support pédagogique, pas une méthode à Mimile.
Ni un support de what if's.

D'une manière personnelle, mon expérience de la chose m'a apporté deux constatations déjà soulignées par d'autres :

- le couteau est l'arme de perfection en cet espace ( mais, bonjour le déploiement )
- il faut se focaliser sur le CNS de l'agresseur & sur la manière la plus rapide de sortir de cet espace infernal
« Modifié: 12 octobre 2011 à 12:14:16 par ** Serge ** »
"The quality of your life is a direct reflection of the quality of your communication with yourself and others." - Anthony Robbins
http://jahozafat.com/0029585851/MP3S/Movies/Pulp_Fiction/dicks.mp3
"Communications without intelligence is noise; Intelligence without communications is irrelevant." ~ Gen. Alfred. M. Gray, USMC

12 octobre 2011 à 12:14:01
Réponse #36

DavidManise


Un des principes fondamentaux, en entrainement, sera de ne jamais suivre la courbe logique induite par d'hypothétiques dégâts causés par un adversaire et, donc,  de se faire acteur d'une possible souffrance, ou de dommages subis.

Non pour s'écarter de toute vraisemblance, de toute réalité, mais bien pour imprimer ( to ingrain ) des ancrages et un mindset.

Forward drive, never give up, fight 'til the fight is done.

L'entrainement ne singe pas une réalité, mais reste un outil pour modeler quelqu'un et son esprit.

Je souligne encore une fois que, souvent, les acteurs de ces films sont hors du commun civil. Ce sont des agents des forces l'ordre, souvent spécialisés : FBI, SWAT team, DEA, ATF, etc ...

Leur vie professionnelle les a formatés de manière à lutter énergiquement pour garantir la rétention de l'arme de service, et pour mettre fin à l'attaque, par tous les moyens.
Donc, de manière massive, l'ECQC Evo doit s' engager à leur faire désapprendre afin qu'ils réapprennent, au mieux.

Tafdak pour ce qui est du "good guy" dans les scénari.  En même temps, un bon partenaire d'entraînement va, lui, savoir perdre pour donner un feedback réaliste et, justement, développer la confiance nécessaire pour le développement du bon mindset chez celui qu'il entraîne.

Un bon partenaire d'entraînement, sachant doser la résistance et sachant perdre de la bonne manière au bon moment est extrêmement difficile à trouver.

David
"Grand, gros, lourd, sale, fort et bête" ;)

Stages survie CEETS

12 octobre 2011 à 12:17:54
Réponse #37

** Serge **


Très difficile à obtenir, de manière probante.

On observe la tendance à créer deux supports d'entrainement : le réaliste, qui permet la visualisation, la pose de bons principes, de techniques, de tactiques, etc ...
Le ' moins ' réaliste qui travaille les ancrages, le triggering, le mindset.
"The quality of your life is a direct reflection of the quality of your communication with yourself and others." - Anthony Robbins
http://jahozafat.com/0029585851/MP3S/Movies/Pulp_Fiction/dicks.mp3
"Communications without intelligence is noise; Intelligence without communications is irrelevant." ~ Gen. Alfred. M. Gray, USMC

12 octobre 2011 à 12:35:28
Réponse #38

Bomby


Tafdak pour ce qui est du "good guy" dans les scénari.  En même temps, un bon partenaire d'entraînement va, lui, savoir perdre pour donner un feedback réaliste et, justement, développer la confiance nécessaire pour le développement du bon mindset chez celui qu'il entraîne.

Un bon partenaire d'entraînement, sachant doser la résistance et sachant perdre de la bonne manière au bon moment est extrêmement difficile à trouver.

David

Puisqu'on part dans une réflexion pédagogique sur la difficulté de doser de façon adéquate ce que j'appellerais volontiers le caractère "non-coopératif" des drills, avez-vous, les uns ou les autres, des expériences intéressantes sur le procédé qui consiste à recourir à un tiers (éventuellement muni d'un sifflet, ce qu'on voit parfois) pour "arbitrer la fin de la partie" ?

Que ce soit pour des raisons de sécurité ou pour dégager une issue constructive (sur le mindset) du drill effectué, l'idée semble intéressante, mais personnellement, je ne l'ai jamais testée de façon conceptualisée et systématisée (seulement de façon empirique : "stop les gars, ça suffit" suivi de "vous allez vous blesser")...

Je suppose que si on systématise un peu les choses, le tiers "arbitre" doit quand même avoir une certaine expérience et un bon coup d’œil pour que ceci soit pertinent...

Autre point toujours délicat, même avec des casques de protection bien conçus, je reste personnellement circonspect devant la possibilité de frapper à fond, même à courte distance...

Avec des impacts sur casques appuyés mais pas trop, on sonne déjà (à l'entraînement s'entend!)  a priori suffisamment le partenaire pour le déborder... En "envoyant à fond", on augmente quand même beaucoup les risques de trauma crânien ou pour les cervicales...

Merci d'avance à ceux qui auraient des avis complémentaires ou différents sur la question.

David, quant tu faisais ton drill avec ton pote, à coups de coudes sur un casque de hockey, tu retenais tes coups ?

Cordialement,

Bomby

12 octobre 2011 à 12:50:37
Réponse #39

DavidManise


David, quant tu faisais ton drill avec ton pote, à coups de coudes sur un casque de hockey, tu retenais tes coups ?

Je suis plus vicieux que ça.

Au début je retenais mes coups et il ne jouait pas le jeu.  J'ai expliqué que s'il ne réagissait pas, j'allais augmenter la pression jusqu'à ce qu'il réagisse.  Il a dit ok, il a recommencé à ne pas réagir aux frappes, même celles qui auraient pu le mettre KO si j'avais pas retenu.  Ca m'a gavé, du coup on a refait encore... et j'ai pas "vraiment très très bien retenu mes coups" pendant quelques secondes (j'ai fait gaffe à ses cervicales quand même, je n'ai appuyé les coups que quand son occiput était en appui).  Il est sorti de la caisse, sonné, il m'a regardé un peu surpris...  j'ai fait "tu vois ce que je veux dire ?  Là j'étais à 50%.  C'était pour pas que tu sois obligé de faire semblant...  tu veux que je redescende d'un cran ?"...

Il a dit oui ;#

David
"Grand, gros, lourd, sale, fort et bête" ;)

Stages survie CEETS

12 octobre 2011 à 12:59:45
Réponse #40

Moleson


Un des principes fondamentaux, en entrainement, sera de ne jamais suivre la courbe logique induite par d'hypothétiques dégâts causés par un adversaire et, donc,  de se faire acteur d'une possible souffrance, ou de dommages subis.

Non pour s'écarter de toute vraisemblance, de toute réalité, mais bien pour imprimer ( to ingrain ) des ancrages et un mindset.

Forward drive, never give up, fight 'til the fight is done.

L'entrainement ne singe pas une réalité, mais reste un outil pour modeler quelqu'un et son esprit.
Surtout que ça reste hypothétique.

Dans le lien plus haut que j'ai donné. Le gentil à pris une balle dans la main droite, une dans la main gauche, une dans le thorax qui est ressortie par le bras (vous pourvez consulter les photos). En dépit de ses blessures il a continué à se battre, a complètement raté de deux coups de feu le BG qui est parti en courant.

Donc c'est pas si faux l'idée de continuer.
Citer
Je souligne encore une fois que, souvent, les acteurs de ces films sont hors du commun civil. Ce sont des agents des forces l'ordre, souvent spécialisés : FBI, SWAT team, DEA, ATF, etc ...
Et là il s'agit d'un juriste et pas d'une machine à se battre. Comme quoi...


Moléson

19 octobre 2011 à 10:36:28
Réponse #41

** Serge **


In the VCAST class I'm spending the first half of the second full day on a technical VBJJ module. I've done this because I note that many of the senior members are still having a difficult time transitioning orthodox BJJ into a WBE and a confined space.

Flash was able to send some pretty good video of me coaching some students during the NH class and I thought it would be a good idea to post for two reasons.

First the training group thread got me thinking about how everyone is training outside of coursework. Guys if all we're doing is straight mat jits, then that's just not going to cut it. You have to get the weapons out and change the environment. Translating BJJ into a vehicle changes it almost to the point where it's probably more like rock climbing than jiu-jitsu. Remember guys BJJ is a means to an end for a multi-disciplinary practitioner.

Secondly to give you guys a chance to try and learn how to coach yourselves a bit more. The best way to do this without a T-rex present is to use Cecil's method of the non-competitive roll. I know for me personally when Cecil introduced that concept with that terminology it really resonated with me and helped sharpen the template that he was trying to impart. So the pace is really what allows everyone to develop technically. Note the pace during the vids.

So watch and pay attention to the pacing and how the environment changes the game.


Craig Douglas - 2011 - © Shivworks

<a href="http://www.youtube.com/v/0YPWQX4_ppI?" target="_blank" class="new_win">http://www.youtube.com/v/0YPWQX4_ppI?</a>

<a href="http://www.youtube.com/v/i7siYi4xxHs?" target="_blank" class="new_win">http://www.youtube.com/v/i7siYi4xxHs?</a>

<a href="http://www.youtube.com/v/p2fpFU8Mzd8?" target="_blank" class="new_win">http://www.youtube.com/v/p2fpFU8Mzd8?</a>

<a href="http://www.youtube.com/v/FITkZOpouiA?" target="_blank" class="new_win">http://www.youtube.com/v/FITkZOpouiA?</a>

<a href="http://www.youtube.com/v/_Po2KltilhA?" target="_blank" class="new_win">http://www.youtube.com/v/_Po2KltilhA?</a>
« Modifié: 19 octobre 2011 à 12:35:11 par ** Serge ** »
"The quality of your life is a direct reflection of the quality of your communication with yourself and others." - Anthony Robbins
http://jahozafat.com/0029585851/MP3S/Movies/Pulp_Fiction/dicks.mp3
"Communications without intelligence is noise; Intelligence without communications is irrelevant." ~ Gen. Alfred. M. Gray, USMC

19 octobre 2011 à 14:48:56
Réponse #42

Dje


"Lentement c'est plus vite que vite"  ;)

Merci Serge pour cette suite de vidéo qui ré-éclaire la première. Pédagogie quand tu nous tiens !

Djé

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité