Nos Partenaires

Auteur Sujet: Avec quoi travaillez-vous les os ?  (Lu 14990 fois)

09 octobre 2011 à 09:50:27
Lu 14990 fois

Karto


Salut :)

Avec quoi sculptez vous les os (si vous me dites "une Dremel" ça me va comme réponse, mais j'en n'ai pas :) ) ? Y a-t-il des racourcis qui permettent de travailler plus vite sans compromettre la dureté de l'os une fois qu'on a fini ?

J'ai un épais os de boeuf que je souhaite mettre en forme pour un projet ultra-secret, et je suis impressionné par la dureté du matériau sous les dents de ma scie à métaux. Je vais continuer le boulot, mais en attendant ça peut faire l'occasion d'apprendre des astuces :)

Merci !


(rien trouvé de pertinent sur le forum)
« Modifié: 09 octobre 2011 à 11:43:37 par Karto »
Celui qui est arrivé au bout peut recommencer : la fin c'est le début de l'autre côté.

09 octobre 2011 à 10:19:01
Réponse #1

jeanluc


Salut Karto
Je confirme que c'est dur ,mais moins que le bois de renne! :lol:
Le peu que j'ai travaillé dessus c'est bien sur au dremmel,mais aussi avec la scie/lime à metaux du Wave ou de la pince Victorinox;avec des petites limes à metal ,papier abrasif de differents grains
Pour sculpter en surface ,je n'ai pas essayé,mais je pense que les ciseaux à bois devraient faire l'affaire
Ce n'est pas un materiau facile ,mais çà gfait de jolie choses,surtout melangé avec cuir ,bois de cerf,ou même bois d'arbre
Pour les trous ,je pense qu'à defaut de dremmel,une chignole à main devrait le faire
Voilà ma maigre experience :)

09 octobre 2011 à 10:34:03
Réponse #2

bidon


Scie à métaux et lime électrique pour dégrossissage de la forme. Papier de verre ensuite pour lisser. Ensuite crayon ou feutre pour marquer le dessin. Ensuite Dremel. Mais c'est pas facile de faire des motifs réguliers. En général je fais un test sur un morceau à jeter et éventuellement je modifie les motifs si je vois que j'ai été trop prétenambitieux.

09 octobre 2011 à 10:43:48
Réponse #3

Karto


OK, merci :)
Donc y'a pas de technique du genre vinaigre ou chaleur, qui préserve la dureté de l'os derrière ?

Là en fait, pour le contexte, je fais un nouveau sillet pour ma guitare... Celui d'origine en plastique s'est fendu sous la pression des cordes, et il avait des dimensions pas standard du tout. Du coup y'a pas besoin de faire des motifs, mais de bonnes lignes droites précises et bien préserver la dureté.

J'ai un placard à outils plutôt bien fourni, mais pas de Dremel :)
Bon bin je continue à la scie à métaux...  ;D
Celui qui est arrivé au bout peut recommencer : la fin c'est le début de l'autre côté.

09 octobre 2011 à 11:08:01
Réponse #4

jeanluc


N'oublie pas de bien faire bouillir LONGUEMENT ton nonosse  avant de l'utiliser ,çà fera partir toute  particule de chair/graisse qui pourrait rester ,çà preserve la dureté et ton os ne risquera pas de puer ou de pourrir
Pour l'usage que tu envisage ,je pense que l'abrasif (à grain de plus en plus fin) fixé sur un morceau de bois bien plan ,devrait faire l'affaire et l'huile de coude!!!!! ;D
Pour les passages de cordes,je ne vois que la scie à metaux (lame neuve)

09 octobre 2011 à 11:21:38
Réponse #5

Berhthramm


la scie fil de bijoutier marche bien et permet de faire des découpes compliquée.

:)

le papier de verre reste un incontournable.

:)

Je sature le spongieux à la cyano.

:)

09 octobre 2011 à 12:23:30
Réponse #6

Maximil


Attention, il n'existe pas de "dureté de l'os" en général mais des os. On peut avoir des densités bien différentes suivant l'animal et sa vie.
Scie fil, dremel et lime de modelisme pour moi. Idem que berhtramm en fait ;)
Fabrication maison de stylo-plume , roller , bouchons de bouteilles , kubotan , koppo-stick etc... http://maximil.chez-alice.fr/index.htm
Photographies de Maximil
Patines de chaussures de Maximil

09 octobre 2011 à 16:09:46
Réponse #7

modl


Beaucoup de dremel aussi, parfois un simple gros clou (pour passer et repasser au même endroit).
Ponceuse à bande pour mettre les plaquettes en joli (après la scie à métaux). La caller à l'envers, et faire gaffe à ses doigts (surtout les ongles).
Ponçage de plus en plus fin (j'ai fini un manche de couteau au 1000). C'est joli, ça a un côté ivoire sympa.
Pour ton sillet, je te conseille un os genre pot-au-feu, passage dans une casserole avec de la lessive de soude, frémissement pendant une heure au moins, et dehors si tu peux (ça pue que c'est pas croyable...), rinçage à l'eau fraiche. Tu auras un os tout blanc. Contrairement à Maximil ou Berthramm, je vire les parties spongieuses. Ensuite, tu te coupes un petit carrelet tout beau (en prenant large), et tu ponces avec le papier de verre posé sur une surface plane (c'est l'os dans ta mimine qui bouge quoi  ;D).
Une fois les dimensions atteintes, tu calles et tu coupes doucement le passage des cordes (assez d'accord avec la scie à métaux aussi). Ensuite, papier de verre plié en deux, et tu ponces le passage des cordes...
Heureux les fêlés, ils laissent passer la lumière...

09 octobre 2011 à 16:47:05
Réponse #8

Karto


Attention, il n'existe pas de "dureté de l'os" en général mais des os. On peut avoir des densités bien différentes suivant l'animal et sa vie.

Bin oui, évidemment, comme il n'y a pas de "dureté du métal" ou de "dureté du bois"... Quand je dis "préserver la dureté de l'os", je veux dire "trouver un procédé qui ne ramollisse pas le matériau". J'ai d'ailleurs rayé différentes parties avec un clou pour trouver l'endroit le plus dur, parce qu'on voit bien deux matériaux différents dans l'épaisseur.

J'aurais imaginé qu'il y ait des moyens de ramollir l'os temporairement.

Ensuite, tu te coupes un petit carrelet tout beau (en prenant large), et tu ponces avec le papier de verre posé sur une surface plane (c'est l'os dans ta mimine qui bouge quoi  ;D).
Une fois les dimensions atteintes, tu calles et tu coupes doucement le passage des cordes (assez d'accord avec la scie à métaux aussi). Ensuite, papier de verre plié en deux, et tu ponces le passage des cordes...

Yep, je comptais pas faire autrement :) J'en suis au quatrième trait de scie à métaux (déjà émoussée avant de commencer le premier trait) ;D

Ca prendra donc le temps que ça prendra, par petites étapes de temps en temps, sinon je perds patience :D
Celui qui est arrivé au bout peut recommencer : la fin c'est le début de l'autre côté.

09 octobre 2011 à 16:52:21
Réponse #9

Loriot


Bon je réponds un peu tard et du coup a coté vu ce que tu veux faire, mais ça peux servir.
A l'époque je voulais faire des pointes de flèches en os. Pas de dremel pas de tour, j'ai donc débité des os a moelle (cuits et suçoter) a la hache au sections voulue, ensuite j'ai tourné mes pointes en les callant dans le mandrin de la perceuse, et en attaquant au papier de verres. Résultat plus que correct.

Sinon c'est vrai que la ponceuse a bande est redoutable!
Quand le sage désigne la lune, l'idiot regarde le doigt

09 octobre 2011 à 17:34:23
Réponse #10

jeanluc


Je vois que tous ont à peu près les mêmes types d'action :D,un petit detail neanmoins,il me semble utile,voire important,de porter un MASQUE ,la poussière d'os ,çà pue ,grave comme diraient nos djeuns,et çà ne semble pas très compatible au long terme avec la santé de nos petits poumons :o

11 octobre 2011 à 12:12:27
Réponse #11

Berhthramm


si tuas besoin d'un os trés épais et trés dur --> le fémur de cheval est nikel et assez facile à trouver, le boeuf fait aussi l'affaire...


11 octobre 2011 à 12:13:32
Réponse #12

Berhthramm


si tu as besoin d'un os trés épais et trés dur --> le fémur de cheval est nikel et assez facile à trouver, le boeuf fait aussi l'affaire...



11 octobre 2011 à 12:37:17
Réponse #13

Karto


si tuas besoin d'un os trés épais et trés dur --> le fémur de cheval est nikel et assez facile à trouver, le boeuf fait aussi l'affaire...

Si señor, c'est surtout la dureté qui m'intéressait, du coup j'ai fait ça ce week-end avec un os de boeuf. Le résultat est nickel.

Ca empêche pas de continuer cette conversation.
Quels os pour quels usages ? Quelles duretés / propriétés particulières ?
Quels sont les risques pour la santé, à part la poussière dans les poumons ?
etc... !
J'ai l'impression que vous êtes plein à avoir de l'expérience avec ça, et on en a très peu parlé sur le forum, alors SVP lâchez vous !
Si du bon contenu en sort, je wikifierai ;) Alors il faut des infos spécifiques ! Le coup de "avec une scie à métaux on peut couper ou faire des entailles", c'est un peu trop général ;)
Celui qui est arrivé au bout peut recommencer : la fin c'est le début de l'autre côté.

11 octobre 2011 à 12:38:38
Réponse #14

L'Yéti


Salut,

En plus des limes à métaux, j'utilise une lime à bois (c'est un peu comme pour le papier de verre, le grain est juste plus gros  :) ), ça emporte plus de matière. Je précise que la lime à bois me sert pour vider l'intérieur qui parait "gras" qui reste encore après le spongieux.

Une petite question sur la dureté, beaucoup disent qu'il faut le faire bouillir pour conserver la "dureté", j'avais entendu le contraire justement ?

A+
L'Yéti.

11 octobre 2011 à 14:51:28
Réponse #15

Berhthramm


la poussière d'os ou de bois c'est pas tellement dans les poumons que ça craint, elle s'arrête avant... Le cancer des sinus est au tableau des maladies professionnelles de l'industrie du bois.

:)


18 novembre 2011 à 08:30:00
Réponse #16

inzemix


Jamais travaillé l'os pour en faire quelque chose, mais au taf, on coupe très souvent des os, et ben, ca pues... je crois que c'est un truc que je pourrai pas travailler a l'atelier tellement ca me rappellerai le boulot... Sinon, les scies qu'on utilisent pourraient servir a couper un matériau a mi chemin entre métal et bois dur (pour la dureté), les mèches sont des mèches de la même forme que les mèches a métaux (pas type mèche a bois ! )

18 novembre 2011 à 09:24:56
Réponse #17

Lolo94


...
Une petite question sur la dureté, beaucoup disent qu'il faut le faire bouillir pour conserver la "dureté", j'avais entendu le contraire justement ?

A+
L'Yéti.

L'os est complexe, il tire sa solidité de l'association d'une structure calcifiée rigide mais cassante, et du collagène plus élastique, exactement comme un composite fibre de verre/résine.

L'eau bouillante dissout le collagène, ce qui pourrait le fragiliser (comme d'autres traitements), mais, c'est lent et progressif. Pour un os bien dense, je n'ai pas vu de dégradation après deux heures à l'eau bouillante, ça le nettoie juste.

Mais on voit souvent de l'os très blanc et fragile, à la fois de mauvaise qualité à la base, trop nettoyé et trop blanchi.

Jamais travaillé l'os pour en faire quelque chose, mais au taf, on coupe très souvent des os, et ben, ca pues... je crois que c'est un truc que je pourrai pas travailler a l'atelier tellement ca me rappellerai le boulot... Sinon, les scies qu'on utilisent pourraient servir a couper un matériau a mi chemin entre métal et bois dur (pour la dureté), les mèches sont des mèches de la même forme que les mèches a métaux (pas type mèche a bois ! )
L'odeur reste faible si on utilise des outils à main: moins d'échauffement ; et avec un bon masque on sent presque rien.

22 février 2012 à 11:49:45
Réponse #18

L'Yéti


Merci pour ta réponse Lolo94.

28 février 2012 à 22:24:43
Réponse #19

dremmwel


J'ai fait des essais sur de la corne de cerf au tour dernièrement. Pas très difficile à travailler je trouve, je m'attendais à bien pire... Mes gouges en acier rapide n'ont pas trop souffert en tout cas.

Par contre je suis très vite tombé sur la partie spongieuse de l'os, vraiment pas très belle. J'ai lu stabilisé à la cyano? Pour quel rendu esthétique? D'autres avis, essais,...?

Et le port du masque à poussière, indispensable  ;)

28 février 2012 à 22:58:31
Réponse #20

corbak


L'os et la corne sont des matériaux utilisé en tabletterie, un vrai Métier, avec ses outils et ses astuces.

http://books.google.fr/books?id=M-xTAAAAYAAJ&pg=PA40&lpg=PA40&dq=outils+du+tabletier&source=bl&ots=mrCsWeJOvO&sig=7tEmKCLi_a5kGnH14q-JlBirKkw&hl=fr&sa=X&ei=u0tNT7TiAqKR0AXWhOXMAw&redir_esc=y#v=onepage&q=outils%20du%20tabletier&f=false

Pas mal de détails sur le travail de la corne, moins sur l'os ou l'ivoire, qui je pense doit se travailler de la même façon.



 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité