Nos Partenaires

Auteur Sujet: Piégeage ... leptospirose ... et ragondins.  (Lu 21496 fois)

15 décembre 2007 à 09:04:55
Lu 21496 fois

mazzeru


Salut,

Depuis quelques jour, avec l'arrivée du froid vif, je prends tous les matins la route de mes souvenirs de Jack London.

Le propriétaire d'un étang récemment construit à proximité d'un autre étang plus ancien s'est apperçu du fourmillement de ragondins qui minent et sapent les berges.
Vu que cet étang ancien n'est pas sa propriété, il s'est arrangé avec le propriétaire des lieux afin que deux piégeurs agréés interviennent pour réguler cette population très importante.
Après la paperasse indispensable et les déclarations en mairie ... nous voilà partis ...

Par ailleurs, vu qu'il posséde des chevaux au bord de l'eau de son voisin, et qu'il semblerait que la lepospirose soit transmissible au cheval, c'est aussi une opération de prudence.

Etant piégeur agréé, je n'avais jamais piégé le ragondin et j'en ai donc profité pour accompagner un vieux routard du piégeage qui a tout à m'apprendre.

Il piége au conibear 21 X 21 (piéges impressionnants)avec des carottes qu'il épluche soigneusement avant de les embrocher sur les deux tiges du conibear.
(on peut aussi utiliser des cages, mais celà prend plus de temps)
Ceux ci sont disposés directement au bord de l'eau ( approche en barque) et maintenus droit avec deux tiges de métal d'environ 1 métre enfoncés dans le berge.

Observation du milieu, crottes de ragondins ... passages ... traces ...

Choix du positionnement des piéges....

Le premier matin, avant midi, 5 ragondins étaient déjà pris. Trois d'entre eux étaient à moitié dévorés par les rats et un gros n'avait déjà plus de tête.
Il faut dire que l' étang ressemble plutot à un cloaque, et j'imagine à peine quelqu'un faisant un malaise au bord de l'eau.
Au matin, il ne serait pas beau à voir si j'en juge l'état des ragondins qui n'ont passé qu'une petite nuit au bord de l'eau.

J'ai été impressionné de prime abord par la taille de ces bêtes. Il parrait qu'elle se mangent, mais vu les précautions de mon ami piégeur pour les manipuler, je ne me risquerais pas à en manger un seul morceau. :'( calà dit, si je n'avais rien d'autre à crouter, il suffirait m'a t on dit, de cuire soigneusement la bête à plus de 60% pour qu'elle ne présente plus de risques.

Le ragondin est un cousin du castor. Il mange de l'herbe et des ecorces, mais ne coupe pas les arbres comme son cousin à queue plate. Il sent très fort.
Il se reproduit très vite, et les digues du rhône ont vite été minée, en camargue, par ce sympathique animal. Je crois qu'il en est de même pour la loire.
Bon, voilà, je voulais vous raconter cette expérience de trappe originale.

PS : Pas de photos, pour ne pas choquer les sensibilités. :closedeyes:






15 décembre 2007 à 10:11:49
Réponse #1

turbovince


le ragondin est une cible très prisée des chasseurs à l'arc.
Certains en font des rillettes, il paraît que c'est bon...
"Le préalable de l'aventure, c'est la petite flamme que l'on a en soi"
Alain Colas

15 décembre 2007 à 10:20:08
Réponse #2

bloodyfrog


Merci pour ce récit Mazzeru... :)

Je vois tous les jours ou presque une colonie de ragodins, qui a élu domicile le long d'une petite rivière, elle même bordé de jardins ouvriers...
Ceux là ont l'air appétissants, mais ils sont nourris aux épluchures de courgettes et autres et doivent leur teint frais à leur alimentation bio... :)

Ca se consomme en effet bouilli ou cuisiné en paté par exemple...(et c'est bon! :))

Je doute pas de l'efficacité des conibears, pour en avoir manipulé... Faut mieux regarder ce qu'on fait si on veut pas y laisser la main...



Sans ce piège, la chasse/piègage du ragondin est un sport, car l'animal est très coriace et combatif.
Il est chassé à l'arc sur le domaine du Golf d'Eschau, près de Strasbourg, (pour éviter de choquer les membres et riverains, chasse matinale et silencieuse...), et c'est pas rare le ragondin qui arrête la flèche, la casse en deux et plonge après avoir fait un doigt au tireur... :blink:
J'exagère à peine... ;)

Manu.

15 décembre 2007 à 16:57:50
Réponse #3

P-H


Effectivement, le piege en X c'est top pour le ragondin.  :doubleup:
C'est un animal tres simple a pieger avec une demie pomme ou une carotte comme tu le dis. (perso, j'epluche pas mais c'est a retenir. ;) )

Nous, on les fait en paté,comme du lapin.
C'est quoi la maladie dont tu parles? Ca provoque quoi et c'est transmis comment?

Je suis surpris par contre des rats qui bouffent le ragondins... il faut qu'il y en ai un paquet! :o Ca ne doit âs etre tres sympa comme coin.
J'en ai trouvé plusieurs fois des mangés dans mes pieges mais c'etait souvent un renard qui s'etait trouvé un petit dej tout pret ;),  une fois, un putois etait passe se faire un cuissot de ragondin lui aussi.
 Autrement, j'en ai souvent trouvé avec le crane cassé par les corbeaux mais jamais bouffé par des des rats! :o
Rien que d'y penser, j'en ai des frissons... :o :o :o














Vous aurez compris que j'aime pas les rats ;D ;D ;D

15 décembre 2007 à 17:14:13
Réponse #4

Olcos


La leptospirose

La leptospirose est une anthropozoonose c'est à dire une maladie animale transmissible à l'homme.
Elle sévit dans le monde entier particulièrement en Asie, en Amérique latine et en Afrique. La leptospirose est aussi présente en Europe, notamment en France avec des régions particulièrement touchées comme les DOMTOM, l'Ile de France, l'Aquitaine, les Pays de Loire, le Nord Pas de Calais.
Cette maladie infectieuse est provoquée par une bactérie, un spirochète, du genre Leptospira qui vit essentiellement parmi les rongeurs mais aussi dans les zones où il y a de l'humidité et de l'eau.
La transmission se fait surtout par contact avec les milieux souillés, par les animaux infectés.

La leptospirose est reconnue comme maladie professionnelle chez des travailleurs exécutant de façon habituelle certains travaux et qui doivent bénéficier d'une vaccination systématique. C'est le cas notamment du personnel de traitement des eaux usées, des personnes travaillant dans les abattoirs, des pisciculteurs, des pêcheurs. Et il ne faut pas oublier les personnes pratiquant des activités de loisirs qui contractent de plus en plus souvent la leptospirose. Cette dernière catégorie est en effet responsable de 75 % des 1 000 cas déclarés en 1996.

Contamination

Les animaux en particulier les rongeurs constituent le réservoir bactérien. Ces animaux rejettent les bactéries Leptospira dans le milieu extérieur par leurs urines. L'homme se contamine le plus souvent par contact cutané ou muqueux avec la bactérie, au niveau d'une plaie ou au contact d'une peau "macérée" par une immersion longue dans une eau infectée. Le germe n'est généralement pas présent dans la salive et les morsures ne jouent pas un rôle direct dans la contamination de l'homme (elles sont cependant à l'origine de plaies pouvant offrir une porte d'entrée à la bactérie). Par la suite, les bactéries passent dans le sang où elles se multiplient puis gagnent la rate, le foie, le cerveau et d'autres organes. Les lésions les plus précoces sont les lésions des endothéliums vasculaires.

Symptômes

La période d'incubation de la maladie est d'environ 15 jours. Les premiers symptômes associent fièvre, frissons, douleurs musculaires et céphalées. En quelques jours les signes évoluent avec des atteintes viscérale, hépatique (ictère cutanéo-muqueux ou jaunisse), rénale (insufisance rénale fonctionnelle) voir une méningite hémorragique (saignements diffus). Actuellement, la mortalité est de 2 à 5 %.

Diagnostic

Le diagnostic est difficile si on évoque pas la notion de risque. Il passe par la recherche de germes donc par l'isolement de la leptospire dans le sang (hémoculture) au cours des cinq à sept premiers jours, dans le Liquide-Céphalo-Rachidien, dans les urines à partir du 12 ème jour. On peut également faire un examen sérologique qui correspond à la recherche d'anticorps (ELISA, Martin et Petit).

Prévention

     prévention individuelle : l'hygiène

Elle repose sur l'information des personnels à risque, la lutte contre les rongeurs, l'assainissement des berges des cours d'eau, le contrôle des eaux de baignade, le nettoyage des locaux infectés et des règles générales d'hygiène surtout dans les professions exposées à la maladie. Ces règles passent par le lavage systématique des mains (le port des gants est recommandé), éviter de manger ou boire dans l'animalerie, changer quotidiennemet de tenue de travail, éviter de manipuler de l'eau douce à mains nues. La lutte contre l'infection des animaux domestiques permet également d'éviter la contamination de l'homme.

     prévention médicale : vaccination

La vaccination n'est malheureusement efficace que contre un seul type de leptospire, le Leptospira icterohemorragiae responsable de la leptospirose ictérohémorragique. La vaccination ne protège donc pas contre les autres formes de leptospiroses. Le vaccin est efficace et bien toléré. il est administré à raison de deux injections à 15 jours d'intervalle, premier rappel à 6 mois puis tous les deux ans. En France, 17 % des personnels à risque sont vaccinés. Le traitement est avant tout symptomatique, l'antibiothérapie (pénicilline G, amoxicilline) n'étant utile que si elle est débutée précocément. Cette dernière évite d'éventuelles complications mais ne modifie guère l'évolution.


sourcecaducee.net


La leptospirose se transmet essentiellement par voie indirecte lors de baignades en eau douce, les leptospires pénétrant dans l'organisme par l'intermédiaire de plaies, d'érosions cutanées ou muqueuses. La contamination par voie digestive (absorption d'aliments souillés par les urines d'animaux malades) est exceptionnelle.

source ministère de la santé


Le milieu :

Ces bactéries se développent en milieu pollué : eaux stagnantes ou turbulentes.
La survie du germe est d'autant plus facile que l'eau est douce, boueuse, tiède (environ 20°C) et légèrement alcaline.
Les leptospires peuvent ainsi survivre hors de leur hôte pendant des jours, des semaines.

Elles sont tuées par la sécheresse, les savons, les désinfectants, ou une chaleur de 50°C pendant au moins 5 minutes.
Elles ne survivent que quelques heures dans l'eau salée.

Les leptospires réparties dans l'environnement qui parviennent au contact des muqueuses d'un hôte possible, ou qui sont avalées, provoquent ensuite la maladie.


source fenua animalia
« Modifié: 15 décembre 2007 à 17:44:13 par Olcos »
"Le chien apprend à l'enfant la fidélité, la persévérance... et l'obligation de tourner trois fois sur lui-même avant de se coucher."

Robert Benchley

15 décembre 2007 à 17:29:58
Réponse #5

Olcos


 Rat musqué au vinaigre (dans notre cas un ragondin, y'a plus a manger ::) )


Ingrédients :


- 1 rat musqué vidé et dépecé

- 1 carotte

- 1 gros oignon

- 1 échalote

- 1 gousse d'ail

- Un peu de ciboulette

- 1/2 tasse de vinaigre de vin

- 1 cuillère à soupe de moutarde

- 1 cuillère à soupe de matière grasse

- 2 cuillères à café de sucre en poudre

- Epices : sel, poivre, noix de muscade, ail en poudre, herbes de provence


Préparation :


    * Faire bouillir le rat musqué entier (mais vidé et dépecé) jusqu'a ce que la viande soit tendre à la fourchette(15-20 minutes).

    * Couper la carotte en fines rondelles. Hâcher l'oignon, l'échalote, l'ail et la ciboulette.

    * Découper le rat en morceaux (râble, cuisses, pattes antérieures, cage thoracique)

    * Faire revenir l'oignon, l'échalote, la carote dans la matière grasse.

    * Ajouter les morceaux de viande, l'ail et la ciboulette, épicer selon goût.

    * Laisser cuire à couvert +/- 5 minutes puis ajouter 1/2 tasse de vinaigre de vin additionée d'1/2 tasse d'eau et de 2 cuillères à café de sucre.

    * Laisser mijoter à feu doux et à couvert 1/2 heure.

    * En fin de cuisson faite réduire si nécessaire à feu vif et lier les légumes d'une bonne cuillère à soupe de moutarde forte.


Bon appétit !

Recette de SurvivalFred
« Modifié: 15 décembre 2007 à 21:36:46 par Olcos »
"Le chien apprend à l'enfant la fidélité, la persévérance... et l'obligation de tourner trois fois sur lui-même avant de se coucher."

Robert Benchley

15 décembre 2007 à 17:31:16
Réponse #6

mazzeru


Salut PH,

Ben tu vois, tu es étonné mais moi aussi.
A priori, sur 5 ragondins, 3 ont été bouffé, dont deux éventrés et un avec la tête en moins.
Pas très appétissant tout ça... en ce n'est pas du renard.
Mon pote piégeur m'indique que ce sont des rats amphibiens avec les pattes palmées qui font ce type de dégats.
Tu comprendras donc que je ne sois pas porté sur la transformation en pâté de ce petites bêtes.
J'imagine que dans ton coin, les rats sont plus civilisés. ;)


Concernant la leptospirose, c'est encore un sale truc auquel les piégeurs du coin sont très sensibilisés. J'en ai discuté avec un véto qui m'indiquait qu'elle pouvait être transmise notamment au cheval, et qu'une leptospirose foudroyante pouvait abattre son canasson en deux jours.
D'ailleurs, pour vider le ragondin, il faut faire très attention m'a expliqué mon ami piégeur.

D'ailleurs, c'est reconnu comme maladie professionnelle pour les piégeurs, même si ils ne sont pas professionnels.
Autant te dire que quand je rentre, je passe me bottes au gresil ...

PS : on évite les pommes pour ne pas prendre d'autres petites bêtes sympathiques. :glare:


Merci olcos pour la recette de rat musqué au vinaigre. Pour ma part, je vais remplacer le vinaigre par du formol  :D ;D ;D

15 décembre 2007 à 17:37:31
Réponse #7

Olcos


Beaucoup de mammifères sauvages ou domestiques (rats, bétail, chiens, ...) peuvent être infectés et constituent les principaux disséminateurs.

ministère de la santé.

Mazzeru, quels sont les precautions que vous prenez ? J'en vois bien quelques unes :

- Port de gant
- port de botte
- protection et desynfection des plaies
- Hygiène irreprochable.
"Le chien apprend à l'enfant la fidélité, la persévérance... et l'obligation de tourner trois fois sur lui-même avant de se coucher."

Robert Benchley

15 décembre 2007 à 17:43:36
Réponse #8

mazzeru


Ben oui, tu as tout dit.

En fait, je ne sais pas trop si je suis piégeur bénévole ou égoutier, finalement  ;)
Et pourtant, on est en plein nature, l'étang est plein de brochets de plus de 60 cm... et plein de chtites bébétes.

On porte donc des gants jetables. Et on les jette dès qu'ils donnent des signes de faiblesse.

Mon pote piégeur m'a d'ailleurs indiqué que même passés au congélateur, la leptospirose restait active. Il n'y a que la chaleur qui détruit les leptospires.
Visiblement, les ragondins sont porteurs sains de pas mal de maladies pas très sympathiques.
« Modifié: 15 décembre 2007 à 17:49:47 par mazzeru »

15 décembre 2007 à 17:48:48
Réponse #9

Olcos


Pour avoir lu pas mal de truc dessus (chiens oblige), je pense que le risque est franchement surestimé. Les eaux froides, bien oxygénées... n'ont pas l'air propice à leur developpement. Il semblerait d'ailleurs que les test (autopsie en serie) donne des resultats peu probant.

D'un autre coté, mieux vaut un peu de prudence qu'un accident con ! Et ca n'est pas pour rien si il ya de moins en moins de cas chez les professionnels (au sens large) mais une augmentation chez les pratiquants de loisirs aquatique.
"Le chien apprend à l'enfant la fidélité, la persévérance... et l'obligation de tourner trois fois sur lui-même avant de se coucher."

Robert Benchley

15 décembre 2007 à 17:56:32
Réponse #10

mazzeru


Je suis d'accord avec toi sur la sur estimation des risques.
Celà dit, entre l'echino et la lepto... et quelques autres (H5N1...), les associations de piégeurs font de la sensibilisation à outrance dans les zones à risques.
Le risque zéro n'existant pas, je crois qu'il convient de savoir évaluer ce qu'on peut faire ou pas.
Pour ma part, je ne me baignerais pas dans un étang du coin même en été. L'oxygénation n'y est pas toujours et la qualité de l'eau est souvent très médiocre.
Je ne m'amuserais pas davantage à boire cette flotte sans au moins les cachets qui vont bien.

18 décembre 2007 à 17:12:09
Réponse #11

Aerazur


Ben voilà un étant ou je ne me baignerais pas.... ;D

De mon coté, je n'ai jamais vu de rats faire ce genre de boulot en une seule nuit. Cà en dit long sur la densité de leur population.

Pour les amateurs, le ragondin peut aussi se cuisiner comme le lapin (au cidre, à la moutarde, etc...). Comme pour les carpes, préférer les bêtes vivant dans une eau legerement courrante, sans quoi le gout de vase est vraiment très prononcé.

19 janvier 2008 à 04:22:32
Réponse #12

SurvivalFred


Mon pote piégeur m'indique que ce sont des rats amphibiens avec les pattes palmées qui font ce type de dégats.

Le rat musqué, cousin du ragondin et faisant tout de même ses 35 cm + la queue et ses 800 grammes minimum ... il est omnivore et est capable de te bouffer un bon bout de ragondin en une nuit  ::) surtout s'il appelle madame et un ou deux potes, ils vivent en "communauté dans des terriers le longs des berges.

Pour la leptospirose voilà la raison de l'ébullition de ces bebêtes avant préparation "gastronomique"

Fred
 

Vous êtes trop devant votre écran d'ordinateur, allez donc pratiquer dehors !!

19 janvier 2008 à 12:29:23
Réponse #13

Robert


"Rats amphibiens"! J'ai éclaboussé mon écran de café ce matin en lisant cela!  :lol:

Donc, première chose à vérifier. Mazzeru est-ce que ton pote consomme du LSD?

Les rats sont des rongeurs et les amphibiens sont les crapauds, grenouilles et salamandres. On comprendra mon étonnement à imaginer le croisement.

Pour en revenir à la question de savoir ce qui a fait ce genre de dégâts. J'éliminerais également le rat musqué (Ondatra zibethicus). Ce dernier est plutôt herbivore sauf l'hiver en cas de disette, il mange de petits poissons, mollusques, écrevisse, etc.

Étant du Québec je ne connais pas trop la France, mais si c'est bien des rats qui ont faits les dégâts, je soupçonnerais le rat surmulot (Rattus norvegicus) réputé pour ce genre de dégâts. Les charognards comme le vautour pourraient également être en cause. Mais dans tous les cas, je suis certains qu'il ne s'agit pas de "rats amphibiens"...  ;D
« Modifié: 19 janvier 2008 à 12:49:16 par Robert »

19 janvier 2008 à 16:03:49
Réponse #14

mazzeru


Salut Robert,

Ben juste pour te rassurer, on piége à priori à jeun  ;) sinon, clac, bonjour les doigts, surtout avec des 21 cm.

Celà dit, je vais faire répéter à mon pote ce qu'il m'a dit sur ce type de rats... quitte à poser un piége pour en attraper un et lui tirer le portrait.

Moi, j'aurais plutôt pensé à l'oeuvre d'un blaireau, ou effectivement d'un surmulot ( a peu près identique au rat noir), mais mon pote m'a affirmé que non.( pour info, les crottes du surmulot - Environ 15-18mm de long pour 5 à 7 mm d'épaisseur-sont déposées en tas à certains endroits précis, et je n'en ai pas trouvé...)

Ton appréciation de présence éventuelle de vautours n'est pas dépourvue de sens. Effectivement il est aussi possible que ce soit l'oeuvre d'une corneille ou d'un corbeau. Il y en a beaucoup dans la région ( corneille noire Et corbeau freu)

Là, j'en aurais le coeur net... car à chaque relève de piéges, quelques uns sont mangés par la tête.


Il y a bien longtemps, on m'avait déjà fait le coup avec un dahut ::) alors, les rats amphibiens (ou aquatiques)... pourquoi pas, surtout si ils ont les yeux bleus.

D'ailleurs, si j'en ai un, je te l'envoie par la poste au québec  ;D ;D en colissimo. :lol: :lol:
« Modifié: 19 janvier 2008 à 16:19:30 par mazzeru »

19 janvier 2008 à 16:17:35
Réponse #15

Olcos


Robert t'imagines pas les bestioles bizarres qu'on a en France, on dit trop rien parce que vous avez l'air vachement fier de vos loup, ours, lynx, glouton... Mais en fait on a des trucs hallucinant  :lol: :lol:


C'est juste une toute petite erreur d'une lettre, c'est pas amphibiens qu'il fallait lire mais amphibie  ::) . Après je ne connais pas le rat amphibie mais le mulot amphibie fait partie de la faune locale (c'est peut etre le meme, apres tout le rat taupier c'est le mulot terrestre).
"Le chien apprend à l'enfant la fidélité, la persévérance... et l'obligation de tourner trois fois sur lui-même avant de se coucher."

Robert Benchley

19 janvier 2008 à 16:43:02
Réponse #16

Robert


 :lol: :lol:

Olcos, avec ton dahut amphibie tu m'as mis sur une piste.

L'expression "rat amphibien" fait probablement référence à l'Arvicola sapidus  communément appelé : rat d'eau, campagnol amphibie, ou encore "put**n de rat".  ;D

À première vue on retrouve l'Arvicola sapidus dans l'Ouest et le Sud de la France et l'Arvicola terrestris (Rat taupier) dans le Nord et l'Est.

Mais encore! Le rat d'eau n'a pas les pattes palmées.  ;D

Je continue ma chasse au dahut... ;D


 :lol: :lol:

19 janvier 2008 à 18:27:18
Réponse #17

Olcos



À première vue on retrouve l'Arvicola sapidus dans l'Ouest et le Sud de la France et l'Arvicola terrestris (Rat taupier) dans le Nord et l'Est.


Je suis au milieu, alors j'ai les deux !!

http://www.clermont1ere.com/programme_liste.php?em=21&id=266&page=1 une emission de la chaine clermontoise sur les mulots terrestres et amphibie (20 min).

put**n de rat, c'est le nom latin ?  ;)
"Le chien apprend à l'enfant la fidélité, la persévérance... et l'obligation de tourner trois fois sur lui-même avant de se coucher."

Robert Benchley

19 janvier 2008 à 19:06:38
Réponse #18

lepapat


Et tout simplement un bon gros rat noir, comme il y a à Tournai, es possible ?  :-\

Faudrais que tu en piège un, pour voir la g**lle de ton " alien "  ;D

P.S. Pourquoi ne pas mettre, aussi, les photos des victimes  ?  ;) ( Il n' y a rien de " choquant " à voir de la ' bidoche "  ;D )
John Wiseman, pardonne-leurs, aux " incultes" de ce forum :D


24 janvier 2008 à 10:15:33
Réponse #19

mazzeru



By mazzeru, shot with CYBERSHOT U at 2008-01-24
9 heures au bord de l'étang - -2,5 degrés Celsius...


By mazzeru, shot with CYBERSHOT U at 2008-01-24
 Ragondin male de 6kg - Il grognait comme un petit cochon à notre approche. Piégeage de la cage avec du choux... ils aiment ça les petits malins...
« Modifié: 24 janvier 2008 à 10:22:41 par mazzeru »

24 janvier 2008 à 10:22:19
Réponse #20

lepapat


Qu' il es appétissant mignion  ;D
John Wiseman, pardonne-leurs, aux " incultes" de ce forum :D


 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité