Nos Partenaires

Auteur Sujet: Compte rendu (Paris Allemagne)  (Lu 1612 fois)

17 septembre 2011 à 17:26:53
Lu 1612 fois

hug0


Voila, cela fait déja quelques mois que je suis rentré d'allemagne avec mon ami benjamin, et j'avoue avoir mis du temps avant de me lancer dans la rédaction d'un compte rendu.


Tout ce n'est pas passé comme prévu, mais pour une première (grande/vraie) fois, le voyage a été plus instructif que jamais.


Avant de parler materiel, et détails techniques, je voulais vous remercier pour le contenu de ce forum, qui nous a grandement aidé, moi et mon ami
durant cette (petite) escapade.

Je voulais aussi vous faire part du ressenti que j'ai eu sur mon corps durant cette balade.


Le corps devient très rapidement, dès le premier soir, le sujet de toutes les attentions, on le traite bien, on l'entretien,  on ne néglige aucune douleur, parce qu'on sait qu'il est notre outil, et que son bon fonctionnement nous permettra de rentrer sain et sauf.
Les premieres douleurs au pieds ont étés pour moi un véritable calvaire physique et mental. Chaussettes trempés, ampoules phénoménales, je craignais que cela s'empire et j'ai passé la soirée à les sécher comme je pouvais, malgré la pluie.
On prend aussi conscience qu'on l'a négligé bien trop longtemps, on apprend à l'écouter.

Les pieds qui sèchent :





Je vais mettre en dessous l'histoire complète de cette petite aventure, elle ne comporte pas d'analyse profonde ni de réel contenu utile pour vous autres. C'est seulement les pensées a chaud que j'ai notées dans mon calpin durant ce voyage.

Lundi

Le jour du départ. Exitation telle que le sommeil n'était pas au rendez vous la veille. Nous avons pris le train jusqu'a Chateau thierry.

Carnet:  (le soir)

"Il a plu toute la journée, nous couchons au dessus d'Epernay, dans un bois du parc naturel de la montagne de Reims. Il pleut.

Le stop nous a grandement aidé, mais nous nous sommes perdus 3 heures dans les bois. J'ai le dos en compote et une crampe au mollet."

Nous nous étions perdus à cause d'un panneau indiquant "la neuville" qui avait été tourné par des petits malins..

Foret et Camp :





Mardi, le midi:

"Assis au bord d'une route entre Bouzy et Louvois. Cambrousse profonde, personne pour nous prendre en stop. Je cherche des combines pour marcher plus vite et oublier ma douleur, me donner des objectifs courts, et recommencer."



Le soir, a verdun:

" Nous sommes logès sur les collines qui surplombent Verdun, mais l'accès est difficile, et encore une fois, nous dormons en pente.
Les basses de la fête de la musique parviennent jusqu'a nous pendant que nous mangeons nos pâtes à la tomate.
Demain, nous comptons partir vers Metz-Nord / Luxembourg.
L'ambiance s'améliore, un militaire généreux nous à emmenés jusqu'a Suippes ou nous avons pris une navette pour Verdun après avoir achetés une carte de France plus détaillée.
Merci à cet homme qui a mis fin à 6/7h de marche laborieuse au milieux d'automobilistes nombreux, et indifférents"

Ce soir la, nous avons compris que dormir reposé sur ses jambes fait très mal aux rotules le matin.




Mercredi:


" Journée non stop.
Réveil à Verdun, marche et stop à la sortie de Verdun, en marchant vers Etain. Orage de malade, plus tard, un habitant du coin nous dira qu'il n'a jamais vu pareil orage ici. Nous sommes trempés et pris en stop par pitié
par un jeune couple roulant en smart, la voiture pleine de fleurs. Je ne sais pas comment nous sommes rentrés mais nous l'avons fait. Nous sommes déposés a Etain. La journée passe.



Nous sommes a Thionville, ou un jeune nous prend pour nous arreter  au Luxembourg. Finalement le jeune fait demi tour, nous disant qu'il a oublié quelque chose, il repart vers Thionville ou il appelle un ami pour se fournir en cannabis.
Son dealer prend finalement le volant, nous expliquant que la voiture lache au dessus de 3000 tours/min, on a la démonstration, à 3000 tours minutes, la voiture tremble de partout.

Nous ne sommes pas du tout rassurés, mais nous sommes déja sur l'autoroute.
Ils nous lacherons finalements sur un rond point d'autoroute, aucune sortie en vue, ni d'aire d'autoroute.

Nous faisons du stop, et des ouvriers allemands nous prennent, sans s'aretter, un signe de main et la portière coullissante qui s'ouvre. Nous courons pour nous engouffrer dans le van roulant au pas.

Ils nous déposeront dans une Usine proche de Saarbrucken, ou un autre ouvrier nous poussera jusqu'a Saarbrucken centre.

Nous sommes abasourdis de ce que nous avons vécus en quelques heures, nous allons nous coucher dans les bois."

Taille de cuillère en bois  ;# :



Jeudi:

"Nous marchons et stoppons jusqu'a Trier ou nous dormons en pente sous une fine pluie. Nous visons Koblenz (145km)"

Vendredi:

"Pour sortir de Trier, c'est Autobahn ou AutoBahn, nous sommes coincés à faire du stop, mais personne ne nous prend entre 9h30 et 16h30.
Nous prenons un train a 17h30 direction Koblenz (20€).

Ben parle encore beaucoup d'abandon.

Nous sommes arrivés à Ochtendung, notre destination (Ville jumelée avec la notre)  avant le long retour. Nous nous prenons en photo devant les panneaux, donc celui indiquant notre ville. J'expliquais à une dame qui nous observait que nous venions du jumelage français, et en ai profité
pour lui demander ou se situait le chateau que nous voulions visiter. Elle nous y a emmenée en voiture (7km). Cette balade forestière et visite des ruines du chateau nous repose et nous destresse.

Nous dormons à quelques kilomètres de la, en pente, après avoir laissé un mot de remerciement à cette dame en repassant devant sa boite aux lettres."




Samedi:

"Ce matin, nous avons marchés jusqu'a Mayen, ou nous avons bifurqués au Sud pour croiser la Moselle , à Cochem.
C'est une magnifique ville, très touristique. Nous avons longés la moselle vers la France, car Ben voulait rentrer au plus vite (nous avons donc changés de plan).

A l'heure de dormir, nous ne trouvons aucun coin tranquille. Nous mangeons dans un coin désolé en bord de route puis nous repartons.

Nous trouvons finalement un chemin forestier sur lequel nous dormons."

Ce fut la première bonne nuit, nous n'avons pas eu de pluie et le sol était plat.







Dimanche:

"Reveil sur le chemin, après une bonne nuit de sommeil, sans pluie!

nous avons longés la Moselle sur de longs kilomètres, aidés sur quelques kilomètres par un transporteur de canoës.
La journée a été dure, peu de nourriture et peu d'eau (dimanche). Nous avons étés pris en stop avant Alf par l'homme le plus généreux du monde, un français,  qui nous a poussés jusqu'a Wittlich, qui n'etait pas sur sa route du tout.
Il nous a donnés des gateaux et une bouteille d'eau. C'était un homme très gentil, qui préferait rentrer par les routes touristiques que de gagner une demi heure par l'autoroute.
Merci à lui.

Nous dormons au Sud de Luxembourg, à 7km de la France dans un camping pas cher. Nous sommes bien, il fait beau.



P.S: La douche ! Enfin ! "


Mardi:

"Nous avons rejoint la banlieue parisienne le soir après la plus dure journée du périple, Lundi."


En effet, le lundi fût tellement dur que je n'ai pas eu le courage d'ecrire quoi que ce soit.


Voila.


Mon plus grand regret à été de vouloir garder un rythme soutenu, ce qui a peu être fait abandonner Ben, et de ne pas plus avoir profité des moments de détente.

Je vous promet une analyse du matériel pour très bientôt, la je dois aller chercher ma chérie.
« Modifié: 19 septembre 2011 à 09:01:29 par hug0 »

17 septembre 2011 à 20:30:37
Réponse #1

Nathan-Brithless


un mot:

















merci pour le partage
L'eau se referme derriere le poisson qui avance

17 septembre 2011 à 21:58:33
Réponse #2

Kilbith


"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

17 septembre 2011 à 22:12:57
Réponse #3

Draven


Sympa !

Vous avez dormis ou a Verdun ? J'y ai habiter pendant 5ans ( déménager dans le Jura depuis 7mois ), ces forêts et les champs de bataille je les ai arpentés des dizaines de fois...
Version humaine de l'Ursus arctos middendorffi
FlickR

18 septembre 2011 à 08:56:32
Réponse #4

camoléon


Bravo les gars et merci pour le partage!  :up:

Citer
Mon plus grand regret à été de vouloir garder un rythme soutenu, ce qui a peu être fait abandonner Ben, et de ne pas plus avoir profité des moments de détente.

Si c'était à refaire, vous le referiez? Qu'est ce que vous changeriez d'autre dans votre organisation, votre façon de voyager?

Citer
Je vous promet une analyse du matériel pour très bientôt, la je dois aller chercher ma chérie.

Au vu de votre aventure, le matos,ça semble secondaire, par rapport à votre expérience humaine.
"Pour vivre heureux (et vieux), marchons invisible et silencieux"

"Le courage est le juste milieu entre la peur et l'audace"

"Je marche au pas de Loup"

18 septembre 2011 à 09:09:11
Réponse #5

StormX


Super ! :up:

Au final, vous avez marchez sur des chemins où vous suiviez plus la route en espérant que quelqu'un vous récupère ?
"La beauté de la Vie dépend de ton regard."
Keny Arkana

19 septembre 2011 à 08:57:47
Réponse #6

hug0


Merci  :up:

Draven: Nous avons dormis sur un colline, située derrière une caserne militaire (dortoirs). Depuis le centre de Verdun, nous avons marchés vers l'Est, direction Etain, et nous avons montés le camp à la sortie de Verdun, sur la gauche de la voie a grande vitesse. Sur google maps je vois que nous avons dormis entre Verdun et Fleury-devant-Douaumont, sur la colline.


Camoléon :  Si c'était à refaire, j'aurais pris plus de temps pour moi. Marcher à coté des plages de baignade de la moselle sous un soleil de plomb, sans piquer une tête, aura été mon plus grand regret  8)

Notre organisation était pour moi quasi parfaite, nous ne suivions pas de tracé, nous regardions la carte le matin, et nous avions notés les coins sympas ou ils serait préférable de passer, sans bien sur oublier le ravitaillement et les grands axes ferroviaires/routiers en cas de pépin.

StormX:  C'est le temps qui nous décidait. Sous la pluie, on a privilégié les axes routiers, mais avec le beau temps, la fraicheur des sous bois nous faisait de l'oeil. La plupart du temps, nous longions les routes de campagne.

Et puis, la foret, c'est quand même mieux non ?  :love:
« Modifié: 19 septembre 2011 à 09:09:42 par hug0 »

19 septembre 2011 à 09:11:46
Réponse #7

Draven


Ok, y'a un paquet de trucs abrités pour dormir dans ces coins la, mais faut les connaitre c'est sur. La grande majorité des ruines de la 1ere guerre ne sont pas annoncées via des panneaux. En tout cas le coin est plutôt tranquille. J'espère que vous vous êtes pas taper la montée d'Etain a pieds le long de la route ? Ca doit être chaud avec les camions...
Version humaine de l'Ursus arctos middendorffi
FlickR

19 septembre 2011 à 23:45:21
Réponse #8

guillaume


Merci pour le partage :up:.

On voit bien que partir, pour de vrai, n'a rien de glamour : on a mal au pieds, il pleut, etc. Ça remet les choses à leur place, merci :).

a+

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité