Nos Partenaires

Auteur Sujet: "Goodbye lapland" 1400km au pays des moustiques  (Lu 1842 fois)

05 août 2011 à 11:53:43
Lu 1842 fois

ours38


Bonjour,
Je vais vous présenter un projet qui me tenais à cœur et que j’ai baptisé : « Goodbye lapland », je vais essayer de faire ça bien, donc en introduction je vais décrire le pourquoi du comment de ce projet ainsi que les conditions pour lesquels a été faite cette liste. Ensuite viendra la liste a proprement parlé, ensuite mes commentaires sur cette liste et enfin un court récit du trip.

Introduction

Tout d’abord je me présente, Julien 26 ans étudiant en écologie, j’étais en Erasmus à Oulu en Finlande durant l’année scolaire 2010 – 2011. J’ai eu durant cette période l’occasion d’aller aidé un ami musher en Laponie et c’est là que je suis tombé amoureux de l’arctique. C’est la bas que ce projet est né. Après une année passée en Finlande, je ne pouvais quitter cette région sans rendre visite une dernière fois à tous les paysages que j’avais pu rencontrer, j’ai donc décidé de traverser d’Est en Ouest la Laponie au départ d’Inari et de quitter le cercle arctique par la Norvège, c'est-à-dire proche de Mo I Rana. Cet itinéraire fait selon MapSource 1400 km de long.
J’ai habité 5 ans dans les Alpes et ai parcouru en long en large et en travers les alpes donc je pense avoir une bonne expérience montagnarde, ce fut toutefois ma première expérience de voyage au long cours (long cours… tout est relatif).
Ce parcours est très diversifié, en effet il comprend une partie forestière et marécageuse caractéristique de la Finlande, suivie d’une partie vallonnée recouverte d’une toundra plutôt sèche, ensuite le piémont des montagnes suédo-norvégienne humide également et enfin les montagnes arctiques Norvégiennes et suédoise pouvant donner des températures entre – 5 et +30°c. Le vent et la pluie sont des éléments a ne pas négliger dans ces montagnes proches de la mer et donc au climat très instables.
Un point important de cette liste est qu’elle a été faite de Finlande, ce qui limite grandement l’accès au matériel !



Uploaded with ImageShack.us


La liste

CONDITIONS DE VALIDATION DE LA LISTE:
Saison : Liste été arctique
Conditions météo: 0° à 25°C, pluie, humidité, vent
Altitudes mini et maxi: 300-1000m (en arctique cela donne un équivalent 1000 – 3000 francais)
Durée de la randonnée: 42 jours
Durée maxi entre les réapprovisionnements: 12 jours.
Niveau/Difficulté : Randonnée très diversifié pouvant inclure gros gués, passage de névés pentus, traversée de marécage, pierriers, passage nécessitant de mettre les mains (escalade très facile 3-4 sur de courtes distances), zone infestée de moustiques nécessitant une protection intégrale lors des arrêts.
Randonneur expérimenté
Nombre de randonneur : 1 à 2
---------------------------------               
HORS-SAC: 3262 g
---------------------------------
0045       Montre Décathlon
0040     Boussole recta plaquette
0600      Bâtons Black Diamond expédition
0070    Tour de cou x 2 – Rando léger et Warmpiece
0070      casquette
0500      Pantalon Fjallraven
0172      tee-shirt Patagonia Capilene 2 Midweight
0060      Boxer Athena
1700      Chaussures Han Wag – Alaska Gore tex
0075    Chaussettes Smartwool
0030    Moustiquaire de tête (Portée ou dans la poche) *Indispensable, on se retrouve parfois en compagnie de millions de moustiques...
-----------------------
SAC SANS CONSOMMABLES: 9637g
-----------------------
               
Portage/couchage (3723 g)       
1200       Osprey Exos 58 L
1420       Tente Shangri La 2 Nest + 7 sardines *La moustiquaire est ici indispensable du fait des moustiques que l'on retrouve par centaine le matin entre toile et tente intérieure.
0046     Polycree                                         
0840     Duvet Arklight design – Walden 400                                       
0217     Therm a Rest – Ridge Rest recoupé                                                 
     
Pharmacie / hygiène  (691g )   
0300     Pharmacie : Pansements, compeed, crème Nok, ibuprofene, bandages, baume du tigre, Micropur, Biseptine                                                                         
0111     « Survie » : Adventure Medical Kits - Kit de survie Doug
0080     Spray anti moustique
0060     Savon d’alep                                                                                   
0050     BàD et dentifrice en poudre
0060     Serviette microfibre MSR                                                                     
0030     PQ                                   
                                                                                     
Cuisine / hydratation (689 g)
0130     MSR – Titan kettle
0190     Fire Profi 105mm (inclus 50g bois gras)                 
0070     2 x Briquets  BIC                                                                                       
0160     2 Bouteilles plastiques 1 L
0009     Cuillère plastique Light and fire                                                               
0010     Gratton   
                                                                                 
Habillement (2963g)       
0350     Veste Mammut bon marché (non imper, non respi)                           
0453     Doudoune Montbell Alpine Light down Parka
0314     Polaire D4 Forclaz 50                                     
0230     Tee-shirt Patagonia Capilene 3 Midweight *Aurait du être remplacé par une chemise fjallraven anti moustique!!
0084     Chaussettes    Smartwool 2 paires, pourra servir de gants                                     
0120     Boxer Athena                                                           
0120     Pantalon Imperméable Dri Ducks
0230     Poncho Golite 2010                                                 
0800     Chaussures gués et camps XA pro 3d Salomon
0100     Gants Guide – Polaire + cuir
0042     Bonnet
0120     Short Patagonia (douche, pyjama, en cas de lessive)
                             
Divers (1570g)         
0030     Argent, papiers dans sac congélation : carte d'identité, CB, liquide                     
0040     Cahier + crayon   
1500     APN Canon EOS 400D + Grip + 6 piles                                                   
--------------------------
CONSOMMABLES: 8980g
--------------------------
0500     eau (l’eau se trouvant partout jamais besoin de transporter plus)
0080     Bois en réserve pour le réchaud les jours de montagnes
8400     nourriture pour 12 jours en début de séjour
-------------------------
MASSE TOTALE: 18614g
-------------------------
Sur moi : 3262 g
Dans le sac à dos : 9637 g
Consommable : 8980 g

Nourriture
J’ai suivi ce régime durant les 42 jours de rando :

Matin :
Lait de bébé (30g) + Couscous (100g) + chocolat en poudre (40g) => 635Kcal en fin de rando j’ai ajouté 40g de céréale pour bébé et augmenter un peu les doses  =>  1000kcal
Chocolat (25g) ou snickers (51g) 140Kcal ou 250Kcal

Journée
Cacahuètes (120g) + Salami (75g) => 1000Kcal
Chocolat (25g) => 140Kcal

3 Pauses
1Snickers / pause => 250Kcal  par pause

Soir
Pates (100g) + Bouillon + huile => 550 Kcal
Chocolat (25g) => 140Kcal

Au début je respectais à la lettre ensuite j’ai pris quelques libertés, j’ai au final perdu 10 kg, je n’ai pas mangé assez au début, mais je manquais d’entrainement et j’avais 10 kg en trop. En fin de rando je mangeais du muesli au pause, c’était plutôt efficace pour calmer la faim.

Commentaires

Chaussure et chaussettes

C’est la première fois que je me paye le luxe d’acheter des tiges hautes, je n’ai jamais cru a l’efficacité de ce genre de chaussures. Pour ce projet les chaussures basses étaient vivement déconseillées étant donné l’humidité sur l’ensemble de l’itinéraire, j’ai donc parié sur des Han Wag Alaska gore tex. Elles m’ont totalement conquis, en effet durant les 30 premiers jours je  n’ai jamais été humide, même quand l’eau passé au-dessus de la tige, les chaussettes smartwool (plutôt épaisses) absorbait très rapidement l’eau, de ce fait l’eau restait dans la chaussette sur le haut de la cheville et jamais plus bas. Apres un mois j’ai eu 4 jours de pluie, de traverser de grosse rivière, de marécages et de l’herbe mouillée en continue, là j’ai réellement pris l’eau. J’ai pu cirer deux fois les chaussures durant le parcours, je pense qu’elles en avaient bien besoin. Le seul point noir fut la dureté de la semelle que j’ai dû changer a Abisko, à croire que les Allemands ont des pieds en bois. Les chaussettes smartwool étaient une première également pour moi et j’en suis content, très confortable, elles ont bien tenues et même mouillée elles restent agréables.

Sac à dos
J’avais choisi ce modèle par défaut (Osprey Exos 58 L) en effet je voulais le Haglofs Matrice 60 mais impossible de l’obtenir en Finlande. J’ai donc opté pour ce sac me laissant une belle marge pour les ravitaillements, plutôt confortable et plutôt pratique. Sur ce parcours j’ai dépassé les 20Kg quelques fois après des ravitaillements, ce sac n’est pas destiné a porté plus de 16kg, il devient très inconfortable a plus de 20kg. Au niveau solidité je suis furax, il possède un dos en mesh, au bout de 5 jours le mesh en contact avec la ceinture de portage était troué, ce qui ne s’est pas arrangé avec les jours. J’ai donc eu quelques problèmes pour serrer cette ceinture le poids du sac était donc vraiment sur mes épaules. Autre fait peut être important, je suis plutôt fin et vers la fin du séjour je ne pouvais pas assez serrer la ceinture abdominale donc petit gabarit s’abstenir.

Couchage
La tente Shangri La 2 fut parfaite pour ce projet, deux amies m’ont accompagnés sur le chemin sur une durée cumulée de 4 semaines donc la tente 2 places étaient nécessaire. Après quelques approximation dans la montage, j’ai finalement réussi a la montée correctement :D ! J’ai pris l’eau une fois du fait d’un montage un peu pressé sous une grosse pluie (diluvienne serait plus approprié). Donc au final je suis très content de cette tente. Le polycree est pour moi devenu indispensable, je n’ai aucun retour sur l’imperméabilité du sol de la Nest puisque je n’utilise jamais une tente sans polycree :D !
Pour ce qui est du duvet, il me suit maintenant depuis quelques temps, malgré les inconvénients du duvet sur ce type de parcours il a parfaitement rempli son rôle. Il a été humide plusieurs fois mais je n’ai pas ressenti de perte de chaleur. Il faut dire que les nuits ne sont jamais descendues sous 5 degrés.

Réchaud
J’avais pris le pari pas vraiment risqué de prendre un réchaud à bois, en effet je n’ai été seul qu’une quinzaine de jours et mes amies avaient toujours un réchaud à gaz au cas où. Cependant sur l’ensemble du trip et en planifiant un minimum l’usage du bois je n’ai sauté qu’un repas chaud (remplacé par un repas du midi). Ce ne fut pas par manque de bois mais par grosse pluie. C’est un des gros désavantages du réchaud à bois, il ne peut être utilisé sous la tente, et parfois, lorsque l’on a réussi à rester au sec toute la journée, il est difficile de ressortir se tremper juste pour une soupe ! Je n’ai jamais eu de problème pour l’allumer, utilisant souvent du bouleau ou quelque fois le bois gras que j’avais emporté.

Fringues
La doudoune fut très utile et parfaitement dimensionnée pour ce séjour, les températures était parfois fraiche notamment à cause du vent. Le point noir de ma liste est l’imperméabilité, le poncho ne tient pas longtemps sous une grosse pluie, ma veste Mammut n’est ni imperméable ni respirante… Je n’aime donc pas vraiment la pluie mais je n’avais pas le budget pour améliorer ce point. Je prends cette veste parce qu’elle a l’avantage d’être dans mon placard :D ! Le pantalon Dry Ducks n’est clairement pas fait pour ce genre de condition (traverser de branchages notamment) il a tenu deux jours mais je l’avais pris un peu pour rigoler… En effet mon pantalon sèche très rapidement donc je ne me protège que très rarement les jambes. En ce qui concerne les chaussures, je me déchausse pour traverser les gros gués, une paire de chaussure est donc indispensable. Sur un long parcours comme celui-ci j’ai préféré choisir une paire que je puisse porter pour marcher au cas où les autres me détruiraient les pieds, je les utilisais quelques fois dans cette configuration, les autres fois au camp ou dans les rivières.

Voilà les commentaires que j’avais à faire, si je devais changer quelque chose, je prendrai un poncho étanche, une veste un peu plus légère et un sac à dos qui tient la route !

Récit du trip

Je divise le récit en fonction des ravitaillements

1Er partie : Inari – Karasjok 125 km (carte au 1/50 000)

Sur cette partie, le paysage était très Finlandais, une multitude de grands lacs au milieu de forêts, entrecoupés de marécages. Nous avons suivi ce qui était censé être un chemin mais n’était en fait qu’une très légère trace. En effet ce chemin est emprunté par des pêcheurs ou chasseurs qui ne se soucient pas vraiment du sentier, ils marchent à la boussole ou à la carte et ne cherchent pas à suivre quoi que ce soit. Les premières dizaines de kilomètres en forêt furent donc quelque peu difficile, nous nous sommes retrouvés au milieu de marécages, entourés de moustique, l’idéal pour ne pas oublier que nous sommes en arctique ! Une fois dépassé la moitié du trajet le paysage a changé pour se transformé en colline donnant un petit air écossais. La végétation y était plutôt rase et les passages humides un peu plus rare. Nous n’avions pas de carte pour trouver de sympathique sentier allant directement de Karigasniemi à Karasjok, nous avons donc emprunté la route sur une dizaine de kilomètre, là les chaussures  trails se sont avérés bien agréables !

2ème partie : Karasjok – kautokeino 198km (carte routière 1/400 000)

De karasjok nous avons pris la route une fois encore en direction de Kentan, là nous sommes montés sur le plateau situé au nord de la route. Cette partie est vallonnée mais la marche y est facile, quelques marécages et rivières barrent la route mais rien de très compliqué, la végétation est de type toundra. Nous avons séverement pris la pluie sur ce plateau mais nous avons trouvé une cabane pour nous réfugier et faire séché le matériel. Nous sommes redescendus de ce plateau à hauteur de Maze. De là un chemin carrossable permet de faire 40 kilometres vers le sud sans emprunter la route. Ensuite nous avons longé la rivière jusque Karasjok.

3ème partie : Kautokeino – Kilpisjarvi 192km (carte générale trouvée ici : http://www.fjaellwanderung.de/pdf/noerdliches_fjaell.pdf qui m'a beaucoup servi!)

Là commence la Nordkalottleden, je m’attendais à un gros sentier bien marqué avec des panneaux de partout… à vrai dire je n’ai même pas trouvé le départ et personne dans la ville ne connait ce trail, de plus il est impossible de trouver une carte (ou alors je ne suis pas tombé sur les bonnes personnes). J’ai demandé au coutelier censé etre en face du départ, il m’a aiguillé vers un sentier qui s’est arrêté net dans un immense marécage quelques 15km plus loin. J’ai donc tenté de suivre l’itinéraire en hors sentier mais dans ce genre de paysage forestier et marécageux ce fut quelque peu épuisant. J’ai retrouvé le vrai sentier à hauteur de Cunovuohppi. Ensuite le paysage change quelque peu, on descend dans le parc de Raise, puis commence la basse montagne. La fin du sentier ne présente aucune difficulté en effet c’est le chemin d’accés a l’Halti qui est plutôt bien fréquenté. A noté que la partie finlandaise de la nordkalottleden est peuplée de cabine gratuite ce qui est plutôt sympa.

4ème partie Kilpisjarvi – Abisko 200km (juste la même carte que précédemment)

A cette étape je suis rejoint par une autre amie, là commence la réelle montagne, il y a dans cette partie quelques problèmes de marquage, il est parfois très difficile de trouver un chemin, nous n’avions pas de carte, ce fut donc plutôt sportif. Sur ce troncon se trouve quelque gués bien sympa, depuis kautokeino il ne se passe pas une journée sans une traversée de rivière, le terrain est souvent gorgé d’eau mais nous avons la chance d’avoir du soleil, ainsi nous sommes restés plutôt sec et avons pleinement profité du paysage sur ce joli tronçon. L’arrivée sur la vallée d’Abisko est juste magnifique, on arrive par une montagne au nord du lac d’Abisko, on a donc un très joli panorama sur les montagnes et le lac d’Abisko.

5ème partie Abisko – Kvikkjokk 355km (Carte au 1/50000 pour plus de confort mais pas vraiment besoin, nous n'avions pas de carte sur la partie qui repasse en Norvège au nord de Hellemobotn, seule partie en necessitant une)

-   Abisko - Vaisaluokta

C’est la plus longue autonomie de notre trajet, nous avions donc des sacs très chargés au départ de cette partie. Après Abisko et durant 70km la Nordkalottleden suit la Kungsleden, pour nous ce fut un cauchemar, j’ai lu a de nombreuses reprises que la Nordkalottleden et la Kungsleden sont identiques… laissé moi rire, la Kungsleden est une autoroute, l’ambiance m’a paru très mauvaise. Les refuges sont bondés, les gestionnaire désagréables (ils veulent juste votre argent… bel esprit montagnard) c’est vraiment le concept du tourisme de masse, des refuges avec sauna, magasin, 5 ou 6 différents bâtiments… Je n’ai jamais eu de problèmes en doublant des gens que ce soit en France ou ailleurs, j’ai eu trois problèmes en deux jours, les gens gueulent parce que vous les doublez ou vous empêchent de doubler bref j’ai détesté, de plus le moindre pierrier est recouvert de planches, je veux bien qu’on sécurise les parties difficiles mais là c’est juste exagéré autant goudronner le chemin. Bref ce n’est que mon avis. Ensuite on tourne sur la droite et là le niveau change radicalement, on se retrouve en pleine montagne, sur un terrain très humide, parfois encore très neigeux, ce fut la partie la plus difficile de mon périple, nous étions en pleine fonte des neiges, les rivières étaient vraiment puissantes, nous nous sommes fait quelques frayeurs. Le chemin est technique avec parfois de gros pierrier, des gués comme je le disais, des chemins sans marquages, de la neige… Mais après la Kungsleden nous avons vraiment appréciés, en effet on croise une personne par jour, on est vraiment perdu en pleine montagne et le chemin ne ménage pas les efforts, ça va tout droit et ça monte et descend en pente raide.

-   Vaisaluokta – Kvikkjokk (carte au 1/50 000 nouvelle édition en tyvek disponible a Abisko turistation) aucune utilité

A partir de Vaisaluokta nous avons suivi la Padjelantaleden, jusque Kvikjokk. La Nordkalottleden suit cette autre leden jusque Staloluokta, a cet endroit la Nordkallot tourne à gauche, nous avons continué sur la Padjelant qui est vraiment en sentier facile mais au paysage superbe et moins peuplé et protégé que la Kungsleden. Cette partie est encore bien montagneuse, on croise quelques gigantesques lacs ainsi que d’autre plus petit en altitude, ce fut vraiement une belle section. L’arrivée sur Kvikkjokk est quelque peu ennuyante et nécessite de payer le bateau pour atteindre le village (10€).

6ème partie : Kvikkjokk – Sulitjelma 120km (toujours cette même carte mais aucune utilité, tout est bien fléché)

J’ai ensuite continué mon chemin dans le sens inverse par la Nordkalllot pour  rejoindre Sulitjelma, j’aurai pu couper par Pieskehaurestugan mais je voulais faire l’intégralité de la Nordkallot. Ce passage est vraiment joli. Jusqu'à Sulitjelma les paysages sont vraiment incroyables !

7ème partie Sulitjelma – Mjolbacken 212km (juste la carte générale pour connaître le nom des cabines mais pas besoin de plus)

C’est la derniere partie de mon parcours, je suis passé par le parc du Junkerdalen puis par Graddis avant de bifurquer vers Lonsstua, Saltfjellstua, Bolna, Virvasshytta, kvistein et j’ai rejoint la route à hauteur de Mjolbacken. J’ai bouclé mon objectif de sortir de l’arctique à hauteur de Bolna. Sur l’ensemble de ce parcours le terrain est un peu moins montagneux et donc un peu plus humide, cependant les chemins norvégiens sont souvent très bien marqués ce qui facilite grandement la tâche. J’ai un peu moins apprécié cette partie pour être honnête mais j’ai toujours préféré la montagne, cependant je pense que cette partie pourrait plaire a la plupart des gens,

En conclusion de ce parcours je dirais que la Nordkalottleden est vraiment un superbe sentier, il comporte assez de difficultés pour combler les plus montagnards d’entre nous, il permet vraiment de découvrir tous les différents paysages de la montagne arctique. Le chemin est très bien fourni en cabine, j’ai dormi en tente la plupart du temps juste deux cabines finlandaises et deux cabines suédoises, enfin c’était plus des huttes, je n’ai jamais dormi en cabine payante mais elles sont vraiment confortables, il y a de quoi se faire une randonnée confortable en famille sans problème.

Je ne suis pas très bon pour raconter surtout sur une longue période comme celle-ci, si vous avez une question concernant le parcours ou la Norvege en général je pense connaitre un peu la zone maintenant donc n’hésitez pas !
Vie actuellement dans une  petite communaute a 50 km de Fairbanks en Alaska
Notre blog (en anglais) http://alaskan-escape.blogspot.com/

06 août 2011 à 16:42:12
Réponse #1

Criss Kenton


Hej Hej!  ;D

Tout d'abord merci pour ce CR bien complet - je ne l'ai pas dis sur RL alors je le dis ici -, c'est suffisamment rare d'avoir une liste de matos validée avec une présentation du contexte, un retour sur les choix et un résumé du périple, pour être signalé. C'est vachement utile et y a vraiment matière à réflexion :up:

Pour avoir croisé Julien sur la Nordkalott (6ème partie du trip) et avoir discuté pas mal, je confirme: gros niveau d'expérience question marche en montagne et laponie. Le gars qui gère quoi, y a qu'à jeter un oeil à la liste, y a des trucs qui trompent pas: ni pantalon de pluie, ni guêtres, ni vrai vêtement imper en dehors du poncho GoLite qui lui même est léger, léger... Sachant qu'humidité peut être le deuxième nom de la Laponie, pour réussir à  faire 1400km de sentier Lapons pendant plus de 42j sans vrai protection de pluie, faut plus que de la chance!
Pour le coup, là c'est vraiment l'exemple des connaissances, de l'expérience et du comportement qui pallient au limites du matos (PS: c'est pour ça entre autre que je disais que ton CR méritait sérieusement d'être posté ici ;) )

Ce serait d'ailleurs instructif que tu décrives un peu comment tu faisais pour gérer les jours de pluie, les traversées de végétation humide et autre: à partir de quand enfilais tu le poncho, quelle efficacité, à partir de quand ça perçait, comment faisais-tu pour le bas du corps, comment gérais-tu l'humidité dans les couches isolantes, comment tu te débrouillais pour sécher le tout, etc. ?

Sinon quelques questions sur la liste:

- Le boxer Athena c'était du coton/lycra non? Pas trop inconfortable et froid pour du long cours ? Pas de pb côté hygiène ? Parce que si c'est confortable à la ville, je trouve qu'en rando, surtout longues, c'est pas génial. (Tu me diras, c'est mieux que les boxer synthé de chez patagonia dont le traitement serait plutôt Gladiateur que Gladiotor vu comment ils chlinguent vite !  ;D)

- La doudoune Montbell, tu dis que tu l'as portée souvent, en quelles occasions ? Uniquement en statique ou en dynamique aussi ? Et vu que c'est du duvet t'as pas eu des pbs d'humidité et de perte de performances ?

- Côté vêtements pour le haut du corps, tu changerais quoi à ta liste à part l'ajout d'une chemise polycoton ? En gros t'as porté quelle combinaison de vêtements le plus souvent et qu'est ce que tu n'as quasiment pas porté ?

- Vu que t'as réellement testé le poncho Golite sur une longue durée, t'en penses quoi question efficacité ? C'est valable pour un trip long ou c'est du matos assez limité, destiné à dépanner ou à être utilisé lors de sorties courtes ? Parce que si le silnylon 1.1 oz de chez Golite est nickel pour les abri, j'ai de gros doutes pour l'utilisation en poncho car la toile est exposée à des pressions plus fortes.

Citer
La moustiquaire est ici indispensable du fait des moustiques que l'on retrouve par centaine le matin entre toile et tente intérieure.

Yep  :closedeyes:

Pour le sac Osprey, vu le type et la localisation de l'usure et la rapidité à laquelle ça s'est produit il y a clairement un défaut de conception. Le sac est tout simplement mal foutu, et vu le prix je comprends parfaitement l'énervement d'Ours38. En 5 min sur le net j'ai trouvé plusieurs retours négatifs, notamment sur RL et sur le forum de Carnet d'aventure. Clairement il n'est vraiment pas fait pour porter lourd, le report du poids moyen du fait de la ceinture et l'armature mal foutue...
Si c'est pas encore fait, faut vraiment que t'en touche un mot à Osprey, normalement ils sont réglo et le SAV devrait au moins échanger ton sac pour un neuf. Et apparemment ils sont habitués à voir revenir des Exos 58  ;#
A noter qu'on a rencontré un suédois expérimenté qui avait le Exos 46 dont le dos est différent et qui était content du sac et ne déplorait aucun problème de solidité pour le moment. Mais il randonnait avec peu d'autonomie en vivre, il n'était pas dans un trip purement rando mais dans un trip tranquillou pêche/rando. Donc le sac n'était pas fortement chargé. A première vue le 46 semble tout de même mieux conçu que le 58.

Pour le reste, t'as quand même oublié des infos importantes, comme par exemple le fait que les abris GoLite sont traités fire-retardant mais pas Lemmings-Retardant  ;D ;D


Il me semble que j'avais d'autres questions à te poser... Ça me reviendra. Mais bon j'ai déjà été suffisamment chiant pour aujourd'hui.

09 août 2011 à 19:54:22
Réponse #2

ours38


Si ca peut servir a quelqu'un dans ce cas ce fut un plaisir :D!

Citer
Ce serait d'ailleurs instructif que tu décrives un peu comment tu faisais pour gérer les jours de pluie, les traversées de végétation humide et autre: à partir de quand enfilais tu le poncho, quelle efficacité, à partir de quand ça perçait, comment faisais-tu pour le bas du corps, comment gérais-tu l'humidité dans les couches isolantes, comment tu te débrouillais pour sécher le tout, etc. ?

Je persiste et signe en disant que j'ai eu de la chance avec la pluie.
On rencontre principalement trois types de pluies en Laponie :
-La pluie intermitente souvent accompagnée d'un vent en rafale, c'est la pluie que j'aime elle mouille un peu mais le vent permet de sécher très rapidement lors des interuptions, pour cette pluie je ne sors pas le poncho, il recouvre mon sac, replié prêt a etre enfilé si besoin mais en règle générale ma veste est suffisante. Cette veste est capable de supporter une bonne douche pendant environ une heure, après ca perce donc sur une pluie intermitente je n'ai jamais de problèmes.
-La pluie continue de type crachin, typiquement lorsque l'on se trouve près des nuages ou dans les nuages, ce n'est pas vraiment de la pluie mais ca mouille bien quand même, dans ce cas j'enfile le poncho en complément de ma veste, il se peut que ca perce au bout de quelques heures mais rien de très génant avec le t-shirs capilene qui reste chaud même humide. Mon pantalon fjallraven reste agréable même mouillé et sêche très vite donc je n'ai pas vraiment besoin de protection pour les jambes. Pour ce qui est des chaussures, je porte des chaussettes smartwool qui s'avèrent très efficace pour absorber la faible quantité de pluie pouvant pénétré dans la chaussure ainsi juste la partie haute du mollet est humide, le reste est sec.
-La pluie machine à laver, dans ce cas je suis censé resté dans la tente (chose que je ne fait jamais en pratique) si mon matériel est à l'abri (j'ai en permanence mon poncho replié dessus et tout le matériel sensible est en sac étanche) je peux marcher l'esprit tranquille sans avoir froid. Si ça caille je monte la tente en vitesse et je dors :D.
Rien de bien révolutionnaire en somme, je n'ai jamais eu plus de quatre jours de pluie, au moindre rayon de soleil je sèche mon duvet, qui après 4 jours de pluie était un peu humide mais sans plus.

Il faut préciser que sur ce parcours il y a des cabines tout les 20km en moyenne, certes la plupart sont fermés mais il y a toujours moyen de s'abriter en dessous par exemple, ca permet d'etre un peu plus serein, sans cette sécurité je pense que je resterai sous la tente les jours de pluie!

Citer
Le boxer Athena c'était du coton/lycra non? Pas trop inconfortable et froid pour du long cours ? Pas de pb côté hygiène ? Parce que si c'est confortable à la ville, je trouve qu'en rando, surtout longues, c'est pas génial. (Tu me diras, c'est mieux que les boxer synthé de chez patagonia dont le traitement serait plutôt Gladiateur que Gladiotor vu comment ils chlinguent vite !  )

J'ai pris ce boxer parce que j'avais pas envi d'en acheter un autre, je suis fauché donc cette année j'avais misé sur les chaussettes smartwool pas sur le boxer :D! Il m'arrive de marcher sans boxer en attendant qu'il sèche sur mon sac ou dans mon duvet, niveau solidité je le déconseil, à la fin ca avait une forme assez original! Je ne suis pas très porté sur l'hygiène et j'avais déja un mois et demi d'entrainement en conditions crado du coup je n'ai rien chopé juste au pied après quatre jours de chaussures mouillées.

Citer
La doudoune Montbell, tu dis que tu l'as portée souvent, en quelles occasions ? Uniquement en statique ou en dynamique aussi ? Et vu que c'est du duvet t'as pas eu des pbs d'humidité et de perte de performances ?

Je l'a porté en général le soir en faisant le feu au bivouac, jamais eu besoin en dynamique, il a fait froid mais jamais assez froid pour porter plus qu'un capilene 3 et ma veste coupe vent. Je prend le plus grand soin de ma doudoune, avec une météo aussi changeante c'est ma seule protection contre le froid donc je fait très attention a ne pas l'humidifié, j'ai réussi a la tenir a l'écart de l'eau donc je ne peux répondre sur la perte d'efficacité.

Citer
- Côté vêtements pour le haut du corps, tu changerais quoi à ta liste à part l'ajout d'une chemise polycoton ? En gros t'as porté quelle combinaison de vêtements le plus souvent et qu'est ce que tu n'as quasiment pas porté ?

Ce que j'ai porté le plus fut Capilene 2 avec long zip, très agréable puisqu'il permet d'ajuster l'ouverture en fonction de la température, je gardais le capilene 3 pour les étapes froides ou pour le soir mais concretement avec une polaire de plus  j'aurai pu le remplacer par la chemise polycoton. Je ne suis pas certain que la polaire soit la meilleure solution, il faudrait peut être creuser dans cette direction, concretement meme si ca fait un oreiller agréable c'est lourd et encombrant...

Citer
- Vu que t'as réellement testé le poncho Golite sur une longue durée, t'en penses quoi question efficacité ? C'est valable pour un trip long ou c'est du matos assez limité, destiné à dépanner ou à être utilisé lors de sorties courtes ? Parce que si le silnylon 1.1 oz de chez Golite est nickel pour les abri, j'ai de gros doutes pour l'utilisation en poncho car la toile est exposée à des pressions plus fortes.

Je ne suis pas convaincu par ce poncho, ok c'est léger et compact mais en utilisation un peu engagée... Les pressions sont très fragiles et on a pas vraiment une impression de sécurité en marchant avec dans des branchages... J'ai déchiré le mien dans des branches pourtant pas si agressives. J'avais un Ferrino dans le temps que j'aimais bien, peut être qu'a l'avenir je prendrai un bon gros truc totalement imperméable histoire de pouvoir vraiment m'abrité dessous.

Je pense que sur un parcours comme ça on peut facilement se permettre quelques risques comme de ne pas investir dans du très bon matos de protection du fait des cabines présentent tout le long du parcours. Ceci dit je n'en ai pas eu vraiment besoin, il est rare d'avoir plus de 5 jours de pluie continus c'est donc plutôt sécurisé de ce coté. Après il y a le risque d'être mouillé par une traversée de rivière mais la c'est les sacs étanches qui sont censés faire le boulot. Ma liste était faite un peu à l'arrache c'est pour ca que j'ai du très bon matos qui cotoie du matos vraiment limite, le fait que je commence a connaitre pas mal la région et la présence des cabines m'ont rassuré sur ce point, sur un trip sans cabines je n'aurais pas fait les mêmes choix en terme de protection anti pluie.
Vie actuellement dans une  petite communaute a 50 km de Fairbanks en Alaska
Notre blog (en anglais) http://alaskan-escape.blogspot.com/

10 août 2011 à 08:13:50
Réponse #3

FatesHand


Merci pour ce retour d'expériences !

Je vais relire tout ça à tête reposée pour essayer d'en tirer des éléments pour moi-même.

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité