Nos Partenaires

Auteur Sujet: Ne tuez jamais un combattant, à l'entrainement.  (Lu 7869 fois)

30 juin 2011 à 18:44:56
Lu 7869 fois

** Serge **


Parce que je suis complètement d'accord avec cela, voici l'article de Loren Christensen.

                                             


http://paladinplanet.blogspot.com/2011/06/never-kill-warrior-in-training.html

Too often, training exercises “kill” cops, soldiers, and martial artists when they err in some fashion. “You shouldn’t have done that,” they’re told. “Now you’re dead.”

This is wrong. A trainer should never declare his students to be dead. When an instructor pretends to shoot, stab, or punch a student’s throat, the student believes he’s dead because that’s what he’s been told by the instructor and the other students. But killing a student is not the instructor’s job. His job is to teach the student to survive.

The proper response by an instructor should be, “Okay, you got shot (stabbed, punched), but you aren’t dead. I’m not training you to die. I don’t give you permission to die. I’m training you to live! So keep fighting!”

As a student, never think you’ve been killed in an exercise. Never, ever give up after being shot, stabbed, or punched. Every time an instructor, another student, or you declare yourself dead in training, you create a mindset to stop fighting and give up. Instead, you must create a mindset to take cover and return fire, to keep fighting though you’ve been stabbed, and to keep fighting though you’ve been stomped.

Train to never give up no matter what your injury. Keep fighting, keep fighting, keep . . .

Train to live, not to die.

* Statistically, the majority of gunshot and stabbing wounds are not fatal.


© - 2011 - Paladin Press
"The quality of your life is a direct reflection of the quality of your communication with yourself and others." - Anthony Robbins
http://jahozafat.com/0029585851/MP3S/Movies/Pulp_Fiction/dicks.mp3
"Communications without intelligence is noise; Intelligence without communications is irrelevant." ~ Gen. Alfred. M. Gray, USMC

30 juin 2011 à 19:34:57
Réponse #1

Lycaon


Oh combien vrai. Ne jamais cesser de se battre. Apprendre au mental à ne jamais lâcher. Que ce soit "a m*rde j'ai loupé ma technique, on recommence" ou "j'ai pris un coup de couteau donc c'est foutu". Dans tous les cas, on se conditionne à s'arrêter. Seul le corps doit lâcher. Pas la tête. A titre d'exemple, des statistiques (de tête) font état de blessures mortelles au couteau dans des cas ou des personnes ont été touchées de très nombreuses fois. Sur une trentaine de blessures, les 10 dernières étaient mortelles. Alors si on se dit, "c'est mort", alors oui, il y a de fortes chances pour qu'on le soit (mort). :'(
Merci pour avoir rappellé un principe aussi important.
Bien à tous.
Vivez comme le Bouddha (mais pas tout le temps) et battez vous comme le diable

30 juin 2011 à 20:30:17
Réponse #2

Patrick


The proper response by an instructor should be, “Okay, you got shot (stabbed, punched), but you aren’t dead. I’m not training you to die. I don’t give you permission to die. I’m training you to live! So keep fighting!”Marteler encore et encore une célèbre devise : "dans mon monde perdre n'est pas une option, car dans ce monde là perdre c'est mourir".

Devise d'ailleurs applicable à tous les domaines de la survie.

30 juin 2011 à 22:08:21
Réponse #3

Lycaon


J'ai encore le "mauvais réflexe du geste parfait". Il y a 5 ans quand j'ai basculé sur l'approche réaliste de l"agression (avant pendant après) en laissant derrière moi 17 années de traditionnel (la bonne technique) j'avais le réflexe de m"arrêter dès qu'une de mes "techniques" ne passait pas ou échouait. Je ne le fais heureusement plus. Pourtant, il y a deux semaines,à l'entraînement le  dimanche matin, pas très frais, attaque au couteau ou je me suis copieusement fait "larder", je ressentais encore une espèce de lourdeur mentale "put**n, je me suis fais toucher". Il y  a une sorte de sentiment d'échec, je suis pas bon etc, etc.. qui est vraiment à mon sens le résultat d'une certaine forme de pédagogie blanc\ noire; echec\ réussite qui effectivement peut faire de gros dégats. Donc oui, il y a une réelle pédagogie "vitale" en RSBD qui est Ô combien plus importante que "c'est quoi la meilleure technique" (ça n'engage que moi).

Bien à tous.
« Modifié: 01 juillet 2011 à 07:51:08 par Lycaon »
Vivez comme le Bouddha (mais pas tout le temps) et battez vous comme le diable

01 juillet 2011 à 09:22:30
Réponse #4

remy b


"Train to live, not to die".

 :up:

A l'entraînement, cette semaine, je prends salement un partenaire en clinch et commence un laminage en règle (contrôlé : frappes avec la cuisse et le biceps).
Il bouge, défend, bloque autant que possible.

Soudain, il arrête tout, et ce qui doit arriver arrive : genou au visage, sans dégâts, heureusement...  :o

Il m'explique que pensant avoir touché la coquille (ce qu'on signale en combat), il avait considéré que je serais KO, et que donc, je cesserais l'assaut, par "fair-play"...

Difficile de travailler de façon réaliste.
Mais le conditionnement et la vision du combat sont très importants dans la préparation au combat.
Surtout quand on parle de SD / SP.

"This is not a f...... sport".

A+

Rémy
;)

rémy b
b-sharp

01 juillet 2011 à 17:52:00
Réponse #5

gurdil


Cela doit dépendre aussi de l'enseignent qui nous a formé.......
Mon exemple perso(par définition qui ne concerne que moi....): j'ai appris l'aikido y'a 15 ans environ et mon prof de l'époque nous disaient toujours, lorsque nous loupions une prise:" fini la, ou passe quelque chose d'autre, je m'en fou,mais en situation tu aura pas droit a une deuxième chance......"
maintenant j'ai repris je jujitsu classique et ce principe me sert toujours si je me loupe sur une technique je me démerde pour passer autre chose tant que le gars en face est pas bloquer.......

01 juillet 2011 à 19:20:43
Réponse #6

voyageurdix


j'ai vu un reportage sur Shaolin, ou les combattants ne s'arrêtent que lorsque l'autre est évanoui!
J'ai fait de la boxe, et là aussi, on ne s'arrête qu'au KO
Dans ces deux cas, la raison en est simple!
l'autre doit être démoli!!!! ;# de part notre détermination à le démolir!! ::)
En judo, viet ou autre, les points marquent la victoire
mais en boxe, lorsque tu t'es pris un coup qui te fait rager, rien ne peut t’arrêter...
c'est pas de la haine, c'est de type survie ;D


01 juillet 2011 à 19:32:04
Réponse #7

** Serge **


J'ai fait de la boxe, et là aussi, on ne s'arrête qu'au KO

 :blink:
Pour rappel, l'article de Christensen parle de l'entrainement.
"The quality of your life is a direct reflection of the quality of your communication with yourself and others." - Anthony Robbins
http://jahozafat.com/0029585851/MP3S/Movies/Pulp_Fiction/dicks.mp3
"Communications without intelligence is noise; Intelligence without communications is irrelevant." ~ Gen. Alfred. M. Gray, USMC

01 juillet 2011 à 21:09:18
Réponse #8

voyageurdix


yo!!!  ;D je suis devenu membre de la tribu alors attention!!! attention ;#
Dans un cas de conflit,
en un; on évite le combat
en deux, lorqu'il n'y

02 juillet 2011 à 21:50:41
Réponse #9

Bomby


 Ca y est, j'ai retrouvé les passages qui m'avaient marqué à ce sujet lors de ma lecture d' "Anthropologie du combat" de Jean-Luc Guinot (qui intervient parfois sur le forum, et quand c'est le cas, c'est toujours à suivre de très près...).

Je me permets de citer ici quelques extraits de cet intéressant ouvrage, relatifs à cet aspect de l'entraînement, qui va d'ailleurs au-delà du seul fait de ne pas s'arrêter mécaniquement alors que telle ou telle technique apparaît ratée (et donc de rester dans une logique d'enchaînement) mais qui induit en outre un conditionnement mental positif ...

Dans un premier passage, où il propose un certain nombre de critères permettant de reconnaître un bon système de combat, JL Guinot évoque notamment le critère suivant:

" (...) Il (le système de combat) doit inclure des scénarios de mise en situation réelle, reproduisant le stress d'une agression, mais attention ! Il est important que cela puisse être fait de façon réaliste mais pas n'importe comment, ainsi vous devez toujours réussir à vous sortir d'une situation d'agression en vainqueur, il en va de votre équilibre psychologique, fuyez l'enseignant qui ne respecte pas ce principe. (...)"

Un peu plus loin, l'auteur y revient à propos de la visualisation et de l'imagerie mentale, en se référant d'ailleurs à un autre ouvrage éclairant, écrit par Christophe Jacquemart, qui lui aussi intervient parfois sur ce forum...

" (...) La visualisation semble donc être un atout supplémentaire  pour faire face au stress, à la peur et pour l'apprentissage des méthodes de combat défensif de survie, pourtant les images doivent répondre aux critères suivants:
- Les images doivent faire appel aux différents canaux sensoriels (voir, entendre, sentir, ressentir).
- Elles doivent être adaptées à l'activité.
- Elles doivent être exactes, c'est à dire reproduire le mieux possible la situation, les dimensions d'objets, la localisation, la taille des adversaires, les couleurs, les sons d'une action, les cris.
- Elles doivent être réalistes et correspondre à vos capacités : imaginer faire face à 5 adversaires n'est pas réaliste pour une personne normale, il faut faire attention à ne pas reproduire des scènes de cinéma, nous conseillerons de regarder les sites de bagarres prises par des caméras de vidéo-surveillance pour une approche plus réaliste. Dans les mises en situation virtuelle, il est important de sentir le coeur battre, l'adrénaline couler dans les vaisseaux sanguins, les tempes battre, la pression sanguine monter.

Dans son excellent ouvrage intitulé "Programmation psycho-émotionnelle à la violence urbaine", Christophe JACQUEMART indique : "s'associer à la réussite et se dissocier de l'échec dans tous les scénarios, surtout lorsqu'on se confronte à ses peurs les plus paralysantes (se voir vaincre et pas écrabouiller)". Nous  ne pouvons qu'être de cet avis et nous insistons sur cet aspect. Vous devez toujours quel que soit le scénario (imaginé ou réel) sortir vainqueur de la confrontation, fuyez les enseignants qui ne respectent pas ce principe, il en va de votre santé mentale. (...)".


On voit là notamment  le fossé qui peut séparer certaines méthodes "traditionnelles" (où l'élève, jamais au niveau, est sanctionné par le "maître", voire mis KO par celui-ci, dans un grand souci éducatif, certainement) et les méthodes et pédagogies plus actuelles tenant compte des apports récents des sciences cognitives...

Pour rendre à César ce qui est à César, j'ajoute à toutes fins pour ceux qui ne les connaîtraient pas un lien vers le blog de JL Guinot : http://defense-combat.blogspot.com/, et un autre vers le site de Christophe Jacquemart : http://www.neurocombat.com/index.html.

Cordialement,

Bomby



02 juillet 2011 à 22:05:45
Réponse #10

** Serge **


"The quality of your life is a direct reflection of the quality of your communication with yourself and others." - Anthony Robbins
http://jahozafat.com/0029585851/MP3S/Movies/Pulp_Fiction/dicks.mp3
"Communications without intelligence is noise; Intelligence without communications is irrelevant." ~ Gen. Alfred. M. Gray, USMC

02 juillet 2011 à 22:17:59
Réponse #11

Bomby


Cela nous met dans une time machine  :)

http://www.davidmanise.com/forum/index.php?topic=4542.5;wap2

HS : Serge, comment fais-tu ? Tu te souviens tout le forum par cœur depuis le début ?

Parce que ce n'est pas la première fois que tu me donnes cette impression...

Ce qui me refait d'ailleurs penser à un point que j'ai souvent en tête, à savoir la difficulté pour les "récents arrivés" (tout étant ici relatif) d'aller retrouver les pépites qui dorment dans les archives du forum non déterrées...

Cordialement,

Bomby

Fin du HS...

02 juillet 2011 à 22:40:41
Réponse #12

** Serge **


J'essaye d'avoir de la mémoire, de la conserver et de la travailler, du mieux que je peux.
C'est important et c'est un bon moyen de lutter contre le vieillissement.

J'ai une peur panique face à la perte des ressources cérébrales.
Donc, je lutte, docteur. Je lutte  ;D

"The quality of your life is a direct reflection of the quality of your communication with yourself and others." - Anthony Robbins
http://jahozafat.com/0029585851/MP3S/Movies/Pulp_Fiction/dicks.mp3
"Communications without intelligence is noise; Intelligence without communications is irrelevant." ~ Gen. Alfred. M. Gray, USMC

03 juillet 2011 à 09:44:23
Réponse #13

Patrick


Dans un registre similaire que je n'espère pas hors sujet, certaines écoles prônent de ne pas rendre l'arme d'entraînement (couteau ou bâton) lors du changement d'attaquant, mais de posséder chacun le sien. C'est notamment la position de l'ACDS.

On aurait en effet observé de comportements du type "drill de la boite de conserve" ou un policier aurait réussit à désarmer son attaquant, lui aurait rendu son couteau comme il le faisait à l'entraînement et aurait été poignardé.

03 juillet 2011 à 10:23:21
Réponse #14

Leif


donc cela implique de travailler réaliste dans le choix des scénarios.

car en effet il faut bien que cela s’arrête a un moment sinon on rejoint un cadre d'entrainement precis ou il faudra être blessé pour se stopper, seulement la il n'y aura que celui qui restera debout qui aura bien travaillé.

les autres auront juste subit.

j'ai peur que cette façon de travailler"ne tuez jamais un combattant" ne fausse la donne de celui qui s'entraine , juste a ce niveau , si il continu a se battre , tres tres bon pour le mindset c'est juste parfait seulement il peut le faire que et uniquement car l'agresseur ne peut pas le frapper, le blesser, handicaper, lui percer les yeux etc...

donc effectivement avec cette donne on ne peut pas le tuer.

maintenant placé a la place de l'instructeur qui fait son enchainement et qui dit la t'es mort et ainsi de suite, oui on tombe dans un travers, maintenant si on dit la potentiellement tu es mort car ta tete a ete touche, ta nuque peut etre endommagé ton pied a exploser et ta tete a servi de ballon de foot ça change non?

exemple

Dog Brothers Gathering Of The Pack 2010
http://www.youtube.com/watch?v=nTKqYkvmdkU
l'assaut s'arrete quand un coup est potentiellement mortel mais c'est une autre personne qui stoppe .

Senshido : Addressing Prison trained Attack Methods
http://www.youtube.com/watch?v=YHeMrHOvZnI&feature=related

la ou rich explique clairement que oui dans la vie il y a une chance sur 2 vivre ou mourir .

03 juillet 2011 à 12:02:01
Réponse #15

** Serge **


Ce que tu dis, n'est pas très clair, Jeff.

Il s'agit, pour l'instructeur, de toujours débriefer positivement son élève :  " tu as bien travaillé, il y a de bonnes choses dans ce que tu viens de faire, etc ... etc ... "

Et, également, de ne pas induire des schémas d'échec en arrêtant impérativement un exercice en cours : " stop, arrêtons-nous immédiatement, car tu viens d'être violemment poignardé dans l'abdomen et de subir des dommages aux cervicales. Tu es donc probablement mort."

Induire la notion imparable de l'échec, plutôt que la volonté de continuer à lutter encore et toujours, au-travers de tous les revers rencontrés  est souvent la marque du mauvais instructeur.

L'absence de renforcement positif en est une autre.

On voit, très discrètement, dans les documents de Dimitri, qu'un travail de renforcement positif immédiat est quasi toujours accompli  : " good job, nice work, etc ..."

<a href="http://www.youtube.com/v/HAvlf0V4_H8?" target="_blank" class="new_win">http://www.youtube.com/v/HAvlf0V4_H8?</a>

Accessoirement, un bémol que j'adresserais à Rich: where are their protection glasses,   bro ?
Do you want to assume one of your guys leaving your class with an eye being fucked up by a sharp object ?

C'est un oubli qui pourrait être impardonnable.

Sergio.
Qui, dans ses entrainements,  a vu trop de trainers passer à un poil de ses mirettes de taupe
« Modifié: 03 juillet 2011 à 12:07:27 par ** Serge ** »
"The quality of your life is a direct reflection of the quality of your communication with yourself and others." - Anthony Robbins
http://jahozafat.com/0029585851/MP3S/Movies/Pulp_Fiction/dicks.mp3
"Communications without intelligence is noise; Intelligence without communications is irrelevant." ~ Gen. Alfred. M. Gray, USMC

03 juillet 2011 à 12:49:58
Réponse #16

Leif


c'est ça le soucis , j'arrive pas a passer ce que je veux dire. ;#

mais c'est ce que tu as compris, car a travers ton message je vois que le mien est passé.

Citer
Il s'agit, pour l'instructeur, de toujours débriefer positivement son élève

j'aurais du ecrire ça c'etait plus clair.

Citer
Et, également, de ne pas induire des schémas d'échec en arrêtant impérativement un exercice en cours : " stop, arrêtons-nous immédiatement, car tu viens d'être violemment poignardé dans l'abdomen et de subir des dommages aux cervicales. Tu es donc probablement mort."

j'aime ton feedback car il vient de m'eclairer une petite donnée au fond de mon cerveau reptilien.une image des metabarons " tant que ce n'est pas arrivé cela n'existe pas"(c'etait sur le choix d'une boule blanche"

donc vu que tu n'es pas mort et bien lutte :)

Citer
Induire la notion imparable de l'échec, plutôt que la volonté de continuer à lutter encore et toujours, au-travers de tous les revers rencontrés  est souvent la marque du mauvais instructeur.

cela ne me venait meme pas a l'esprit, toujours grandir, toujours(la pedagogie nds est phenomenale dans ce sens)

exact bon rappel sur les protecs.

est ce que j'ai ete plus clair? :)

03 juillet 2011 à 13:00:02
Réponse #17

** Serge **


Oui  :) ;)

Je pensais encore à tout cela, hier soir. A propos d'un fait divers qui s'est déroulé aux EU, concernant une femme ayant croisé le chemin d'un grand prédateur.
Elle s'est fait choper avec une entrée façon Ted Bundy, s'est retrouvée avec quelques fractures, sonnée,sur le dos, en train de se faire sauvagement violer et, elle a lutté.
Pied à pied. Pour finir par tuer l'agresseur.

J'y pensais aussi avec l'idée du couteau comme fight stopper encore pris en défaut, car elle plantait sauvagement l'homme et celui-ci continuait, malgré tout, de la violer.

Je vais tenter de retrouver l'article, mais ce n'est pas gagné.
"The quality of your life is a direct reflection of the quality of your communication with yourself and others." - Anthony Robbins
http://jahozafat.com/0029585851/MP3S/Movies/Pulp_Fiction/dicks.mp3
"Communications without intelligence is noise; Intelligence without communications is irrelevant." ~ Gen. Alfred. M. Gray, USMC

25 juillet 2011 à 17:05:50
Réponse #18

Lynx


Trés bon sujet, on travaille également dans ce sens, dés le début on encourage les débutants à ne pas rester scolaires, mais à finir, à régler la situation, à ne pas laisser de danger autour de sois. Aussi lorsque l'on annonce la fin de l'exercice, toute technique débutée doit être achevée, même si les autres doivent attendre un peu qu'un groupe en termine. Idem comme j'ai lu plus haut, technique ratée doit provoquer une autre attaque de la part de l'adversaire.
C'est aussi pour cela qu'on bosse les esquives, pour laisser la chance au défenseur de se replacer en cas d'entrée foirée ou de black out mental.... 
C'est une bonne façon de s'adapter à une situation et de sortir d'un cadre trop calculé, propre, conditionné.
Poussière aux pieds vaut mieux que poussière aux fesses. Proverbe Peul

18 août 2011 à 03:30:16
Réponse #19

Rouri



Merci Serge! :)

Cela fait du bien de te relire!

Cela va un peu dans le même sens... ;)
http://realfighting.com/content.php?id=157
« Modifié: 18 août 2011 à 03:48:02 par Rouri »

20 août 2011 à 01:02:44
Réponse #20

Berhthramm


Ce que tu dis, n'est pas très clair, Jeff.

Il s'agit, pour l'instructeur, de toujours débriefer positivement son élève :  " tu as bien travaillé, il y a de bonnes choses dans ce que tu viens de faire, etc ... etc ... "



Comme pour l'éducation des gamins et pleins d'autres domaine... on fini par être ce que les autres (parents, profeseurs, etc...) disent que l'on est... je sais plus qui parle de "syndrome de l'étiquette"....

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité