Nos Partenaires

Auteur Sujet: Les larmes d'un chef indien  (Lu 6623 fois)

26 juin 2011 à 18:37:11
Réponse #25

Bobzdar


Le problème de fond que ma pensée prête-à-porter me laisse immédiatement percevoir, est celui de la globalisation et d'une certaine forme de "colonisation culturelle".

Cet exemple fait partie d'une longue série dont le résultat est chaque fois le même : la destruction des cultures et des humains dont le modèle social ne correspond pas au modèle en vigueur, et donc n'est pas rentable (ben oui, l'Amazonie ce serait tellement plus beau en meubles Ikea!).

Si les consommations énergétiques n'étaient pas à ce point aberrantes, si cette civilisation avaient un minimum de considération pour la différence (ou au moins un minimum de respect pour ces peuples dont le mode de vie, durable, perdure depuis des temps immémoriaux, là où nous, en 50 ans d'industrialisation, voyons déjà poindre la fin), alors nous ne penserions même pas qu'il puisse être éthiquement acceptable de procéder à de tels chantiers.

Ben je suis beaucoup plus convaincu, de personnes qui dans leur coin font avancer le schmilblick. Pas à grand coup d'indignation, mais en faisant eu même et en convainquant localement.
Moleson, je trouve qu'il est justement profitable de partager ce genre de nouvelles et l'indignation qui en découle dans des forums comme celui-ci dans le but de convaincre du bien fondé de l'action individuelle pour protéger la nature. Pas toi?
Même si cela n'aura certes aucun effet quant à la construction de ce barrage, il n'en demeure pas moins utile d'informer les gens sur ce qui se passe, chaque jour, dans ce monde.
L'éveil des consciences...

"Nul n'est plus désespérément esclave que ceux faussement convaincus d'être libres" (Goethe)

26 juin 2011 à 19:49:36
Réponse #26

Moleson


Le problème de fond que ma pensée prête-à-porter me laisse immédiatement percevoir, est celui de la globalisation et d'une certaine forme de "colonisation culturelle".


Cet exemple fait partie d'une longue série dont le résultat est chaque fois le même : la destruction des cultures et des humains dont le modèle social ne correspond pas au modèle en vigueur, et donc n'est pas rentable (ben oui, l'Amazonie ce serait tellement plus beau en meubles Ikea!).

Si les consommations énergétiques n'étaient pas à ce point aberrantes, si cette civilisation avaient un minimum de considération pour la différence (ou au moins un minimum de respect pour ces peuples dont le mode de vie, durable, perdure depuis des temps immémoriaux, là où nous, en 50 ans d'industrialisation, voyons déjà poindre la fin), alors nous ne penserions même pas qu'il puisse être éthiquement acceptable de procéder à de tels chantiers.
Moleson, je trouve qu'il est justement profitable de partager ce genre de nouvelles et l'indignation qui en découle dans des forums comme celui-ci dans le but de convaincre du bien fondé de l'action individuelle pour protéger la nature. Pas toi?
Même si cela n'aura certes aucun effet quant à la construction de ce barrage, il n'en demeure pas moins utile d'informer les gens sur ce qui se passe, chaque jour, dans ce monde.
L'éveil des consciences...


Je ne sais pas si tu es au courant que le Brésil est un pays moderne avec un débat démocratique et qu'ils n'ont pas attendu les bobos français pour discuter et débattre de ce genre de problème.
Marina Silva la candidate écologiste à raflée 20% des voix lors de la dernière élection, précisons qu'elle est née en Amazonie. C'est combien le parti écolo en F lors des dernières élections en 2007??? 1,57 % !!!!! :o
Alors je peux te dire que tant que la France est blindée de centrale nucléaires et que le parti vert recueille moins que l'extrême droite, il y a a mon avis du boulot a faire devant sa porte avant de montrer du doigt un pays nettement plus progressiste que la France dans la matière.

Ça ne  réveille strictement aucune conscience, c'est juste perçu par les Brésilien comme une forme de colonisation intellectuelle puante qui les énerve au plus haut point. Car en définitive c'est le propos d'un obèse qui montre du doigts des affamés qui veulent aussi manger. Le Brésil a un déficit en production d'énergie qui l'handicape au plus haut point et empêche de faire diminuer la pauvreté (C'est connu que dans les Favelas on vit dans l’opulence énergétique  :blink:), mais il essaye de combler ce problème en faisant appel a des productions renouvelable.

L'opposition des indiens est aussi à replacer dans un certain contexte local, que je n'ai vu nulle part détaillé.
Pour faire simple: au Brésil l'indien est un mineur, c'est à dire placé sous la tutelle de l'état, mais en contrepartie un droit de possession permanente sur les terres qu'ils occupent traditionnellement leur est théoriquement accordé, à l'exclusion du sous-sol(bien que l'usufruit de son exploitation en principe revienne aux indiens), l'Etat fédéral étant garant de l'exercice de ces droits en tant que propriétaire des terres.
Ce système juridique génère de nombreuses situations inextricables, et ce barrage semble en être un.
Précisions quand même: la controverse porte essentiellement sur le droit foncier, c'est plus une histoire d'expropriation légalement discutable qu'un génocide.
Merci un propos sensé et différencié.

Moléson

26 juin 2011 à 20:42:10
Réponse #27

Bobzdar


Tu sais bien que ce barrage n'est absolument pas imaginé dans l'optique d'améliorer les conditions de vie dans les favelas... Pas plus que l'exploitation du pétrole ne dessert le bonheur des irakiens.....

Je n'ai rien contre le Brésil, et encore moins contre sa population.
J'ai en revanche quelque chose à redire de la culture qui inspire ce genre de projet et qui n'a rien à voir avec les cultures et les décisions locales.



"Le monde entier doit savoir ce qui se passe ici, il doit se rendre compte à quel point la destruction des forêts et des peuples indigènes signifie sa propre destruction." (Leaders Kayapó)
"Nul n'est plus désespérément esclave que ceux faussement convaincus d'être libres" (Goethe)

29 juin 2011 à 22:59:24
Réponse #28

mirmidon


je ne suis n'y pour n'y contre bien au contraire

30 juin 2011 à 00:03:40
Réponse #29

ManHu


Bien vu Mirmidon!!
j'avais aussi ce lien mais je n'ai pas pensé à le mettre  :-\
5X3

30 juin 2011 à 04:20:57
Réponse #30

Bobzdar


Le site internet d'un chef Kayapo.....  :blink:

"Nul n'est plus désespérément esclave que ceux faussement convaincus d'être libres" (Goethe)

30 juin 2011 à 10:20:43
Réponse #31

ManHu


Le net c'est vraiment la jungle!!! ;#
5X3

12 juillet 2011 à 00:39:29
Réponse #32

mrmagoo


Citer
Un rapport, réalisé par Greenpeace et intitulé « Les avantages du soja et du maïs non-transgéniques pour le marché brésilien » démontre que, grâce à son soja sans OGM, le Brésil bénéficie largement de la demande croissante européenne. Des sociétés comme la Cooperl-Hunaudaye ou Aoste (filière viande française) recommandent un cahier des charges très strict en ce qui concerne la non incorporation d’OGM dans l’alimentation des animaux d’élevage. Concrètement, depuis que le soja transgénique est autorisé aux Etats-Unis, « le volume des exportations de soja américain vers l’Europe a baissé de manière significative, passant de 9,2 millions de tonnes en 1996 à 6,8 millions de tonnes en 2000 » alors que les exportations de soja non-transgénique du Brésil sont passées de 3,1 millions de tonnes à 6,3 millions de tonnes. La position privilégiée du Brésil se rencontre également au Japon et en Chine, officiellement réticents aux importations d’OGM.
http://www.infogm.org/spip.php?article642
Comme quoi rien n'est aussi simple qu'on aimerait le croire.
Qu'est ce qui grignote le plus la forêt amazonienne? C'est l'élevage et le soja.
http://www.autresbresils.net/article.php3?id_article=181%20INDIENS
En préférant le soja non transgénique, on participe donc à la destruction de celle ci. Et peu importe qu'on bouffe du soja ou pas, celui ci servant essentiellement à l'alimentation des animaux d'élevage.
C'est pas pour rallumer la polémique que je dis ça, c'est juste un exemple de la différence de vue que peut avoir le brésilien moyen vis à vis du problème: pendant qu'on s'indigne de la construction d'un barrage, on s'inquiète beaucoup moins de savoir qu'on participe beaucoup plus à la destruction de la foret par nos habitudes alimentaires et nos prises de position anti OGM.
Et le brésilien moyen, cette attitude l'énerve.
Dolus an virtus quis in hoste requirat ?

22 février 2012 à 11:24:20
Réponse #33

Oursbrun


Un autre exemple de la stupidité de l'homme, l'homme est son propre ennemi, il détruit la nature, fait disparaître des espèces animales et sera également responsable de futurs catastrophes naturelles liées à ses bêtises. Ça fait peur de voir cela car les conséquences seront dramatiques.

22 février 2012 à 14:52:18
Réponse #34

Chris-C


ils sont drolement méZant les Zumains  :'(


 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité