Nos Partenaires

Auteur Sujet: Rencontre avec un ours  (Lu 12867 fois)

07 juin 2011 à 00:37:42
Lu 12867 fois

aikikenshi


Un ami m'a envoyé un lien sur ma boite mail
http://www.shermix.com/videos/pourchasse-par-un-ours.html

L'attitude de l'homme me semble assez adéquat , mais je reste dubitatif sur le comportement de l'ours . Est-ce un jeune poussé par la curiosité ?

Qu'est ce que vous auriez fait à sa place ? Même si la situation ne semble pas extrêment dangeureuse , mieux vaut la garder sous contrôle quand même .

07 juin 2011 à 01:02:26
Réponse #1

mazel



 Amha, j'aurais crié pareil mais en patois des Cévennes: 'Aaarrieeerrr!'

 Quand au comportement de l'ours, je l'explique par l'équation suivante:

 sac à dos =  bouffe ou friandise!

 JL mazel

07 juin 2011 à 02:19:28
Réponse #2

Eremos


Qu'est ce que vous auriez fait à sa place ? Même si la situation ne semble pas extrêmement dangereuse , mieux vaut la garder sous contrôle quand même .

Voici ce qu'on trouve dans certaines réserves canadiennes:

Donc, ne pas crier, parler fort, se faire plus grand et impressionnant, jeter des roches ou des bout de bois,
« Modifié: 07 juin 2011 à 12:43:24 par Eremos777 »

07 juin 2011 à 04:36:49
Réponse #3

bushiben


Un ami m'a envoyé un lien sur ma boite mail
http://www.shermix.com/videos/pourchasse-par-un-ours.html

L'attitude de l'homme me semble assez adéquat , mais je reste dubitatif sur le comportement de l'ours . Est-ce un jeune poussé par la curiosité ?


En fait il rabat le gibier vers ses collègues posté en embuscade un peu plus loin.....hi hi hi hi
Sans plaisanter, je ne voudrais ps me retrouver a la place de cet homme, a voir cet ours insister ainsi, on doit vraiment cogiter dur quand au final de cette rencontre. N'est il pas plus prudent de se balader avec au moins un spray au poivre dans une région a ours ?
Parce qu’avec son bâton, a mon avis, il va pas faire grand chose, comme cure-dent peut être....
- Ce que tu vis au sommet te change profondément et te devient indispensable...
- L'alpiniste est un homme qui conduit son corps là où, un jour, ses yeux ont regardé... - Gaston Rébuffat

- Grimpez si vous le voulez, mais n'oubliez jamais que le courage et la force ne sont rien sans prudence, et qu'un seul moment de négligence peut détruire une vie entière de bonheur. N'agissez jamais à la hâte, prenez garde au moindre pas.
Et dès le début, pensez que ce pourrait être la fin - Edward Whymper

07 juin 2011 à 07:49:31
Réponse #4

soldmac


ben le baton de bois te permet quand même de mettre la distance, tu peux t'en servir pour taper sur l'ours si il approche trop pret et je suis pas sur qu'un ours qui avance trop vite vers toi et qui se prend le baton de face sur la tête ou le ventre arrivera a le casser. Alors qu'un spray, faut pas rater son coup, faut que le vent soit en ta faveur si c'est un spray, faut que l'ours soit sensible etc

07 juin 2011 à 09:25:55
Réponse #5

habo


C'est quoi comme ours? Interlocuteur anglo-saxon, pas d'ours en Angleterre donc USA/Canada, pas un ours noir donc un grizzly, mais de petite taille donc jeune? Il a l'air plus intrigué qu'agressif, il risque de finir en descente de lit s'il est pas un peu plus méfiant.

07 juin 2011 à 09:27:01
Réponse #6

Loïck


Il existe pas de répulsif a ours ?
Au mieux pour qu'il s'en aille on peut toujours mettre une giclee de parfum ?
Tout terrains, Tout temps, Tous prêts
Scout un jour Scout Toujours

07 juin 2011 à 09:44:13
Réponse #7

DavidManise


Un ami m'a envoyé un lien sur ma boite mail
http://www.shermix.com/videos/pourchasse-par-un-ours.html

L'attitude de l'homme me semble assez adéquat , mais je reste dubitatif sur le comportement de l'ours . Est-ce un jeune poussé par la curiosité ?

Le comportement de l'homme était adéquat jusqu'à un certain moment où la peur est vraiment montée, et où il a commencé a accélérer le pas pour s'éloigner...  et c'est là que l'ours a commencé à le suivre de plus près, sentant que l'homme hésitait, il hésitait lui aussi.

On a clairement à faire à un jeune grizzly (2 ans max, probablement son premier bipède), qui se demandait "est-ce que ça se mange" et il n'aura apparemment pas eu de réponse claire à ce sujet.  De son point de vue ça a dû donner un truc du genre "ça a pas l'air très bon, ça a l'air faible, mais ça court pas, et dans le sac ça sentait bon...  la prochaine fois que j'en vois un je vais retenter l'expérience comme ça je verrai bien" :)

Citer
Qu'est ce que vous auriez fait à sa place ? Même si la situation ne semble pas extrêment dangeureuse , mieux vaut la garder sous contrôle quand même .

Seul et sans endroit abrité ni aucun moyen de fuir, j'aurais eu deux moyens de défense : un spray aurait bien fonctionné dans ce cas ci.  Tourner jusqu'à être dos au vent, puis lâcher des giclettes de spray de loin pour que ça lui pique le nez.  Si ça avait pas suffi, l'arme a feu aurait été pas loin.  Là, le gars avait un bout de bois dans la main et visiblement rien d'autre pour se défendre.  Il avait bien raison de se chier dessus...  l'ours l'a probablement juste trouvé trop bizarre pour lui sauter dessus.

David
"Grand, gros, lourd, sale, fort et bête" ;)

Stages survie CEETS

07 juin 2011 à 09:53:40
Réponse #8

DavidManise


ben le baton de bois te permet quand même de mettre la distance, tu peux t'en servir pour taper sur l'ours si il approche trop pret et je suis pas sur qu'un ours qui avance trop vite vers toi et qui se prend le baton de face sur la tête ou le ventre arrivera a le casser. Alors qu'un spray, faut pas rater son coup, faut que le vent soit en ta faveur si c'est un spray, faut que l'ours soit sensible etc

Un grizzly comme ça, il met un coup de patte sur le bâton et tu gicles avec, et ensuite il te défonce sans aucun problème...  à la limite une lance ça peut le piquer et le faire réfléchir mais ça, c'est juste inutile...  Ceci dit oui, le spray a ses limites.  Et les armes à feu aussi.  Devant un ours vraiment vénère qui charge vraiment (ce qui arrive rarement, heureusement), le temps de réaction est extrêmement court.  Ca cavale à 55-60 km/h ces trucs, ça commence par te percuter de front, ensuite ça freine en te marchant dessus, et ensuite ça se met sur toi et ça arrache tout ce qui dépasse...  Moralité : l'ours on lui doit beaucoup de respect.  Au pays des ours, on n'est PAS au sommet de la pyramide alimentaire, et donc oui on peut crever parce qu'un ours l'a décidé. 

C'est l'ordre naturel des choses, ça.  Ce qui est bizarre c'est de pouvoir faire cuire du bacon à côté de sa tente et de dormir juste à côté en pétant tranquillement sous les étoiles...  y'a qu'en Europe de l'Ouest que c'est possible, ça, et c'est pour ça qu'ici je ne me sens jamais vraiment dans la nature.  J'ai plus l'impression de squatter le jardin de quelqu'un...

Ciao ;)

David
"Grand, gros, lourd, sale, fort et bête" ;)

Stages survie CEETS

07 juin 2011 à 10:29:32
Réponse #9

soldmac


Et si au lieu de reculé on avançait vers lui (faut avoir des corones), comme il a l'air jeune, p-e qu'il va prendre peur?

07 juin 2011 à 10:54:43
Réponse #10

DavidManise


Et si au lieu de reculé on avançait vers lui (faut avoir des corones), comme il a l'air jeune, p-e qu'il va prendre peur?

C'est possible.  Et c'est aussi quitte ou double...  Il faut éviter d'avoir l'air d'une proie, en fuyant (même doucement).  Il faut aussi éviter d'avoir l'air d'une menace (parce que les grrizzlies des fois ils sont pas d'humeur à ce qu'on leur cherche des poux dans la tête)...  Rester sur place calmement, ou reculer tranquillement en parlant à l'ours, sans le fixer dans les yeux, et sans s'exciter, c'est le mieux.  Avoir l'air plus grand aussi, ça aide...  poser son sac sur sa tête par exemple...  

Si l'ours insiste, il faut alors devenir plus impressionnant, en lui provoquant de la douleur (caillou, spray) ou en faisant un bruit non animal : cogner une gamelle, tirer en l'air, démarrer la motoneige, etc.  Si on grogne, il prend ça pour une provocation.  

Un ours est toujours prudent.  Il sait qu'il peut nous défoncer, mais il n'aime pas prendre de risques.  Son intention est généralement faible...  et il va changer d'avis facilement.

Ce qui craint, c'est l'ours motivé...  et donc il faut le démotiver :

- ne pas être une proie ;
- ne pas être un agresseur sur ton territoire, sa bouffe, ses petits ;
- ne pas se laisser impressionner... 
- ne pas lui tourner le dos ;
- ne pas le fixer dans les yeux ;
- ne pas grogner (il doit croire qu'on est différent de tout ce qu'il a connu) ;

C'est une sorte de bras de fer mental qui peut durer longtemps, jusqu'à ce que l'ours en ait marre et qu'il parte, ou qu'il nous laisse nosu éloigner tranquillement.

Dans les cas où l'ours charge vraiment, concrètement on n'a pas le temps de se poser toutes ces questions.  Si vous vous posez des questions, c'est déjà très très bon signe ;)

David
« Modifié: 07 juin 2011 à 11:00:06 par DavidManise »
"Grand, gros, lourd, sale, fort et bête" ;)

Stages survie CEETS

07 juin 2011 à 10:58:23
Réponse #11

soldmac


Oui c'est une solution a double tranchant. Pas l'habitude d'être en position de proie pour un occidentale métropolitain comme moi, même difficilement concevable, mais deviendrai une évidence face a un ours.

07 juin 2011 à 11:06:25
Réponse #12

Cleric


Si je me souviens bien du film-documentaire "grizzly man", Tim Treadwell soutenait le principe selon lequel il faut s'appuyer sur l'analyse coûts-bénéfices de l'animal.

Son camarade le renard polaire pouvait approcher les grizzlys car, selon le principe évoqué ci-dessus une petite proie agile demanderait trop d'énergie à être attrappée pour un apport calorique faible. Etant de taille insignifiante, le renard ne constituait pas non plus une menace dans le chef de l'ours.

Treadwell pouvait contrer une menace d'attaque d'un grizzly, en adoptant une attitude très confiante et bruyante. L'animal considérait donc, l'humain en question comme un adversaire capable d'un côté de lui infliger des blessures  potentiellement graves(coût élevé). Mais n'étant pas de la même espèce, il ne le percevait pas comme un concurent  sur les plans de la reproduction, du territoire ou de la nourriture à éliminer absolument (bénéfices faibles)

Ces observations, étayées par des séquences filmées, n'ont bien sûr pas la valeur de conclusions scientifiques.

C.

"...And we shall know no fear"

07 juin 2011 à 11:09:46
Réponse #13

mad


il y a juste un an, j'ai surpris un ours en Thaïlande (ursus tibetanus - très proche de l'ours noir américain, mais réputé plus agressif)  : il devait roupiller, et j'étais avec deux étudiants, pas bruyants en forêt.
Tout d'un coup, la bestiole se dresse à moins de dix mètres, pattes en l'air, et en faisant "WHAHA".
Mes deux étudiants thaï se sont carapatés, et je n'ai pas voulu faire pareil (cad se reconnaître comme proie). J'ai donc levé les bras et fait "WHAHAHA" en marchant vers le bestiau. Il devait faire dans les 150 kg, donc plus d'une fois et demi mon poids, mais il s'est remis sur 4 pattes et s'est barré en courant.
Avec un grizzly (même le jeune de la vidéo) je ne suis pas sûr du résultat.
Et avec un ours blanc, je serais encore moins confiant : je suis ravi de n'en avoir pas rencontré lors de ma balade de trois semaines au Spitzberg le mois dernier ...

PS : pour les étudiants thaïs, je passe pour un héros  ;# - au moins, je ne passe pas pour un regretté professeur  :lol:

PPS : l'analyse coût-bénéfice, sur le champ, tu n'y penses même pas - tout au plus faut-il avoir réfléchi AVANT à ce qu'on ferait en cas de rencontre. Et je pense que pour l'ours, c'est pareil ...

07 juin 2011 à 11:58:49
Réponse #14

lambda


Ce qui est bizarre c'est de pouvoir faire cuire du bacon à côté de sa tente et de dormir juste à côté en pétant tranquillement sous les étoiles... 

Salut,

De ce que j'ai pu apprendre en Laponie, les précautions du sac dans les arbres et du coin cuisine séparé du coin tente, sont pas vraiment appliquées, mais c'est vrai que ce qu'on trouve là haut est en fait l'ours brun, bien plus timide et moins aggressif que ces "cousins" nord américains ou encore l'ours polaire.

Les gardes chasses et locaux lapons me disent souvent que pour voir un ours brun, c'est quand même rare mais ce qui n'empêche pas celui-ci de nous repérer sans qu'on s'en rende compte. Ce qui est une bonne chose en soi, car éviter de surprendre l'animal est aussi un point important... d'ou les bruits de casseroles, grelots, qu'on peut mettre dans son sac afin de se faire "reconnaître" de loin.

Comme toi Mad, heureux de ne pas en avoir rencontrer lors de ma virée au Spitzberg, car pour eux, d'après ce qu j'ai pu comprendre des locaus, peu d'hésitations, ils nous considèrent vraiment comme des proies au même titre que les rennes.

à+,
Lambda
"I want to live in a society where people are intoxicated with the joy of making things." William S. Coperthwaite

08 juin 2011 à 00:31:01
Réponse #15

dream§


waaaa.....

superbe vidéo... 

l ours on en parle beaucoup, à raison, et  y a plein de supers posts ici et ailleurs sur le pourquoi/comment  de la rencontre,
mais là on visualise vraiment bien, (même si on s doute que c est pas rigolo...), là çà "parle" beaucoup !

et on voit bien l ombre du gars qui continue à filmer à une main la lance dans l autre...

il doit pas avoir si peur que çà lui... (perso j me serais cramponné à ma lance* en parlant/criant très fort et j aurais zappé l appareil..)

cool cool, j pars le mois prochain dans le Varmland et le Dalarna suédois, côté frontière Norvégienne, , et c est un sujet qui "me travaille" mine de rien...  bien que rassuré par plein de bons conseils à suivre, on ne sait jamais !

j vais peut être faire sourire les Québécois qui me lisent, et qui en on croisé plein de plus méchants, lol...

mais quand on est conscient de ce que l on ne connait pas et des moyens de préventions, c est déjà çà...

cette vidéo, avec "la bête qui bouge" çà aide à se préparer psychologiquement pour mieux réagir, "au cas où"...


* = oui la lance c est un peu faiblard face à un ours, mais un cold steel bushman (oui c est pas le meilleur coutal, mais j aime le manche creux !) bien fixé sur du bois bien solide, on peut "s imaginer" en Rahan qui triomphera...

 



un étranger en terre sauvage, demande à un vieil homme:
- "est ce que l hiver sera rude ?"
- "si je ne sais, ni qui tu es, ni d où tu viens, ni ce que tu as dans ton sac, je ne saurais te dire si l hiver sera rude..."

my copyright

08 juin 2011 à 00:36:18
Réponse #16

mad


... oui la lance c est un peu faiblard face à un ours, mais un cold steel bushman (oui c est pas le meilleur coutal, mais j aime le manche creux !) bien fixé sur du bois bien solide, on peut "s'imaginer" en Rahan qui triomphera...

On peut ...
Mais vaut mieux pas  ;#

08 juin 2011 à 00:43:55
Réponse #17

dream§


lol !

je l avais bien compris ! et David explique bien l histoire du coup de patte que j m envole avec !!

aucun doute là dessus !

mais au moins çà doit aider à garder un minimum (du moins un peu plus) de confiance et de maitrise de soi, et çà c est l intérêt !

et puis, on devient une proie "qui peut piquer" !



« Modifié: 08 juin 2011 à 00:51:04 par dream§ »
un étranger en terre sauvage, demande à un vieil homme:
- "est ce que l hiver sera rude ?"
- "si je ne sais, ni qui tu es, ni d où tu viens, ni ce que tu as dans ton sac, je ne saurais te dire si l hiver sera rude..."

my copyright

08 juin 2011 à 02:53:44
Réponse #18

said206samourai


Moi je suis contre, se qu’il fait se n est pas naturel.
 a vous de juger: http://videos.arte.tv/fr/videos/l_homme_qui_vit_avec_les_ours-3945010.html
j'aime la justice. dans ce monde elle est rare

08 juin 2011 à 11:56:00
Réponse #19

aikikenshi


Donc rester calme , ne pas se comporter comme une proie , et avoir une attitude du genre : tu es balaise , je te respecte , mais si tu veux la bagarre même si on sait tout les deux que je n'ai pas une chance , ça te causera quelques désagréments , car tu ne sais pas de quoi je suis capable (gaz irritant , bruit hors de tes repères habituels ....) .
Pour la bouffe dans le sac à dos , je suppose que c'est comme pour les chiens , même stocké dans quelque chose d'hermétique , l'odeur déposée dessus fera que l'intérêt en restera limité , non ?

08 juin 2011 à 12:12:11
Réponse #20

mad


Après y avoir repensé, je rajoute un truc à propos de mon expérience de l'an dernier ( http://www.davidmanise.com/forum/index.php/topic,48622.msg399968.html#msg399968 ) : je pense que c'est parce que j'ai réagi immédiatement avec une attitude clairement menaçante que ça a bien marché - si j'avais réfléchi quelques secondes avant de prendre une attitude agressive, le bestiau aurait eu le temps de peser ses chances ...
Ceci-dit, je suis convaincu que dans ce cas précis (les deux zozos qui étaient partis en courant), j'ai eu la bonne attitude  :closedeyes: ...

08 juin 2011 à 12:23:09
Réponse #21

aikikenshi


Autre question stupide de l'homme qui n'a jamais rencontré autre chose dans la verte de plus dangereux que les tiques  :-\ .
Puisqu'il s'agit avant tout de déstabiliser l'animal , le sortir de ce qu'il connait en terme de proie , est ce que l'éblouir avec une source de lumière relativement puissante (comme la lampe que je porte systématiquement sur moi ) peut participer à le faire gamberger un peu plus ? (en plus du reste évidemment)

08 juin 2011 à 12:37:14
Réponse #22

Pierr


Peut-être lui sacrifier son sac. L'odeur de nourriture du sac devrait retenir son attention. Nourriture sans effort et sans danger.
Le problème évidemment c'est que cela lui donne de mauvaises habitudes mais il faut parer au plus pressé. Et évidemment on se retrouve sans sac donc effectivement en situation de survie.

08 juin 2011 à 17:03:50
Réponse #23

phil924


ou séparer la bouffe du sac, dans un sachet dans le sac et lui balancer le sachet ?

Lui faire don (rapidement) d'une partie de la nourriture (portion prévue d'avance) histoire de l'occuper,
et s'il n'y a pas de rencontre on pourra toujours la consommer.

08 juin 2011 à 17:06:07
Réponse #24

DavidManise


Peut-être lui sacrifier son sac. L'odeur de nourriture du sac devrait retenir son attention. Nourriture sans effort et sans danger.
Le problème évidemment c'est que cela lui donne de mauvaises habitudes mais il faut parer au plus pressé. Et évidemment on se retrouve sans sac donc effectivement en situation de survie.

On peut lui jeter une barre de céréales ou une m*rde, aussi, mais typiquement une fois qu'il a pigé qu'on lui file de la bouffe, il va continuer à nous suivre.  Il est pas con, nounours ;)

David
"Grand, gros, lourd, sale, fort et bête" ;)

Stages survie CEETS

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité