Nos Partenaires

Auteur Sujet: hachette hache ou s'en passer ?  (Lu 22427 fois)

17 avril 2011 à 21:54:27
Réponse #50

RATATOSK



17 avril 2011 à 22:44:58
Réponse #51

Ghjallone


j'ai rien compris...
je viens de découvrir qu'un bédane est un ciseau a bois en plus épais, mais quel est le rapport avec l'utilisation de la hache?
j'ai toujours pardonné a ceux qui m'ont offensé.
mais j'ai la liste.

17 avril 2011 à 22:53:09
Réponse #52

jbc


wouaaaa tu carbure a quoi mazel ?? moi aussi j'en veut  ;# :lol: :lol:

17 avril 2011 à 22:54:24
Réponse #53

mazel


 Le bédane est fait pour tailler à 90°

 Le ciseau à 45° fait sauter des lamelles dont il ne faut pas s'ocuper, elles sautent naturellement avec la contre entaille.

 C'est paroles de très vieux, qui en avaient tombés plus que quelques uns avant les tronços, qui me disaient ça en voyant mes coups à 90°..

 JL

17 avril 2011 à 23:57:11
Réponse #54

Ghjallone


oui j'avais compris ca :)
mais on n'abat pas un arbre au ciseau a bois, et Ratatosk parle des risques qu'une hache rippe quand on tape a 90°..
j'ai toujours pardonné a ceux qui m'ont offensé.
mais j'ai la liste.

18 avril 2011 à 13:24:13
Réponse #55

Paintedhorse


Bonjour tout le monde,


J'aime bien ces petites discussions :)
J'ai envie de répondre que pour choisir il faut définir le but et avoir les connaissances pour y parvenir.
Pour être honnête, question danger, je dirai qu'un ouvre boite victorinox peut être aussi dangereux qu'une tronçonneuse pour un néophyte!
Par exemple, une chose m'interpelle quand je lis le début du fil: "...fendre une buche de 1 m de long".
Personnellement, il ne me viendrait jamais à l'idée d'essayer cela ni avec une hachette, ni une machette, ni un camp. Un solide cognée à la rigueur (et encore, si possible avec des coins artisanaux). Chez moi, au dela de 30 cm de long et de 15 cm (m^me 10, cela dépend du bois) de diam j'utilise le merlin.
Ces outils sont ils destinés à la vie de tous les jours, la rando en autarcie longue durée, la rando week end, perpétuellement en mouvement ou camp de base avec rayonnement?

- Peut être ai je utilisé la hachette pour une tache pour laquelle elle n'est pas prévus ?
J'ai envie de répondre OUI. Une hachette (manche de +/- 40 cm) est plutôt destinée à de "petits" travaux.

- Hachette merdique résultat merdique ?
Pourquoi hachette merdique?
La hachette que j'utilise pour fendre les buches (de +/- 30 cm de long) m'a couté +/- 2,50€ et que je ne l'affute jamais!
Comme pour le merlin, ce n'est pas le tranchant qui importe pour ce travail.
Maintenant, si l'envie te prend de sculpter du bois pour créer des tenons et des mortaises, là il vaut mieux une hachette
de bonne qualité et bien affutée

- Vus que l'ont a tous des surins et scies une hache ou hachette en plus est elle superficielle ?

Encore une fois, cela dépend de l'endroit où tu te trouves. Chacun de ses outils (même s'il possède une certaine polyvalence) a un rôle bien précis. Et aura un rendement different selon qu'il est utilisé a bon ou moins bon escient. Personnellement, en survie, je préfèrerais les trois! Mais si je ne devais en choisir qu'un, ce serait la hachette.

- Quelle est le réel intérêt de prendre une hache ou hachette avec soi ?

- Et si il y a vraiment un intérêt , préférer une hachette ou hache ?


2 outils totalement différents. C'est comme si tu demandais si il vaut mieux prendre une massette ou un marteau de cordonnier.
Pour quelle situation? Dans quelle optique?

L'idéal est, mais ce n'est que mon humble avis, la hache à double tranchant. Un grossier pour éclater et un tranchant assez fin pour de la précision.

Mais encore, encore une fois, je dirais que ce sont les connaissances de l'utilisateur qui doivent déterminer le choix.

A+

18 avril 2011 à 16:09:11
Réponse #56

aquinatis


pas mal dit... mais si je ne devais moi choisir qu'un truc, ben ce serait un couteau c'est clair: pas un grand camp non, un truc de 25 cm au total, qui dépannerait pour le bois et me permettrait de faire le reste.
Peler une pomme à la hachette c'est possible, mais c'est quand même chiant :)

19 avril 2011 à 10:39:49
Réponse #57

François


OK donc pour la survie dans les vergers en été. <- Humour facile :)
D'un autre coté, pour préparer le ou les stères de bois qu'il faut pour un gros feu de bois qui doit durer une nuit d'hiver ...
AMHA, même si c'est plus technique, et même si en cas de fausse manip c'est beaucoup plus dangereux qu'un couteau, il y a des fois où une grosse hachette ou une hache s'imposent et cela vaut le coup d'apprendre à s'en servir.
Espérer le meilleur, prévoir le pire.

19 avril 2011 à 10:52:29
Réponse #58

Paintedhorse


OK donc pour la survie dans les vergers en été. <- Humour facile :)
D'un autre coté, pour préparer le ou les stères de bois qu'il faut pour un gros feu de bois qui doit durer une nuit d'hiver ...
AMHA, même si c'est plus technique, et même si en cas de fausse manip c'est beaucoup plus dangereux qu'un couteau, il y a des fois où une grosse hachette ou une hache s'imposent et cela vaut le coup d'apprendre à s'en servir.

Salut,

D'accord avec l'ami François. Une bonne hachette doit suffire (en tout cas moi ça m'a toujours suffit).
Et surtout particulièrement d'accord quand il dit qu'il faut apprendre à s'en servir. Très important.
Pas besoin d'être un sculpteur mais savoir choisir les bois, les entailler et/ou les fendre.
Toujours utile, peut sauver des vies et éviter de se blesser au pire moment.

A+

19 avril 2011 à 15:36:45
Réponse #59

aquinatis


Faut pas non plus sortir de polytechnique pour se servir d'une hache hein.... Et d'ailleurs un grand camp ça peut être tout aussi dangereux; les deux demandent - un peu- d'entraînement et basta.

Pour l'hiver perso je n'ai jamais besoin d'un stère de bois: c'est ce que je faisais au début, de vrais feux de joie, des bûchers quasiment. Aujourd'hui je me contente de plus petits trucs, bien plus faciles à entretenir, suffisant pour réchauffer une personne (à plusieurs c'est autre chose, sans oublier le côté convivial), bien plus économiques et respectueux de la forêt donc. Avec le ou les bons duvets, j'ai passé plusieurs nuits (l'hiver dernier parce que cette année l'hiver c'était pas ça :) ) à -25°C sans trop de problèmes. Je n'ai pas super bien dormi, j'ai passé pas mal de temps à côté du feu justement mais bon ça l'a fait. J'ai eu la surprise l'hiver dernier, après avoir enfin trouvé le sommeil vers les 4h du mat, de me réveiller enterré ou presque sous la neige: mauvais positionnement du tarp.... :) .
Un grand feu demande beaucoup d'entretien pour peu de rendement. Tant qu'à passer la nuit à l'alimenter, autant rester sobre et se contenter de la chaleur d'un plus petit foyer.

19 avril 2011 à 15:45:29
Réponse #60

Kilbith


Faut pas non plus sortir de polytechnique pour se servir d'une hache hein.... Et d'ailleurs un grand camp ça peut être tout aussi dangereux; les deux demandent - un peu- d'entraînement et basta.

Pour l'hiver perso je n'ai jamais besoin d'un stère de bois: c'est ce que je faisais au début, de vrais feux de joie, des bûchers quasiment. Aujourd'hui je me contente de plus petits trucs, bien plus faciles à entretenir, suffisant pour réchauffer une personne (à plusieurs c'est autre chose, sans oublier le côté convivial), bien plus économiques et respectueux de la forêt donc. Avec le ou les bons duvets, j'ai passé plusieurs nuits (l'hiver dernier parce que cette année l'hiver c'était pas ça :) ) à -25°C sans trop de problèmes. Je n'ai pas super bien dormi, j'ai passé pas mal de temps à côté du feu justement mais bon ça l'a fait. J'ai eu la surprise l'hiver dernier, après avoir enfin trouvé le sommeil vers les 4h du mat, de me réveiller enterré ou presque sous la neige: mauvais positionnement du tarp.... :) .
Un grand feu demande beaucoup d'entretien pour peu de rendement. Tant qu'à passer la nuit à l'alimenter, autant rester sobre et se contenter de la chaleur d'un plus petit foyer.

Sur ce site, on envisage le feu comme unique moyen de chauffage en absence de vêtements ou de sac de couchage. On se place alors dans deux scénarios :

1. Le scénario à la "Kohanski" : on est un trappeur pas équipé de matériel moderne dans la forêt boréale en hiver. Dans ce cas il faut suppléer l'absence de sac de couchage et de vêtements isolants en matériau modernes/légers mais on dispose d'outils coupants à profusion. On fait un "lean to" et un grand feu en long pour passer la nuit par -30°C de façon habituelle.






Ou d'une forme de camping "old school"


(sur la photo le tapis de sol est minimaliste, mais la quantité de bois réaliste pour des températures négatives)

2. Le scénario "catastrophe/survie/cheville foulée" : on est amené lors d'une randonnée, d'un accident ou d'une catastrophe à passer quelques nuits très froides ou humides avec le matériel disponible pour une sortie "à la journée". En gros, dans le meilleur des cas, on dispose d'un couteau modeste, de quoi faire du feu, d'un bout de corde et d'une CS (un vrai EDC réaliste en somme). On peut fabriquer un lean to et compter sur le feu pour passer la nuit en évitant l'hypothermie pour une nuit ou deux (72h).


(Le bois est trop gros, mais l'idée est là)

Si on a du matos de camping, le feu est secondaire.  ;)

« Modifié: 19 avril 2011 à 16:08:06 par kilbith »
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

19 avril 2011 à 15:51:19
Réponse #61

jbc


je me souvient pendant le stage avec david on avait preparer pour 4 un grand abris et seulement des couvertures de survie ont avait preparer a peut prés 1 stére de bois (de m*rde) avec seulement un petit moins 4 la nuit la stére y est passé

19 avril 2011 à 15:59:58
Réponse #62

Paintedhorse


C'est vrai qu'il faut pas sortir de polytech pour se servir d'une hache mais au vu de ce que certain disent d'eux même sur le site ou de ce que j'ai déjà vu sur le terrain, c'est bon de s'entrainer un peu chez soi, histoire d'avoir le coup de main.
Idem pour le couteau.
En ce qui me concerne, je suis plutôt partisan de 2 ou 3 petits foyers qu'un grand feu de Saint Jean.
C'est vrai qu'un bon sac de couchage c'est un plus.
En ce qui me concerne, les endroits où j'ai dormi nécessitaient un bon feu (avec un bon sac normal, pas le special -30 pour le grand nord). (ardennes, forêt allemande en hiver entre autres)

19 avril 2011 à 16:17:44
Réponse #63

jbc


de toute façon c'est l'histoire du poisson qui se bouffe la queux ! il y a les partisans du gros camp et ceux de la hachette
je me situe pour la hachette (après chacun voit midi a sa porte ) avec je tombe un arbre mort de plus de 20 cm de diam et d'au moins 6-7 mètres de haut en moins de 5 minutes, je recoupe en bûche l'arbre en entier en moins de 15 minutes et je refend les bûches si nécessaire en buchettes et en sticks (se qui m'evte a aller chercher partout du bois j'en trouve un et basta ), je peut frapper en m'en servir comme petite massette (piquet, coins en bois ......)j'allume mon feu avec !








faire la même chose avec un camp me semble dificile  ;# par contre sa demande d'autres techniques et solution pas plus mauvaise mais ni meilleurs.
je suis plus a l'aise et plus habile  avec une hache entre les mains que avec un gros camp pour d'autres c'est le contraire  :lol: :lol:

19 avril 2011 à 22:31:17
Réponse #64

François


Pareil, je me satisfais habituellement de micro-feux pour l'eau pour la cuisine :







Là quelques centaines de grammes de bois par jour sont suffisants, et un couteau de poche va bien pour le couper et le refendre.

Mais pour passer en mode chauffage, quand il fait un peu trop froid, ou plus exactement quand moi ou quelqu'un m'accompagnant n'a pas bien prévu son équipement, la taille du feu peut augmenter énormément, et la consommation de bois devenir incroyable.
Espérer le meilleur, prévoir le pire.

20 avril 2011 à 08:21:54
Réponse #65

aquinatis


Hum hum... double hum donc: si on discute du choix couteau de camp/hachette, on n'est pas vraiment en train de parler de survie là. Quand je suis dans une situation où je peux choisir entre l'un ou l'autre, ben en général je n'oublie pas mon sac de couchage.

Le fond du problème ne change pas de toute façon: je maintiens qu'on n'a pas besoin d'un grand feu pour se tenir au chaud une nuit entière par moins 30°C. Il ne s'agit pas d'un savoir théorique, mais de mon expérience. Posté à côté d'un petit feu, on tient tranquille toute une nuit. C'est bien plus dur dans des conditions climatiques plus difficiles, de tempête en particulier où faire du feu est parfois impossible. Le problème est différent.

Le fameux feu en longueur, je n'ai jamais trouvé ça bien: ou plutôt si ça l'est, mais c'est très chiant à entretenir et à mon sens superflu. Bon je ne fais pas des feux tout riquiquis non plus, j'essaye d'être économe, c'est tout

Tiens un des derniers "grands feux" que j'ai du faire, l'an dernier, entre -25 et -30, 4 h du mat.... Ben non je ne dormais pas :)

20 avril 2011 à 08:54:13
Réponse #66

Kilbith


Hum hum... double hum donc: si on discute du choix couteau de camp/hachette, on n'est pas vraiment en train de parler de survie là. Quand je suis dans une situation où je peux choisir entre l'un ou l'autre, ben en général je n'oublie pas mon sac de couchage.

Moi aussi, mais si on remet dans un contexte "low tech" qui nous intéresse aussi ici :

Une hache, on en trouve quasi partout depuis des millénaires, c'est solide et ce n'est pas très cher. En revanche un sac de couchage capable d'affronter les -30°C, cela n'existe que depuis, au mieux, 150 ans.

Et encore, c'était un sac en peau de rennes qui pesait le poids d'un "espagnol avé les basquettes". Un sac de couchage moderne qui peut descendre à -30°C régulièrement, cela pèse mini 2,5 kg si c'est du duvet et au moins 3,5kg si c'est du synthétique (il faut ajouter le poids du matelas). Le volume est énorme dans le cas du synthétique. De plus cela coute un bras, c'est fragile, et on n'en trouve pas partout, loin de là (en France peut être deux ou trois point de vente).

Alors qu'une hache de 1,5 kg, c'est facile à trouver quasi partout sur la planète, pas volumineux dans une pulka, pas cher, indestructible et cela permet de passer régulièrement des nuits par -30°C avec ses vêtements "standards" et une ou deux peau de rennes que l'on trouvait localement.
Je n'ai pas testé, mais c'est que décrivait Nansen quand il parlait de ses premières nuits avec les lapons qui l'accompagnaient avant sa traversée du Groenland : Ils s'enroulaient dans leur long manteau en peau de rennes, changeaient la paille dans leur chaussures en peau de rennes, mangeaient de la protéine, se faisaient du café et s'allongeaient sur des peaux de rennes devant un feu par température très négative (mais c'était dans les bois, pas sur l'inlandsis).

Ceci dit je suis comme toi, si j'ai le choix je préfère utiliser un bon sac de couchage dans un "trip" nordique, que tomber, charrier, débiter et fendre chaque soir 2 à 3 stères de bois. Mais si je dois le faire, je préfère une hache (voire une hachette) à un couteau de camp.  :) 

(on discute on discute....pour le plaisir de la discussion)
« Modifié: 20 avril 2011 à 09:05:53 par kilbith »
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

20 avril 2011 à 11:35:06
Réponse #67

lambda


+1000 avec Kilbith...

Faire du bois dans ces conditions, demande d'être efficace et d'obtenir une grosse quantité de combustible assez vite, surtout en itinérance, par exemple typiquement dans les régions arctiques /sub arctiques. En effet les journées de travail sont courtes en début et fin de nuit polaire ou quasi inexistantes durant une bonne partie de l'hiver, d'ou la nécessité d'être capable d'alimenter un feu sur de longues duréee nocturne... d'ou aussi ma préférence pour une hache efficace permettant de faire du volume rapidement...

Mais en milieu forestier, hors de toute piste dammée, faire son bois de chauffage, c'est aussi une tâche bien ardue, car ca suppose de bosser plongé dans de la neige jusqu'aux hanches ou plus, avec un sol complètement irrégulier caché sous le manteau neigeux trompeur. Ca suppose trimballer de gross quantité de bois dans des conditions de progression parfois exténuantes, loin du contexte habituel de par chez nous ou on bosse sur un terrain relativement plat, ferme et dégagé... ca demande de répéter ca chaque jour, et en itinérance nécessitant de tenir un rythme, ca bouffe un temps précieux d'installation de camp pas possible...

En ce sens là, l'usage d'un sac de couchage "grand froid" est un plus indéniable et à mes yeux essentiel en ce qui concerne le gain de temps et l'économie de ses forces...

Mais pour en revenir à la hache, en condition hivernale rude, en camp fixe ou semi-fixe (déplacement envisagé tout les 3 ou 4 jours par exemple) c'est à mon avis l'outil "royal" à avoir...

à+,
Lambda
"I want to live in a society where people are intoxicated with the joy of making things." William S. Coperthwaite

21 avril 2011 à 10:08:40
Réponse #68

guillaume


Tiens un des derniers "grands feux" que j'ai du faire, l'an dernier, entre -25 et -30, 4 h du mat.... Ben non je ne dormais pas :)

Ton feu à l'air vrai trop loin de ton abri pour être efficace, c'est la photo qui donne ça ?

a+

"82,3% des gens ont plus de chances d'être convaincus lorsqu'il existe un pourcentage dans la phrase."

21 avril 2011 à 11:08:15
Réponse #69

botchchikii


Citer
Mais pour en revenir à la hache, en condition hivernale rude, en camp fixe ou semi-fixe (déplacement envisagé tout les 3 ou 4 jours par exemple) c'est à mon avis l'outil "royal" à avoir...
+1 Mais de mon expérience perso, en camp fixe ou semi-fixe en hiver, j'apprécie beaucoup une vraie scie. C'est franchement moins fatiguant et plus rapide pour débiter du bois en buche, et ça permet de moins galérer dans la neige. Avec une hache ou hachette, tu l'as dit toi même, tu te retrouves à travailler dans la neige non tapée. C'est souvent pas pratique de débiter un tronc à la hache. Avec une bonne scie, ça va tout seul. Et si tu as un toboggan, c'est pas ce qui prend vraiment de la place. Donc pour moi, hache ou hachette + scie si possible techniquement. Sinon hache ou hachette.


21 avril 2011 à 11:19:45
Réponse #70

lambda


Ouaip, tu as raison de le souligner, la scie c'est aussi un super outil à caser en fond de pulka/toboggan dans ces conditions là. et pour les buches, il est vrai que je procède ainsi aussi. La hache me sert à tomber l'arbre mort, et à fendre au camp.

à+,
Lambda
"I want to live in a society where people are intoxicated with the joy of making things." William S. Coperthwaite

21 avril 2011 à 11:28:02
Réponse #71

Kilbith


+1 Mais de mon expérience perso, en camp fixe ou semi-fixe en hiver, j'apprécie beaucoup une vraie scie. C'est franchement moins fatiguant et plus rapide pour débiter du bois en buche, et ça permet de moins galérer dans la neige. Avec une hache ou hachette, tu l'as dit toi même, tu te retrouves à travailler dans la neige non tapée. C'est souvent pas pratique de débiter un tronc à la hache. Avec une bonne scie, ça va tout seul. Et si tu as un toboggan, c'est pas ce qui prend vraiment de la place. Donc pour moi, hache ou hachette + scie si possible techniquement. Sinon hache ou hachette.

Tout a fait!

La scie est moins dangereuse, demande moins d'effort et économise du bois (moins de copeaux). Encore une fois tout est affaire de circonstance :

-Pour randonner sur GR, un mini_sak/opinel suffisent amplement. On peut substituer un petit fixe léger de 8_10 cm de lame, c'est plus pratique et plus polyvalent mais moins accepté socialement de nos jours. On va les retrouver dans tout le reste des cas, ne serait-ce que pour manger ou préparer la nourriture avec une lame propre.

-Pour chasser le gros gibier de nos contrées (sanglier, cerf) il faut un fixe facile à nettoyer pour éviscérer, une douzaine de centimètres suffisent.Pour achever le gibier, il faut une plus forte lame.

-Pour préparer le gibier (écorcher, découper en quartier) il faut soit une lame fixe pas trop grande accompagnée d'une scie genre fiskars, soit une hachette adaptée à la place de la scie. L'autre solution sera une forte lame (couteau de camp), mais ce ne sera pas optimal pour vider, écorcher, découper.

- Pour le petit feu (pour un repas de randonneur, sécher les chaussettes et tenir compagnie), il faut à minima un couteau fixe (afin de bâtonner les branchettes du diamètre d'un gros pouce et arriver au cœur plus sec quand on n'est pas au 15 aout).

- Pour le feu (celui destiné à faire un repas, éclairer, chauffer) il faut une scie (pour couper les rondins de 15 cm de diamètres) et une hache pour refendre. On peut remplacer la hache par un gros fixe afin de bâtonner, c'est plus simple et moins dangereux mais plus fatiguant et l'outil risque de céder assez vite et là on n'a plus rien. On peut se contenter d'un fixe léger et d'une hachette...mais au prix d'une plus grande dépense d'énergie.

- Pour camper en se basant sur le feu durant plusieurs jours par température froide (chauffage de la nuit...) il faut du lourd. Hache à deux mains, scie à cadre, un petit couteau fixe sera en complément mais ne servira pas pour le bois.

- Pour installer un camp sommaire (bois pas plus gros que mon bras) le couteau de camp est suffisant. La hachette, la scie et le petit fixe (éventuellement opinel ou sak) suffiront.

- Pour installer un campement. Il faut du lourd : hache légère, scie, tarière....

A+
« Modifié: 21 avril 2011 à 11:41:01 par kilbith »
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

21 avril 2011 à 16:51:46
Réponse #72

aquinatis


On se répète là non?  ;)

21 avril 2011 à 17:28:20
Réponse #73

Kilbith


On se répète là non?  ;)

"la répétition est la mère de la pédagogie"  :D
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

21 avril 2011 à 18:11:36
Réponse #74

jbc



 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité