Nos Partenaires

Auteur Sujet: Je prete ou je prete pas. Telle est la question....  (Lu 15807 fois)

02 avril 2011 à 00:06:21
Lu 15807 fois

chryss


Argent, espèces, fric, blé, flouze, pognon,…….
Tant de mots qui fond rêver, perdre la tête a certains qui contribu au bonheur, ou cause les pires soucis  
Ma questions, quand prêter de l argent, a qui, sous quelles conditions. Comment ou pourquoi refuser.
Pour ma part ayant était pas mal de fois échaudé je me suis dit.

Si un ami, pote, voisin, famille (l ordre n a rien à voir) me demande de l argent.

2 solutions.

Ou j accepte.
Ou je refuse.

Si j accepte et qu’il y a retour pas de soucis. Quoi que par expériences il y a de forte chance qu un jour il revienne a la charge avec un montant supérieur, et la…..
Si je refuse je prends le risque de perdre un pote, ou un ami.
Si j accepte et qu’il y a pas retour je vais finir par m énerver. Dans ce cas je perds mon fric et mon pote, avec en prime la possibilité de problèmes annexes.
Donc :
cas 1 je ne perds un pote, qui n en était pas forcement un
Cas 2 je perds le pote et le blé.

Tous le monde aura compris il ne s agit pas d une demande style, t as pas 10 sacs j ai oublie le larfeuille a la casa, ou, P.t..n. ils n’ont pas virés ta pas 300 Røros. Non je parle de petite sommes rondelettes qui peuvent éventuellement te mettre dans la m*rde si il n  y a pas retour a la date prévue.
Il y a aussi des cas ou il est difficile de refusé, des cas ou l on ne veut pas se sentir responsable d une situation qui ne peut qu’empirer.
Malgré tout je sais que je vais encore prêter surement avec plus de prudence pour être plus fortement déçu.

Et vous. Sur quels criteres vous accepter ou refuser un pret.

02 avril 2011 à 00:15:50
Réponse #1

bushiben


Salut chryss,
J'ai pour ma part un raisonnement un peu différent, dans le cadre limité de mes moyens.
A la famille ou a un pote ( véritable pote et j'en ai pas beaucoup), je prête pour les sortir de la mer*e en partant du principe que c'est un don ferme et définitif, (sans le leur dire bien sûr, car je souhaite quand même être remboursé.) mais dans le cas ou il ne peuvent pas je ne serais pas a mon tour dans la mouise car cela aura été prévu.
Pour les autres, cela dépend de la somme, en général, je préfère chercher avec eux un autre moyen de s'en sortir ou de gagner ce dont ils ont besoin.
J'ai une sainte horreur de jouer les "recouvreurs" de dettes et encore plus de me faire délester de mon pognon si durement gagné.
- Ce que tu vis au sommet te change profondément et te devient indispensable...
- L'alpiniste est un homme qui conduit son corps là où, un jour, ses yeux ont regardé... - Gaston Rébuffat

- Grimpez si vous le voulez, mais n'oubliez jamais que le courage et la force ne sont rien sans prudence, et qu'un seul moment de négligence peut détruire une vie entière de bonheur. N'agissez jamais à la hâte, prenez garde au moindre pas.
Et dès le début, pensez que ce pourrait être la fin - Edward Whymper

02 avril 2011 à 00:37:09
Réponse #2

mazel


 Salut,
Moi je prête et je donne car j'ai un coeur gros comme ça, sans compter, mais avec mes moyens.
Moi j'en rassure sans donner de pognon, à qui personne ne parle et qui ont besoin de contact, au bord du gouffre.  Cela se sait... que je serais un bon pigeon.

 Je ne prête pas du tout aux gens qui ont une addiction (alcool, autre..) et même dans la m*rde.
 Je ne prête plus du tout à ceux qui m'ont enfoirer deux fois dans leurs délais de rembousements.
 Je donne toujours (ce que je peux) sans demander de retour à ceux qui y sont vraiment dedans.

 mazel 

02 avril 2011 à 00:38:05
Réponse #3

Eremos



A la famille ou a un pote ( véritable pote et j'en ai pas beaucoup), je prête pour les sortir de la mer*e en partant du principe que c'est un don ferme et définitif, (sans le leur dire bien sûr, car je souhaite quand même être remboursé.) mais dans le cas ou il ne peuvent pas je ne serais pas a mon tour dans la mouise car cela aura été prévu.

Je te rejoins pas mal là dessus, et j'ai déjà usé de la même stratégie (être dans une "dynamique de prêt" (je te le jure, je vais te rembourser, et bla bla bla), mais penser que c'est un don). Un des avantages, si je ne suis pas remboursé, puisque mes attentes sont à zéro, je suis moins à cran, plus cool, ça me bouffe moins, c'est moins prise de tête, bref je dors mieux, ....

Citer
Pour les autres, cela dépend de la somme, en général, je préfère chercher avec eux un autre moyen de s'en sortir ou de gagner ce dont ils ont besoin.
J'ai une sainte horreur de jouer les "recouvreurs" de dettes et encore plus de me faire délester de mon pognon si durement gagné.

ça m'est arrivé de prêter de l'argent avec une intention "pédagogique". Je voulais que le jeune apprenne à mieux gérer son argent, faire un budget, et mettre de côté un petit peu à chaque mois pour me rembourser. Il fallait pas être pressé, ça a pris 6 mois pour rembourser 100$. Mais je crois qu'à la fin, le jeune était pas mal fier, et que cela lui a appris quelques notions de gestion domestique, en plus de la fierté d'avoir atteint son but.
« Modifié: 02 avril 2011 à 02:57:56 par Eremos777 »

02 avril 2011 à 01:10:55
Réponse #4

Lily


2 solutions.

Ou j accepte.
Ou je refuse.


Je rejoins les collègues pour dire que, finalement, il y a une troisième solution : trouver un compromis.
Ma règle, c'est de ne prêter que des sommes que je peux perdre. Exactement comme Bushiben et Eremos. On voit en général mal ce qu'on peut prêter, mais on voit toujours bien ce qu'on peut se permettre (ou pas) de perdre. C'est un bon indicateur de prêt.

Il y a toujours la possibilité de faire signer une reconnaissance de dette. Faut oser, c'est le problème. Mais à la fois, le gars en face, il fait la démarche pas facile de demander, il doit pouvoir comprendre qu'on ait besoin de garanties.

J'insiste, par expérience personnelle, sur le fait que ce n'est pas parce que c'est la famille qu'il faut être plus souple avec les principes de prêts. Vaut mieux se faire la gueule quelques mois pour de l'argent qu'on a pas prêté que se brouiller à vie (et à mort...) pour de l'argent qu'on nous a pas rendu.

Autre expérience personnelle, un peu hors sujet mais qui dérive du prêt : se porter garant (pour un appart par exemple). Faut raisonner pareil : de qui je pourrais me porter garant et à qui je ne ferais pas la gueule si je devais payer pour lui ? Pour ma famille, la réponse, après expérience..., a été : les enfants. Strictement. Même pas les frères et soeurs. Et jamais les amis.

Tout ça est d'autant plus difficile à mettre en pratique que, quand on donne, beaucoup et gratuitement, c'est très bon pour l'ego. On se sent quelqu'un de bien et de généreux. D'ailleurs, certains demandeurs savent très bien jouer sur cette corde-là... On se sent déjà moins quelqu'un de génial quand on limite le prêt ou qu'on y pose des conditions strictes. Pourtant, savoir se protéger, c'est une condition première de la survie sociale... Et quoi qu'on en dise, l'argent, c'est une sacrée protection...
If you think you are too small to make a difference, try sleeping with a mosquito

02 avril 2011 à 01:22:46
Réponse #5

chryss


Hum que du bon tout cela :D

Je sens que je vais me faire du blé rapidos sur ce forum. :doubleup:

Pour recentrer, comme je l ai précisé je parler de sommes rondelettes qui peuvent nous mettre en situation difficile ou nous rendre très fâcheux

Exemple2002 un pote me demande 10 000 e
Sa boutique (achat vente mobilier de bureau) a du plomb dans l aile rien de sérieux des retards sur loyer, URSSAF, T.V.A.
Ben je lui explique que c est une somme que l on ne trouve pas tous les jours sous le sabot d un cheval
Il me répond qu’il n est pas contre de faire rentrer un associe .je mate un tous cela de plus prêt et la je sors l oseille.
Tout c est passe nickel de chez nickel,
Mais SANS sa petite proposition je n aurai jamais  accepté.

Autre
Mon frère et mon cousin creent une boite de travaux à Toulouse.
Le cousin est comptable au rectorat le frérot BEP électricité + plus pleins de formations et stages
Chacun indépendamment me demande 4000 e lors d un repas de famille malins les types je dis oui dans la foulée je prends un coup de coude dans les cotes (ma tendre n avait pas l air d accord)
Bref 3 moins plus tard ils remettent ca je dis non (pas par peur des coups de coudes hein)
Résultats des courses dépôt de bilan, le frérot c est tué a la tache pour me rembourser le cousin ben c est lui qui ne veut plus me parler.
C est plus de cela que je veux parler
« Modifié: 02 avril 2011 à 02:01:49 par chryss »

02 avril 2011 à 08:29:38
Réponse #6

Cyril


En fait tu joues le rôle de la banque quand celle-ci trouve le risque trop élevé. Sinon ton pote, ton frère et ton cousin auraient fait un prêt. Il me semble qu'elles sentent le roussi à la base tes histoires.
Comme les intervenants précédents, je ne prête que ce que je suis prêt à donner sans regrets.
Et là, dans les deux situations que tu décris je ne pense pas que tu sois le bon interlocuteur, ni que l'amitié/la relation familiale puisse être un prétexte à tout et n'importe quoi.

02 avril 2011 à 10:29:23
Réponse #7

Maximil


Moi c'est radical: c'est non, niet, nicht. Déjà fait avoir une fois sur une (très) grosse somme, cela m'a servi de leçon.
Fabrication maison de stylo-plume , roller , bouchons de bouteilles , kubotan , koppo-stick etc... http://maximil.chez-alice.fr/index.htm
Photographies de Maximil
Patines de chaussures de Maximil

02 avril 2011 à 11:28:56
Réponse #8

Lily



Autre
Mon frère et mon cousin creent une boite de travaux à Toulouse.
Le cousin est comptable au rectorat le frérot BEP électricité + plus pleins de formations et stages
Chacun indépendamment me demande 4000 e lors d un repas de famille malins les types je dis oui dans la foulée je prends un coup de coude dans les cotes (ma tendre n avait pas l air d accord)
Bref 3 moins plus tard ils remettent ca je dis non (pas par peur des coups de coudes hein)
Résultats des courses dépôt de bilan, le frérot c est tué a la tache pour me rembourser le cousin ben c est lui qui ne veut plus me parler.
C est plus de cela que je veux parler


Ben je trouve qu'elle a été sympa ta douce, avec juste des coups de coude.
Ce que je trouve dingue dans la façon dont tu racontes les choses, c'est que, au final, tu sais que tu te fais (plus ou moins) manipuler (demande à un repas de famille, pas trop possible de dire non) mais que tu y vas quand même.
Et au final, dans ce cas, si tu n'avais rien prêté, ton frère et ton cousin  se seraient sans doute plantés plus tôt mais est-ce que ça aurait été un mal ? C'est rare que 4000 ou même 8000 euros puissent faire une vraie différence quand une entreprise ne fonctionne déjà pas trop à la base. Ton frère se serait peut-être moins fatigué à te rembourser et aurait pu mettre son énergie ailleurs. Quant à ton cousin, le fait qu'il ne veuille plus te parler pour une histoire de 4000 euros, pour moi, ça ne fait que prouver qu'il ne faut pas prêter, même à la famille.
C'est peut-être un peu trash, mais à un moment, faut arrêter de croire qu'on est responsables des autres (autre que conjoint et enfants). En plus, c'est pas leur rendre service.
If you think you are too small to make a difference, try sleeping with a mosquito

02 avril 2011 à 11:42:34
Réponse #9

Patrick


J'ai toujours beaucoup de mal avec les pleureurs. Peut-être parce que j'ai pu remarquer que ceux qui demandent (à des proches, pas forcément vrai pour les aides sociales):
  • ne sont pas ceux qui en ont le plus besoin
  • pourraient faire autrement en acceptant de réellement changer leurs façons de faire

Aussi, je propose plutôt un coup de main à ceux qui ne demandent rien, par fierté, mais qui en ont vraiment besoin.

Et paradoxalement, ceux-là préfèreraient crever que de ne pas te rembourser.

Ce n'est certes pas une vérité gravée dans le marbre, mais une tendance que j'ai vraiment pu observer sur la durée.

03 avril 2011 à 00:49:03
Réponse #10

Arctos


Moi je me pose une seule question : est ce que lui le ferais pour toi ?
(bon en sachant que des vrais potes qui oseraient me demander ça...y'en a pas bézef).

Mais il y a une autre problématique caché là dessous : le taboo par rapport à l'argent.

Par exemple quand mon beau père est venu me parler de contrat de mariage...il a pris de ces pincettes!
Si la situation est claire dans ma tête, pourquoi elle ne le serait pas sur papier!
L'exemple de la reconnaissance de dette est flagrant : Le mec te demande des sous, il te promet qu'il vas te rembourser...donc la suite logique est un papier officiel puisque tu ne fais que confirmer ce que le gars te dis...s'il le prend mal c'est qu'il avait l'intention de te la mettre profond.

Enfin tout ça pour dire que les écris restent et que les paroles s'envolent.
Dans la vie il y a trois catégories de personnes : ceux qui savent compter et les autres...

03 avril 2011 à 09:07:48
Réponse #11

Maximil


L'exemple de la reconnaissance de dette est flagrant : Le mec te demande des sous, il te promet qu'il vas te rembourser...donc la suite logique est un papier officiel puisque tu ne fais que confirmer ce que le gars te dis...s'il le prend mal c'est qu'il avait l'intention de te la mettre profond.
Sûr que sans papier, tu es dans la m*rde. Mais avec le papier, ca peut être pareil. Une reconnaissance de dette (faite devant huissier sinon nada) ne va pas apporter grand chose si le mec ne veut vraiment pas te rendre l'argent.
Fabrication maison de stylo-plume , roller , bouchons de bouteilles , kubotan , koppo-stick etc... http://maximil.chez-alice.fr/index.htm
Photographies de Maximil
Patines de chaussures de Maximil

03 avril 2011 à 09:40:42
Réponse #12

run974


La question se pose aussi pour les cautions en tout genre... je suis garant, je suis pas.
 
Moi plus....!

Après l'avoir fait pour une bonne amie qui s'installait dans la vie avec son nouveau chéri et qui m'a pris par les sentiments... (on a personne d'autre à qui demander bla bla bla  :'(). Le couple s'est séparé, ils se sont barrés chacun de leur coté, et c'est l'agence qui m'a contacté avec 3 mois de loyer à payer. Ils n'avaient plus de nouvelles des tourtereaux... et moi non plus !

Heureusement j'ai pu négocier une "remise de peine" par connaissance, et n'en payer que la moitié. >:(

La dame de l'agence m'a dit après coup "même pas pour sa famille, on en voit tous les jours..."

03 avril 2011 à 09:56:36
Réponse #13

chti pecheur62


Mon père a déjà été dans la même situation, avec son propre fils. Âpres qu'il l'ait perdu de vue pendant près de 20 ans, mon frère était dans une belle m*rde, il s'était marié avec un fille très gentille, polie, enfin bref la belle-fille(sœur) idéal, il l'a donc dépanné, s'est porté garant pour son apart', l'a aider a financer sa voiture, et l'a remeublé. Je n'en veut pas a mon père, il ne vit que pour ses enfants. Mais un beau jour la belle fille parfaite s'est mise a reparler a sa mère qui n'avait jamais rien faites pour elle... et la tout a été fini, ils ne venait plus manger le dimanche, une fois deux fois trois fois, puis plus de nouvelles, je tairais la somme que mon père avait mis en jeu dans toute cette histoire, mais en tous cas il a tout perdu.
Tout sa pour dire que parfois même, la famille proche peut vous jouer de sacrée tours.
C'est pas l'homme qui prend la mer...
Vous vous battez pour l'argent tandis que nous nous battons pour l'honneur!
En effet, on se bat toujours pour ce que l'on a pas.

03 avril 2011 à 10:02:45
Réponse #14

sharky




Pour les cautions pour les logements, il y a au moins deux organismes par département qui le font:

-Le CIL
-Le FSL
''what you learn in the afternoon must work for you that evening in the parking lot" Kelly Mc Cann

"despite what your mamma told you, violence does solve problems." Ryan Job

03 avril 2011 à 10:54:53
Réponse #15

hma


Normalement, au delà d'un certain montant (760 EUR), un acte est obligatoire.
Même s'il peut être compliqué de le faire valoir devant les tribunaux, il a au moins la vertu d'impliquer plus l'emprunteur (à mon avis), et de rassurer le prêteur.
Il formalise le prêt, met les choses noir sur blanc, évite qu'après quelques années, on s'arrange un peu avec la réalité.
Moi, c'est prêt oui, dans certains cas (si je suis convaincu que c'est la solution), avec écrit.
La confiance n'exclut pas de faire les choses dans les règles.
Source : http://www.impots.gouv.fr/portal/dgi/public/popup;jsessionid=STLJEU2RGT14DQFIEIQCFFA?espId=1&typePage=cpr02&docOid=documentstandard_2943

03 avril 2011 à 11:19:48
Réponse #16

Jérôme A


bah moi c'est plutot je péte ou je péte pas ...

roah l'autre !!
trop facile celle-là  !!
 ;# ;#


sinon pour quand meme répondre  ;D

argent: NON  car  on ce  bat (ma promise et moi ) pour que l'on (encore nous + nos 2 pré-ados ) finissions  le mois dans le vert ...

tous le reste : OUI   un couvert,un toit, ma bagnole (j'en ai 2 vieilles) ,un coup de main ,mes compétences en bricole ,des outils ,une bonne bouteille  ;D ....
« Modifié: 03 avril 2011 à 12:45:58 par soultraker »
Si vous vous sentez impuissant...
Aidez quelqu'un .

03 avril 2011 à 12:03:41
Réponse #17

redemsky


+1 avec soultracker

J'ai toujours a manger pour 2 a la maison je sais bricoler et plein d'autre truc

j'ai des moyens technique mais pas financier ...
J’arrêterais de faire de la politique quand les hommes politiques arrêteront de nous faire marrer (Coluche)

13 avril 2011 à 19:07:43
Réponse #18

Kam


Citer
Sûr que sans papier, tu es dans la m*rde. Mais avec le papier, ca peut être pareil. Une reconnaissance de dette (faite devant huissier sinon nada) ne va pas apporter grand chose si le mec ne veut vraiment pas te rendre l'argent.

Ou ne peut* pas...

Mais pour ce qui est du sujet à la base, je ne poste pas en tant que prêteur mais en tant qu'emprunteur. J'ai parlé il y a quelques mois de ma situation merdique (qui s'arrange, d'un certain point de vue), et j'ai reçu le jour même un PM d'un membre du forum me proposant de me prêter de l'argent pour rembourser mes dettes.

J'avoue que sur le coup, je n'ai pas trop su quoi en penser. Je me demandais si la personne en question (que je remercie encore pour l'offre) était complètement taré de vouloir filer de l'argent à un inconnu, ou si c'était juste un mec bien, qui voulait faire quelque chose de bien.

J'ai refusé l'offre, mais j'avoue que ça 'a vraiment remonté le moral. Ca fait du bien quand tu es dans la m*rde et que tu rumines dedans, de savoir qu'il y a des gens de bien, qui ne se foutent pas de toi même s'ils ne te connaissent pas, et qui sont prêts à t'aider.

Donc oui, prêter de l'argent est un gros pari, mais franchement, si le mec concerné en a besoin, ça peut vraiment aider, et pas uniquement sur le plan financer. Le symbole compte parfois tout autant que le geste.

13 avril 2011 à 19:11:35
Réponse #19

Kilbith


Rappel de la règle :
"si tu prêtes de l'argent à un ami, soit tu perds ton ami soit tu perds ton argent"
100% validé par l'expérience.

Donc je donne ou je refuse, je ne prête jamais. Parfois dans la tête de l'autre c'est un prêt à taux 0 et il arrive qu'il redonne l'argent, moins la perte due à l'inflation et ce que l'argent aurait rapporté sur un compte d'épargne durant le laps de temps écoulé.

"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

13 avril 2011 à 19:23:20
Réponse #20

Kam


Ouais enfin l'épargne façon livret A (la bourse, c'est quoi?)...  ;)

Cela dit je trouve un peu étonnante ta remarque:

Citer
"si tu prêtes de l'argent à un ami, soit tu perds ton ami soit tu perds ton argent"

J'aurais dis le contraire, par expérience aussi: "sois tu perds les deux, soit tu renforces ton amitié". Ca m'est arrivé (une fois) de me faire entuber de la sorte. Vu mes revenus de l'époque (étudiant en galère), ça comptait, mais la somme au final n'était pas si importante. J'ai jugé que c'était le prix pour tester mon amitié avec ce type justement.

13 avril 2011 à 19:27:43
Réponse #21

Gros Calou


Si un ami est en galère, un ami, pas une connaissance, soit je peux faire quelque chose pour lui ou un p'tit quelque chose, je donne dans la mesure de mes moyens et sans me mettre en péril.

 ;)

13 avril 2011 à 19:57:23
Réponse #22

mac nab


Pour moi la question ne pose meme pas. Si c'est un ami je prete, je ne pose pas de questions.
Si c'est un copain, je ne prete pas forcement, en revanche, là, je pose des questions et cherche avec lui, une solution.
En meme temps des amis, je n'en ai que deux.
Si je prete a des copains, ils savent tout de meme apres discussions qu'il faut me rendre mon argent,(c'est mieux pour leur intégrité physique) pour les amis, pas de discussions, comme certains ici, je considère que c'est un don.

13 avril 2011 à 19:59:01
Réponse #23

Kam


Citer
Si je prete a des copains, ils savent tout de meme apres discussions qu'il faut me rendre mon argent,(c'est mieux pour leur intégrité physique)

Euh... Je suis presque content de ne pas être ton "copain". :)

13 avril 2011 à 22:00:25
Réponse #24

Shengouille


Dans une période un peu plus sombre, j'ai fait appel à des connaissances pour me prêter de l'argent. Pas des sommes folles, des montants qui me permettaient de ne pas être vraiment dans la mouise et qui seraient remboursées à courte échéance.

La première fois, à mon demi-frère, perdu de vue pendant 10 ans, retrouvé aux obsèques de mon paternel.

La seconde fois, à mon responsable hiérarchique, avec qui j'avais sympatisé, ce que j'avais de plus proche d'un ami à l'époque où tout s'écroulait autour de moi.

Les deux fois, reconnaissance de dette, pas devant un huissier, mais au moins ça formalisait les choses. Et les deux fois j'ai remboursé.

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité