Nos Partenaires

Auteur Sujet: Vêtements en draps de laine : la Bushshirt Swanndri  (Lu 27712 fois)

31 mars 2014 à 16:54:27
Réponse #50

musher


Le gros plus par rapport au modèle actuel me semble être la présence de deux grandes poches poitrines

La veste en photo semble être une veste de cavalier.
Pas de poche basse (qui gène et qu'on peut pas ouvrir en selle), cartouchière en sautoir qui est typique de la cavalerie anglo saxonne du XiX et début XX (Guerre des Boers, 1ère GM et 1940)

03 septembre 2014 à 21:44:44
Réponse #51

scalouk


Après avoir lu le post, je me suis posé une question que je vous pose pour avoir votre pointe de vue expérience etc...
Je dors en hamac problème de dos oblige, et en hiver le hamac avec la convection c'est pas top bien sur.
Pensez vous qu'une swanndri avec fermeture éclair mise dans le fond du hamac entre le hamac et le tapis de sol et remontant sur les cotés (au contact des épaules), soit assez efficace, très efficace, ou pas du tout. Et ce pour des températures jusqu à -5° au max
La veste servirai aussi en journée donc double emploi pour éviter le poids supplémentaire.
Ou il vaut mieux que j envisage une autre solution type tente, tarp j'ai déjà pour protéger le hamac.
« Modifié: 04 septembre 2014 à 14:28:20 par scalouk »
Je suis mon histoire, mais mon histoire n'est pas moi.

25 novembre 2018 à 19:39:15
Réponse #52

Rantanplan


En alternative à la Swanndri Bush-shirt, le fabricant Allemand "Rough Stuff" propose un anorak en loden nommé "Haudegen".

https://roughstuff.de/products/men/anorak/haudegen/213/haudegen?number=105-HD-200-XS

J'ai eu la Swanndri et j'ai cet anorak depuis quelques semaines, ce qui me permet de jouer au jeu des 7 différences... Je vous préviens, c'est assommant...

- La Haudegen est un peu plus courte que la Swanndri sur l'avant (taillée au dessus du genou). La Haudegen est aussi longue (ou presque) que la Swanndri sur les fesses.
- La Haudegen est en "vrai" loden Allemand et "made in Europe".  :up: *
- La Haudegen ne gratte absolument pas, contrairement à la Swanndri qui nécessite un vêtement à manches longues en dessous.
- Le loden de la Haudegen est beaucoup moins épais que la laine de la Swanndri. Il n'y a pas non plus de doublure gilet 50% polyester à l'intérieur présent sur la Swanndri. La Haudegen est donc beaucoup moins chaude.
- Le loden de la Haudegen est beaucoup plus coupe vent que la laine de la Swanndri. Mais doit être tout de même complété par une couche windproof en cas de grand vent... ça reste de la laine... Une pertex arktis oversized ou un imper-respi (l'anorak du décath à pas cher) devraient convenir.
- Les manches de la Haudegen béent moins que celles de la Swanndri. L'air s'y engouffre moins. Par ailleurs, les boutons de la Haudegen permettent un serrage plus étroit. Ces boutons sont identiques à ceux des smocks militaires, quoi qu'un peu plus petits (sont faciles à coudre, tombent moins souvent que les classiques "4 trous").
- le col de la Haudegen remonte jusqu'au menton et est très large. On peut porter une grosse écharpe en laine. Au besoin, le col peut être resserré avec un système de laçage pratique à l'usage. Ce col peut aussi être retroussé. Plutôt bien pensé. Le col était un défaut de la Swanndri, amha: le "V" des lacets laisse passer l'air et il n'y a pas assez d'espace pour porter une écharpe.
- la capuche de la Haudegen est assez haute mais peu profonde, assez similaire à celle de la Swanndri. On peut porter la capuche + un bonnet. Le serrage de cette capuche est incompatible avec le port de lunettes. Décevant sur ce point. On aurait aimé une capuche aussi bien faite que celle de l'anorak Bergan's Morgedal.
- Le bas de la Haudegen est muni de Zips latéraux. Permet l'enfilage plus aisé/rapide. Permet aussi l'accès au petit couteau de ceinture... Tout en le dissimulant... (Et facilite les pauses pipi).
- La couture des épaules de la Haudegen se situe en haut du deltoïde / bas du trapèze alors que cette même couture sur la Swanndri se situe en bas du Deltoïde, haut du biceps. La première compense des épaules tombante la seconde accentue ce phénomène. (oui, c'est important ::) )
- Poche kangourou très large et profonde sur la Haudegen. On peut y faire tenir une nalgène couchée sans gène (en mode bouillotte  :love:). Cette poche contient un compartiment zippé (YKK) à l'intérieur. Très pratique, je trouve, pour y ranger tour de cou et autres mitaines.
- Des attaches "molle" en "V" (pas vraiment, me souviens plus du terme exact) et un "D ring" pour y suspendre une paire de gants de travail trempés / dégueulasses (on en veut pas les mettre dans une poche), un GPS ou encore relier un Mora, rangé dans la poche, à un cordon.  :up: 
- Semble aussi déperlante que la Swanndri... On prévoit de la pluie cette semaine, je prendrai une douche pour vous...
- La Haudegen est fabriquée en vert "tapis de belote", noir et chocolat. La couleur marron / noir + la coupe rend ce vêtement socialement mettable en ville: ça a l'air d'un gros sweat... La Swanndri, sa "coupe sac" et son vert "elfe du père noël" rend difficile le fait de pouvoir passer de la forêt au village sans attirer l’œil par son excentricité. Je comprend qu'en haut de la montagne, ça n'a aucune importance.
- J'ai pu faire des essayages dans une boutique. Je fais habituellement du XL. J'ai du prendre du XXL. D'ailleurs, j'avais pris du XL chez Swanndri, or j'aurai aussi du prendre du XXL... Magie de la VPC (malgré un Franck de Pyrène hyper sympa, serviable et tout et tout). N'hésitez donc pas à prendre de l'oversized pour l'un comme l'autre.

Rappelez vous juste que je teste la Haudegen depuis peu de temps. Je reviendrai d'ici quelques mois pour donner un avis moins superficiel.

@+ !

* Attention, on dirait que Swanndri a rapatrié sa production depuis la Chine vers la Nouvelle Zélande. Le prix des Bushshirt sur le site mère de Swanndri dépasse les 300$.

26 novembre 2018 à 10:59:22
Réponse #53

Kilbith


Merci,

On a une présentation vidéo ici par Susan Williams : https://www.youtube.com/watch?v=B_y61rzBTQM

Une petite idée du poids cette veste?
Quelques infos sur ta corpulence (qui a nécessité XXL)?
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

26 novembre 2018 à 11:33:57
Réponse #54

Rantanplan


Poids vérifié 1350g (en XXL donc).

Je fais environ 1m85, 90Kg, 115cm de tour de poitrine. Une XL aurait pu convenir en ville... Mais:
- port de grosses couches en dessous
- liberté de mouvement
- comme tu l'as (judicieusement) précisé je ne sais plus où: risque de rétrécissement d'une veste en laine trempée si séchage trop près du feu de camp.

Susan et Taro l'ont en effet.

Juste un petit mot. Je me méfie des reviews sur Youtube: elles sont parfois (souvent ?) biaisées. D'habitude, les influenceurs vous vantent les mérites de tel ou tel produit... Tellement bien conçu que vous ne les voyez plus jamais en faire usage par la suite.  ::)

Fait intéressant avec ces deux sympathiques zigotos: depuis qu'ils ont reçu leur Haudegen, ils la portent lorsque les conditions le justifient (bushcraft hivernal, chasse)... Et l'un comme l'autre pratiquent assidument leur passion.

(même si je ne suis pas trop d'accord avec le message de Susan dans la vidéo dont tu as mis le lien. Elle affirme que l'on "doit" garder l'anorak. Je préfère, comme tu l'as dit dans ce fil, moduler les couches, quitte à retirer l'anorak et me balader en pull le temps de monter une cote. Je sais pas comment elle fait...) 
« Modifié: 26 novembre 2018 à 12:08:30 par Rantanplan »

26 novembre 2018 à 12:22:45
Réponse #55

Draven


C'est assez étonnant pour la taille concernant la Swanndri, j'ai souvenir que ça taille hyper large...
Version humaine de l'Ursus arctos middendorffi
FlickR

02 décembre 2018 à 16:23:17
Réponse #56

Rantanplan


Retour de la Haudegen après 1 matinée de petite pluie (pas averse, pas crachin non plus), en sous bois (peu de vent), entre 5 et 10C° et sans protection (pas de poncho, ni imper, rien).

A percé après deux heures. Pas eu froid (pas de statique >>> marche tranquille) mais franchement inconfortable.

- Sans surprises, c'est de la laine... Absorbe l'eau avant de percer, isole un peu même mouillé, pèse  lourd trempé, long à sécher avec "risque" de déformer / rétrécir le vêtement.
- beaucoup moins déperlant que la Swanndri -> réfléchir à un traitement pour du Loden = Nikwax, Lanoline ou autre (jamais traité de laine) ?

@+ !
« Modifié: 02 décembre 2018 à 16:30:26 par Rantanplan »

03 décembre 2018 à 09:37:22
Réponse #57

Kilbith


- beaucoup moins déperlant que la Swanndri -> réfléchir à un traitement pour du Loden = Nikwax, Lanoline ou autre (jamais traité de laine) ?

Normalement le "vrai loden" est bien résistant à la pluie, d'une part du fait de sa texture particulière ET du fait que le vêtement est astucieusement conçu ETde forme "drainante" comme les manteaux "Saint Hubert" (Sankt Hubertus).




Observez l'absence de fioritures, le nombre limité de coutures et d'empiècements facilitant l'entrée d'eau. 

Les pattes en bas des manches permettent normalement que l'eau ruisselle sans atteindre les mains. Le vêtement est souvent doublé sur les épaules et les emmanchures typiques sont débordantes. Parfois (pas le cas ici) les boutons de fermeture ne sont pas apparents.

Le vêtement est ample pour être porté sur une autre veste, elle même souvent en loden ou walk déperlant.

Mais, les vêtements en loden, c'est une forme de résistance à l'humidité "à l'ancienne". Cela veut dire que le vêtement sera trempé à la longue et qu'il faut avoir une couche isolante hydrophobe dessous. Par exemple un pull de laine. On sera éventuellement mouillé, mais on aura chaud.

L'imperméabilité relativement totale "sur le dessus" est obtenue par le port d'un chapeau imperméable (ou presque) à large bord. Pas par une "cagoule".

Il est souvent possible d'augmenter la résistance à l'eau en lavant avec le produit nikwax laine. On peut aussi laver avec un produit comprenant de la lanoline (type Eucalan) mais l'effet sera moins efficace. On peut aussi utiliser une bombe type scotchgard mais l'effet ne sera que de surface.

On augmente la déperlance mais si le tissu/vêtement ne draine pas il finira aussi par se tremper. Le tissu absorbe moins d'eau, déperle mais n'est pas étanche à l'eau sous pression.

En 2018 je conseille fortement le port d’une petite cape (cucullus/capuchon) en tissu étanche (tête et torse), à défaut une raincut D4 XXL dont on aura découpé le bas des manches et le bas du torse. Ce n'est pas cher, ce n'est pas lourd ni encombrant et l'effet de protection est ++++. On perd un peu l'aspect silencieux mais sous une vraie pluie ce n'est pas un problème.
« Modifié: 03 décembre 2018 à 09:56:37 par Kilbith »
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

03 décembre 2018 à 13:02:49
Réponse #58

DEUN


Pour le capuchon je plussoie fortement et signale que l'objet ci-dessous, de marque BALENO "Drache", pour moins de 20 roros se trouve assez facilement en boutique pour pêcheurs ou sur le net.
       
                 

@Plûches
DEUN

PS : le mien à disparu en forêt du Taintroué, que celui qui me l'a chippé se dénonce !
PS (Bis) : oui, il y a des petites sangles de maintient sous les aisselles.
"J'adore l'hippopotame ; il est myope, il est triste, il a la peau trop longue et les dents mal plantées, il vit par couple, il sait marcher sous l'eau, il a l'air d'une grand-mère anglaise ; à quinze jours, à deux mois c'est une charmante bestiole, il dévore une prairie pour son petit déjeuner. Comme lui j'aime rêver dans les fleuves. Le découragement de l'hippopotame est une des choses les plus tristes qui soient."  (A. Vialatte)


03 décembre 2018 à 15:03:02
Réponse #59

Rantanplan


@Kilbith.

Je ne veux pas contredire ton intervention, mais apporter une précision sur ma phrase.

La Swanndri avait la particularité, en plus des caractéristiques classiques d'un vêtement en drap de laine, d'être traitée avec un déperlant "secret".

La Haudegen est vendue sans traitement déperlant mais présente aussi les caractéristiques classiques d'un vêtement en laine. C'est tout.

(Tu dis que le Nikwax Laine est "mieux" qu'un produit à base de lanoline ?)

Il y a une phrase que je ne comprend pas bien:

Citer
On augmente la déperlance mais si le tissu/vêtement ne draine pas il finira aussi par se tremper. Le tissu absorbe moins d'eau, déperle mais n'est pas étanche à l'eau sous pression.

Mon souci vient de l'emploi du mot "drainage". On est bien d'accord sur sa définition: favoriser l'écoulement de l'eau.

Là où je bug, c'est que dans ma tête, augmenter la déperlance favorise le drainage: l'eau glisse sur le tissus pour tomber au sol. Sans traitement déperlant, l'eau serait absorbée par la laine.

Je ne comprend pas bien ce que tu as voulu dire (dsl).
« Modifié: 03 décembre 2018 à 15:09:26 par Rantanplan »

04 décembre 2018 à 11:26:15
Réponse #60

Kilbith


@Kilbith.

Je ne veux pas contredire ton intervention, mais apporter une précision sur ma phrase.
La contradiction ne me pose aucun problème, au contraire, elle est même à la base de mon métier. Je suis sur un forum pour échanger, remettre en question ce que je crois savoir, pas pour me caresser ou me faire caresser le baobab (soyons modeste...).

 :)

Citer
La Swanndri avait la particularité, en plus des caractéristiques classiques d'un vêtement en drap de laine, d'être traitée avec un déperlant "secret".

La swanndri (la mienne est made in NZL) est en laine traitée dans la masse. Probablement à l'origine avec de la lanoline ou alun.

Cinq points me semble lui donner ses propriétés de "résistance à l'eau" (ce n'est PAS imperméable au sens moderne) :

-  Laine (naturellement hydrophobe) épaisse et foulée donc dense.
-  Très peu de coutures et une coupe drainante (l'eau s'écoule sans être retenue par des fioritures et sans pouvoir facilement s'infiltrer)
- Une doublure dans un tissu assez lâche mais épais 50%polyester/50% laine. Ce type de doublure éloigne l'humidité éventuelle de la couche au dessus du corps.
- Un traitement dans la masse qui déperle et améliore beaucoup la capacité de la laine a absorber l'eau. Selon le net, on peut arriver au même résultat en traitant sa swanndri au nikwax par immersion/lavage.


Citer
La Haudegen est vendue sans traitement déperlant mais présente aussi les caractéristiques classiques d'un vêtement en laine. C'est tout.
C'est du loden non doublé je crois (je n'ai jamais vu le vêtement en vrai)

Le loden est un tissu de laine dense, foulé et gratté avec les fibres orientées dans le même sens vers le bas (comme les tuiles d'un toit).
La densité du tissage s'oppose à l'entrée d'eau et le grattage "draine" normalement l'eau vers le bas du vêtement ou elle peut s'égoutter.
Mais cela ne fonctionne que si la forme du vêtement est simple et "drainante"...par exemple une couture laisse passer l'eau.
C'est un peu comme les toiles en coton des tentes patrouille scout : le coton n'est pas imperméable (seulement 400mm alors qu'il faudrait au moins 1500mm) à l'eau mais en absence de coutures et de plis...du fait de l'inclinaison de la toile elle résistent bien à la pluie. Tant qu'on ne touche pas la toile!


Citer
(Tu dis que le Nikwax Laine est "mieux" qu'un produit à base de lanoline ?)
J'ai utilisé le nikwax et l'eucalan (lessive contenant de la lanoline, mais pas un produit imperméabilisant à la lanoline) sur divers vêtements laine.

Le nikwax limite mieux la rétention d'eau et déperle beaucoup mieux à mon avis. De plus il ne sent rien. L'eucalan donne un plus beau fini (c'est avant tout une lessive) et ajoute une légère déperlance. Les deux renforcent le coté hydrophobe de la laine dans la masse du tissu.

Actuellement (ça peut changer...je change d'avis selon que mon expérience s'accumule) j'utilise plutôt le nikwax pour les tissus lourds extérieurs  (veste/pantalon en feutre) et plutôt l'eucalan pour les produits "légers" pouvant être au contact de ma peau (pull) et non destinés à être portés en extérieur.

Citer
Il y a une phrase que je ne comprend pas bien:

Mon souci vient de l'emploi du mot "drainage". On est bien d'accord sur sa définition: favoriser l'écoulement de l'eau.

Là où je bug, c'est que dans ma tête, augmenter la déperlance favorise le drainage: l'eau glisse sur le tissus pour tomber au sol. Sans traitement déperlant, l'eau serait absorbée par la laine.

La toile de tente en coton ne déperle quasiment pas. Mais l'inclinaison, sa densité, le gonflement des fibres en présence d'eau et l'absence de couture font qu'elle s'oppose à l'entrée d'eau et draine l'eau plus vite que celle-ci s'accumule. Mais elle n'est pas imperméable : tu touches, ça coule.

Avec un traitement déperlant, l'eau glisse en surface du produit. Si le produit évacue cette eau par sa forme, l'eau ne pénètre pas et le tissu reste sec. A la moindre pression l'eau pénètre le tissu seulement déperlant.

Le problème c'est qu'un traitement déperlant dure peu de temps et n'est présent qu'en surface. Ce qui fait que dans la vraie vie, un tissu seulement déperlant et pas imperméable à tendance à se comporter en serpillère. On peut rendre un tissu coton ordinaire déperlant avec du Scotchgard...mais une fois celui-ci "usé", le coton absorbe l'eau et le tissu laisse passer l'eau et le vêtement devient un frigo.

La laine c'est différent. La fibre de laine est naturellement "déperlante" et n’absorbe pas facilement l'eau liquide. Le fil l'est donc aussi, et le tissu final aussi. Essaye de t'essuyer avec un pull en laine : ça ne marche pas vraiment par rapport au coton ou au lin.

Si tu fais un tissu de laine dense il s'oppose fortement à l'entrée d'eau. Et comme la fibre n’absorbe pas facilement l'eau et déperle en surface on obtient une certaine imperméabilité. MAIS celle-ci est limitée et ne résiste pas à la moindre pression.

Si le vêtement a une forme qui draine l'eau, il évacue le surplus d'eau et reste isolant longtemps. C'est un avantage important de laine par rapport au coton : un tissu de laine mouillé (pas trempé!) isole encore assez bien. On est donc humide, mais on a chaud.

Sous la pluie dans un manteau loden (qui est habituellement doublé d'une couche indépendante de laine aux épaules et au dos, comme la swanndri) au départ l'eau déperle quelque temps. Puis le tissu s'imbibe principalement en haut du corps. Le surplus d'eau a tendance à s'égoutter le long du vêtement et tombe par terre.

A ce stade, SOUS UNE PLUIE MODEREE ET si on porte dessous un vêtement hydrophobe séparé de type "pull en laine" (idéalement traité nikwax/lanoline avant non désuinté mais ça pue et ça attire les bébêtes) l'eau n'arrive pas à la peau et si elle y arrive elle est "chaude". MAIS : le vêtement devient lourd, humide, inconfortable.

Un tissu loden gagne beaucoup à être traité "déperlant", on renforce l'effet "tuile " et "drainage". Mais les épaules vont tout même se mouiller, très vite si on porte un sac.

Mais pour une forte pluie, en statique : c'est pas bon.

« Modifié: 04 décembre 2018 à 11:35:38 par Kilbith »
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

04 décembre 2018 à 13:45:14
Réponse #61

Rantanplan


Citer
La laine c'est différent. La fibre de laine est naturellement "déperlante" et n’absorbe pas facilement l'eau liquide. Le fil l'est donc aussi, et le tissu final aussi. Essaye de t'essuyer avec un pull en laine : ça ne marche pas vraiment par rapport au coton ou au lin.

Merci pour ta réponse.

Cependant, je ne suis pas certain que la laine soit hydrophobe à proprement parler: ce matériau a quand même la particularité d'absorber l'eau et de s'y lier chimiquement. Même si le test de l'éponge est parlant...

Les sources (commerciales -> fiables ?) parlent d'une absorption de la laine de 15% à 30% de son poids en eau.

Certes, l'absorption d'eau par la laine rend différemment de l'absorption de l'eau par du coton. La première reste dans un premier temps sèche et chaude au toucher tandis que la seconde parait vite moite et froide. (Tu as écrit ailleurs que lorsque la molécule d'eau se lie à la laine, une réaction exothermique a lieu).

D'ailleurs, pour porter une parka à 80% coton bien épaisse (la militaire Allemande), même "Nikwaxée", le simple fait d'évoluer dans une ambiance humide suffit à rendre la couche froide, même pas besoin de pluie (bien sur c'est pire quand ça mouille directement dessus).

Question bébète:
Je louche sur une chemise "chaude" 20% coton, 20% laine, 45% acrylique. Tu penses que ces matériaux seront pertinents sous un anorak en laine ? (le 20% coton fait un peu tâche, je trouve).

04 décembre 2018 à 14:23:45
Réponse #62

Kilbith


Il ne faut pas confondre deux choses, l'absorption et l'adsorption.

Une fibre va toujours adsorber l'eau en surface sauf si elle est déperlante. C'est le principe des lingettes en microfibre. Normalement le polyester n'absorbe quasiment pas d'eau (1%) mais l'eau "s'accroche" à la surface (comme sur un verre). Si on utilise des microfibres la surface devient très importante et cela peut "essuyer"...mais comme l'eau est en surface ça sèche très vite.

L'absorption c'est quand l'eau est fixée dans la fibre. C'est le cas du coton et du lin et aussi de la laine. Sauf que dans le cas de la laine la fibre est hydrophobe en surface (renforcé par le suint) et hydrophile au coeur.

Attention, les laines traitées "non grattante/lavable" n'ont pas de suint et souvent la fibre est modifiée en surface (les écailles sont attaquées aux enzymes ou imprégnées). Dans ce cas on vient modifier les propriétés, souvent on a moins de résistance à l'eau (la swanndri : ça gratte).

Normalement, la laine s’imprègne très peu d'eau liquide...mais fixe plutôt chimiquement l'eau sous forme vapeur. Elle peut fixer de la sorte 30% de son poids et comme la fixation est chimique et de nature exothermique, la laine reste isolante.

...Mais il ne faudrait pas en conclure que si j'ai 1kg de laine (pull) je peux sans problème verser dessus 300g d'eau et que le pull est sec. D'une part, on l'a vu, une partie de l'eau reste en surface et il va falloir fournir la chaleur pour l'évaporer. D'autre part la laine n'est quasiment jamais "100% sèche" ne serait-ce que parce qu'elle fixe l'humidité de l 'air.

On n'a pas à disposition ces fameux "30% d'absorption d'eau sans problème", mais tout de même une partie. C'est ce qui explique que pour un effort modéré on/off la laine a un effet tampon sur la transpiration. Après cela dépend aussi beaucoup de l'épaisseur du tissu, tissage, grattage....Etc.

Pour ta chemise. En dessous de 50% de laine, il semble qu'on perd les qualités de la laine en terme de gestion des odeurs et effet tampon. En dessous de 80% on perd déjà un le coté isolation* dans la gestion des activités faibles intensités de type "on/off".

En revanche un mélange 50/50 acrylique/laine ou chlorofibre/laine est un excellent compromis en terme de solidité et de gestion d'activité aérobique intense tout en gardant des propriétés en terme de gestion d'odeur et des gestion des activités on/off (mais ce sera un peu moins isolant pour le même poids). C'est souvent la composition des trucs miloufs/pro.

On peut toutefois préférer le 100% laine, surtout en industriel, car l'effet tampon est maximal et surtout surtout c'est l'assurance que la laine utilisée est de qualité supérieure (on ne pourrait pas filer et tisser/tricoter si fibre 100% laine de qualité médiocre).

En résumé : je ne vois pas vraiment l'intérêt de la composition de ta chemise avec si peu de laine (perte résistance au feu) et autant de coton....

...sauf si c'est un truc genre "tissu des pyrénées" qui est un tissu gratté composé de 50% de coton assez semblable au "pile". Le coton servait de trame solide à la laine grattée pour obtenir quelque chose de solide et très isolant. De nos jours le coton est remplacé par autre chose. Et de toute façon c'est assez dépassé comme truc.

Désolé : question simple mais réponse complexe. Et je ne suis pas certain que ce soit très rigoureux.  ;)




*Une partie de la performance en isolation vient de la "couverture d'air" (petit volume d'air bloqué en surface) de la fibre. Le fil de laine (ou de coton) est composé de fibres de laine agglomérées ensemble alors qu'un fil synthétique est habituellement continu.
Avec la laine on peut facilement "gratter" ce fil et dans ce cas la surface bloquant l'air est très grande, dont c'est très isolant. Avec un fil synthétique on ne pas le gratter, on peut juste le texturer.
Pour qu'un truc synthétique isole, il faut que ce soit le tissu par sa structure (ex : polaire) qui apporte une bonne couverture d'air, la fibre doit aussi être la plus fine possible pour augmenter la couverture d'air, tout en étant résiliente (ne pas s'avachir).
Donc avec un pull 80/20 on perd déjà 20% de la masse en laine, donc moins de fil de laine à gratter (un fil de laine c'est naturellement ébouriffé)...mais ce sera plus solide.

d'ailleurs c'est aussi pourquoi à poids égal un pull de laine peigné  (ex : marin Saint James) isolera moins qu'un pull en laine cardé (ex : Islandais, Devold) car il aura une couverture d'air moindre mais il sera plus dense (coupe vent) et plus solide à poids et qualité égale. l'un pourra facilement être porté seul, l'autre gagnera à être porté sous un anorak.

« Modifié: 04 décembre 2018 à 14:37:53 par Kilbith »
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

04 décembre 2018 à 19:17:17
Réponse #63

Rantanplan



 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité