Nos Partenaires

Auteur Sujet: Vêtements en draps de laine : la Bushshirt Swanndri  (Lu 28964 fois)

19 novembre 2007 à 17:51:10
Lu 28964 fois

Kilbith


Bonjour,

Je vous rappelle que je ne travaille pas en forêt ou dans la nature et que donc mon avis n’est pas représentatif d’une utilisation abusive au quotidien. Pour autant à 43 ans, en tant qu'ancien scout, randonneur, chasseur, je pense pouvoir émettre quelques avis sur ce type de vêtement.


Introduction :
J’ai parcouru l’internet sur ce sujet, et je n’ai pas trouvé de messages reprenant de façon détaillé les avantages et les inconvénients de ces vêtements. Je vais essayer de développer un peu plus que  : Génial, Super, Nul, Dépassé...

Les vêtements en "drap de laine":
Les vêtements en drap de laine ont accompagné les européens pendant de nombreux siècles. Les manufactures de draps ont fait la richesse des Flandres et on été un sujet de dispute incessant entre l'Angleterre et la France. De nos jours à part, les cabans de marin, les duffle coats et les lodens, nous les avons bien oubliés...
Les vêtements en drap de laine : Swanndri, capotes militaires n'ont rien de géniaux : ils sont constitués d'un tissu en laine, du « drap de laine » foulé/gratté ; du genre de ce qui a équipé les armées européennes ou bien les excursionnistes durant des siècles.
Le tissu peut être 100% laine (exige l'emploi de pure laine vierge de qualité, un indice de qualité), mélangé à une autre fibre pour théoriquement le renforcer (en fait souvent à cause de l'emploi de fibres de laines courtes de second choix) ou bien dans un mélange recyclé (shoddy du siècle dernier de mauvaise réputation, ou Codet actuel de meilleure qualité).
De nos jours : pour un usage dans la nature, les chasseurs n’ont pas abandonné l’usage de la laine sous la forme du « loden » dans les pays germaniques. La firme Moessner produit encore de nos jours un loden de très bonne qualité. En France, l’usage du « drap de Bonneval » (filature Arpin) s’est perdue. En Angleterre les vestes de Melton pour la chasse à courre sont toujours en usage ainsi que le Tweed dans les highlands. Aux USA, Filson produit toujours le « Mackinaw Cloth ». Les tissus de laine "outdoor" n'occupent plus que des niches étroites. Mais les utilisateurs sont souvent enthousiastes, parfois à l'excès.
Les militaires ont abandonné, dans les années 60, le drap de laine pour les tenues de combat. Pourtant, le vêtement en drap de laine reste une valeur sûre pour un usage en milieu tempéré : très solide (sauf à l'abrasion humide), assez chaud sans excès (pas de barrière pare vapeur), très résistant au feu, silencieux, aspect mate, casse les formes, chaud même humide, masque les odeurs, se moulant/adaptant au corps à la longue et peu compressible : C'est un gros avantage quand on porte un sac ou que l’on doit dormir dessus.
La laine résiste très bien à la compression, elle est résiliente : le feutre de laine était employé dans les jaques comme pare flèche ou pour rembourrer les casques…Le feutre de laine est toujours employé comme tapis de selle pour les chevaux afin de les protéger des frottements...
 
Bien sûr : c'est lourd, encombrant, cela chardonne, cela peut accumuler la neige au bas des jambes et c'est long à sécher quand trempé....Le poids d'un vêtement de laine peut doubler sous la pluie.

Mais il faut rappeller ici le constat classique :
"Dans la nature, comment distingue-t-on ceux qui eux des vêtements techniques de ceux qui sont habillés en laine ?
...Ceux qui ont des vêtements techniques restent debout, ceux qui ont des vêtements en laine sont assis ou allongés dans par terre! "

Cela n'empêche pas d'utiliser les textiles modernes quand ils sont plus adaptés !
Description de la bushshirt :



Sur la photo la bushshirt en pure laine de nouvelle-zélande. J’ai choisi d'illustrer le sujet par le « buffalo plaid » rouge et noir, car il me semble que c’est assez pratique pour un vêtement de survie. La couleur rouge permet d’alerter les chasseurs et les secouristes, mais elle n’est pas perçue par les herbivores. L’alternance de carré noir et rouge brise la forme humaine. Le noir capte bien la chaleur d’un feu ou du soleil ce qui active le sèchage.

 La partie supérieure du torse et la cagoule sont doublées d'un tissu assez lâche en polyester/laine (50/50). Il sèche très vite et repousse l'humidité. Comme il n'est pas attaché en bas, il agit comme une pélerine.
Une seule petite poche haute sur la poitrine gauche (pas terrible pour un gaucher) et les manches sont réglables par une patte se réglant par un bouton.
Pas de coutures sur les épaules : l'étanchéité est renforcée et très bon confort sous les bretelles du sac.
Présence d'une fermeture à lacet au col et un autre lacet autour de la cagoule. C’est rustique, mais cela ne vous lâchera jamais sur le terrain.
Vêtement non bruyant. Actuellement, existe en navy, tartan bleu/noir, tartan rouge/noir et olive. L'armée neo zélandaise a abondonné ses modèles en DPM s'ouvrant sur le devant, il est possible d'en trouver sur le net.
La forme de la Bushirt  est celle d'une chemise très longue d'il y a 150 ans : relativement étroite en haut, très large en bas et les manches assez courtes pour ne pas interférer avec les travaux manuels.

 
Test :
J’ai profité de la journée bien pluvieuse de Printemps pour tester la résistance à la pluie de la Bushshirt Swanndri. Une ballade en ville de deux heures sous une pluie constante, parfois violente, m’a confirmé l’efficacité de ce vêtement extrêment déperlant.
Sous la veste, je portais du traditionnel (t-shirt coton en filet à manche longue brynje, chemise polycotton 50/50, jean Levis coton/coolmax, chaussettes mohair, chaussures Meindl cuir sans membrane, casquette coton aigle nikwax pour les lunettes sous la cagoule). Pas de problème d'humidité.
J’étais bien confortable malgré une température de 15°. Je précise que j’ai marché en ville et donc que l’effort était modéré.
Evidemment, si j’étais parti pour la journée dans la nature j’aurais pris une demie-cape en tissu synthétique étanche pour protéger la partie supérieure de la bushshirt des infiltrations et de la saturation. Dans l’hypothèse du port d’un sac à dos, j'aurais pris un poncho sylnylon.

Il s'agit d'un vêtement relativement imperméable, assez coupe vent, certainement pas étanche. L'imperméabilité est due à la matière hydrophobe (laine), au traitement déperlant imprégnant le tissu en profondeur, à la coupe en forme de cloche, au faible nombre de coutures (absence d'ouverture et de poches) et à la présence d'une cape très hydrophobe en doublure.
C'est un vêtement très solide qui ne craint pas les accrocs. Il est assez chaud mais en même temps très respirant. On peut moduler l'apport de chaleur en jouant sur les manches, la cagoule, la fermeture du haut et ajoutant une ceinture ou un cordon dessus. Il résiste au feu, c'est imortant lors du séchage au feu de bois MAIS il faut se méfier du traitement hydrophobe d'origine.
AMHA , c'est une valeur sûre.

A noter que la propriété de stockage de la vapeur d'eau de la laine n'est pas toujours un désavantage. Dans un premier temps, la laine stocke la transpiration à l'intérieur de la fibre (l'extérieur est hydrophobe) ce qui entraîne un très léger dégagement de chaleur de la laine. L'eau est liée chimiquement à la fibre de laine et la réaction est exothermique.

Ce phénomène peut être exploité sous un vêtement imperméable étanche : la laine fait "tampon" et stocke provisoirement l'humidité. Puis, au repos, la laine sèche lentement sans "chill effect". On peut donc utiliser, lors des efforts modérés, un imperméable étanche lors des grosses pluies sans ressentir de "moiteurs" excessives.
Avec un isolant hydrophobe synthétique non absorbant, parfois le vêtement sèche trop vite, le refroidissement est trop intense après l'effort (le passage de la phase liquide à la phase vapeur nécessite de nombreuses calories). Et c'est très désagréable. Pour éviter cela, on doit garder la veste imperrespi (goretex) qui viendra limiter cet effet.
Evidemment, si on est en phase d'effort très important et continu...il est préférable de ne pas stocker l'humidité dans ses vêtements, au risque de les alourdir et que le contact avec la peau devienne humide....Dans ce cas, l'isolant synthétique est préférable à court terme s'il est conjugué avec une veste (chère) en matière imper/respirante

Lors d'un effort modéré par temps sec, la bushirt n'étant que relativement coupe vent, la vapeur d'eau est "ventilée" et ne reste pas au contact du corps. Sous réserve de rester sous la limite des arbres (à l’abri du vent) c'est un avantage à l'effort modéré, cela évite l'effet "cocotte minute". C'est surtout efficace quand les phases d'effort alternent avec des phases de repos. Dans ce cas, le surplus d'humidité est absorbé par la laine, qui reste chaude. Cette humidité est "relarguée" lentement pendant les phases de repos.
A l'effort intense et continu, la laine devient trop chaude voire collante. La laine est hydrophobe en surface, seule la vapeur d'eau peu facilement l'humidifier...



Fabrication :
La laine utilisée est du mérinos selon le site Swanndri, c'est juste une race de mouton le mérinos. En quelques années ils sont devenus majoritaires en NZ du fait de la demande mondiale pour cette laine pouvant être très douce au contact de la peau. Comme la bushirt gratte ce n'est pas de la laine, douce mais fragile, ayant un diamètre de fibre inférieur à 25 microns. Il s'agit d'un drap feutré assez épais.


Remarque : je mesure 1,82m pour 88 kg et le modèle XXL (46), bien que ample, a la bonne longueur pour les bras et il m'arrive juste au dessus des genoux. Les quatre tests (tendre les bras, lever les bras, se baisser, toucher l'intérieur de ses coudes) sont concluants, vraisemblablement du fait de la présence de soufflets sous les bras. C'est super long comme coupe!  C'est la chemise de nuit de grand papa. Je veux dire que je mesure 1.82m et que la XXL arrive 10 cm au dessus des genoux. C'est taillé comme une tente, et il y a des soufflets aux emmanchures.


Poids (vérifié) en XXL : 1500 gr. C'est certain que ce n'est pas un vêtement MUL ! C'est un vêtement très solide et très polyvalent avec des avantages que l'on ne touve pas ailleurs : Peu bruyant, résistant au feu (méfiance quand même du fait du traitement déperlant de nature inconnue), imperméable, auto nettoyant, ayant les propriétés de discrétion propre à la laine, très couvrant...naturel.


Modifications :
J'ai enlevé la poche située à gauche, car elle ne permettait pas d'épauler à gauche. D'autre part, la patte du col était un peu petite pour mon cou et ça grattait. Pour la fixer à demeure contre la cagoule j'ai ajouté un bouton.
Comme c'est de la laine cela respire bien lors d'un effort modéré. D'autant plus que la coupe est ample et que l'effet "soufflet" et "cheminé" permet un refroidissement/séchage par convection.
Pour avoir plus chaud, il faut mettre une ceinture ou se ceindre d'une corde tout en mettant la cagoule et en fermant les manches. Cette action permet d'éliminer beaucoup l'effet "soufflet" et "cheminé". Reste à ajouter un coupe vent pour augmenter énormément l'apport calorique (fin de la convection).
Il est possible de replier le vêtement dans le dos (ou devant), puisqu'il est ample, pour avoir quatre épaisseur de laine. Dans ce cas c'est encore plus chaud.
On peut aussi facilement porter le vêtement en bandouillère attaché à une corde ou a une sangle sur le principe des capes en loden de chasseur.

Ce n'est pas très coupe vent. Donc les vêtements de dessous ou du dessus doivent l'être. En statique, il faut prévoir un grand anorak ou le poncho. Un cuissard de...pêche est un bon complément pour la pluie puisque la bushirt descend très bas. L'imperméabilité part lentement puisque la laine se lave peu. Si nécessaire, il suffit de traiter avec du nikwax. Le vêtement est non absorbant, il n'est pas étanche.



Vêtements d’accompagnement :
Une doudoune duvet dessous : Sous une vraie pluie le duvet risque de faire buvard au bout d'un certain temps. D'autre part, le poids de la Swandri va compresser la doudoune aux épaules. Mais on ne serat pas engoncé. Le tissu des doudounes est glissant ce qui rend le port agréable sous la laine.

Une polaire dessous : la laine s'accroche à la polaire, c'est pénible a mettre ou à retirer. Mais la combinaison est valable. Il est peu probable que la pluie arrive à transpercer les deux couches. Si c’était le cas, l’eau serait « chaude » au contact du corps.


Pourquoi les Swanndri  ?

Les plus :
*Les swandri (bushshirt) ont une coupe adapté à la vie en extérieur sans souci du fashion, sont faciles à trouver, pas trop chères et sont imperméabilisées....
*La bushshirt possède une capuche utilisable (rare sur les vêtements de laine) et doublée d'un tissu laine/polyester qui n'absorbe pas l'humidité.
*Les poignets sont réglables par des petites pattes boutonnées. Donc pas de velcro qui attire++ les graines et qui font du bruit.
*L'intérieur des poignets possède une bande de doublure fine en laine polyester : Quand on lève la main pour épauler sous la pluie, l'eau ne descend pas directement le long du bras.
*La bushshirt possède des soufflets sous les bras, ce qui permet de bouger les bras sans bouger l'ensemble. quand on épaule, on ne soulève pas le vêtement par exemple.
*La bushshirt possède une doublure lache polyester/laine sur le torse. Cela reforce sa chaleur, le confort lors du port d'un sac à dos et sa résistance à la pluie.
*La longueur est suffisante pour permettre de se passer d'un pantalon étanche sauf sous les pluies les plus fortes. Les découpes sur les cotés permettent d'accéder aux poches du pantalon ou aux poches basses d'uen veste.
*C’est un patrimoine.

Les moins :
*Je trouve que la largeur au cou est faible et que cela gratte. C'est un défaut, pour moi de la bushirt. J'aurais aimé que le col remonte plus haut....ou qu'il soit plus large afin que l'on puisse mettre une écharpe.
*Il manque une autre poche sur la poitrine. Je les placerais plus basses (accès avec un sac, pas d'interférence à l'épauler) et elle seraient plus grande. Ceci dit, cela générait l'imperméabilité. J'ai enlevé la poche sur ma bushirt.
*Il semble bien que tout ou partie de la production se fasse désormais en Chine.



Conclusion :
Au delà des effets de mode et du marketoc, la laine a fait ses preuves depuis des milliers d'années pour les hommes et des centaines de milliers d'années pour les moutons, chèvres, chameaux, lamas, yaks.....en été, en hiver, en plaine, en montagne, dans les déserts chauds et froids...c'est un fait incontournable.
Ses défauts : le poids, lente à sécher, peu de résistance à l'abrasion humide, gratte. Il faut savoir que l'utilisation de lainede différentes origines ou sous la forme de tissages adaptés peut pallier à ces défauts.


Did : n'hésitez pas à critiquer ou  compléter selon vos propres expériences !
« Modifié: 26 novembre 2007 à 20:54:30 par Kilbith »

19 novembre 2007 à 19:38:58
Réponse #1

Cynry


Quelques trucs pour compléter...

Pour le col, j'ai carrément viré la patte qui sert à fermer la capuche. Je me sers maintenant d'une écharpe. Un tour dans la capuche contre le cou, puis le reste à l'extérieur (je peux faire des photos si besoin). Je ferme le tout en coinçant le bout de l'écharpe sous la swandrii. Ca maintient bien l'ensemble, et ça tient chaud. Très chaud  ;D

J'ai fais un test récemment sur le nombre de couches portables en dessous. Faut savoir que je suis pas large, mais que le vêtement l'est lui, donc les résultat sont peut-être à nuancer pour quelqu'un de constitution normale ou plus.
J'ai tout d'abord essayé avec les vêtements qui me servent. Ca fait sous vêtement thermique (tiens, encore de la laine...), chemise polycoton, micropolaire, blouson, swandrii. Pour moi ça le fait, pas de problème de confort à signaler.
J'ai ensuite rajouté 2 polaires dont une épaisse, je commençais à me sentir tel le bonhomme michelin, en gros. Mais confortable et utilisable tout de même, juste une petite gène pour les mouvements du genre plier le coude à fond, etc... Et je vous raconte même pas la fournaise dans cette configuration.

La doublure m'a bien gavée au début, n'étant cousue que sur les côtés, je me retrouvais la tête entre la doublure et la laine à chaque fois que je l'enfilais sans faire gaffe (soit 95% du temps environ). Quelques points lâches dans le dos, ça se voit pas, ça prend 30 minutes, et pour moi ça a grandement amélioré le vêtement, qui s'enfile ni plus ni moins comme un anorak désormais.

J'ai viré la poche aussi, sans vraiment de raisons (allez j'avoue, juste parce que Kilbith l'a fait  ;D). Je pense que ça vient du fait que ma conception de ce genre de vêtements se veux vraiment simpliste. C'est pas le truc que je porte tout le temps sur moi, c'est juste une couche externe que je sors quand ça caille. Du coup, les poches... Pour moi c'est un peu comme mettre des poches sur un poncho en gros  :) En plus à vue de pieds j'y ai gagné 30-40 grammes sur le total  :lol:


Je rappelle aussi pour ceux que le prix rebute qu'il y a encore dans les surplus ou sur ebay des "cape-poncho" en drap de laine. C'est pas la même coupe, pas les même qualités, mais c'est surtout pas le même prix ! Dès que j'ai une machine à coudre, je pense essayer une transformation dudit vêtement pour se rapprocher de la coupe de la swandrii.


Kilbith, j'ai pas accès à ton mail, et je voudrais discuter d'un truc. Tu me contactes ?

19 novembre 2007 à 20:00:52
Réponse #2

pimyboc


Je rappelle aussi pour ceux que le prix rebute qu'il y a encore dans les surplus ou sur ebay des "cape-poncho" en drap de laine. C'est pas la même coupe, pas les même qualités, mais c'est surtout pas le même prix ! Dès que j'ai une machine à coudre, je pense essayer une transformation dudit vêtement pour se rapprocher de la coupe de la swandrii.

salut Cynry,
et en prenant une couverture en laine ça serait pas possible ? Parce que moi aussi ça me tenterais bien faudrait surement voir pour mettre un imperméabilisant.
qu'en penses-tu ?
DEX AIE En Normandie, il n’y a qu’une chose qui peut être haute ou basse : C’est la mer.

19 novembre 2007 à 20:45:42
Réponse #3

Cynry


L'avantage de la cape, c'est qu'il y a déjà la capuche et un système de fermeture. En plus la laine est déjà traitée.
J'ai pas l'objet sous les yeux vu que je suis pas chez moi, mais je me demande si les ouvertures pour passer les bras ne pourraient pas être utiliser comme aération pour les aisselles. Je ferais un post si ce projet voit le jour...

Pour la couverture, ça dépend de ce que tu veux faire et de comment tu comptes procéder.
Si tu veux juste un truc chaud pour te couvrir et te protéger du feu, un simple trou et t'as un poncho, sans capuche, dans lequel tu peux t'enrouler à 30 cm du feu, et qui peut toujours te servir de couverture.
Si tu veux vraiment la coupe d'une swandrii, avec la capuche et tout, ça va être nettement plus complexe. En se servant de plusieurs couvertures, tu peux procéder comme pour fabriquer n'importe quel vêtement, reste à trouver ou dessiner un patron. Mais contrairement à ce que je compte faire, où je pense m'en tirer avec 3 ou 4 coutures au max, là c'est tout un vêtement à assembler. Faisable, carrément moins cher, et si t'as la motivation et la laine qui va bien, ça peut être vraiment bien.

Reste justement à trouver la bonne laine. Je sais pas du tout si les laines des couvertures ont les mêmes qualités que celle utilisée pour la swandrii et la cape. Pour le traitement, j'ai jamais fait, mais me semble avoir lu quelque part par ici qu'un passage en machine avec du nikwax le fait.
Le mieux, c'est encore de tester, tu te trouves une couverture en laine qui t'inspire, tu traites, et hop à la douche  ;D tu verras bien si le traitement à pris ou pas...

Tiens nous au courant en tout cas, parce que si ça marche, dans le genre pas cher ça se pose là  :)

19 novembre 2007 à 23:23:11
Réponse #4

Rod


En tout cas merci les gars pour toutes ses infos sur ce produit!  :doubleup:

Bien à vous,

Rod

22 novembre 2007 à 18:52:44
Réponse #5

Kilbith


Au fait Karto....As-tu les informations souhaitées ?  :)

23 novembre 2007 à 08:28:42
Réponse #6

kartoffel


Oui, merci beaucoup :) Je visualise mieux le vêtement maintenant.

Ce que vous décrivez me fait penser à une cape en drap de laine que ma grand mère a donnée à ma copine, un très vieux truc qui en fait ne vieillit jamais. Chaud et déperlant, elle la porte souvent.

23 novembre 2007 à 08:39:47
Réponse #7

Kilbith


un très vieux truc qui en fait ne vieillit jamais. Chaud et déperlant, elle la porte souvent.

MISSA EST... :D

23 novembre 2007 à 09:00:39
Réponse #8

Hatari


Faire comme les écossais, porter un tartan sur l'épaule et pourquoi pas un kilt, ça tient chaud  :lol:
La vraie trahison est de suivre le monde tel qu'il est et d'employer l'esprit à le justifier.

24 novembre 2007 à 20:48:53
Réponse #9

Pics (Vincent.D)


Très chouette ta gabardine...
Tu as trouvé ça où??
@++

Do More With Less & K.I.S.S.


24 novembre 2007 à 21:09:24
Réponse #11

Pics (Vincent.D)


Merci...
J'aime mieux la  gabardine à la cape,mais merci pour le lien quand même..( le prix est intéressant quand même par rapport à une swanndri...)
@++

Do More With Less & K.I.S.S.

24 novembre 2007 à 21:32:50
Réponse #12

piedsnussurlaterresacrée


salut
j'ai un caban st james que je porte quand il fait trés froid et trés humide. ce que je peut en dire ça coupe trés bien du vent, ce qui est agreable c'est qu'on a pas la sensation de chaleur etoufante.il a subit les assault des embrins salins, porté sous la pluie..... ça fait 8 ans que je l'ai il est comme neuf. que du bon quoi!!

25 novembre 2007 à 22:30:52
Réponse #13

Kilbith


notamment du vent


Euh....la laine a tout les avantages décrits ci-dessus. A part pour l'aspect "coupe vent". Il faut une GROSSE (lourde)épaisseur de laine pour couper vraiment le vent....En revanche elle est chaude et protège assez facilement d'une petite averse (fibre naturellement hydrophobe).

Il est beaucoup plus facile et léger d'obtenir un coupe vent avec du coton, du lin ou de la soie....


did, ;)

PS : me plait bien ta capote autrichienne....si tu trouves un site: indique le !!!!!!!!!!!
« Modifié: 25 novembre 2007 à 22:42:43 par Kilbith »

26 novembre 2007 à 09:27:26
Réponse #14

Kilbith


Bonjour,

Juste un petit retour d'expérience....

Hier, j'ai passé six heures en statique avec une température autour de 5°C. J'étais dans un sous bois peu humide, mais quasiment pas de soleil.

Pour ceux qui ne connaissent pas....essayez, vous verrez que cela n'a rine à voir avec une activité "Rando" question gestion de la chaleur!  ::)

J'avais :

Perfekt Meindl, chaussettes expé Patagonia (assez courtes), pantalon laine épais (BW ?) serré en bas par cordon avec bretelles, slip coton, tshirt coolmax, chemise Arktis laine/polyester/polyamide (genre Ulfrotte), veste M59 en laine suédoise, BUSSHIRT, bonnet polartec 200. A la taille j'avais une sangle (important pour compartimenter la chaleur et éviter la convection sous la swanndri). Port de 4.5 kg à l'épaule par l'intermédiaire d'une bretelle large confortable en néoprène (antiglisse et élastique). Thermos de café/fructose.

La montée (environ 150 m, 30 minutes) a été faite sans le bonnet et la busshirt. Port dem on sac à dos habituel pour cette activité (voir stage novembre).

Avec cette combinaison, je n'ai pas trop ressenti le froid. Je veux dire par là que ma motricité fine est restée constante...
Le point faible était le bas des jambes car les chaussettes sont courtes. Un poil trop grosses pour les perfekt...pieds légèrement compressé peut être..

A noter qu'à chaque fois que mon pantalon ne recouvrait plus les chaussures, je sentais instantanèment la différence (refroidissement par convection).

La Swanndri est vraiment pas mal à l'usage...C'est plus la coupe et les possibilités qu'elle offre (par exemple : pas de coutures sur les épaules, liquette permettant de s'assoir avec une couche de laine sous les f*sses...).

Il faut remarquer qu'il soufflait parfois un petit vent (genre 20 à 30 km/h). Mais il faisiat sec pas de condensation possible avec la respiration (rare ene sous bois...).
Malgré les deux couches de laine compactée : le vent "vole" incroyablement vite la chaleur.
Il FAUT prévoir un coupe vent en plus pour un usage statique prolongé les jours de vent par température inférieure à 8°C.
J'avais, par exemple, une veste XXL verte Montane lite speed en pertex quantum en back up dans la poche arrière de ma veste suédoise :

http://www.outdoorsmagic.com/review/reviewproduct/mps/RPN/4665/RER/2/v/2

Un vrai bon outil de back up...Mais pas à mettre en couche externe pour traverser les épineux : ;D ;D ;D

Did, ;)

26 novembre 2007 à 20:55:42
Réponse #15

Kilbith


Re,  :)

J'avais oublié de signaler un truc essentiel sur la bushshirt : pas de coutures aux épaules.  :love:

J'ai modifié dans mon post initial.

 ;)

11 décembre 2007 à 10:26:25
Réponse #16

pimyboc


Bonjour à tous,
Je me suis lancé dans la confection d’une veste outdoor de type « cygne sec ». Je vous livre ici mes résultats. D’aucun diront que ce n’est pas la panacée et ils auront raisons mais je suis content d’avoir tout fait de A à Z.



Alors les matériaux/matériels :
Du tissu en laine pour toutes les qualités cités par kilbith et particulièrement pour le feu, je suis allé chez mondial tissu c’est 15€ le ml je trouvais ça trop cher. Je voulais faire ça en récup pour le côté low-tech et pour l’esprit quoi.
Alors direction le surplus j’ai déniché une couverture en laine des années 70. Bon la couleur n’est pas top j’avais le choix entre parme, tan ou vert relativement flashy j’ai pris le vert (voir photo).
Ensuite fil et aiguille, ciseau (bref matos couture) des œillets noir chez mondial tissu et un peu de paracord. That’s all. Prix : environ 15€ en tout sans matos couture. (ça change du prix de la swanndri). J’ai tout fait à la main j’aurais pu me faire prêter une machine à coudre mais toujours pour l’esprit j’ai continué à la main. (en plus ça occupe) compter environ 8 heures environs sinon je pense que l’on peut diviser par deux le temps avec le patron et une machine. J’ai pratiquement tout cousu à l’envers.

Bon ensuite le patron bah, j’ai tâtonné, je me suis aidé d’une veste que j’avais surtout pour la taille pas vraiment pour la forme. Bref pour vous faciliter la tâche, je vous l’ai reproduit ici. (Toutes les côtes sont en centimètre)





C’est pour taille homme hein Patrick va être content je dirais XXL avec les couches de fringues en dessous.

La capuche est un peu juste alors vous pouvez peut être l’agrandir.

Le montage :

Partie I, alors couper deux fois le I moi j’ai replié la couverture en deux. ATTENTION NE FAITE LE V POUR LE COL QUE SUR LE DEVANT. Coudre les côtés et les épaules si vous les avez coupé. Pour les points de couture, je vous laisse vous renseigner sur les sites spécialisés j’ai utilisé surtout le point de piqûre (lien http://www.coupecouture.fr/2006/10/point_de_piqure.html)  pour la résistance et j’ai doublé la plupart avec des points de surfilage pour arrêter les découpes. (je crois que j’ai fait des points de festons lien : http://www.coupecouture.fr/2007/02/point_de_feston_1.html#more )

Partie II les manches : couper à dimension puis coudre la longueur.
Ensuite coudre les manches sur les trous prévu à cet effet sur la partie I (bien faire attention là où se croise les deux coutures)

Partie III, la capuche : alors je pense qu’on peut l’agrandir un peu si on aime là elle est ajusté au plus près. Pour rester dans l’esprit originel je vous ai mis la façon que j’ai extrapolé par rapport aux photos (voir patron) si vous aimez et pour plus de facilitée on peut faire style moine (avec la pointe sur le dessus du crâne). Donc la bande va au milieu et faire deux fois la figure 2, coudre de chaque côté de la bande. Ne pas encore la coudre sur la veste tout de suite mettez d’abord le col.

Partie IV, à droite le col faites la forme que vous préférez moi j’ai fait simple avec deux couches de laine cousu entre elle. Puis le coudre sur le V de l’ouverture de la tête (si vous avez des difficultés regarder une de vos vestes ou une chemise)
A gauche, c’est ce que j’ai mis derrière les lacets pour l’ouverture sur le torse. Simple en forme de triangle. Faire une ouverture au ciseau sur la pointe du V d’environ 15 cm puis bien l’arrêter avec un point de couture pour pas que cela descende plus tard. J’ai fait un carré de couture pour être sûr. Ensuite mettre les œillets.





Coudre maintenant la capuche, (point utilisé lien http://www.coupecouture.fr/2006/11/point_de_croix.html# ) j’ai fait un repli sur le devant de la capuche pour pouvoir passer de la paracord pour la serrer.



Enfin pour finir, faire des ourlets sur le bas de veste et le bout des manches à votre taille exacte pour la finition.

Moi j’ai rajouté des poches sur le devant parce que je préfère par rapport au côté. Si vous voulez faire de même, faite un rectangle fermé sur le bas et les côtés et prévoir un rabat sur l’extérieur (comme le col) pour recouvrir le trou.




Tous les liens pour la couture viennent de ce site http://www.coupecouture.fr/ qui à l’air pas mal. (je connais pas hein)

Voilà j’espère vous avoir aidé et/ou vous avoir donné envie de vous lancer (un peu de signal de ma part aussi j’apprend tellement ici), si vous avez des questions n’hésitez pas. Ah si j’en ai une question comment imperméabiliser un peu le tout Cinry parle de nikwax et machine quelqu’un a des infos ?
DEX AIE En Normandie, il n’y a qu’une chose qui peut être haute ou basse : C’est la mer.

11 décembre 2007 à 10:41:02
Réponse #17

ipphy


BRAVO  :love:

Maintenant il faut voir ce que ça donne dehors.  :doubleup:

11 décembre 2007 à 10:46:12
Réponse #18

Kilbith


Génial, :)

Pour imperméabiliser, tu aurais pu faire feutrer ta couverture AVANT de coudre : Il suffit de la laver sur un cycle chaud avec un peu de lessive standard, puis passage au sèche linge. Cette action entraîne le feutrage de la laine et son rétrécissement important. Le truc devient un peu "informe" mais la laine est plus compact et bien épaisse. Avec une brosse mi dure tu peux peigner délicatement les poils dans le sens ou l'eau doit s'évacuer.

A ne pas faire maintenant, sauf à prendre le risque de te retrouver avec du L. Et encore pas de façon régulière... :down:

En revanche, tu peux faire un lavage DOUX à froid avec lessive laine, rinçage, puis lessive nikwax, puis lavage avec imperméabilisant spécial laine Nikwax. Le risque est limité.

Normalement cela ne devrait pas trop rétrécir. Eviter à chaque fois d'essorer. Sur le dernier lavage tu peux tenter un très léger essorage (400 tours , 30 secondes). Séchage à l'ombre et à plat.

Le truc, c'est de ne pas hésiter à remettre DOUCEMENT en forme le vêtement à la sortie de la machine (manches....)

Les résultats devraient être acceptable si tu procèdes très délicatement lors du lavage, séchage, étirage...Mais il ya un risque, il faut le savoir.


11 décembre 2007 à 11:18:05
Réponse #19

Pics (Vincent.D)



Do More With Less & K.I.S.S.

11 décembre 2007 à 11:30:19
Réponse #20

pimyboc


Pour imperméabiliser, tu aurais pu faire feutrer ta couverture AVANT de coudre : Il suffit de la laver sur un cycle chaud avec un peu de lessive standard, puis passage au sèche linge. Cette action entraîne le feutrage de la laine et son rétrécissement important. Le truc devient un peu "informe" mais la laine est plus compact et bien épaisse. Avec une brosse mi dure tu peux peigner délicatement les poils dans le sens ou l'eau doit s'évacuer.



merci à tous, et à kilbith je pensais qu'elle allait rétrécir un peu alors pour éviter ça, je l'ai lavé avant de coudre mais ma femme a du faire le lavage laine dommage j'aurais du y penser de faire exprès avant. sinon je vais essayer ton truc merci beaucoup.

DEX AIE En Normandie, il n’y a qu’une chose qui peut être haute ou basse : C’est la mer.

11 décembre 2007 à 11:38:37
Réponse #21

fabsah


Super boulot, respect ! Surtout de tout s'être tapé à la main, je suis admiratif!

Vite vite, un test dans la nature  :doubleup:

11 décembre 2007 à 13:06:29
Réponse #22

piedsnussurlaterresacrée


super taffff   :doubleup: ça donne vraiment des envie de couture  :tongue:

11 décembre 2007 à 13:26:10
Réponse #23

kartoffel


Super !!  :up: Félicitations.

Combien de temps tu as mis pour coudre tout ça à la main ? Parce que moi quand je vois que je me décourage pour coudre ensembe deux mètres de silnylon pliés en quatre(ça gliiiiisse  >:( ) je suis d'autant plus impressionné par la quantité de couture qu'une telle veste suppose.

En tous cas voilà du très beau boulot.

11 décembre 2007 à 13:37:27
Réponse #24

DavidManise


Pimyboc, franchement, là, je suis sur le cul :blink:

C'est du superbe boulot !!!!  :doubleup:

Je vais me mettre en chasse de vieilles couvertures de laine moi.  Au surplus à Valence je devrais pouvoir trouver ça  :love:

Super inspiration.  Merci beaucoup :love:

David
"Grand, gros, lourd, sale, fort et bête" ;)

Stages survie CEETS

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité