Nos Partenaires

Auteur Sujet: Comment se réchauffer?  (Lu 42643 fois)

19 novembre 2007 à 08:54:27
Réponse #100

Hatari


Heureux pour toi que tout c'est terminé sans gros problème, c'est dans pareille situation que l'on prend très vite conscience de l'importance de pouvoir allumer un feu, je suis sur qu'à l'avenir tu auras le matériel adapté ! ;)
Pour l'anecdote, j'ai connu une situation presque identique à la tienne....
Lors d'une sortie de pêche au brochet en plein mois de décembre en bord de Meuse, le sol était bien gelé avec de la neige sur les berges, mon cousin et moi faisions les bords en laissant dériver nos vifs dans le courant.
Après une demi-heure de pêche, j'entends mon cousin crier à l'aide, assez distant je ne le vois pas de suite, j'abandonne canne et matériel et court vers lui, arrivé sur place, je le retrouve dans l'eau à 2 m. du bord avec un gros chien genre "Dogue du Tibet" qui grogne méchamment, celui-ci avait renversé la goujonnière et affamé certainement dévorait les vifs !
Rien dans les mains pour affronter le molosse qui me regardait fixement babines retroussées, je ne sais quelle rage m'a piqué, j'ai ramassé une gros pierre et foncer vers le chien en gueulant, je lui balance la pierre qui le touche à la hanche et sur le coup, il détale à toute vitesse.
Entre temps mon cousin a pu regagner le bord, il était complètement tétanisé de peur et de froid aussi blanc de teint qu'un mort, le véhicule étant trop loin (1 heure de marche) nous avons pu allumer un feu en ramassant du bois mort et de la paille de roseau bien sèche, j'avais une flasque d'un alcool assez fort (Ströhmrhum) qui a servi d'allume-feu.
Au final, le lendemain méchante fièvre, mon cousin est resté au lit près d'une semaine pour s'en remettre !
Depuis, il ne se sépare plus d'un kit minimum et à de quoi affronter le plus méchant des cabots ;D

La vraie trahison est de suivre le monde tel qu'il est et d'employer l'esprit à le justifier.

19 novembre 2007 à 10:08:20
Réponse #101

Barnabé


Ce que tu ne dis pas, c'est si tu as a couru les 20 minutes pour retourner à la voiture, en restant toujours au fond du ravin, ou en en sortant (et si c'était possible d'en sortir).

Parce que les torrents, c'est très sympa pour se promener, mais très dangereux quand on veut courrir (surtout quand on est pas dans son état normal). Courrir au fond d'un torrent, ou bien en sous-bois en longeant la rive, c'est très différent. En général, on va bien plus vite en sous-bois et c'est bien moins dangereux (pas de rochers moussus et mouillés, pas de trous d'eau, etc.).
« Modifié: 19 novembre 2007 à 10:29:55 par Barnabé »

19 novembre 2007 à 11:04:43
Réponse #102

Vulpus


Je pense que tu n'as pas mal réagi du tout. Quand t'es tout mouillé, il faut que tu retournes à ta voiture sans arrêter. Si tu avais arrêté de bouger, le froid se sent très vite. Et, une fois dans ta voiture t'es plus au chaud que devant un feu! En plus, dans ces conditions c'est super difficile à démarrer un feu comme plusieurs ont déjà dit.
Perso, je pense à prendre une chaufferette dans mon EDC en plus d'une couverture de survie.
La plus grande sagesse est de paraitre fou - Dionysius Caton

19 novembre 2007 à 11:13:33
Réponse #103

Maximil


Quand t'es tout mouillé, il faut que tu retournes à ta voiture sans arrêter.
pas d'accord, cette fuite aurait pu le conduire à se fracturer une cheville par exemple.

Citer
Et, une fois dans ta voiture t'es plus au chaud que devant un feu!
Non, il faut d'abord démarrer la voiture, et la faire chauffer: sans conduire, cela peut prendre facilement 1/4 d'heure de plus. A condition qu'elle démarre et que l'on arrive à mettre les clés dans la serrure, que l'on ait pas oublié une vitesse d'enclenchée etc.

Bref, c'est pas bête, mais ce n'est pas la panacée non plus à mon avis.
Fabrication maison de stylo-plume , roller , bouchons de bouteilles , kubotan , koppo-stick etc... http://maximil.chez-alice.fr/index.htm
Photographies de Maximil
Patines de chaussures de Maximil

19 novembre 2007 à 13:59:33
Réponse #104

Bison


Bonjour,

Citation de: rad
J'ai 2 sac à dos avec chacun un kit  en fond de sac.
Mais ces kits sont trop gros pour un petit sac photo destiné juste au transport voir à la petite ballade  à l'origine.

Bref, cela m'a pas mal secoué, mais je ne trouve pas la solution pour le moment.
Peut être changer de  sac pour un plus grand ce qui permet de caler un kit.

1. D'abord, merci infiniment rad pour ce témoignage. On passe de la théorie à la pratique, par personne interposée! C'est toujours cela!

2. On voit bien le contexte :  la petite sortie solo improvisée. Normalement les choses seraient moins tragiques en rando, pour peu que l'on ait des vêtements de rechange dans le sac. Et encore moins tragique en rando à plusieurs (assistance immédiate, partage de vêtements chauds, thermos ...). C'est une situation paradoxale :  il peut y avoir plus de danger dans une petite sortie que dans une expédition plus importante!

3. Pour la question de la place ... il ne faut peut-être pas essayer de tout mettre à l'intérieur d'un même sac! Un kit, cela peut se porter en "Stand Alone", non? Je suis loin d'être un spécialiste aguerri, hein, mais je réfléchis de plus en plus à ce que je peux mettre dans un bananne "raisonnable". La mienne, une Geonaute type "Sport" à 10€ chez D4 n'est déjà pas mal. Je la porte en général sur le devant. Ils ont un modèle plus grand à 15€ que je vais peut-être commander "pour voir". Chez Raidlight, ils ont aussi un "sac avant", un petit sac léger et astucieux destiné à l'origine à être porté sur le devant pour équilibrer le chargement.

4. Comment faire pour ne pas oublier un kit "stand alone"? Y placer quelques trucs dont on ne voudrait pas se passer en temps normal, sans considération de survie" - pour moi c'est le poncho et le grand coûteau suisse à cran, ainsi que quelques compeed. Prendre tellement l'habitude de l'avoir avec soi en sortie que l'on se sentirait "tout nu" si on l'avait oublié. Quand je randonne plus sérieusement, je porte de toute façon cette bananne sur le devant ... c'est un chouette moyen pour sortir le poncho rapidement. Toujours l'avoir dans la voiture ... Ce n'est pas infaillible, je sais ...

5. Pour s'entraîner ...
a) Se forger une conviction, "vivre" mentalement les situations. Vivre une scène, la répéter comme un acteur ...  Mon scénario à moi :  Plouf! P. c'est glacé, cela fait mal au front! Je patauge, j'en sors. Je me déshabille immédiatement du haut. (Je ne quitte pas mon pantalon, car ce serait trop compliqué, et il y a trop de choses précieuses dans les poches). Je m'essuie avec ce qui est le moins mouillé. J'ouvre mon kit (Grosses tirettes!) je passe un T-Shirt sec, je passe mon poncho et je serre à la ceinture. Je cours vers un endroit chaud. Je cours! Ma conviction :  je me déshabille immédiatement, et finalement je cours (ou je fais 20 flexions de jambes). Si je suis vraiment loin de tout, alors j'ai en principe un vrai sac avec beaucoup plus d'options.
b) On est en hiver ... c'est le moment de sortir la piscinne de jardin et de pratiquer ... Oui, je vais passer pour un fou furieux ... Mieux vaut pratiquer en conditions contrôlées, à mon avis ... Eau du robinet à 10° pour commencer, pour tester, pour répéter les gestes. Eau plus froide pour réaliser, pour confirmer ... On verra bien si j'ai le courage ...

Je suis sûr qu'il y a encore pas mal de voies à explorer! Et d'idées à débattre.

Un enfant qu'a pas une paire de bottes, une canne à pêche et un lance-pierre, c'est pas un vrai. (A. Gavalda)

25 mars 2014 à 17:47:45
Réponse #105

Kilbith


Resurrection... ;#

Juste pour poster une petite vidéo très instructive de Susan Williams.

Elle reprend un principe bien connu ici : se couvrir d'une couverture de survie et placer une bougie dessous. Ici c'est un poil plus sophistiqué, on fait une fente dans la CS pour passer le cou. Donc exit le problème de respirer les gaz de combustion.

A noter qu'avec  :
- 1 CS avec une fente
- une autre pour placer dessus pour se couvrir la tête.
- 3 bougies de chauffe plat + allumettes tempêtes/briquet.

Pour un poids, un prix et un encombrement ridicule (le truc tient réellement dans une poche et est facilement disponible), on peut espérer passer une nuit en urgence, même par température très négative.

ici : http://www.youtube.com/watch?v=vXurGm_7cWc#t=54


NB: Evidemment il y a le risque de mettre le feu et ce n'est pas confortable. Mais l'hypothermie n'est pas non plus confortable et amène la mort, sans risque.
Pour limiter le risque on peut toujours creuser un petit trou dans le sol, entourer la bougie de pierres, etc....et il faut bien sûr tendre la CS sous ses pieds et ses fesses.
« Modifié: 25 mars 2014 à 18:11:00 par Kilbith »
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

25 mars 2014 à 18:08:10
Réponse #106

pepe


Dans le même ordre d'idée ( j'avais parlé du bouquin dans un fil lecture que je n'arrive pas à retrouver  >:( ) il y a cet exemple dans "Vivre et Survivre dans la Nature" de Coineau et Knoepffler chez Dunod en 1980.
Il y a des aristocrates et des parvenus dans la connerie comme dans le reste. M. AUDIARD

Never trust a bearded man with a flute

25 mars 2014 à 20:05:00
Réponse #107

guillaume


Sympa, merci pour le lien !

Cependant je trouve que ça complexifie le système. En effet, l'intérêt de la "position de survie", pour moi, réside dans sa mise en oeuvre ultra rapide (2-3 minutes en prenant le temps de mettre tous ses vêtements).
Si je dois commencer à bricoler avec 2 couvertures de survie, j'ai le temps de montrer un abri plus conséquent...

a+

25 mars 2014 à 20:10:36
Réponse #108

Phil67


Si je dois commencer à bricoler avec 2 couvertures de survie, j'ai le temps de montrer un abri plus conséquent...
La couverture de survie modifiée en poncho thermique ne se bricole pas à l'arrache sur le terrain, mais se prépare tranquillement au chaud chez soi : http://www.watertribe.com/Magazine/Y2002/M12/SteveIsaacModifySpaceBlanket.aspx
Nous avons deux vies, la seconde commence lorsqu'on réalise qu'on en a qu'une.

25 mars 2014 à 22:35:13
Réponse #109

guillaume


OK merci !

Maintenant, quid de la mise en place avec les couvertures ?

25 mars 2014 à 22:54:33
Réponse #110

Kilbith


OK merci !
Maintenant, quid de la mise en place avec les couvertures ?

Je ne comprend pas la question : AMHA, on passe la première comme un poncho et éventuellement la seconde sur la tête (pas certain que la seconde couche soit indispensable)

1CS+3 bougies...c'est compact.

Ce n'est pas miraculeux, mais je trouve que l'idée vaut surtout par son faible prix de réalisation, sa facilité de réalisation et la compacité de la solution. Pour une centaine de gramme c'est pas mal, en cas d'urgence.

"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

26 mars 2014 à 05:24:18
Réponse #111

psydomos


On passe la première comme un poncho et éventuellement la seconde sur la tête (pas certain que la seconde couche soit indispensable)

Salut Kilbith,

Pourtant si on y pense, la tête et le cou sont les parties du corps qu'il faut protéger et maintenir à une température suffisamment chaude en priorité puisque ce sont les parties du corps qui ont le plus de potentiel de pertes énergétiques du corps, n'oublions pas l'adage qui dit " si t'as froid au pied, mets ton bonnet" (pour ceux qui n'ont pas lu ce très bon texte qui fête ses dix ans cette année: http://www.davidmanise.com/textes/acclimatation_froid.php.)

Donc c'est un peu dommage de se faire un super poncho qui ne nous fait pas bénéficier de chaleur aux endroits les plus vitaux. Bien sur on à le bonnet et les possibles capuches, mais ceux-ci se retrouvent directement exposé à l'air froid et non dans l'ambiance chaude. Au final pour un même bénéfice calorique, il faudra chauffer beaucoup plus fort sous le poncho que sous la configuration classique qu'on connaît.
C'est d'ailleurs un des bénéfices direct de la position d'urgence classique, le chaud monte, donc la plus grande partie de la chaleur vas en direction de la tête, bingo!

Je rajouterais que le reconditionnement nécessaire après création du poncho et donc dépliage fait perdre à la couverture de survie légère ce qui est pour moi son plus grand atout, sa compacité.

L'argument du monoxyde me semble aussi un peu surfait, au final, il est très rare que l'on retrouve dans une situation nécessitant le recours à un abri de ce genre et où l'on est pas en présence d'au moins un petit souffle d'air. Puisque généralement on est confronté a un brusque refroidissement de l'atmosphère pratiquement toujours vecteur de mouvement de masse d'air, (différentiel des densités air chaud\air froid tout ça tout ça..) qui nous place dans un contexte où on ne possède pas le plus souvent l'équipement vestimentaire\matériel de bivouac adéquat pour affronter cette situation raisonnablement.
Le cas d'une immobilisation non prévu pour cause accidentelle ou parce qu'on est déjà en situation d'hypothermie avancée est un peu différent mais la plupart du temps celui-ci est aussi un cas où on constate un mouvement d'air plus ou moins important avec l'arrivée de la nuit ou le simple fait d'être a l'extérieur, dans un milieu généralement relativement bien ouvert.

Imaginons qu'on a un gabarit et un sac\truc à mettre sous ses fesses suffisamment petit pour s'emmitoufler totalement dans une couverture de survie classique et la replier autour de soi pour créer un base étanche (imaginons un frêle jeune homme comme David en train de se plier à cet exercice  :D, une autre raison pour lui d'aimer les couvertures suisses et leurs dimensions XXXL, mais moi par ex. j'y arrive).
Avec un mouvement d'air, même ténu, et deux petites ouvertures judicieusement placées au niveau du bas de la couverture (voir 4 si il y'a un haut risque de changement de direction du flux d'air) Même si on s'endort et qu'on baisse donc la tête avec les bougies chauffe-plat allumées, les trous en bas assurent une ventilation correcte pour le CO2 ( masse molaire 44 et air 29) plus un col refermé un peu lâche, le mouvement d'air dû a l'effet cheminée créé par l'air chaud et les petits trous en bas devraient permettre une évacuation du CO (masse molaire 28, il monte) suffisamment efficace pour éviter l'intoxication.
J'admet que pour en être totalement sûr il faudrait pouvoir faire des tas de tests dans plein de milieux avec plein de capteurs de CO et de CO2 et un mannequin,  mais je n'ai pas ce matos et puis chez moi il fait jamais froid  ;# .

En dernier argument je dirai que si on a bien écouté David au stage N1  :love: on utilise pas des bougies chauffe-plat mais juste le sacro-saint gros bic (voir deux, un dans chaque mains, soyons fou!), on s'endort, il s'éteint pas de problème de CO...

Au final ce montage me semble plus une mauvaise bonne idée en fragilisant et complexifiant un objet dont une des qualités intéressantes est justement le coté simple et "idiot proof".  Exemple au hasard: le trou créé pour la tête du poncho sera-t-il suffisamment grand pour la chapka du jour qu'en mode chimpanzé on ne pense pas à enlever, on force crac on a la place pour 5 têtes ou à l'inverse trop grand pour le jour où on a que le petit bonnet polaire\ laine de fond de sac et la capuche de la rain-cut et la on veut décoller un peu le duct tape pour refermer le trou, patata on déchire tout? Enfin tu vois l'idée?

Cependant, le truc intéressant à retenir, ce pourrait être l'idée du renfort des angles avec le duct-tape percé. On peut le faire d'avance à la maison (bien au chaud et avec toute sa motricité fine) sans déplier toute la couverture avec un peu de délicatesse et même rajouter des haubans en fil dentaire (ça c'est un de mes trucs "secret", très résistant, ultra léger et du fait de la cire dessus ne s'emmêle pas si on prend soin de l'enrouler au préalable de la manière adéquate, si ça intéresse quelqu'un je peux faire une démo) et ça c'est un vrai plus pour faire un réflecteur\mini taro improvisé près à l'usage en face du feu pour se glisser dessous sans avoir à galèrer avec les doigts qui tremblent à l'heure où on en à besoin pour de vrai...

Donc pour finir, merci Kilbith tu m'as donné une chouette idée au final!!!!
Et désolé pour la longueur, mais j'aime détailler pour que mon raisonnement soit clair et avec le moins d'ambiguïtés possible.

A+!
"Je sais que je ne sais rien" Socrate
"Le progrès est ce qu'on en fait, confier son dernier souci à des milliers d'inconnus qui n'en n'ont rien à foutre ou permettre de vrais moments de vie démultipliés.."
Patrick, o "cacique" do CEETS

26 mars 2014 à 05:56:43
Réponse #112

Outdoorsman


D'accord avec Psydomos.

Le système perd beaucoup de son efficacité et de son intérêt si la tête n'est pas sous la CS ou sous une 2ème qui couvrirait seulement la tête.

Je rajoute que ce système est également très utile pour se sécher. On se met tout habillé dans la même position, avec les vêtements mouillés et ils sèchent très bien. Il faut au début aérer un peu par moment pour évacuer la vapeur d'eau.
"On a beau donner à manger au loup, toujours il regarde du coté de la forêt. " Ivan Tourgueniev
"Là où il y a une volonté, il y a un chemin" Edward Whimper
"Dégaine toi du rêve anxieux des bien-assis" Léo Ferré

26 mars 2014 à 09:05:49
Réponse #113

guillaume


Ok, je développe :

Comme l'a dit Psydomos, l'utilisation d'une seule couverture de survie comme elle l'indique a un gros défaut : la tête et le cou ne sont pas au chaud et ne bénéficient pas du mouvement ascendant de l'air chaud.
Si on fait un rapide calcul, son système est 40% moins chaud qu'un système où l'air chaud peut stagner près de la tête et le cou (si on considère 20% de déperditions de chaleur par la tête et par le cou).
C'est moins efficace.

Did, tu indiquais pouvoir prendre 2 couvertures de survie, dont une serait sur la tête. Je trouve l'idée pas mal, surtout dans l'esprit "mettre toutes les chances de son côté". Mais la mise en place, dans le froid et le vent avec deux couvertures de survie légères risque d'être compliqué.
De plus, autant je suis d'accord pour utiliser tout ce que l'on a (le poncho et la space blanket par exemple), autant préparer un kit tout fait avec 2 couvertures et des bougies me fait dire que ça restera à la maison...
On perd en simplicité.

Enfin, le premier risque à considérer lors de l'utilisation d'une source de chaleur n'est pas le risque d'intoxication au CO mais celui de prendre feu. Pour avoir essayé, une couverture de survie légère brule très très bien.
Concernant le risque d'intoxication au CO, voir le très bon post de Lamdba à ce sujet.

a+

26 mars 2014 à 09:28:38
Réponse #114

Kilbith


Attention, je n'ai as validé le truc : je présentais juste une vidéo. Qui fait débat et ça c'est bien ! :)

Il n'en reste pas moins que la perspective de pouvoir passer une nuit (3x3heures de bougies) relativement à l'abri et adossé à un arbre me parait intéressante.  Le tout reconditionné dans une mini ziplock bien fermé.

Notez que rien n'empêche de garder la tête dans le poncho sous l'ouverture. Évidemment si on a une grosse pluie c'est pas bon.

Rien n'est parfait. Mais là, on peut réellement transporter le truc à la journée dans une banane de ski de fond, dans une poche de veste ou de pantalon. C'est un dispositif d'urgence, un ultime recours.

A tester...avec toutes les réserves que vous avez mis en avant et avec lesquels je suis d'accord.
« Modifié: 26 mars 2014 à 14:48:40 par Kilbith »
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

26 mars 2014 à 11:12:53
Réponse #115

François


D'un autre coté, la tête c'est pas très gros, et rien de plus facile que de la protéger : chapeau, buff, bonnet, shemag, sac plastique, écharpe, chech, serviette microfibre, etc ...
Et cela peut être intéressant de garder la vision extérieure intacte, ou de pouvoir se déplacer facilement.

L'important c'est de garder à l'esprit qu'il peut être utile de donner un coup de couteau dans la couverture de survie pour passer la tête, et de renforcer éventuellement par deux bouts de duct-tape pour éviter que ça se déchire plus. Allez, dix ou quinze seconde de boulot, une minute avec les doigts et le cerveau engourdis.

Utile sans doute de sacrifier une CS pour essayer au calme.
Espérer le meilleur, prévoir le pire.

26 mars 2014 à 12:46:05
Réponse #116

guillaume


D'un autre coté, la tête c'est pas très gros, et rien de plus facile que de la protéger : chapeau, buff, bonnet, shemag, sac plastique, écharpe, chech, serviette microfibre, etc ...
Et cela peut être intéressant de garder la vision extérieure intacte, ou de pouvoir se déplacer facilement.

Yep, mais on ne bénéficie pas de "l'effet cheminée" : l'air chaud monte et vient stagner où ? Au niveau de la tête et le cou, siège d'environ 40% des déperditions de chaleur corporelle ;).

a+

03 avril 2014 à 10:06:52
Réponse #117

François


La chaleur n'est pas perdue pour autant.
On est bien d'accord que la position de la tortue est la plus simple et la plus efficace thermiquement, en particulier quand si ne dispose que d'un briquet à gaz pour tout moyen de chauffage.

Mais, sans être un théoricien de la chose, il me semble bien que les situations de survie, comme les situations de crise en général, s’accommodent mal de règles rigides. Et que s'il est bon de connaître les trucs et astuces de base, ça n'est qu'un point de départ. Et qu'il est indispensable de pouvoir, et savoir, choisir la meilleure solution en fonction des circonstances.

Pour illustrer, si on ne dispose que d'un moyen de chauffage plus puissant mais beaucoup plus polluant qu'un briquet (lanterne à -grosse- bougie, lampe à pétrole, à acétylène, pastilles Esbit, petit réchaud à alcool, ...) il vaut mieux pouvoir choisir d'avoir chaud quand même et sans s'intoxiquer, quitte à avoir la tête au frais :)

Autant il me parait inutile de préparer à l'avance une CS pour l'utiliser peut être comme poncho de survie, autant connaître la possibilité de le faire sur le terrain me parait loin d'être ridicule.
« Modifié: 03 avril 2014 à 10:14:13 par François »
Espérer le meilleur, prévoir le pire.

03 avril 2014 à 11:08:21
Réponse #118

lambda


Salut. :)

En essayant de synthétiser un peu ce qui est dit ici, on en arrive en fait toujours à se concentrer sur:

- un principe à respecter, ou concept à appliquer (définition d'un problème et application de solution(s))

Bref, au final, peu importe les moyens utilisé, seul l'effet souhaité- assurer sa régulation thermique en limitant l'apparition de problèmes annexes (intoxications, brûlure...)- reste essentiel.

En ce sens je retiens particulièrement ceci de François.

... il me semble bien que les situations de survie, comme les situations de crise en général, s’accommodent mal de règles rigides. Et que s'il est bon de connaître les trucs et astuces de base, ça n'est qu'un point de départ. Et qu'il est indispensable de pouvoir, et savoir, choisir la meilleure solution en fonction des circonstances.

Disons que il y'a des principes liés à la physique et la bo/physiologie des indivdus auxquels on ne peut pas couper... La façon de les respecter devient secondaire quelque part...

Si pour une raison X, Y on ne peut pas appliquer de façon "académique" la méthode de la tortue telle qu'enseignée, faire autrement, faire différemment, faire quelque chose, n'importe quoi tendant à résoudre le problème (modulo ne pas en créer d'autres, cf ci dessus, et se mettre en danger d'une façon dofférente), mais faire quelque chose avec les moyens mentaux, physique et matériels à sa disposition...

Le petit travers de ce type de fil, super intéressant et même bien mené comme ici, c'est qu'on peut vite prendre le pli de générer des "guerres de clochers" basée sur des techniques et façons de faire...

pour exemple...

* préparer un poncho/couverture de survie comme proposé ici, c'est une bonne solution,
* ne pas préparer un poncho/couverture de survie comme proposé ici pour des raisons valables compte tenu d'un tas de chose, mais procéder autrement en sachant, d'expérience, que ca marche aussi, c'est aussi une bonne solution
* etc... c'est une bonne solution aussi...

Re-bref, tant que ca permet un effet technique bien défini: se réchauffer/éviter de sombrer dans l'hypothermie, en évitant la génération d'autres dangers... tout est bon à prendre/connaître, je pense...

à+,
Lambda
"I want to live in a society where people are intoxicated with the joy of making things." William S. Coperthwaite

03 avril 2014 à 12:01:36
Réponse #119

raphael


On pourrait aussi indiquer ce qui ne fonctionne pas : boire de l'alcool ....
Se connaitre et s'accepter


03 avril 2014 à 13:31:28
Réponse #120

Phil67


On pourrait aussi indiquer ce qui ne fonctionne pas : boire de l'alcool ....
Pas si simple :
il me semble bien que les situations de survie, comme les situations de crise en général, s’accommodent mal de règles rigides.

Dans certains cas un alcool fort est justement un bon moyen de relancer la machine pour se réchauffer à condition de bien connaître son corps et les limites de la solution.

P.ex. il arrive que dans certaines conditions mes mains se refroidissent beaucoup trop malgré une bonne isolation : réaction de vasoconstriction périphérique excessive bien que n'ayant pas trop froid (réaction type phénomène de Raynaud). Rajouter des couches ou mouliner des bras n'y changent pas grand-chose : c'est un cercle vicieux pouvant conduire à une perte de motricité fine.

Le meilleur remède à ce jour (j'en ai testé plusieurs) reste une petite dose d'alcool fort qui va provoquer une vasodilatation permettant de réchauffer les mains et arrêter ce cercle vicieux. Cela suppose évidemment de ne pas risquer par ailleurs une hypothermie (mais le choix est vite fait entre le risque d'hypothermie et la certitude de perdre l'usage des mains).
Nous avons deux vies, la seconde commence lorsqu'on réalise qu'on en a qu'une.

03 avril 2014 à 14:57:38
Réponse #121

Kilbith


Re-bref, tant que ca permet un effet technique bien défini: se réchauffer/éviter de sombrer dans l'hypothermie, en évitant la génération d'autres dangers... tout est bon à prendre/connaître, je pense...

Exactement!

"Je crains l'homme d'un seul livre" ou "trop peu de science et pire que pas de science"  ;)
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

03 décembre 2020 à 16:16:45
Réponse #122

Kilbith


J’aime bien les ressurections... ;#

J’ai relu pas mal de trucs récemment sur les dangers du froid et l’hypothermie.

J’ai découvert un moyen d’urgence pour se réchauffer que je ne connaissais pas et qui a été développé pour l’us army. Le HPMK. Si on en a déjà parlé ailleurs...ce sera un rappel.

 C’est relativement léger et compact, pas au point de tenir dans une poche mais exploitable pour un groupe.

Ici : https://www.narescue.com/nar-hypothermia-prevention-and-management-kit-hpmk.html

Ici : http://armygasmasks.com/v/vspfiles/photos/HPMK_product_info.pdf

Ou là : https://graybeardedgreenberet.com/product/hypothermia-prevention-and-management-kit/

Développement ici : https://jts.amedd.army.mil/assets/docs/cpgs/JTS_Clinical_Practice_Guidelines_(CPGs)/Hypothermia_Prevention_Monitoring_Management_20_Sep_2012_ID23.pdf
« Modifié: 04 décembre 2020 à 17:38:15 par Kilbith »
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

03 décembre 2020 à 16:53:43
Réponse #123

guillaume


J'aime bien ce genre de résurrection :).

J'ai déjà vu le kit bien emballé "en live". Cela fait énormément pensé au blizzard pack, d'ailleurs emporté par les chasseur alpins :

https://www.medkitservice.com/blizzard-heat-casualty-blanket-with-heat-pads

a+

03 décembre 2020 à 17:55:49
Réponse #124

Rantanplan


Je bug un peu parce-que le principe existe depuis un moment or je ne vous prend pas pour des lapereaux nés de la dernière pluie...

Ce que vous me montrez est un "sol escape bivy" un peu plus lourd (militarisé) avec des heat pads.


 
Je suis persuadé que vous connaissez déjà.Du coup je suis un peu perplexe.

Pour les autres, vite fait..

C'est un accessoire très sympa, s'utilise de moult manières:
- seul en accessoire de kit de survie, avec ou sans chaufferettes (comme pour les machins ci dessus)
- par dessus un sac de couchage pour protéger *un peu* de la pluie (/!\ coutures pas étanches, mais fait largement le taff pour dormir sous poncho)
- dans un sac de couchage pour gagner sensiblement plus d'isolation (j'utilise ça en ROUTINE tellement c'est bien !).
« Modifié: 03 décembre 2020 à 18:05:55 par Rantanplan »
Rire nous rend invincibles. Pas comme ceux qui gagnent toujours mais comme ceux qui n'abandonnent pas. - Frida Kahlo

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité