Nos Partenaires

Auteur Sujet: Conseils pour le Burkina ???  (Lu 852 fois)

30 janvier 2011 à 08:12:07
Lu 852 fois

Gwangi


Salut, salut,

J'ai été contacté par un utilisateur du forum qui voulait des conseils pour de la rando dans le Burkina, près du pays Dogon (il a vu que je l'avais été au Mali et il a bien fait de me contacter par mail, car je ne viens guère ces derniers temps...). J'ouvre donc ce fil : je ne suis pas pour autant un spécialiste, et je préfère soumettre mes suggestions à l'ensemble des utilisateurs du forum. Après tout, la sécurité de l'un d'entre nous en dépend !!!

Première chose : renseigne toi exactement sur le contexte topographique/environnemental, car de là va largement dépendre ce que tu dois emporter (comme toujours...). Au Mali, je randonnais essentiellement sur : de la falaise abrupte et rocailleuse (Bandiagara), du plateau rocheux surchauffé et de la plaine sub-désertique (sable essentiellement).

En effet, j'ai opté pour des tennis de toile (pas de cuir, surtout pas) : les zones rocheuses ne sont pas toujours très stables, et les semelles fines permettent de mieux "sentir" la stabilité du sol. Et puis on ne s'alourdit pas trop (une seconde paire me semble une bonne idée : les miennes étaient mortes dès le 6-8ème jour de trek dans mon souvenir). Mes chaussures de rando, elles, étaient insupportables ! Cela dit attention : ce n'est pas parce que les tennis étaient pour moi la meilleure option qu'elles le seront pour toi : tu as peut-être besoin d'avoir les chevilles bien tenues, ou autre.

Ne t'embarrasse pas de tente (sauf si saison humide) : nous y étions en saison sèche, on dormait toujours en extérieur, que ce soit sur les toits ou en pleine nature. Par contre, une moustiquaire est là encore une très bonne idée : ça se présente comme une tente, mais c'est juste une moustiquaire. Je ne sais pas où l'on en trouve en France (à part certainement à Paris au Vieux Campeur). On les avait achetées sur place, et on les a laissées sur place dans un village nécessiteux (auprès d'un hôpital de campagne). Pas besoin, en revanche, de moustiquaire "de tête".

Pour l'eau, une gourde et des micropures. Établis à l'avance des étapes pour te ravitailler en eau en bouteilles et assure-toi d'avoir bien tous tes vaccins. Au Mali, les étapes en question sont nommées "campements" : des maisons de terre sèche où l'on peut dormir sur le toit et acheter de l'eau. Pour l'hydratation en général : des sachets de sel ! Dès que tu sens un coup de chaud, prends-en : tu perds le sel en transpirant, et le sel retient l'humidité du corps. Des sachets de sucre sont aussi utiles en cas de coup de pompe. Ne te mouille surtout pas la tête et ton couvre-chef à grande eau : c'est le meilleur moyen d'avoir une insolation (j'ai vu la plus belle de ma vie dans ces circonstances). Pour info : saison sèche au Mali (jusqu'à 55° !) = 9 litres d'eau par jour et à peine 3 gouttes d'urine le soir...

Protection du soleil : perso, j'utilise un "vrai" keffieh. Je dis "vrai" parce qu'il vient de Syrie et que sa laine et son tissage sont bien meilleurs qu'en France. Du coup, il isole vraiment de la chaleur. Je le porte à la bédouin, avec seulement les yeux visibles. Et en plus, ça me sert d'oreiller la nuit. C'est aussi très bien en cas de vent de sable. Lunettes de soleil bien sûr. Des modèles "fermés" si tu es en saison de vents et en milieu sableux. Crème solaire certainement (je n'en utilise jamais : j'ai la peau qui burine en instantané), en pharmacie, indice maximal.

Vêtements : tee-shirts, chemises à manches longues (je les porte ouvertes, et ça protège les bras), pantalons longs de toile légère (même remarque). Se balader juste en short et tee-shirt n'est pas très concluant : coups de soleil rapides, irritations avec le sable, festin pour moustiques... De plus, je n'ai jamais eu à mettre de la crème solaire durant le trek, ce qui évite d'attirer les moustiques... 2 chemises, 2 pantalons, 2 tee-shirts grand max suffisent. Nota : les pantalons de rando pas chers de Décathlon sont très bien, et aussi leurs chemises (surtout en période de solde) : pas la peine de mettre des cents et des milles ! Tu peux même recycler une vieille chemise tachée...

Trousse de soins : selon tes besoins personnels bien sûr, mais aussi selon ta compétence à t'en servir. Je ne m'embarrasse jamais de choses dont je ne suis pas certain de pouvoir me servir efficacement (à moins qu'il n'y ait quelqu'un de plus compétent que moi en la matière). Sinon, quelques pansements, une bande de gaze, un désinfectant sont les indispensables de base. Également des traitements spécifiques (cachets contre la turista, pas la peine de gâcher ta balade), antibiotique adapté... Consulte pour ça le médecin de santé-voyages qui te fera tes vaccins, ou bien ton généraliste.

Hygiène : un savon sec, une serviette compressée, une brosse à dents, un dentifrice et je crois qu'on a fait le tour ! Éventuellement un rouleau de PQ, mais je t'avoue qu'en période sèche et en mangeant normalement, je n'ai été que deux fois "à selles" en 12-15 jours ! Et je n'ai pas été malade une seule fois.

INDISPENSABLE : prends un guide ! Renseigne-toi auprès du "campement" le plus proche de ton point de départ, ils sauront en général t'indiquer quelqu'un de compétent.

Petit truc perso : du riz à portée de main. J'en grignote quelques grains tels quels, secs, en les gardant longuement dans ma bouche. Je le fais dès que je sens une petite faim, et en plus ça aide à la bonne digestion. Conservé dans un ziploc de taille moyenne.

J'oublie certainement plein de trucs mais promis : dès que quelque chose me revient, je mets à jour ce fil. Et je compte sur les utilisateurs du forum pour compléter, suggérer, critiquer !

Je précise que je ne parle ici que de ce qui est spécifique au contexte de rando : carnet de survie, couteau, etc. n'ont pas été mentionnés car des fils très instructifs existent déjà.

Très bonne rando !

30 janvier 2011 à 16:26:06
Réponse #1

Lily


Je pense avoir reçu la même demande en début de mois et je n'avais pas évoqué les principes de sécurité. Sauf que, depuis, deux jeunes hommes ont été enlevés en plein coeur de Niamey et abattus froidement. Et ça, ça fait une vraie différence.

Du coup, évoquer le Mali (et la zone sahélienne en général) en ne parlant que de moustiques et de poussière, c'est, étant donné le contexte actuel, très réducteur. Vous me direz, les assassinats, c'est le Niger. Mais c'est tout de même la zone sahélienne.

Actuellement, tout le Mali est en zone rouge et/ou orange pour la sécurité (site des conseils aux voyageurs du MAE : http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/cav-fiche-pays.php3#lettre-A )
La zone Dogon est concernée, donc. Les souvenirs qu'on peut avoir de nos randos qu'il y a quelques semaines/mois/années sont donc à revoir en fonction de la situation actuelle.

Le Burkina est actuellement plutôt épargné par les violences mais il est important de dire que la première mesure de sécurité à prendre, actuellement, quand on va dans un pays sahélo-saharien est de se renseigner sur le contexte et sur ce qui est faisable ou pas. Pour cela, avant départ, voir le site du MAE que j'ai mentionné.
Une fois sur place : se faire enregistrer au consulat et demander ce qu'on peut faire ou non. Les conditions de sécurité changent extrêmement vite et, en conséquence, des zones qui étaient sûres un jour peuvent devenir dangereuses le lendemain.

Une fois n'est pas coutume, j'engage les gens qui voyagent dans cette zone à vraiment donner du crédit à ce que dit le MAE. D'habitude, je les trouve un peu alarmistes. En l'occurrence, le problème avec la violence dans la zone sahélo-saharienne est qu'elle est très mal connue. C'est une nébuleuse de groupes qui agissent sans forcément de cohérence. On connaît très mal leurs liens et leurs logiques. Il faut donc impérativement appliquer le principe de précaution.

Pour le reste, le pays dogon ainsi que la zone de Bobo-Dioulasso au Burkina sont des zones très touristiques (à l'aune de l'Afrique de l'Ouest). Ce sont des terrains certes très exotiques mais, pour peu qu'on écoute les conseils des copains sur place (en particulier ne pas s'entêter à ne rien faire sans guide et dormir dans les campements officiels), ce ne sont pas des terrains difficiles.
Avoir une voiture ou pas est également un paramètre à prendre en compte, pour le transport de l'eau en particulier.
If you think you are too small to make a difference, try sleeping with a mosquito

30 janvier 2011 à 18:49:12
Réponse #2

Gwangi


Entièrement d'accord avec Lily, et je m'en veux de ne pas avoir parlé de cet aspect (heureusement que j'ai soumis tout ça ici). C'est vrai que quand j'étais en pays Dogon (l'an dernier), il y avait déjà des otages français au Mali, mais en zone touareg/saharienne. Cela dit, c'est vrai que ça évolue très vite en ce moment et qu'il n'est pas dit que le Burkina soit rapidement touché !

Après, c'est vrai qu'on peut mettre cet aspect de côté, les risques "acceptables" constituent un choix propre à chacun et ça ne se discute pas. Mais il est stupide de le faire sans les renseignements les plus précis.

J'insiste : si le périple au Burkina se confirme, un guide local sérieux et expérimenté est INDISPENSABLE !!! Je continue à préconiser un guide conseillé par les campements (je n'ai jamais eu de problème ainsi, mais peut-être certains auront-ils ici de meilleures suggestions), et ne pas se fier à un guide qui propose de lui-même ses services dans la "rue" (ou plus probablement sur les pistes). Si j'insiste, c'est que la personne qui m'a contacté envisageait de faire une sortie de plusieurs jours sans guide.

Autre précaution qui me semble utile : ne rien emmener de valeur sur soit (bijoux, alliance, montre de valeur...). Également : ne jamais contester l'autorité d'un officiel. S'il vous emprunte un stylo et ne vous le rend pas, c'est bien que le stylo est à lui, ne cherchez pas plus loin... Si vous n'avez pas le droit d'aller à tel endroit, c'est qu'il vaut mieux ne pas y être...

Sinon, perso, je n'ai jamais regretté mon trekk et je le referai à la première occasion (peut-être l'Éthiopie l'année prochaine... selon la situation à ce moment-là...). ;)

08 février 2011 à 15:17:09
Réponse #3

Espadon


Moi aussi j'ai été contacté. La personne navigue sur le forum sous le pseudo de Nils.
Voici d'ailleurs sa demande :

"bonjour espadon,
Je pars début février pour trois semaines au burkina faso rendre visite a des amis occidentaux fraichement installé. il semblerait que tu y ais passé six mois.
Mon envie était de marcher une semaine dans l'ouest du pays, soit les falaises vers le mali et la pays dogon soit au sud vers la cote d'ivoir (plus compliqué avec la situation actuelle).
Je compte partir en autonomie complète et la première question est celle de l'eau...  Je cherche donc un region interessante assez densement peuplé pour trouver de l'eau (puits ou eaux de rivière) une fois par jour.
Voila succinctement mon idée et toutes informations que tu pourras me donner seront des plus précieuses!!!
Je ne sais meme pas si ce projet est faisable!
cordialement
nils"


Je ne retrouve plus les réponses que je lui ai faites, mais en gros c'est exactement ce qu'a dit Lily....

Je suis au Niger à Niamey. L'attaque du bar ou nos deux compatriotes Français ont été enlevés c'est déroulés à 800 m de chez moi...Je vis en direct la psychose de la vie à Niamey en ce moment même.
A mon sens et pour une fois les recommandations de l'Ambassade France ne sont pas trop exagérés, c'est sur.
Je pense que pour la zone Sahélienne ( Mauritanie, Mali, Burkina, Niger, Sud Algérie), le tourisme " Patcholi , Pataugas, le guide du routard dans la poche" , c'est terminé pour l'instant.

Depuis l'enlèvement de Niamey et la tentative précédente au Mali de faire exploser une bombonne de gaz au pied de l'Ambassade de France, je rappel juste qu'une ressortissante italienne à été prise a priori par AQMI au sud de l'Algérie la semaine dernière (touriste qui faisait un trekking dans le désert), et que la Mauritanie à réussie a déjouer de justesse un attentat qui visait l'Ambassade de France et une caserne militaire la semaine dernière. La menace est partout et tape ou elle veut , quand elle veut...

Après chacun prend ses responsabilités en connaissance de cause, sauf que quand on décide d'y aller , il faut être conscient qu'en cas de problème on embarque aussi les gens qui essayeront de nous sortir de cette situation. ( ce qui a valus la mort à 3 gendarmes Nigériens, et un pilote blessés chez les commandos français...).

Comme dit Lily on est plus dans les conseils," anti-moustique, crème solaire et casquette", c'est bien du contexte (in) sécuritaire qu'il faut parler et faire prendre conscience au gens qu'en ce moment ça craints vraiment.
"Se préparer au pire. Espérer le meilleur. Prendre ce qui vient." (Confucius)

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité